Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Philippe Delisle, L’anticléricalisme dans la Caraïbe francophone. Un « article importé » ? 1870 – 1911, Paris, Karthala, 2005, 164 p.

Claude Prudhomme

Texte intégral

1Publié l’année où la France commémore le centenaire de la loi dite de séparation des Églises et de l’État, et s’interroge sur l’opportunité de l’adapter aux réalités nouvelles, la contribution de Philippe Delisle est tout sauf un ouvrage de circonstance. Elle s’inscrit dans une réflexion qui, depuis sa thèse consacrée à la Martinique en 1995, le conduit à visiter et revisiter l’histoire de la Caraïbe francophone. Cette enquête patiente et méthodique lui permet de rompre avec une historiographie trop souvent centrée sur une seule île pour nous offrir une vision comparative qui remet en cause quelques clichés et donne à réfléchir.

2Réagissant à l’affirmation bien connue et attribuée, sans doute à tort, à Gambetta selon laquelle l’anticléricalisme ne s’exporte pas, Philippe Delisle démontre qu’il fut en tout cas un article d’importation à la Guadeloupe, à la Martinique et à Haïti. Mais l’analogie avec la situation de la France métropolitaine ne doit pas conduire à un contre-sens. L’anticléricalisme importé est aussi un anticléricalisme que s’approprient certaines catégories de la population créole au moment où elles cherchent à affirmer leur présence et leur pouvoir sur la société. Le transfert n’est pas reproduction pour des raisons à la fois culturelles et sociales. La culture créole qui s’édifie par métissage procède avec l’anticléricalisme comme avec les autres idéologies et les religions introduites dans l’île. L’anticléricalisme insulaire remodèle la laïcité selon des processus d’acculturation qui varient dans chaque île. Il s’appuie aux Antilles sur une jeune élite de couleur qui poursuit, à travers le combat contre le cléricalisme, l’émancipation inaugurée juridiquement par l’abolition de l’esclavage en 1848. En Haïti il attaque le clergé parce qu’il est blanc, et, par protestants interposés, ne craint pas de comparer superstitions vaudou et catholique, à l’avantage du premier.

3Comme le démontre avec rigueur l’auteur, ces luttes locales se comprennent donc si on les replace dans la concurrence que se livrent les élites autour du pouvoir. Aux Antilles, la bourgeoisie de couleur exprime à travers son anticléricalisme son adhésion aux valeurs qui fondent la Troisième République, ont rendu possible son émancipation et légitiment désormais son poids politique. À Haïti, la même bourgeoisie a trop besoin des écoles congréganistes, en particulier le  prestigieux séminaire-collège spiritain de Port-au-Prince, pour demander leur fermeture. Elle n’a pas, au contraire des Antilles, de solution de remplacement laïque. Dans tous les cas les classes populaires, exclues des luttes pour le pouvoir, de fait sinon de droit, ne sont pas concernées par ces querelles idéologiques. Elles restent attachées aux pratiques religieuses catholiques, quitte à s’éloigner de l’orthodoxie. La Caraïbe semble ignorer l’anticléricalisme populaire qui réussit au contraire à s’enraciner en France. La croyance religieuse continue largement à structurer la vision du monde et de la vie dans la majorité de la population.

4En somme l’importation de l’anticléricalisme par les nouvelles élites, dans les Caraïbes poursuit par une autre voie la construction d’une identité créole fondée sur la dénonciation de l’esclavage et du racisme. Ce n’est pas le moindre mérite de ce livre que d’obliger le lecteur de 2005 à s’interroger sur les frustrations, les craintes et les revendications que le discours anticlérical cherchait à exprimer un siècle plus tôt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle, L’anticléricalisme dans la Caraïbe francophone. Un « article importé » ? 1870 – 1911, Paris, Karthala, 2005, 164 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 18 janvier 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2277

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org