Navigation – Plan du site
Articles

L’image du diacre Pâris : portraits gravés et hagiographie

Christine Gouzi
p. 29-58

Résumés

Trois biographies du diacre janséniste Pâris ont été publiées en 1731 et ont été revues et rééditées jusqu’en 1788. Les renseignements fournis sont justes, mais simplifiés. Pâris est représenté comme digne d’une canonisation. L’iconographie insiste sur la pénitence, l’humilité et la pauvreté, identifie le diacre au Christ souffrant et en fait un théologien. Ces images, pour la plupart inspirées de portraits de Restout, proviennent de réseaux jansénistes français qui espéraient faire canoniser un saint français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il n’est pas de notre propos d’en faire la liste exhaustive, nous renvoyons à la liste de Monique  (...)
  • 2  Voir Jean-Martin Charcot et Paul Richer, Les Démoniaques dans l’art, suivi de La foi qui guérit, P (...)
  • 3  Dale K. Van Kley, Les Origines religieuses de la Révolution française, Paris, 2002 (1996), p. 190 (...)
  • 4  Monique Cottret, Jansénismes…, op. cit., 1998, p. 230-232 et « Piété populaire et clandestinité : (...)

1Les miracles et les convulsions qui survinrent sur la tombe du diacre Pâris, au cimetière de Saint-Médard de Paris, en firent une des figures les plus célèbres du jansénisme des Lumières. Au XVIIIe siècle, la véracité des miracles de Saint-Médard fut le sujet de nombreuses publications philosophiques et théologiques : les problèmes de la foi que l’on devait accorder au miracle, de la manifestation de la présence divine, voire de la grâce, étaient débattus avec âpreté1. Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, ces guérisons miraculeuses furent considérées sous l’angle médical et les miraculés présentés comme des cas d’hystérie clinique, puis de névrose pathologique2. L’épisode des convulsions fut aussi interprété comme le symptôme de la reprise de l’opposition politique des jansénistes vis-à-vis du pouvoir royal et ecclésial3 ou encore, comme une émanation du « figurisme populaire »4. Ainsi, les miracles, étudiés sous tous leurs aspects, ont été au cœur des préoccupations des historiens et, malgré sa célébrité, la personne de François de Pâris a souvent été reléguée au second plan. Pourtant, le diacre lui-même fut un acteur essentiel des « affaires du temps » et reconnu comme tel dans les années qui suivirent sa mort, en 1727.

  • 5  Voir Pierre Boyer, Vie de Mr de Pâris, Diacre, Foppens, 1731, p. 125-126, 179, 201 ; 1732, p. 66. (...)

2Dès cette date, les traits de son visage furent fixés par plusieurs œuvres peintes et de nombreux portraits gravés (plus d’une centaine pourraient être répertoriés) ; sa vie fit l’objet de plusieurs biographies, destinées à favoriser sa canonisation future. Ces biographies, pour intéressantes qu’elles soient, sont bien entendu sujettes à caution, de par le fait même qu’elles relèvent du genre de la « légende », qui constituait la base de toute littérature hagiographique. Elles sont pourtant demeurées jusqu’à aujourd’hui le fondement de nombreux résumés de la vie du diacre. Plusieurs autres sources permettent toutefois de les vérifier, ou de les compléter, au moins pour partie : ce sont d’abord les différents récits contenus dans les Nouvelles Ecclésiastiques, qui montrent parfois François de Pâris sous un autre jour que celui de ses biographies5. Mais ce sont surtout les archives notariales ou généalogiques qui apportent des renseignements inédits sur les alliances, l’état de fortune et la situation de sa famille. Enfin, certaines bribes des archives de la Bastille donnent la possibilité de reconstituer son entourage et de mieux cerner les allusions voilées des Vies…

3Or ces sources historiques révélant la vie de François de Pâris sont partie intégrante de l’élaboration de ses portraits gravés, notamment de ceux qui ornent en frontispice ses biographies, parce qu’elles fondent, à des degrés divers, leur iconographie. Ces portraits n’ont fait jusqu’à présent l’objet d’aucune étude. Il s’agit pourtant d’œuvres concertées, présentant de manière allégorique les éléments de propagande des biographies (éléments décelables par comparaison avec ceux, réels, de la vie de François de Pâris connus par les sources d’archives). Ainsi, grâce aux comparaisons textuelles, grâce aux connaissances factuelles, ces gravures, toutes anonymes mais attribuables à des artistes célèbres, dévoilent les mécanismes de fabrication de « l’image » d’un être de chair et de sang : celle de François de Pâris.

  • 6  Cette édition fut composée à partir de celle de Barthélemy Doyen, parue à Utrecht en 1743. Mais le (...)
  • 7  Voir la préface de la Vie… de Boyer (édition datant peut-être de 1741, voir note 13), publiée sous (...)
  • 8  « M. de Pâris, dont on donne enfin la vie écrite depuis trois années, mais qu’on n’a pu publier pl (...)
  • 9  Pierre Boyer (1677-1755) était oratorien. Cette version de la vie du diacre Pâris a aussi été attr (...)
  • 10  Jean-Louis Barbeau de la Bruyère était éditeur, spécialisé dans l’édition scientifique. Mais il pu (...)
  • 11  Barthélemy Doyen (1695-1772) était prêtre ; il était lié depuis les années 1710 à de nombreux memb (...)
  • 12  Catherine Maire suppose que la publication des biographies répondait à celle du Mandement du 15 ju (...)
  • 13  La biographie de Barbeau de la Bruyère fut rééditée en 1732, s.l. Celle de Doyen fut rééditée, « e (...)

4Trois biographies du diacre parurent en 1731 ; elles furent revues et rééditées jusqu’en 17886. Dès sa mort, en 1727, une faction janséniste, sans doute proche de l’archevêque de Paris, avait commencé à réunir des éléments biographiques ainsi que des preuves de guérisons miraculeuses opérées par son intercession. Ce matériau devait alimenter le dossier traditionnel, examiné dans les procès en canonisation à Rome7. Comme à l’habitude, ces pièces servirent de base à la rédaction d’une « vie », qui permette de juger de la fama sanctatis du religieux, ainsi que de la qualité de ses miracles. La première fut achevée dès 1728, mais sa publication fut certainement repoussée à 1731 à cause du décès de Monseigneur de Noailles, en 17298. Cette Vie de Mr de Pâris, Diacre, est attribuée à Pierre Boyer et parut à Bruxelles chez Foppens sans nom d’auteur9. Deux autres biographies virent le jour en 1731, elles aussi anonymes. L’une est sans doute due à Jean-Louis Barbeau de la Bruyère et intitulée : Vie de M. François de Pâris, diacre (le lieu d’édition n’est pas précisé)10. La dernière fut écrite par Barthélemy Doyen11 et fut publiée « en France » sous le titre La Vie de Monsieur de Pâris, Diacre du diocèse de Paris. Il n’est pas certain que ces deux Vies… datent, comme celle de Boyer, de 1728 : elles furent sans doute rédigées au contraire plus tard, en 1729, 1730, voire en 1731 pour celle de Doyen, qui fut écrite après les deux autres selon l’avertissement qui précède le texte. À partir de 1731, les miracles ayant pris l’ampleur que l’on connaît, les textes furent remaniés de sorte qu’ils deviennent des machines de guerre littéraires, présentant le diacre, non plus seulement comme un saint, mais comme un saint martyr, sacrifié de par sa propre volonté pour la cause janséniste12. On comprend mieux ainsi les ajouts dans les différentes éditions de 1732, 1733, 1738 et 174313 : tous concourent à renforcer l’image sacrificielle du religieux.

  • 14  Voir le nobiliaire de Champagne recopié et conservé aux Archives départementales de la Seine, 5 AZ (...)
  • 15  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878. Sur les Le Féron, voir Jean Lesaulnier et Antony (...)
  • 16  Ibidem, fol. 45. Jacques de Pâris était le beau-père de Rémy de Pâris. Voir note 14. Il est dit en (...)
  • 17  Ibidem, fol. 58. L’intégralité des terres de Brancourt et du Muyre revient le 28 novembre 1693 par (...)
  • 18  Ibidem, fol. 43.
  • 19  Ses enfants sont baptisés à Saint-Pierre-le-Vieil à Reims, ibidem, fol. 46.

5Les renseignements généalogiques contenus dans les biographies du diacre Pâris sont justes, même s’ils sont simplifiés. François de Pâris est issu d’une branche d’une famille de petite noblesse champenoise14. Les auteurs passent cependant sous silence ses liens avec la famille Le Féron, connue pour ses prises de position jansénistes (Jérôme Le Féron, Conseiller au Parlement de Paris était l’oncle par alliance du diacre du côté paternel)15. Ils taisent également les ambitions parlementaires et nobiliaires de la famille Pâris. Une « maintenue de noblesse » est accordée à Jacques de Pâris le 5 juillet 165616 et lui permet de conserver ses prérogatives sur les terres de Brancourt et du Muyre (qui deviendront par transmission en 1693 celles de Nicolas de Pâris, père du diacre17). Rémy de Pâris, grand-père de notre héros et Conseiller au Présidial de Reims, renonça à son office en 1656 pour acquérir une charge de Conseiller au Parlement de Metz18. Après y avoir officié pendant vingt-sept ans, tout en résidant encore sur ses terres champenoises semble-t-il19, il obtint en 1683 le titre de Conseiller Honoraire au Parlement et de Conseiller en la Cour Royale

  • 20  Lettres patentes du 12 mai 1683 recopiées dans 5 AZ 1878, fol. 54.

« en considération des bons fidèles et agréables services qu’il Lui avoit rendu [au Roi] et au public avec intégrité, zèle, affection et fidélité… »20.

  • 21  Voir son testament du 14 octobre 1702, A.N., M.C., Et. XC, 302. Jérôme Le Féron et son fils Nicola (...)
  • 22  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878, fol. 2.

6Il s’établit peut-être dès cette date à Paris, où il mourut en 170221, pour favoriser la carrière de son fils Nicolas, père du diacre, qui devint Conseiller au Parlement de Paris en 168422. Nicolas de Pâris voulait transmettre cette charge à son fils aîné, François. Mais ce dernier se rebella et décida d’entrer dans les ordres.

  • 23  Malheureusement (et bizarrement ?), la liasse concernant l’année 1713 de l’étude du notaire Philip (...)
  • 24  Voir notamment Boyer, Vie…, 1731, chap. V.

7Tous les auteurs des Vies… affirment que ses parents reconnurent finalement leurs torts envers lui et acceptèrent de bon gré sa décision. Mais leurs sentiments étaient peut-être plus nuancés. Trois mois après la mort de sa mère, survenue en avril 1713, François de Pâris entrait au Séminaire de Saint-Magloire à Paris. En décembre 1713, Nicolas de Pâris fit un testament déposé chez notaire peu avant de mourir, en mars 1714, qui déshéritait François son fils aîné et instituait Jérôme-Nicolas, le puîné, son légataire universel23. Ce testament, très défavorable, est présenté par ses biographes comme une chance de la providence24 : c’est une occasion inespérée pour le futur saint de montrer son désintéressement.

