Navigation – Plan du site
Articles
Regards croisés sur la Démocratie chrétienne

La Démocratie chrétienne au Chili. Les raisons d’un échec

Élodie Giraudier
p. 129-158

Résumés

La Démocratie chrétienne au Chili est d’inspiration européenne, mais s’en différencie par un contenu très latino-américain, anti-impérialiste, révolutionnaire et en même temps très anti-communiste. Elle a des liens étroits avec une Eglise qui marque fortement la société et qui, dans les années 60, s’ouvre à la modernité et à la question sociale. Elle se montre attachée à la patrie et elle mise sur les classes populaires et sur les femmes. Eduardo Frei est élu en 1964 grâce au soutien des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la Belgique et du Vatican. Il entame des réformes, puis se rapproche du capitalisme et évolue vers une politique plus dure. Dans l’opposition en 1970, la Démocratie chrétienne finit par appuyer le coup d’Etat de 1973. Cette évolution s’explique par ses contradictions et ses divisions internes, ainsi que par l’inexpérience du pouvoir.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque Eduardo Frei Montalva est élu président de la République du Chili en septembre 1964 avec 56 % des voix, les démocrates chrétiens triomphent car leur succès résulte de trente ans de lutte politique pour parvenir à diriger le pays. Dans les années 1930, un groupe de jeunes catholiques s’était ouvert aux idées sociales chrétiennes et avait fondé le Mouvement National de la Jeunesse Conservatrice (1935). En 1938, celui-ci s’est séparé du Parti Conservateur et est devenu la Phalange Nationale. Jusqu’à la fin des années 1950, ce nouveau parti a cherché un espace sur la scène politique chilienne. Malgré des résultats électoraux décevants, il pouvait compter sur le dynamisme de ses jeunes leaders (Eduardo Frei Montalva, Bernardo Leighton, Gabriel Valdés). En 1953, la Phalange Nationale s’allie au Parti Conservateur Social Chrétien en une Fédération Sociale Chrétienne ; celle-ci mène à la fondation du Parti Démocrate Chrétien (P.D.C.) en juillet 1957. Il ne s’agit pas d’un simple changement de nom : la nouvelle formation est plus centriste, plus moderne que la Phalange Nationale. Avec des programmes techniques, elle veut apporter une réponse efficace aux problèmes du Chili. Pourtant, son arrivée au gouvernement change la donne : mouvement dynamique en 1964, la Démocratie chrétienne (D.C.) perd rapidement ses appuis car le programme de réformes n’est que partiellement appliqué. Cela entraîne la perte du pouvoir en 1970 qui s’accompagne de l’opposition à l’Unité Populaire.

2Dans les pages qui suivent, nous tenterons d’étudier les traits de la Démocratie chrétienne au Chili (son inspiration européenne, son projet commun aux autres D.C. du monde et ses particularités) nous expliquerons pourquoi la D.C. représente, en 1964, les aspirations de la nation chilienne. Enfin, nous analyserons les remaniements démocrates chrétiens entre 1964 et 1973.

Un Parti Démocrate Chrétien au Chili (P.D.C.)

Les conditions d’émergence du P.D.C. chilien

  • 1 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne XIXe-XXe siècles, Paris, Arman (...)
  • 2 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud, le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, (...)
  • 3 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 94- (...)

3Pour étudier les caractéristiques de la D.C. au Chili, nous proposons en premier lieu de réfléchir aux conditions d’émergence communes aux partis catholiques et démocrates chrétiens. Si la présence d’un catholicisme est indispensable, d’autres facteurs ne sont pas moins essentiels. Selon Jean-Marie Mayeur, il doit exister une certaine laïcisation, un régime représentatif et parlementaire qui permettent à des groupes politiques et à des tendances de l’opinion de s’affirmer. En effet, les premiers partis catholiques progressent dans les États où le catholicisme est minoritaire (Prusse, Pays-Bas) car ils défendent les droits des catholiques ou luttent contre la politique anticléricale des libéraux. Ensuite, le parti catholique doit se doter d’un programme social et politique propre. Celui-ci suit la conception chrétienne de la société et est soutenu à la fin du XIXe siècle par le clergé et les associations de charité. Enfin, les partis catholiques sont très souvent l’expression politique d’un catholicisme populaire, profondément enraciné dans le terroir (Italie, France)1. Ces éléments se retrouvaient-ils au Chili ? Depuis la Constitution de 1833, le Chili est l’un des premiers pays d’Amérique latine à disposer d’une Chambre des Députés, d’un Sénat et à maintenir une certaine stabilité démocratique. Au XIXe siècle, les gouvernements libéraux anticléricaux plongent les Églises latino-américaines dans une « nuit de l’histoire »2 : les Églises se replient face aux attaques de ces gouvernements et à leur intérêt pour le scientisme ou le positivisme. Dans le Chili de la seconde moitié du XIXe siècle, le Parti libéral et le Parti radical sont à l’avant-garde du combat libéral contre le cléricalisme3.

  • 4 Olivier Compagnon, Jacques Maritain…, op. cit., p. 33.

4D’après Olivier Compagnon, les Églises latino-américaines auraient suivi ainsi les mêmes mouvements que les Églises européennes. Alors qu’elles perdent leur pouvoir temporel et leur influence intellectuelle dans presque tous les pays d’Amérique du Sud, un catholicisme social s’est progressivement développé et confère aux Églises catholiques une empreinte plus sociale que politique4. Des partis conservateurs prennent alors le relais de la défense des catholiques ; ainsi, le Parti Conservateur chilien reçoit officiellement le soutien de la hiérarchie catholique. Ses membres sont en majorité catholiques et s’inspirent de la doctrine sociale de l’Église et de l’encyclique Rerum Novarum. Des hommes sortis des rangs de ce parti cherchent à améliorer les conditions de vie des plus nécessiteux dans les années 1930. Ils représentent une tendance démocrate chrétienne dont il s’agit maintenant de voir si elle transpose simplement une pensée européenne ou si elle s’adapte aux problèmes particuliers au contexte latino-américain. L’Église catholique universelle exerce une forte influence sur l’État et le peuple chiliens ; toutefois, le catholicisme présente des nuances dans les nombreux pays et continents où il s’est implanté.

Une idéologie d’inspiration chrétienne et européenne

Une pensée commune

  • 5 William Thayer Arteaga, Humanismo cristiano chileno (1931-2001), sus inspiradores, sus seguidores, (...)

5Les différentes études sur les démocraties chrétiennes européennes et latino-américaines permettent de distinguer une idéologie commune qui s’explique par la culture européenne de l’Amérique latine. Selon William Thayer Arteaga, le Chili se sent « héritier et membre »5 de la culture européenne. La colonisation espagnole a importé la langue, la religion, la société, les systèmes politiques et économiques européens. Le Chili aurait été influencé par la philosophie des Lumières italiennes et espagnoles, « l’Illustration » : les idées nouvelles doivent se diffuser à partir du catholicisme. Pourtant, c’est du côté de la France que l’Amérique espagnole s’est tournée à partir du XVIIIe siècle.

  • 6 Olivier Duhamel, Chili ou la tentative révolutionnaire dans la légalité, Paris, Gallimard, 1974, p. (...)

6Au Chili, la période de l’indépendance et les constitutions successives se sont inspirées de la Révolution française et de la philosophie des Lumières (Rousseau, Voltaire, Montesquieu…). De la sorte, la France et le Chili sont politiquement proches à tel point que Pierre Kalfon parle de « cousinage politique » : le système politique chilien a longtemps été caractérisé par une stabilité démocratique, un « régime présidentialiste », des Forces armées respectueuses de la constitution et des partis politiques similaires aux institutions françaises6. Les partis communistes et socialistes des deux pays ont commencé à émerger à la fin du XIXe siècle à partir de luttes syndicales. Comme le Parti radical français, le Parti radical chilien s’est développé en même temps que les classes moyennes. Il a aussi participé à un gouvernement de Front Populaire (1938-1948).

  • 7 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. (...)

7La Démocratie chrétienne entre dans ce jeu de miroirs entre le Chili, l’Europe et la France. Ayant reçu une éducation catholique, les jeunes conservateurs Eduardo Frei Montalva et Manuel Antonio Garretón Walker ont voyagé dès 1933 sur le Vieux continent. Ils sont entrés en contact avec Jacques Maritain, Georges Bidault et d’autres leaders démocrates chrétiens européens (Alcide de Gasperi, Konrad Adenauer). Ces échanges nourris créent une communauté idéologique entre les P.D.C. chilien et européens fondée sur la Bible, les penseurs chrétiens et l’expérience de certains politiciens. Ainsi, comme en Europe, les D.C. chiliens s’inspirent du message évangélique et des encycliques sur la « question sociale » : Rerum novarum les a particulièrement influencés. D’autre part, des philosophes et des auteurs catholiques comme saint Thomas d’Aquin (1225-1274), Henri Bergson (1859-1941), Charles Péguy (1873-1914) ou Jacques Maritain (1882-1973) deviennent des maîtres à penser pour les démocrates chrétiens chiliens. La revue Esprit d’Emmanuel Mounier (1905-1950) est aussi très consultée pour ses idées personnalistes et anticolonialistes. De plus, les D.C. chiliens s’intéressent aux expériences politiques de tendance démocrate chrétienne comme celle de Luigi Sturzo et du « populisme »7.

Une inspiration propre à la D.C. chilienne

  • 8 Olivier Compagnon, Jacques Maritain, op. cit., p. 15-17.
  • 9 Waldo Romo P., « Contribución a Maritain a la filosofía de la historia », Política y Espíritu, n° 3 (...)

8Outre ce patrimoine commun avec les autres D.C., la pensée chilienne s’inspire de sources qui lui sont propres. D’une part, Olivier Compagnon souligne que Jacques Maritain a été assez distant avec les mouvements démocrates chrétiens européens et le Mouvement Républicain Populaire (M.R.P.), mais qu’il a considérablement marqué les D.C. latino-américaines (Venezuela, Chili, Uruguay)8. Alors qu’il est pratiquement inconnu ou oublié en France, les démocrates chrétiens chiliens possèdent ses œuvres en français ou traduites, s’en inspirent et en citent de longs passages dans leurs discours et leurs articles9. D’autre part, les écrits de Jorge Ahumada, économiste de la C.E.P.A.L. (Commission Économique des Nations Unies pour l’Amérique Latine et les Caraïbes) apportent à la D.C. des éléments pour dénoncer et résoudre la « crise intégrale » (politique, économique, sociale et culturelle) dans laquelle se trouve le Chili.

  • 10 Eduardo Frei Montalva, « La experiencia yugoslava », Política y Espíritu, n° 335, août 1972, p. 26- (...)
  • 11 Julio Silva Solar, « Logros y perspectivas de la revolución rusa », Política y Espíritu, n° 303, oc (...)
  • 12 Jaime Castillo Velasco, « ¿Es el anticomunismo una aberración? ¿Cual es la actitud correcta? », Pol (...)

