Navigation – Plan du site
Articles

La communauté luthérienne de Lyon au XVIIIe siècle

Alain Briand-Barralon
p. 17-54

Résumés

Une petite communauté luthérienne, originaire surtout d’Allemagne, existe depuis le XVIe siècle à Lyon. Elle bénéficie d’une Église, installée à Genève, à partir de 1707. Il s’agit surtout de négociants, qui se rendent à Genève quatre fois par an pour la Cène. Mais, à partir de 1770, quand les réformés lyonnais ont enfin un pasteur, les luthériens participent de plus en plus à l’Église réformée de Lyon et délaissent Genève.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

Geneva, Lutheran, Traders

Géographie :

Lyon

Chronologie :

XVIIIe siècle

Thèmes :

Protestantisme
Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article fait état des premiers résultats d’une thèse sur le sujet qui couvrira la période 1707-2007.

Texte intégral

  • 1 « L’élément allemand dans le protestantisme lyonnais du XVIIe au XIXe siècle », Revue d’histoire de (...)
  • 2 Roland Gennerat, Histoire des protestants à Lyon des origines à nos jours, Editions Au jet d’ancre, (...)
  • 3 La Banque Protestante en France de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN (...)

1La présence luthérienne à Lyon est attestée très tôt. Un article d’E. Stange1 et l’étude de Roland Gennerat sur les protestants à Lyon2 relèvent l’existence d’une colonie allemande dès les premières années du XVIe siècle dont de nombreux imprimeurs propagateurs des idées luthériennes. Herbert Lüthy3 mentionne la création par certaines maisons de négociants saint-gallois d’une liaison entre Saint-Gall et Lyon assurée par un service de courrier régulier. L’« ordinaire de Lyon » (Lyoner Ordinari) auquel répondait en direction inverse l’« ordinaire de Nuremberg » est fondé au XVIe siècle par les « huit anciennes maisons lyonnaises » de Saint-Gall qui en demeurent propriétaires jusqu’à la chute de cinq d’entre elles pendant la crise de 1640-1675. En 1678, ce service postal devient la propriété commune des négociants « lyonnais » de Saint-Gall. Ce service facilite la venue des négociants luthériens allemands. Lyon est une plaque tournante du commerce entre l’Allemagne, l’Espagne et Marseille.

  • 4 Archives départementales du Rhône (A.D.R.), BP 3600.

2La lecture du registre de délivrance des passeports4 nous indique qu’en 1685, à l’époque de la Révocation de l’édit de Nantes, une douzaine de marchands allemands et alsaciens accompagnés de leur famille et serviteurs quittèrent Lyon pour retourner dans leur patrie. Ce départ fut provisoire pour certains car nous retrouvons deux d’entre eux à Lyon en 1707 : Johann Albrecht et Veit Daniel Fingerlin. Entrepreneurs et marchands à Lyon, ils étaient originaires de familles patriciennes souabes et donc des croyants luthériens. Ils viennent de fonder l’église luthérienne de Genève pour les Lyonnais.

  • 5 Registre des conférences tenues entre messieurs les adjoints aux anciens de l’Église évangélique al (...)

3En effet, des marchands du Sud de l’Allemagne, établis à Lyon, Veit Daniel Fingerlin d’Ulm, Paul Natussen de Leipzig, Johann Leonhard Schuler de Nuremberg, Johann Augustin Riederer de Nuremberg et Johann Jakob Furtenbach de Leutkirch n’ayant plus le droit de célébrer leur culte en France ont sollicité du Grand Conseil de Genève la permission de célébrer de temps en temps un culte de Sainte Cène luthérien. Johann Albrecht (1637-1706), un important marchand et producteur de textiles de Leutkirch, est à l’origine de cette requête. Ses efforts sont soutenus par une lettre de recommandation du roi Frédéric I de Prusse. C’est à Genève, après une intervention de Frédéric I, que les magistrats donnent l’autorisation d’une mise en place d’un culte luthérien officiel, après avoir demandé l’avis de la Vénérable Compagnie des Pasteurs et Diacres5. Le 28 août 1707, le pasteur Schulz célèbre le premier culte luthérien.

Une église de luthériens lyonnais à Genève

Fondation de l’église

  • 6 RC 207 Registre du conseil de la compagnie des pasteurs 1707, Archives d’État de Genève (A.E.G.), p (...)
  • 7 Ibid., p. 627.
  • 8 Ibid., p. 631.
  • 9 Karl Ernst Geith, « Histoire de l’Église luthérienne de Genève », Fribourg, Article publié en 2007 (...)

4Dès les premiers temps, l’église réformée répond favorablement à la demande du pasteur luthérien d’une plus grande liberté de culte. Il y va de l’honneur de l’église réformée6. Il est rappelé dans le registre du conseil de l’église de Genève que les princes allemands ont accueilli à bras ouverts les réfugiés huguenots bien que certains étaient luthériens (Stockholm, Leipzig). La réunion des deux églises servirait à la destruction du papisme7. Les heures de culte accordées seront différentes de l’église de Genève et de l’église réformée allemande8 : « Pour témoigner la charité de l’église luthérienne et l’esprit de tolérance évangélique dont elle est animée, et pour rester dans les bonnes grâces des puissances luthériennes, le culte luthérien fut toléré en cette ville. »9

  • 10 Registre des conférences tenues entre messieurs les adjoints aux anciens de l’Église évangélique al (...)

5Dès le début, un culte est célébré tous les jeudis, deux le dimanche : le matin par le pasteur et l’après-midi (14h) par un postulant en théologie. En outre, quatre fois par année, on célèbre un culte de Sainte Cène, précédé par un culte de confession, qui avait lieu la veille et auquel il fallait s’inscrire. La République de Genève exerce un contrôle sur l’église luthérienne par deux membres du Conseil d’état, appelés les Seigneurs Commis. Les nouveaux pasteurs doivent se présenter devant le Conseil et la Compagnie des Pasteurs. Les Seigneurs Commis devinrent, au fil du temps, le soutien de la communauté et des délégués de la paroisse qui défendent sa cause auprès du Conseil d’état en cas de difficultés10.

  • 11 Ibid., p. 3

6À partir de 1707, la communauté a dû subvenir seule à ses besoins financiers. Au moyen de leur fortune personnelle, les six fondateurs supportaient tous les frais, y compris le salaire du pasteur. Ces marchands deviennent donc les premiers conseillers de paroisse ou anciens. Ils ont gardé cette fonction toute leur vie et souvent sur plusieurs générations11. Toutefois, aucun d’eux n’habite en permanence à Genève. Ils sont Lyonnais. C’est le pasteur, avec l’aide de membres de la communauté (appelés adjoints), qui s’occupe des tâches administratives de l’église. Les villes de Francfort, Nuremberg, Augsbourg et Ulm ont organisé des collectes pour soutenir financièrement cette église fraîchement fondée. À chaque décès d’un ancien ou d’un adjoint un nouveau membre est choisi au sein de la communauté luthérienne. Les conseillers et les adjoints sont issus de l’élite luthérienne des marchands négociants. Comme pour les conseillers, les adjoints sont lyonnais ou genevois.

  • 12 Ibid., p. 24.

7En 1741, la lecture du « registre des conférences entre les anciens et les adjoints » décrit avec précision la structure de l’église : outre un conseil de cinq anciens dont un certain nombre habite Lyon (Fingerlin, puis plus tard Scharff et Schallheimer), les adjoints à la direction de l’église sont quatre à Lyon en 174112 : Jean Scharff de Lindau, Christophe de Halder de Lindau, Jean Paquin de Montbéliard, Jean Théodore Bouschers de Hambourg. Quatre adjoints siègent à Genève. Le 8 juillet 1751 Jean Ulrich Schallheimer est nommé au conseil des anciens. Toutefois, après cette date aucun des adjoints décédés ou quittant Lyon ne sera remplacé (hormis le cas des Fingerlin). Cette attitude est à mettre en corrélation avec le poids démographique croissant de la communauté luthérienne de Genève par rapport à celle de Lyon.

Construction de la nouvelle église

  • 13 Ibid., p. 38, 39, 49.

8La communauté s’étant rapidement agrandie, la salle de culte louée ne suffit plus. On pense donc à l’acquisition d’un bâtiment. Avec l’aide de dons et de collectes de différentes principautés allemandes (Saxe-Cobourg, Baden-Durlach, Brunswick-Wolfenbüttel, Wurtemberg), la communauté peut acquérir en 1762 le Château de Coudrée, à la place du Bourg-de-Four. Il est précisé dans le registre des conférences tenues entre les anciens et les adjoints que c’est grâce à la charité bienfaisante de madame veuve Fingerlin que cette maison est achetée. Comme ce bâtiment n’est pas approprié aux utilisations de la communauté et est très délabré, il est démoli jusqu’à la voûte de la cave, et le bâtiment actuel est construit avec comme prescription du Conseil de Genève de ne pas avoir l’apparence extérieure d’une église13.