  • 25  Doyen, Vie…, éd. 1732, p. 21.

« Il convertit en aumônes une partie de ce qui lui revenoit de la succession qui consistoit en meubles et en argenterie25 ».

  • 26  Ibidem, p. 21 et p. 33.
  • 27  Pourtant François de Pâris avait fait de solides études, qui pouvaient le destiner à une carrière (...)

8 Mais les biographies se contredisent : cet épisode d’abord situé en 1714, après la mort du père, est répété en 1719, après que François de Pâris, sous-diacre depuis 1718, avait échoué à devenir chanoine de la cathédrale de Reims à cause de ses prises de position religieuses26 et abandonné l’ambition de progresser dans la hiérarchie de l’Église27. En 1717, François de Pâris avait été appelant, puis réappelant en 1718 (événements soulignés dans les préfaces des biographies de Boyer et de Doyen, mais non dans le texte).

  • 28  Doyen, Vie…, op. cit., p. 23 : « Il choisit pour l’exécution de ce dessein le village de Boissi so (...)
  • 29  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 3, pièce 233, fol. 192-193.
  • 30  De plus, le frère du diacre venait de se marier et ne pouvait (ou ne voulait) peut-être plus loger (...)
  • 31  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11583, fol. 131, 167, 171. Hemard d’Anjouan est en rapport en décembre (...)
  • 32  Ibidem, fol. 171.

9Ainsi, les archives suggèrent que les années 1718-1720 furent celles d’une rupture dans le déroulement de sa vie (elles correspondent du reste à un durcissement de la répression royale). C’est à cette période que François de Pâris paraît entrer dans la « résistance janséniste ». Il se retire en effet au Collège de Bayeux à Paris et son logement devient un asile pour les jansénistes (prêtres ou autres) tracassés par la police ou leur hiérarchie ecclésiale. Ces agissements, loués par ses biographes comme des actes de charité pure, ressemblent fort à de l’agitation politique. Quant à son goût pour la solitude, souvent vanté par les auteurs comme celui d’un ermite moderne, il était certainement tout relatif. Ainsi, en 1719, les rédacteurs des Vies… décrivent une retraite à Boissy, destinée à éprouver sa charité : travaillant la terre de ses mains, distribuant des secours aux malades et catéchisant les enfants des indigents du pays, il revivifiait l’idéal de vie des solitaires de Port-Royal-des-Champs. Des trois biographes, Doyen seul signale que Pâris était l’hôte à Boissy d’un certain « Hemard d’Anjouän »28. Or cette brève notation éclaire d’un jour un peu différent son pieux séjour. Car Hemard d’Anjouän est peut-être identifiable à « Emard de Pâris, sieur de Boissy » que l’on retrouve dans le nobiliaire de la famille Pâris29 : le choix du village de Boissy, présenté comme un lieu privilégié parce que proche de Port-Royal-des-Champs, était peut-être surtout un refuge familial30. Plusieurs lettres d’un dénommé « Hemard Danjouan », confisquées par la police en 1745 dans les effets d’Elie Radet, clerc du notaire janséniste François de Langlard31, suggèrent que le personnage était un membre très actif du réseau affilié à l’abbé de Roquette et au chevalier Folard (protecteurs d’Elie Radet et amis, tout autant que clients de François de Langlard). Hemard d’Anjouän faisait livrer de Boissy à Paris, par le « carrosse d’Etampes » des marchandises assez suspectes : les « poulardes et chapons », dont la venue est annoncée dans ses lettres à son correspondant, deviennent parfois sous sa plume du « pain bénit »32 et pourraient s’apparenter à des écrits prohibés (les Nouvelles ecclésiastiques ?). Ces lettres datent de 1744, plus de vingt ans après la retraite du diacre à Boissy. Mais elles évoquent des activités auxquelles ce dernier aurait pu participer.

10François de Pâris semble en effet avoir été membre d’un des réseaux jansénistes des années 1720. Ses biographes interprètent ses amitiés comme le résultat involontaire d’actes de charité (le futur saint recueillant des malheureux, les nourrissant et les réconfortant) ou bien comme des tentatives pour fonder de nouvelles communautés religieuses, comparables à la fondation d’ordres monastiques. La communauté du collège de Bayeux, celle du faubourg Saint Marcel obéissaient, il est vrai, à différentes règles ascétiques qui s’apparentaient à celles des ordres les plus rigoureux. Il est possible que François de Pâris ait eu le projet de fonder des sortes de « monastères » jansénistes et de promouvoir la retraite religieuse au sein de la ville. C’était là une vision nouvelle de l’engagement religieux, déjà développée dans certains ordres au début du XVIIIe siècle. Mais son rôle dans le mouvement janséniste ne se bornait certainement pas à l’ascèse et à la prière : ses accointances avec certains acteurs des réseaux des Nouvelles ecclésiastiques en est une preuve.

  • 33  Testament de feu François de Pâris Diacre…, Liège, s.d. : « Je lègue à Mr Tournu prestre qui m’a t (...)
  • 34  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11479, fol. 61-62.
  • 35  Ibidem, tout le carton.
  • 36  Ibidem, fol. 62.

11Selon les éditions des biographies de Doyen de 1732 et de 1743 (édition peut-être revue et augmentée par le curé de Saint-André, Labbé), les personnalités qui accompagnèrent le diacre Pâris dans ses différents logements furent nombreux. Pâris était lié depuis 1721 à l’abbé Tournus, appelé dans les premières éditions des Vies… « Monsieur Louis » et cité dans le testament de Pâris comme un de ses amis les plus chers33. Louis-Firmin Tournus, qui sera après 1727 le confesseur de Louis-Basile Carré de Montgeron, était lié dès le début des années 1720 avec « M. Silva », pseudonyme de Charles Lajus34. Ce dernier, devenu par la suite le correcteur et l’homme de confiance de Montgeron, fut l’organisateur de plusieurs réseaux d’imprimeries clandestines dans les années 173035. Lajus (alias Silva) connaissait l’abbé de Roquette depuis 1723 (il s’était réfugié à cette date dans l’abbaye de ce dernier, à Saint-Hymer, en Normandie36). Il fit aussi plusieurs voyages avec le Père Terrasson, figure bien connue du jansénisme : c’est lui qui dirigea une imprimerie des Nouvelles Ecclésiastiques à Treigny dans le diocèse d’Auxerre pour Carré de Montgeron dans les années 1730 et qui fit de ce petit village de l’Yonne un havre ou une étape pour les jansénistes chassés par la police. Les accointances du logeur du diacre Pâris à Boissy, Hemard d’Anjoüan, avec l’abbé de Roquette tendraient à prouver que le diacre tenait une place dans ce réseau. Or ce réseau, en cours de formation dans les années 1720, constituera dans les années 1730 le vivier des commanditaires d’œuvres, peintes ou gravées, d’obédience janséniste.

  • 37  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11467, fol. 339. Mabileau est signalé dans le testament de Pâris : voir (...)
  • 38  Abbé de Bonnemare, Tables raisonnées des Nouvelles ecclésiastiques, 1767, I, p. 226.
  • 39  Ibidem, II, p. 832. Il faut ajouter à cette liste le nom du libraire janséniste parisien Babuty.
  • 40  Ibidem, II, p. 1044 et Bibliothèque Arsenal, Ms Bastille 12581, fol. 16.
  • 41  Ibidem, I, p. 329.
  • 42  Doyen, Vie…, op. cit., éd. 1743, p. 29.

12François de Pâris exerçait plus volontiers sa charité auprès de religieux issus des ordres les plus engagés dans la querelle janséniste, notamment celui de l’Oratoire. Urbain Augustin Mabileau, cité dans l’édition de 1743, se joignit ainsi à Pâris à la fin de sa vie, en 1725. Mais les archives de la Bastille nous apprennent que, loin d’être seulement désireux de suivre les préceptes ascétiques recommandés par le diacre, il faisait partie au début des années 1730, avant sa mort en 1734, du réseau de l’imprimerie clandestine des Nouvelles Ecclésiastiques de la rue du plâtre Saint-Avoye, perquisitionnée par la police en 173537. En 1743, sont également cités deux autres prêtres de l’Oratoire, qui accompagnèrent le diacre dans ses austérités : Antoine Collart, supérieur d’un collège dans les Flandres en 1704, démis de son poste pour avoir soutenu le Père Quesnel38, et Silly de Louvigny, doyen de Saint-Vulfran d’Abbeville, qui fut chassé de son diocèse en 1725, puis après un passage à Paris, enfermé chez les Prémontrés39. Si nous ne savons rien de plus précis sur ces oratoriens, en revanche, le Père Yardin, qui faisait partie de la communauté réunie par le diacre dans une maison du faubourg Saint-Jacques à l’hiver et au printemps 1724, fut arrêté par la police en 1733. Il fut conduit à la Bastille pour avoir été mêlé à une affaire de convulsions et fut arrêté chez le « sieur Chrétien »40. M. de Congis, qui selon les biographies, assista François de Pâris dans ses derniers moments n’est apparemment pas connu des services de police (il mourut peu après le diacre). Quant à M. Desangins, curé de Calais, il est célèbre pour avoir été exilé par son évêque, M. Henriau41. Le diacre était l’ami de l’abbé d’Asfeld et avait lié langue avec certains bénédictins de Saint-Maur : Claude Léauté, dit « le jeûneur » et Gilles Parent. Un certain Goulard, puis un prêtre « suisse ou savoyard »42 nommé Castella, établis non loin de Paris, l’attirèrent aussi par leur réputation. Ces visites, considérées par ses biographes seulement comme des hommages rendus à la pureté de la vie de ces solitaires, pourraient aussi bien être la marque de l’activisme de Pâris : toujours à la recherche de compagnons de qualité, peut-être cherchait-il à agréger de nouveaux éléments aux communautés qu’il fondait. Il est évidemment difficile d’interpréter tous les agissements rapportés par les Vies... Mais les différentes sources d’archives sur la famille Pâris et sur les personnages que le diacre côtoya, permettent cependant de nuancer certaines affirmations des Vies…, voire de les rectifier parfois.

  • 43  La Vie de Saint François de Sales évêque et prince de Genève Fondateur de l’ordre de la Visitation (...)
  • 44  Sur ce sujet, voir Philippe Sellier, Port-Royal et la littérature, I, Paris, 1999. La vie de Monsi (...)
  • 45  Vita beati p. Ignati Loiolae, Rome, 1609.
  • 46  Vita Secunda, chapitres 53 à 59, rédigée vers 1248, éd. Damien Vorreux, Paris, 1968, p. 227-231.
  • 47  Philippe Sellier remarque que les auteurs port-royalistes suivent parfaitement le style de la lége (...)
  • 48  Les biographies devaient permettre un discernement post mortem de la sainteté. Ce sont d’abord les (...)
  • 49  Voir note 13.