9L’analyse des publications démocrates chrétiennes chiliennes révèle aussi des emprunts à des expériences communistes pour adapter leur idéologie à la pratique. La Yougoslavie de Tito intéresse pour sa recherche d’autogestion et d’autonomie, on pense qu’elle pourrait être transposée dans les entreprises chiliennes10. Un parallèle semble aussi établi non sans audace, entre la Révolution russe et la « Révolution dans la Liberté » chilienne : un même esprit de changement de structures, un même effort et un même sacrifice de la part du peuple11. Enfin, l’idéologue Jaime Castillo Velasco établit une distinction originale entre les écrits de Karl Marx (1818-1883) et le marxisme, qui serait une lecture erronée de la pensée de Marx. Ceux-ci deviennent par conséquent une nouvelle base théorique tout comme la pensée du communiste italien Antonio Gramsci (1891-1937)12. En Italie, Alcide de Gasperi a bien été influencé par Jacques Maritain, mais il a surtout lu des articles sur les temps et les hommes qui ont préparé Rerum Novarum.

Une « troisième voie » entre le capitalisme et le collectivisme

Un programme commun

  • 13 Pierre Letamendia, La Démocratie chrétienne, Paris, P.U.F., 2e éd., p. 25.
  • 14 Gabriel Valdés Subercaseaux, « La política internacional chilena », Política y Espíritu, n° 288, ja (...)

10L’étude de l’idéologie démocrate chrétienne, à la fois commune à tout le mouvement D.C. et particulière à chaque P.D.C., permet de s’attacher maintenant au projet démocrate chrétien. En effet, à l’instar des autres D.C. européennes, la D.C. chilienne se veut une alternative au communisme et au capitalisme. Ce mouvement se dit antifasciste, anti-impérialiste, anticapitaliste, anticommuniste et anti-collectiviste. En effet, la D.C. toucherait un électorat pluriclassiste sensible au maintien des libertés et de la propriété privée : classes moyennes, médecins, petits propriétaires et petits commerçants, ouvriers qualifiés, classes moyennes, secteurs marginalisés, « cols blancs »13… Les P.D.C. européens et chilien recherchent tous une troisième voie adaptable à leur réalité particulière. Leur programme vise à approfondir la démocratie sur les plans politique, économique et social. Il aspire à lutter pour le principe chrétien de la paix et pour la coopération entre pays à travers des organisations régionales. Ainsi, Gabriel Valdés Subercaseaux, ministre des Affaires Étrangères d’Eduardo Frei Montalva, prononce de nombreux discours contre la bombe atomique aux assemblées générales de l’Organisation des Nations Unies14. Konrad Adenauer pour l’Allemagne, Alcide de Gasperi pour l’Italie et le Mouvement Républicain Populaire français ont été des artisans de la construction européenne. De même, en Amérique latine, les Démocraties chrétiennes (Venezuela, Pérou, Chili…) ont cherché à organiser leur sous-continent, surtout sur le plan économique. En effet, Eduardo Frei entendait former un Marché commun latino-américain.

Les particularités du projet démocrate chrétien au Chili

11La D.C. chilienne partage un fond intellectuel et programmatique commun avec ses homologues européennes. Toutefois, son projet comporte certaines différences dans la mesure où l’Amérique latine a connu la colonisation, est sous-développée et se situe à proximité des États-Unis. Par conséquent, la première différence entre les D.C. européennes et chilienne porte sur la relation au continent américain. Alors que les démocrates chrétiens d’Europe se sentent surtout européens en raison de la construction européenne et de la pression exercée par l’Union soviétique, leurs homologues chiliens se sentent latino-américains depuis la colonisation. En 1964, la Démocratie chrétienne acquiert une dimension messianique qui rappelle son côté religieux : le projet politique d’Eduardo Frei Montalva se veut un modèle pour toute l’Amérique latine qui cherche une alternative à la présence américaine et une solution à l’impérialisme.

  • 15 Jorge Larraín, Identidad chilena, Santiago de Chile, LOM Ediciones, 2001, p. 49.
  • 16 George Grayson, El Partido Demócrata Cristiano chileno, Buenos Aires y Santiago de Chile, Editorial (...)
  • 17 José Díaz Nieva, Chile : de la Falange Nacional a la democracia cristiana, Madrid, Universidad Naci (...)
  • 18 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 258.

12Ce thème rappelle le rêve de Simón Bolívar de créer au XIXe siècle un seul État fédéral latino-américain, reproduisant l’unité de la colonisation. Selon le sociologue Jorge Larraín, il existe en effet une identité latino-américaine articulée avec les identités nationales, une idée « des autres », les autres pays latino-américains, une histoire partagée étroitement pendant les trois siècles de domination espagnole, une guerre d’indépendance où les créoles des différents pays se sont battus ensemble. La langue, la religion et beaucoup d’autres facteurs culturels et socio-économiques communs articulent enfin cette identité latino-américaine15. D’après George Grayson, les démocrates chrétiens auraient réfléchi dès leurs débuts sur l’existence historique de deux Amériques : une Amérique anglo-saxonne et une Amérique espagnole qui doit avancer avec audace16. Dans ses vingt-quatre points fondamentaux, la Phalange Nationale proclame l’unité et la mission historique des peuples colonisés par l’Espagne : ces derniers doivent jouer un rôle dans le monde et suivre des principes au fil du temps. Une union hispanique et une collaboration des nations américaines doivent défendre le legs historique de l’Espagne17. Dans les années 1950-1960, cette identité latino-américaine se double d’une identification à la communauté des nations sous-développées ou du Tiers-Monde18. Le programme de la D.C. chilienne entend donc permettre à l’Amérique latine de s’intégrer et de faire entendre sa voix sur la scène internationale.

  • 19 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 351.

13Ensuite, la seconde différence entre les programmes européens et chiliens est liée à la première car elle porte sur l’anti-impérialisme. Au Chili et en Amérique latine, l’impérialisme de la Grande-Bretagne et des États-Unis a remplacé la colonisation de l’Espagne au moment de l’Indépendance. Contrairement à l’Espagne, l’Italie et la France, qui ont importé leur culture et leur philosophie en Amérique latine, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont seulement exploité sur le plan économique et dominé sur le plan politique le sous-continent. Jusqu’en 1920, la Grande-Bretagne tire parti de son soutien à l’indépendance des colonies espagnoles : elle est le premier client, le premier fournisseur, le principal financier des jeunes États latino-américains. Au contraire, l’impérialisme étasunien est uniquement politique au XIXe siècle et devient économique après 1890. Par la déclaration de Monroe de 1823, les États-Unis mettent en garde le Vieux Monde (surtout la Russie et l’Espagne) contre toute intervention en Amérique latine. Des années 1900 aux années 1930, le « voisin du Nord » mène la « diplomatie du dollar » et la « politique du gros bâton » (dès Théodore Roosevelt). Au Chili, Anglais et Étasuniens exploitent les richesses des mines de salpêtre et de cuivre et font naître un système de dépendance : le pays exporte des matières premières et ne fabrique pas des produits transformés qu’il doit importer19.

  • 20 Pierre Letamendia, « Démocratie chrétienne », in Encyclopædia Universalis, Corpus t. 7, « Décision- (...)

14La revue Política y Espíritu exprime l’anti-colonialisme et l’anti-impérialisme de la Démocratie chrétienne chilienne : son programme vise à faire du Chili une nation forte et indépendante sur tous les plans et à ce qu’il redevienne propriétaire de ses richesses naturelles (« chilénisation » du cuivre). Quant aux D.C. européennes, elles appartiennent à des pays développés qui ont eux-mêmes colonisé. En France, le M.R.P. a eu « une politique timide en matière de décolonisation »20 et il n’a pas su résoudre ce problème. Alors que l’Europe Occidentale avait influencé le monde, elle est sortie affaiblie de la Deuxième Guerre mondiale et les États-Unis financent sa reconstruction par le plan Marshall (1947). Tandis qu’Alcide de Gasperi sollicite l’aide des États-Unis pour reconstruire l’Italie, l’Amérique latine cherche à se libérer du joug étasunien.

  • 21 Gabriel Valdés Subercaseaux, « De la tregua a la paz », Política y Espíritu, n° 297, novembre-décem (...)

15La troisième différence entre les D.C. d’Europe et du Chili concerne l’anticommunisme. Dans le contexte de la guerre froide, la troisième voie des D.C. chiliens refuse d’entrer dans la logique d’affrontement entre le bloc de l’Ouest et le bloc de l’Est21. En Amérique latine, la présence de la révolution cubaine, le développement des guérillas et les pressions étasuniennes génèrent un anticommunisme beaucoup plus virulent qu’en Europe. Ainsi, la campagne électorale de 1964 est présentée comme un face-à-face entre les partisans de la démocratie, des libertés, et de la propriété individuelle et les partisans des régimes totalitaires, des dictatures et du collectivisme. Nous avons vu que les D.C. européennes cherchent aussi une troisième voie, entre le capitalisme et le collectivisme. Toutefois, leur « sérénité » tenait sans doute au statu quo négocié entre les deux blocs qui concernait les zones d’influences et qui mettait les pays de l’Europe de l’Ouest à l’abri de l’expansion communiste : le « rideau de fer » séparait physiquement l’Europe de l’Ouest de l’Europe de l’Est.

  • 22 Joan Garcés, Soberanos e intervenidos. Chile, la guerra fría y después, Santiago de Chile, Edicione (...)
  • 23 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste, un essai d’analyse systémique, Paris, L (...)
  • 24 Jean Meyer, « Chili 1966 : la Démocratie chrétienne à l’épreuve », Esprit, n° 350, juin 1966, p. 11 (...)

16Enfin, la quatrième différence entre les D.C. européennes et chilienne porte sur l’idéologie révolutionnaire. Certaines études montrent que l’imaginaire latino-américain est marqué par la révolution associée dans un premier temps à la lutte pour l’indépendance, aux idéaux de la Révolution française de 1789, ainsi qu’à la guerre d’indépendance nord-américaine22. La révolution mexicaine de 1910 et la révolution bolivienne de 1952 entreprennent une réforme agraire pour redistribuer les terres. La révolution bolchevique de 1917 puis la révolution cubaine (1959) deviennent des modèles à suivre en particulier pour les communistes latino-américains23. Les premières années de la révolution cubaine entraînent une période d’exaltation collective et de romantisme pour le héros révolutionnaire. Au Chili, lors de la campagne présidentielle de 1964, la révolution « se trouve dans tous les esprits »24.

17Le P.D.C. chilien pour sa part, propose, une « Révolution dans la Liberté » : il prévoit des changements révolutionnaires dans un cadre démocratique. Face à la révolution marxiste considérée comme aliénante, la D.C. élabore l’idéologie d’une révolution respectueuse des libertés. Certains auteurs récusent toutefois sa dimension révolutionnaire. Or en Europe, la C.D.U.-C.S.U. allemande, tout comme le Parti Populaire Autrichien, sont les plus conservatrices des formations D.C. L’enracinement protestant et catholique allemand dans l’histoire fait que ces partis ont conservé une partie de l’idéologie contre-révolutionnaire des penseurs de la Restauration, adversaires de la Révolution française. Même si le M.R.P. et la D.C. italienne intègrent les valeurs républicaines et les libertés de 1789, il s’agit moins de faire la révolution que de reconstruire les pays (Allemagne, France, Italie) après le conflit de 1939-1945. Cependant, les enjeux sont les mêmes qu’au Chili et en Amérique latine : il s’agit de construire un nouvel État et une nouvelle société avec des fondements chrétiens.

