Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Sylvène Édouard, L’empire imaginaire de Philippe II, Paris, Honoré Champion, 2005, 416 p.

Gérard Sabatier

Texte intégral

1Voici un livre à la fois dense et alerte. S. Edouard y reprend les matériaux mis en œuvre dans sa thèse soutenue en 1999, ce qui nous vaut un appareil de notes très érudites, et une très précieuse bibliographie en 27 pages, composée pour presque la moitié de la recension des sources manuscrites et imprimées. Le sujet, qui s’inscrit dans une historiographie actuellement florissante, pourrait s’intituler, parodiant Kantorowicz, le double règne, ou plutôt le double du règne de Philippe II, soit la production d’un imaginaire accompagnant les années d’exercice effectif du pouvoir, et assurant au règne et au roi une pérennité post mortem. Projet ambitieux, du roi comme de l’historienne, puisque qu’il s’agit pour le premier de mettre en œuvre, et pour la deuxième de recenser, tous les médias possibles de la représentation : littérature proliférante, iconographie (tapisseries, gravures, tableaux), spectaculaire (entrées royales notamment), architecture et manières d’en user, protocole et cérémonial. On comprendra que la musique, signalée, aurait nécessité un traitement à part. On regrettera que la sculpture ou la médaille, abondamment produites, n’aient pas été ici prises en compte. Mais le menu est déjà très copieux. S. Edouard conduit son analyse en suivant un principe chronologique, ce qui est judicieux, mais qui conduit parfois à des redondances et redites. La grande question qu’ont dû se poser Philippe II, ses thuriféraires et « communicateurs », mais leur cas n’a pas été unique, fut sans doute : comment être le fils de son père, en l’occurrence : comment exister après Charles Quint? Ce qui amène l’historienne à envisager l’héritage d’abord, la production originale ensuite, étant entendu que ces domaines ne sont pas strictement circonscrits temporellement. Les entrées, caractéristiques des années princières, se prolongent jusqu’à l’annexion du Portugal. La thématique salomonique, particulièrement en œuvre pendant les années-Escorial, remonte à la littérature providentialiste de l’enfance même de Philippe.

2Les héritages d’abord. C’est la période princière, avant l’accession à la souveraineté par l’abdication de Charles Quint en 1556, soient les trente premières années. Façonnés par l’image prégnante de la maturité, nous avons la surprise de rencontrer un prince de la Renaissance, un prince-chevalier pratiquant avec ardeur les tournois dans une ambiance de romans arthuriens et de mythologie herculéenne (Salamanque 1543, Valladolid 1544, Trente 1548, Binche, Anvers 1549). Le Felicissimo Viage aux Pays-Bas en 1548-49, via l’Italie du nord, l’Autriche, l’Allemagne du sud et rhénane est une propédeutique à la transmission de l’Empire (qui ne se fera pas) sur le thème de l’héritage à la fois dynastique (délire des généalogies troyennes et bibliques) et symbolique (Charles-David et Philippe-Salomon), et immergée dans la tradition millénariste des Rois Catholiques. L’imaginaire du lignage, qui va peser si fort sur la « gouvernance » des Habsbourg, est bien argumenté par la production de portraits (on regrettera que l’éditeur n’ait pas accepté davantage de reproductions de tableaux ou de gravures et que le lecteur doive se contenter de leurs descriptions…). Cette période s’achève avec les rituels d’intronisation en Espagne, sur le mode médiéval des hommages des villes et du baise-main des vassaux, puis du serment royal devant les Cortès, dans l’absence de toute sacralité institutionnelle à la française ou à l’anglaise. De ce manque procède tout l’immense effort pour construire une sacralité par l’imaginaire.

3S. Edouard examine dans la seconde partie la production littéraire et iconographique accompagnant l’action politique de Philippe, roi catholique. Activité essentiellement guerrière, contre la France en 1558, puis contre l’Islam avec la répression de la révolte morisque (1569), et la participation à la Sainte-Ligue contre les Ottomans (Lépante 1571), qui permet de faire rejouer l’ancien mythe bourguignon et castillan de la croisade, enfin contre les révoltés calvinistes des Pays-Bas et les Huguenots français. Deux imaginaires se conjuguent alors, celui du roi de guerre ressuscitant le caudillisme traditionnel de la monarchie castillane, et celui de la colonne de la foi, cette même monarchie s’auto-investissant d’un messianisme catholique hypertrophié. L’annexion du Portugal en 1578 est le point d’orgue de ce fantasme d’unité du monde chrétien et du rêve de monarchie universelle. Un véritable nationalisme espagnol vient couronner ces opérations belliqueuses. La Numancia de Cervantes fait l’éloge des Numantins vertueux face aux envahisseurs romains pervertis. Julian del Castillo chante la valeur des Goths fléaux de Rome impie, et célèbre Philippe, 81ème roi goth d’Espagne. La véritable renovatio imperii viendra de l’Espagne vertueuse, guerrière et catholique, dont les possessions font le tour de la terre, empire pour soi, plus réel que l’empire en titre, confiné à l’Allemagne et souillé par les hérétiques.

4Vient enfin le point culminant, la construction de l’imaginaire le plus achevé du règne de Philippe II : la thématique salomonienne. Celle-ci se décline de plusieurs manières. D’abord dynastique, Philippe / Salomon succédant à Charles / David ; puis morale, Philippe ayant les vertus du roi Salomon (sagesse, prudence, science) ; opérative ensuite, Philippe restaurateur du Temple symbolique (unité du monde catholique) ; et enfin matérielle : la construction de l’Escorial. Ne reprenant pas l’immense littérature afférant au palais-monastère, S. Edouard s’attache très précisément à présenter l’articulation des espaces sacrés et profanes, le rôle d’intermédiaire du roi entre les hommes et Dieu, la fonction liturgique du monarque et des Hiéronymites, l’importance du cérémonial, les pratiques dévotionnelles (507 reliquaires, 7422 reliques) faisant de Philippe le gardien de l’Église martyre, le Panthéon des rois hispaniques et des saints. Après la mise en représentation du prince-chevalier, la construction d’un monarque hiératique et silencieux au sein d’une cour façonnée par le cérémonial bourguignon dès 1548, le retrait à l’Escorial marque une troisième phase dans la fabrication de l’imaginaire monarchique de Philippe II : la négation de la cour et du monde, l’absorption du roi par la divinité. Ces funérailles, à l’Escorial comme dans les villes d’Espagne (Séville) ou d’Italie (Florence), témoignent de l’originalité de la monarchie hispanique dans l’occident chrétien. Plutôt que des deux corps du roi, ne faudrait-il pas parler de trois : le corps physique qui meurt, le corps politique qui renaît dans le fils, l’esprit qui accède à la gloire éternelle - l’image du phénix visualisant les trois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Sabatier, « Sylvène Édouard, L’empire imaginaire de Philippe II, Paris, Honoré Champion, 2005, 416 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2286

Haut de page

Auteur

Gérard Sabatier

Université Pierre Mendès FranceGrenoble 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org