Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Dominique Durand, L’esprit d’Assise Discours et messages de Jean-Paul II à la Communauté de Sant’Egidio Une contribution à l’histoire de la paix, Éditions du Cerf, 2005, 203 p.

Bernard Delpal

Texte intégral

  • 1  Sant’Egidio, Rome et le monde, entretiens d’Andrea Riccardi avec Jean-Dominique Durand et Régis La (...)

1Dans un précédent ouvrage consacré à la Communauté de Sant’Egidio, Jean-Dominique Durand a mis en évidence l’originalité et la vitalité de cette institution laïque née il y a près de quarante ans à Rome1. La communauté fondée par Andrea Riccardi compte aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers de membres. Elle est présente en groupes locaux dans soixante-dix pays de tous continents, particulièrement dans les grandes villes pour y vivre la prière et la solidarité avec les plus pauvres. Les membres de la communauté ne prononcent pas de vœux et ne vivent pas sous le même toit, mais sont unis par le lien de la fraternité, de la prière et des engagements communs. Ils sont présents au monde souffrant et mènent un combat simultané contre la misère et pour la paix.

2On retrouve la communauté au cœur de la présente étude, en raison du rôle de premier plan qu’elle a joué pour prolonger, chaque année, jusqu’aux rencontres internationales de 2005 tenues à Lyon (11-13 septembre), la rencontre fondatrice d’Assise, en octobre 1986. Elle a contribué à l’émergence de « l’esprit d’Assise », nourri d’un double dynamisme, la recherche de la paix et la rencontre entre les religions.

3Pour donner sa dimension historique à l’événement fondateur et mettre en évidence le rôle de Sant’Egidio, grâce à qui le renouvellement annuel de la première rencontre est devenu « un pèlerinage pour la paix », l’auteur a composé l’étude en trois parties. D’abord, une introduction dense (73 p.) situe l’événement d’Assise dans le pontificat de Jean-Paul II et dans la continuité de Vatican 2 (notamment de Nostra aetate). Puis vient un corpus de textes en deux sections. La première regroupe les appels en faveur de la paix lancés par les organisateurs de chacune des rencontres annuelles. La seconde est constituée des messages pontificaux, messages de soutien et d’encouragement conservés, depuis la rencontre de 1987, dans les archives de Sant’Egidio. Leur lecture est convaincante : c’est bien parce que la communauté a saisi – dès l’origine –, puis développé « l’esprit d’Assise », que Jean-Paul II lui adresse des propos de plus en plus chaleureux. Le lecteur dispose encore d’une liste des grandes villes (situées en Europe, et principalement à l’ouest) où se sont déroulées les rencontres internationales depuis 1986, jusqu’à celles de Lyon, complétée par une carte (p. 48) et un encart photographique (p. 104-105).

4Dans l’histoire récente de Sant’Egidio, l’année 1986 occupe une place forte et significative. Jean-Paul II, huit ans après son élection, multiplie alors les initiatives et les voyages à la fois pour créer un vrai dialogue entre les religions et opposer la paix aux menaces de guerre, de division, à la peur nucléaire. Les efforts du pontife rejoignent ceux de l’Organisation des Nations Unies qui ont voulu que 1986 soit « Année de la paix ».

5Depuis Lyon, Jean-Paul II a lancé le 4 octobre 1986, un appel solennel « à la trêve ». On peut le faire entrer dans la préparation de ce qui constitue un événement majeur du pontificat en 1986, par la volonté personnelle du pape : la rencontre à Assise, le 27 octobre, de cent vingt-quatre représentants de religions chrétiennes et non-chrétiennes. Les participants, dans le respect des différences, en ce lieu de « fraternité universelle », prient et « invoquent le don de la paix pour le monde entier ». Cette rencontre, note Jean-Dominique Durand, fut bien une « première », à la fois par sa hardiesse et par la postérité qu’elle a suscitée. Chaque année, depuis, s’est tenue une rencontre internationale pour la paix, avec le soutien effectif de Jean-Paul II .

