Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage (1919-1932), 2005, 2 volumes 1150 p., Université Jean Moulin Lyon III

Jury : Etienne François (Paris I – T.U. Berlin, Président du Jury), Catherine Maurer (Strasbourg II), Wilfried Loth (Essen), Emiel Lamberts (Leuven), Régis Ladous (Lyon 3) et Jean-Dominique Durand (Lyon 3, Directeur)
Paul Chopelin
p. 187-191

Texte intégral

1Dans son discours liminaire, Marie-Emmanuelle Reytier commence par la présentation des origines des Katholikentage, notamment leur rôle dans la fondation du Zentrum (1870), la résistance - réussie - à la politique du Kulturkampf puis à la politique nationaliste et militariste de Guillaume II. L’organisation des Katholikentage se fixe progressivement à la fin du XIXe siècle : les Congrès se transforment en assises annuelles, transformées en rassemblements de masse, tandis que les effectifs ne cessent de grossir dans un objectif de rassemblement des catholiques allemands face à la politique wilhelminienne. À la veille de la Première Guerre mondiale, les catholiques ont achevé leur intégration politique dans le Reich, intégration dont le déclin du Zentrum constitue l’une des expressions majeures. Après 1918, les divergences entre catholiques, suscitées notamment par l’alliance entre le Zentrum et le SPD, contrarient la reprise des Katholikentage qui ne sont organisés dans un premier temps qu’au niveau local. Il faut attendre 1921 pour assister au premier Congrès national de l’après-guerre. On assiste dès lors à leur dépolitisation tandis que le prince Aloïs zu Löwenstein s’impose comme le principal dirigeant des Katholikentage et que l’épiscopat accroît son contrôle dans leur organisation. De 1921 à 1924, les principaux thèmes développés lors des Congrès concernent la révolution de 1918, la République de Weimar, le traité de Versailles et les relations avec la France. À partir de 1925, le redressement de l’Allemagne se place au cœur des discours. En 1929, se déroule le dernier Katholikentag serein, avant l’éclatement de la crise économique et politique. Dès lors, les ultimes Katholikentage se déroulent dans une atmosphère tendue avant leur disparition en 1932.

2M.-E. Reytier présente la genèse de sa recherche sur un sujet finalement peu étudié, contrairement au Zentrum. À l’origine, la présente thèse entendait analyser les ambiguïtés concernant la dépolitisation des Katholikentage pendant la République de Weimar. La problématique s’est progressivement élargie au rôle des catholiques dans la société weimarienne à travers l’étude de leurs Congrès locaux et nationaux, afin de mesurer leur perception et leur expérience de la démocratie en Allemagne entre 1919 et 1932. Au regard de la faible documentation institutionnelle provenant directement des Congrès, il a été nécessaire de varier les sources, notamment avec les riches fonds privés (famille z. Löwenstein, fonds Wilhelm Marx, archives des Associations catholiques locales, …) et dans les archives locales (dans les villes et les diocèses où se sont déroulés les Congrès). La thèse s’organise selon un plan chronologique en trois temps (1919-1921, 1921-1924, 1924-1932) révélant les grands tournants dans l’organisation des Katholikentage et l’évolution des sujets débattus. M.-E. Reytier résume le résultat de sa thèse en trois points : la prise en compte du rôle central des notables dans l’organisation des congrès, révélant une certaine acceptation de la modernité, surtout perceptible dans les rassemblements locaux ; la parlementarisation des Katholikentage nationaux, malgré une tendance au développement du contrôle clérical dans l’organisation des rencontres ; la définition de trois courants parmi les conférenciers : les « intégralistes » (qui rejettent la République), les « réalistes » (membres ou sympathisants du Zentrum, favorables à une acceptation de la République) et la tendance de Joseph Wirth.

