Navigation – Plan du site
Articles

Corps de Reine. Du corps sublime au corps souffrant d’Élisabeth de Valois (1546-1568)

Sylvène Edouard
p. 9-28

Résumés

Le corps d’Élisabeth de Valois (1546-1568) a été entièrement dévoué à la politique. Son éducation, centrée sur la danse, doit aussi comprendre la maîtrise de soi, afin de révéler la majesté de la reine. Élisabeth a dû s’adapter à l’étiquette rigide de la cour d’Espagne tout en montrant sa grandeur par une gravité mêlée de douceur et par sa beauté. Son corps est aussi un corps politique, livré comme garant de la paix par le mariage avec Philippe II, au service de la France et de ses relations avec l’Espagne ; il doit donc plaire au roi et lui donner des enfants, un héritier : dévouée à cette tâche, Élisabeth meurt en couches, sans avoir pu mettre au monde un fils.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Reine très appréciée des Espagnols, Élisabeth devint l’héroïne romantique d’histoires fantaisistes, (...)

1Le 2 avril 1546, naissait à Fontainebleau, Élisabeth de Valois, deuxième enfant d’Henri II et de Catherine de Médicis1. De sa naissance à sa mort en couches, en octobre 1568, son corps fut dévoué à la politique de la maison de France. Dès juin 1546, il servit à sceller la paix avec Henri VIII d’Angleterre, son parrain, lors de son baptême à Fontainebleau. Les années suivantes furent celles de l’apprentissage du corps en majesté pour assumer son rang à la Cour et se préparer à de plus grands desseins. Elle devait être de nouveau l’objet politique de la paix, qui fut scellée en 1559 au Cateau-Cambrésis, et qui la consacrait au roi d’Espagne Philippe II. Par la pratique d’un corps qui ne s’appartient pas, le corps d’Élisabeth de Valois fut un corps de reine dans le maintien strict de sa personne, dans l’étiquette de la Cour, dans la belle apparence des parures et des portraits. Ce fut aussi un corps de reine dans sa chair douloureuse, objet politique de chair et d’os, négocié et livré comme enjeu de la paix, avec le devoir de plaire pour garantir ses chances d’enfanter jusqu’à en mourir.

  • 2 Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi, Paris, NRF, 1989, et Louis Marin, Le portrait du roi, Par (...)

2Les correspondances de Catherine de Médicis avec ses ambassadeurs à Madrid et les mémoires des Français, ayant servi ou approché la jeune reine, rendent compte de l’attention portée au moindre de ses maux, autant par affection sincère que par souci de suivre dans le détail ce qui aurait pu, à terme, altérer les relations amoureuses du couple, relations assurant la pérennité de l’alliance franco-espagnole. Ces témoignages passent sans cesse de l’inquiétude au contentement, de l’évocation des maux de la reine à l’évocation de son pouvoir de séduction sur le roi et sa Cour. Au cœur de cette dialectique du sublime, se trouve le corps, mais il ne saurait s’agir du même corps que celui du roi ; le double corps juridique et physiquement mortel théorisé par Ernst Kantorowicz, voire même le corps triple, selon Louis Marin, qui rajoutait aux deux précédents, le corps « sacramentel », c’est-à-dire celui de la représentation signifiante2. Le corps de la reine, quant à lui, est un corps unique, emblème de ce que doit être un corps maîtrisé, contenu et livré à sa seule fonction politique, c’est-à-dire un corps majestueux et magnifique mais aussi un corps devant assumer, dans sa chair, ses responsabilités politiques, celles de se gouverner et d’enfanter.

Le corps sublime ou acquérir la majesté

  • 3 Evelyne Berriot-Salvadore, « Corps humains : homme, femme, enfant dans la médecine de la Renaissanc (...)

3Le corps majestueux est ce corps qui accède à la grandeur, ce corps qui fabrique du sens, le sens de la majesté, expression politique de l’incarnation de l’autorité, et qui marque ici la différence entre la reine et les femmes ordinaires. La reine n’est pas une femme ordinaire, et son corps l’est encore moins. Il ne peut donc être considéré, selon les stéréotypes alors en usage, comme une copie imparfaite de l’homme. Victime d’un dimorphisme sexuel, la femme reste un objet incomplet, bien souvent réduit à sa spécificité amoureuse et esthétique, reléguée au seul rang d’épouse et de mère3. Le cas de la reine est différent par son caractère extraordinaire. La majesté, qui rend extraordinaire, est un caractère que la future reine acquiert par son éducation. Élisabeth de Valois apprend son métier de princesse sous l’autorité de différents maîtres, et l’apprentissage de sa majesté se fait alors en grande partie par l’éducation du maintien du corps.

  • 4 Le manuscrit français, ms 3120, de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), est composé de lettre (...)
  • 5 Dès l’arrivée de Marie Stuart, reine d’Écosse, à la Cour des enfants à Saint-Germain, en octobre 15 (...)
  • 6 Antoine Caron, à partir de 1563 jusqu’en 1570, consacre, à l’éducation corporelle de Charles IX, ne (...)

4L’éducation du corps des princes et des princesses de la maison de France se passait le plus souvent sans leurs royaux parents, loin des miasmes de Paris, à Saint-Germain-en-Laye, à Fontainebleau et dans d’autres châteaux encore. Sous la surveillance de leur gouverneur Humières (en charge dès 1546 jusqu’à sa mort en 1550), et sous celle de sa femme, Françoise de Contay, les enfants se formèrent à un savoir appelé à leur donner de la majesté4. Élisabeth avait pour précepteur Claude Gobelet, abbé de Saint-Étienne, qui resta à son service, comme grand aumônier, dans sa maison constituée à Tolède en 1560. Avec ses compagnes, Marie Stuart5 et Clara Strozzi, Élisabeth fit l’apprentissage du latin, de l’art poétique, et elles s’adonnèrent ensemble aux jeux et aux exercices corporels, ces derniers étant importants pour dresser le corps. Le corps des princes était davantage entraîné aux exercices militaires : l’art équestre, avec la chasse, occupait une part très importante dans l’éducation du prince, comme en témoignent les dessins d’Antoine Caron, consacrés à l’éducation corporelle de Charles IX, dans le manuscrit intitulé Histoire de la reine Artémise, réalisé à partir de 15636. Mais l’équitation et la chasse n’étaient alors pas seulement des exercices et des divertissements masculins, puisque les princesses, dès l’âge de six ans, possédaient déjà leur propre haquenée.

  • 7 Toinot Arbeau, Orchésographie, metode et teorie en forme de discours et tablature pour apprendre a (...)

5L’exercice corporel privilégié des princesses était cependant la danse. Élisabeth eut pour maître Paul de Rege, pour apprendre les nombreuses danses qui étaient un art de cour autant qu’un divertissement avec la mode des bals et des ballets sous les derniers Valois. Mêlant le plaisir physique du corps en mouvement à celui de l’art musical, les corps s’exercent, car, selon Toinot Arbeau, dans son Orchésographie, danser consiste « en saultz, pliement de corps, divarications, claudications, ingeniculations, elevations, jactations de piedz, permutations et aultres contenances »7. La danse avait vertu d’exercice en enseignant le maintien du corps. La maîtrise de soi et donc de son corps, à la Cour, s’inscrivait dans un processus de civilisation, opposant la courtoisie des échanges aux conduites brutales. Ce maintien, traduit par la maîtrise et l’habileté du corps, était une compétence nécessaire pour maintenir son rang. L’éducation précoce du corps était d’autant plus importante que les princesses rejoignaient leur mère à la Cour, vers douze ans. Elles devaient dès lors démontrer la valeur de leur rang en s’adonnant à la danse lors des nombreux bals donnés à la Cour des Valois.

  • 8 C.L. Ruelens, Le siège et les fêtes de Binche (1543 et 1549), Paris, 1878, et Krista de Jonge, « El (...)
  • 9 Topos de l’historiographie que l’on retrouve chez Henri Forneron, Histoire de Philippe II, vol.1, p (...)

