Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Oissila Saaïdia, Clercs catholiques et Oulémas sunnites dans la première moitié du XXe siècle. Discours croisés, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 2004, 463 p.

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

1Le livre de Oissila Saaïdia est issu de sa thèse préparée sous la direction de Claude Prudhomme et soutenue à Lyon 2 en décembre 2001. Il est le fruit d’une recherche profondément originale, empruntant des chemins escarpés et peu fréquentés par les chercheurs prudents, débouchant sur un champ qui n’a guère été labouré pour l’époque contemporaine. Le sujet a la particularité d’être important autant pour la recherche historique que pour la société d’aujourd’hui si agitée par de nouvelles tensions dans lesquelles les religions sont instrumentalisées.

2En effet, au cœur de l’ouvrage est posée la question de l’altérité, « une approche historique de l’altérité » selon l’auteure, à travers l’étude scientifique de la formation du regard sur l’autre, et de la relation à la religion de l’autre comme catalyseur de sa propre confession. En ce sens, l’altérité est vue comme un retour sur soi.

3C’est donc un thème complexe que Oissila Saaïdia a traité, en s’appuyant sur une masse considérable de documents d’archives et imprimés, rassemblée à Paris, au Caire, à Jérusalem, à Rome, à Beyrouth, en ayant accès à des fonds jusqu’ici fermés à la recherche, notamment ceux de la Congrégation romaine pour les Églises orientales. Un tel travail exigeait la maîtrise de plusieurs langues, français, anglais, arabe, italien et jusqu’au latin, mais aussi et surtout une double culture théologique musulmane et catholique. En abordant la grande question des relations islamo-chrétiennes, elle a voulu s’attaquer aux deux versants catholique et musulman  à la fois, tout aussi raides l’un que l’autre. Le pari était difficile à tenir. On peut lui reprocher à juste titre et non sans facilité de ne pas avoir tout vu, d’avoir laissé dans l’ombre tel protagoniste ou telle revue. La recherche effectuée n’en est pas moins remarquable, et Oissila Saaïdia s’affirme comme une spécialiste autant du catholicisme que de l’islam contemporains en sachant pénétrer dans les profondeurs de l’une et l’autre religion, ce qui est plutôt rare et précieux dans l’Université française.

4Elle a fait un choix de regards, abordés à partir de discours, non pas de LA position du catholicisme face à l’islam sunnite ou de ce dernier face au catholicisme. Ce choix détermine les limites du projet. Il n’existe pas pour la période étudiée – la première moitié du XXe siècle – une position catholique officielle, et le sunnisme ne connaît pas de son côté, une autorité centralisée susceptible de définir un discours commun. De la sorte le déséquilibre que l’on pouvait imaginer entre le catholicisme fortement centralisé et l’islam est atténué. Pour les deux religions, le choix du corpus repose sur des critères comparables qui justifient de mettre les textes en parallèle. Les discours tirent leur légitimité du statut de ceux qui les développent. Théologiens reconnus dans leurs propres communautés, ils bénéficient d’une autorité personnelle indiscutable. Ils s’expriment en outre dans des lieux (l’université Al-Azhar par exemple) et en direction de partenaires qui renforcent  l’importance de leurs propos.

5Renonçant à déterminer une position officielle qui n’existait pas, la recherche de Oissila Saaïdia entend étudier ce que pensent et disent la majorité des théologiens. Elle constate que la religion de l’autre intéresse modérément, voire très peu, les détenteurs du savoir religieux. La confrontation à l’autre religion fonctionne comme un révélateur. Chez les catholiques, l’échec des entreprises de conversion du monde musulman a entraîné un faible intérêt pour l’islam, en dehors de quelques groupes minoritaires qui appartiennent à des congrégations engagées dans la mission en terre d’islam. Chez les musulmans sunnites, la confrontation avec l’Occident colonisateur, suscite de vives réactions défensives, identitaires, mais aussi réformatrices. Elle n’ébranle pas la conviction profondément ancrée que le christianisme est le fruit d’une révélation détournée et falsifiée dont le prophète Mohammed donne le vrai contenu.

