Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2005-2006

Ville et Religions

Colloque, Lyon, 7 et 8 décembre 2006
Yves Krumenacker

Notes de la rédaction

Publication : Bruno Dumons, Bernard Hours (sous la direction de), Ville et religion, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, La Pierre et l'Ecrit, 2010.

Texte intégral

1Une première Journée d’études s’est tenue à Lyon, le vendredi 14 mai 2004, dans les locaux de l’ENS, organisée conjointement par les équipes « RESEA » (REligions, Sociétés Et Acculturation) et « Villes » de la nouvelle UMR LARHRA (LAboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) : elle avait pour objectif d’esquisser un bilan historiographique et de réfléchir à de nouvelles perspectives de recherches sur le thème Villes et religions, pour les périodes moderne et contemporaine dans le cadre français. Il a été convenu, au terme de cette journée, de réunir un Colloque à l’horizon de la fin de l’année 2006, qui reprendrait cette thématique en l’élargissant à l’échelle européenne.

2Parmi les finalités de cette entreprise, il y a la volonté de tenter l’instauration d’un dialogue entre historiens du religieux et historiens de l’urbain. En effet, l’espace du religieux, en particulier celui du christianisme, a toujours recoupé les territoires de la ville, depuis la période paléochrétienne jusqu’aux temps plus contemporains, marqués par l’industrialisation et la sécularisation. Or la recherche en histoire religieuse et en histoire urbaine, du moins en France, s’est constituée, autonomisée, en s’ignorant le plus souvent. Jusque-là, les deux historiographies ne se sont guère croisées même si le propos concernerait davantage la période contemporaine que la période moderne. Ce Colloque se propose donc d’ouvrir un réel dialogue et de susciter une véritable collaboration entre les historiens des deux champs et des deux périodes afin de décloisonner l’objet de recherches, suscitant également le concours des historiens de l’Art.

3Constatant pour la ville moderne comme pour la ville contemporaine que le religieux peut apparaître comme une expression du fait urbain, l’originalité de la démarche ne consiste pas ici à considérer la ville comme le simple théâtre d’une histoire religieuse, mais plutôt d’observer et de comprendre comment le fait religieux participe à l’écriture d’une histoire urbaine. Ainsi l’approche suggérée par les organisateurs et le Comité scientifique est de partir d’une réflexion problématique en termes d’histoire urbaine pour envisager les différentes catégories qui ont permis au religieux de contribuer à la structuration de la cité. Parmi les notions pouvant caractériser une approche d’histoire urbaine, quatre axes d’investigation ont été retenus pour envisager les rapports entre la ville et le fait religieux, ceci sur deux journées :

4- la première journée, consacrée aux espaces et aux mobilités, s’efforcera d’appréhender la ville au prisme de la visibilité du religieux. L’analyse pourra porter d’abord sur les bâtiments, les monuments et les espaces : églises paroissiales ou cathédrales, ensembles conventuels, statues et croix, cimetières enfin, qui constituent un angle d’approche privilégié. Les découpages classiques de la rue et du quartier permettront d’aborder les diverses structurations de l’espace en fonction de l’organisation religieuse du territoire urbain en paroisse ou consistoire. Le rôle des communautés confessionnelles devra être pris en compte comme élément d’identification des quartiers urbains. La visibilité religieuse de la ville passe aussi par des manifestations spectaculaires, entraînant des déplacements de foule qui mettent en acte une lecture et une organisation significative de l’espace, jouant aussi bien du rejet que de l’appropriation.

5- la deuxième journée s’intéressera aux pouvoirs et aux régulations. La ville y sera considérée comme un lieu et un espace de pouvoir. On examinera les processus et les modalités d’intégration et de gestion du religieux par le pouvoir municipal, aussi bien au niveau des individus (les clercs et le pouvoir municipal) que des cérémonies par exemple (comment les liturgies urbaines intègrent-elles ou produisent-elles du religieux ?). Le pouvoir religieux peut être générateur d’élites spécifiques, notamment en la personne du prince-évêque, il participe également de la police urbaine lorsqu’il dispose d’une juridiction, il fait accéder certaines villes au rang de « capitale religieuse », notion sur laquelle il sera bon de s’attarder. L’édition religieuse ou le maintien de liturgies particulières seront des exemples possibles, soulignant le processus de construction du religieux comme pouvoir urbain. De même, on examinera selon quelles modalités des institutions proprement religieuses (confréries, congrégations) peuvent exercer un pouvoir sur la ville, tandis que le pouvoir urbain (à l’image des corps de ville) peut s’affirmer comme une instance de régulation de conflits inter ou intra-confessionnels. Enfin, à partir des pratiques d’assistance et de santé, d’aumônerie et de pastorale, le religieux peut également être appréhendé comme instrument de régulation des tensions internes à la société urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Ville et Religions », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2254

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org