13Ces ouvrages ayant été rédigés dans un but hagiographique, il était naturel de présenter Pâris comme un religieux certes exceptionnel, mais digne d’une canonisation par l’Église. Aussi, les différentes péripéties de sa vie, sans être imaginaires (elles sont d’ailleurs datées avec une grande précision par Doyen et Boyer) sont mises en valeur de manière à les identifier à celles de saints déjà canonisés. Ainsi, les premières années d’enfance et d’études sont-elles calquées sur celles de la biographie de saint François de Sales par Charles Cotolendi de 168743. La description des repas, très circonstanciée, peut être assimilée pour partie aux « dits » de la vie de saint Bernard, eux-mêmes utilisés par Gilberte Périer pour constituer la Vie de M. Pascal44. Les références à l’assaisonnement à l’huile ou à l’eau par exemple étaient devenus des topos du genre de la légende. L’acharnement de Pâris à fonder des « communautés » de solitaires veut rivaliser avec celui d’Ignace de Loyola dans sa vie éditée en 1609, à l’occasion de sa béatification45. Ces réunions dans des maisons particulières de religieux errants poursuivis par les autorités ecclésiastiques devaient en effet paraître motivées par l’esprit missionnaire du futur saint. Il n’est jusqu’aux épisodes des aumônes, notamment celui du manteau neuf substitué à celui, râpé, d’un pauvre prêtre, qui ne s’apparentent à ceux de la Vie de saint François d’Assise par Thomas de Celano46. Si le style des Vies…, d’une grande concision, suit les préceptes des littérateurs de Port-Royal47, leur matière même panachait anecdotes véridiques et réutilisation des passages des plus célèbres ouvrages de ce type. Il fallait assurément une culture étendue et une grande subtilité pour renouveler ce genre littéraire tout en faisant des allusions à ses épisodes traditionnels pour mieux démontrer le caractère « saint » du diacre. Il fallait également une habileté certaine pour rapporter des événements dont la teneur pouvait être vérifiée par les contemporains, tout en les présentant de façon quelque peu tronquée pour ne pas amalgamer la personnalité du diacre à celle « d’amis de la vérité », dont les activités étaient considérées comme coupables par l’Église ou par le Roi. Les biographes passent d’ailleurs très rapidement sur les nombreuses guérisons miraculeuses opérées sur son tombeau à Saint-Médard (il ne s’agit que de l’extrême fin du dernier chapitre pour les biographies de Doyen et de Boyer). Il s’agissait de se conformer aux règles de procédure édictées par Rome pour les procès en canonisation : la « vertu » du postulant passait avant les miracles opérés par son intercession48. Mais il fallait aussi ne pas mettre l’accent sur des manifestations très controversées. Seules les Réflexions ajoutées à l’édition de 1743 de la Vie… de Doyen et à l’une des éditions de Boyer datant peut-être de 174149, font explicitement allusion aux miracles. Elles soulignent aussi le fait que Pâris était

  • 50  Doyen, Vie…, op. cit., éd. 1743, p. 175.

« un appelant, un réappelant, un ennemi déclaré et de la Bulle et du Formulaire, un ami des plus zélés de Port-Royal et de tous ceux qui y ont été attachés, un Défenseur de Jansénius, du Père Quesnel50… ».

14Ce texte, très militant, explique que

  • 51  Ibidem, p. 175.

« M. de Pâris est visiblement un homme suscité et choisi de Dieu dans ces derniers tems pour venger Dieu même et son Église de tous les outrages des ennemis de l’un et de l’autre, pour consoler et instruire tous les véritables amis de Dieu et de l’Église »51.

  • 52  Notamment l’Histoire de la religion représentée dans l’écriture sainte sous divers symboles, Bruxe (...)
  • 53  Doyen, Vie..., éd. 1732, 1743, avertissement.

15Le style polémique et exalté suggère que ce texte fut écrit par une autre plume que celle des Vies… Peut-être fut-il rédigé par un disciple de l’abbé d’Etemare, ou par Etemare lui-même : les images littéraires sur l’aveuglement et la lumière, les citations bibliques démontrant allégoriquement la sainteté de Pâris ressemblent à celles de ses ouvrages52. Quoi qu’il en soit, ces lignes étaient une véritable provocation à l’encontre des autorités ecclésiales. Sa date tardive explique sans doute sa virulence : l’espoir de canonisation du diacre était totalement abandonné. Dans l’avertissement de la biographie de Doyen, un passage emprunté au Cardinal Bellarmin explique en 1731 que l’on pouvait rendre « un culte privé et non public »53 à un saint non encore canonisé. Ces précautions ne sont pas de mise dans ces Réflexions, qui attaquent de front l’Église et son mépris envers les miracles du « saint diacre ».

16Or ces textes, qui composèrent l’image du diacre, sont en lien direct avec la réalisation de ses portraits : les artistes furent-ils aussi subtils que les écrivains ? Tentèrent-ils de transcrire dans une image liminaire d’un genre nouveau le caractère de sainteté du diacre suggéré par le texte, ou bien s’appuyèrent-ils sur des traditions iconographiques bien établies ? Enfin, les représentations s’adaptèrent-elles aux différentes éditions des Vies… et à leur variation d’intensité combattante ?

17Avant de répondre précisément à ces questions, qui déterminent autant l’iconographie que le style des frontispices, il est nécessaire de faire plusieurs remarques.

  • 54  C’est le cas de 90 % des exemplaires que nous avons consultés dans toutes les bibliothèques.
  • 55  Voir le Journal de l’avocat Barbier, éd. Paris, 1857-1866, t. II, p. 167, juillet 1731. Les fronti (...)

18Selon la page de garde de la biographie de Doyen dans l’édition de 1731, le livre se vendit « 1 l[ivre] 18 s[ols] avec le Portrait », mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, tous les exemplaires de cette édition ne sont pas ornés du même frontispice. On peut en déduire que les biographies du diacre Pâris se vendirent brochées. L’acheteur faisait relier lui-même le volume, parfois augmenté d’autres écrits qui constituaient ainsi des recueils factices54. Il y plaçait l’illustration de son choix, acquise peut-être chez le libraire ou bien plus probablement chez un marchand d’estampes affilié au parti (certains portraits de Pâris se vendaient également à la criée dans les rues de la capitale55). Ainsi, les exemplaires d’une même édition des biographies ne comportent pas toujours le même frontispice, alors que des éditions différentes peuvent être illustrées du même portrait. Enfin, certaines biographies ne sont pas du tout illustrées. Malgré cela, il est possible de reconstituer le déroulement chronologique de la fabrication des estampes et de savoir à quelle édition elles furent dédiées en premier lieu, en s’aidant de sources annexes, écrites ou manuscrites. De même, il est possible de retrouver, sinon l’origine de la commande des portraits, du moins le nom du dessinateur ou de leur graveur et du coup, de mieux saisir le sens des œuvres.

  • 56  La Vie de S. François de Sales évêque et prince de Genève, Nancy, 1769.

19En outre, il faut noter qu’avant la parution des Vies… du diacre Pâris, les biographies de saints, déjà ou bientôt canonisés, comportaient peu d’illustrations. La Vie de saint François de Sales par Cotolendi, citée plus haut, n’est agrémentée d’un frontispice que dans la réédition de 1883. Celle de 1687 ne comporte que deux bandeaux pour un livre in-4° très épais. Celle écrite par le jésuite Nicolas Talon en 1769 ne renferme aucune gravure56. La Vie de Saint Vincent de Paul en deux volumes par Collet, parue après celle du diacre, à Paris, en 1748, est accompagnée d’un portrait en frontispice, qui n’apparaît que dans le premier tome cependant (il est gravé par Hérisset). L’illustration de ce type d’ouvrage semble assez pauvre avant 1730, du moins en France. La Vita beati P. Ignati Loiolae éditée à Rome en 1609 fut par exemple abondamment illustrée par Rubens. Mais cet exemple italien de l’illustration du livre hagiographique ne paraît pas avoir influencé les Français. C’est pourquoi les nombreux portraits gravés du diacre Pâris, parfois utilisés comme des images de piété, mais d’abord conçus pour orner ses Vies…, apportent un renouveau dans l’illustration du XVIIIe siècle et montrent que les jansénistes usèrent de manière inédite de l’image pour convaincre leurs lecteurs.

1- Bernard Picart, Frontispice de la Suite de la Vie du diacre Pâris, v. 1727-1729.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

  • 57  Sur les suites gravées du diacre Pâris, Christine Gouzi, L’art et le jansénisme au XVIIIe siècle, (...)

20La première biographie du diacre éditée à Paris, celle de Barthélemy Doyen, parut sans doute quelques mois après celles de Boyer. La majorité des exemplaires de cette édition conservés dans diverses bibliothèques, est illustré d’un frontispice issu d’une autre gravure. Cette dernière fait partie d’une suite de plusieurs estampes dépeignant les événements marquants de la vie du diacre : celle exécutée entre 1727 et 1729 par le graveur franco-hollandais Bernard Picart. Cette suite, constituée de 16 pièces et d’un frontispice, avait été réalisée par Picart et son atelier amstellodamois pour orner une des biographies du diacre. Mais elle ne servit finalement pas à cet usage57. Le frontispice imaginé par Picart est un portrait en ovale du diacre, sur un fond d’architecture (ill. 1). Bordé de rinceaux, posé sur un piédestal orné des armes des Pâris, ce dernier est encadré d’allégories de l’Église et de la Charité.

  • 58  Doyen, Vie…, éd. 1732, p. 64.

21Cependant, ce n’est pas cette image, conçue pourtant comme une illustration liminaire traditionnelle, qui fut reprise en 1731 pour créer le frontispice du livre de Doyen. La gravure choisie est la septième de la suite gravée (ill. 2). Elle montre Pâris en méditation dans son jardin de la rue de Bourgogne où il s’était retiré avec Tournus, Congis et Mabileau après Pâques 1724. Les vitres cassées de l’appentis où vivaient les « ermites » évoquent leur mépris du confort et leur vœu de pauvreté : « Tout ne respiroit que la pauvreté ou plutôt l’indigence la plus extrême. »58 Les carottes et le chou posés à terre rappellent les nombreux passages des textes dans lesquels est décrite l’ascèse « culinaire » du diacre :

  • 59  Ibidem, p. 60.

« Il n’usoit plus que de légumes qu’il apprêtoit à la hâte, et sa nourriture la plus ordinaire étoit des herbes crues qu’il mangeoit dans l’eau, et il donnoit à ce mets le nom de salade. »59

2- Bernard Picart, Suite de la Vie du diacre Pâris, Pâris se retire dans son hermitage…, v. 1727-1729.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

22La pelle, la pioche et le seau semblent illustrer une phrase précise de la biographie de Boyer :

  • 60  Boyer, Vie…, 1731, p. 80.

