Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Martine Mougin, L’Afrique à l’école depuis 1945 jusqu’à la fin des années 90. Le cas de l’Académie de Grenoble, 2005, 515 p. Université Lumière – Lyon 2

Jury : Hélène d’Almeida-Topor (professeur émérite, Paris I), Yan Callot (Université Lumière-Lyon 2), Jean-Louis Nembrini (Inspecteur Général de l’Education Nationale), Claude Prudhomme (Université Lyon 2, Directeur)
Claude Prudhomme
p. 185-186

Texte intégral

1Cette thèse est d’abord le fruit d’un itinéraire individuel. La candidate, entrée en DEA à l’heure de la retraite après une carrière de professeure en lycée, a d’abord conçu sa recherche comme un retour critique sur son expérience professionnelle. Elle a en effet accompagné son enseignement d’engagements personnels en faveur de l’ouverture des établissements scolaires à la connaissance de l’Afrique, aussi bien par les cours dispensés que par les activités péri-scolaires. Aussi le travail proposé au jury est à la fois une thèse, au sens classique du terme, et un témoignage critique sur le parcours d’une génération. Il constitue une contribution à une approche historique des pratiques enseignantes et à l’étude de leur impact sur les élèves. Le projet initial a s’abord dû régler la délicate question des sources. Si les textes officiels et les manuels sont abondants et d’un accès aisé, il se confirme une nouvelle fois que la conservation ou le classement des archives ne sont pas une préoccupation prioritaire des établissements et des rectorats. Mais le plus difficile reste l’accès à la pratique des enseignants. Martine Mougin a tenté de l’atteindre en dépouillant les bulletins professionnels et, surtout, en recourant largement à l’enquête orale ou à la collecte de documents auprès de ses collègues. Elle a été moins heureuse dans la quête d’éventuelles évaluations sur l’application des programmes et des grandes orientations ministérielles au niveau des Inspecteurs Pédagogiques Régionaux.

2On peut aussi s’interroger sur la validité d’une enquête menée essentiellement à l’échelon académique pour rendre compte d’une évolution nationale. On peut cependant avancer de solides arguments en faveur de la représentativité de l’étude du cas choisi. La mobilité des enseignants, la circulation des textes, la diversité socio-géographique de l’académie choisie, la présence à Grenoble d’une Université ancienne et largement ouverte sur l’extérieur, le caractère centralisé du système scolaire montrent que, pour l’essentiel, ce qui est analysé ici peut s’appliquer ailleurs avec quelques adaptations. Au total Martine Mougin a pu reconstituer avec une précision suffisante et de manière convaincante trois grandes étapes. La première se caractérise par la mise en cause du discours hérité de la IIIème République sur la colonisation décrite comme une œuvre française et civilisatrice. La seconde accompagne l’émancipation des États colonisés et se caractérise par l’invention du Tiers Monde. La troisième voit entrer dans les classes la préoccupation de l’éducation au développement. Se dessine enfin une quatrième phase dans laquelle les changements culturels rendent les jeunes moins réceptifs aux modes de sensibilisation et d’action élaborés depuis les années 1960-1970. L’école doit plus que jamais composer avec d’autres lieux et d’autres formes d’engagement.

3On le voit, chaque étape est fortement marquée par le contexte international et national. Il contribue à modeler des profils d’étudiants, puis d’enseignants qui introduisent dans l’exercice de leur métier leurs préoccupations civiques. L’expérience de la coopération se révèle une expérience qui a été déterminante dans les itinéraires, d’abord pour les jeunes enseignants qui y furent appelés au titre du service national, mais aussi pour les femmes enseignantes, engagées sous d’autres formes. Au fil des pages, la contribution de cette thèse à une réflexion sur l’enseignement de l’histoire, de la géographie, voire de l’éducation civique, s’avère souvent originale et stimulante. Elle pose évidemment la question de la fabrication des programmes, de la définition de leurs objectifs et de la hiérarchisation des priorités. La part de l’Afrique ne cesse de se réduire alors même que la proportion d’élèves issus de ce continent augmente régulièrement. Martine Mougin incite à voir dans ces évolutions, et dans la manière de poser les questions, l’influence d’un « climat » politique, plus que l’application de directives ou d’une politique délibérée d’une officine occulte qui n’existe pas. Le rôle des individus en poste de responsabilité est au contraire visible, à l’image de celui joué par certains Inspecteurs Généraux de l’Education Nationale auxquels on doit en partie la place accordée à l’éducation au développement. Paradoxalement les instructions venues du haut semblent parfois plus ouvertes et novatrices que la pratique de certains enseignants. Mais il est vrai que la faiblesse des moyens disponibles sur le terrain et les contraintes au quotidien n’incitent pas à prendre des initiatives. Il faut tout le volontarisme d’une minorité engagée pour vaincre les résistances d’autant que la formation continue donne trop rarement l’occasion de renouveler les pratiques et de réfléchir aux contenus d’enseignement en ce qui concerne l’Afrique et le développement.

4Madame Mougin s’interroge à la fin de son travail sur l’avenir des dispositifs mis en place par sa génération. Elle laisse transparaître son inquiétude, liée au sentiment que la relève semble souvent absente, par exemple pour animer les clubs tournés vers le Tiers Monde. Mais la tentation de la nostalgie cède heureusement la place à une interrogation finale plus fondamentale et productive sur les mutations culturelles au sein de la jeunesse des lycées et sur les nouvelles formes d’intérêt pour l’Afrique qui en découlent. On le voit, cette thèse apporte des données précieuses et ouvre, jusqu’à son terme, de nombreuses pistes qui méritent d’être explorées plus avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Martine Mougin, L’Afrique à l’école depuis 1945 jusqu’à la fin des années 90. Le cas de l’Académie de Grenoble, 2005, 515 p. Université Lumière – Lyon 2 », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 185-186.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Martine Mougin, L’Afrique à l’école depuis 1945 jusqu’à la fin des années 90. Le cas de l’Académie de Grenoble, 2005, 515 p. Université Lumière – Lyon 2 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2259

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org