6Les bals faisaient en général partie d’un ensemble festif qui durait plusieurs jours, les danses achevant généralement les journées dépensées en tournois, en aventures chevaleresques, en mascarades puis en banquet comme la fête de Binche, donnée en l’honneur du futur Philippe II en 1549, fête renaissance par excellence, qui devint un modèle du genre8. La fin de l’aventure principale de Binche (libération de chevaliers) donna lieu, le 28 août 1549, à une mascarade dans le grand salon du palais bruxellois, mascarade qui consistait en un groupe de sauvages vêtus de peau faisant chacun le rapt d’une dame. Entre ces fêtes de Binche de 1549 et l’installation à la Cour espagnole d’Élisabeth de Valois en 1560, Philippe II avait opté pour une grande discrétion quant à ses manifestations physiques, et les bals avaient plus d’éclat, de l’autre côté des Pyrénées, à la Cour des Valois, qui passèrent maîtres dans l’art des ballets. La jeune reine, selon les dires de ses contemporains, quittait donc une cour festive, certes endeuillée par la mort d’Henri II, pour une cour austère9. Elle ne cessa pour autant d’aimer la danse et de la pratiquer à en perdre le souffle, dans l’intimité de sa chambre et avec ses dames, que Catherine de Médicis nommait les « garses », c’est-à-dire les « affolées ». C’est un plaisir qu’elle partagea aussi avec la princesse Juana de Portugal, sœur de Philippe II et veuve, depuis 1554, de l’infant João de Portugal.

7Un dimanche de février 1560, L’Aubespine, évêque de Limoges et ambassadeur de François II à Madrid, très proche de la reine, qu’il visitait fréquemment avec l’autorisation du roi, assista à l’une des danses d’Élisabeth :

  • 10 Louis Paris, Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II (tirées du (...)

« […] en sa chambre enfermée avec les dames, quelle faisoit danser les unes après les aultres, et elle-même dansa deux ou trois fois, estant bien disposte et gaillarde qu’il estoit possible, si ce n’est que les serviteurs la trouvoient fort en couleur10 ».

  • 11 Ibidem, L’Aubépine au roi, 23 février 1560.

8La reine, « gaillarde » donc, a su conserver la légèreté de ses quatorze ans dans la cour austère de Philippe II jusqu’à organiser, en novembre 1560, une mascarade sur le thème d’un grand bal de France. Elle prit en charge de masquer ses dames et de les revêtir « aus atours du tans passé », de « robes des ungnes de velours cramoisi, les autres de damas blans, les autres de toilles d’or et forses piereries ». La fête fut réussie puisque tout cela les « faisoit bons voir » et bien qu’il « y avoit fort peu de jans, qui est chose que le roi aimet bien, et dura le pase-tans plus de trois eures ». Le roi, qui était pourtant avare de sa personne et avait laissé les démonstrations publiques pour des divertissements plus privés, n’en mena pas moins « danser la royne »11.

  • 12 Amezúa, op. cit., citant une lettre de Claude de Valpergue à Catherine de Médicis, vol. 3, p. 260.
  • 13 Lettre d’Henri de Guise à François de Lorraine, le 22 janvier 1557, dans laquelle, il est question (...)
  • 14 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 706 : Lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth, en novemb (...)

9Si la danse apprenait ainsi une certaine maîtrise du corps, elle pouvait, par abus, nuire au maintien du corps royal. Élisabeth n’avait alors que 14 ans et certains comportements trahirent son jeune âge. Le corps maîtrisé de la reine ne peut souffrir aucun écart de comportement et doit rester l’image fidèle de la majesté qui l’habite, celle d’une personne grave, capable de gouverner, devant pour cela commencer par se gouverner elle-même. Le passage de l’enfance à l’âge de reine fut donc une préoccupation pour Catherine de Médicis, sa mère. Lorsque la jeune reine, qui avait épousé le roi par procuration en juin 1559, quitta la France pour la Cour espagnole en novembre de la même année, elle demeurait encore une enfant, passant « le temps à accoustrer ses poupées »12, à jouer aux osselets, aux « martres » et avait l’habitude avec ses frères et les princes du sang, d’« estriller » ceux qui ne se levaient pas les premiers, le jour des saints Innocents13. Elle passait de cet état de l’enfance et du jeu à celui d’une reine devant gouverner sa maison dignement, c’est-à-dire maîtresse de sa suite, respectueuse de l’étiquette. À plusieurs reprises, Catherine de Médicis lui adressa de vives critiques, l’invitant à cesser ses jeux d’enfant avec ses « garses » écervelées, qui ne lui apprennent que folies et sottises, lui conseillant plutôt de donner sa faveur à la sage Mme de Clermont. Or la jeune reine, dans une cour étrangère, s’était rapprochée en particulier de Mme de Vineux. Le comportement de la reine favorisait cette dame et mit son entourage en émoi. En novembre 1560, Catherine de Médicis, avertie de l’incident, opposant ainsi deux dames françaises, réprimande sa fille sur son devoir de rester maître de sa maison car, dans le cas contraire, en laissant s’installer une cabale, c’est, selon ce que lui écrit sa mère « trop de avoyr ancore de l’anfant, d’entretenir et fayre cas, devant les jeans, de vos filles »14.

  • 15 Ibidem, p. 174, d’après le récit de Lansac de Saint-Gelais, fait au cardinal de Lorraine, en janvie (...)

10Le corps de la reine, soumis à l’étiquette royale, était un corps organisant autour de lui l’espace dévolu à son autorité, à sa majesté, réglant ainsi la place et le comportement de chacun selon une scénographie s’apparentant parfois à la dévotion envers un corps royal quasi liturgique, devant se soumettre aux convenances. En arrivant à Tolède, Élisabeth dut faire l’apprentissage d’une nouvelle majesté, induite par l’étiquette espagnole, en réalité étiquette bourguignonne, instaurée en 1548 à la cour princière du futur Philippe II. C’est ce nouvel apprentissage qui lui donna cette gravité, gravitas habsbourgeoise, remarquée par Brantôme lors de son passage à Madrid en 1564, une gravité espagnole qu’elle mêlait à la douceur française. Le passage de l’étiquette française à l’étiquette espagnole se fit dans le même temps que la livraison de la reine aux émissaires du roi à Roncevaux puis à Pampelune. La jeune reine choqua d’abord par la familiarité de ses mœurs françaises, contraires aux mœurs distanciées espagnoles. En janvier 1560, Élisabeth était livrée aux émissaires du roi, le cardinal-archevêque de Burgos et le duc de l’Infantado, et elle fit ses adieux au roi de Navarre et au cardinal de Bourbon, avec une familiarité toute française, en les embrassant. Pour ne pas choquer les Espagnols, elle leur fit préciser par son interprète Lansac de Saint-Gelais : « qu’elle avoit commandement de la reyne sa mère d’ainsy le faire, parce qu’ils estoient seigneur de son sang et princes, et que c’estoit la coutume de France »15.

  • 16 Ibidem.

11Peu accoutumée à l’étiquette espagnole, la reine n’a pas encore appris à maintenir son corps dans une certaine distance, politique de la majesté à l’espagnole, tandis que la manière française, dont la publicité se rapproche davantage du don physique de soi, autorise des manifestations moins contenues comme le toucher. Quelques jours seulement après sa livraison, la reine arriva à Pampelune où l’attendait, sur les marches du palais, la comtesse d’Ureña, sa première dame espagnole : « et après s’estre agenouillée et baisé la main de ladite dame, elle la releva et la baisa et embrasa bien fort, qui fut trouvé à très-grande faveur et non-accoutumée »16. Lorsque la reine proposa plus tard à la comtesse de partager sa litière, celle-ci ne consentit pas à accepter cette faveur. Dans le même temps, un incident survint au départ entre les litières de ces dames, qui se heurtèrent, bousculant les rangs, d’où une dispute de la comtesse qui fut obligée de rester en arrière, après avoir essayé de forcer le passage pour être derrière la reine. Cette dernière, avertie par Lansac, fit alors dire à la comtesse :

  • 17 Ibidem.

