Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (sous la direction de), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005, 271 p.

Jean-Dominique Durand

Texte intégral

1Parmi les nombreux ouvrages que les commémorations du centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État ont déjà suscités et ne manqueront pas de susciter encore, celui-ci, fruit d’un colloque de notre équipe RESEA occupe une place à part, tout simplement parce qu’il s’est attaché à traiter des aspects jusqu’ici peu étudiés. En cela il apporte un éclairage incontestablement neuf, à la suite d’un avant-propos historiographique de Jean-Marie Mayeur qui situe bien le colloque dans un ensemble d’études dont les premières paraissent dès le lendemain de la Séparation – pensons au longtemps classique Antonin Debidour, L’Église catholique et l’Etat sous la IIIe République publié en 1909.

2L’ouvrage est partagé en trois parties.

3La première oriente le lecteur vers deux lieux significatifs des tensions et hautement symboliques de l’expression de la foi : les lieux de culte et en leur sein les objets de culte et les cimetières dont les situations juridiques sont retracées successivement par Jean-Michel Leniaud (« Le statut des édifices et des objets du culte », p. 27-36), et par Régis Bertrand (« Limites d’une laïcisation de la mort », p. 37-47). Dans les deux cas on perçoit la complexité de la laïcisation et surtout ses limites.

4La deuxième partie s’arrête sur la réception de la loi de Séparation par diverses catégories de la population. En premier lieu Christian Sorrel présente la réaction d’un épiscopat formé sous le régime concordataire, prudent, divisé, confronté à une situation inédite (« Les évêques à l’heure de la Séparation », p. 52-66). Il montre surtout comment Rome reprit la main très vite en nommant dès février 1906 quatorze nouveaux évêques, cinquante-huit nominations et vingt-deux translations en tout jusqu’en 1914 : Pie X a vite compris l’intérêt que représentait pour l’Eglise la liberté des nominations épiscopales. Une recomposition rapide de l’épiscopat français fut ainsi opérée. Après les pasteurs, Bruno Dumons et Daniel Moulinet s’attachent aux laïcs (« Les laïcs catholiques face à la Séparation », p. 67-89), c’est-à-dire en fait aux notables très actifs dans les « œuvres ». Dans une synthèse fort réussie, ils dégagent les lignes de force des interventions des grands mouvements qui structuraient le laïcat français : les Comités catholiques, l’Association des jurisconsultes catholiques, l’Action libérale populaire, la Ligue des Femmes Françaises et la Ligue Patriotique des Françaises. On perçoit un éventail d’opinions large qui va de l’adhésion (mais marginale) au refus intransigeant de la loi, certains y voyant un stimulant pour l’engagement des laïcs. Les réactions populaires se lisent à travers « la révolte des Inventaires » traitée par Patrick Cabanel (p. 91-108) qu’il resitue dans la mémoire longue « d’une rébellion indissolublement paysanne et catholique ». Un tout autre aspect du vécu des laïcs fut la création d’Associations cultuelles dans lesquelles Jean-Pierre Chantin (« Les cultuelles : des catholiques contre Rome ? », p. 109-123) voit un désir de composer avec l’Etat mais aussi de prendre des distances par rapport à Rome. Les deux chapitres suivants montrent les réactions des minorités religieuses, les protestants et les juifs vus par Patrick Harismendy (p. 125-140) et Danielle Delmaire (p. 141-154), les uns et les autres favorables à la loi, mais avec bien des nuances et des craintes quant aux conséquences d’une loi dont on ne mesurait pas encore toute la portée.

5Enfin la troisième partie permet de parcourir l’Outre-Mer et de voir comme la Séparation et à travers elle la politique anticléricale a pu s’appliquer dans la diversité des terres coloniales. On a là l’apport le plus neuf de cet ouvrage car il traite de problèmes encore peu étudiés, ouvrant la voie à de nouveaux chantiers de recherche. Les Antilles avec Philippe Delisle (« Les Antilles : Séparation différée et apaisée », p. 157-170), l’Algérie avec Oissila Saaïdia (« ‘L’autre France’ face à la Séparation », p. 171-183), l’A.E.F. avec Paul Coulon (« La Séparation en Afrique Equatoriale Française 1905-1921 », p. 185-199), Madagascar avec Jean-François Zorn (« La séparation des Églises de l’État à Madagascar », p. 201-217), l’Indochine avec Claude Lange (« La loi et ses conséquences en Indochine », p. 219-229) : autant de cas particuliers, qui soulignent l’ambivalence de la République, tout autant colonialiste que laïcisatrice, et soucieuse de ménager les missions.

6Après la conclusion de Denis Pelletier, la postface d’Émile Poulat ouvre à une réflexion sur la place de la loi de 1905 dans la construction de la « laïcité publique » fruit d’une histoire longue et chaotique parfois, mais qui reste l’un des fondements majeurs de la société française.

7L’ouvrage s’achève par une série de quatre annexes très utiles, qui viennent rappeler l’importance du retour au texte comme fondement de la méthode historique : la loi sur la séparation des Eglises et de l’Etat (9 décembre 1905), celles sur l’exercice public des cultes (2 janvier 1907) et sur les réunions publiques (28 mars 1907), la loi du 13 avril 1908 portant modification de la loi de 1905. Suivent une chronologie et une ample bibliographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Dominique Durand, « Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet (sous la direction de), La Séparation de 1905. Les hommes et les lieux, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005, 271 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 29 mars 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2271

Haut de page

Auteur

Jean-Dominique Durand

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin-Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org