Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, tables rondes et journées d’études 2009-2010

Montagnes dévotes ? Vie religieuse en Savoie du Nord du XVIe au XXe siècle

Archives départementales de la Haute-Savoie, 29 avril 2009
Frédéric Meyer
p. 131-133

Texte intégral

1Le 29 avril 2009 s’est tenue aux archives départementales de la Haute-Savoie une journée d’étude organisée dans le cadre du master d’histoire des religions des universités de Lyon 2 - Lyon 3 - Chambéry et du laboratoire Littératures-Langages-Sociétés de l’université de Savoie, avec la collaboration des archives départementales. Des chercheurs confirmés et des étudiants avancés ont présenté leurs travaux récents à un large public d’amateurs et des membres des sociétés savantes de la région.

2En introduction, F. Meyer notait que le diocèse d’Annecy est un champ d’expérimentation intéressant pour une étude qui veut dépasser les ruptures traditionnelles de l’Histoire, par l’ampleur des archives qu’il conserve autant que par les vicissitudes qu’il a connues (il comptait 453 paroisses en 1500, 374 en 1789, 658 en 1803). Depuis la sécession genevoise, l’expulsion de l’évêque de Genève en 1533, réfugié finalement à Annecy pour ce qu’il croyait être une péripétie provisoire et qui s’avéra pour lui un établissement définitif, Annecy fut un complexe diocèse de frontière (ici religieuse, mais aussi politique avec l’essor de Genève puis de la Confédération helvétique). Il était également un diocèse transnational depuis 1601, en s’étendant en France sur le pays de Gex (où s’applique l’édit de Nantes jusqu’en 1685), en dépendant du métropolitain de Vienne comme du duc de Savoie devenu au XVIIIe siècle roi de Sardaigne. La Révolution et l’occupation françaises amenèrent la création du diocèse du Mont-Blanc regroupant l’ensemble de l’ancien duché ; la révérence envers la mémoire de François de Sales autant que la volonté de partager les prérogatives administratives avec Chambéry, chef-lieu du département, en firent fixer le siège à Annecy. Le concordat de 1801 créa un immense diocèse pour les départements du Mont-Blanc et du Léman, recréant pour 20 ans l’unité avec Genève, mais l’évêque s’installa à Chambéry. Genève reprit logiquement son indépendance après la restauration sarde, en 1819, en entrant dans le diocèse de Fribourg-Lausanne ; la recréation du diocèse de Belley amena la cession de Gex et du Bugey. Ce n’est qu’en 1822, sous la pression de la ville d’Annecy et de la famille Sales que fut créé le diocèse d’Annecy, annonçant la recréation des diocèses de Moûtiers et de Saint-Jean-de-Maurienne en 1825.

3La Savoie du Nord (qui ne recoupe pas toujours le diocèse) passait pour être un « bon pays » au niveau de la préservation de la foi catholique, ce que plusieurs intervenants ont évoqué. D’où le titre qui fut donné à cette journée : « Montagnes dévotes », mais en prenant la précaution d’un doute méthodique. Il est en effet probable que cette impression est récente, ne datant que de l’après 1790, lorsque la Savoie devient, au moins pour un temps, le refuge des proscrits de la politique révolutionnaire, et qu’elle ne corresponde qu’à une partie de la réalité. En 1804, La Bédoyère se félicitait de voir les populations continuer de vénérer à Annecy les reliques de François de Sales et de Jeanne de Chantal. Mais un demi-siècle plus tôt, les voyageurs étrangers trouvaient les Hauts-Savoyards plus bigots que vraiment éclairés ; les églises baroques les déroutaient et ils jugeaient leurs dévotions collectives souvent superstitieuses. Les interventions sur le XVIIIe siècle de Michel Collombat à propos de la culture des prêtres et d’Arnaud Pertuiset sur les difficultés de l’évêque à faire édifier un palais épiscopal digne de sa fonction, illustrèrent cette ambivalence. En revanche, face au monde des villes et depuis les événements troublés de 1792, 1814, 1821, 1848, le Faucigny, le Chablais, le Genevois purent apparaître au XIXe siècle comme des conservatoires de la foi. On est là dans le mythe davantage que dans l’histoire, qui veut croire et faire croire que la montagne est plus dévote, plus pure, plus près de Dieu que la plaine. Mais le mythe est aussi un élément d’histoire.

  • 1 Plusieurs des travaux présentés lors de cette journée ont été publiés par des sociétés savantes de (...)

4Allant dans ce sens, les communications de Laurent Perrillat sur la religion des officiers du Genevois, qui fournirent nombre de familles dévotes aux XVIe et XVIIe siècles, et de Julien Pelloux sur l’action des émigrés savoyards fondant des chapelles ou des écoles dans leur village d’origine avant la Révolution, peuvent être mises en parallèle avec celles de Raphaël Vaudaux sur l’action catholique du chanoine Poncet, animateur du journal Le Bons Sens au milieu du XIXe siècle, et de Julien Joly sur Paul Tapponnier, président départemental de l’ACJF et député de 1919 à 1924. Mais le succès de la franc-maçonnerie en Savoie de 1860 à 1940, présenté par Romain Maréchal, montra qu’il y avait une opposition républicaine forte à l’Église après 1870, fournissant les maires et les préfets, encadrant les instituteurs1.

5Dans les conclusions, Sylvain Milbach répéta l’intérêt du temps long, de l’Ancien Régime à la Restauration sarde de 1815-1860, en regrettant l’absence d’étude sur la Révolution. Alors, dévote, la Savoie ? Son catholicisme fait probablement partie des stéréotypes d’une identité savoyarde conçue comme une terre de chrétienté : ses élites étaient bien souvent détachées dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ; on ne dispose pas de chiffres de la pratique religieuse pour le XIXe siècle ; il existe un anticléricalisme en Savoie dès la période sarde au XIXe siècle, que l’essor de la franc-maçonnerie va relayer après 1860. Ainsi, la Savoie du Nord doit-elle se concevoir comme une double frontière, face à la France et à Genève, à la fois répulsives pour leurs idées, mais aussi fascinantes et attractives pour les migrants comme pour les élites. S. Milbach le disait en terminant : « il n’y a pas de Savoie sanctuarisée ».

Haut de page

Notes

1 Plusieurs des travaux présentés lors de cette journée ont été publiés par des sociétés savantes de Savoie : Laurent Perrillat, L’apanage de Genevois aux XVIe et XVIIe siècles. Pouvoirs, institutions, sociétés, Annecy, Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, 2006, n° 112 et 113 ; Julien Joly, Paul Tapponnier (1884-1970). Du militantisme catholique à l’action politique, Saint-Julien-en-Genevois, Echos saléviens, 2008, n° 17 ; Romain Maréchal, la Franc-maçonnerie dans les pays de Savoie. 1856-1944, Chambéry, Mémoires et documents de la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, 2008, t. CXI. Le travail de J. Pelloux sera publié en 2010 par la Société savoisienne d’histoire et d’archéologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Meyer, « Montagnes dévotes ? Vie religieuse en Savoie du Nord du XVIe au XXe siècle », Chrétiens et sociétés, 16 | 2009, 131-133.

Référence électronique

Frédéric Meyer, « Montagnes dévotes ? Vie religieuse en Savoie du Nord du XVIe au XXe siècle », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2346

Haut de page

Auteur

Frédéric Meyer

Université de Savoie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org