Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Bernard Patary, Homo Apostolicus. La formation du clergé indigène au Collège général des Missions Etrangères de Paris, à Penang (Malaisie), 1808-1968 : institution et représentation, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 2 février 2009

Jury : Philippe Boutry (Université Paris I Sorbonne, rapporteur), Christian Henriot (Université Lumière-Lyon 2), Jean-François Klein (INALCO), Claude Prudhomme (Université Lumière-Lyon 2, directeur de la thèse), Karel Steenbrink (Université d’Utrecht, rapporteur), Jacques Weber (Université de Nantes, président du jury)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Bernard Patary a choisi d’étudier le Collège général ou Séminaire de Penang en Malaisie parce qu’il pouvait exploiter les richesses d’archives réunies dans un même lieu, aux Missions Etrangères de Paris, et bénéficier d’une documentation continue couvrant près de deux siècles. Il a ainsi pu reconstruire l’histoire du Collège mais aussi construire une lecture stimulante d’une expérience peu banale : faire vivre en internat, dans un milieu clos, sur une presqu’île, aux marges de la Malaisie, des jeunes gens venus de différents pays d’Asie orientale, dans le but de les préparer au sacerdoce au sein de l’Église catholique romaine.

2La première partie retrace avec vigueur et clarté l’histoire et la vie du Collège, microcosme clos où tout est fait pour protéger les jeunes gens de la rumeur du monde, mais où l’événement s’impose néanmoins à intervalles réguliers avec brutalité et vient troubler l’ordonnancement paisible des jours. Les pages consacrées à l’occupation japonaise et aux négociations qui l’accompagnent donnent au chercheur l’occasion de montrer sa capacité à introduire, quand elle fait irruption, l’histoire générale dont le Collège prétend s’émanciper en proposant à ses élèves de vivre hors du monde et dans un autre temps. Les chapitres suivants nous plongent dans cette fabrique des prêtres indigènes selon les instructions romaines et les traditions des M.E.P. à partir des règlements et des statistiques, et surtout grâce aux journaux qui se font l’écho de la vie du Collège, la thèse décrit avec finesse et précision ce Séminaire laboratoire dans lequel les directeurs s’efforcent patiemment de réunir les instruments nécessaires pour modeler un prêtre idéal. Au bout du parcours, venu du Vietnam, de Chine, parfois d’un autre pays d’Asie, le candidat au sacerdoce est censé atteindre un état de perfection qui le met définitivement à part, quitte à le couper de son milieu d’origine et à imposer une nouvelle langue (le latin) et une nouvelle culture. Pénétré de la supériorité de ce modèle devenu nouvel habitus, le jeune homme est désormais convaincu de la grandeur et de la spécificité de son sacerdoce.

3Dans ce huis clos qui semble souvent étouffant, et insupportable à la longue, le chercheur montre néanmoins que les palpitations du cœur et les appels de la chair ne peuvent pas disparaître par la magie d’un règlement. Derrière les contraintes qui pèsent sur les corps et les intelligences surgissent des moments et des espaces de liberté évoqués avec humour.

4Mais ce qui a manifestement le plus intéressé B. Patary, c’est de dégager dans la deuxième partie un type idéal de sacerdoce introduit par les M.E.P. et qu’il qualifie avec bonheur d’Homo apostolicus. « L’on pourrait affirmer, après Erwin Panofski, qu’il en va d’un séminaire comme d’une église gothique : tout y est, de l’agencement des bâtiments aux règles de vie les plus subtiles, le fruit et l’expression d’une pensée, d’une vision du monde et d’un projet. […] Au-delà des connaissances livresques, c’est la personne entière de l’indigène que le dispositif éducatif voudrait remodeler. […] Ce modèle, l’homo apostolicus, n’est pas seulement celui d’un agent dûment acculturé au service de la stratégie centralisatrice du Saint-Siège ou de la colonisation. Il est surnaturel, c’est l’homme nouveau de la tradition paulinienne, détaché des contingences terrestres, débarrassé de ses préjugés nationaux, « hors-sol » si j’ose dire. C’est pourquoi il m’a paru plus pertinent de le considérer comme un projet rhétorique, le produit d’un discours, une idéalisation » (p. 589-590).

5L’auteur ouvre ainsi une série de pistes fécondes sur le modèle de prêtre promu au XIXe siècle par le catholicisme intransigeant et sur le transfert de ce modèle en Asie orientale. Bien loin des préoccupations désignées aujourd’hui par le mot d’ordre d’inculturation, la mission procède alors par volonté de reproduction, cherchant l’universalité catholique dans l’uniformisation et la romanisation selon le modèle latin. Paradoxalement la thèse nous montre que la remise en cause de ce programme n’est pas venue de l’intérieur, des prêtres indigènes, même à l’heure des indépendances, mais qu’elle a été introduite par une nouvelle génération de missionnaires formateurs, en phase avec les aspirations réformatrices de leur génération de prêtres, en France, après la deuxième guerre mondiale. L’expérience de Penang débouche ainsi sur une impasse et n’échappe pas à la grande crise de l’idée missionnaire qui se déchaîne durant les décennies 1960-1970. Placée dans une position inconfortable, la nouvelle équipe de directeurs comprend qu’il faut tourner la page de la mission telle qu’elle est incarnée par le Collège général. La décision est prise de transférer une partie du patrimoine à l’Église locale et de vendre une autre partie au profit d’investissements touristiques.

6Cette thèse est pour les historiens une excellente occasion de les mettre en garde contre les dangers de l’anachronisme. Contre la tentation de rechercher dans le passé les faits et les gestes qui prépareraient de manière mécanique les conceptions et les orientations missionnaires d’aujourd’hui, elle vient rappeler que la reproduction du modèle latin et la mise à part des convertis en pays de mission l’ont longtemps emporté sur la volonté d’adaptation et de négociation avec les sociétés et les cultures locales. En ce sens cette monographie exemplaire est bien plus qu’une analyse minutieuse d’un cas particulier mais la caisse de résonance et le révélateur revendiqués par l’auteur. Elle nous apprend peu de choses sur les chrétientés asiatiques, au moins au premier degré. Mais elle nous suggère leur fragilité de minorités menacées dans cette obsession de les consolider et de les concevoir comme des îlots fermement organisés autour de leur clergé, plus aptes à la survie malgré les tempêtes qu’à l’expansion et à la diffusion du message. Elle nous dit ce que fut le grand projet missionnaire piloté par la congrégation romaine de la Propagande depuis 1622 et explicité par les instructions de 1659 adressées aux premiers vicaires apostoliques d’Asie orientale : priorité au clergé indigène, sans nul doute ; refus de transporter les mœurs européennes, peut-être, mais reproduction des usages latins plus souvent ; défiance tenace à l’égard des cultures indigènes, parce que païennes, sûrement. Quitte à former pour une Église catholique qui se pense société parfaite et culture idéale de jeunes prêtres exilés dans leur propre société et dans leur culture d’origine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Bernard Patary, Homo Apostolicus. La formation du clergé indigène au Collège général des Missions Etrangères de Paris, à Penang (Malaisie), 1808-1968 : institution et représentation, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 2 février 2009 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA-LARHRA UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org