3Jean-Dominique Durand, directeur de thèse, ouvre les débats. Il commence par souligner l’ampleur de ce travail de dix ans, comparable à une thèse d’État, avant de féliciter M.-E. Reytier d’avoir eu le courage d’entreprendre l’étude d’un pays étranger, nécessitant de fréquents déplacements en Allemagne. Mais ce long et difficile parcours lui permet d’ores et déjà de se ranger parmi les spécialistes français de l’histoire religieuse de l’Allemagne contemporaine, comme en témoignent ses nombreux articles et comptes rendus de lecture dans diverses revues. À la première lecture de cette thèse, J.-D. Durand remarque l’originalité des Katholikentage par rapport aux autres Congrès catholiques des pays européens. M.-E. Reytier a réussi à en faire un observatoire de la vie spirituelle, mais aussi sociale et politique, de l’Allemagne de Weimar, comblant ainsi un vide historiographique important. Ce travail approche de l’exhaustivité par l’ampleur des sources consultées, tant en Allemagne, qu’en Pologne (pour la Prusse orientale et la Silésie) ou qu’au Vatican, mais aussi par leur variété en ne négligeant ni la presse, ni les mémoires, les romans ou l’iconographie. La monumentale bibliographie (160 p.) est complète et à jour, notamment par la prise en compte des travaux étrangers les plus récents sur la République de Weimar (en particulier la féconde historiographie italienne de ces dernières années). La présentation (citations bilingues, notes et index) est impeccable. Sur le fond, J.-D. Durand approuve le parti pris chronologique, organisé autour de césures justifiées, tout en conservant, à l’intérieur des chapitres, une approche synthétique mettant en valeur les principales caractéristiques de chaque période. La minutie de l’analyse de l’organisation et du déroulement des Katholikentage permet un certain nombre de mises au point sur des aspects méconnus de la période : les pratiques religieuses des catholiques, les relations entre le clergé et les laïcs, les rapports avec Rome (des liens étroits de contrôle et de direction), avec le Zentrum, le rôle des femmes et la redécouverte de l’importance des Katholikentage locaux. M.-E. Reytier aboutit ainsi à une intime perception de l’histoire allemande, grâce à l’attention portée aux questions locales, déterminantes pour son sujet. Elle a su dresser le portrait des acteurs principaux de ces Congrès avec une grande sensibilité d’historienne (les présidents, comme A. zu Löwenstein, les vice-présidents, le clergé, …), notamment dans l’évocation des origines du conflit entre le cardinal-archevêque de Munich, Mgr von Faulhaber, et Konrad Adenauer. Au final, cette thèse, bien plus qu’une simple histoire des congrès catholiques sous la République de Weimar, est une contribution importante à l’histoire du catholicisme et de l’Allemagne en général. Elle met particulièrement en valeur l’impact du traumatisme de la chute de la monarchie impériale parmi les catholiques, le malaise vis-à-vis du régime républicain et l’impuissance à trouver une réponse à la montée du national-socialisme.

4Pour Wilfried Loth, cette thèse, bien plus qu’une simple histoire des Katholikentage, constitue une histoire globale du catholicisme allemand pendant la République de Weimar. M.-E. Reytier a bien démontré que les Katholikentage n’étaient plus contrôlés par le Zentrum comme avant 1914, mais par l’épiscopat, avec le soutien du prince Aloïs zu Löwenstein. Le principal objectif des congrès apparaît surtout alors comme la préservation et le renforcement de l’influence des catholiques dans la vie sociale et politique allemande, sans pour autant fournir d’alternative aux projets des nationaux-socialistes. W. Loth a particulièrement retenu l’accent mis sur la conservation du modèle familial catholique traditionnel par les congressistes, malgré l’émergence de quelques voix discordantes. Il a également été très intéressé par l’analyse des discours en matière de politique étrangère, révélant un fort courant anti-américain parallèlement à celui, plus connu, de l’anti-communisme. La richesse de la bibliographie permet de mettre à jour nos connaissances sur le catholicisme allemand dans les années 1920.

5Catherine Maurer commence son rapport par le rappel des mérites de M.-E. Reytier de travailler sur un sujet peu étudié tant en France qu’en Allemagne, comblant ainsi une lacune historiographique majeure. Cette thèse, par son ampleur, se place au carrefour de l’histoire religieuse, de l’histoire sociale, de l’histoire politique et de l’histoire culturelle. Comme dans les précédents rapports, C. Maurer remarque l’exhaustivité de la bibliographie. Sur le plan de la méthode, elle regrette l’usage, sans discussion, de présupposés de l’historiographie allemande traditionnelle, notamment concernant la religion comme outil de discipline sociale. L’usage des méthodes de l’analyse du discours aurait également permis d’affiner l’étude des textes des conférenciers. Cependant il aurait fallu mieux creuser la problématique générale, l’introduction restant trop avare en démarche méthodologique. Cette thèse reste néanmoins une étude sociale modèle, destinée à faire date, notamment sur la bourgeoisie allemande des années 1920, ainsi que sur les rapports entre clercs et laïcs. Une attention particulière a été consacrée au rôle des individus, avec des portraits très bien campés, notamment celui du « héros » de cette histoire, le prince Aloïs zu Löwenstein, figure emblématique du catholique allemand « transigeant ». Si l’analyse du cérémonial des Katholikentage est très précise, C. Maurer aurait souhaité une utilisation plus approfondie des travaux existants sur les manifestations de masses et les prises de possession de l’espace public. L’approche chrono-thématique a révélé toute sa pertinence, notamment dans la typologie des conférenciers concluant la deuxième partie, qui pourrait déboucher sur une typologie globale des catholiques allemands. Si les questions de sociétés débattues ont été bien étudiées, notamment la question de l’anti-judaïsme, présenté avec beaucoup de nuance, il aurait peut-être fallu davantage développer l’arrière-plan doctrinal (le catholicisme intégral) et ses différentes interprétations. La thèse de M.‑E. Reytier démontre qu’il n’y avait pas un catholicisme, mais des catholicismes, relevant des disparités régionales propres à l’Allemagne et de courants doctrinaux divergents. Ainsi, ce travail met fin définitivement à l’approche traditionnelle d’un catholicisme allemand monolithique et permet de mieux comprendre l’impuissance des catholiques à proposer une alternative politique et sociale crédible face aux nazis.