« L’on cultivoit le jardin et l’office de M. de Pâris étoit de puiser de l’eau d’un puits fort profond et d’arroser. »60

23François de Pâris n’est plus seulement présenté comme un ermite, dont les qualités ascétiques justifieraient la canonisation. Mais il apparaît, à l’instar de Jésus, comme un sacrifié, dont la « Passion » est destinée à sauver l’Église. Ce durcissement du sens de l’image, qui s’apparente presque à un dévoiement, ne s’explique pas par le texte des biographies, qui demeure dans la tradition de l’écriture hagiographique. Il faut donc le comprendre comme une demande émanant du commanditaire de la gravure, ou bien comme une interprétation militante de l’artiste qui s’appuya plus sur la préface que sur le récit hagiographique. Dans le cas de ce frontispice, il est difficile d’aller plus avant car il demeure anonyme. Bien que non signés, les autres frontispices peuvent en revanche retrouver leurs auteurs et être analysés de manière plus fine.

24Mais ils font également allusion au modèle des solitaires de Port-Royal, qui cultivaient la terre par humilité. L’image conçue par Bernard Picart révèle donc de manière allégorique trois vertus essentielles du diacre, qui fondent sa sainteté : la pénitence, l’humilité et la pauvreté. C’est du reste le programme annoncé par la lettre de l’estampe :

« Monsieur de Pâris se retire dans son hermitage rüe de Bourgogne pour se livrer à une très austère pénitence ».

3- Anonyme, d’après Bernard Picart, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

25La gravure anonyme, utilisée en frontispice des biographies (ill. 3) reprend très exactement ces motifs, en les inversant et en les cadrant en hauteur : l’appentis aux vitres cassées, à la charpente grossière, les outils de jardinage et les légumes flétris posés à terre. Mais une différence essentielle montre que l’iconographie est orientée de façon totalement différente : au lieu d’être méditatif, le diacre a glissé une bible sous son bras et tient dans ses mains un grand crucifix qu’il regarde avec tristesse. Un extrait des Colossiens explicite ce que l’image suggère :

« J’accomplis dans ma chair ce qui reste à souffrir à Jésus Christ en souffrant moi-même pour son corps qui est l’Église ».

  • 61  L’avocat Barbier en acheta une à la criée. Elle est insérée dans le manuscrit original de son jour (...)

26L’un d’entre eux (ill. 4), vendu par des colporteurs dans les rues de Paris en juillet 173161, servit à orner différentes éditions de la biographie de Barbeau de la Bruyère et de Doyen, notamment celle peut-être revue par le curé Labbé, parue à Utrecht en 1743.

27

4- Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly ?, d’après un modèle de Jean Restout, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731.

Cliché B.N.F., droits réservés.

28Il en existe deux versions. La seconde, plus fruste que la première, est inversée et la lettre de l’estampe transformée. Dans les deux cas, le portrait du diacre est identique : présenté dans un ovale à mi-corps, légèrement de trois quarts et vêtu d’un surplis, ce dernier baisse les yeux vers le crucifix qu’il retient de ses deux mains croisées. Une bordure déchiquetée, imitant les irrégularités de l’ornementation rocaille, énonce le nom et la date de mort du modèle. Les instruments de macération du diacre (un cœur clouté, le cilice) côtoient un ciboire. Un parapet sert en quelque sorte de stèle funéraire et développe les idées exposées dans le premier frontispice :

« Tel étoit Mr de Pâris au pied de la Croix de J.C., unissant (…) les douleurs de son corps (…) a celle de son Sauveur, dont il imitoit la charité… » etc.

29Cette légende est beaucoup plus explicite que celle de la deuxième version, qui consiste en une citation des psaumes en latin : « Je revêtirai de honte ses ennemis et sur lui sa sanctification fleurira », mais elle est tout autant orientée : le diacre Pâris souffre une Passion similaire à celle du Christ, qu’il regarde dans un poignant face à face, et gagne ainsi sa sainteté.

  • 62  B.N.F., Estampes, M 95842 et coll. N 2, D 232188.
  • 63  B.N.F., Estampes, N 2, D 232203. Le dessin qui fixa les traits mortuaires de Pâris fut gravé, et c (...)
  • 64  Christine Gouzi, L’art…, op. cit., p. 152, p. 153, D. 103, D. 104, D. 105, G. 43. La gravure repro (...)
  • 65  Ibidem, p. 56 et p. 57. Le regard de Tournus est cependant halluciné, et non tourmenté. Ce motif a (...)

30Ces deux frontispices sont repris d’une gravure anonyme d’excellente qualité, conservée dans le collection Qb 1 du Département des Estampes de la Bibliothèque nationale, datée de 1727. La lettre de l’estampe indique qu’elle fut gravée d’après le « tableau original »62. Plusieurs dérivations, elles aussi conservées au Département des Estampes signalent que le dessin du visage fut fait sur le modèle même « un moment après sa mort »63. Il s’agit donc d’une effigie, dont le dessin servit à une peinture, qui elle-même fut la matière d’une gravure d’interprétation. Cette gravure d’interprétation, premier dérivé de la peinture originelle, servit à son tour aux secondes dérivations que sont nos frontispices. La reconstitution de cette chaîne reproductive à partir d’une œuvre matrice est importante pour comprendre le processus de création dans les réseaux artistiques jansénistes. Le premier modèle pouvait ainsi être utilisé à l’insu de son auteur (ou avec son accord tacite) et surtout sans qu’il puisse être inquiété : il ne pouvait être responsable de la reproduction gravée de ses peintures, ni de l’usage de ces reproductions. En l’occurrence, le « tableau original » qui servit de modèle à la première gravure peut ici être attribué à Jean Restout, connu pour ses sympathies à l’égard du jansénisme. Un portrait peint de sainte Chantal par Restout, aujourd’hui perdu, mais connu par plusieurs dessins et une gravure de Claire Tournay (ill. 5) présente exactement le même motif que celui de notre frontispice64. Deux détails diffèrent cependant : les doigts de la main gauche de la sainte pincent un cœur gravé du nom de Jésus. Si les doigts de Pâris sont dans la même position, ils pincent un cœur invisible : celui du diacre (ou celui, en fer et clouté qu’il gardait constamment sous sa robe), assimilé ainsi au cœur souffrant de Jésus. En outre, Chantal regarde le spectateur, alors que le diacre regarde le crucifix, dans un jeu de reflet qui l’assimile au Christ. La posture de face ou de trois quarts dans les portraits de saints ou de religieux était courante (il n’est que d’examiner les portraits de la série N 2 au département des Estampes de la Bibliothèque nationale). Mais ceux-ci regardent toujours ou le spectateur, ou plus fréquemment le ciel, dans une attitude d’extase. Parfois, ils se penchent vers le crucifix, mais dirigent leur regard à terre, par révérence. Ainsi, le regard tourmenté de Pâris vers le Christ, qui en fait son égal dans un motif en miroir, était très osé et totalement inédit. Restout en est certainement l’inventeur, car il usera de cette posture pour portraiturer l’abbé Tournus vers 173365.

31

5- Louis Croutelle à partir d’une gravure de Claire Tournay gravée en 1768 d’après Jean Restout, Sainte Françoise de Chantal.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

  • 66  Ibidem, p. 85 (localisation inconnue) et G. 1.

32Il n’était pas rare que Restout exécutât au pinceau ou au crayon des motifs similaires sur des thèmes différentes. Ainsi, en 1737, il peignit un Saint Paul ermite dans la même posture que celle de François de Pâris en prières pour le frontispice de La Vérité des Miracles… de Carré de Montgeron66. Le Saint Paul est signé ; la gravure représentant Pâris est anonyme, mais finalement attribuable à Restout de manière détournée et flagrante à la fois grâce à la première œuvre. Dans le cas qui nous occupe, le tableau montrant sainte Chantal avait peut-être la même fonction que celle du Saint Paul : identifier le portrait de Pâris comme une invention de Restout. On peut ajouter à ce jeu de reconnaissance la proximité des prénoms François/Françoise dans la lettre des estampes, alors que la sainte est habituellement dénommée Jeanne de Chantal (son prénom entier est Jeanne-Françoise). Le portrait du diacre doit certainement être situé aux alentours de 1727 puisque ses traits sont ceux de son dessin mortuaire. Aussi le tableau de sainte Chantal fut peut-être peint à une date proche de 1727.

33

6- Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731 ?

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

34À qui doit-on donner la première gravure du tableau ? La reprise de ce motif en 1768 par Claire Tournay, deuxième femme du graveur Jacques-Nicolas Tardieu, ami de Restout, pourrait signifier qu’il était connu des Tardieu père et fils dès la fin des années 1720 et que l’un ou l’autre put en réaliser la première gravure d’interprétation. Mais ils ne participèrent certainement pas à l’élaboration de leurs dérivés, c’est-à-dire nos frontispices, car ces derniers sont de qualité assez médiocre. Un réemploi des frontispices de l’édition de 1731 pour l’édition de 1732 de la biographie de Doyen, apporte sans doute quelques renseignements. Un graveur, resté inconnu, combina en effet à cette occasion deux motifs : celui du frontispice de Bernard Picart de 1729-1730 (ill. 1) et celui de notre portrait du diacre, dérivé de celui de Restout (le portrait imaginé par Picart a été remplacé par celui de Restout, ill. 6).

  • 67  Ces estampes illustrent un exemplaire de la biographie de Soanen conservé à la Bibiothèque de Port (...)
  • 68  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11500, fol. 63 et 64.

35La gravure, diminuée, simplifiée, surmonte une citation de la Bible et une prière, qui s’épanouit sur les trois quarts de la page. Or cette réutilisation de la suite gravée de Bernard Picart, accompagné de cette mise en page particulière, se retrouve dans une série de gravures décrivant la vie de Jean Soanen, évêque de Senez67. Cette série, qui fut certainement réalisée en 1741, après la mort du prélat, peut être attribuée à Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly, autre artiste proche de Restout et graveur attitré de plusieurs de ses œuvres. Il fut en effet arrêté en 1741 pour débit d’estampes jansénistes et avait dans ses poches lors de son arrestation la série gravée complète de la vie de M. de Senez68. Il n’est donc pas impossible que Poilly, qui était marchand d’estampes, mais aussi à l’occasion graveur, soit l’auteur d’au moins un de nos frontispices ; il aurait ainsi pu réutiliser ces derniers pour créer une autre version du motif, panachée d’emprunts à Bernard Picart.

36Cette hypothèse, si elle ne peut être vérifiée, a cependant pour elle le mérite de la logique : le style des frontispices pourrait être celui de Poilly (qui n’était pas un graveur émérite) et son amitié avec Restout (qui devait certainement beaucoup à leurs sympathies religieuses communes), l’autorisait à se servir de ses inventions. Les phrases vengeresses des frontispices, ajoutées à la première version de la gravure, auraient ainsi été disposées sur les ordres de Poilly, par des graveurs en lettres. Peut-être ces textes étaient-ils choisis et écrits par les auteurs des biographies et non par le graveur, qui n’était en général qu’un exécutant. Mais en tout cas, la disposition de tous les éléments lui incombait et leur caractère frappant déterminait la réussite de l’œuvre.

