Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Matthieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent de Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Cerf, 2008, 713 p.

Bruno Dumons

Texte intégral

1Nombreux ont été les livres consacrés à Frédéric Ozanam à l’heure où il a été déclaré « bienheureux » en 1997. La belle biographie que Gérard Cholvy lui a accordée en 2003 illustre l’intérêt qui a animé durant toute cette fin de siècle aussi bien les défenseurs de sa cause que les historiens du catholicisme. Reste que la grande œuvre de charité qui lui a été associée demeure encore dans l’ombre. Ni les historiens du social, ni ceux du religieux n’ont véritablement porté attention à la Société de Saint-Vincent de Paul qui a marqué le premier catholicisme social français. Malgré son image parfois poussiéreuse et désuète, Jean-Baptiste Duroselle avait mis l’accent, il y a plus d’un demi-siècle, sur la modernité de cette entreprise charitable. Désormais, c’est un beau et grand livre que nous propose ici Matthieu Brejon de Lavergnée. En empruntant une voie neuve, celle de « l’histoire sociale du religieux », il renouvelle incontestablement notre connaissance des relations entre religion et société au XIXe siècle. Fondée en 1833 par un groupe d’étudiants catholiques du Quartier Latin, cette institution bénéficie maintenant d’une étude en profondeur de son organisation et de ses membres durant la Monarchie de Juillet et le Second Empire. L’auteur a eu recours au dépouillement systématique des archives de la Société et à celles conservées dans les fonds publics ou privés à Paris comme à Rome.

2Après une solide introduction historiographique, une première partie s’attache à la double question des origines et de la croissance de l’œuvre. Matthieu Brejon de Lavergnée s’efforce de dépasser la vieille querelle sur la personnalité fondatrice pour faire émerger des temps, des actes et un groupe fondateur. Le mythe du saint fondateur explose au profit d’une chronologie d’événements et d’un portrait d’ensemble contrasté. L’auteur rompt avec une lecture classique qui a longtemps cherché à promouvoir la figure initiatrice de la Société. On a là de jeunes bourgeois catholiques de province, étudiant le droit ou la médecine, goûtant aux aspirations mennaisiennes, soucieux de dépasser les âpres discussions intellectuelles pour aller à la rencontre des pauvres de la ville. Cette génération qui a vingt ans en 1830 innove avec les principes de la conférence de charité et de la visite à domicile. Elle s’appuie sur la force de réseaux de sociabilité que l’auteur étudie avec minutie. Le succès est au rendez-vous. Placée sous le patronage vincentien, la Société connaît une croissance vigoureuse, surtout après 1850, avec plus d’un millier de conférences agrégées en 1872. Son déploiement s’appuie surtout sur une France urbaine : Paris, terre d’élection de l’œuvre, Lyon, terre natale de plusieurs membres fondateurs, mais aussi Lille et Montpellier. La structure paroissiale offre un cadre pour ce nouveau modèle missionnaire. L’étude du maillage parisien est réalisée avec minutie et clarté, du cœur de la cité aux portes de la banlieue. Plus institutionnelle, la deuxième partie s’emploie à décrire les mécanismes de son organisation avec l’étude précise des différents conseils, des règlements et des modes de fonctionnement. Au plus bas de l’échelle, l’analyse des conférences parisiennes permet de fournir des pages très neuves, notamment sur les finances de l’œuvre. Comme toute institution charitable, la collecte d’argent demeure vitale. La Société s’efforce ainsi de multiplier ses recettes, du sermon de charité à la quête à domicile, ce qui lui assure un solide budget. Pour quoi faire ? Surtout offrir de la nourriture, dans une moindre mesure des vêtements, du combustible et de l’argent ; ceci à deux ou trois familles par confrère, soit plus de 10 % des indigents parisiens vers 1850. Si le portrait du confrère parisien est minutieusement brossé, vieillissant malgré la présence du vivier étudiant dans la capitale, celui du pauvre secouru demeure le grand absent. On ne sait que très peu de choses sur le miséreux et sa famille que le confrère visite régulièrement. Certes, les procès-verbaux de la société ne gardent pas trace des personnes secourues, ni des relations entretenues avec le confrère. Il y a là tout un pan d’une histoire du don à retracer, à la fois humaine et spirituelle, que laissent parfois entrevoir des correspondances privées et des journaux intimes. Celui qui reçoit, se cache, reste discret, par honte ou par crainte. Son histoire est plus difficile à écrire que celle du donateur. Elle demeure un point aveugle. Malgré cette absence difficile à combler, l’auteur nous offre, dans sa troisième partie, un portrait de cette « élite de la charité » grâce à une approche prosopographique et un recours aux actes d’état-civil. Il y distingue les différentes franges de la noblesse et de la bourgeoisie qui ont rejoint les rangs de la Société mais aussi les milieux moins aisés des employés. L’auteur a poussé les investigations jusqu’à l’analyse des alliances matrimoniales et des niveaux de fortune, des collèges de formation et des activités professionnelles au sein desquelles s’affirment le service de l’État et le barreau. La quatrième partie est consacrée à ce qui constitue l’identité de cette nouvelle figure qu’est désormais « l’homme d’œuvre » du XIXe siècle. Sa sensibilité politique est d’abord monarchiste, légitimiste surtout, orléaniste parfois. C’est aussi un homme pieux, aspirant à une authentique vie spirituelle, ne négligeant pas les exercices de piété, vouant un culte à Marie et à son saint patron Vincent de Paul, également fidèle à l’Église et à Rome. Cependant, on ne sait rien des aumôniers et des prédicateurs qui ont collaboré de près ou de loin avec la Société. Leur influence sur la spiritualité des confrères n’est certainement pas vaine. Un dernier volet, plus anthropologique, tente enfin de s’interroger sur les fondements de l’acte charitable. Celui-ci pose désormais problème au sein de la nouvelle société post-révolutionnaire. Il se heurte à la vision philanthropique qui se définit uniquement par la vocation humaniste, et à une autre définition sociologique du lien social, d’essence républicaine, établie sur le mode du contrat. Cette réflexion aurait mérité d’être davantage mise en exergue car elle pose des questions majeures comme celles du traitement social de la pauvreté et de la participation d’une œuvre charitable aux futurs idéaux de la solidarité et de l’humanitaire qui émergeront au siècle suivant. Quoi qu’il en soit, Matthieu Brejon de Lavergnée nous offre avec ce livre d’envergure une lecture qui dépasse le simple récit d’une institution charitable effacée derrière le charisme de son fondateur. Il y dévoile un aspect méconnu de la préhistoire du catholicisme social, ouvrant les portes d’une histoire des élites et de la pauvreté, à la croisée du social et du religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dumons, « Matthieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent de Paul au XIXe siècle. Un fleuron du catholicisme social, Paris, Cerf, 2008, 713 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2396

Haut de page

Auteur

Bruno Dumons

Villes et sociétés urbaines
CNRS – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org