Navigation – Plan du site
Articles

Bruno Neveu et la romanité

Sources historiographiques et méthode
Sylvio Hermann De Franceschi

Résumés

Le présent article tente de mettre en lumière le singulier intérêt porté par Bruno Neveu (1936-2004) à la notion de romanité dans ses travaux consacrés à l’histoire du magistère pontifical dans l’Église catholique. Alliant la solidité des apports d’une démarche qui ne renie pas l’héritage du positivisme historiographique aux intuitions d’une réflexion empathique dont Jean Orcibal avait souligné la nécessité, Bruno Neveu a créé une méthode originale grâce à laquelle il a pu faire dialoguer histoire et théologie pour élaborer, en faisant fructifier le legs d’Alphonse Dupront, une lecture de la romanité ecclésiale dont la richesse et le caractère novateur sont désormais patents.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur Jean Orcibal, voir Jacques Le Brun, « Jean Orcibal, 1913-1991 », in Jean Orcibal, Études d’his (...)

1À qui fréquentait son œuvre et s’intéressait aux questionnements qui la traversaient, Bruno Neveu (1936-2004) s’imposait d’emblée par la singularité de son univers de références, rares, curieuses, parfois inattendues, souvent surprenantes, toujours éclairantes. Après des études universitaires de lettres classiques à Grenoble, l’auteur de L’erreur et son juge poursuit sa formation scientifique à l’École nationale des chartes, d’où il sort archiviste paléographe en 1963 avec une thèse consacrée à Sébastien Le Nain de Tillemont, et à l’École Pratique des Hautes Études, où il assiste notamment aux conférences de Jean Orcibal (1913-1991)1, un enseignement à l’égard duquel il a toujours hautement revendiqué une dette qu’il considérait comme évidemment inextinguible.

2Sans tenter de pénétrer les insondables arcanes d’une sensibilité religieuse personnelle dont il ne faisait pas mystère mais dont il n’a jamais manifesté publiquement les caractéristiques d’engagement, on peut relever chez Bruno Neveu, et lui-même y insistait avec force, l’importance déterminante qu’a eue pour lui un long séjour romain, d’une dizaine d’années, d’abord comme membre de l’École française de Rome, de 1966 à 1969, ensuite comme chargé de recherches au cnrs, de 1969 à 1973, avant son élection à une direction d’études de la IVe section, celle des Sciences historiques et philologiques, de l’École Pratique des Hautes Études. Reconnu par ses pairs comme un éminent spécialiste de l’histoire des relations diplomatiques dans l’Europe des xviie et xviiie siècles – tel était l’intitulé de sa chaire –, Bruno Neveu a également exploré trois autres champs d’investigations scientifiques : l’histoire doctrinale du jansénisme, l’histoire de l’érudition ecclésiastique, et l’histoire du magistère romain dans le catholicisme moderne.

Entre historicité et empathie : le fait et sa lecture

  • 2  Pour une présentation générale de l’œuvre de Bruno Neveu, voir Jean-Louis Quantin, « De l’histoire (...)
  • 3  Voir Bruno Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In emin (...)
  • 4 Ibid., p. 385.
  • 5  Cité ibid., p. 385.

3La place de la romanité dans la définition de la communauté ecclésiale catholique est assurément l’une des interrogations transversales qui parcourent obsessionnellement l’ensemble de l’œuvre de Bruno Neveu2 – elle hante inlassablement la réflexion d’un historien qui ne lui a pourtant consacré directement aucun travail. Au moment de dresser le bilan premier d’une méditation entamée depuis quelque quinze années, Bruno Neveu évoquait, lors d’une conférence et d’un séminaire tenus à l’École française de Rome les 28 et 29 janvier 1981 et dont la substance a été transmise dans un article célèbre sur le pontificat romain3, les positions méthodologiques et déontologiques sur quoi se fondait sa démarche. Bruno Neveu constatait d’abord l’indéniable présence d’un paradoxe douloureux à la naissance d’une histoire religieuse scientifiquement recevable : « Pour se voir reconnaître par le savoir universitaire la respectabilité d’une discipline académique, l’histoire du christianisme a dû peu à peu s’éloigner de la théologie, mais cette séparation laborieuse ne lui a pas assuré, en fin de compte, une complète crédibilité4. » D’un hasard complaisant, certainement pas le fait que surgît, immédiatement après, une référence à Mgr Duchesne (1843-1922), figure essentielle de la crise moderniste, qui notait au début de son Histoire ancienne de l’Église – ouvrage publié entre 1906 et 1910 et mis à l’Index le 24 janvier 1912 – que « Jésus-Christ, bien qu’il appartienne par sa réalité d’homme à la catégorie des créatures visibles, tient aussi, par le fond de son être, à la divinité »5. Le dilemme, du modernisme indiscutablement, entre une histoire de l’Église prétendûment impartiale et sécularisée et une autre approche de l’évolution temporelle des structures ecclésiales qui fît profit de l’appartenance de son auteur à une communauté de foi, de créance et d’orthodoxie, Bruno Neveu n’a jamais pu l’esquiver, car sa démarche ne pouvait se situer qu’au confluent de deux attitudes, en apparence, mais en apparence seulement, antagonistes.

4Parfois tenu pour compromettant, le legs des grands historiens positivistes ne devait pas être rejeté ; chartiste, Bruno Neveu en était parfaitement conscient, peut-être plus que nul autre, et lucide aussi sur les limites de la méthode proposée par des adversaires qui appartenaient à une avant-garde historiographique sans doute plus véritablement soucieuse de sa promotion scientifique que de précautions heuristiques :

  • 6 Ibid., p. 386.