« […] elle la prioit d’estre contente que mesdites damoiselle et dame, pour estre princesse de son sang et de la maison royalle, étrangères en ce pays, et non ses subjettes, fussent honorées ainsy qu’elles avoient accoustumé et comme il leur apartenoit ; car sa majesté estimoit l’honneur qu’on leur faisoit estre faict à elle-mesme, comme aussy estant mesprisées, elle penseroit estre mesprisée17. »

12La comtesse, confuse et troublée, jura de châtier les portiers. Mais cet incident illustre les rivalités qui opposèrent ensuite mesdames de Clermont, de Rieux et Mademoiselle de Montpensier à Ureña, procurant à la reine ses premières tracasseries de cour. Affaire d’autant plus importante que le bon usage de l’étiquette participait à la bonne réputation de la reine, d’où l’intérêt de Catherine de Médicis, demandant à son ambassadeur L’Aubépine, en juillet 1560, de l’avertir :

  • 18 Hector de La Ferrière et G. Baguenault de Puchesse (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, Paris, I (...)

« de toutes choses qui passent à l’entour de la Reyne ma fille et me descouvrir de toutes ses actions tant par le menu, […] et de sçavoir qu’elle s’y comporte de telle façon que tant luy que ses principaulx ministres en ayent tant de contentement et de satisffaction18 ».

13La reine apprit rapidement à avoir une contenance espagnole, cette fameuse gravité mêlée de douceur évoquée par Brantôme, et avant lui, par L’Huillier, secrétaire de la reine au moment du passage en Navarre. Mais cet apprentissage de la contenance espagnole, instaurant une nouvelle politique du corps, se fit aux dépens de ses dames françaises.

14La reine devait aussi faire respecter les convenances à son égard. Ainsi, malgré son jeune âge mais ayant déjà appris la valeur de sa position, se fâche-t-elle, en mars 1566, d’un courtisan irrespectueux envers la France, qui abusa en faisant un esclandre public à sa table. Ou cet autre familier de la reine, un bouffon, oublieux du respect dû à la reine, reçut le fouet pour avoir blasphémé le corps de la reine. L’incident fut rapporté par Brantôme en ces termes :

  • 19 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Les Dames galantes, édition de Maurice Rat, Paris, Garn (...)

« Un jour nostre reine Elizabeth de France, en devisant et parlant des demeures de Madrid et Valladolit, combien elles estoyent plaisantes et delectables, elle dit que de bon cœur elle voudroit que ces deux places fussent si proches qu’elle en pust toucher l’une d’un pied, et l’autre de l’autre ; et ce disoit en eslargissant fort les jambes. Le bouffon, qui ouit cela, dit : « Et moy je voudrois estre au beau mitan, con un carraco de bourico, para encargar y plantar la raya [ Avec un cas de bourricot, pour charger et planter la raie] » Il en fut bien fouetté à la cuisine 19 ».

  • 20 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 273.
  • 21 Ibidem, p. 723, lettre de l’évêque de Limoges à Catherine de Médicis, le 9 décembre 1560.

15L’étiquette, qui fixait les comportements comme une espèce de liturgie, dépendait en premier lieu de la maison : celle d’Élisabeth fut constituée à Tolède dès son arrivée et non sans difficultés. La reine avait en effet fixé une liste des Français qu’elle souhaitait garder à son service, comme ses médecins, apothicaire et chirurgien, ses nombreux musiciens et tous ceux en charge de ses affaires personnelles et d’elle-même. La comtesse d’Ureña fut la première dame d’honneur espagnole de l’entourage de la reine, à la place de Mme de Clermont qui resta sa gouvernante. La passation de charge s’était faite à Pampelune, autorisant dès lors la comtesse à prendre la queue de la robe de la reine, privilège suprême de l’officiant. En février 1560, peu de temps après, le roi mandait au comte d’Albe de Liste d’être le maître d’Hôtel de la maison de la reine : un homme qui passait, d’après Élisabeth et L’Aubépine, pour être dur et tracassier, mais il en allait de la maison de la reine et de sa réputation ! La maison était organisée sur le modèle de celle de l’impératrice Isabelle, mère de Philippe II, et pour être entièrement servie et accommodée à la façon du pays, il était demandé à la jeune reine de se défaire du plus grand nombre de Français de sa suite, ce qu’elle accepta pour ne pas donner « mauvaise opinion »20. La camarera mayor ou première dame d’honneur, c’est-à-dire la comtesse d’Ureña puis la duchesse d’Albe, devait dormir dans la chambre de la reine en l’absence du roi, privilège qu’avait Mme de Clermont et non Mme de Vineux. Cette dernière était pourtant intime de la reine et souffrait de cette exclusion, qui lui portait préjudice à la Cour. Cette absence manifeste de reconnaissance ne pouvait la faire considérer, comme cela se devait, d’où le début de la cabale contre Mme de Clermont, dont la proximité avec la reine, était enviée par Mme de Vineux : c’est cette intimité avec le corps de la reine qui, signe de la faveur suprême, donnait la prééminence à la Cour. Or la cabale devint le signe d’une incapacité de la reine à régler les différends entre ses dames, désordre d’autant plus préjudiciable qu’il pouvait entamer sa bonne réputation. Catherine de Médicis rappelle à sa fille le devoir qu’elle a de faire respecter les rangs et ne pas favoriser l’une plus que l’autre. Le mal à éviter est de faire passer la reine pour une personne manipulable. Le remède serait le renvoi de Mme de Clermont, idée dont le duc d’Albe se fait l’interprète auprès de L’Aubépine : il fallait empêcher le délitement de la maison de la reine et de sa réputation, les Grands d’Espagne étant scandalisés du poids de la Française auprès de la reine, or Mme de Clermont était aussi considérée comme un frein à l’hispanisation de la reine, il convenait donc de la tirer « dextrement d’icy »21.

  • 22 Jean Maisonneuve et Marilou Bruchon-Schweitzer, Le corps et la beauté, Paris, PUF, 1999.
  • 23 Un grand nombre de ces portraits au crayon se trouvent dans la collection des dessins du musée de C (...)
  • 24 BNF, ms français 3120, f.18 : « je vous prye Monsieur d’Humyeres de me faire paindre tous mes enfan (...)
  • 25 Élisabeth à Catherine de Médicis, début 1561, dans Louis Paris, op. cit., p. 805.

16La Majesté passait ainsi par une parfaite maîtrise de son corps à la Cour puis par la maîtrise de soi dans le gouvernement de sa maison. Cependant, la majesté n’était pas seulement affaire de contenance et de convenance, la majesté passait aussi par le beau. La question du beau corps renvoie à celle de l’apparence et de la pratique d’artifices pour satisfaire un regard formé à une certaine esthétique22. Ce simulacre du corps est, dans le cas du corps de la reine, d’autant plus important qu’il doit être porteur de sens, celui de la majesté, rejoignant ainsi l’idée que l’apparence du beau corps est l’expression de l’harmonie universelle et renvoie à la beauté intérieure et grandeur de l’âme qui l’habite. En cela l’image devient une performance pour révéler l’évidence de la majesté contenue dans le corps. Les portraits restituent cette idée, depuis ceux des princes et princesses de France encore enfants et que Catherine de Médicis eut le souci de conserver23, enjoignant leur gouverneur d’Humières de faire réaliser par François Clouet ou d’autres, au moins une fois par an, des portraits de ses enfants : portrait attachant et intemporel de la grâce enfantine et de ses jeux innocents, portraits que la reine souhaitait au vif et pas toujours dans la même position. Catherine avait une conscience aiguë du rôle du portrait, de sa force agissante, force de rendre présent l’absent24. Élisabeth, une fois à la Cour espagnole, reçut ainsi de sa mère, des portraits de ses proches, et en montra un tel contentement, qu’elle les fit mettre en son cabinet, et leur faisait la révérence le soir, après avoir dit ses heures. Le plus remarqué de ces portraits fut celui de la jeune Marguerite de Valois, que l’infant don Carlos trouvait la plus jolie, assuré par Élisabeth qu’elle était en réalité aussi bien faite que dans le portrait. Même le roi, qui la trouvait très séduisante, réclamait des précisions, à savoir si elle était grande, et venait contempler le portrait tous les deux jours dans le cabinet de la reine25.