  • 14 Copies des lettres françaises, italiennes et hollandaises, A.D.R., 8B 898, p. 309, 312.

9Jean Théodore Bourchers dans deux lettres du 7 juin et du 4 novembre 1762 adressées à son neveu Meyborn de Hambourg14 parle de la collecte organisée à Lyon pour la construction de la nouvelle église luthérienne de Genève et précise ainsi le rôle des adjoints à Lyon. Bourchers est chargé de diriger la construction de cette dernière et doit « se procurer des collections tant à Hambourg qu’ailleurs ». Il fournit 1000 livres à la collecte, à l’exemple de ses confrères lyonnais, pour l’achat d’une grande vieille maison qui sera mise à bas. Madame Fingerlin a contribué pour 3000 livres. Il précise qu’il est question que ses confrères en Allemagne ramassent de l’argent dans les collectes dont ils ont la charge. Par ailleurs, le négociant luthérien Folsch de Marseille (gendre et associé de Butiny) de passage à Lyon est chargé d’une collecte à Hambourg et en Suède. Bourchers demande à son neveu de s’occuper d’une collecte dans les églises comme lui l’a fait à Hambourg en 1734.

10Au moment où commencent les collectes, Bourchers est en mauvais termes avec ses collègues luthériens compte tenu de l’attitude que ce dernier aurait eu envers eux. Sous l’impulsion de Jean Daniel Fingerlin, la construction de l’église à Genève permet le rétablissement des liens entre Bourchers, Fingerlin et les autres membres de son église. Jean Daniel Fingerlin apparaît comme le patron de la communauté luthérienne de Lyon. La maison Fingerlin-Scheidlin gère le capital de l’église luthérienne. L’argent circule entre Genève et Lyon. Les fonds collectés à Genève sont transmis vers Lyon soit par l’intermédiaire de lettres de change soit par l’intermédiaire d’un membre de la famille Fingerlin.

La population luthérienne lyonnaise

Baptêmes

Les baptêmes enregistrés sur le Kirchen Buch

  • 15 A.E.L.G., Kirchen Buch, 1765-1804, p. 4, 5, 6.

11En 1765 à Genève, le pasteur luthérien nouvellement nommé, Beumelburg, décide d’établir un tableau récapitulatif de tous les baptêmes, mariages, décès, communions, intervenus depuis 1707, tant pour les luthériens genevois que lyonnais. Ce tableau mis à jour année après année couvre la période 1707-180015.

12Le tableau récapitulatif comptabilise, pour le XVIIIe siècle, 748 baptêmes de Genevois pour 54 baptêmes de Lyonnais auxquels il convient d’ajouter 11 baptêmes d’enfants originaires de Marseille et Grenoble. Sur ces 54 actes comptabilisés, seulement 28 ont été identifiés dans les archives d’État de Genève et dans celles de l’Église luthérienne de Genève. Il manque d’ailleurs un registre, soit 26 actes, pour la période 1707-1722, dans le fonds d’archives de l’église luthérienne.

131771-1780 : 11 baptêmes lyonnais d’enfants régularisés à Genè1707-1729 : Une communauté luthérienne majoritairement lyonnaise ; 31 actes de Lyonnais pour 13 actes de Genevois.

141752-1762 : 10 baptêmes de Lyonnais durant cette période, auxquels il conviendrait d’ajouter les trois actes des années 1743-46. Pendant cette même période de 10 ans, 65 Genevois sont baptisés. La montée en puissance de la communauté genevoise commence pendant l’intervalle 1730-1751 : 37 baptêmes genevois pour trois lyonnais.

15ve contre 174 baptêmes genevois. La courbe genevoise est sur une tendance de croissance : 12 actes en 1771, 26 en 1779. Le pic est atteint en 1783 avec 29 baptêmes. À partir de 1768, date d’arrivée du pasteur calviniste Pierredon à Lyon, plus aucun enfant lyonnais ne sera baptisé à Genève. 9 des 11 baptêmes lyonnais concernent la famille Koch dont les enfants ont été baptisés à Lyon par le pasteur Pierredon. Ces actes sont régularisés et inscrits sur le registre des baptêmes de l’Église luthérienne de Genève. Il en est de même pour les baptêmes des deux enfants de Gaspard Daniel Fingerlin.

1- Baptêmes genevois

1- Baptêmes genevois

16Pourquoi se rendre à Genève pour un baptême alors qu’un pasteur protestant est dorénavant présent à Lyon ? Pendant cette décennie une situation intermédiaire se met en place : baptême lyonnais, régularisation à Genève.

Qui baptise hors de Genève ?

  • 16 A.E.G., EC Communautés Diverses 6 : Copie du registre des baptêmes de l’Église luthérienne, 9 juin (...)

17Huit baptêmes sur 17 ont lieu à Lyon entre 1712 et 1763. Une question subsiste : en dehors de Marie Christine Schouler, fille de Jean Adam Schouler, négociant de Nuremberg16, baptisée par la sage-femme en 1712, par qui ont été baptisés les sept autres enfants pendant cette période ?

  • 17 Marcel Lienhard, Martin Luther la passion de Dieu, Bayard Éditions, 1999, p. 273-274.

18Selon Martin Luther (à la noblesse chrétienne de la nation allemande, 1520), « si une petite troupe de pieux laïcs chrétiens était faite prisonnière et déportée dans un lieu désert, s’ils n’avaient pas auprès d’eux un prêtre consacré par un évêque et s’ils se trouvaient à ce moment d’accord à ce sujet, ils choisiraient l’un d’entre eux, qu’il soit marié ou non, et lui confieraient la charge de baptiser, de célébrer la messe, d’absoudre et de prêcher, celui-ci serait véritablement un prêtre […] De là vient que chacun peut, en cas de nécessité, baptiser et absoudre, ce qui ne serait pas possible si nous n’étions pas tous prêtres. »17

  • 18 Didier Boisson et Christian Lippold, « La survie religieuse des communautés protestantes du centre (...)

19Par ailleurs, au sujet du baptême, l’édit de Fontainebleau impose sa célébration par les curés des paroisses où résident les nouveaux convertis, et la déclaration du 13 décembre 1698 le rend obligatoire dans les 24 heures suivant la naissance. Ces dispositions sont reprises dans la déclaration du 24 mai 1724. La validité du sacrement étant reconnue par les deux confessions, et les ministres ayant disparu, les protestants se plient bon gré mal gré aux exigences royales18. Ainsi, pendant la période dite « genevoise », des enfants de luthériens ont été aussi baptisés à l’église catholique. C’est le cas de Jean Pierre Eissenman, fils de Jean Frédéric Eissenman brasseur grenoblois, qui a été baptisé en 1756 par le vicaire Bigillion de Saint Joseph à Grenoble. L’acte fut transcrit par la suite sur le registre des baptêmes de l’église luthérienne de Genève. Frédéric Eissenman s’installera à Lyon quelques années plus tard. Malgré des recherches effectuées dans les registres des baptêmes des paroisses catholiques de la presqu’île, nous n’avons pas encore trouvé trace du baptême de ces enfants.

  • 19 A.D.R., Registres paroissiaux de Chessy-aux-Mines et Sain-Bel, l732-92.

20Au sein de la communauté minière de Sain-Bel et Chessy-aux-Mines quelques enfants dont les parents sont originaires d’Allemagne et de l’Est de la France furent baptisés entre 1751 et 1791 par les curés des lieux19. Tel fut le cas de quatre des enfants d’Albert Leydecker, luthérien, fondeur aux mines de Sain-Bel puis de Chessy et de son épouse Leybiguer Marie Barbe, originaire de Montbéliard, en 1751, 1755, 1759 et 1761.

Les fluctuations des baptêmes

  • 20 Roland Gennerat, Histoire des protestants…, op. cit.

21Comme le constate Roland Gennerat20, le nombre de baptêmes atteint son niveau le plus bas au quatrième trimestre et surtout sur les mois de novembre et décembre. Il s’agit là de la répercussion de l’abstinence du carême respectée par les catholiques et les luthériens. Les luthériens vivent parmi les catholiques, n’hésitant pas à faire baptiser les nouveaux nés par le curé de la paroisse de résidence. Nous le verrons plus tard avec le négociant Théodore Bourchers, les contacts sont multiples avec les catholiques.

2- Fluctuation mensuelle des baptêmes

2- Fluctuation mensuelle des baptêmes

Les écarts entre naissance et baptême

22Pour la période 1712-1763, l’ensemble des baptêmes survenant à Lyon ont lieu le jour même de la naissance. Les neuf baptêmes genevois d’enfants lyonnais ont lieu dans un délai de un à sept mois après la naissance. Sept des neuf baptêmes ont lieu entre avril et juin (proximité de Pâques et de Pentecôte) dont quatre pour ce dernier mois.

