Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Étienne Fouilloux, Bernard Hours (dir.), Les Jésuites à Lyon XVIe-XXe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2005, 274 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Les 27 et 27 septembre 2002 s’est tenu à la Bibliothèque Municipale de Lyon un colloque consacré aux Jésuites à Lyon, dont rend compte le présent ouvrage. Il ne s’agit donc pas d’une histoire continue des rapports entre la Compagnie de Jésus et Lyon mais, contrairement à bien des volumes d’Actes, on trouvera ici une véritable unité et non un ensemble de contributions disparates, les trous, inévitables, étant comblés par l’introduction (B. Hours) qui dresse une histoire rapide des liens entre les jésuites, Lyon et les Lyonnais aux XVIe-XVIIIe siècles, et un « Epilogue » montrant comment, du XIXe au XXe siècle, l’antijésuitisme fait place à une légende dorée, sans doute grâce à l’abandon de l’intransigeance dans la Compagnie dans les deux et trois premières décennies du XXe siècle (É. Fouilloux). Mais bien des communications dépassent le cadre de la monographie pour poser des problèmes plus généraux concernant l’histoire des jésuites, de l’éducation ou de la science.

2À Lyon, l’implantation de la Compagnie est due autant à la lutte anti-protestante qu’à la responsabilité du collège de la Trinité (qui lui est confié en 1565) ; mais c’est la constatation que le collège ne peut pas fonctionner sans les jésuites qui explique, après une période mouvementée et une expulsion temporaire, le lien très fort entre le consulat et la Compagnie, dès la fin du règne d’Henri IV (Y. Lignereux). À partir de 1607, de nouveaux bâtiments sont construits pour le collège ; ils sont dus au frère Martellange, architecte jésuite et lyonnais prolixe, mais qui ne s’est guère intéressé à sa ville natale, travaillant plus volontiers à Roanne, dans le Forez, puis à Paris (A. Regond). Les professeurs, quant à eux, ont tendance à se spécialiser, l’enseignement devenant peu à peu un véritable apostolat. Ainsi émerge « un groupe fortement enraciné socialement et culturellement dans le cadre provincial », bien intégré à la ville, y compris dans l’adaptation des normes pédagogiques (S. Van Damme). Parmi ces enseignants, on relève la figure originale du P. Fabri (1607-1688), savant considéré en son temps comme moderne, conciliant Aristote et Descartes, tout en étant adversaire de Galilée ; l’évocation de ses travaux permet de remettre en cause la notion de « révolution scientifique » et de nuancer celle d’orthodoxie (S. Roux). Parmi les richesses du collège se trouve évidemment la bibliothèque, noyau de l’actuelle bibliothèque municipale (Y. Jocteur-Montrosier).   

3À l’époque contemporaine, les jésuites ont à nouveau joué un rôle dans l’éducation à Lyon, grâce surtout au collège de Mongré, ouvert en 1851, à l’externat Saint-Joseph (1871) et à l’externat de la Trinité (1893). Ils se sont posés des questions sur leur rôle, cherchant à démocratiser peu à peu leur recrutement (P. Rocher). Leur influence a surtout marqué le catholicisme intransigeant, à travers la Congrégation des Messieurs, association secrète fondée en 1802 et formant, jusqu’aux premières décennies du XXe siècle, une bonne partie des élites industrielles et commerçantes (B. Dumons). Ce sont ces mêmes élites qui leur ont confié leurs enfants, y compris pendant l’exil de 1907-1919, au collège de Bollengo, près de Turin (P. Cabanel). À l’extérieur, les jésuites de la province de Lyon ont aussi rayonné, contribuant, par leur implantation à Beyrouth, à étendre l’influence de la France dans le monde (avec la bénédiction de Jules Ferry !) tout en développant un apostolat auprès des chrétiens d’Orient (B. Delpal). Ils partent ainsi à la rencontre du monde arabo-musulman, qu’ils cherchent à mieux connaître et faire connaître à travers la revue En Terre d’Islam (1928-1948), tout en mettant en place une missio islamica qui sera un échec (C. Prudhomme, O. Saadia). Confrontés aux grands défis de la modernité, ils ont su prendre en charge la « question sociale », mais progressivement seulement, et en privilégiant les rapports personnels à l’engagement dans les luttes sociales (P. Vallin). Plus connu est l’engagement des jésuites lyonnais ou se trouvant à Lyon dans la Résistance, quelquefois couverts par des supérieurs qui préfèrent ne rien savoir, quelquefois aussi en lutte contre eux (B. Comte). Aux lendemains de la guerre, à Fourvière, nombreux sont les jésuites qui veulent rompre avec l’enseignement traditionnel et renouer avec la Tradition, tout en s’intéressant à la philosophie blondélienne. Leur condamnation, en 1949-1952, ne doit pas masquer leur diversité, qui empêche de parler d’une réelle « école théologique » à Fourvière (D. Avon).

4Un index des noms complète ce recueil qui nous en apprend beaucoup sur Lyon mais plus encore sur les jésuites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Étienne Fouilloux, Bernard Hours (dir.), Les Jésuites à Lyon XVIe-XXe siècle, Lyon, ENS Éditions, 2005, 274 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2291

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org