  • 26 Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, Paris, Perrin, T.II, 1913, p. 377.
  • 27 Marianna Jenkins, The State Portrait, its origin and evolution, Philadelphia, 1947.
  • 28 Maria Kusche, « Sofonisba Anguissola en España. Retratista en la corte de Felipe II junto a Alonso (...)

17Mais le portrait servait avant tout d’ambassadeur avant les noces. Henri II commanda un portrait de sa fille Élisabeth au Vénitien Marcantonio Sidonio et le fit envoyer à Philippe II qui se trouvait encore à Bruxelles en mai 1559. À sa réception, le roi fit accrocher le tableau dans sa chambre, au-dessus de son lit. Le roi en fit autant ou presque de son côté, puisque le duc d’Albe, au Louvre, remit à la future reine un coffret à bijoux avec un médaillon serti de diamants, portant le portrait du roi26. Ces portraits se font alors dans le genre des portraits d’État : le corps debout, le plus souvent de trois quarts et légèrement tourné, avec cette illusion de mouvement rendue par l’asymétrie des mains toujours occupées à tenir un gant, un mouchoir ou une partie de la robe ou encore une main appuyée sur une table ou sur une chaise tandis que l’autre main se trouve le long du corps27. Les peintres de Cour, tels que Alonso Sánchez Coello et Juan Pantoja de La Cruz, réalisèrent des portraits de la reine et se copièrent. Sofonisba Anguissiola, peintre et dame de la suite de la reine, la peignit toutefois autrement, de façon plus intime et moins grave28.

  • 29 Mise condamnée par Juan Luis Vivés dans l’Institution de la femme chrétienne, tant en son enfance, (...)
  • 30 Archives des Affaires étrangères, Mémoires et documents, Espagne, n°233, fol. 240r.-246v.
  • 31 Archives Nationales de France, Série « Simancas » microfilmée, K 1492, n°10.

18Les portraits d’Élisabeth rendent compte de la richesse des soies, des taffetas, et surtout des pierres précieuses et des perles, couvrant ses robes et ses coiffes. Le jour des noces, à Guadalajara, fin janvier 1560, tandis que le roi était accoutré d’une robe de velours violet cramoisi et d’un pourpoint blanc, la reine avait une robe de toile d’argent, coiffée d’un chaperon à la mode de France, bordé de grosses perles et de pierres précieuses en forme de couronne et portait un magnifique collier de pierreries. Ces portraits sont ceux d’une femme raffinée, dont le métier de reine consistait aussi à se montrer magnifique, contrairement au débat contemporain sur la moralité du vêtement, dénonçant tout ce qui caractérisait alors la mise élaborée de la jeune reine à savoir, « les cheveux tortillez, ou avec or, pierreries ou habits précieux »29. À 14 ans, Élisabeth possédait une garde-robe considérable et des meubles qui firent un long convoi, depuis Paris jusqu’à Guadalajara, où l’attendait le roi. Le mémoire des robes et meubles de la reine compte des dizaines de robes, autant de jupons, des fourrures, des tapisseries, des meubles pour sa chambre, des objets précieux de liturgie, pour la toilette ou encore d’utilité quotidienne30. Le convoi fut tel, que l’ambassadeur espagnol, Chantonnay, prévint le roi que les coffres de la reine, trop larges, ne passeraient pas par les sentiers des Pyrénées. Or, seuls ces coffres pouvaient contenir les vêtements si riches de la reine sans les abîmer. Deux solutions apparaissaient à l’ambassadeur, qui en fit part au roi : transporter les coffres par voie de mer, mais avec la certitude de les recevoir avec du retard, ou aménager la route passant par les Pyrénées31.

19La jeune reine avait un tel goût pour les toilettes, qu’elle fit la fortune de son tailleur en changeant souvent de vêtements, et le bonheur de ses dames, en leur donnant ses robes d’un jour, comme le rapportent Brantôme et les comptes de la maison de la reine, que le roi entretenait superbement. La majesté de la reine passait par ce luxe qui forçait l’admiration comme le notait encore Brantôme en 1564 :

  • 32 Brantôme, Mémoires de Messire Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme. Les vies des Dames illust (...)

« Elle s’habilloit tres-bien et fort pompeusement, et ses habillements luy seoient tres-bien, entre autres les manches fenduës avec des fers qu’on appelle en Espagne Puntas, sa coiffure de mesme que rien n’y manquoit, ceux qui la voyoient ainsi en peinture l’admirent, je vous laisse à penser quel contentement peuvent avoir ceux qui l’ont veuë en face, en geste, et en bonnes graces32 ».

20Ce raffinement luxueux contrastait avec la mise de la princesse Juana, veuve de l’infant du Portugal, et dont Brantôme admirait la beauté : 

  • 33 Ibidem, Les dames galantes … op. cit., p. 378.

« Ceste princesse d’Espaigne a esté une tres-belle princesse, et de tres-apparente majesté : […] la belle apparence et bonne grace accompaigne tousjours la majesté, et surtout l’espaignolle. J’ay eu cest honneur de l’avoir veue, […]. …que je trouvay belle, à mon gré, fort bien vestue, et coiffée d’une tocque à l’espaignolle, de crespe blanc, qui luy baisoit fort bas en poincte sur le nez, et vestue, non autrement en femme vesve, à l’espaignolle, car elle portoit de la soye quasi ordinairement33 ».

21Ce corps d’apparat est le corps majestueux par excellence, un corps politique, en ce qu’il révèle la grandeur incarnée, cette grandeur qui doit susciter respect et amour.

Le corps dévoué jusqu’à la mort

22Le corps de la reine n’est pas seulement ce corps-idée, celui de la majesté. Il est aussi politique dans sa chair, tel un objet de négociation, livré ensuite comme garant de la paix, et incarnant cette paix. Il est aussi objet d’une séduction qui doit s’exercer sur le roi et la Cour pour accomplir son devoir d’être porteur d’héritier.

23Le destin de la princesse Élisabeth, comme celui de chaque princesse, est de servir les intérêts de la Maison : elles sont d’emblée destinées un jour à être négociées. Le 5 mai 1546, Catherine de Médicis écrit à son cousin, le duc de Florence, qu’elle vient d’avoir une fille, qui sera fort utile pour l’avenir de la France :

  • 34 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., T.1, lettre n°10, du 5 mai 1545 (1546).

« grâces à Dieu, je suys accouchée d’une fille, il y a ung mois ou environ […] j’espère que ce sera le neud pour former et asseurer toutes les alliances en plus grande fermeté, par laquelle tous ceulx de nostre mayson seront plus resjouys et consollez 34 » .

24La vocation de la princesse, à être le « neud » entre deux maisons, se réalisa lorsque les 2 et 3 avril 1559, fut signé le traité du Cateau-Cambrésis, un accord sans vainqueur. La paix faisait suite à quarante ans de guerre, voire plus, et selon la tradition, ne résisterait pas longtemps aux ambitions des uns et des autres. Pour sceller cette paix, les deux maisons s’unissaient comme cela avait été fait après la paix de Cambrai, en 1529, François 1er épousant Éléonor d’Autriche. Élisabeth, à son tour, est destinée à devenir la garantie de cette paix, en épousant Philippe II et non plus l’infant don Carlos. La mort, en 1558, de Marie Tudor, seconde épouse de Philippe II, l’avait amené, par nécessité, à organiser ce mariage pour lui-même.