Un parti « ni à droite ni à gauche »

  • 25 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 450.
  • 26 Maurice Duverger, « La democracia cristiana en Europa », in Carlos Real de Azúa, Maurice Duverger, (...)
  • 27 Maurice Duverger, « La democracia… », art. cit., p. 25.
  • 28 Luis Corvalán Márquez, Del anticapitalismo al neoliberalismo en Chile. Izquierda, centro y derecha (...)

18Ajoutées au choix d’une troisième voie, entre le capitalisme et le collectivisme, les nuances entre pays rendent délicate toute situation politique du projet D.C. Journaliste proche des démocrates chrétiens, Charles d’Aragon, pour qui le M.R.P. mène « une politique de gauche avec un électorat de droite », montre que la D.C. introduit une rupture dans la scène politique traditionnelle structurée entre la droite et la gauche. En raison de son idéologie particulière, il serait difficile de situer la Démocratie chrétienne : est-elle plutôt à droite ou plutôt à gauche ? Certains auteurs placent ce courant politique au centre et même au centre gauche25 en raison de son projet d’une troisième voie. D’autres le placent résolument à droite en raison de sa forte réaction contre le marxisme, de son financement étasunien et européen et considèrent qu’il n’est qu’« un déguisement de la droite traditionnelle »26. Selon Maurice Duverger, cette recherche d’une troisième voie, entre capitalisme et collectivisme, serait plutôt « utopique » car peut-il vraiment exister « un juste milieu entre droite et gauche »27 ? Des études auraient critiqué ce choix politique qui serait la preuve d’une incapacité à se définir. Pour Luis Corvalán Márquez, les dissensions internes à la D.C. chilienne rendraient encore plus malaisée la définition de sa couleur politique28.

  • 29 Ricardo Yocelevzky, La democracia cristiana y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1970), México, Univ (...)

19Éloignons-nous des débats au profit d’une analyse aussi objective que possible, c’est-à-dire élaborée à partir des faits et des sources. Concrètement, il apparaît donc que la Démocratie chrétienne chilienne semblait, à ses débuts, être une formation plutôt à gauche à travers la Phalange Nationale. La fondation du P.D.C., né de la fusion de la Phalange et du Parti Conservateur Social Chrétien, a cependant recentré ce mouvement29. En 1964, l’appui de la droite à la campagne électorale d’Eduardo Frei Montalva lui donne une tonalité plus conservatrice qu’en 1958, à l’occasion de sa première candidature présidentielle. Mais après 1967, les démocrates chrétiens au pouvoir abandonnent leur politique réformiste pour adopter une politique forte (« la mano dura ») et s’allier au capitalisme international. Ainsi, l’étude de la D.C. au Chili nous amène à réfléchir sur la portée de la pensée chrétienne. En effet, l’encyclique Rerum Novarum (1891) a contribué idéologiquement et politiquement au même titre que les philosophes des Lumières, la Révolution française ou les mouvements indépendantistes à faire émerger le courant D.C. Dans le Chili de 2005, même si la D.C. parle davantage de libéralisme que de révolution, elle continue à se situer dans le monde chrétien.

20Après avoir défini la D.C. chilienne, son idéologie et son programme, penchons-nous plus précisément sur son implantation concrète et profonde au sein du peuple chilien. Également très catholique, la France a connu un parti d’inspiration chrétienne, le M.R.P., mais son expérience a été de courte durée (1944-1966). Se réclamant de la même idéologie, le P.D.C. chilien connaît au contraire une durée remarquable. Par conséquent, quelles valeurs véhiculées par la Démocratie chrétienne chilienne permettent aux Chiliens de se reconnaître dans cette tendance politique ? Le catholicisme est une donnée fondamentale de la question, mais suffit-il à expliquer l’enracinement de la D.C. au Chili ?

La Démocratie chrétienne véhicule les valeurs nationales chiliennes

  • 30 Eduardo Frei Montalva, « Discurso de la Patria Joven », in Cristián Gazmuri, Patricia Arancibia y Á (...)
  • 31 Lukas K. Sosoe, « Nation », in Philippe Raynaud et Stéphane Rials (dir.), Dictionnaire de philosoph (...)

21« Notre Chili »30, « Nous, les Chiliens… », ces expressions employées par les démocrates chrétiens dans leurs discours font appel au sentiment d’appartenance à la nation chilienne. Selon Lukas K. Sosoe, la nation désigne « un groupe de personnes, unies par les liens du sang, de la langue et de la culture (du latin natio, natus) qui, le plus souvent, mais pas nécessairement, partagent le même sol »31. Le discours sur la nation identifie les individus à travers l’histoire nationale, la littérature, les moyens de communication et la culture politique. À l’instar de l’expression Dieu, le Roi, le Peuple qui exprime l’organisation de la France monarchique, la nation chilienne semble s’organiser autour de l’Église, la Patrie, le Peuple. Dans quelle mesure la D.C. tient-elle un discours nationaliste ou patriotique à travers un discours religieux et comment peut-elle répondre aux aspirations du peuple chilien à travers cette « trinité » : l’Église, la Patrie, le Peuple ? Les résultats de nos recherches dans les archives chiliennes et françaises nous invitent à nous écarter des positions ponctuelles de la D.C. pour nous attacher à son projet global et à son intégration à la nation chilienne.

Église et « chilénité »

Une Église fédératrice

  • 32 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili…, op. cit., p. 18-20.
  • 33 François Chevalier, L’Amérique latine de l’indépendance à nos jours, Paris, P.U.F., 2e éd., 1993, p (...)
  • 34 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili, op. cit., p. 19.
  • 35 Zarko Luksic Savoia, « Sentimiento religioso y tendancia política », Política y Espíritu, n° 308, j (...)
  • 36 François Chevalier, L’Amérique latine, op. cit., p. 480.

22Dans la seule synthèse française disponible actuellement sur l’histoire générale du Chili, Marie-Noëlle Sarget montre que l’Église a joué un rôle clé dans la construction de la nation chilienne avec l’État et les Forces Armées. En effet, au Chili, l’Église n’est pas séparée de l’État jusqu’en 1925. Depuis la colonisation, l’Église participe à part entière à la vie politique, économique, sociale et culturelle du pays et malgré les évolutions historiques, elle reste un point de repère permanent et l’élément fédérateur de toute la nation chilienne32. L’Église chilienne intègre la religiosité populaire. Lors de la colonisation de l’Amérique espagnole, le catholicisme espagnol suivait en effet la tradition médiévale des ordres religieux et prêcheurs. L’évangélisation des populations indigènes (Araucans au Chili) a donc enraciné « une religion de masse, vécue et sentie à sa façon par le peuple »33. Les missionnaires étaient parmi les personnes les mieux formées du pays et ont éduqué les populations en fondant des écoles dès la fin du XVIe siècle34. De plus, l’Église possède les moyens les plus modernes et les plus divers pour diffuser ses idées : revues, quotidiens, chaînes radiophoniques et télévisées, universités etc. Ceci a permis un ancrage très profond de la religion catholique dans la population : 89 % des Chiliens se disent catholiques à la fin des années 196035. Dans le Cône Sud (Argentine, Uruguay, Paraguay, Chili), la pratique religieuse est surtout le fait des classes moyennes et supérieures : entre 15 et 30 % de la population se rend à la messe chaque dimanche. Au contraire, la pratique dominicale concerne 13 % de la population au Venezuela, 15 % en Colombie et 12 % au Pérou36. Un mouvement inspiré de l’enseignement social de l’Église avait donc toutes ses chances de s’enraciner dans ce contexte.

Les liens étroits entre la Démocratie chrétienne et l’Église

  • 37 Pierre Letamendia, Eduardo Frei, Paris, Beauchesne, p. 126.
  • 38 George Grayson, El Partido, op. cit., Ricardo Boizard, La democracia cristiana en Chile. Un mundo q (...)
  • 39 Ricardo Yocelevzki, La Democracia, op. cit., p. 75.
  • 40 Jorge Cash Molina, 1935-1957. Falange Nacional. Bosquejo de una historia, Santiago de Chile, éditeu (...)

23Comme tous les Chiliens, les dirigeants D.C. ont des liens personnels avec des membres de la haute hiérarchie catholique et ont entretenu d’excellents liens avec le Vatican. Les biographies des principaux dirigeants démocrates chrétiens montrent qu’un certain nombre de leurs proches sont entrés en religion : ce sont le frère, le beau-frère et la fille d’Eduardo Frei Montalva ou le frère de Gabriel Valdés Subercaseaux. Ces relations avec la haute hiérarchie catholique se sont approfondies avec la visite à Rome rendue au pape Pie XI en 1933-1934, le soutien de Mgr Manuel Larraín Errázuriz de Talca, proche de Gabriel Valdés, et l’amitié liant Eduardo Frei Montalva au cardinal Raúl Silva Henríquez de Santiago de Chile37. En effet, selon la plupart des auteurs sur le P.D.C., les leaders démocrates chrétiens ont reçu une éducation catholique rigoureuse qu’ils ont poursuivie dans les universités et des associations catholiques pour la jeunesse du Chili. Des prêtres jésuites pionniers dans le domaine des idées sociales chrétiennes ont influencé les jeunes catholiques dès leurs débuts. Les historiens du P.D.C. placent les origines de la Phalange Nationale entre 1928 et 1931, au sein de l’Association Nationale des Étudiants Catholiques (A.N.E.C.)38 mais aussi dans l’Action Catholique qui a développé la lecture des encycliques39. Des liens privilégiés ont été noués avec l’aumônier de l’A.N.E.C., le père Oscar Larson. Dans un contexte national apaisé par la séparation de l’Église et de l’État, celui-ci a mis l’accent sur la préparation religieuse et intellectuelle des étudiants et sur la sensibilisation à la doctrine sociale chrétienne40.

Des évolutions parallèles entre l’Église chilienne et la Démocratie chrétienne

  • 41 Anonyme, « El Partido Conservador ha tenido siempre una línea democrática y cristiana », La Unión, (...)

24Si le succès de la D.C. peut s’expliquer par ses liens étroits avec l’Église, nous allons voir que les archives du quotidien de l’évêché de Valparaíso, La Unión, nous amènent à réfléchir sur des évolutions ecclésiastiques et démocrates chrétiennes conjointes. Jusqu’à la fin des années 1950, l’Église chilienne prend ouvertement des positions conservatrices et même réactionnaires41. Partisane du maintien de l’ordre social, elle condamne tout mouvement de protestation ouvrière, elle a toujours eu de bonnes relations avec le capital et l’oligarchie et elle a permis de faire le lien entre les Forces Armées et le pouvoir économique. Dans les années 1940, l’Église chilienne aurait donc mal accepté les idées sociales chrétiennes : en témoignent la controverse en 1947 entre la Phalange Nationale et la haute hiérarchie catholique qui combat les mouvements maritainistes au profit du Parti Conservateur créé en 1857.