3- Écarts naissances / baptêmes 1712-1763

3- Écarts naissances / baptêmes 1712-1763
  • 21 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières, le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champio (...)

23Entre 1770 et 1780, 65 % des baptêmes ont lieu le jour de la naissance et 91 % entre le jour de la naissance et le 7e jour. Comme l’écrit Yves Krumenacker21 il s’agit certainement du reste d’une habitude acquise à la suite de l’obligation des baptêmes catholiques.

4-a Écarts naissances / baptêmes 1770-1780

4-a Écarts naissances / baptêmes 1770-1780

4-b Écarts naissances / baptêmes 1781-1792

4-b Écarts naissances / baptêmes 1781-1792

24Pendant la période 1781-1792, le pourcentage des baptêmes survenant entre le jour de la naissance et le lendemain baisse de moitié par rapport à la décennie précédente (35 %). Nous assistons au même mouvement d’allongement des délais constaté par Yves Krumenacker pour les baptêmes réformés survenant dans la première semaine (42 %). Près d’un quart des cérémonies a lieu dans la seconde semaine. Le comportement des luthériens est similaire à celui des réformés, le phénomène est même accru.

25Les 28 actes identifiés sur le registre genevois concernent treize familles dont 11 négociants et un marchand de bières (Koch). Près des deux tiers de ces luthériens sont originaires d’Allemagne (8/13) et près d’un tiers proviennent de Nuremberg (graphique ci-dessous). Sur ces onze familles, quatre sont originaires de la Souabe.

5- Origine géographique des pères luthériens

5- Origine géographique des pères luthériens

Baptêmes luthériens et réformés

  • 22 Archives municipales de Lyon, Registre 717 (Mi 324).

26Aux actes du registre des baptêmes de l’église luthérienne de Genève ont été ajoutés 39 actes de baptême issus du registre de l’église réformée de Lyon22 portant sur la période 1773-1792 représentant 11 familles. Les parents de ces baptisés sont soit issus d’états ou de territoires luthériens (Montbéliard, Nuremberg), soit connus comme luthériens (Jean Ernst marié à Genève). Si nous élargissons l’étude aux 23 pères, les deux tiers proviennent d’une zone géographique allant de l’Alsace et Montbéliard à la Souabe et Nuremberg.

6- Origine géographique des pères

6- Origine géographique des pères

27Pour les mères, la répartition des origines est très différente de celle des hommes ; 13 % des mères sont originaires d’Alsace. La représentativité des Suisses qui était inférieure à 5 % chez les hommes atteint 30 % chez les mères. Saint-Gall fournit 13 % des mères. 26 % des mères sont allemandes (Francfort, la Souabe, Montbéliard). D’autre part, 22 % des mères sont originaires de Lyon.

7- Origine géographique des mères

7- Origine géographique des mères

Les parrains

8- Lieux de résidence des parrains

8- Lieux de résidence des parrains

28Plus des trois quarts des parrains résident à Lyon. Parmi ceux-ci, plus de la moitié sont originaires de Souabe (13 %), d’Alsace (23 %) et de Lyon. La Souabe cumulée au reste de l’Allemagne représente 39 % des parrains. À noter la faible représentativité des Suisses résidant à Lyon (12 %).

9- Origines géographiques des parrains

9- Origines géographiques des parrains

Les marraines

10- Lieux de résidence des marraines

10- Lieux de résidence des marraines

29Le pourcentage des marraines résidant à Lyon est presque similaire à celui des parrains (81 % contre 79 %). Par leur origine, ces dernières se répartissent en quatre groupes d’importance équivalente : les Lyonnaises (25 %), les Alsaciennes (19 %), les Suissesses (24 % dont 20 % de Saint-Gall et du Nord de la Suisse : Zurich, Bischoffzell), les Allemandes (21 %).

11- Origines géographiques des marraines

11- Origines géographiques des marraines

Les mariages enregistrés sur le Kirchen Buch

  • 23 Copie du registre des mariages de l’Église luthérienne, 2 janvier 1708, 9 avril 1798, Archives d’Ét (...)
  • 24 Site internet : Huguenots Le site de la généalogie protestante en France, http://huguenots.free.fr

30Dix-huit mariages de Lyonnais ont été enregistrés sur le livre d’église de 1715 à 1780 contre 380 mariages de Genevois23. Certains mariages ont lieu ailleurs en Suisse, ainsi Jean Ulrich Schallheimer se marie avec Jeanne Pinel le 18 octobre 1780 à Montreux (Suisse)24. La courbe des mariages de Lyonnais s’arrête de manière aussi brutale que celle des baptêmes en 1780.

31Avec le décès de Schallheimer, membre du conseil des anciens de l’église luthérienne de Genève et syndic du commerce de la nation allemande, les liens entre Genève et Lyon commencent à se distendre.

12- Les mariages

12- Les mariages

32Les mariages de l’élite luthérienne sont souvent mixtes. La majorité des mariages (12/18) sont luthéro-réformés, ainsi Johann Scharff, Abraham Stoer, Johann Ringmacher épousent des filles de Genève. Un tiers des mariages sont luthéro-luthériens. Plus de 90 % des épouses réformées sont suisses et près de 70 % sont originaires de Genève et de Saint-Gall.

13- Origines des épouses de religion réformée

13- Origines des épouses de religion réformée

14- Origines des épouses de religion luthérienne

14- Origines des épouses de religion luthérienne

33La moitié des épouses luthériennes sont natives de Lyon (Jeanne Riesch, Jeanne Hey, Marguerite Paquier), l’autre moitié provient de Strasbourg (Bouchard Catherine), Sainte-Marie-aux-Mines (Roedelsberger Marie Madeleine), Lindau (Ochsenreith Madeleine).

34La majorité des époux sont négociants (56 %). Toutefois, outre un brasseur et un marchand de bière, nous voyons apparaître des artisans (tonnelier, maréchal ferrant) et un mineur.

15- Profession des époux

15- Profession des époux
  • 25 A.D.R., 3E 6918.

35Les protestants se marient entre eux. Quand un luthérien veut épouser une catholique, il doit se convertir. Ainsi, converti récemment, Jean Liebermann, tailleur de corsets pour femmes, fils de Georges Liebermann, fileur d’or de Nuremberg, et de Cunégonde Staudach, passe un contrat de mariage le 8 novembre 1760 avec Jeanne Duvillard, fille de Pierre Duvillard, maître ouvrier en étoffe de soie or et argent, et de Pierrette Dumoret25.

  • 26 A.D.R., 3 E 2844B.

36Les mariages entre luthériens et réformés peuvent donner lieu à deux cérémonies. Ainsi, le 23 février 1779 Marie Salomée Scherer, veuve de Jean Daniel Fingerlin, consent au mariage de son fils Jean Henry Fingerlin, 33 ans, avec Marie Marguerite Scherer, fille de Daniel Scherer, bourgeois de Saint-Gall. Ce dernier consent à publier et annoncer les fiançailles à Saint-Gall le 28/02/1779 dans toutes les églises. Le mariage est béni à Genève le 6 mars par le 1er syndic Turettini, et le 7 mars par le pasteur luthérien Beumelburg.26

Les décès enregistrés sur le Kirchen Buch

  • 27 A.E.L.G., Kirchen Buch, 1723-1765, page 13,

37Quarante-quatre décès de luthériens lyonnais ont été saisis sur le tableau récapitulatif pour 445 décès de Genevois. Sur ces 44 décès, 15 ont pu être identifiés sur les registres de l’église luthérienne de Genève. Le premier acte identifié date de 1723 (décès de Anna Zoller fille de Georges Zoller)27. Quinze actes ont ainsi disparu entre 1709 et 1722. Comme pour les registres des baptêmes et mariages, nous constatons un arrêt brutal de l’enregistrement des décès. Il s’arrête en 1782 avec le décès de Jean Ulrich Schallheimer, membre du conseil des anciens de l’église luthérienne de Genève et syndic de la nation allemande.

16- Courbe des décès

16- Courbe des décès
  • 28 Registre 715 et 716 (Mi 324)/ Protestants, sépultures (1692-1719, 1719-1788).

38Le registre des décès alsaco-allemands de l’Hôtel-Dieu28 révèle deux pics (1710-19 et 1770-79) avec un creux pour la période 1740-49. Ce creux est ensuite suivi d’une période de croissance continue des décès jusqu’en 1770-79, suivie d’une chute brutale en 1780-89.

17- Décès alsaco-allemands de l’Hôtel-Dieu

17- Décès alsaco-allemands de l’Hôtel-Dieu

39La mortalité juvénile et infantile est importante : 15 % avant cinq ans et 19 % pour les moins de vingt ans. 52 % des luthériens qui décèdent ont entre vingt et cinquante ans. 20 % des luthériens ont plus de soixante ans. Compte tenu de l’importance des mariages mixtes luthéro-réformés (66 %), il y a un fort déséquilibre entre les hommes (77 %) et les femmes luthériennes (23 %).