25Le roi se trouvant encore à Bruxelles, c’est le duc d’Albe qui le représenta au mariage célébré à Notre-Dame le 22 juin 1559, et ce fut seulement au mois de novembre que la jeune reine entama un long voyage festif à travers la France. Le convoi, de ses grands coffres et de sa suite destinée à la servir en Espagne, formait un écrin pour cette reine que les émissaires français étaient chargés de livrer aux Espagnols. La reine devait être livrée au 1er janvier 1560 en un lieu nommé « Le Pignon », mais la rigueur de l’hiver et l’abondance de neige les obligèrent à s’arrêter à Roncevaux pour y attendre les plénipotentiaires du roi. Il fallut plusieurs jours à ces derniers pour régler le cérémonial, puis la reine se rendit à Pampelune, où elle fit son entrée passant par des arcs de triomphe, multipliant les effigies et les défilés en grande partie consacrée à la Paix. Après Guadalajara, où elle arriva le 30 janvier pour y célébrer officiellement le mariage, la reine fit ses entrées à Alcalá de Henares puis à Tolède. À Alcalá de Henares, l’entrée fut organisée par l’Université sur le thème de la Paix, et la reine, par ses effigies, se trouvait au cœur de ce discours : un lion, couché et recouvert de fleurs de lys, est accompagné d’une allégorie de la Paix, qui porte, à son côté, le portrait d’Élisabeth de Valois recevant la Paix couronnée de fleurs de lys. Élisabeth incarna cette ambition irénique, au point de devenir, pour la postérité, « Isabel de la Paz », incarnation vivante d’un moment de paix d’autant mieux ressentie par ses contemporains que le règne de guerre de Charles Quint se poursuivait avec Philippe II sous le signe de la Paix.

  • 35 Ibidem, T.3, p. 48, lettre de la reine mère à Fourquevaux, le 31 juillet 1567.
  • 36 Ibidem, T.2, p. 326, lettre de Catherine à Fourquevaux, le 28 novembre 1565.
  • 37 Brantôme, Mémoires … op. cit., p. 189.

26Le corps de la reine devenait ainsi l’enjeu de la paix, non seulement en réalisant l’union, mais en sachant l’utiliser pour gouverner, ce qu’attend d’elle Catherine de Médicis, qui se montre très soucieuse, en 1567, tandis que le roi doit se rendre aux Pays-Bas, de voir sa fille confirmée dans le rôle de régente : « que la royne ma fille doibt demeurer seulle par delà gouvernante. »35 La reine mère comptait également sur l’influence de sa fille pour mener à bien les négociations de mariage, celui de Charles IX avec la fille aînée de l’empereur, Anne. Catherine de Médicis rappelait fréquemment à sa fille, par l’entremise de ses ambassadeurs, qu’elle ne devait « rien oublier de ce qui apartient au sang dont elle est sortie »36. Brantôme rend compte de cette espèce de tyrannie exercée par Catherine de Médicis, une mère crainte de sa fille et qui pourtant l’honorait, la respectait, mais la craignait tellement, qu’elle ne recevait jamais une lettre de sa mère sans trembler à l’idée de l’avoir mécontentée37. Pour conserver la considération de sa mère, elle devait donc agir sur le roi pour les intérêts de sa maison-mère au nom de cet amour qui les unit et dont la reine mère use par chantage pour opérer un transfert de l’affection entre Philippe II et Élisabeth sur la Maison de France, surtout après la mort de François II, soucieuse d’établir une amitié, dans la continuité, avec Charles IX :

  • 38 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T. I, p. 571.

« pour vous dyre, ma fille m’amie, que d’aultent que vous nous aymés, que métyés pouyne d’entretenyr le Roy, vostre mari, en la bonne volonté, laquele y portet au feus Roy, vostres pere et frere38 ».

27Cette bonne volonté était le signe de l’amitié obtenue par Élisabeth de Valois pour faire aboutir les ambitions matrimoniales de Catherine de Médicis, qu’elle prépara dès mai 1562. La reine mère songeait alors à la princesse Juana, sœur de Philippe II, pour Charles IX, car sa fille n’avait toujours pas d’héritier et mettait ainsi en danger l’avenir de la paix franco-espagnole. Les projets matrimoniaux, autour de Charles IX, occupèrent la reine et sa fille, songeant d’abord à Juana puis, quelques années plus tard, dès septembre 1567, à Anne d’Autriche, fille aînée de l’empereur Maximilien II.

  • 39 Ibidem, T.III, p. 204. M.J. Rodríguez Salgado, dans « Una perfecta princesa. Casa y vida de la rein (...)

28Un an plus tard, en 1568, la jeune reine Élisabeth décédait et Catherine de Médicis, exprimant au roi sa peine, lui fit part de son inquiétude, car ce corps de la Paix n’étant plus, « pour le bien que c’étoyt de la conservation de la pays et amytié entre le Roy vostre frère et Vostre majesté », il fallait pouvoir maintenir la paix au moins pour son souvenir mais encore au nom de ses deux filles qui continuaient de sceller l’alliance39. Une alliance que la reine mère ne perdit pas de vue, cherchant à remplacer Élisabeth par son autre fille Marguerite, et de poursuivre les négociations pour Charles IX. Finalement, Philippe II épousa sa jeune cousine Anne et laissa son autre cousine à Charles IX, Élisabeth d’Autriche, désormais sa belle-sœur. Les deux mariages furent célébrés en 1570 pour maintenir la paix, mais en réalité les espoirs d’une paix durable s’étaient éteints avec la perte d’Élisabeth, comme le laissait supposer cette épitaphe de Brantôme, dans ses Mémoires :

  • 40 Brantôme, Mémoires … op. cit., p. 200.

« Dessous ce marbre gist Elizabeth de France,
Qui fut Reyne d’Espagne et reyne du repos,
Chrestienne et catholique : sa tres-belle presence,
Nous fut utile à tous : or que ses nobles os,
Sont du tout asseichez et gissent dessous terre,
Nous n’aurons rien que mal, que trouble, et que guerre40 ».

29Le corps d’Élisabeth assura l’entente, en grande partie par son pouvoir de séduction : un pouvoir qui fut aussi son devoir.

  • 41 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 703.
  • 42 Luis Cabrera de Córdoba, Filipe Segundo Rey de España, Madrid, Luis Sánchez, 1619, p. 249.

30L’une des préoccupations de la reine mère était de savoir sa fille aimée du roi et appréciée de la Cour. La séduction fut efficace, le roi s’étant toujours montré plus que bienveillant envers son épouse, faisant la preuve d’un profond attachement. Élisabeth écrit à sa mère en février 1561, que le roi, son mari, l’a veillé pendant sa fièvre, et que depuis qu’il est à Tolède, il est venu la voir trois fois et « je vous diré que je suis la plus heureuse fame du monde »41. Dès son premier voyage par la Navarre et la Castille, la jeune reine avait charmé son entourage espagnol et la population par sa jeunesse, sa beauté et sa grâce. La beauté corporelle de la reine était un enjeu politique, devant assurer l’affection et le désir du roi tout comme il était le reflet d’une harmonie céleste par l’esthétique de ses perfections. Luis Cabrera de Córdoba, historiographe de Philippe II, la considérait petite de corps, bien formée, la taille délicate, le visage rond, le cheveux noir et les yeux joyeux et bons42. Ses proches, comme Brantôme, la décrivaient aussi comme cela, revenant quelque peu sur la taille, laquelle, pour mémoire de sa majesté, était considérée plus grande :

  • 43 Brantôme, Mémoires… op. cit., p. 179.

« Sa taille estoit tres-belle et plus grande que celle de toutes ses sœurs, qui la rendoit fort admirable en Espagne, d’autant que les tailles hautes y sont rares, et fort pour cela estimées, et cette taille elle l’accompagnoit d’un port, d’une majesté, d’un geste, et d’un marcher, et d’une grace entremeslée de l’Espagnole et de la Françoise en gravité et en douceur43 ».

31Il évoque ensuite son pouvoir de séduction car :

  • 44 Ibidem.

« son visage estait beau, et ses cheveux noirs qui adombroient son teint et le rendoient si attirant, que j’ay oüy dire en Espagne que les Seigneurs ne la pouvoient regarder de peur d’en estre épris44 ».