  • 42 Pierre Letamendia, Eduardo Frei, op. cit., p. 22-23.
  • 43 Anonyme, « Nada hay que temer de la doctrina social cristiana, todo hay que esperar de ella », La U (...)
  • 44 Sofía Correa, Consuelo Figueroa, Alfredo Jocelyn-Holt, Claudio Rolle y Manuel Vicuña, Historia del (...)
  • 45 Paulo VI, « La encíclica « Ecclesiam suam » de ss. Paulo VI. Reformas no pueden referirse a las est (...)
  • 46 Sofía Correa et alii, Historia…, op. cit., p. 216.
  • 47 Luis Moulián y Gloria Guerra, Eduardo Frei Montalva (1911-1982), biografía de un estadista utópico, (...)
  • 48 Sofía Correa et alii, Historia…, op. cit., p. 242.
  • 49 Zarko Luksic Savoia, « Sentimiento religioso y tendencia política », Política y Espíritu, n° 308, j (...)

25Toutefois, Pierre Letamendia souligne le changement opéré dans les années 1930 : la crise économique et politique entraîne la dispersion des catholiques qui refusent de plus en plus d’intégrer le Parti Conservateur malgré les efforts des évêques42. Les études montrent que les courants ecclésiastiques réformistes deviennent majoritaires à la fin des années 1950. Dans le cadre de la séparation de l’Église et de l’État de 1925, l’Église chilienne devient moins conservatrice, elle s’ouvre à la société progressivement et soutient peu à peu la D.C. Celle-ci propose un ordre social corporatif, communautaire et humaniste fondé sur la famille, la religion conforme à la conception catholique. Ce changement suit l’évolution générale de la D.C. qui, depuis l’encyclique Rerum Novarum, est préoccupée par la « question sociale »43. Ainsi, selon Jorge Larraín, une identité religieuse progressiste se crée dans les années 1960. L’ouverture de l’épiscopat chilien à la modernité et à l’expansion des sensibilités politiques sociales chrétiennes en sont ses principales manifestations. En parallèle, l’Église chilienne abandonne la simple dénonciation du communisme. Pour réduire l’influence de la gauche, elle décide d’agir et de développer son emprise sur la société chilienne. En effet, les bons résultats de Salvador Allende en 1958, la pénétration rapide de la gauche marxiste dans les campagnes et le triomphe de la révolution cubaine lui ont montré que son action était inefficace dans ce domaine44. Ainsi, les articles de La Unión prennent un ton alarmiste et s’inquiètent de la misère des Chiliens, diffusent les discours du pape sur la délicate situation sociale et sont un peu moins centrés sur le marxisme45. Influencés par les études sociologiques de jésuites et l’arrivée de religieux étrangers impulsés par le Vatican, Mgr Manuel Larraín Errázuriz, évêque de Talca et le cardinal Raúl Silva Henríquez défendent l’engagement de l’Église dans les structures de la société chilienne46. Alors que la D.C. acquiert une importance nationale, Mgr Raúl Silva Henríquez devient archevêque de Santiago du Chili en 1961. Or, l’essor de la Démocratie chrétienne au Chili doit beaucoup à l’archevêque de Santiago qui joue un rôle fondamental dans la rénovation de l’Église au Chili et en Amérique latine47. En 1963, l’archevêché organise une Mission Générale : plus de 1 000 laïcs diffusent dans les campagnes le message de l’Église qui s’engage dans les changements, lutte contre le communisme et s’identifie à la D.C. et à son leader48. Ces liens étroits avec l’Église permettent à la Démocratie chrétienne de s’implanter solidement dans le peuple chilien : selon une enquête réalisée en 1968-1969, il existerait une relation entre l’attachement à la religion et le vote démocrate chrétien : 78 % des personnes interrogées qui attachent beaucoup d’importance à la religion, sont favorables à la D.C. À l’inverse, le P.D.C. capterait seulement 2 % des Chiliens qui se disent sans religion49.

  • 50 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 238.

26Enfin, des études plus abondantes s’attachent aux évolutions des Églises d’Amérique du Sud après la conférence de l’épiscopat latino-américain à Medellín (Colombie) en 1968. La recherche d’une rénovation de l’Église pour la mettre au service de la justice et des opprimés (« l’option préférentielle pour les pauvres ») semble se faire à travers le mouvement des communautés de base et de la théologie de la libération50. Celle-ci ne semble pas connaître une égale diffusion en Amérique latine : pour Michaël Löwy, elle aurait touché surtout l’Amérique centrale, le Mexique, le Brésil et la Colombie. Au Chili, elle aurait davantage influencé les prêtres que la haute hiérarchie catholique, et seules les tendances plus à gauche de la D.C. ont accompagné cette dernière évolution de l’Église.

27À travers ses valeurs chrétiennes et ses liens étroits avec la hiérarchie catholique, la Démocratie chrétienne touche un des piliers de la nation chilienne, l’Église. Toutefois, pour que le discours de la D.C. véhicule réellement les valeurs nationales, il doit aussi faire référence à l’État et à l’Armée.

L’attachement à la Patrie

La référence au territoire chilien

28Le discours patriotique de la Démocratie chrétienne fait tout d’abord référence au territoire chilien qu’il faut unifier, à sa géographie et à son histoire. Lors de la Marche de la Jeune Patrie, des colonnes de jeunes viennent des quatre coins du Chili (le Nord, le Sud, la Mer et la Cordillère). Dans le discours qu’il prononce à l’issue de cette marche, Eduardo Frei compare chaque colonne à la nature particulière de sa région d’origine. Enfin, le leader D.C. personnifie la terre, les fleuves et les arbres du Chili pour montrer qu’ils aident à construire la patrie chilienne. La nature devient alors une « mère nourricière ».

Une identité militaire chilienne

  • 51 Jorge Larraín, Ibid., p. 86.
  • 52 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 20, p. 29.
  • 53 Eduardo Frei Montalva, « Llamado a la juventud formuló el presidente Frei », Política y Espíritu, n (...)

29Si le territoire du Chili est essentiel à la conception de la Patrie, les guerres menées par l’Armée au XIXe siècle ont notamment permis de défendre et même d’agrandir le pays. Le processus d’indépendance a fortifié l’identité chilienne en germe dès la fin de la colonisation espagnole. Pendant les guerres d’indépendance et les guerres contre les Indiens, les patriotes créoles cherchaient à imiter le système des États-Unis51. George Grayson situe la naissance de la conception de la patrie chilienne en janvier 1839 lors de la victoire de Yungay où le Chili gagne le Nord. Lors de la guerre du Pacifique (1879-1883) contre la confédération boliviano-péruvienne, l’unité nationale a résisté et le Chili en est sorti plus grand et plus fort52 : cette identité nationale serait la version raciale-militaire de la chilénité. Elle est fondée sur les guerres victorieuses et sur le rôle central de l’armée dans la construction de l’identité nationale et du projet institutionnel. L’armée a ainsi eu une place centrale dans la création et le développement de l’État et de la nation chilienne avec de nombreux généraux présidents. Notons que dans ses discours, la D.C. chilienne reprend cette vision d’une armée patriotique, légaliste et démocratique, protégeant le peuple chilien53. En l’absence d’un conflit armé, cette mise en avant des militaires dans les années 1960 peut assurer à la D.C. une légitimité.

  • 54 Padre Joaquín Allíende, « 1971. p. Joaquín Allíende », in Anonyme, El Humanismo en las homilías pat (...)

30À l’instar des Forces Armées, l’Église chilienne défend elle-même les valeurs nationalistes et démocratiques : dans les textes des homélies prononcées pour « el Día de la Patria », jour de la fête et de l’unité nationales chiliennes du 18 septembre, prêtres et évêques comparent la patrie à une grande famille, tout comme le fait le P.D.C. Les ecclésiastiques n’hésitent pas à comparer l’action du général Bernardo O’Higgins à celle du « Christ Libérateur ». Or les Chiliens le surnomment « le Libérateur » car il est à l’origine de l’indépendance de son pays54. Ainsi, l’Église permet de fédérer et d’assimiler tout ce qui fait le Chili : le catholicisme, les Forces Armées, un État démocratique et le peuple. Nous pourrions parler de syncrétisme. Dans l’histoire du Chili, l’indépendance a été essentielle puisqu’elle a affirmé le sentiment d’appartenance à la nation chilienne.

La Démocratie chrétienne dans le sillage des Pères de la Patrie

  • 55 Ricardo Yocelevzki, La democracia…, op. cit., p. 81.
  • 56 Eduardo Frei Montalva, « Discurso de la Patria Joven », in Cristián Gazmuri, Patricia Arancibia y Á (...)
  • 57 José Díaz Nieva, Chile : de la Falange Nacional a la democracia cristiana, Madrid, Universidad Naci (...)
  • 58 Ibidem, p. 192-194.

31En 1964, le discours messianique et nationaliste de la D.C. aspire à une « seconde indépendance ». Selon différents auteurs, le mouvement démocrate chrétien insiste depuis ses débuts sur le contenu national de ses politiques, rejette la possibilité de copier les modèles institutionnels des autres pays55 et affirme l’existence d’une personnalité nationale qui dépend de la tradition hispanique. Le discours d’Eduardo Frei Montalva prononcé lors de la « Marche de la Jeune Patrie » pour sa campagne électorale de 1964, comporte de nombreuses allusions à l’histoire chilienne et aux héros de l’indépendance56. Peut-être s’agit-il d’un moyen détourné pour se désigner lui-même acteur de l’histoire chilienne, dans le sillage des efforts accomplis de génération en génération et dont le Chili de 1964 est le résultat. Les articles de Política y Espíritu sur les thèmes historiques laissent en effet penser à une certaine assimilation entre les Pères de la Patrie (les fondateurs du Chili) et les démocrates chrétiens. Ces derniers entendent fonder une nouvelle étape dans l’histoire de la construction de leur pays, tout comme l’ont fait Simón Bolívar ou Bernardo O’Higgins. Ils se considèrent en particulier les héritiers légitimes de Diego Portales (1830-1837) dont ils admirent la conception de la cohésion, de l’unité et de l’ordre social. Ce ministre de l’Indépendance est considéré comme le fondateur de l’administration chilienne57. De même, le nom du bimensuel phalangiste, Lircay, fait référence à la bataille de 1830 qui a marqué le début de l’organisation définitive de l’État. Ainsi, les phalangistes devenus démocrates chrétiens développent un discours sur la Nation et la Patrie et affirment que leur mouvement national recherche la grandeur, le bonheur et le développement de tous les Chiliens et non d’un groupe ou d’un parti politique déterminé comme le feraient le libéralisme et le marxisme58.

32En véhiculant les valeurs catholiques et patriotiques, le discours démocrate chrétien vise enfin à atteindre le peuple dont l’effort a permis de construire le Chili.

La « Jeune Patrie »

33Pour mener à bien la « seconde indépendance », la D.C. se veut rassembleuse de la nation : elle vise non seulement les secteurs populaires, le roto chilien, mais aussi l’ensemble du peuple chilien quel que soit son sexe, son âge, sa profession.

Le roto chilien

  • 59 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 147-154.

34Avec de telles valeurs, la Démocratie chrétienne génère un formidable élan populaire : son discours vise l’élément central du peuple chilien, le roto (littéralement « le brisé », « le cassé » en deux). Ce terme désignait au XIXe siècle le soldat chilien issu du monde paysan, minier ou artisan. Né du métissage entre Européens et Indiens Araucans, le roto avait été la clé de toutes les victoires des guerres, de l’indépendance à la guerre du Pacifique (1879-1883). D’après le sociologue Jorge Larraín, le roto chilien symboliserait une société patriarcale, machiste et héroïque, forte et résistante, belliqueuse et pugnace59. Le terme roto se serait étendu à l’ensemble du peuple chilien et aurait pris alors une connotation péjorative : fières de leur « pure » origine européenne et de leur éducation, les oligarchies castellano-basques entendaient se différencier de cette base populaire qui avait cependant forgé la nation chilienne.

