Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Célestine Colette Fouellefak Kana – Dongmo, Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : le cas du catholicisme en pays bamiléké au Cameroun (1906 – 1995), 2 vol., 2005, Université Lumière Lyon 2

Jury : Jean-Dominique Durand (Université Jean-Moulin-Lyon 3, Président du Jury), Philippe Laburthe-Tolra (professeur émérite, Université Paris V-Sorbonne), Denis Pelletier (Université Lumière-Lyon 2), Claude Prudhomme (Université Lumière-Lyon 2, Directeur)
Claude Prudhomme
p. 182-184

Texte intégral

1La soutenance de cette thèse est l’aboutissement d’un travail personnel de longue haleine, ponctué de problèmes administratifs qui auraient pu, ou dû, décourager la candidate. Décidée cinq ans plus tôt, la recherche était aussi l’occasion de mettre en œuvre la coopération universitaire avec le Cameroun initiée par l’Université Lumière-Lyon 2 puisque la chercheuse enseigne à l’Université de Dshang. Mais les possibilités nouvelles offertes par le courrier électronique ont rapidement montré leurs limites. Elles étaient notamment impuissantes à combler le déficit de documentation à laquelle se heurtait la candidate au Cameroun. En conséquence, il a été décidé de privilégier l’enquête orale, ce qui a conduit Madame Fouellefak Dongmo à rassembler sur le terrain une information abondante et originale, accompagnée de remarquables photographies des lieux et des faits étudiés. Consciente néanmoins qu’elle devait compléter les sources missionnaires par une enquête dans les archives européennes, la candidate a organisé un séjour de recherche en France avec l’accord de son Université. C’était sans compter avec les nouvelles contraintes en matière de délivrance des visas. Au terme d’un parcours où chaque obstacle levé voyait un nouveau surgir, Madame Dongmo a obtenu un visa de deux mois qui lui a permis d’opérer quelques aménagements, de satisfaire aux normes de présentation de l’Université et de défendre son travail, mais pas d’apporter les compléments qu’elle souhaitait. Cette soutenance est donc aussi le triomphe de l’obstination, doublée de nombreux sacrifices financiers et matériels.

2La recherche de Madame Dongmo s’inscrit dans une expérience personnelle qu’elle évoque en introduction : celle d’une tension constante entre un héritage culturel africain et l’adhésion à une culture et à une religion venus de l’extérieur. C’est sans doute cette dimension existentielle qui a donné l’énergie nécessaire pour mener à terme le travail dans des conditions difficiles. Mais elle a aussi des effets négatifs qui ont été incomplètement éliminés. Elle incite la candidate à caractériser la christianisation du pays bamiléké comme une entreprise délibérée d’agression contre les traditions africaines au nom de la supériorité de la culture occidentale. Certes la thèse n’est pas nouvelle et conserve d’ardents défenseurs. Mais elle est simplificatrice et souffre surtout ici d’être en partie démentie par les mécanismes de christianisation qui sont ensuite exposés. Madame Dongmo, tout en dénonçant de manière récurrente la destruction culturelle, montre en effet que la christianisation est moins l’œuvre des missionnaires que celle des intermédiaires indigènes. Elle met en évidence le rôle central, et longtemps minimisé dans une littérature monopolisée par les missionnaires, joué par les agents africains dans la diffusion du christianisme : catéchistes, chefs locaux, clercs camerounais. Elle dégage aussi les éléments qui ont permis au catholicisme de se greffer sur la culture locale et de s’enraciner dans la société. Elle montre que la mission n’est pas seulement destruction mais aussi négociation et apprivoisement.

3Il en résulte un ensemble d’un intérêt inégal. La partie consacrée à l’action missionnaire est souvent décevante. Faute d’archives, ou plutôt d’avoir pu venir les consulter en Europe, la candidate en reste à un discours a priori sur la pratique missionnaire. Quand bien même le projet initial aurait été de détruire systématiquement les croyances, les rites, les références religieuses bamiléké, le missionnaire de terrain est conduit, de gré ou de force, à composer avec la demande religieuse. Sans cela on rend incompréhensibles ces adhésions rapides au christianisme, capables de faire naître d’étonnants dévouements dont plusieurs catéchistes donnent ensuite l’exemple. Dans la dernière partie la candidate montre d’ailleurs que l’attitude missionnaire est loin d’être homogène, constante, uniformément négative. L’engagement précoce d’un évêque missionnaire en faveur de la traduction en langue locale vient le confirmer. Il met en marche une logique d’adaptation sur laquelle les prêtres autochtones ne vont pas manquer de s’appuyer au temps de la décolonisation.

4La thèse constitue donc un apport de première importance dès lors qu’elle aborde le rôle des acteurs locaux, laïcs ou clercs. Elle démontre la fécondité de l’enquête orale, dont l’importance aurait pu être davantage mise en évidence dans l’exposé des résultats. Elle décrit clairement la succession des étapes qui caractérisent l’échange inégal entre missionnaires et destinataires de la mission. L’exportation des premiers temps de la mission laisse progressivement la place à une volonté d’indigénisation. Elle se limite d’abord à la promotion d’élites locales formées sur le modèle catholique romain et latin. Elle débouche finalement sur la revendication montante d’une expression proprement africaine du christianisme, ici dans sa version catholique.

5Pour conduire sa démonstration, Madame Dongmo a en outre le mérite d’introduire une approche novatrice de l’espace, non pas à travers une plate évocation de géographie physique, mais par la reconstruction du cadre écologique. Elle éclaire ainsi la manière dont la population vit sa relation à l’environnement et le sacralise. L’espace devient ainsi, non seulement une donnée (ou un obstacle) pour la christianisation mais un acteur qui a ses propres logiques et ses exigences.

6La qualité des chapitres consacrés au rôle des facteurs et des acteurs autochtones fait d’autant plus regretter que les circonstances présentes placent les chercheurs camerounais devant des obstacles quasi infranchissables quand ils veulent venir consulter les fonds d’archives européens. Puisse cette thèse contribuer à sortir les chercheurs africains d’un isolement qui compromet l’indispensable débat scientifique et la confrontation des points de vue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Prudhomme, « Célestine Colette Fouellefak Kana – Dongmo, Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : le cas du catholicisme en pays bamiléké au Cameroun (1906 – 1995), 2 vol., 2005, Université Lumière Lyon 2 », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 182-184.

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Célestine Colette Fouellefak Kana – Dongmo, Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : le cas du catholicisme en pays bamiléké au Cameroun (1906 – 1995), 2 vol., 2005, Université Lumière Lyon 2 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 14 octobre 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2257

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org