32Le séjour d’Élisabeth semble lui avoir été profitable, car en quelques mois, la jeune reine a pris les formes d’une femme, en prenant un peu d’embonpoint. Sa gouvernante, Mme de Clermont écrit à Catherine de Médicis en novembre 1560 :

  • 45 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 718.

« Je vous assure, madame, qu’elle se fait fort grase et n’a pas de robe qu’il ne lui ait faillu faire refaire, car il les luy faut plus large de quatre dois qu’il ne failloit quand elle vint issi, qui est trouvé fort bien de tout le monde ; car issi il ne font quas des faimes maigres45 ».

  • 46 L’Arioste, Roland furieux [1516], Paris, Gallimard, 2003, vol. 1, p. 242.

33La beauté féminine incarnée serait-elle celle des Vénus du Titien, bien en chair, comme un écho à la beauté d’Olympie décrite par l’Arioste dans son Roland furieux : « les flancs élancés, les belles hanches, le ventre plus poli et plus net qu’un miroir, paraissaient, de même que les cuisses blanches, sculptés par Phidias »46 ? La beauté, restant une affaire de regard, ne saurait être réduite à un canon et il n’est donc pas utile de chercher dans les blasons anatomiques des poètes français, comme ceux de Ronsard, pour connaître « la beauté que femme doit avoir » de l’autre côté des Pyrénées.

  • 47 André Le Fournier, La décoration d’humaine nature, et ornement des dames, Lyon, François Juste, 153 (...)
  • 48 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 271.

34La perfection de la peau et sa blancheur semblent néanmoins faire l’unanimité dans les critères de beauté et exigent pour se conserver l’usage déjà ancien des secrets de beauté, dont un grand nombre furent publiés en 1533 par Le Fournier. Le programme était le suivant : « comment les dames se doivent gouverner pour conserver leur beauté »47. Élisabeth, du fait de sa dignité, avait un devoir réel envers sa beauté, d’autant plus que des attaques répétées de variole avaient menacé de nuire à la beauté de son visage. Elle fut prise d’une première attaque en février 1560 : le soir suivant la fameuse danse de la reine dans sa chambre, elle « sentit quelque petite inquiétude, et le matin chaleur se démonstrant le long de son estomach et dedans la teste quelques pustules comme d’ébulissions de sang ou petite-vérolle »48. Les médecins ayant proposé une saignée, celle-ci fit grand bien à la reine et confirme l’Aubépine en son opinion qu’il ne s’agissait pas de variole mais de réplétion, soit une surabondance de l’estomac.

35Le danger fut vite écarté mais l’année suivante, la reine était bien atteinte de la variole et l’inquiétude grandit, car les boutons étaient en tel nombre, qu’ils menaçaient de défigurer la reine. Catherine de Médicis s’empressa alors de donner ses instructions à son ambassadeur L’Aubespine, les mêmes que l’année précédente :

  • 49 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T. 1, p. 162, lettre de Catherine de Médicis à l’Aubépi (...)

« de bien prendre garde à luy conserver les yeux et garder qu’il n’y ayt des tasches, s’il est possible, en quoy nous trouvons icy que le sang de pigeon et la cresme sont excellentz remeddes. […] Quoy qu’il y ait, je vous prie de leur bien dire, et à elle et à ses médecins, qu’après qu’elle sera guerye qu’elle se garde bien de sortir de vingt jours, pour ce que, quand l’on sort plus tost, le flux de ventre est fort dangereux49 ».

  • 50 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 808, lettre du 12 janvier 1561.
  • 51 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T.1, p. 166.

36Catherine de Médicis, les médecins sur place et même Mme de Clermont, recherchèrent les meilleurs remèdes pour préserver la beauté de la reine. Mme de Clermont fit part à la reine de l’usage du pays, à savoir qu’il ne fallait point toucher les boutons, qu’avec de l’eau et du sel, et s’il lui restait des « fousses », des cicatrices, la meilleure chose du monde était le baume « nalures » qu’elle demanda à la reine de leur envoyer50. Deux semaines plus tard, elle faisait parvenir à sa fille un baume pour effacer les cicatrices. Sans doute s’agissait-il du fameux baume, à base de sueur d’œuf, qui effaça effectivement les traces de la maladie sur le visage de la reine. Ou fut-ce cet onguent « sitrin » qu’Élisabeth évoque dans une lettre à sa mère et qui enleva les rougeurs laissées par les croûtes qui lui sont tombées du visage et pas encore du nez, ou même encore le lait d’ânesse que lui appliqua Mme de Clermont ? À la fin du mois, il n’y paraissait rien et Philippe II écrivait lui-même à Catherine de Médicis, que sa fille était sans fièvre et que « la petite vérole est séchée et tombe »51.

  • 52 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 807.
  • 53 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T.1, p. 320.
  • 54 Ibidem, T.2, p. 209.

37Le désir qu’ont la reine et son entourage de préserver sa beauté est légitime car nécessaire, puisque son aspect extérieur, beau et délicat, est le gage d’une fécondité qui est sa raison d’être. Lorsque la reine Élisabeth arriva à la cour de Philippe II, elle n’était pas encore nubile, ce qui n’empêchait pas le roi de partager sa couche. Et tous de surveiller la venue des premières règles ; les « besognes » de la reine. Claude de Valpergue, dame française de l’entourage de la reine, les signala enfin à Catherine de Médicis, en août 1561, mais le roi ne la touchait pas encore. Claude de Valpergue, dont les lettres rapportent en général les traits les plus intimes de la vie de la reine, raconta à la reine mère, dans une lettre du 1er janvier 1561, qu’elle dort « avec le roi son mari, qui n’i faut jamès, sans grande occasion », mais la dame a appris d’une personne connaissant la « puissante » complexion génitale du roi, que celui-ci, bien « qu’il l’eime le plus qu’il é possible », n’ose « l’inportuner »52. Les « besognes » de la reine étant apparues, Catherine de Médicis est inquiète de ne pas voir se déclarer de grossesse, et se tient informée par la dame française. Les mois passant, l’inquiétude grandit et elle en éprouve un grand déplaisir « encore que, [écrit-elle à L’Aubespine en mai 1562] je ne fasse doubte que ma fille ne soit pour avoir des enfans avec la grace de Dieu ». Elle ajoute de sa propre main, en bas de la lettre, qu’elle envoie à sa fille un remède « de quoy je me suis trovée fort byen pour avoyr des anfans » afin d’accomplir ce qu’elle désire le plus53. Mais lorsqu’on lui annonce une supposée grossesse de sa fille en août 1564, elle en doute, n’osant y croire. En réalité la lettre nous apprend que ce n’est pas la première grossesse de la reine, et Catherine de Médicis espère que celle-ci « ne sera pas si courte »54.

  • 55 Ibidem, p. 217, lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis, le 19 août 1564.
  • 56 Las controversias (1556) de Francisco de Valles, Madrid, CSIC, 1988, p. 54, et Nancy G. Siraisi, Me (...)

38Avec ses premières grossesses, Élisabeth entama un cycle de souffrances qui la conduisit à la mort quatre années plus tard. La jeune reine était de santé fragile, nécessitant l’intervention fréquente des médecins attachés à sa maison, ceux figurant dans le premier inventaire, à savoir le médecin Vincent de Montguyon et un Italien (qui la sauve de sa première fièvre en janvier 1560), l’apothicaire Jacques Bobuffe et le chirurgien Maximilien Dunoir. D’autres vont et viennent dans l’urgence : M. de Morenge que Catherine de Médicis envoie en novembre 1560, la reine mère veillant de près sur le personnel médical entourant sa fille et enfin, en cas d’extrême nécessité, le médecin de Philippe II, André Vésale. À chaque maladie de la reine, les avis s’opposent, divergent sur les moyens de soigner tout en s’accordant sur les lieux communs de la médecine de l’époque. Le discours médical reposait sur deux principes : fortifier le corps et équilibrer les humeurs. Il était préconisé, de façon préventive, de fortifier le corps par des saignées, plusieurs fois par an, et en cas de « létargie », pour réveiller le corps, comme cela fut fait à la reine en août 1564, après une fausse couche : elle fut saignée une troisième fois au pied, dans l’eau, puis une quatrième fois au front, pour lui « oster cet irrémédiable sommeil comme létargie »55. On hésite ici entre la pratique de la méthode galiéniste, visant le point proche, et la théorie arabe du point opposé … mais il ne s’agissait pas de la pratique des incisions en ligne préconisée par Vésale, médecin de Philippe II, dans ses Epistola de 153956. Qu’elle que fût la pratique de la saignée, celle-ci permettait d’évacuer les mauvaises humeurs, de les éliminer.