  • 69  B.N.F., Estampes, N 2, D 232194. Plusieurs dérivations sont connues : N 2 232200, D 232196 et Qb 1 (...)
  • 70  Histoire des Canadiens-Français, Québec, 1882-1884. La gravure n’est pourtant pas signalée dans l(...)
  • 71  Ce tableau, réalisé par Hugues Pommier au Canada, d’après le cadavre de Marie Guyart, est perdu. I (...)
  • 72  B.N.F., N 2, 204814. L’estampe, beaucoup plus fruste que celle d’Edelinck, pourrait être attribuée (...)
  • 73  B.N.F., Estampes, N 2, D 204811.

37Le troisième frontispice (ill. 7) a servi, comme les deux qui précèdent, à orner la biographie de Doyen dans l’édition de 1731. Il ne reparut dans aucune autre édition par la suite et, à notre connaissance, ne fut utilisé comme frontispice que dans un seul exemplaire de cette édition. On peut donc d’une part supputer que l’estampe a été réalisée vers 1731, et d’autre part qu’elle fut conçue d’abord comme une image de piété. Mais un lecteur averti considéra qu’elle pouvait illustrer avec bonheur la Vie de M. de Paris. Dans cette version, Pâris, debout, coupé aux trois quarts, incline encore une fois son visage vers le crucifix qu’il tient de ses deux mains croisées. Vêtu de sa soutane et d’un manteau grossier (celui-là même qu’il échangea avec celui d’un prêtre dans le besoin ?), il se présente d’emblée comme un saint, car il est nimbé d’une auréole similaire à celle du Christ. Cette représentation, paraît proche de celle dérivée de la Sainte Chantal de Restout. Mais la vue frontale (Restout affectionnait les vues de trois quarts), la tête légèrement inclinée, la posture de la main gauche, cassée, ne doivent rien à son dessin. Dans l’édition de la biographie de Doyen, l’estampe est anonyme ; mais un autre état de l’œuvre se trouve au département des Estampes de la Bibliothèque nationale. La lettre indique qu’elle était vendue à « Paris rue Saint-Jacques au Grand Saint Rémy »69. Le « Grand Saint Rémy » était la boutique du graveur Jacques Chéreau. Or, selon Benjamin Sulte70, Jean-François Chéreau, son frère, avait gravé durant sa carrière un tableau du portraitiste Hugues Pommier (v. 1637-1686), représentant Marie Guyart, dite de l’Incarnation, fondatrice de l’ordre des ursulines au Québec au XVIIe siècle71. Outre Jean-François Chéreau, un membre de la famille Poilly72, mais aussi Jean Edelinck73, donnèrent une gravure d’interprétation du portrait peint de Marie Guyart. Dans l’œuvre d’Edelinck, la religieuse est portraiturée dans la même posture que celle du diacre. De face, la tête légèrement inclinée, elle tient dans ses mains croisées une petite croix. Dans le frontispice qui nous occupe, la croix est devenue un grand crucifix, sur le modèle de celui de Restout pour sainte Chantal. Au lieu de regarder de face, comme dans le portrait de Pommier ou à terre, comme dans la gravure d’Edelinck, Pâris fixe une nouvelle fois Jésus. De plus, un nimbe a été ajouté à l’arrière plan. L’estampe représentant Pâris étant vendue chez Chéreau, il serait possible qu’un des frères Chéreau ait donné le dessin des deux estampes des portraits de Pâris et de Marie Guyart, reprenant le motif d’un portrait religieux gravé du XVIIe siècle qui se trouvait dans le fonds de la boutique (c’était là une pratique courante chez les graveurs parisiens sous l’Ancien Régime). Mais il est aussi possible que ce soit l’estampe d’Edelinck qui ait servi de modèle, car elle s’avère très proche de notre frontispice (celle de Poilly, plus statique, est foncièrement différente).

38

7- Jacques Chéreau ?, d’après le Portrait de Marie Guyart de l’Incarnation de Jean Edelinck ?, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

39Des trois frontispices utilisés pour les éditions de 1731, c’est certainement le dernier, celui vendu chez Jacques Chéreau (ill. 7), qui insiste le plus sur le caractère de sainteté de Pâris, puisque ce dernier est nimbé (la lettre de l’estampe renferme d’ailleurs le mot : « Fr. de Pâris Diacre, mort en odeur de sainteté »). Mais ce caractère explicite du portrait n’en fait pas finalement le plus sulfureux, ni le plus original.

  • 74  Voir le catalogue d’exposition Visages du Grand Siècle. Le portrait français sous le règne de Loui (...)
  • 75  Voir note 63.

40Dans les autres frontispices, les citations de la Bible, qui assimilent Pâris à Jésus, sont beaucoup plus audacieuses ; de même que celles qui affirment que ses « souffrances » sont destinées à sauver l’Église, corps symbolique du Christ, de l’erreur où elle est tombée. D’un point de vue stylistique, le choix, issu de l’invention de Picart, de situer le diacre debout, à l’extérieur et dans un environnement quotidien citadin est totalement inédit pour un portrait de ce type. Quant à celui imaginé sans doute par Jean Restout, il reprend la mise en page traditionnelle du modèle qu’il avait apprise de Jean Jouvenet : vue de trois quarts sur un fond neutre, expression recueillie, doigts légèrement pincés sur le cœur… Mais la place importante, presque envahissante, accordée au crucifix, l’ajout des instruments de la « Passion » de Pâris, mêlés au symbole de la Passion du Christ (le ciboire couvert d’un linge), qui débordent du cadre et jouent de l’espace perspectif comme d’un trompe l’œil, sont des éléments rares au XVIIIe siècle. En un sens, on pourrait dire que Restout, si tant est qu’il soit l’auteur du portrait, renoue ici avec la grande tradition du portrait nordique du XVIIe siècle. Dans ces derniers, un jeu perspectif avec un parapet, derrière lequel est situé le modèle, mais devant lequel dépasse un tissu ou une main par exemple, permet d’intégrer le spectateur à l’espace du tableau. En outre, l’artiste a manifestement choisi de figer le visage de Pâris pour marquer de manière claire que le dessin en fut fait d’après ses traits mortuaires. Or c’était là une tradition du portrait religieux au XVIIe siècle, parfois reprise et vantée par certains jansénistes74. Ainsi le portrait sacrifiait-il à la tradition sans la suivre aveuglément cependant : la mise en scène d’instruments de macération avec ceux de la consécration rituelle de la messe est un unicum dans le portrait du XVIIe siècle comme du XVIIIe siècle. Or cette version de l’effigie de Pâris eut beaucoup de succès, puisque c’est la seule qui fut régulièrement placée en frontispice des Vies… jusqu’en 1743, et que furent réalisées pas moins de cinq dérivations gravées à partir de l’estampe originelle75.

41

8- Georg Friedrich Schmidt d’après Jean Restout, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1738.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

  • 76  Auguste Guillaume Crayen, Catalogue raisonné de l’œuvre de feu Georges Frédéric Schmidt, graveur d (...)

42Les deux derniers frontispices ont eux aussi un rapport direct avec l’œuvre de Restout. Le catalogue de Crayen76 nous apprend que le premier est un portrait en buste, dessiné par Restout et gravé par Georg Friedrich Schmidt (ill. 8). Graveur allemand, Schmidt séjourna à Paris de 1736 à 1744 et fut en rapport avec des jansénistes, car il grava plusieurs œuvres religieuses de cette obédience. La gravure, utilisée pour l’édition de la biographie de Doyen de 1738, recèle certaines caractéristiques des autres portraits de Restout : pose de trois quarts à mi-corps, vue dans un ovale, parapet servant de piédestal, sur lequel se déploie une citation biblique… (ici une phrase des Actes).

43Dans cette représentation, ce n’est pas l’ascèse du diacre, sa nouvelle « Passion » qui intéresse les artistes : Pâris, impassible, regarde le spectateur et ne tient plus de crucifix. De même, sa prétendue « sainteté » n’est plus suggérée par des moyens iconographiques ou littéraires (il est seulement « Bienheureux »). Mais la citation des Actes met l’accent sur la guérison miraculeuse, considérée comme une matérialisation de la parole du Christ. Ainsi, plus sobre, le portrait présente Pâris comme un nouvel apôtre dont les miracles sont destinés à convertir et à propager la foi (janséniste ?), et non comme un saint déjà constitué. Son regard triste et bienveillant annonce à la fois la résignation devant la souffrance à venir (ses miracles seront niés par l’Église) et le pardon, émanation de la bonté divine. Cette évolution dans la représentation de Pâris montre que l’espoir de sa canonisation future était complètement abandonné en 1738. Elle suggère peut-être aussi que le terrain du combat s’était quelque peu déplacé : il ne s’agissait plus de faire reconnaître les qualités thaumaturges de Pâris, mais les guérisons miraculeuses elles-mêmes, considérées comme des preuves du bien-fondé de la résistance des jansénistes dans le sein de l’Église.

  • 77  Ibidem, G. 44, p. 433.
  • 78  1731, p. XVI.

44Le dernier frontispice (ill. 9), qui orne la réédition de la biographie de Doyen par Labbé de 1743, est issu d’une autre gravure de Schmidt. Il s’agit du Pèlerinage de piété, réalisé vers 1738-1739, d’après un dessin ou une peinture de Restout77. Ce pèlerinage est celui de Pâris et de l’abbé Tournus, qui cheminent de concert sur un sentier boisé. Au loin, dans une vallée, une église s’élève : on comprend qu’il s’agit de celle du monastère de Port-Royal sur les ruines duquel le diacre était allé se recueillir fréquemment selon la préface de la Vie… de Boyer78. Tournus tient son chapeau et une canne ; il regarde le spectateur. Mais Pâris se tourne vers son compagnon et désigne de son index gauche une ligne d’un livre ouvert, qu’il retient de sa main droite. Cette attitude, inversée, fut intégralement reprise par le graveur anonyme qui exécuta notre frontispice. Mais il isola Pâris devant une riche bibliothèque. En 1743, Pâris est donc présenté comme un homme de lettres, et plus précisément comme un théologien. Dans l’estampe de Schmidt, le livre que désigne le diacre pourrait être celui d’un des Messieurs de Port-Royal ou encore l’un de ses propres ouvrages. Dans le frontispice, il semble que le « Bien-Heureux » montre au lecteur la phrase tirée de l’Évangile de Luc, qui constitue la lettre de l’estampe : « Si vous ne faites pénitence, vous Périrez tous sans exception ».

45

9- Anonyme à partir d’une gravure de G. F. Schmidt : Le Pèlerinage de piété, d’après un modèle de J. Restout, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1743.

Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.

  • 79  Cette iconographie pourrait être une illustration de la préface de la Vie… de Boyer, peut-être par (...)