18- Âge au décès

18- Âge au décès

Les origines géographiques des décédés

401693-1768 : La population est allemande à 95 %. Quatre régions représentent 57 % du total. Nous retrouvons les habituelles terres luthériennes : Bavière, Alsace, Souabe, Wurtemberg. Ces mêmes quatre territoires représentent 65 % des origines des pères luthériens.

19- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768

19- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768

411768-1792 : C’est une population en majorité allemande à 92 %. 62 % des décédés sont originaires de Souabe (30 %), Saxe (16 %) et Alsace (16 %). La part des Bavarois et Wurtembourgeois passe de 31 % pour la période 1693-1768 à 6 % pour la période 1767-92. La Saxe et la Hesse connaissent les plus fortes croissances entre les deux périodes : triplement pour la Saxe, passage de 0 à 11 % pour la Hesse.

20- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1768-1792

20- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1768-1792

Les professions

21- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768

21- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768

421693 -1768 : 50 % des luthériens décédés appartiennent au groupe des marchands négociants. Ce pourcentage grimpe à 64 % si nous ajoutons les banquiers et commis. Le registre des décès fait apparaître un petit peuple d’artisans, de petits commerçants, de domestiques, soit 30 % des professions.

22- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1668-1792

22- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1668-1792
  • 29 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières…, op. cit., p. 190.

431768 -1792 : Le groupe des négociants commis qui représentait 43 % à la période précédente recule à 32 %. Les brasseurs et marchands de vin représentent 21 % de l’ensemble. Comme le constatait Yves Krumenacker29 pour les réformés, nous voyons apparaître un petit peuple de plus en plus diversifié, musiciens, domestiques, cordonniers, teneurs de livres.

Registre des communions (1723-1819)

  • 30 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 333.
  • 31 Ibid., p. 396.
  • 32 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 445.

44Le registre des communions permet de quantifier les déplacements des luthériens lyonnais et de leur famille, car quatre fois par année, on célèbre un culte de Sainte Cène, précédé par un culte de confession. La confession pouvait être privative ou générale. On peut communier en famille, comme Suzanne Schuler et ses deux filles le 24 mai 174330, Jean Scharff et son fils Jean Étienne en 175731, Abraham Stoer et son neveu en 176432. Le registre pour la période 1707-23 a disparu.

  • 33 A.E.L.G., Registre de conférences entre les adjoints et les anciens, p. 24.
  • 34 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 379 et 396.
  • 35 Ibid., p. 400.
  • 36 A.D.R., Copies des lettres françaises, italiennes et hollandaises, 8B 898, p. 309.
  • 37 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 449 et 460.

45Nous voyons aussi apparaître les liens d’amitié existant entre négociants tels Jean Scharff et Jean Ulrich Schallheimer qui se rendent ensemble à Genève en 175133, 1754 et 175734. Le 16 avril 1758, Schallheimer se rend à Genève avec ses deux associés Samuel Petzold et Joseph Boy de la Tour35. Dans une lettre du 6 juillet 176236 adressée à son neveu Meyborn, Jean Théodore Bourchers adjoint de l’église luthérienne lui annonce qu’il se rend à Genève « pour faire sa dévotion et prier le bon Dieu de lui accorder sa bénédiction dans ses entreprises. »37

  • 38 Ibid., p. 418.
  • 39 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 2, p. 194.

4691 % des luthériens qui se rendent à Genève pour communier sont des hommes. 37 % des luthériens (37 individus sur 110) sont des représentants de cette église à Lyon (anciens et adjoints) tels Jean Scharff, Schallheimer, les Fingerlin père et fils. Schallheimer communie 9 fois en 48 ans, Jean Scharff 8 fois entre 1733 et 1758, Jean Daniel Fingerlin 7 fois entre 1726 et 1770. 90 % des hommes se rendant à Genève ou en revenant sont des négociants (82 %) et des banquiers (8 %). Le troisième groupe est composé des brasseurs. La mine est représentée par l’inspecteur des mines Christophe Koenig38 qui se rend deux fois à Genève pour communier le 13 juin 1764 et en 1765, et par Christian Mettig39 mineur de Sain-Bel venu à Genève pour se marier le 4 janvier 1760.

23- Profession des communiants

23- Profession des communiants
  • 40 A.D.R., 8/05/1764, notaire Patrin, 3E 6920.

47La période d’expansion de la communauté luthérienne lyonnaise s’étend de 1723 à 1770 avec une première forte baisse du nombre des communions des luthériens lyonnais à partir de 1770. Cette baisse est à mettre en corrélation avec l’installation à Lyon en 1768 du pasteur calviniste Pierredon. À noter au mois de mars 1770, la venue à Genève de Jean Thierry Brolemann40. En 1771 décèdent Catherine Fingerlin principale donatrice lors de la création de la nouvelle Église luthérienne de Genève et Jean Scharff ancien de l’église. En 1772, c’est au tour de Jean Daniel Fingerlin autre ancien de l’église, de décéder.

48Le décès de Jean Ulrich Schallheimer syndic de la nation allemande à Lyon et doyen de l’église luthérienne de Genève sonne le glas des relations de la communauté luthérienne de Lyon avec Genève. Le registre des communions fait apparaître les liens tant professionnels que d’amitié que Schallheimer entretenait avec nombre de négociants lyonnais tels Jean Scharff, Jean Daniel Fingerlin et ses fils, Samuel Petzold, Jean Opitz et Joseph Boy de la Tour.

24- Communions à Lyon

24- Communions à Lyon

49Après 1782, année du décès de Schallheimer, quatre communions de Lyonnais auront lieu à Genève entre 1787 et 1791, dont trois membres de la famille Fingerlin.

25- Communions des luthériens lyonnais

25- Communions des luthériens lyonnais

Les abjurations

  • 41 A.D.R., Abjurations, 1685-1703, 45H15, 1729-1749, 45H 16 17. Registre 653 Propagation de la foi, ab (...)
  • 42 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières, le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champio (...)

50Vingt-sept abjurations de luthériens ont été inventoriées entre 1685 et 176841. Ce chiffre est sans commune mesure avec le nombre des abjurations de « l’hérésie de Calvin et Zwingli » (859 entre 1685 et 176042). Les deux tiers des abjurations concernent une population allemande, le tiers restant est composé d’Alsaciens, de Suisses, de Suédois. Contrairement aux calvinistes il s’agit donc d’une population exclusivement étrangère. Dix-sept hommes ont abjuré pour dix femmes. Onze personnes ont entre 20 et 30 ans (40 %), quatre ont moins de 20 ans. En ce qui concerne les professions, on relève deux mineurs, un boucher, trois soldats (régiments allemands) et trois artisans tisserands.

Vie sociale et professionnelle

Une étude des testaments

51L’étude des testaments luthériens est très limitée compte tenu du faible nombre de testaments identifiés (27). Ces documents permettent de constater le rôle pivot de Jean Ulrich Schallheimer syndic de la nation allemande, négociant associé successivement en affaires à Abraham Stoer l’oncle, puis à Joseph Boy de la Tour et Samuel Petzold. Son nom apparaît dans les testaments de Jean Scharff dont il est un proche ami, dans la reddition de la tutelle curatelle Scharff, de Christophe Koenig, inspecteur des mines.

Invocations et formules

  • 43 A.D.R., 8/05/1764, notaire Patrin, 3E 6920.
  • 44 A.D.R., 8/02/1770, notaire Patrin, 3E 6923.
  • 45 A.E.G., 05/12/1777, notaire Flournoys.

52Un point commun à l’ensemble de ces recensements est l’absence d’invocation à la Vierge. Le négociant Abraham Stoer43 le neveu en appelle au nom de Dieu et implore sa clémence divine. Il en est de même pour son épouse. Quant à Jean Matthias Fels44 négociant de Kempten, il utilise un simple « au nom de Dieu, Amen », recommande son âme à Dieu et implore sa miséricorde. Ses biens lui ont été procurés par la Providence, lesquels proviennent du fruit de ses travaux. Dans son testament, Jean Daniel Fingerlin45 utilise l’invocation « au nom de Dieu, Amen » que nous trouvons dans d’autres actes de la famille Fingerlin (contrats d’achats ou de ventes de biens). Par ailleurs, il recommande son âme à Dieu et implore sa miséricorde.

  • 46 A.D.R., 7/07/1790, notaire Hutte, 3E 5947.
  • 47 A.D.R., 24/03/1765, 3E 8103, notaire Tournilhon, 3E 8103.
  • 48 A.D.R., 30/10/1754, notaire Patrin, 3E 6915.