  • 60 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 8.
  • 61 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste…, op. cit., p. 311-312.
  • 62 Eduardo Frei Montalva, « Frei en Temuco, habla directamente con los campesinos », Política y Espíri (...)

35En valorisant les rotos, le projet démocrate chrétien se situe au cœur de la nation chilienne puisqu’il ambitionne la réintégration de cette frange délaissée de la population qu’il estime capable d’influencer le futur national (plan de Promotion Populaire)60. En réalité, la Démocratie chrétienne entend se fidéliser l’électorat mouvant des secteurs populaires à travers des solutions sociales : contrairement à la gauche qui privilégie les syndicats, elle aurait encadré les bidonvilles ou poblaciones en 196461. La D.C. tient alors un discours populiste : les propos d’Eduardo Frei Montalva s’adaptent à l’origine de leur auditoire. Ainsi, le démocrate chrétien n’hésite pas à employer des termes machistes en disant que les membres de l’opposition « ne portent pas la culotte »62.

  • 63 Cristián Gazmuri, Eduardo Frei Montalva y su época, Santiago de Chile, Editorial Aguilar, 2000, vol (...)

36Par ailleurs, les Chiliens d’origine populaire peuvent se reconnaître dans les leaders D.C. : Bernardo Leighton, Radomiro Tomic, Ignacio Palma, Jaime Castillo Velasco sont issus de la classe moyenne. Durant toute sa carrière politique, Frei a conservé la même maison et un style de vie simple63. Si le discours démocrate chrétien s’adresse en particulier aux secteurs les plus défavorisés de la population (les rotos), il aspire à atteindre l’ensemble du peuple chilien.

Un discours rassembleur de la nation

  • 64 Eduardo Frei Montalva, « Mi programa de gobierno », Política y Espíritu, n° 285, juin-août 1964, p. (...)
  • 65 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili…, op. cit., p. 192.
  • 66 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste…, op. cit., p. 309.

37Parti pluriclassiste, le P.D.C. se veut rassembleur de la nation. Dans son programme électoral de 1964, Eduardo Frei Montalva annonçait qu’il serait le « président de tous les Chiliens »64. Les autres partis ne sont selon lui que des « factions ». Pour construire la « Nouvelle Patrie », la D.C. peut compter sur une population jeune : en 1960, 49,5 % de la population chilienne avaient moins de 19 ans65. La jeunesse chilienne représente un électorat à court et à long terme pour la D.C. Les jeunes se sont identifiés à la « Révolution dans la Liberté » puisque la Démocratie chrétienne contrôle la plupart des fédérations étudiantes et que plus de 70 % de ses membres avaient moins de 45 ans en 196466.

  • 67 Acción Mujeres de Chile, « Madre : así procede el Partido Comunista con tu hijo », La Unión, n° 28  (...)
  • 68 Ricardo Yocelevzki, La Democracia…, op. cit., p. 141.

38Le discours de la Démocratie chrétienne vise aussi les femmes chiliennes qui ont obtenu en 1949 le droit de vote pour les élections présidentielles et parlementaires. Les premiers votes féminins vont à la droite jusque dans les années 1950, mais en 1964, cette force politique est en perte de vitesse. Les D.C. cherchent alors à occuper l’espace laissé par la droite et à toucher le nouvel électorat féminin. Des sections et départements féminins s’ouvrent à l’intérieur du parti et le programme électoral de 1964 prévoit de nouveaux espaces pour les Chiliennes et l’amélioration de la vie domestique des femmes des secteurs populaires (distribution de machines à coudre, etc.). La « campagne de la terreur » vise également les femmes jugées plus conservatrices et plus liées à l’Église catholique. À travers le thème de la famille, il s’agit de provoquer chez elles un sentiment de panique et d’insécurité pour mobiliser leurs réflexes protecteurs. Des affiches et des émissions radiophoniques annoncent, en cas de victoire du FR.A.P. (Front d’Action Populaire), l’arrivée de tanks soviétiques, la séparation des enfants de leurs parents et leur enrôlement dans des écoles militaires à Cuba67. Cette campagne « terroriste » semble efficace : avec 62,8 % des votes féminins, Eduardo Frei Montalva aurait obtenu en 1964 le double des suffrages féminins destinés à Salvador Allende (31,9 %)68.

  • 69 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 132-135.
  • 70 José Díaz Nieva, Chile…, op. cit., p. 134-139.
  • 71 Ricardo Yocelevzki, La Democracia…, op. cit., p. 137, p. 152. Voir Pierre Letamendia, Eduardo Frei…(...)
  • 72 Marcio Moreira Alves, « La gauche chilienne au pouvoir », Esprit, n° 403, mai 1971, p. 1060-1064.

39Comme tout parti qui aspire à atteindre les masses, les démocrates chrétiens ont élaboré un véritable maillage du pays et se trouvent dans toutes les régions chiliennes69. Les études sur l’histoire du P.D.C. soulignent que cette implantation est renforcée par la maîtrise d’importants moyens de diffusion. Ainsi, il possède une maison d’édition depuis 1944 (Editorial del Pacífico), une revue mensuelle régulière depuis 1945 (Política y Espíritu), qui concerne plutôt un public d’intellectuels et de classes moyennes70, ainsi que des chaînes de radio et de télévision. De plus, la campagne électorale de Frei a utilisé tous les moyens de propagande : affiches, défilés, chansons à la mode interprétées par Doris Day. Pour atteindre les masses, un leader comme Eduardo Frei Montalva semble incomparable. Il n’a été qu’un cofondateur du mouvement démocrate chrétien mais il peut être considéré comme le père du P.D.C. Son rôle a été incontournable dans l’ascension de son parti, qui reste imbattable entre 1965 et le coup d’État de septembre 1973. Selon plusieurs auteurs, le charisme de Frei dépasse la sphère du P.D.C. puisque des Chiliens se disent freistes sans pour autant adhérer aux idées démocrates chrétiennes71. D’après Marcio Moreira Alves, Eduardo Frei Montalva aurait eu plus de chances d’être réélu en 1970 que Radomiro Tomic72.

40À travers son discours, la D.C. véhicule les valeurs chrétiennes, humanistes, démocratiques, patriotiques et héroïques de la nation chilienne et prouve ainsi son attachement profond au Chili. Il s’agit alors de distinguer le discours de l’action politique et d’examiner comment la D.C. a évolué entre 1964 et 1973. Voyons ce que devient un discours religieux et nationaliste au fil des conjonctures politiques.

Les remaniements politiques de la Démocratie chrétienne au Chili (1964-1970)

La Démocratie chrétienne chilienne dans le cadre de la guerre froide

1964 : Une campagne aux accents internationaux

41Depuis les années 1900, la domination des États-Unis s’exerçait sur l’Amérique Centrale mais, à partir des années 1930, l’Amérique du Sud est touchée. Lors du conflit de 1939-1945, les pays du sous-continent sont forcés d’entrer en guerre dans une coalition des démocraties. À la fin de la guerre, celle-ci trouve une nouvelle raison d’être : l’antifascisme laisse la place à l’anticommunisme qui mobilise les Églises latino-américaines, les conservateurs et les propriétaires terriens. Or la menace est proche : en 1959, Cuba devient communiste et sa révolution exalte les gauches latino-américaines. L’arrivée de John Fitzgerald Kennedy à la présidence des États-Unis introduit une politique progressiste dans le sous-continent : l’Alliance pour le Progrès prévoit tout un ensemble de réformes économiques et sociales afin de donner des appuis solides à la démocratie et de contrer la diffusion du communisme.

  • 73 Luis Moulián y Gloria Guerra, Eduardo Frei Montalva (1911-1982)…, op. cit., p. 142-143.

42Au Chili, Eduardo Frei Montalva est depuis 1962 le « candidat élu » des États-Unis qui surveillent avec attention les événements politiques de ce pays. En effet, aux élections présidentielles de 1958, le Chili a failli passer dans le camp adverse : Salvador Allende Gossens, socialiste et marxiste, avait suivi de très près le candidat victorieux de la droite (Jorge Alessandri Rodríguez). Dans ce contexte, la campagne présidentielle de 1964 prend des accents internationaux : les États-Unis (à travers la C.I.A.), la République Fédérale d’Allemagne et la Belgique interviennent pour soutenir politiquement et financièrement la D.C. Le Vatican appuie implicitement Eduardo Frei Montalva : Paul VI appuie la D.C. et à trois jours de l’élection (1er septembre 1964), un décret du pape Jean XXIII est publié au Chili. Il menace d’excommunication les catholiques qui soutiennent la doctrine matérialiste et antichrétienne des communistes73. Le Parti conservateur chilien choisit en mars 1964 de soutenir le leader D.C. comme « un moindre mal » face au communisme. Le P.D.C. gagne alors les moyens pour mener une campagne aux dimensions jamais vues au Chili avec défilés, distribution de vivres, de couvertures et de matériaux de construction aux populations marginales, marches de la jeunesse chilienne. La « campagne de la terreur » diffuse une propagande (affiches, messages radiophoniques, courriers…) afin de faire peur à la population en cas de victoire de la gauche. Les résultats de cette stratégie ne se font pas attendre : avec 56 % des voix, Eduardo Frei est en 1964 le président le mieux élu du Chili depuis 1931.

1964-1970 : Le gouvernement démocrate chrétien

43Au cours de la présidence Frei, la D.C. a introduit certains changements dans la vie des Chiliens. Grâce à des efforts auprès des enfants et des adultes, le taux d’analphabétisme, qui représentait 16,4 % des Chiliens de plus de quinze ans en 1964, a été réduit à 11 % en 1970. Les premières années du gouvernement D.C. ont vu augmenter la production et se réduire l’inflation. La réforme agraire n’a pas été complètement appliquée : seulement 28 000 paysans et leurs familles sur les 100 000 prévues en ont bénéficié. Toutefois, les résultats en matière de production agricole ont été rapides. De même, le plan sur le logement n’a pas été respecté : la D.C. annonçait en 1964 la construction de 360 000 logements. Or, seuls 30 000 ont été construits.

  • 74 Gastón Cruzat, « ¿Revolución o libertad? », Mensaje, n° 144, novembre 1965, p. 602.

44Pour un bilan objectif, il faut signaler que la Démocratie chrétienne s’est imposé un cadre étroit de réformes : pour la revue jésuite Mensaje, il est très difficile de lier révolution et liberté : l’une des deux entités est toujours privilégiée au détriment de l’autre. La D.C. aurait plus mis l’accent sur la liberté que sur des changements révolutionnaires. Avec l’arrivée au pouvoir, la D.C. aurait perdu son idéologie révolutionnaire et son enthousiasme74. Ensuite, le gouvernement Frei peut se diviser en deux périodes. Les années 1965-1967 se caractérisent par l’enthousiasme de la victoire : des réformes sont approuvées et les Chiliens pensent que leurs problèmes vont se résoudre rapidement. Or, à partir de 1966, le mouvement commence à se casser : une grève de mineurs est réprimée à El Teniente et en 1967, Eduardo Frei Montalva annonce l’arrêt du rythme des réformes pour raisons financières. À la fin de son gouvernement (1968-1970), la Démocratie chrétienne opte pour une politique forte et se rapproche du capitalisme. La « Révolution dans la Liberté » semble oubliée et les Chiliens, qui avaient soutenu le programme D.C. en 1964, se sentent trahis. Les élections présidentielles de 1970 ne s’annoncent pas de bon augure pour la Démocratie chrétienne. À la différence de 1964, la droite présente son propre candidat et l’échec de son projet fait perdre à la D.C. son appui populaire. Le rêve de « trente ans de gouvernement démocrate chrétien » semble s’évanouir.