  • 57 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 803.
  • 58 Ibidem, p. 810.
  • 59 Jean Liebault, Quatre Livres des secrets de médecine et de la philosophie chymique, Lyon, Benoît Ri (...)

39Tout vient de l’équilibre, de l’harmonie universelle des quatre humeurs. Or, si l’une des humeurs vient à devenir plus importante que les autres, l’harmonie le cède au chaos physique. Lorsque le corps élimine par des saignements de nez, des vomissements, il est en cours de rétablissement, car il élimine le trop plein d’humeur. Cette théorie fut approuvée par L’Aubespine en janvier 1560, lorsque la reine saigna du nez et vomit, on la considéra alors guérie de sa réplétion. De même en février 1561, la reine, prise de violents maux de tête et de cœur, a vomi par trois fois, deux pleins bassins de flegme « qui nous fict juger qu’ele ne seroit plus malade »57. En l’absence d’écoulements naturels, les médecins les provoquent, soit par saignées, soit par lavement avec le clystère, que Mme de Clermont applique à la reine, durant le carême de 1561, pour soigner des hémorroïdes qui l’empêchent « d’aller à ses affaires ». Elle l’a aussi traitée par un bain de siège au « lait et safranc »58. Les méthodes curatives consistaient à faire éliminer par purgatifs, comme l’agaric, qu’on lui applique en août 1564. La reine s’était alors mal remise d’une fausse couche, qui avait provoqué une abondance d’humeurs lui ayant saisi les nerfs, et causant un grand tremblement du corps. Le mal lui fit enfler la tête et la gorge de telle façon, que les médecins, découragés, songèrent à l’extrême-onction, puis finalement se résolurent à la purgation d’agaric malgré la faiblesse de son corps. Le purgatif d’Agaric, ou turbith, était obtenu en alambic. Après réduction de l’agaric en poudre, celle-ci était placée dans un sachet de tafetas blanc, lui-même déposé dans l’alambic, da façon à être traversé par les vapeurs émanant du fond de l’alambic, la courge, où se trouvait l’eau de vie en ébullition. Le résultat donnait une matière épaisse comme le miel, qui pouvait être administrée sous forme de pilule59.

40Les médecins en prescrirent à la reine Élisabeth, qui avait souffert de variole, de plusieurs fausses couches (attestées en août 1564 et en septembre 1568) et d’autres maux ayant entraîné de fortes fièvres, de fréquents maux de tête et vomissements. Catherine de Médicis n’avait de cesse d’encourager sa fille à mener une vie saine, éthique de vie à la mode à l’époque, consistant à faire de l’exercice et à surveiller son alimentation encore que son médecin Montguyon, après son premier accouchement, lui conseillât de recouvrer ses couleurs « par bonnes viandes ». Malgré ses nombreuses maladies, la reine mit au monde deux filles. La première, Isabela Clara Eugenia, fut l’enfant du miracle, de la grossesse enfin aboutie le 12 août 1566 après l’invocation, le 14 novembre de l’année précédente, de saint Eugène, dont les reliques avaient été transférées à Alcalá. Puis à Noël 1566, le roi quitte le chantier de l’Escorial et apprend la nouvelle grossesse de la reine. Le 9 octobre 1567, elle met au monde une autre fille, l’infante Catalina Micaela.

  • 60 Henri Forneron, Histoire, op. cit., p. 139.

41Vers le 10 novembre, son entourage la crut de nouveau grosse, puis ses bras enflèrent, elle crut sentir l’enfant bouger en elle en janvier, mais elle n’était pas enceinte, juste prise de fréquents évanouissements « lesquels lui viennent avec tristesse qui la contraint de pleurer sans savoir pourquoi ». Puis le 6 mai, elle parut de nouveau enceinte, mais son mal empira, et en septembre, sa tête enfla, la respiration devint haletante, elle avait de violents maux de reins, des urines chargées de sable, des vomissements, des selles jaunes et noires, une fièvre continue et des syncopes durant parfois plus d’une heure. Sa mère insista pour qu’on la laisse marcher, dans une lettre du 18 octobre, mais la lettre arriva trop tard, la reine étant décédée quinze jours auparavant. Une dernière crise avait entraîné la fausse couche d’une fille de quatre ou cinq mois, le 2 octobre, et deux heures après, Elisabeth mourait. Les médecins espagnols furent à l’époque rendus responsables, par l’ambassadeur Fourquevaux, écrivant à la reine mère qu’ils « luy avoient appliqué de longue main divers remèdes dommageables », mais mieux encore par l’ambassadeur toscan Nobili à Cosme de Médicis : « Il me paraît nécessaire de vous faire savoir comment les médecins ont précisément massacré la reine en lui appliquant une infinité de ventouses à la tête et en lui tirant du sang au pied »60.

42L’austérité de la Cour espagnole et les maladies répétées de la reine ne doivent pas occulter les nombreux divertissements et certaines libertés prises par Élisabeth pour se soustraire à la rigueur de sa dignité. Son corps, public et privé, se manifesta doublement par ce qui l’avait rendu majestueux, d’une part, et en ce qu’il fut physiquement utile pour assurer la succession dynastique, d’autre part. Ces deux manières ne rendent compte que d’une seule réalité : L’unicité du corps de la reine qui n’est que politique. Son effigie posthume, en position de prière, tel un monument personnel du roi à sa gloire et à son souvenir, se trouve au côté de Philippe II dans le groupe réalisé par Pompeo Leoni pour la Basilique du palais de l’Escorial, participant, au-delà de la mort, à la sacralité des Habsbourg.

Haut de page

Notes

1 Reine très appréciée des Espagnols, Élisabeth devint l’héroïne romantique d’histoires fantaisistes, et aussi de la légende noire de Philippe II, exploitée par son secrétaire Antonio Pérez, Guillaume d’Orange et plus tard par l’abbé de Saint-Réal. La reine émergea enfin de sa propre légende, avec l’ouvrage de Martha Walker Freer, Elizabeth de Valois. Queen of Spain and the court of Philip II, London, Hurst and Blackett, 1857, 2 vol., puis surtout en 1949, avec une biographie très documentée : Isabel de Valois, Reina de España (1546-1568), par Agustín G. de Amezúa y Mayon.

2 Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi, Paris, NRF, 1989, et Louis Marin, Le portrait du roi, Paris, éd. de Minuit, 1981.

3 Evelyne Berriot-Salvadore, « Corps humains : homme, femme, enfant dans la médecine de la Renaissance », dans Jean Céard, M.M. Fontaine et J.C. Margolin (dir.), Le Corps à la Renaissance, Paris, Aux Amateurs du Livres, 1990, p. 435-445. Glosant Jean Liebault, Thresor des remedes secrets pour les maladies des femmes, Paris, Jacques du Puy, 1585, l’auteur démontre comment les observations anatomiques étaient déterminées par cette conviction que la nature féminine est imparfaite, faible et maladive. Voir également du même auteur, Un corps, un destin. La femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Honoré Champion, 1993.

4 Le manuscrit français, ms 3120, de la Bibliothèque Nationale de France (BNF), est composé de lettres adressées aux d’Humières, par Henri II et Catherine de Médicis, pour s’enquérir de la santé des enfants et donner leurs instructions.

5 Dès l’arrivée de Marie Stuart, reine d’Écosse, à la Cour des enfants à Saint-Germain, en octobre 1548, celle-ci partagea sa chambre et ses études avec Élisabeth, sa cadette de quatre ans.