53Pour Sarah Bellard46, épouse d’Abraham Stoer l’ancien, la formule est identique à celles de Fels et Fingerlin. Toutefois, réfléchissant à l’incertitude de l’heure de la mort, elle a fait un testament clos et fermé, après avoir imploré humblement le secours de la miséricorde divine par le mérite de Jésus-Christ. Il n’y a aucune formulation chez Jean Ernst47, commis chez Scherer, déjà malade au moment de la rédaction du testament. Christophe Koenig48, inspecteur des mines, après en avoir appelé au nom de Dieu, implore la miséricorde divine.

  • 49 A.D.R., 10/03/174, 3E 7887, notaire Saulnier.
  • 50 A.D.R., 6/05/1766, 3E 5926, 12/07/1773, 3E 5933, 21/09/1780, 3E 5939, 10/06/17821, notaire Hutte, 3 (...)
  • 51 A.D.R., 11/07/1773, notaire Patrin, 3E 6924.
  • 52 A.D.R., 24/04/1766, notaire Patrin, 3E 6921.

54Les Scharff père, fils et belle fille sont peu originaux. Quant à Jean Scharff49, proche ami de Schallheimer, il en appelle au nom de Dieu, recommandant son âme à Dieu et implorant sa miséricorde. Il veut disposer des biens que la providence lui a donnés. Jean Théodore Bourchers50 négociant de Hambourg désire disposer des biens qu’il a plu à Dieu de lui faire gagner dans son commerce. Il implore ensuite la miséricorde du Dieu tout puissant. Jean Ulrich Schallheimer51 syndic de la nation allemande et ancien de l’église luthérienne de Genève n’a aucune formulation dans ses testaments, ni Samuel Petzold associé de Schallheimer. Paul Schouler52, brasseur, en appelle au nom de Dieu et implore la miséricorde de ce dernier.

Sépultures

  • 53 A.D.R., 26/02/1773, notaire Patrin, 3E 6924.
  • 54 A.D.R., 2/08/1762, notaire Patrin, 3E 6919.
  • 55 A.D.R., 20/12/1763, notaire Patrin, 3E 6919.

55Abraham Stoer le neveu laisse les frais de sépulture à son épouse héritière universelle et vice versa. Les frais funéraires de Koenig seront réglés par son exécuteur testamentaire Abraham Stoer. Seule mention chez Schallheimer dans son codicille de 1782 : un habit de deuil pour son domestique et sa cuisinière. Dans son deuxième testament de 1766 Jean Scharff53 s’en rapporte à son héritière universelle Élisabeth Scharff pour la sépulture et les œuvres. Cette dernière s’en remet à son mari54, tout comme Marie Torras55. Jean étienne Scharff mentionne son père. Jean Théodore Bourchers désire que ses domestiques et commis soient vêtus de noir pour ses obsèques. Par ailleurs, Bourchers déroge à la règle, il est le seul à prendre des dispositions concernant sa sépulture. Il demande à ses héritiers de poser sur son tombeau une plaque de marbre gravée en langue française avec nom, prénom, date de naissance et âge. Quant au brasseur Schouler, ce dernier s’en rapporte à son héritière universelle pour la sépulture.

Legs

56Jean Daniel Fingerlin attribue 50 000 livres à chacun de ses enfants payables au mariage, lors de la majorité ou à l’établissement dans le commerce. Dans son premier testament Jean Ulrich Schallheimer lègue 10 000 livres aux enfants Scharff, Arndt et 3 000 livres à ses deux filleuls. Dans son testament de 1754 (3E 6915), Jean Scharff prévoit que son fils Jean-Étienne gardera l’intégralité du commerce. En 1766, ce dernier laisse la moitié du fonds et des effets de commerce à ses trois petites filles qui toucheront l’héritage à la majorité ou lors du mariage. Élisabeth Scharff, qui n’a pas d’enfant, fait un legs à ses trois nièces.

Curatelle

  • 56 A.D.R., 11/03/1762, notaire Patrin, 3E 6919.

57En cas du décès du père des curatelles sont mises en place. Jean Ernst qui a quatre enfants prévoit un conseil de tutelle composé de Jean et Georges Thomann et de Daniel Schnell auquel son épouse devra rendre compte de tous les mouvements d’argent. Dans son codicille de 1782, Schallheimer met en place un conseil de tutelle sous la responsabilité de Jean Guillard de Schérer l’oncle et de Boscary (procureur). Albert Leydecker56, raffineur aux mines de cuivre de Chessy dont l’épouse vient de décéder à Montbéliard, désigne une tierce personne (procureur) afin de gérer le capital de 1 800 livres pour payer les frais d’éducation de ses enfants, placés dans un orphelinat de Montbéliard.

  • 57 A.E.G., 27/08/1777, notaire Gabriel Flournois.

58Dans son testament de 1763, Jean Étienne Scharff désigne son épouse comme tutrice des enfants au cas où il viendrait à décéder. Il existe une reddition de la tutelle curatelle datant du 6 avril 1772 assurée par Jean Scharff57 jusqu’à sa mort puis par Guillard avec les bons offices de Schallheimer ami de la famille. Les biens de Scharff ne pouvaient suffire pour acquitter ce qu’il devait aux enfants (83 000 livres dont il était débiteur ; il avait laissé en outre deux autres parties soit 45 000 livres.) Guillard et Schallheimer, par sentiment de générosité et par suite de leur attachement aux trois enfants, s’engagent à régler la dite somme due aux enfants avec les intérêts 131 992 livres, soit 43 997 livres par héritier.

Les testataires sans enfant

  • 58 A.E.G, 05/12/1777, notaire Gabriel Flournois.
  • 59 A.D.R., 18/01/1806, notaire Péricaud, 3E 11325.

59Les couples Stoer Bellard58, Stoer Hochsenreith, Guillard Scharff ou un célibataire comme Samuel Petzold59 transmettent soit à leurs parents (Stoer neveu), à leurs frères et sœurs. Jean Matthias Fels lègue à son frère, second bourgmestre de Lindau. Sarah Bellard, épouse d’Abraham Stoer, lègue à sa sœur 15 000 livres, aux enfants de cette dernière ainsi qu’à sa nièce et à sa filleule. Abraham Stoer, l’oncle, demande à son épouse de faire parvenir des biens à ses douze neveux et nièces, bague et montre en or à sa filleule et nièce, ainsi que 15 000 livres à sa sœur Anne Bellard. Christophe Koenig, célibataire, cède aux enfants de sa sœur qui vivent en Saxe, à son neveu, à son ancien tuteur et à son filleul. Bourchers laisse en héritage pour moitié à son frère Jacob, négociant et consul du roi de Suède à Rouen, et pour l’autre moitié à ses trois sœurs. Le brasseur Schouler transmet 5 000 livres à l’ensemble de ses neveux et nièces.

Dons divers

60Les amis sont souvent couchés sur les testaments : Christophe Koenig lègue 500 livres à son ancien tuteur, 2 400 livres à Christian Rau, fondeur dans les monts du Lyonnais, 500 livres à Samuel Petzold compte tenu de l’affection et de la considération que Koenig a pour lui ; Bourchers donne à chacune des maisons où il a travaillé : Firmhaber de Francfort, Finguels de la cité d’Auguste et d’Amman de Venise.

61Les serviteurs peuvent être bénéficiaires de legs. Ainsi Sarah Bellard prévoit 150 et 100 livres pour ses serviteurs. Dans son codicille de 1782, Jean Ulrich Schallheimer laisse en héritage 600 livres et un habit de deuil pour son domestique et sa cuisinière. En 1770, Jean Scharff lègue deux années de gage à son domestique. En 1743 Jean Théodore Bourchers prévoit de vêtir tous ses commis et domestiques de noir et de leur verser une année de salaire.

62Des dons sont faits aux hospices et hôpitaux : les luthériens passent par des établissements catholiques pour pratiquer la charité. Ainsi, Jean Matthias Fels donne 600 livres au Grand Hôtel-Dieu. Jean Daniel Fingerlin laisse 5 000 livres à l’Hôtel-Dieu et autres œuvres charitables. Christophe Koenig prévoit 600 livres pour les orphelins de Roudelstatt et 600 livres pour l’Hôtel-Dieu. Jean Ulrich Schallheimer lègue 33 000 livres dont 3 000 pour l’Hôtel-Dieu. Samuel Petzold, ancien associé de Jean Ulrich Schallheimer, cède 600 livres au bureau de bienfaisance, 600 livres aux hospices de malades et 600 livres à l’hospice des enfants et vieillards. Beaucoup, comme Elisabeth Scharff, fille de Jean, s’en remettent à l’héritier pour les œuvres.