1970-1973 : L’opposition à l’Unité Populaire

45En septembre 1970, Salvador Allende (P.S.) obtient 36 % des voix, Jorge Alessandri Rodríguez (Parti National) 29 % et Radomiro Tomic (P.D.C.) 27 %. Après de nombreuses tractations, Salvador Allende est élu au Congrès grâce aux voix de la D.C. mais en échange d’un Statut de Garantie des Libertés Constitutionnelles. La Démocratie chrétienne entre alors dans une opposition qu’elle qualifie de « démocratique » à l’Unité Populaire. Son attitude face à la « voie chilienne vers le socialisme » peut se structurer en trois phases. De septembre 1970 à juin 1971, la D.C. se centre sur les conditions à imposer pour faire élire Salvador Allende. Mais à l’intérieur du parti, la gauche du P.D.C. à laquelle appartient Radomiro Tomic est écartée en décembre 1970 au profit de la droite. Le 9 juin 1971, l’assassinat d’Edmundo Pérez Zujovic, leader de la droite du P.D.C. et ancien ministre de Frei, déclanche une réaction virulente au sein de la D.C. Celle-ci passe à une opposition plus dure envers l’Unité Populaire. Elle pense toutefois contrôler démocratiquement le pays car des élections législatives sont prévues en mars 1973. Alliée au Parti National, la D.C. pense en effet gagner les deux sièges de sénateurs qui lui manquent pour renverser légalement le gouvernement. Or, ces élections sont une victoire pour l’Unité Populaire qui obtient 43,9 % des voix.

46Perdant tout espoir d’un retour au pouvoir, la D.C. opte alors pour le coup d’État. Elle soutient les grèves puis se rapproche des militaires dont certains participent à un premier coup d’État avorté (tancazo du 29 juin 1973). Le P.D.C. se ferme de plus en plus au dialogue avec Salvador Allende. Vers le 9 septembre 1973, il monte une forme subtile de coup d’État : les parlementaires D.C. proposent de démissionner pour que les membres du gouvernement et ses parlementaires en fassent de même. Ainsi, le 11 septembre 1973 est le versant militaire du « coup d’État légal » que la Démocratie chrétienne avait monté. Elle affiche pourtant des réactions très ambiguës : le 12 septembre 1973, Patricio Aylwin Azócar, président « officialisé » du P.D.C., justifie le putsch par le chaos dans lequel se trouvait le pays et appelle à une collaboration « technique » avec les Forces Armées. Mais le 13 septembre 1973, la « gauche » de la D.C. (Bernardo Leighton, Radomiro Tomic) publie une déclaration qui rejette le pronunciamiento et met en évidence la « responsabilité collective » dans la fin de la démocratie.

Quelques propositions d’explication des remaniements démocrates chrétiens

47Pourquoi cette évolution a-t-elle été aussi rapide ? Comment expliquer le passage d’un programme anti-capitaliste qui se voulait une « troisième voie », à un rapprochement du capitalisme et de la droite ? Il n’y a pas une réponse mais plusieurs réponses aux questions que pose la trajectoire complexe de la D.C. entre 1964 et 1973. Des explications peuvent se trouver parmi des facteurs externes et internes à la Démocratie chrétienne. D’une part, sur le plan externe, la D.C. semble avoir introduit une rupture dans le système politique chilien. En effet, ce parti « ni de droite ni de gauche » a été élu grâce aux voix de la droite. Il véhicule les valeurs traditionnelles de la religion, la famille, le travail, la patrie, mais il veut mener une politique de gauche. Le P.D.C. en pleine ascension a gagné un électorat sur sa gauche (milieux populaires, ouvriers) et sur sa droite (femmes, paysans). Or, son arrivée au pouvoir casse la tradition de la démocratie chilienne, faite de consensus et d’alliances entre partis. Ainsi, depuis 1946, la Phalange Nationale avait décidé de mener son « propre chemin » et de ne plus s’allier à d’autres partis au pouvoir. Lorsqu’il constitue son gouvernement, Eduardo Frei Montalva choisit comme ministres des membres de son parti ou des professionnels indépendants. Les difficultés rencontrées pour faire approuver les réformes sont alors le prix à payer de l’isolement au pouvoir.

48Mais ce n’est pas tout : le programme de la Démocratie chrétienne a ouvert le champ des aspirations populaires. Depuis le Front Populaire (1938-1952), des réformes se faisaient attendre sur le plan de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, de l’urbanisation, des logements… Or, en six ans, la D.C. n’avait pas eu le temps nécessaire pour résoudre tous les problèmes demeurés en attente depuis plus de 30 ans. Par conséquent, cette situation a aggravé les mécontentements. Enfin, pour la première fois, le P.D.C. est devenu un parti complètement soutenu par les États-Unis qui ont financé sa campagne électorale et ses projets à travers l’Alliance pour le Progrès. En effet, le programme de réformes à l’intérieur du système capitaliste coïncidait avec les ambitions étasuniennes. Ainsi, le programme de « chilénisation » du cuivre ne portait pas complètement atteinte aux intérêts américains puisque l’État chilien ne devenait propriétaire que d’une partie des compagnies exploitant le cuivre.

49De plus, l’expérience du pouvoir n’a pas laissé indemne la Démocratie chrétienne. Dès 1965, elle a été rongée par des dissensions esquissées au Congrès dit des Peluqueros (« Coiffeurs ») d’août 1946. Ces tendances peuvent être liées aux différents courants existant au sein du catholicisme, à des stratégies distinctes et à des interprétations particulières des réformes quant à leur application. Sous le gouvernement Frei, les luttes partisanes ont mis en évidence l’existence de trois courants internes. La tendance « officialiste » ou « freiste » défend une loyauté à toute épreuve au gouvernement. C’est la plus à droite, elle a des liens avec le capitalisme, les entrepreneurs et industriels chiliens et américains. La tendance « rebelle » est la plus à gauche de la D.C., elle soutient l’idée d’une alliance avec les partis de gauche et entend appliquer à la lettre le programme de 1964. Les « rebelles » défendent le principe de l’autonomie du P.D.C. face à l’exécutif. La tendance « tercériste » se situe entre les deux premières : elle critique fortement le gouvernement Frei et se montre aussi plutôt favorable à une entente avec la gauche. Toutefois, elle veut préserver l’unité du parti. Ces dissensions internes rendent difficile tout accord sur la stratégie à adopter face aux problèmes et face au gouvernement. Ce dernier intrigue aussi pour obtenir de dociles directions du P.D.C. En effet, la lutte partisane se double d’un conflit entre le P.D.C. et le gouvernement.

50Avec le passage au pouvoir, le P.D.C. s’est vu ponctionner ses meilleurs éléments. De hauts dirigeants ont participé au gouvernement et ont manqué à la vie du parti, à l’élaboration de programmes, etc. La Démocratie chrétienne a aussi montré son manque d’expérience : ses leaders étaient peu préparés au pouvoir et n’ont pas eu de projet directeur pour mener à bien les changements. Tandis que des réformes socio-économiques restaient en suspens, des travaux grandioses (construction d’aéroports, de ponts, d’un observatoire, du métro de Santiago du Chili…) ont été entrepris pour soigner semble-t-il l’image de la D.C. La Démocratie chrétienne pensait tout dominer : alors que ses leaders ont « quadrillé » le Chili, la réforme agraire a concrètement montré que la D.C. contrôlait mal le territoire chilien. Eduardo Frei aurait mal mesuré le mouvement des masses : il aurait conçu des réformes sans pour autant s’en donner les moyens. Enfin, Eduardo Frei Montalva et les démocrates chrétiens qui l’entouraient se sont rapprochés du libéralisme à la fin de leur gouvernement. Ce processus peut s’expliquer par une mauvaise évaluation des réactions de la droite. En effet, celle-ci ne pouvait accepter les expropriations de ses terres puisqu’elles portaient atteinte à des privilèges séculaires. La droite a donc eu recours à la violence. Ainsi, Hernán Mery, fonctionnaire D.C. de la CO.R.A. (Corporation de Réforme Agraire) a été assassiné par le propriétaire d’un domaine qu’il était chargé d’exproprier. Frei aurait alors cédé et entrepris des réformes sans remettre en question le système capitaliste.

51La perte du pouvoir a accentué les contradictions de la D.C. Alors qu’une déclaration de l’O.C.D.A. (Organisation des Démocraties Chrétiennes d’Amérique) condamnait en 1964 les coups d’État contre des gouvernements démocratiques, la Démocratie chrétienne chilienne a élaboré quelques années plus tard la justification institutionnelle du putsch. Tandis que le P.D.C. se dit humaniste et chrétien, il fait tirer de son siège sur la manifestation d’ouvriers qui manifestaient leur soutien à l’Unité Populaire. De plus, alors que son parti se dit anti-impérialiste, il est financé par la C.I.A. jusqu’en juillet 1974 pour soutenir la dictature. La Démocratie chrétienne qui tenait un discours nationaliste et démocratique a œuvré pour mettre fin à la démocratie la plus ancienne de l’Amérique latine. De même, sous l’Unité Populaire, la Démocratie chrétienne a choisi de défaire ce qu’elle avait durement construit et qui restait encore inachevé. Ce double jeu se retrouve chez Eduardo Frei Montalva. Le leader D.C. se présente comme un humaniste lors des conférences qu’il donne aux États-Unis et en Europe (1971-1972), mais au Chili, il cherche à renverser l’Unité Populaire. Ainsi, il donne le sentiment de s’éloigner du peuple qu’il avait courtisé en 1964.

52Ainsi, la Démocratie chrétienne proposait un projet original en 1964 : une voie anticapitaliste de développement. Elle entendait apporter une réponse chrétienne aux problèmes du Chili et de l’Amérique latine. Pourtant, cette alternative au socialisme a rapidement rencontré diverses difficultés et le mouvement populaire de 1964 s’est essoufflé dès 1967. L’ambition du pouvoir de certains leaders D.C. a dénaturé l’esprit de 1964.