6 Antoine Caron, à partir de 1563 jusqu’en 1570, consacre, à l’éducation corporelle de Charles IX, neuf dessins sur L’équitation, L’Escrime, La Prise d’un fort, Les Manœuvres d’armée, Les Manœuvres navales, La Natation, La Barre et le saut, La Chasse au cerf, La Chasse au sanglier. BNF, Estampes, Rés. Ad 105.

7 Toinot Arbeau, Orchésographie, metode et teorie en forme de discours et tablature pour apprendre a dancer battre le tambour en toute sorte et diversité de batteries, joüer du fifre et arigot, tirer des armes et escrimer, avec autres honnestes exercices fort convenables à la jeunesse, affin d’estre bien venue en toute joyeuse compagnie et y montrer sa dexterité et agilité de corps, Lengres, Jehan des Preyz, 1597 (1588), fol.4r.

8 C.L. Ruelens, Le siège et les fêtes de Binche (1543 et 1549), Paris, 1878, et Krista de Jonge, « El emperador y las fiestas flamencas de su época (1515-1558) », dans La fiesta en la Europa de Carlos V, Catalogó de exposición, Real Alcazar de Sevilla 19 de septiembre-26 de noviembre 2000, Sociedad estatal para la conmemoración de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2000, p. 49-71.

9 Topos de l’historiographie que l’on retrouve chez Henri Forneron, Histoire de Philippe II, vol.1, paris, Plon, 1881.

10 Louis Paris, Négociations, lettres et pièces diverses relatives au règne de François II (tirées du portefeuille de Sébastien de l’Aubespine, évêque de Limoges), Paris, Imprimerie royale, 1841, p. 271, lettre de L’Aubépine au roi, le 23 février 1560.

11 Ibidem, L’Aubépine au roi, 23 février 1560.

12 Amezúa, op. cit., citant une lettre de Claude de Valpergue à Catherine de Médicis, vol. 3, p. 260.

13 Lettre d’Henri de Guise à François de Lorraine, le 22 janvier 1557, dans laquelle, il est question de « donner les innocens », c’est-à-dire une plaisanterie consistant à donner le fouet au matin du troisième jour après Noël. Manuscrit tiré de la collection Gaignières, vol. 348, fol. 151-153, publiée par Joseph de Croze dans Les Guise, les Valois et Philippe II, Paris, Amyot, 1866, p. 332.

14 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 706 : Lettre de Catherine de Médicis à Élisabeth, en novembre 1560.

15 Ibidem, p. 174, d’après le récit de Lansac de Saint-Gelais, fait au cardinal de Lorraine, en janvier 1561.

16 Ibidem.

17 Ibidem.

18 Hector de La Ferrière et G. Baguenault de Puchesse (éd.), Lettres de Catherine de Médicis, Paris, Imprimerie nationale, 1880, T.I, p. 81.

19 Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme, Les Dames galantes, édition de Maurice Rat, Paris, Garnier, 1967, p. 327.

20 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 273.

21 Ibidem, p. 723, lettre de l’évêque de Limoges à Catherine de Médicis, le 9 décembre 1560.

22 Jean Maisonneuve et Marilou Bruchon-Schweitzer, Le corps et la beauté, Paris, PUF, 1999.

23 Un grand nombre de ces portraits au crayon se trouvent dans la collection des dessins du musée de Chantilly.

24 BNF, ms français 3120, f.18 : « je vous prye Monsieur d’Humyeres de me faire paindre tous mes enfans, mais que ce soit d’un autre cousté que le painctre n’a accoustumé de les paindre et portraire », lettre de Catherine de Médicis à Humières, le 4 mai 1548.

25 Élisabeth à Catherine de Médicis, début 1561, dans Louis Paris, op. cit., p. 805.

26 Lucien Romier, Les origines politiques des guerres de religion, Paris, Perrin, T.II, 1913, p. 377.

27 Marianna Jenkins, The State Portrait, its origin and evolution, Philadelphia, 1947.

28 Maria Kusche, « Sofonisba Anguissola en España. Retratista en la corte de Felipe II junto a Alonso Sánchez Coello y Jorge de la Rúa », in Archivo Español de Arte, 248, 1989, p. 391-420, et Retratos y retratadores : Alonso Sánchez Coello y sus competidores Sofonisba Anguissola, Jorge de la Rúa y Rolán Moys, Madrid, Fundación de Apoyo a la Historia del Arte Hispánico, 2003.

29 Mise condamnée par Juan Luis Vivés dans l’Institution de la femme chrétienne, tant en son enfance, comme en son mariage et viduité, avec l’office du mort, Anvers, Christophe Plantin, 1579, p.. La version originale, latine, sous le titre De Institutione foeminae christianae … ad… Catherinam Hispanam, Angliae reginam…, Antverpiae, 1524, fut traduite et publiée en castillan en 1528, puis en français en 1541.

30 Archives des Affaires étrangères, Mémoires et documents, Espagne, n°233, fol. 240r.-246v.

31 Archives Nationales de France, Série « Simancas » microfilmée, K 1492, n°10.

32 Brantôme, Mémoires de Messire Pierre de Bourdeille, seigneur de Brantôme. Les vies des Dames illustres de France de son temps, Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665, p. 197.

33 Ibidem, Les dames galantes … op. cit., p. 378.

34 Lettres de Catherine de Médicis… op. cit., T.1, lettre n°10, du 5 mai 1545 (1546).

35 Ibidem, T.3, p. 48, lettre de la reine mère à Fourquevaux, le 31 juillet 1567.

36 Ibidem, T.2, p. 326, lettre de Catherine à Fourquevaux, le 28 novembre 1565.

37 Brantôme, Mémoires … op. cit., p. 189.

38 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T. I, p. 571.

39 Ibidem, T.III, p. 204. M.J. Rodríguez Salgado, dans « Una perfecta princesa. Casa y vida de la reina Isabel de Valois », dans Cuadernos de Historia moderna, Madrid, Universitaria Complutense, vol. 28, 2003, p. 93, l’auteur expose l’argument de la paix chrétienne dépendant de la naissance d’un héritier, selon les termes de l’époque, tirés d’un mémoire sur la mort de la reine.

40 Brantôme, Mémoires … op. cit., p. 200.

41 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 703.

42 Luis Cabrera de Córdoba, Filipe Segundo Rey de España, Madrid, Luis Sánchez, 1619, p. 249.

43 Brantôme, Mémoires… op. cit., p. 179.

44 Ibidem.

45 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 718.

46 L’Arioste, Roland furieux [1516], Paris, Gallimard, 2003, vol. 1, p. 242.

47 André Le Fournier, La décoration d’humaine nature, et ornement des dames, Lyon, François Juste, 1533.

48 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 271.

49 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T. 1, p. 162, lettre de Catherine de Médicis à l’Aubépine, le 15 janvier 1561.

50 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 808, lettre du 12 janvier 1561.

51 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T.1, p. 166.

52 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 807.

53 Lettres de Catherine de Médicis … op. cit., T.1, p. 320.

54 Ibidem, T.2, p. 209.

55 Ibidem, p. 217, lettre de Fourquevaux à Catherine de Médicis, le 19 août 1564.

56 Las controversias (1556) de Francisco de Valles, Madrid, CSIC, 1988, p. 54, et Nancy G. Siraisi, Medieval and early Renaissance Medicina : an introduction to knowledge and practice, Chicago – London, University of Chicago Press, 1990.

57 Louis Paris, Négociations, op. cit., p. 803.

58 Ibidem, p. 810.

59 Jean Liebault, Quatre Livres des secrets de médecine et de la philosophie chymique, Lyon, Benoît Rigaud, 1593, fol. 259 v.

60 Henri Forneron, Histoire, op. cit., p. 139.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvène Edouard, « Corps de Reine. Du corps sublime au corps souffrant d’Élisabeth de Valois (1546-1568) », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 9-28.

Référence électronique

Sylvène Edouard, « Corps de Reine. Du corps sublime au corps souffrant d’Élisabeth de Valois (1546-1568) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 02 mars 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2186 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2186

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org