6Comme les rapporteurs précédents, Emiel Lamberts s’avoue admiratif devant le caractère  monumental de la base documentaire et la subtilité de son analyse, permettant de nuancer les appréciations traditionnelles sur les catholiques allemands dans la République de Weimar. M.-E. Reytier a bien su mettre en valeur le conservatisme du catholicisme allemand des années 1920, hérité de la période wilhelminienne, malgré l’image progressiste donnée rétrospectivement aux Katholikentage après la Deuxième Guerre mondiale. L’aristocratie catholique allemande a été particulièrement bien évoquée, notamment dans ses rapports avec le haut-clergé et à travers la figure centrale d’Aloïs zu Löwenstein. Pour E. Lamberts, il s’agit de l’élément central de la thèse. Il émet cependant une réserve quant à la périodisation adoptée, en raison du caractère particulier de la phase finale, 1930-32 qu’il aurait peut-être fallu séparer de la troisième partie.

7Régis Ladous résume la problématique générale de la thèse en une question : les Katholikentage ont-ils constitué un milieu étanche ou perméable au Zeitgeist ? À la lecture de la thèse de M.-E. Reytier, on serait tenté de répondre un peu des deux, car les Congrès s’inscrivent dans une tension permanente entre les deux pôles divergents de l’utopie et de l’intégration. En effet, les Katholikentage apparaissent ici inscrits, dès leur réorganisation après la guerre, comme prisonniers de l’utopie du catholicisme intégral, ce qui expliquerait leur incapacité à proposer une alternative au nazisme. R. Ladous souligne la qualité de l’analyse des différents courants du catholicisme allemand, tant dans le domaine doctrinal, que social ou même géographique. Il a été particulièrement sensible à la tension entre l’universel (la Pax Christi, dirigée par le pape) et le particulier (la Pax Germanica, rassemblant les catholiques allemands de la Mitteleuropa) dans les discours prononcés lors des Katholikentage au cours de la période étudiée. R. Ladous relève à plusieurs reprises l’influence du discours de la Révolution conservatrice (notamment dans l’omniprésence de la notion de Volksgemeinschaft) et des thèmes de la droite nationale allemande. Cet aspect du sujet aurait pu faire l’objet d’un plus ample développement, car cette influence expliquerait en partie le refus de démocratisation des Katholikentage, pour ne pas aviver les tensions entre les différents courants politiques traversant le catholicisme allemand. M.-E. Reytier a particulièrement bien mis en valeur l’influence grandissante de l’épiscopat qui finit par contrôler totalement les Congrès, jouant ainsi un grand rôle dans leur déficit démocratique. Cette tendance aboutit à leur dépolitisation puis à leur neutralisation face au développement du communisme et du national-socialisme. Pour R. Ladous, la conclusion de la thèse aurait pu être plus tranchée, en présentant le bilan des Katholikentage comme l’histoire d’un désarmement.

8Il appartient à Étienne François, président du jury, de conclure. À l’unisson de ses collègues, il tient à rappeler que la thèse de M.-E. Reytier, en comblant un vide historiographique, est destinée à faire date dans la recherche sur la République de Weimar. Il apprécie les germanismes utilisés par l’auteur, révélateurs d’une bonne connaissance de l’histoire et de la culture allemande. La reprise en main cléricale des Katholikentage, avec le soutien de la noblesse catholique, est un des aspects majeurs de cette thèse, ainsi que la permanence d’un discours d’union destiné à cacher des négociations constantes entre les courants divergents du catholicisme allemand. E. François invite M.-E. Reytier à approfondir l’étude anthropologique des mouvements de masses, afin de comparer l’organisation des Congrès catholiques avec les autres grandes manifestations de l’époque (partis politiques, syndicats, associations culturelles). L’analyse du discours mériterait également d’être développée davantage, afin de mieux saisir sa dimension utopiste et émotionnelle, là encore afin d’effectuer d’éventuelles comparaisons. Cette thèse a surtout le mérite de l’originalité, par le progressif élargissement du sujet en fonction de la variété des sources utilisées, qui fait de ce travail une véritable somme. D’un point de vue méthodologique, il serait souhaitable que M.-E. Reytier ouvre davantage ses exemples aux témoignages extérieurs au catholicisme et se positionne par rapport aux trois principaux courants historiographiques de la République de Weimar.

9Après une brève délibération, le jury accorde à Marie-Emmanuelle Reytier le titre de docteur en histoire et décerne à son travail la mention très honorable avec les félicitations à l’unanimité. Chacun espère que cette thèse donnera lieu à une publication rapide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Chopelin, « Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage (1919-1932), 2005, 2 volumes 1150 p., Université Jean Moulin Lyon III », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 187-191.

Référence électronique

Paul Chopelin, « Marie-Emmanuelle Reytier, Les catholiques allemands et la République de Weimar : les Katholikentage (1919-1932), 2005, 2 volumes 1150 p., Université Jean Moulin Lyon III », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2261

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org