63Les négociants n’oublient pas les pauvres sans qu’il soit fait mention du culte. Jean Matthias Fels donne 1500 livres pour les pauvres de Lindau, Kempten, Ulm. Jean Daniel Fingerlin cède 480 livres aux pauvres de la nation suisse, 480 livres pour les pauvres de Saint-Cyr au Mont d’Or où l’intéressé possède une maison de campagne. Koenig lègue 300 livres aux « pauvres honteux » de la paroisse Saint-Saturnin, 1000 livres aux sabotiers employés des mines de Basse-Bretagne. Il remet 600 livres à Jean Ulrich Schallheimer que ce dernier « devra employer aux soulagements des pauvres allemands établis à Lyon, et de ceux qui y passent sans qu’il soit tenu de justifier en aucune manière de l’emploi fait. »

64Il y a également des legs à l’église luthérienne et autres institutions religieuses : Jean Ulrich Schallheimer transmet 300 livres à l’église luthérienne de Lyon, de même Jean Théodore Bourchers en 1743. Schallheimer lègue aussi aux pénitents de la Miséricorde.

Les témoins des testaments

  • 60 Albert Bessières, « Deux grands méconnus de l'action catholique et sociale : Gaston de Renty et Hen (...)

65Il faut signaler une particularité, la présence de la société des frères cordonniers. Il s’agit d’une succursale de la compagnie créée par le Baron de Renty60. Ces communautés, dont l’existence est attestée jusqu’à la Révolution, ont été fondées au milieu du XVIIe siècle (1645 et 1647) dans le but de réunir des artisans pour travailler et vivre ensemble dans un esprit de perfection chrétienne. Ces communautés rassemblant des compagnons tailleurs et des compagnons cordonniers permettaient à ceux-ci de modifier profondément leurs conditions de travail, puisque l’application du modèle monastique conduisait à l’élection du maître, à l’imitation des abbés.

66Dans onze des 22 testaments luthériens lyonnais apparaît la société des frères cordonniers. C’est dans les locaux de leur maison que sont signés les testaments. Ils apparaissent dans des testaments rédigés par les notaires Hutte et Patrin entre 1754 et les années 1770. Cette société apparaît dans les deux premiers testaments de Jean Scharff. Toutefois, dans son dernier testament les témoins sont fabricants de soie et dessinateurs. Dans le codicille de 1782 de Jean Ulrich Schallheimer, tous les témoins sont des négociants.

67Il existe un lien privilégié entre les luthériens et cette société. Par ailleurs, les notaires Patrin et Hutte utilisent ses membres comme témoins dans des testaments catholiques et calvinistes sans que toutefois ils représentent alors la moitié des testaments.

Les négociants

68Le groupe professionnel ayant laissé le plus de traces écrites est celui composé des banquiers négociants et brasseurs. Une trentaine de ces familles luthériennes a pu être identifiée tout au long du XVIIIe siècle : les Fingerlin, de Scheidlin, Scharff, Schallheimer, Halder, Riederer, et Schuler ont fourni des anciens à l’Église de Genève ; les Frauer, Bourchers, Paquin ont donné des adjoints. On trouve aussi les familles Arndt, Beer, Franck, Ringmacher, Platzmann, Stoer, Fels, Petzold, Frey, Wagelin, Wagelin, Opitz Riesch, Birkel, Braun, Hoffmann, Thomann, Schuller, Eisenmann, Koch, Hay.

Les luthériens dans la ville

  • 61 A.D.R., inventaire après décès, BP 2281.
  • 62 A.D.R. 8B 698, registre des lettres de commerce, p 357.

69La plupart des adresses trouvées appartiennent à une majorité de négociants et à quelques brasseurs. Comme pour les calvinistes, les luthériens sont absents de la rive gauche du Rhône, des pentes de la colline de Fourvière et de celle de la Croix-Rousse. Près des deux tiers de cette population réside entre les rues Lafond, du Bât d’Argent et le quai de Retz. Cette dernière concentre le tiers de cette population. Dans cette rue habitent la famille Fingerlin qui possède plusieurs appartements ou maisons louées par Jean Ulrich Schallheimer, Abraham Stoer61, Bourchers. Les membres des deux conseils de l’église luthérienne sont tous de proches voisins. À la fin de sa vie, Jean Théodore Bourchers62 rend visite aux Fingerlin une fois par semaine. Au Sud, place des Cordeliers, habitent les familles Halder et Arndt. La famille Scharff quant à elle réside rue du Griffon, au bas des pentes de la Croix-Rousse. Le quai Saint-Benoît à hauteur de Port Neuville abrite les brasseurs Eisenman et Schouler.

  • 63 A.D.R., 8B 698, registre des lettres de commerce, lettre du 23 juin 1754 adressée à monsieur Anthoi (...)

70Certains négociants comme la famille Fingerlin ou Jean Théodore Bourchers possèdent une résidence secondaire sise à Saint-Cyr au Mont d’Or pour la première et sur la route de Genève à proximité de Lyon pour le dernier63.

26- Les luthériens dans la ville 1743-1790

26- Les luthériens dans la ville 1743-1790

La famille Fingerlin

  • 64 A.D.R., procurations 3E 2842-46, 5947-49, 6911-22.

71Sur les 167 procurations, obligations, protestations inventoriées dans les actes notariés, 78 actes concernent la famille Fingerlin, banquier de l’église luthérienne64. À partir de ces documents, il a été possible d’établir la liste des correspondants de Jean Daniel Fingerlin pour la période 1745-70 et celle de ses fils pour les années 1772-93.

  • 65 A.D.R., procuration 10/11/1751 3E 6913.
  • 66 A.D.R., procuration 13/04/1752 3E 6914.

72Les affaires de Jean Daniel sont tournées vers l’Espagne (45 % des actes) et surtout vers Valence et Barcelone. 12 % des actes concernent Saint Domingue, porte de l’Amérique du Sud (le sieur Vivier65 de Cap François avait commandé le 31 juillet 1743 un chargement de quatre balles de toile) et 21 % Marseille. Ainsi en 1745, la société Scheidlin-Fingerlin a été informée par ses correspondants d’Amsterdam, la compagnie Vernede-Rietman, du chargement de 45 balles de coton sur le Saint-Jean-Baptiste destiné à Marseille. En 1752, des toiles ont été chargées à Marseille pour les îles Canaries66. L’Allemagne occupe une place négligeable dans le négoce de Jean Daniel Fingerlin.

27- Corrrespondants de Jean-Daniel Fingerlin

27- Corrrespondants de Jean-Daniel Fingerlin

Légende : Grandes régions de production textile et métallurgique

28- Les correspondants de J. D. Fingerlin

28- Les correspondants de J. D. Fingerlin
  • 67 A.D.R., procuration 25/11/1782, 3E 2846.
  • 68 A.D.R., procuration 24/11/1781, 3E 2846.
  • 69 A.D.R., procuration 10/05/1783, 3E 2846.
  • 70 A.D.R., procuration 16/08/1790, 3E 5947.

73Les enfants Fingerlin abandonnent progressivement le négoce pour se tourner vers la banque et les placements financiers. Ces affaires représentent plus de la moitié (53 %) de l’activité des frères. Leurs correspondants à Paris appartiennent à « l’internationale huguenote » et ont pour nom Jean Girardot de Marigny, Emmanuel Haller67, Denis Rougemont68, Ferdinand Grand69, Jacques Rolliet70. Ces derniers sont chargés de recevoir les arrérages échus et à échoir de toutes les rentes perpétuelles et viagères, viagères dites tontines, les arrérages de rentes annuelles assignées sur le revenu du roi.

  • 71 Gilles Forster, « Les trente Immortelles de Genève : une intégration précoce des femmes dans le cap (...)
  • 72 Herbert Luthy, La banque protestante en France…, op. cit., rééd. 1999, t. 3, p. 469.

74La rente viagère, qui existe depuis le début du XVIIIe siècle, consiste pour une personne fortunée à accorder un emprunt à une institution qui en retour lui verse un intérêt (souvent de l’ordre de 8 %) tant que la personne sur laquelle la rente viagère a été souscrite est vivante71. Traditionnellement, ce genre d’opération se réalise au sein d’une famille ou d’un groupe d’associés et permet de garantir des revenus, soit pour ses vieux jours, soit pour ses proches. La rente viagère est aussi un bon moyen pour contourner le droit canonique qui interdit le prêt à intérêt72. Le négoce ne représente que moins de la moitié de l’activité des frères Fingerlin.

75La part de l’Espagne est en net recul par rapport à la période 1745-70 (18 % des actes contre 45 %). Par ailleurs, la part de Valence passe de 24 à 9 % des procurations, celle de Marseille de 21 à 6 %.

29- Correspondants des Fingerlin

29- Correspondants des Fingerlin

Jean Théodore Bourchers « capitaliste luthérien » (1696-1766)

76Telle est la profession de l’intéressé, indiquée sur le registre des décès de l’Hôtel-Dieu. Après avoir parfait sa formation professionnelle chez Firmhaber de Francfort, Finguels de la cité d’Auguste et d’Amman de Venise, Bourchers s’est installé à Lyon entre 1720 et 1730. L’intéressé a été nommé au conseil des adjoints de l’église de Genève en 1732.

