Navigation – Plan du site

Avant-propos

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Nous en sommes déjà au numéro 13 de Chrétiens et Sociétés, qui entend rester fidèle à son projet de rendre compte des recherches faites principalement en histoire religieuse autour de l’équipe RESEA (Religions, Sociétés Et Acculturation) de l’UMR 5190 LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes). Il cherche à mettre particulièrement en valeur les jeunes chercheurs et de permettre à des collègues d’autres pays, voire d’autres continents, avec lesquels nous entretenons des relations, de faire connaître leurs travaux en France.

2Ce numéro en est une illustration. Il débute par une étude passionnante de Renaud Villard sur un non-événement, la révolte d’Urbino de 1573 : à peine une révolte, mais suivie d’une répression d’une certaine ampleur ; cela donne l’occasion à l’auteur de montrer le heurt de deux théologies politiques, l’une centrée sur la notion de contrat, l’autre établissant un lien direct entre Dieu et le souverain. C’est cette dernière qui triomphe, permettant le développement d’un pouvoir fort sur un petit territoire dépourvu en outre de références institutionnelles permettant l’imposition d’une obéissance absolue. Julien Léonard, nouveau doctorant à Lyon III, nous présente ensuite le portrait d’un pasteur messin du XVIIe siècle, David Ancillon. Il nous donne ainsi une belle leçon de méthode, cherchant à débrouiller ce qui relève de la biographie et ce qui est plutôt du domaine de la construction de la figure idéale du pasteur. Sa source permet donc, à condition de bien différencier les deux perspectives, de travailler dans deux directions différentes. Rafael Mandressi, dans son article, se situe à la jonction de deux préoccupations de RESEA : l’histoire religieuse et celle de la médecine. En effet, son analyse de cas de possession à l’époque moderne nous montre comment les médecins, avec la complicité des autorités religieuses, deviennent peu à peu des spécialistes capables de dire s’il y a ou non action du démon, introduisant ainsi un processus de laïcisation en ce domaine. Rafael Mandressi, professeur à l’Université Catholique de Montevideo, avait, tout comme Renaud Villard, présenté une première version de son texte dans le cadre des séminaires de RESEA.

3La période contemporaine est également à l’honneur, avec Joseph Arthaud, fervent catholique et important aliéniste lyonnais, premier médecin directeur à l’hôpital du Vinatier, présenté par Frédéric Scheider, qui donne ici les principales conclusions de sa thèse de doctorat. Arthaud illustre bien les relations complexes entre le catholicisme et la politique de la IIIe République : s’il a bien intégré la séparation entre la foi et la médecine – bien que, pour lui, sa pratique est un véritable sacerdoce – il se heurte à un anticléricalisme qui veut exclure et non plus simplement séparer. Les articles suivants sont dus à des chercheuses étrangères, pour qui il est important de présenter leurs travaux en France : Célestine Fouellefak Kana-Dongmo, qui enseigne à l’Université de Dschang (Cameroun) résume la thèse qu’elle avait soutenue à Lyon en 2005 sur l’évangélisation du pays bamiléké (Chrétiens et Sociétés 2005, p. 182-184), fondée notamment sur une riche documentation orale. Maria Alzira Colombo, du Collège Notre-Dame de Sion à São Paulo, met l’accent sur un phénomène peu connu, la venue de religieuses françaises au Brésil après les lois de séparation en France, et leur effet sur l’éducation des jeunes Brésiliennes.

4La suite du numéro reprend les rubriques classiques, présentant les colloques, tables rondes et journées d’études passés ou à venir, les thèses soutenues, les publications des membres de RESEA et du master d’histoire religieuse de Chambéry, des recensions de livres. La principale nouveauté consiste en la présentation, avant la traditionnelle liste des mémoires soutenus, des masters portant sur les missions. Il nous a semblé en effet qu’un des rôles de Chrétiens et Sociétés pouvait être de faire connaître de bons travaux d’étudiants et nous avons décidé d’opérer de manière thématique. Cette année ce sont les mémoires portant sur les missions, un domaine de recherches particulièrement fécond à Lyon, qui est présenté. D’autres thèmes viendront dans les années suivantes.

5Ce numéro 13 est également l’occasion de rendre hommage à Jean-Dominique Durand, qui a été rédacteur en chef de Chrétiens et Sociétés depuis sa nouvelle formule, en 2002, et qui a souhaité se retirer. Le numéro de 2001 comptait 240 pages ; en 2002, on en était à 256 ; le numéro de 2005 est allé jusqu’à 272 pages. Au-delà de cet accroissement, il a fallu passer du statut de Bulletin du centre André Latreille et de l’Institut d’Histoire du Christianisme à celui de Bulletin de l’équipe RESEA, à la thématique plus large. Cela a été fait avec succès et le « bulletin » est devenu une véritable revue, lue avec intérêt non seulement dans la région lyonnaise mais aussi dans de nombreuses universités françaises et à l’étranger. Une nouvelle étape va à présent se présenter avec, si tout va bien, la mise en ligne de Chrétiens et Sociétés sur le portail revues.org en 2007. Gageons que cela accroîtra encore le rayonnement de notre revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Avant-propos », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2304

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org