46Le sens prophétique de la citation, le caractère inquisiteur du regard du diacre donnent à l’image un aspect vengeur. Même si le visage du modèle n’est pas des plus réussis, c’est finalement un des frontispices les plus efficaces, car il semble prendre le lecteur à parti (cet aspect faisait déjà du reste le sel du Pèlerinage de piété de Restout). C’est en tout cas le seul exemple de frontispice de ce type que l’on connaisse dans le livre hagiographique français : le portrait statique en buste ou à mi-corps est habituellement seul employé. Le portrait en pied, fondé sur le mouvement, est apparemment inexistant dans ce type d’ouvrages avant 1731. La mise en scène du modèle devant une bibliothèque symbolisant son érudition est parfois usitée pour des portraits de religieux, mais la mise en valeur d’un ouvrage particulier dans les mains du modèle est inédite. Elle reprend la figuration traditionnelle des Évangélistes, notamment de Jean, parfois présenté désignant son livre79. De cette façon, l’artiste semble justifier, et l’ascèse du diacre et les miracles de Saint-Médard, mais d’une façon nouvelle : ils paraissent ainsi enracinés dans une tradition théologique, dont François de Pâris lui-même est le garant puisqu’il la désigne à l’attention du lecteur. C’est donc ici un autre aspect de la personnalité du diacre qui est souligné, aspect qui complète avantageusement l’image que voulaient laisser à la postérité les jansénistes.

47Ces efforts pour assurer au « martyr de la Vérité », au saint potentiel du parti, une autorité indiscutable étaient nécessaires. Dès le début des années 1730, le diacre avait été dénoncé par certains comme un imposteur, voire comme un hérétique. Les écrits narrant sa vie furent mis à l’Index, parfois condamnés à des autodafés publics. Ses reliques, ainsi que les gravures le représentant, subirent le même sort, preuve que ces dernières participaient autant que les textes à l’entreprise de « sanctification » du religieux. Dans plusieurs villes, des « missions » furent organisées pour dénoncer l’imposture du diacre et de ces miracles, dont la violence est un révélateur de l’importance qu’on leur accordait alors. À Cambrai, en avril 1733, il

  • 80  Dominique de Colonia et Pierre-Louis Patouillet, Dictionnaire des livres jansénistes ou qui favori (...)

« fut ordonné que les fragments des prétendues Reliques de François de Pâris, Diacre, trouvées chez un nommé Bosquet avec quatre images en papier et un petit Mémoire contenant l’abrégé de la vie dudit Pâris, seroient lacérés et brûlés en Place publique, par l’Exécuteur de la Haute Justice, ce qui fut exécuté à Mons, sur la place, le 6 mars de la même année »80.

  • 81  Christine Gouzi, L’art…, op. cit., 2007.

48Des scènes identiques eurent lieu dans plusieurs villes de France81. Plus tard, le « culte » rendu au diacre Pâris ne faiblissant pas, ce dernier fut présenté comme un religieux terne et sans aura, utilisé malgré lui par le parti pour promouvoir ses idées : la paternité de ses écrits lui fut contestée et lui-même fut considéré comme un clerc peu instruit. Cette version des faits fut propagée notamment par Colonia et Patouillet à partir de 1752 :

  • 82  Dominique de Colonia et Pierre-Louis Patouillet, Dictionnaire…, op. cit., t. II, p. 116.

« La secte jansénienne, après avoir fait un saint d’un hérétique entêté qui ne faisoit pas ses Pâques, a entrepris aussi de faire d’un Idiot un Auteur et un sçavant. Elle ne s’est donc pas contenté de supposer des miracles au Sieur Pâris, elle lui a encore supposé des livres ; de sorte que cet imbécille, qui ne sçavoit faire que des bas, se trouve tout d’un coup transformé en docte Commentateur de l’Ecriture »82.

49Au XIXe et au XXe siècles, cette vision était toujours actuelle, même sous une forme moins virulente, et explique que le personnage du diacre n’ait pas été considéré pour lui-même.

  • 83  Voir un passage des Réflexions, in éd. Doyen, 1743, p. 175 : « Pourquoi Dieu voulant choisir un Ap (...)
  • 84  Catherine Maire situe le moment de la multiplication des miracles après mars 1728 (à cette date, l (...)

50C’est pourquoi l’étude des archives de la famille Pâris, la lecture minutieuse de ses biographies, comme celle des frontispices qui les accompagnent, sont éclairantes à plus d’un titre. Non seulement elles obligent à revenir sur le jugement que nous portons sur François de Pâris, mais elles permettent aussi de mieux comprendre le rôle qu’il joua de son vivant et après sa mort dans les « affaires du temps ». Peut-être ce rôle doit-il d’ailleurs être compris dans un contexte plus large que celui de la querelle janséniste des années 1730. Car si François de Pâris était potentiellement un saint « janséniste », il aurait surtout été un saint français. Au moment où le Pape avait imposé en 1728 le nom de saint Hildebrand, c’est-à-dire Grégoire VII, « vengeur de la liberté romaine », dans le rituel français, la béatification de personnages religieux nés en France et ayant mené leur action dans leur pays d’origine prenait valeur d’opposition à Rome et à son « ingérence » dans la vie religieuse française. Vincent de Paul fut béatifié en 1729, au moment où Boyer soumettait sa biographie à Monseigneur de Noailles. Sa béatification, très discutée et controversée, parfois comprise comme une victoire de l’Église sur le clan des jansénistes, était en réalité un succès d’une forme de gallicanisme. Après François de Sales, canonisé en 1665, Vincent de Paul était en effet considéré comme le représentant par excellence d’une des branches de la spiritualité française83. Il est vrai cependant que son action religieuse fut d’abord opérante dans le sein de l’Église traditionnelle, et demeura au service de la Royauté (c’est du moins l’image que les rédacteurs de sa vie voulaient véhiculer), mais elle mit aussi en valeur la fille aînée de l’Église. Il n’est donc pas étonnant que les jansénistes aient eu l’espoir eux aussi de faire accepter le diacre Pâris sur la liste des religieux à sanctifier. Promoteur d’une religion ascétique proche de celle de nombreux mystiques français du XVIIe, opposant à une bulle pontificale, la bulle Unigenitus, souvent subie comme une règle d’obéissance sans condition à Rome, François de Pâris pouvait apparaître comme le meilleur représentant d’une spiritualité janséniste, comprise dans son acception gallicane. C’est peut-être d’ailleurs dans ce sens précis que Monseigneur de Noailles considéra possible sa canonisation. Il fut peut-être influencé par les éléments les plus engagés de son entourage, mais paradoxalement, vers 1728, avant que les miracles à répétition ne surviennent à Saint-Médard84, avant que les convulsions et les secours ne deviennent des pratiques courantes, le diacre Pâris a pu sembler le « saint » possible de la réconciliation pendant les troubles religieux, parce qu’il symbolisait un gallicanisme de bon aloi. Il y avait sans doute une certaine part de rêve utopique dans cette vision. De ce rêve il nous reste des biographies et surtout des images : des portraits, souvent postérieurs de quelques années à l’écriture des biographies, qui exaspèrent les phrases les plus engagées des textes. Les ajouts de citations bibliques, le jeu très concerté sur les accessoires qui accompagnent le modèle, la mise en page même de ce dernier servent en effet la cause de ce saint d’un nouveau type, résigné à sa « Passion » (et non à son martyr) et militant acharné de sa cause, tel le Christ. Nous pouvons affirmer aujourd’hui que Restout est pour une grande part responsable de la mise au point de ces portraits. Il fut apparemment au cœur d’un réseau de graveurs et de marchands d’estampes, qui usèrent largement de ses modèles, les interprétant ou les adaptant. Ce réseau, finalement plus facile à borner que ce qu’on pourrait croire, était formé d’artistes qui lui furent liés à différentes périodes de sa vie : Tardieu peut-être, Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly et G. F. Schmidt. Son activité en tant que portraitiste privilégié des « amis de la Vérité », que nous supposions en 2000, peut ainsi être confirmée. Mais il faut aussi noter que sa participation active à l’élaboration des frontispices des Vies… souligne aussi le caractère « gallican » de cette entreprise artistique. Alors que l’atelier de Bernard Picart, et Bernard Picart lui-même, donnaient à cette époque de nombreuses gravures d’illustration pour les Nouvelles Ecclésiastiques, alors que le marché des images de piété jansénistes était alimenté pour une bonne part par des ateliers hollandais, nos frontispices doivent presque exclusivement à l’inspiration de Jean Restout.

  • 85  On nous pardonnera ce mauvais jeu de mot, qui n’est pas vraiment de notre cru : en insistant dans (...)

51Le premier frontispice (ill. 3) est certes issu d’un modèle de Bernard Picart. Mais l’ajout du grand crucifix, identique à celui des portraits dérivés de ceux de Restout, semble indiquer une attribution française. Une fois encore, tous les indices semblent aboutir à des réseaux du jansénisme spécifiquement parisiens mettant tout en œuvre pour glorifier celui qui, par le fait d’un hasard providentiel, s’appelait François (Français) de Pâris (Paris)85.

Haut de page

Notes

1  Il n’est pas de notre propos d’en faire la liste exhaustive, nous renvoyons à la liste de Monique Cottret, Jansénismes et Lumières, 1998, p. 311-332.

2  Voir Jean-Martin Charcot et Paul Richer, Les Démoniaques dans l’art, suivi de La foi qui guérit, Paris, 1887 (rééd. avec une préface de G. Didi-Hubermann et Pierre Fétida, Paris, 1984). Voir aussi du docteur Raoul Baudet, chirurgien à l’hôpital Bichat : « Les névrosés de la Régence », Conferencia, n°11, 15 mai 1926, p. 529-543.

3  Dale K. Van Kley, Les Origines religieuses de la Révolution française, Paris, 2002 (1996), p. 190 et ss.

4  Monique Cottret, Jansénismes…, op. cit., 1998, p. 230-232 et « Piété populaire et clandestinité : le cas des convulsionnaires parisiens », Histoire et clandestinité, Albi, 1979, p. 159-173 ; C.-L. Maire, De la cause de Dieu à la cause de la Nation, Paris, 1998, plus particulièrement le chapitre IX et Les convulsionnaires de Saint-Médard, Paris, 1985.

5  Voir Pierre Boyer, Vie de Mr de Pâris, Diacre, Foppens, 1731, p. 125-126, 179, 201 ; 1732, p. 66. Les articles cependant concernent plus les miracles et les suites de la mort de Pâris puisque le journal débute en 1727 (notons que les premières distributions des Nouvelles Ecclésiastiques sont concomitantes de la mort de Pâris). Pour la vie de Pâris, voir l’abbé de Bonnemare, Table raisonnée des Nouvelles Ecclésiastiques, 1767, II, p. 449 : Pâris y est présenté surtout comme un ermite et un opposant farouche à la bulle Unigenitus, dernier trait qui n’apparaît pas dans ses biographies.