77Sa correspondance commerciale (1754-66) et le registre des commissions (8B 698) permettent de cartographier la liste de ses commanditaires. Contrairement à Jean Daniel Fingerlin qui commerce principalement avec l’Espagne, Jean Théodore Bourchers trafique avec les pays de langue allemande et le Nord de l’Europe. Son principal client est Arnold de Ratisbonne (28 % des commandes) à qui il expédie de l’huile d’olive, des câpres surfines et des amandes de Provence. Hambourg est la seconde destination du commerce de notre négociant. La société Witte et Moller, celles de Jean Bielefeld (21/08/1755) et de Jean Pierre Averhoff passent commandes de vestes de droguet, de taffetas, de soieries, de péruviennes. 17 % du négoce se fait avec Stockholm et Copenhague. Decker de Copenhague passe commande de galon d’argent, de peaux et de gants de Grenoble. Les négociants Siffwert et Knigge de Stockholm se font livrer florentines, satin broché, péruviennes, soie, velours ciselé.

30- Correspondants de Bourchers

30- Correspondants de Bourchers

78Le registre des lettres françaises, italiennes et hollandaises de Bourchers couvre la période qui va de janvier 1754 à janvier 1766. Ces lettres décrivent au jour le jour les relations professionnelles et privées du négociant luthérien. Les remarques personnelles de l’intéressé sur la situation économique et politique tant à Lyon qu’en Europe sont fort intéressantes venant d’un témoin direct.

79Dans une lettre du 22 mars 1754, adressée à Cortey de Macon (p. 11), il explique que l’argent est rare. Il manque à Bourchers 30 000 livres pour finir le bilan de ce courant. Il est obligé d’avoir recours à des dépôts. À monsieur Anthoine gouverneur du baron Stroganoff, il écrit, le 2 juin 1754 (p. 31), que de nombreux Lyonnais vont à Genève pendant les fêtes de Pentecôte (luthériens et calvinistes) ; un de ces Lyonnais assurera le transport d’un règlement au retour. À partir de 1757, Jean Théodore Bourchers commente régulièrement dans les lettres adressées à son neveu les conséquences de la guerre de Sept Ans. Dans une correspondance du 29 septembre 1757 (p. 230) transmise à son neveu Meyborn qui réside à Hischberg, Bourchers écrit qu’à cause de la guerre les courriers entre Lyon et l’Allemagne passent par Marduick en Flandres et arrivent fort irrégulièrement. Il précise que le commerce est presque mort à Lyon. De nombreuses banqueroutes ont lieu à Paris et à Lyon. Le 6 octobre (p. 231), il informe Grill, à Amsterdam, que la guerre en Allemagne gêne le commerce vers la Suède.

80Le 20 décembre 1757 (p. 235), Bouchers écrit à Hillner Riederer qu’il a stoppé le commerce du safran du Gâtinais car tous les acheteurs s’adressent directement à Paris. Le 29 janvier 1758 (p. 237), on apprend que Naville de Genève fabrique des galons d’or destinés aux uniformes utilisés dans les cours nordiques. Bourchers s’étonne, le 10 février 1758 (p. 238), qu’il faille prier un ouvrier genevois de travailler alors qu’à Lyon, c’est le contraire. On monte autant de métiers d’un même dessin que le marchand en demande.

81Le 8 mai 1759, comme chaque année à pareille date, Bourchers envoie un certificat de vie de Rousset afin de recevoir les rentes de tontine sur sa tête (p. 270). À Meyborn, le 25 septembre 1759, il écrit (p. 277) que les sociétés de Goudard et Guldiman, à Paris, ont fait banqueroute. Heureusement pour Bourchers, il a retiré son argent à temps. Les maisons suisses et allemandes ont des sommes importantes déposées chez ces derniers.

82Bourchers envisage, le 15 avril 1760, de poursuivre en justice les négociants débiteurs de Saint-Petersbourg. Toutefois, la procédure s’avèrera longue et coûteuse (lettre à Meyborn, p. 282). Il écrit le 12 mai 1760 à l’ambassadeur de France à Saint-Petersbourg qu’il a subi des pertes considérables suite à nombre de banqueroutes en France et en Allemagne. Plusieurs négociants font faillite à Saint-Petersbourg dont Deyriard François. Il demande à l’ambassadeur d’intimider l’intéressé. Le 16 juin 1760 il explique à Meyborn qu’il envisage de s’adresser au baron Stroganoff afin de faire rendre gorge aux négociants de Saint Petersbourg en banqueroute. Quelques faillites sont à noter à Lyon. La lettre à Stroganoff est du 9 septembre 1760 (p. 285) : Bouchers écrit qu’Henry Deyriard et Meyer (un autre négociant) lui doivent 16 000 Livres. Ce dossier va accaparer Bourchers pendant près de quatre ans. Il les a poursuivis en justice. Il demande conseil et protection au baron Stroganoff.

83On apprend, dans une lettre à Meyborn du 7 février 1761 (p. 289), que l’ensemble de ses débiteurs lui doit 25 629 livres. Deyriard doit plus de 16 000 livres. Il demande à Stroganoff (lettre du 21 juin 1761, p. 293) d’écrire deux mots à son beau père de Worronzow ou au comte de Czernichef, président du conseil du commerce. Mais, le 30 janvier 1762, Bouchers explique qu’il vient d’apprendre le décès de l’impératrice (lettre à Meyborn, p. 301). C’est une mauvaise nouvelle pour ses affaires car le baron Stroganoff était en très bonne grâce auprès de l’impératrice. Il pense que cet évènement causera peut être aussi un changement dans les troubles de la « misérable guerre d’aujourd’hui » à laquelle presque toute l’Europe prend part ; la France se prépare à la poursuivre encore plus depuis que l’Espagne s’est déclarée contre l’Angleterre. Bouchers prévient son neveu de prendre garde à ses entreprises de toile car les Anglais y porteront sûrement des obstacles. Il convient d’aller pas à pas jusqu’au retour du beau temps.

  • 73 Deux négociants luthériens de Lyon.

84Le 17 octobre 1763, Bourchers s’étonne auprès de Meyborn (p. 328) que son neveu veuille lui adjoindre Beer et Franck73 car ni l’un ni l’autre n’est capable pour cela. Le premier est devenu trop riche et fier du métier de « grippe sols » qu’il lui avait procuré quand il avait à peine de quoi s’habiller, l’autre est un misanthrope. Le 14 juillet 1764 (p. 342), Bourchers peut annoncer à Meyborn une bonne nouvelle : Deyriard vient de mourir. Bourchers parvient à un accord à l’amiable avec ses héritiers.

85Une dernière lettre à Meyborn, en août 1765 (p. 357), nous apprend que, compte tenu de sa santé, Bourchers se rend en visite une fois par semaine chez Fingerlin avec sa femme qui l’accompagne. Il décède le 28 février 1766.

86Grâce au climat de tolérance qui s’est installé à la fin des années 1760 et à l’installation à Lyon en 1768 du pasteur calviniste Pierredon, la communauté luthérienne de Lyon va progressivement se replier sur Lyon. Entre 1768 et 1782, l’église luthérienne des Lyonnais à Genève devient l’église luthérienne de Genève. Désormais, les luthériens lyonnais vont vivre leur foi à Lyon au risque de perdre leur identité au contact du culte calviniste. Après 1782, l’église luthérienne de Genève est aux mains des genevois. Plus aucun lyonnais ne siège au conseil des adjoints à l’exception des frères Fingerlin, membres du conseil des anciens.

87Du fait de mariages mixtes (Elisabeth Scharff mariée au calviniste genevois Jean Guillard, son frère Jean Étienne à la Genevoise Marie Torras), pour des raisons sociales ou tout simplement théologiques, les descendants des couples mixtes, quand ils sont encore protestants, sont intégrés dans le milieu réformé. Pour un notable luthérien dont la religion est considérée comme étrangère, se convertir au catholicisme ou au calvinisme est un moyen d’intégration dans la société française.

88En cette fin du XVIIIe siècle, la communauté luthérienne de Lyon vit sa vie à l’ombre de la communauté calviniste. Elle renaîtra définitivement en 1851 pour devenir une église lyonnaise, celle du 12 rue Fénelon. Mais ceci est une autre histoire qui se perpétue jusqu’à nos jours.

Haut de page

Notes

1 « L’élément allemand dans le protestantisme lyonnais du XVIIe au XIXe siècle », Revue d’histoire de Lyon, 1914 tome 13.

2 Roland Gennerat, Histoire des protestants à Lyon des origines à nos jours, Editions Au jet d’ancre, 1994.

3 La Banque Protestante en France de la Révocation de l’édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959-1961.

4 Archives départementales du Rhône (A.D.R.), BP 3600.

5 Registre des conférences tenues entre messieurs les adjoints aux anciens de l’Église évangélique allemande établie à Genève pages 3 et 4. Archives de l’Église luthérienne de Genève (A.E.L.G.), 20 rue Verdaine Genève.