53La Démocratie chrétienne a payé cher ses remaniements politiques et son soutien au coup d’État. En effet, ce putsch n’a pas été comme les autres coups d’État d’Amérique latine ou de l’histoire du Chili car les militaires ont conservé le pouvoir pendant dix-sept ans. De plus, ils ont fait disparaître les généraux constitutionnalistes qui avaient des contacts avec la D.C. (René Schneider, Alberto Bachelet, Oscar Bonilla, Carlos Prats). Les conséquences ont été énormes pour le Chili car une répression sanglante, la destruction du mouvement populaire qui appuyait Salvador Allende, la fermeture du Parlement et des mesures économiques drastiques ont suivi le putsch. La D.C. a fait une grave erreur politique : elle croyait tout contrôler et prévoyait son retour au pouvoir après l’Unité Populaire. Or, elle ne s’est pas méfiée des évolutions au sein des Forces Armées : depuis les années 1950, ce n’est plus la franc-maçonnerie qui influence les militaires mais les idées anticommunistes venues des États-Unis (Doctrine de Sécurité Nationale). Enfin, les militaires se sont eux-mêmes retournés contre le P.D.C. pour son « internationalisme » et sa « responsabilité dans le chaos du pays ». La Démocratie chrétienne a ainsi été interdite en 1977 et sa maison d’édition, sa revue et sa radio ont été censurées. Ses dirigeants ont été forcés à l’exil (Jaime Castillo Velasco, Renán Fuentealba, Andrés Zaldívar). Certains ont été la proie des militaires : Bernardo Leighton a été victime d’un attentat à Rome en 1975 et le syndicaliste D.C. Tucapel Jímenez a été assassiné le 25 février 1982. De même, la mort d’Eduardo Frei Montalva, le 22 janvier 1982, demeure suspecte : des agents de la D.I.NA. lui auraient injecté un staphylocoque doré pour faire « discrètement » disparaître un politicien reconnu qui était en passe de devenir le leader de l’opposition à Pinochet.

54Le P.D.C. a dû attendre 1990 pour parvenir à reprendre le pouvoir qu’il doit partager avec le pôle socialiste et les radicaux dans une Concertation des Partis pour la Démocratie. Mais, il avait perdu son envergure des années 1960. Après la disparition d’Eduardo Frei Montalva, le P.D.C. s’est cherché un nouveau leader et il est aujourd’hui obligé de maintenir son alliance avec d’autres partis pour rester au gouvernement. Alors que la Démocratie chrétienne continue à obtenir 20,27 % des voix aux élections municipales d’octobre 2004, elle perd son influence au sein de la coalition gouvernementale. Au contraire, le Parti Socialiste n’a obtenu que 10,95 % des voix aux mêmes élections, mais c’est sa candidate, Michelle Bachelet Jeria, qui est la candidate de la Concertation aux élections présidentielles de décembre 2005.

55Dans le Chili actuel, la D.C. continue à souffrir de ses contradictions et de ses divisions internes dans un contexte où l’Église chilienne évolue. Après la mort du cardinal Raúl Silva Henríquez, la D.C. a perdu un fidèle allié et l’Église catholique est entrée dans une période de mutation. En effet, une idéologie d’inspiration chrétienne a peu de prises face au néolibéralisme et à une population désenchantée après dix-sept ans de dictature. Des scandales de pédophilie éclatent au sein de la Démocratie chrétienne chilienne qui souffre d’une perte de vitesse à l’instar des autres Démocraties chrétiennes européennes. Malgré tout, le travail d’Eduardo Frei Montalva et des fondateurs de la D.C. a été efficace puisque le P.D.C. demeure le premier parti chilien.

Haut de page

Annexe

Documents

I. Extrait du discours au Sénat de Gabriel Valdés Subercaseaux, ministre des Affaires Étrangères d’Eduardo Frei Montalva, pour présenter la politique internationale de la Démocratie chrétienne chilienne (1965)75

« On ne peut définir abstraitement une position internationale, elle ne peut pas non plus rester statique, fermée à l’intérieur de schémas traditionnels, si tout un processus de changement s’opère en long et en large du monde, avec une dynamique qui altère fondamentalement les réalités qui semblaient inamovibles cinquante ou vingt ans en arrière, mais qui se détruisent aujourd’hui sous l’élan des idées-forces de grand pouvoir. La dernière guerre a signifié le début de la fin pressée d’un régime colonial, avec deux ou trois centres métropolitains, qui correspondaient à une conception monopolitique de la vie internationale. Les années suivantes, nous avons assisté à une tension aiguë politique et belliqueuse entre l’Est et l’Ouest. Mais cette tension Est-Ouest perd de la force à l’intérieur du monde en développement, parce que ces deux centres de pouvoir viennent d’un même schéma sociologique et se maintiennent en un équilibre de coexistence fondé sur l’administration de l’économie, du bien-être.

L’important n’est pas d’administrer la pauvreté.

La perte de la force idéologique créative au sein des peuples développés, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest, est une réalité indiscutable pour assumer une position pragmatique où les techniques assument le leadership. Contre ce monde que nous pourrions appeler le monde des satisfaits, se lève la conscience du monde du sous-développement. Dans ce schéma sociologique, la lutte entre les forces politiques maintient toute sa vigueur originelle. Dans ce monde, l’important n’est pas d’administrer la pauvreté ni de maintenir le statu quo. Les forces créatives du peuple et l’effort de la communauté tendent à changer les structures pour modifier les manifestations du développement du processus social et de créer les conditions d’une croissance qui permette l’utilisation des ressources et de la technologie, dont, jusqu’à maintenant, ont seulement bénéficié les nations industrialisées. Ce nouveau processus d’organisation des forces politiques est en train de modifier rapidement l’axe des tensions mondiales, qui, passait il y a peu de temps encore en direction Est-Ouest et qui prend maintenant la direction du Sud au Nord. […]

Vers de profondes transformations

Le centre du débat politique a donc été déplacé au monde du sous-développement, mais avec une originalité et une vision autonome qui se cristallise rapidement. Dans notre monde sociologique et économique, ce débat est différent de celui existant dans les pays développés ; par exemple : la tâche de la Démocratie Chrétienne en Amérique latine est très différente de celle que réalise la Démocratie Chrétienne en Europe. Il ne s’agit pas de diminuer d’un iota l’effort transcendantal de reconstruction qui a été réalisé après la guerre. Personne ne peut méconnaître non plus le succès qu’ont eu ces peuples dans la récupération de la vigueur de la démocratie et de la liberté ruinées par les monstrueuses aventures du nazisme. Mais il n’y a pas de doute qu’il y ait là-bas un monde déjà organisé et qu’il revienne à ses gouvernements d’administrer le progrès. Notre [D.C.], en échange, a la charge de produire une profonde transformation des structures existantes pour créer les conditions d’un développement accéléré, avec une conception originale et des méthodes flexibles. […]

Réintégration de Cuba dans la famille américaine

Dans la mesure où Cuba revient au sens originel de sa révolution, quel que soit le régime socio-économique qui règne là-bas, le Chili sera prompt à coopérer activement à la réintégration de cet État à la famille américaine. Nous sommes bien loin d’être satisfaits de la situation qui a été créée à l’intérieur du système continental à l’égard d’un pays latino-américain. Quelles que soient nos divergences avec ce gouvernement, et elles sont profondes, nous nous soucions au plus haut point, qu’un pays qui, géographiquement et culturellement, appartient à la communauté latine de notre hémisphère, ait été placé à la marge des relations normales entre les États. Parce que, sincèrement, nous croyons en la coexistence pacifique entre les peuples, nous avons aussi confiance que le cas cubain doit avoir une solution acceptable pour tous. Je peux assurer à l’Honorable Sénat que, quant la solution sera propice, le Gouvernement du Chili ne sera pas absent des actions qui tendent à rétablir l’unité américaine […]

Incapacité à comprendre notre monde

L’autre grand écueil a été l’incapacité que les cercles directeurs nord-américains ont démontrée pour comprendre le monde idéologique latino-américain. Les États-Unis ont réalisé une expérience dont aucun peuple n’a dépassé l’efficacité économique, mais a élevé à la catégorie de dogme à validité mondiale, des réalités contingentes comme l’est par exemple le concept de la libre entreprise. En échange, l’Amérique latine, normalement, s’est débattue dans le verbalisme populiste sans technique ni discipline, incapable de résoudre les problèmes de fond, mais d’une grande charge idéologique. Heureusement, les moments difficiles produisent des hommes nécessaires et ces derniers réalisent à leur tour des changements dans l’histoire. Le président Kennedy a interprété cette distorsion et avec une vision d’homme d’État qui ne peut pas être oubliée, il a projeté, sous le concept de l’Alliance pour le Progrès, la plus grande entreprise pour notre Amérique. Avec elle s’ouvre la possibilité que les termes de la relation du Nord au Sud, arrive à avoir une autre expression dans la mesure où, effectivement, l’Alliance signifie la participation loyale et digne de tous les peuples américains dans un effort commun, qui implique pour les États-Unis et pour l’Amérique latine, l’accomplissement d’obligations inéluctables et le respect de la souveraineté politique et de l’image culturelle de chacun de ses peuples. »

II. Extrait du discours d’Eduardo Frei qui clôt la campagne électorale de la Démocratie chrétienne par un meeting de masse à Santiago de Chile, le 1er mars 197376.

« Nous arrivons aujourd’hui à la fin du processus électoral et avec la présence impressionnante et massive qui est la vôtre. Nos propos acquièrent un sens nouveau et vigoureux en nous adressant au pays tout entier. Cette élection n’est pas une élection quelconque dans l’histoire du Chili. Par elle, se décident le régime économique, l’organisation sociale, le système économique et le destin de l’éducation de l’enfance chilienne. C’est par conséquent une élection qui définira pour longtemps le destin du Chili. […]

Incapables de répondre avec des arguments, incapables de lire les chiffres. Ils n’admettent pas de discussion. Incapables d’un débat élevé et clair pour juger une politique, ils n’ont pas d’autres idées que de recourir au mensonge et à la calomnie pour détruire les personnes. Pourquoi m’attaquent-ils ? D’abord pour couvrir avec un rideau de fumée leurs erreurs. Ensuite parce que le souvenir de la Démocratie chrétienne est vivant. Et chaque fois qu’il y a une queue, les gens s’en souviennent. Au lieu de supprimer les queues, ils passent leur temps à attaquer le gouvernement antérieur. Ils m’attaquent parce qu’ils savent que nous avons le soutien populaire et que le peuple va le montrer dans trois jours. Ils nous attaquent avec les pires méthodes du stalinisme. Et je viendrai ici parce que je ne suis pas disposé à subir autant de mensonges et à m’abaisser dans les marécages de la haine, face au peuple du Chili qu’ils ont inutilement voulu tromper, en se référant aux événements de Puerto Montt et de El Salvador77.

Beaucoup de gouvernements ont eu à connaître des malheurs comme ceux qui sont arrivés pendant le nôtre. Mais jamais la calomnie ne rendait un président de la République directement responsable des morts de quelques citoyens. Lorsque Don Pedro Aguirre Cerda78 était ministre de l’Intérieur de la première administration d’Arturo Alessandri79, il y eu des événements tragiques dans les Pampas de Tarapacá, beaucoup plus graves et plus douloureux ; et alors s’est-il trouvé quelqu’un d’assez bas pour le rendre coupable de ces événements ? Ne fut-il pas par la suite élu Président du Chili ? […]

Et en ces deux années et demie de gouvernement de l’Unité Populaire, il y a eu plus de 60 morts et beaucoup de blessés dont nous nous souvenons avec beaucoup de douleur. Que dirait le pays si j’étais un homme qui voulait trafiquer avec la mort et si je disais ici, que le coupable, c’est M. Salvador Allende ? Si je disais cela du Président de la République, je commettrais une vilenie. Ceux qui m’accusent de cela sont des misérables. […]

Le pays vit une heure très difficile. L’année 1973, lors des prochains mois, sera encore plus difficile. La situation dramatique du pays ne s’arrange pas avec des rustines ou des bricolages. Moins encore avec des manœuvres ou des combinaisons dans le jeu politique. Ce ne sont pas des arguties que réclame le pays mais une politique cohérente qui réponde à une pensée, à une morale, à un programme et à des méthodes d’action adéquates.