6  Cette édition fut composée à partir de celle de Barthélemy Doyen, parue à Utrecht en 1743. Mais le texte a été remanié et sensiblement augmenté. Elle demeure anonyme.

7  Voir la préface de la Vie… de Boyer (édition datant peut-être de 1741, voir note 13), publiée sous le titre Réflexions dans l’édition de 1743 de Doyen, p. 223.

8  « M. de Pâris, dont on donne enfin la vie écrite depuis trois années, mais qu’on n’a pu publier plus tôt… », Boyer, Vie…, 1731, préface, p. III. Dans l’Histoire des miracles et du culte de M. Paris, s.l., [1732], p. 12-13, on trouve d’autres précisions : « M. le Cardinal de Noailles […] ne craignit point de rendre publiquement témoignage à la sainteté de M. de Paris… La mort de ce cardinal arrêta ces pieux projets… ».

9  Pierre Boyer (1677-1755) était oratorien. Cette version de la vie du diacre Pâris a aussi été attribuée à Charles Charpentier, curé de Saint-Leu à Paris et à Jacques-Joseph Duguet. Elle fut mise à l’Index par décret du 22 août 1731. Voir Jesus Martinez de Bujanda, Index Librorum Prohibitum 1600-1966, Montréal, Genève, 2002, p. 160.

10  Jean-Louis Barbeau de la Bruyère était éditeur, spécialisé dans l’édition scientifique. Mais il publia aussi nombre d’ouvrages sur Port-Royal, comme les trois volumes des Mémoires pour servir à l’histoire de Port-Royal…, Utrecht, 1742.

11  Barthélemy Doyen (1695-1772) était prêtre ; il était lié depuis les années 1710 à de nombreux membres éminents du parti janséniste de Paris, comme le curé de Saint-Germain-l’Auxerrois, La Brue. Il est probable qu’il connut personnellement le diacre Pâris.

12  Catherine Maire suppose que la publication des biographies répondait à celle du Mandement du 15 juillet 1731 de l’archevêque de Paris défendant d’honorer le tombeau de Pâris (Les convulsionnaires…, op. cit., p. 77).

13  La biographie de Barbeau de la Bruyère fut rééditée en 1732, s.l. Celle de Doyen fut rééditée, « en France » en 1732 ; à Utrecht, « chez Corneille Guillaume Le Febvre » en 1732 ; « en France » en 1733 ; « En France » en 1738 (cette édition fut totalement réécrite par l’abbé Goujet selon A. Gazier) et enfin à Utrecht, « Aux depens de la Compagnie » en 1743 sous le titre : Vie du Bienheureux Fr. de Pâris Diacre du diocèse de Paris, avec un recueil de pièces intéressantes. Selon A. Gazier, cette dernière édition, augmentée de Réflexions et d’un Supplément, fut revue par Labbé, curé de Saint-André, (note manuscrite dans l’exemplaire de la Bibliothèque de Port-Royal, Bio 459). Les Réflexions correspondent à la préface d’une des éditions de la Vie… de Boyer. Cette édition est facilement reconnaissable parce qu’une erreur s’est glissée dans la page de titre : la date d’édition est « 1721 ». On considère toujours que « 1721 » a été mis par erreur pour « 1731 ». Mais le fait que le texte de la préface ne se trouve dans aucun autre volume, excepté celui-ci, avant 1743, incite à penser que « 1721 » put être mis pour « 1741 ». On aurait voulu faire croire que cette préface, très virulente contre l’Église, datait de 1731 et qu’elle aurait été reprise en 1743 pour la réédition de Doyen. Alors qu’en réalité elle fut selon toute logique écrite après que l’espoir de la canonisation de Pâris avait été abandonné, c’est-à-dire bien après 1731. De plus, le livre de Boyer était mis à l’Index depuis 1731 et cette « erreur » volontaire permettait de déjouer la censure. Il y aurait donc peut-être une réédition « falsifiée » de la biographie de Boyer, pratique courante de l’édition janséniste.

14  Voir le nobiliaire de Champagne recopié et conservé aux Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878. Pour la branche de la famille du diacre, voir plus particulièrement fol. 2, 42, 43, 45, 46, 47, 48. Rémy de Pâris, Seigneur du Pasquy (fils d’Oudard de Pâris et de Marie Moët) avait épousé en 1653 une de ses cousines éloignées, Perrette de Pâris (fille de Jacques de Pâris, seigneur de Brancourt et de Jeanne Ancelet). De cette union naquirent deux enfants : Nicolas l’aîné et Marie († 12 mai 1710), mariée à Jérôme Le Féron. Nicolas (1659-1714) épousa Charlotte Roland, fille d’un Secrétaire du Roi et en eut trois enfants : Marie (1688-, mariée en 1710 avec Michel-Louis de la Grange, Conseiller au Parlement de Paris), François, notre diacre (1690-1727), et Jérôme-Nicolas (1693-1737). La famille Pâris était aussi liée à celle des Chertemps. Nicolas de Pâris hérite de sa cousine germaine, Jeanne Renée de Pâris, épouse de Philippe Chertemps, seigneur de Machault en 1692 (5 AZ 1878, fol. 2). La succession sera définitivement réglée pour les enfants de Nicolas par Jérôme le Féron le 5 septembre 1716 (A.N., M.C., et. XXIX, 329). Jérôme-Nicolas de Pâris se fera parfois appeler par la suite « Seigneur de Machault ».

15  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878. Sur les Le Féron, voir Jean Lesaulnier et Antony McKenna (dir.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris, 2004, p. 615-617.

16  Ibidem, fol. 45. Jacques de Pâris était le beau-père de Rémy de Pâris. Voir note 14. Il est dit en 1656 Seigneur de Brancourt et du Muyre.

17  Ibidem, fol. 58. L’intégralité des terres de Brancourt et du Muyre revient le 28 novembre 1693 par héritage à Nicolas de Pâris, père du diacre, après le décès d’Elisabeth de Pâris, sœur de Jacques de Pâris (et donc grand-tante de Nicolas de Pâris du côté maternel). Ce n’est pas François de Pâris qui héritera du titre et des terres, mais son frère, Jérôme-Nicolas.

18  Ibidem, fol. 43.

19  Ses enfants sont baptisés à Saint-Pierre-le-Vieil à Reims, ibidem, fol. 46.

20  Lettres patentes du 12 mai 1683 recopiées dans 5 AZ 1878, fol. 54.

21  Voir son testament du 14 octobre 1702, A.N., M.C., Et. XC, 302. Jérôme Le Féron et son fils Nicolas sont ses exécuteurs testamentaires. Dans son Testament…, publié à Liège vers 1732, François de Pâris évoque la piété de certains membres de sa famille. Peut-être voulait-il parler de son grand-père Rémy dont les instructions testamentaires paraissent pour beaucoup inspirées par une religion profonde.

22  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878, fol. 2.

23  Malheureusement (et bizarrement ?), la liasse concernant l’année 1713 de l’étude du notaire Philippe Vatry n’a pas été versée, ainsi que celle de mars 1714 (A.N., M.C., Et. XLVII). L’inventaire après décès de la mère du diacre, Charlotte Roland manque donc (9-11-19 et 22 décembre 1713) ainsi que le testament de son père (testament olographe du 25 décembre 1713, déposé chez Vatry le 13 mars 1714) et son inventaire après décès (20 au 24 mars 1714). L’extrait du testament dans le mémoire concernant la famille Pâris aux Archives départementales est d’autant plus précieux : « J’institue Branscourt mon sd fils mon légre universel, et veux que tout mon bien soit partagé en quatre parts, à savoir 2 parts pour Branscourt, une part pour mon fils aîné, et 1 part pour Mde Delagrange. La part de mon fils aîné, je la substitue à Branscourt, et la part de Mde Delagrange ma fille je la substitue à ses enfants et en cas que lors de ma mort elle n’ait plus d’enfants ou que dans la suite ils viennent à décéder sans être mariés, je la substitue à Branscourt, mon fils puîné que je fais exécuteur de mon testament et le prie instamment de l’exécuter ponctuellement. » (5 AZ 1878, fol. 62 et DC6 212, fol. 25 verso et 26 recto). Voir également le procès-verbal d’apposition des scellés après le décès de Nicolas de Pâris en présence de ses trois enfants et de Jérôme Le Féron (A.N., Y 13200, 13 mars 1714). Un inventaire rapide de sa demeure, rue de Beaune, est dressé à cette occasion : l’argenterie, les bijoux, les tapisseries, le mobilier et les 12 tableaux brièvement évoqués suggèrent que le défunt était fortuné.

24  Voir notamment Boyer, Vie…, 1731, chap. V.

25  Doyen, Vie…, éd. 1732, p. 21.

26  Ibidem, p. 21 et p. 33.

27  Pourtant François de Pâris avait fait de solides études, qui pouvaient le destiner à une carrière brillante : le séminaire de Saint-Magloire était réputé pour la qualité de son enseignement. Outre la théologie, les études comprenaient le latin, le grec mais aussi l’hébreu. Les livres écrits par le diacre par la suite prouvent son grand degré de culture théologique. Notamment l’Explication de l’épître aux Romains et l’Explication de l’épître de S. Paul aux Galates, parus respectivement en 1732 et 1733 qui constituèrent la base de ses cours aux clercs de la paroisse Saint-Côme.

28  Doyen, Vie…, op. cit., p. 23 : « Il choisit pour l’exécution de ce dessein le village de Boissi sous S. Yon près Châtres, et pendant près de trois ans, il y passa six ou sept mois chaque année dans une maison qui lui étoit prêtée par M. Hemard d’Anjoüan ». Boissy-Saint-Yon se trouve près d’Etampes dans l’Essonne.

29  Archives départementales de la Seine, 5 AZ 3, pièce 233, fol. 192-193.

30  De plus, le frère du diacre venait de se marier et ne pouvait (ou ne voulait) peut-être plus loger son frère déshérité dans sa demeure, comme il l’avait fait par le passé Cette interprétation est confirmée par un passage de l’éd. de la Vie… de Doyen de 1738, réécrite par Goujet, p. 49. Jérôme-Nicolas se marie en mars 1719 avec Claude Françoise Boucot, fille de François Boucot « Ecuyer, Conseiller Secrétaire du Roi, Garde des Rôles des officiers de France » ; un contrat est passé devant notaire le 19 du même mois : A.N., M.C., Et. C, 509). La jeune épousée meurt de la petite vérole le 3 octobre de la même année (Archives départementales de la Seine, 5 AZ 1878, fol 2). Jérôme-Nicolas finit par embrasser les vues jansénistes de son frère et de ses amis au Parlement de Paris, où il était Conseiller depuis 1717. Il se remaria avec Charlotte Rogier du Lude, veuve en premières noces de Henry Maillefer, lieutenant criminel au Baillage de Reims et en secondes noces de Jean-Baptiste Lespagnol, Conseiller au Parlement de Metz. Il mourut des privations qu’il s’infligeait, en 1737 (Inventaire après décès du 2 septembre 1737, A.N., M.C., XII, 444 ; archives mises au jour par Nicolas Lyon-Caen, que nous remercions). Jean Restout fit son portrait à cette date (perdu, connu par une gravure de Benoît Audran, voir notre ouvrage, Jean Restout et la peinture d’histoire à Paris, Paris, 2000, p. 80).