6 RC 207 Registre du conseil de la compagnie des pasteurs 1707, Archives d’État de Genève (A.E.G.), p. 615.

7 Ibid., p. 627.

8 Ibid., p. 631.

9 Karl Ernst Geith, « Histoire de l’Église luthérienne de Genève », Fribourg, Article publié en 2007 sur internet pour le tricentenaire de l’Église luthérienne de Genève.

10 Registre des conférences tenues entre messieurs les adjoints aux anciens de l’Église évangélique allemande établie à Genève, p. 99.

11 Ibid., p. 3

12 Ibid., p. 24.

13 Ibid., p. 38, 39, 49.

14 Copies des lettres françaises, italiennes et hollandaises, A.D.R., 8B 898, p. 309, 312.

15 A.E.L.G., Kirchen Buch, 1765-1804, p. 4, 5, 6.

16 A.E.G., EC Communautés Diverses 6 : Copie du registre des baptêmes de l’Église luthérienne, 9 juin 1712 - 10 juin 1798, Page de garde.

17 Marcel Lienhard, Martin Luther la passion de Dieu, Bayard Éditions, 1999, p. 273-274.

18 Didier Boisson et Christian Lippold, « La survie religieuse des communautés protestantes du centre de la France et du Bassin Parisien de 1685 à 1787 », Histoire Économie et société, 2002, vol. 21 p. 238.

19 A.D.R., Registres paroissiaux de Chessy-aux-Mines et Sain-Bel, l732-92.

20 Roland Gennerat, Histoire des protestants…, op. cit.

21 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières, le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 179.

22 Archives municipales de Lyon, Registre 717 (Mi 324).

23 Copie du registre des mariages de l’Église luthérienne, 2 janvier 1708, 9 avril 1798, Archives d’État de Genève, EC Communautés diverses 5.

24 Site internet : Huguenots Le site de la généalogie protestante en France, http://huguenots.free.fr

25 A.D.R., 3E 6918.

26 A.D.R., 3 E 2844B.

27 A.E.L.G., Kirchen Buch, 1723-1765, page 13,

28 Registre 715 et 716 (Mi 324)/ Protestants, sépultures (1692-1719, 1719-1788).

29 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières…, op. cit., p. 190.

30 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 333.

31 Ibid., p. 396.

32 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 445.

33 A.E.L.G., Registre de conférences entre les adjoints et les anciens, p. 24.

34 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 379 et 396.

35 Ibid., p. 400.

36 A.D.R., Copies des lettres françaises, italiennes et hollandaises, 8B 898, p. 309.

37 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 1, p. 449 et 460.

38 Ibid., p. 418.

39 A.E.L.G., Kirchen Buch Tome 2, p. 194.

40 A.D.R., 8/05/1764, notaire Patrin, 3E 6920.

41 A.D.R., Abjurations, 1685-1703, 45H15, 1729-1749, 45H 16 17. Registre 653 Propagation de la foi, abjurations 1703-1729.

42 Yves Krumenacker, Des protestants au siècle des Lumières, le modèle lyonnais, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 62.

43 A.D.R., 8/05/1764, notaire Patrin, 3E 6920.

44 A.D.R., 8/02/1770, notaire Patrin, 3E 6923.

45 A.E.G., 05/12/1777, notaire Flournoys.

46 A.D.R., 7/07/1790, notaire Hutte, 3E 5947.

47 A.D.R., 24/03/1765, 3E 8103, notaire Tournilhon, 3E 8103.

48 A.D.R., 30/10/1754, notaire Patrin, 3E 6915.

49 A.D.R., 10/03/174, 3E 7887, notaire Saulnier.

50 A.D.R., 6/05/1766, 3E 5926, 12/07/1773, 3E 5933, 21/09/1780, 3E 5939, 10/06/17821, notaire Hutte, 3E 594

51 A.D.R., 11/07/1773, notaire Patrin, 3E 6924.

52 A.D.R., 24/04/1766, notaire Patrin, 3E 6921.

53 A.D.R., 26/02/1773, notaire Patrin, 3E 6924.

54 A.D.R., 2/08/1762, notaire Patrin, 3E 6919.

55 A.D.R., 20/12/1763, notaire Patrin, 3E 6919.

56 A.D.R., 11/03/1762, notaire Patrin, 3E 6919.

57 A.E.G., 27/08/1777, notaire Gabriel Flournois.

58 A.E.G, 05/12/1777, notaire Gabriel Flournois.

59 A.D.R., 18/01/1806, notaire Péricaud, 3E 11325.

60 Albert Bessières, « Deux grands méconnus de l'action catholique et sociale : Gaston de Renty et Henri Buch », compte rendu par Pierre Coste, Revue d'histoire de l'Église de France, 1931, p. 494-496.

61 A.D.R., inventaire après décès, BP 2281.

62 A.D.R. 8B 698, registre des lettres de commerce, p 357.

63 A.D.R., 8B 698, registre des lettres de commerce, lettre du 23 juin 1754 adressée à monsieur Anthoine, gouverneur du baron Stroganoff, p 43.

64 A.D.R., procurations 3E 2842-46, 5947-49, 6911-22.

65 A.D.R., procuration 10/11/1751 3E 6913.

66 A.D.R., procuration 13/04/1752 3E 6914.

67 A.D.R., procuration 25/11/1782, 3E 2846.

68 A.D.R., procuration 24/11/1781, 3E 2846.

69 A.D.R., procuration 10/05/1783, 3E 2846.

70 A.D.R., procuration 16/08/1790, 3E 5947.

71 Gilles Forster, « Les trente Immortelles de Genève : une intégration précoce des femmes dans le capitalisme financier au service de l’ordre patriarcal », Articulo.ch - revue de sciences humaines, n° 2 : http://articulo.revues.org, 2006.

72 Herbert Luthy, La banque protestante en France…, op. cit., rééd. 1999, t. 3, p. 469.

73 Deux négociants luthériens de Lyon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1- Baptêmes genevois
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Titre 2- Fluctuation mensuelle des baptêmes
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-2.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre 3- Écarts naissances / baptêmes 1712-1763
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-3.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre 4-a Écarts naissances / baptêmes 1770-1780
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre 4-b Écarts naissances / baptêmes 1781-1792
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre 5- Origine géographique des pères luthériens
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-6.png
Fichier image/png, 11k
Titre 6- Origine géographique des pères
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-7.png
Fichier image/png, 16k
Titre 7- Origine géographique des mères
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-8.png
Fichier image/png, 26k
Titre 8- Lieux de résidence des parrains
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-9.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre 9- Origines géographiques des parrains
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-10.png
Fichier image/png, 16k
Titre 10- Lieux de résidence des marraines
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-11.png
Fichier image/png, 9,8k
Titre 11- Origines géographiques des marraines
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-12.png
Fichier image/png, 21k
Titre 12- Les mariages
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-13.png
Fichier image/png, 19k
Titre 13- Origines des épouses de religion réformée
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-14.png
Fichier image/png, 17k
Titre 14- Origines des épouses de religion luthérienne
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-15.png
Fichier image/png, 12k
Titre 15- Profession des époux
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-16.png
Fichier image/png, 19k
Titre 16- Courbe des décès
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-17.png
Fichier image/png, 23k
Titre 17- Décès alsaco-allemands de l’Hôtel-Dieu
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-18.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre 18- Âge au décès
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-19.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre 19- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-20.png
Fichier image/png, 37k
Titre 20- Origines géographiques des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1768-1792
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-21.png
Fichier image/png, 26k
Titre 21- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1693-1768
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-22.png
Fichier image/png, 46k
Titre 22- Professions des personnes décédées à l’Hôtel-Dieu 1668-1792
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-23.png
Fichier image/png, 41k
Titre 23- Profession des communiants
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-24.png
Fichier image/png, 15k
Titre 24- Communions à Lyon
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-25.png
Fichier image/png, 16k
Titre 25- Communions des luthériens lyonnais
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-26.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre 26- Les luthériens dans la ville 1743-1790
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 27- Corrrespondants de Jean-Daniel Fingerlin
Légende Légende : Grandes régions de production textile et métallurgique
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre 28- Les correspondants de J. D. Fingerlin
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-29.png
Fichier image/png, 18k
Titre 29- Correspondants des Fingerlin
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-30.png
Fichier image/png, 22k
Titre 30- Correspondants de Bourchers
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2313/img-31.png
Fichier image/png, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Briand-Barralon, « La communauté luthérienne de Lyon au XVIIIe siècle », Chrétiens et sociétés, 16 | 2009, 17-54.

Référence électronique

Alain Briand-Barralon, « La communauté luthérienne de Lyon au XVIIIe siècle », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2313 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2313

Haut de page

Auteur

Alain Briand-Barralon

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Jean Moulin - Lyon III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org