Nous avons défini le chemin. Nous ne nous en écarterons pas parce que c’est sur cette base que nous avons demandé le soutien du peuple. Notre mission historique, en tant que parti, est claire et définie : donner au pays une issue démocratique qui lui permette de recouvrer sa force, son prestige, sa grandeur. »

Haut de page

Notes

1 Jean-Marie Mayeur, Des partis catholiques à la Démocratie chrétienne XIXe-XXe siècles, Paris, Armand Colin, 1980, p. 53-57.

2 Olivier Compagnon, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud, le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, p. 33.

3 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 94-96.

4 Olivier Compagnon, Jacques Maritain…, op. cit., p. 33.

5 William Thayer Arteaga, Humanismo cristiano chileno (1931-2001), sus inspiradores, sus seguidores, sus polémicas y luchas, Santiago de Chile, Zig-Zag, 2002, p. 7.

6 Olivier Duhamel, Chili ou la tentative révolutionnaire dans la légalité, Paris, Gallimard, 1974, p. 253.

7 Jean-Dominique Durand, L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 117-129.

8 Olivier Compagnon, Jacques Maritain, op. cit., p. 15-17.

9 Waldo Romo P., « Contribución a Maritain a la filosofía de la historia », Política y Espíritu, n° 329, janvier 1972, p. 29-33.

10 Eduardo Frei Montalva, « La experiencia yugoslava », Política y Espíritu, n° 335, août 1972, p. 26-32.

11 Julio Silva Solar, « Logros y perspectivas de la revolución rusa », Política y Espíritu, n° 303, octobre 1967, p. 173-178.

12 Jaime Castillo Velasco, « ¿Es el anticomunismo una aberración? ¿Cual es la actitud correcta? », Política y Espíritu, n° 305, décembre 1967, p. 7-8.

13 Pierre Letamendia, La Démocratie chrétienne, Paris, P.U.F., 2e éd., p. 25.

14 Gabriel Valdés Subercaseaux, « La política internacional chilena », Política y Espíritu, n° 288, janvier-février 1965, p. 27-35. Voir aussi Gabriel Valdés Subercaseaux, « Desarrollo, integración y paz », Política y Espíritu, n° 302, août-septembre 1967, p. 102-114.

15 Jorge Larraín, Identidad chilena, Santiago de Chile, LOM Ediciones, 2001, p. 49.

16 George Grayson, El Partido Demócrata Cristiano chileno, Buenos Aires y Santiago de Chile, Editorial Francisco de Aguirre, 1968, p. 129-130.

17 José Díaz Nieva, Chile : de la Falange Nacional a la democracia cristiana, Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2000, p. 219-220.

18 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 258.

19 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 351.

20 Pierre Letamendia, « Démocratie chrétienne », in Encyclopædia Universalis, Corpus t. 7, « Décision-Élastine », Paris, Encyclopædia Universalis, 2002, p. 75.

21 Gabriel Valdés Subercaseaux, « De la tregua a la paz », Política y Espíritu, n° 297, novembre-décembre 1966, p. 47-60.

22 Joan Garcés, Soberanos e intervenidos. Chile, la guerra fría y después, Santiago de Chile, Ediciones Bat, 1995, p. 29-30.

23 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste, un essai d’analyse systémique, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 330.

24 Jean Meyer, « Chili 1966 : la Démocratie chrétienne à l’épreuve », Esprit, n° 350, juin 1966, p. 1187-1206.

25 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 450.

26 Maurice Duverger, « La democracia cristiana en Europa », in Carlos Real de Azúa, Maurice Duverger, Eneida Novoa, Eduardo Payssé González et Vivián Trías, Las democracias cristianas, análisis críticos, Montevideo, Editorial Sandino, 1968, p. 25-36.

27 Maurice Duverger, « La democracia… », art. cit., p. 25.

28 Luis Corvalán Márquez, Del anticapitalismo al neoliberalismo en Chile. Izquierda, centro y derecha en la lucha en los proyectos globales. 1950-2000, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 2001, p. 76.

29 Ricardo Yocelevzky, La democracia cristiana y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1970), México, Universidad Autónoma Metropolitana (U.A.M.), Unidad Xochimilco, p. 104, p. 109.

30 Eduardo Frei Montalva, « Discurso de la Patria Joven », in Cristián Gazmuri, Patricia Arancibia y Álvaro Góngora, Eduardo Frei (1911-1982), Santiago de Chile, Fondo de Cultura Económica, 1996, p. 397-402.

31 Lukas K. Sosoe, « Nation », in Philippe Raynaud et Stéphane Rials (dir.), Dictionnaire de philosophie politique, Paris, P.U.F., 3e ed. complétée, 2003, p. 479.

32 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili…, op. cit., p. 18-20.

33 François Chevalier, L’Amérique latine de l’indépendance à nos jours, Paris, P.U.F., 2e éd., 1993, p. 460.

34 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili, op. cit., p. 19.

35 Zarko Luksic Savoia, « Sentimiento religioso y tendancia política », Política y Espíritu, n° 308, janvier 1969, p. 65-73, p. 67.

36 François Chevalier, L’Amérique latine, op. cit., p. 480.

37 Pierre Letamendia, Eduardo Frei, Paris, Beauchesne, p. 126.

38 George Grayson, El Partido, op. cit., Ricardo Boizard, La democracia cristiana en Chile. Un mundo que nace entre dos guerras, Santiago de Chile, Editorial Orbe, 3a éd., 1963 ; Oscar Larson Soudy, La A.N.E.C. y la democracia cristiana, Santiago de Chile, Editorial Ráfaga, 1967.

39 Ricardo Yocelevzki, La Democracia, op. cit., p. 75.

40 Jorge Cash Molina, 1935-1957. Falange Nacional. Bosquejo de una historia, Santiago de Chile, éditeur non indiqué, 1986, p. 87.

41 Anonyme, « El Partido Conservador ha tenido siempre una línea democrática y cristiana », La Unión, n° 26 273, 31 juillet 1957, p. 3.

42 Pierre Letamendia, Eduardo Frei, op. cit., p. 22-23.

43 Anonyme, « Nada hay que temer de la doctrina social cristiana, todo hay que esperar de ella », La Unión, n° 23 046, 18 septembre 1948, p. 23. Voir aussi Anonyme, « Cursos de doctrina social inició la Universidad Católica », La Unión, n° 28 624, 7 janvier 1964, p. 3.

44 Sofía Correa, Consuelo Figueroa, Alfredo Jocelyn-Holt, Claudio Rolle y Manuel Vicuña, Historia del siglo XX chileno, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 2001, p. 215-217.

45 Paulo VI, « La encíclica « Ecclesiam suam » de ss. Paulo VI. Reformas no pueden referirse a las estructuras fundamentales », La Unión, n° 28 844, 15 août 1964, p. 6-8.

46 Sofía Correa et alii, Historia…, op. cit., p. 216.

47 Luis Moulián y Gloria Guerra, Eduardo Frei Montalva (1911-1982), biografía de un estadista utópico, Santiago de Chile, Editorial Sudamericana, 2000, p. 106-107.

48 Sofía Correa et alii, Historia…, op. cit., p. 242.

49 Zarko Luksic Savoia, « Sentimiento religioso y tendencia política », Política y Espíritu, n° 308, janvier 1969, p. 71.

50 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 238.

51 Jorge Larraín, Ibid., p. 86.

52 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 20, p. 29.

53 Eduardo Frei Montalva, « Llamado a la juventud formuló el presidente Frei », Política y Espíritu, n° 305, décembre 1967, p. 9-13.

54 Padre Joaquín Allíende, « 1971. p. Joaquín Allíende », in Anonyme, El Humanismo en las homilías patrias, Santiago de Chile, I.CH.E.H., 1975, p. 59.

55 Ricardo Yocelevzki, La democracia…, op. cit., p. 81.

56 Eduardo Frei Montalva, « Discurso de la Patria Joven », in Cristián Gazmuri, Patricia Arancibia y Álvaro Góngora, Eduardo Frei (1911-1982), Santiago de Chile, Fondo de Cultura Económica, 1996, p. 397-402.

57 José Díaz Nieva, Chile : de la Falange Nacional a la democracia cristiana, Madrid, Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2000, p. 187-191.

58 Ibidem, p. 192-194.

59 Jorge Larraín, Idendidad…, op. cit., p. 147-154.

60 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 8.

61 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste…, op. cit., p. 311-312.

62 Eduardo Frei Montalva, « Frei en Temuco, habla directamente con los campesinos », Política y Espíritu, n° 294, janvier-avril 1966, p. 15-25.

63 Cristián Gazmuri, Eduardo Frei Montalva y su época, Santiago de Chile, Editorial Aguilar, 2000, vol. 1, p. 355-360.

64 Eduardo Frei Montalva, « Mi programa de gobierno », Política y Espíritu, n° 285, juin-août 1964, p. 20.

65 Marie-Noëlle Sarget, Histoire du Chili…, op. cit., p. 192.

66 Marie-Noëlle Sarget, Système politique et Parti Socialiste…, op. cit., p. 309.

67 Acción Mujeres de Chile, « Madre : así procede el Partido Comunista con tu hijo », La Unión, n° 28 743, 6 mai 1964, p. 3.

68 Ricardo Yocelevzki, La Democracia…, op. cit., p. 141.

69 George Grayson, El Partido…, op. cit., p. 132-135.

70 José Díaz Nieva, Chile…, op. cit., p. 134-139.

71 Ricardo Yocelevzki, La Democracia…, op. cit., p. 137, p. 152. Voir Pierre Letamendia, Eduardo Frei…, op. cit., p. 10.

72 Marcio Moreira Alves, « La gauche chilienne au pouvoir », Esprit, n° 403, mai 1971, p. 1060-1064.

73 Luis Moulián y Gloria Guerra, Eduardo Frei Montalva (1911-1982)…, op. cit., p. 142-143.

74 Gastón Cruzat, « ¿Revolución o libertad? », Mensaje, n° 144, novembre 1965, p. 602.

75 Gabriel Valdés Subercaseaux, « G. Valdés : La Política Internacional Chilena », Política y Espíritu, n° 288, janvier-février 1965, p. 27-35.

76 Eduardo Frei Montalva, « Discurso del ex presidente Frei al finalizar la campaña electoral », Política y Espíritu, n° 341, février-mars 1973, p. 101-107.

77 Les événements de Puerto Montt et El Salvador sont des affrontements ayant opposé, sous la présidence de Frei, la population aux forces de l’ordre. Sept personnes sont tuées à El Salvador (1966) et autant à Puerto Montt (1969).

78 Premier président (1938-1942) du Front Populaire (1938-1948).

79 1920-1924.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Giraudier, « La Démocratie chrétienne au Chili. Les raisons d’un échec », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 129-158.

Référence électronique

Élodie Giraudier, « La Démocratie chrétienne au Chili. Les raisons d’un échec », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 12 mars 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2241 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2241

Haut de page

Auteur

Élodie Giraudier

Université de Paris X – Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org