6Sant’Egidio eut le mérite de « comprendre immédiatement la portée de l’initiative du pape » (p. 18) et d’assumer cette suite ininterrompue de rencontres depuis 1986, faisant progresser la dynamique interreligieuse en même temps que la globalisation, une réalité qui facilite la cohabitation des diverses autorités spirituelles et religieuses (p. 44). En ce sens, l’esprit d’Assise est porté, étendu et sauvegardé, tout à la fois, par Sant’Egidio, en lien étroit avec le pape Jean-Paul II. Aussi n’est-on pas étonné de la reconnaissance officielle dont il honore la communauté en 1986 pour assumer à la fois un enjeu majeur du pontificat et un héritage essentiel dans la transition du XXe siècle, celui des malheurs et de la violence totale (Alain Besançon) au siècle suivant, celui où le besoin de paix passe nécessairement par l’acceptation du pluralisme des cultures et des religions, et par un humanisme nouveau, celui du « vivre ensemble » (thème central des Rencontres de Lyon).

7Du corpus des textes émergent quelques thèmes majeurs. D’abord, celui de la responsabilité des religions et de leurs autorités respectives face à l’aspiration de la famille humaine à la paix. Si l’esprit d’Assise est redevable aux efforts antérieurs accomplis au nom de l’œcuménisme et du dialogue interreligieux, l’étude de Jean-Dominique Durand suggère qu’une étape supplémentaire est franchie dès lors que la dynamique d’Assise entre dans le domaine de l’intrareligieux. Autrement dit, chaque religion, chaque spiritualité se trouve confrontée à la question suivante : comment prendre toute sa place, comment assumer ses responsabilités dans l’établissement de la paix et la poursuite du dialogue avec les autres religions ? Au prix de quel examen de conscience ? Dans cette optique, selon une formule chère à Andrea Riccardi, chaque responsable religieux, chaque croyant doit se convaincre qu’il est un « chercheur de paix ».

8L’esprit d’Assise est donc radicalement incompatible avec la notion de « guerre sainte ». Que l’on puisse invoquer le nom de Dieu pour rompre la paix et recourir à la violence est révoltant. C’est une dérive ou une usurpation qui doit être combattue avec énergie, en lui opposant les armes pacifiques du dialogue et de la tolérance. C’est à ce point que l’esprit d’Assise est à la fois « une intuition, une affirmation et un pari » : les religions peuvent cheminer ensemble sans être menacées dans leur intégrité ni se faire concurrence ; elles ne doivent pas être instrumentalisées par les promoteurs de la violence et de la haine ; la responsabilité majeure des croyants est de donner de l’espérance aux peuples du monde.

9On retiendra pour conclure deux apports supplémentaires de cette étude, sur le double plan de l’histoire religieuse et de l’histoire générale. En premier lieu, le mouvement initié à Assise a pris ses distances avec des démarches opposées et irréalistes qui, pour les unes, annoncent la fusion des religions en une sorte de magma syncrétique ou bien, au contraire, pour les autres, proclament l’impasse inéluctable de tout dialogue interreligieux. En second lieu, le livre une fois refermé, en relisant la première de couverture et le sous-titre : Une contribution à l’histoire de la paix, on voit bien qu’il n’est pas suffisant de présenter la paix comme l’absence de guerre, en creux en quelque sorte. La paix est un état du monde ou des nations infiniment plus riche et complexe. Elle mérite bien d’avoir des historiens libérés des seules considérations stratégiques ou géopolitiques.

Haut de page

Notes

1  Sant’Egidio, Rome et le monde, entretiens d’Andrea Riccardi avec Jean-Dominique Durand et Régis Ladous, Beauchesne, 1996, 191 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Delpal, « Jean-Dominique Durand, L’esprit d’Assise Discours et messages de Jean-Paul II à la Communauté de Sant’Egidio Une contribution à l’histoire de la paix, Éditions du Cerf, 2005, 203 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2285

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

RESEA – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org