6À partir de ces données, l’auteure montre comment des théologiens catholiques cherchent à donner un sens à une religion concurrente qui prétend être l’accomplissement des révélations antérieures. Elle met à jour un éventail d’attitudes de plus en plus diversifiées. Celles-ci vont de la répétition des jugements négatifs traditionnels à des essais audacieux pour reconnaître dans l’islam le statut d’un authentique message religieux. Le choix de la période chronologique s’avère ainsi fécond parce qu’il montre comment ces années, des années qui suivent la Première Guerre mondiale au début des années 1950, hésitent encore entre des réponses contradictoires. L’option pour le dialogue plutôt que la controverse durant le concile de Vatican II n’allait pas de soi. Il faudra la dynamique conciliaire pour qu’elle l’emporte dans une conjoncture différente. À l’inverse les regards sunnites ne semblent guère évoluer et le christianisme n’y est pas l’objet de débats. L’incontestable effort déployé par des théologiens égyptiens musulmans pour aller aux textes fondateurs du christianisme ne se départit pas d’un souci apologétique et reste fidèle à la démarche de la controverse. Est bien montré de la sorte le risque d’un décalage croissant entre un catholicisme en train d’évoluer et un islam absorbé par d’autres préoccupations, ce qui laisse mal augurer de la possibilité d’un dialogue réel. Mais la mise en contact des deux religions met aussi en évidence les questions centrales que sont, pour l’islam le statut du Coran et son mode d’interprétation, et pour le christianisme la finalité de la mission et les conditions de son acculturation.

7Au terme de ces analyses, la démonstration avance prudemment des interprétations nuancées. Côté catholique, les parcours individuels des spécialistes de l’islam semblent plus déterminants que les formations reçues, l’appartenance à telle ou telle congrégation, la position institutionnelle ou l’engagement sur le terrain. C’est au terme d’un parcours personnel que s’affirment des positions divergentes y compris parmi les convertis au catholicisme. La théologie vient ensuite légitimer les jugements plus qu’elle ne les fonde en amont. Il en va autrement dans les discours sunnites examinés : l’objectif n’est pas ici de rechercher des convergences doctrinales avec le christianisme mais d’établir la vérité de l’islam. En conséquence la critique historique des textes fondateurs est utilisée à la seule destination des textes chrétiens pour en tirer les arguments qui démontrent la falsification opérée par les Évangiles.

8Oissila Saaïdia ne se départit jamais d’une démarche scientifique rigoureuse, acquise auprès des Centres de recherche en histoire religieuse des deux Universités de Lyon 2 et de Lyon 3. Sa recherche se déploie en dix chapitres, en commençant par une bonne mise en perspective et contextualisation par rapport aux problèmes politiques et internationaux et aux bouillonnements religieux du temps, et en présentant les sources et les acteurs étudiés, du côté musulman (l’Université Al-Azhar, gardienne de l’orthodoxie, la revue Al-Manàr, phare du réformisme égyptien) comme du côté catholique (plusieurs congrégations religieuses, les dominicains, les pères blancs, les jésuites, et les autorités romaines). Puis elle suit plusieurs parcours catholiques et musulmans en notant de part et d’autre, la vision de l’autre. Le dernier chapitre est consacré à l’Association des Frères de la Pureté qui fut pionnière dans le dialogue islamo-chrétien, concept alors encore inconnu. Elle a été la seule expérience concrète de rencontre dans démarche intellectuelle.

9En 1980, le père Anawati émettait le vœu précisément « qu’un jour, un chercheur diligent dépouille ce dossier et en fasse une présentation ». Oissila Saaïdia l’a fait, mais elle va bien au-delà en abordant globalement la question des relations entre les deux religions chrétienne et musulmane. Les pistes ouvertes sont très nombreuses et le travail qui reste à accomplir immense en raison de la dispersion des sources et de la complexité des mentalités. C’est la mission de tout travail pionnier de commencer à baliser de nouveaux chantiers. Elle a eu le courage d’entreprendre ce travail si nécessaire aujourd’hui. Elle montre tout ce que la recherche historique peut apporter à la compréhension de notre temps dans ses aspects les plus délicats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Oissila Saaïdia, Clercs catholiques et Oulémas sunnites dans la première moitié du XXe siècle. Discours croisés, Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner, 2004, 463 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2298

Haut de page

Auteur

Jean-Dominique Durand

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org