Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Esprit, de novembre 1940 à août 1941. Reproduction intégrale présentée et annotée par Bernard Comte, Paris, éditions Esprit, 2004, 1215 p.

Laurent Ducerf

Texte intégral

1Ces 1200 pages annotées et présentées avec méthode et érudition par Bernard Comte sont beaucoup plus qu’un recueil de documents. C’est d’abord un réflexe d’historien face à une lancinante polémique piégée par les attaques de Zeev Sternhell, Bernard-Henri Lévy ou Marc Fumarolli, qui, par des biais divers, ont tous instruit le procès d’Emmanuel Mounier. Ils l’ont accusé d’être le théoricien, qui d’un ni droite ni gauche fascisant, qui d’une emprise totalitaire de l’Etat sur la culture. Bernard Comte refuse de rouvrir un débat inégal et préfère mettre à la portée de la communauté savante ou cultivée l’objet principal du délit : les dix numéros de la revue Esprit reparue de novembre 1940 à août 1941, donc sous la censure et avec l’autorisation de Vichy. Il entend démontrer preuves à l’appui qu’Esprit participe non d’un soutien à la Révolution nationale mais relève d’une « anthologie de la littérature de clandestinité publique ».

2L’ouvrage se présente sous la forme d’une reproduction intégrale de chaque numéro, dans toute sa sève typographique, et non pas d’une sélection d’articles, ou même de leur reproduction intégrale. On y trouvera ainsi les appels aux abonnés, les rares publicités et la liste des libraires dépositaires. Chaque numéro comprend des articles de fonds suivis d’une précieuse chronique pour saisir l’air du temps, en particulier des recueils de citation à partir de janvier 1941. Malice et colère rentrée en déterminent le choix. Pour aborder chaque numéro, Bernard Comte nous offre une introduction générale qui met l’accent sur le contexte et éclaire la composition du sommaire. Suit une trame serrée de notes pour renseigner ou expliquer tous les éléments de la revue. Le scrupule de Bernard Comte est poussé jusqu’à la correction des erreurs typographiques ou factuelles de la revue, en marge pour ne pas altérer le texte. Une zébrure sur la tranche du livre et une pagination continue permettent de se retrouver facilement dans cet imposant ensemble. Enfin, l’ouvrage s’ouvre sur une introduction générale et se clôt par l’explication des conditions de l’interdiction d’Esprit puis dix-neuf précieuses notes biographiques. Un index des noms cités porte sur le seul appareil critique : on aurait pu imaginer qu’il inclut également les noms cités dans la revue. En revanche, les thèmes font l’objet d’un autre index pour l’ensemble de l’ouvrage.

3Au terme de ces dix numéros, la démonstration est réussie. On peut, comme Étienne Borne, juger intempestif le fait de publier une revue intellectuelle sous la botte d’un pouvoir autoritaire mais force est de reconnaître que, dans la voie étroite choisie, Esprit a réussi à « faire preuve de son courage et de sa fidélité » (Lettre d’Étienne Borne à Emmanuel Mounier, 10 septembre 1941, citée p. 1174). Borne voit dans la suspension un hommage du vice à la vertu. Bernard Comte attire notre attention sur plusieurs articles, qui ont réussi par l’équivoque à contourner la censure. Le plus connu, et le plus réjouissant, a été écrit par Marc Beigbeder qui achève les Mémoires d’un Âne en plaçant Cadichon devant l’alternative de la fuite ou de la collaboration avec son infâme maître Bogart (juillet 1941). Cette sourde critique contre Vichy et la collaboration transparaît à la mort de Bergson. Esprit fait également grand usage de Péguy, glissant ainsi une attaque détournée contre la politique de « dérépublicanisation » (Emmanuel Mounier, « Unité française et pluralisme », janvier 1941, p. 272).

4Est-ce à dire que cette publication fera taire la polémique ? Non, car, quelle que soit la qualité intrinsèque de l’Esprit des années noires, ou le parcours personnel de Mounier, incarcéré de janvier à octobre 1942, la décision de faire reparaître Esprit peut toujours, à l’instar de l’analyse de Borne, être vue comme une erreur, voire une faute. Le ton de la revue n’empêche pas un certain malaise, à cause de concessions formelles trop appuyées à la rhétorique du régime. Songeons à cette série parue en novembre 1940 sur la « Restauration de la fonction de chef », même si l’article qui suit dément le propos du Maréchal derrière lequel s’abrite le chapeau de présentation. Un article filandreux sur l’Europe (Jean Rahon, « Quelle Europe ? », juin 1941, pp. 526-535) en appelle à une Europe organisée « par coopération ». Les ambiguïtés permanentes mettent au défi le lecteur de trouver une interprétation univoque au projet de l’auteur. Enfin, citons également le calamiteux article d’Emmanuel Mounier ouvrant le numéro de juillet 1941 où il se réjouit de l’effondrement du régime stalinien « délivrance pour l’Europe, si elle ne s’accompagne pas de conséquences équivalentes dans le mal ». L’effet de la proposition circonstancielle est bien amoindri par un rapprochement entre le petit père des peuples et l’Antéchrist, que Bernard Comte impute à une rédaction trop rapide. À chaque fois, une lecture vigilante et une élucidation des intentions des auteurs permettent de désamorcer tout ce qui pourrait être interprété comme une caution au régime. On peut espérer que le niveau intellectuel du lectorat d’Esprit, ses orientations et sa connaissance d’une censure – marquée par les blancs des premiers numéros – a permis ce jeu de décryptage permanent. Le rapprochement des sinuosités d’Esprit avec la vigueur des Cahiers du Témoignage chrétien suscite forcément un débat inextinguible sur la validité du refus de la clandestinité.

5Fondamentalement transparaît l’absence de sens politique d’un Mounier avant tout philosophe et homme de revue. La rigueur de son raisonnement et la pureté de ses positions le rendent aveugle à l’ordre politique et à ses nécessités propres. Plus précisément, il refuse d’aborder les questions concrètes d’engagement en les réduisant à un champ strictement politique, censure ou non. Il verrait là une dégradation, alors que les démocrates chrétiens acceptent, parfois en souffrant, l’impureté de la politique. C’est donc un excès de pureté qui ici prend le visage d’une compromission pour celui qui juge extrinsèquement de la portée politique de la publication d’Esprit après novembre 1940. Cette même incapacité à accepter les règles du jeu politique et ses alternatives frustrantes ou simplistes se retrouve pendant la Guerre froide. On retrouve là également une pierre d’achoppement des années Trente, en particulier le voyage de Mounier dans l’Italie fasciste – la récente biographie de Pierre Riché sur Marrou nous a montré le grand historien pareillement inapte, voire inepte –. C’est dire si on aimerait disposer, peut-être en CD-Rom, des années 1932 à 1940 d’Esprit.

6On peut donc se montrer particulièrement reconnaissant à Bernard Comte d’avoir nourri le débat avec un sens de la rigueur historique alliée à une profonde compréhension du sujet. Ce volume, soyons en sûrs, ne dormira pas sur les étagères des bibliothèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Ducerf, « Esprit, de novembre 1940 à août 1941. Reproduction intégrale présentée et annotée par Bernard Comte, Paris, éditions Esprit, 2004, 1215 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2275

Haut de page

Auteur

Laurent Ducerf

RESEA – LARHRA, UMR 5190

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org