31  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11583, fol. 131, 167, 171. Hemard d’Anjouan est en rapport en décembre 1740 avec un commissionnaire de « l’Image Saint-Jacques » (fol. 179), qui était la boutique du graveur Louis Crépy.

32  Ibidem, fol. 171.

33  Testament de feu François de Pâris Diacre…, Liège, s.d. : « Je lègue à Mr Tournu prestre qui m’a tant édifié par ses exemples et par ses instructions la somme de 200# de rente sa vie durant. »

34  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11479, fol. 61-62.

35  Ibidem, tout le carton.

36  Ibidem, fol. 62.

37  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11467, fol. 339. Mabileau est signalé dans le testament de Pâris : voir Testament…, op. cit., clause 3.

38  Abbé de Bonnemare, Tables raisonnées des Nouvelles ecclésiastiques, 1767, I, p. 226.

39  Ibidem, II, p. 832. Il faut ajouter à cette liste le nom du libraire janséniste parisien Babuty.

40  Ibidem, II, p. 1044 et Bibliothèque Arsenal, Ms Bastille 12581, fol. 16.

41  Ibidem, I, p. 329.

42  Doyen, Vie…, op. cit., éd. 1743, p. 29.

43  La Vie de Saint François de Sales évêque et prince de Genève Fondateur de l’ordre de la Visitation Sainte-Marie, publié à Paris.

44  Sur ce sujet, voir Philippe Sellier, Port-Royal et la littérature, I, Paris, 1999. La vie de Monsieur Pascal par Gilberte Périer parut à Amsterdam en 1684. Mais Gilberte Périer mourut à Paris en 1733. Sainte-Beuve fait un intéressant rapprochement entre le diacre et Gilberte, en se fondant, dit-il, sur les « chroniqueurs jansénistes » : « elle [G. Périer] est comme un lien trop réel entre le moment de Pascal et celui du diacre Pâris […] elle trouvait tout simple d’avoir près de son lit le portrait du diacre Pâris (ô honte) en regard de celui de Pascal ». (Port-Royal, Paris, éd. 1867, t. III, p. 198).

45  Vita beati p. Ignati Loiolae, Rome, 1609.

46  Vita Secunda, chapitres 53 à 59, rédigée vers 1248, éd. Damien Vorreux, Paris, 1968, p. 227-231.

47  Philippe Sellier remarque que les auteurs port-royalistes suivent parfaitement le style de la légende au sens étymologique du terme lorsqu’ils rédigent des hagiographies. C’est-à-dire un style débarrassé de « pieux enjolivements et de fantaisies » (éd. Les Pensées de Pascal, Paris, 1991, p. 138). C’est aussi le style préconisé en général par Pierre Nicole. Voir Béatrice Guion, Pierre Nicole moraliste, Paris, 2002.

48  Les biographies devaient permettre un discernement post mortem de la sainteté. Ce sont d’abord les vertus théologales qui étaient privilégiées, puis les cardinales et enfin les préceptes évangéliques. Suivaient les dons surnaturels et éventuellement les miracles. Voir Christian Renoux, « Discerner la sainteté des mystiques », Rives, n°3, 1999.

49  Voir note 13.

50  Doyen, Vie…, op. cit., éd. 1743, p. 175.

51  Ibidem, p. 175.

52  Notamment l’Histoire de la religion représentée dans l’écriture sainte sous divers symboles, Bruxelles, 1727.

53  Doyen, Vie..., éd. 1732, 1743, avertissement.

54  C’est le cas de 90 % des exemplaires que nous avons consultés dans toutes les bibliothèques.

55  Voir le Journal de l’avocat Barbier, éd. Paris, 1857-1866, t. II, p. 167, juillet 1731. Les frontispices sont tous gravés au burin et à l’eau forte. Leurs dimensions sont adaptées à celles des éditions des Vies…, toutes in-12°.

56  La Vie de S. François de Sales évêque et prince de Genève, Nancy, 1769.

57  Sur les suites gravées du diacre Pâris, Christine Gouzi, L’art et le jansénisme au XVIIIe siècle, Paris, Nolin, 2007.

58  Doyen, Vie…, éd. 1732, p. 64.

59  Ibidem, p. 60.

60  Boyer, Vie…, 1731, p. 80.

61  L’avocat Barbier en acheta une à la criée. Elle est insérée dans le manuscrit original de son journal. Voir Journal, éd. Paris, 1857-1866, t. II, p. 167, note 1.

62  B.N.F., Estampes, M 95842 et coll. N 2, D 232188.

63  B.N.F., Estampes, N 2, D 232203. Le dessin qui fixa les traits mortuaires de Pâris fut gravé, et correspond exactement au visage de notre gravure : B.N.F., Estampes, N 2, D 232198. Pour les autres dérivations : N 2, D 232202 et N 2 232190.

64  Christine Gouzi, L’art…, op. cit., p. 152, p. 153, D. 103, D. 104, D. 105, G. 43. La gravure reproduite ici est celle de Croutelle et date du début du XIXe siècle : la gravure de Claire Tournay, qui ne se trouve que dans l’exemplaire de la vie de la sainte conservé à la B.N.F., ne peut être reproduite : la reliure du livre est trop fragile. Dans la lettre des deux estampes, la sainte est nommée « Françoise de Chantal ».

65  Ibidem, p. 56 et p. 57. Le regard de Tournus est cependant halluciné, et non tourmenté. Ce motif a donc gagné en intensité au fil des ans.

66  Ibidem, p. 85 (localisation inconnue) et G. 1.

67  Ces estampes illustrent un exemplaire de la biographie de Soanen conservé à la Bibiothèque de Port-Royal (1741, Bio 448).

68  Bibliothèque Arsenal, Ms B 11500, fol. 63 et 64.

69  B.N.F., Estampes, N 2, D 232194. Plusieurs dérivations sont connues : N 2 232200, D 232196 et Qb 1, M 95864.

70  Histoire des Canadiens-Français, Québec, 1882-1884. La gravure n’est pourtant pas signalée dans l’I.F.F du cabinet des Estampes de la B.N.F. et nous n’en avons trouvé aucun exemplaire dans les divers fonds consultés.

71  Ce tableau, réalisé par Hugues Pommier au Canada, d’après le cadavre de Marie Guyart, est perdu. Il reste une grossière copie au musée des Ursulines de Québec.

72  B.N.F., N 2, 204814. L’estampe, beaucoup plus fruste que celle d’Edelinck, pourrait être attribuée à Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly ou peut-être, à François de Poilly.

73  B.N.F., Estampes, N 2, D 204811.

74  Voir le catalogue d’exposition Visages du Grand Siècle. Le portrait français sous le règne de Louis XIV, 1660-1715, Nantes, musée des beaux-arts et Toulouse, musée des Augustins, 1997.

75  Voir note 63.

76  Auguste Guillaume Crayen, Catalogue raisonné de l’œuvre de feu Georges Frédéric Schmidt, graveur du roi de Prusse, Londres, 1789, n° 10. Sur Schmidt, voir Christine Gouzi, L’art…, op. cit., p. 431 et 433.

77  Ibidem, G. 44, p. 433.

78  1731, p. XVI.

79  Cette iconographie pourrait être une illustration de la préface de la Vie… de Boyer, peut-être parue en 1741 et reprise en 1743 dans l’éd. de Doyen : « Concluons : c’est donc aujourd’huy écouter la voix de l’Eglise, ou ce qui est la même chose, la voix de l’Evangile et de la Tradition apostolique, que d’écouter la voix des Miracles de M. de Paris… » ( p. XXXI).

80  Dominique de Colonia et Pierre-Louis Patouillet, Dictionnaire des livres jansénistes ou qui favorisent le jansénisme, Anvers, 1752, t. IV, p. 204 et ss.

81  Christine Gouzi, L’art…, op. cit., 2007.

82  Dominique de Colonia et Pierre-Louis Patouillet, Dictionnaire…, op. cit., t. II, p. 116.

83  Voir un passage des Réflexions, in éd. Doyen, 1743, p. 175 : « Pourquoi Dieu voulant choisir un Appelant pour cette grande œuvre de sa gloire, l’a-t-il pris en France et non ailleurs, à Paris et non dans quelque autre Église ? » et p. 217 : « Ce fut M. l’abbé d’Asfeld qui le détermina à retourner [à Paris]… Il fallait qu’il mourût à Paris pour être l’édification de plusieurs ».

84  Catherine Maire situe le moment de la multiplication des miracles après mars 1728 (à cette date, le frère du diacre fit placer une pierre tombale dans le cimetière de Saint-Médard : Les convulsionnaires..., op. cit., p. 66 et ss). Notons que le cimetière ne fut surveillé par la police qu’à partir de 1729 et fermé en janvier 1732.

85  On nous pardonnera ce mauvais jeu de mot, qui n’est pas vraiment de notre cru : en insistant dans la lettre de leurs estampes sur la correspondance entre le prénom « François » et celui de sainte Chantal, « Françoise », en ne plaçant jamais l’accent circonflexe sur son nom propre, les graveurs en lettres jansénistes l’avaient déjà suggéré. Du reste, les gravures d’obédience janséniste sont souvent truffées de jeux de mots, anagrammes, ou encore d’initiales cachées. Il y avait là une tradition plaisante, polémique et populaire à la fois, apparentée à celle, littéraire, des libelles, et qui évoquait le style des Mazarinades du siècle précédent.

Haut de page

Table des illustrations

Légende 1- Bernard Picart, Frontispice de la Suite de la Vie du diacre Pâris, v. 1727-1729.
Crédits Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende 2- Bernard Picart, Suite de la Vie du diacre Pâris, Pâris se retire dans son hermitage…, v. 1727-1729.
Crédits Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende 3- Anonyme, d’après Bernard Picart, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731.
Crédits Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 4- Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly ?, d’après un modèle de Jean Restout, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731.
Crédits Cliché B.N.F., droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 5- Louis Croutelle à partir d’une gravure de Claire Tournay gravée en 1768 d’après Jean Restout, Sainte Françoise de Chantal.
Crédits Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 6- Nicolas-Jean-Baptiste de Poilly, Frontispice de la Vie du diacre Pâris, v. 1731 ?
Crédits Cliché C. Gouzi, Bibliothèque de Port-Royal, droits réservés.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Gouzi, « L’image du diacre Pâris : portraits gravés et hagiographie », Chrétiens et sociétés, 12 | 2005, 29-58.

Référence électronique

Christine Gouzi, « L’image du diacre Pâris : portraits gravés et hagiographie », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 18 mai 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2175 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2175

Haut de page

Auteur

Christine Gouzi

RESEA – UMR 5190, LARHRA
Université Jean Moulin – Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org