« La mode est à présent de railler les inconséquences du positivisme, qui croyait laisser parler les textes, mais c’est pour favoriser parfois un impressionnisme paresseux ou partisan, prompt à rejeter l’impartialité en même temps que l’objectivité attaquée par l’approche sémiotique et par les théories de la Rezeptionsgeschichte sur la pluralité des lectures et des sens6. »

5Dès lors que l’on souhaitait aborder l’épineux problème de la romanité, chaque extrême méthodologique était également périlleux. Bruno Neveu rappelait le caractère durablement chaotique d’un long recentrement de l’Église catholique sur Rome :

  • 7 Ibid., p. 386-387.

« Les deux premiers siècles ont vu se modifier et même évoluer diamétralement les rapports entre l’Église des juifs et l’Église des Gentils, l’ellipse de la chrétienté avec ses deux foyers, Jérusalem et Rome, se transformant en cercle où Rome occupe le centre de l’orbis christianus comme de l’orbis romanus. Le ciel d’Orient a vu briller l’étoile de la Nativité, mais c’est à l’Occident de fixer la date de Noël en vertu de l’autorité apostolique fondée sur le double mémorial du Vatican et de la via Ostiense7. »

  • 8 Ibid., p. 387.

6Bruno Neveu insistait aussi sur l’énorme charge politique et ecclésiologique que charriait le débat sur la romanitas de l’Église – s’imposait la rupture du concile de Trente : « La romanité médiévale puis moderne, néo-latine, incarnée par l’Église de la tridentinité, a mieux connu encore ce phénomène centripète, aux dépens des principes conciliaristes et des systèmes épiscopaliens et régaliens8. » Bruno Neveu relevait en outre que la multiplicité des incessantes polémiques qui avaient secoué notamment le xixe siècle pouvait être obstacle à la saine compréhension d’un questionnement dont l’urgence restait pleinement actuelle :

  • 9  Ibid., p. 387.

« Par vagues historiographiques se sont succédées les tentatives pour justifier ou dénoncer ce qui pour les uns est affermissement, pour les autres déviance, à savoir l’affirmation d’une unique souveraineté apostolique, jouissant de la plénitude des fonctions législatrice, disciplinaire et enseignante dans l’Église universelle, accompagnée par surcroît dans l’ordre de la foi et de la doctrine d’un magistère personnel et séparé capable, en certaines circonstances bien précises, de prescrire et de proscrire, de désigner la vérité et l’erreur d’une manière infaillible et irréformable9. »

7Bruno Neveu soulignait enfin le fait que nombre des controverses suscitées par la difficultueuse consécration de la romanité ecclésiale conservaient de douloureux prolongements au cœur du monde contemporain.

  • 10  Voir Hans Urs von Balthasar, Der antirömische Affekt, Fribourg-en-Brisgau, 1974, Le complexe antir (...)
  • 11 Ibid., p. 27.
  • 12 Ibid., p. 13-24.

8Autant que d’idée romaine, il s’agissait sans doute aussi d’antiromanisme catholique. L’une ne va jamais sans l’autre – perspective dans quoi les pages de Bruno Neveu renvoient irrésistiblement à la réflexion menée par Hans Urs von Balthasar dans son livre intitulé Der antirömische Affekt (1974)10. Le célèbre théologien s’y offrait pour but de « montrer qu’il existe, au sein de l’Église catholique, un profond complexe antiromain, que ce complexe a des fondements sociologiques et historiques, mais qu’il s’appuie aussi sur des bases théologiques »11. Indépendamment du sentiment d’hostilité, de mépris ou de rejet que peut provoquer un pape particulier – et Urs von Balthasar devait plus tard revenir sur le sujet dans un article rédigé pour le 60e anniversaire du cardinal Joseph Ratzinger12 –, il existe au sein du catholicisme un courant qui s’insurge contre la nécessité d’une centralité romaine :

  • 13  Ibid., p. 35-36.

« Mais, dit-on, impossible de se fier à Rome, elle reste toujours semblable à elle-même : elle veut dominer, elle abuse des pouvoirs dont elle dispose en exigeant une obéissance légaliste et forcée ; on retombe toujours, avec elle, en deçà de la liberté évangélique, dans la religion légaliste et aliénante de l’Ancienne Alliance13. »

  • 14  Cité ibid., p. 36.

9Urs von Balthasar citait à l’appui de sa démonstration une page saisissante du jeune Newman avant sa conversion au catholicisme – Newman rejetait franchement le principe romain de l’Église catholique : « Le romanisme, avec sa prétention à l’infaillibilité, abaisse le niveau et la qualité de l’obéissance à l’Évangile et blesse son caractère de mystère et de sainteté14. » Pour Newman, Rome encadre trop strictement la vie terrestre de ses fidèles ; trop peu de place est laissée à l’abandon libre et inconscient à Dieu, trop peu, aussi, au libre agir d’une conscience qui a besoin de sa liberté pour se racheter :

  • 15  Cité ibid., p. 36.

« Rome classifie nos devoirs et leur récompense, les choses qu’il faut croire, les actes qu’il faut poser, les manières de plaire à Dieu, ce qui mérite punition et ce qui remet les péchés, tout cela avec tant de précision que chacun peut savoir exactement, pour ainsi dire, à quel point il se trouve de son pèlerinage vers le ciel15. »

  • 16  Cité ibid., p. 37.

10En des termes très durs, presque excessifs, Newman stigmatisait les dérives d’une Église qu’il rejetait encore obstinément ; son texte avait les allures d’un violent réquisitoire : « Dans le système romain, chaque acte a son prix, chaque mètre carré de la terre promise est exactement porté sur la carte, toutes les routes sont indiquées comme s’il existait une science qui apprend à gagner le ciel16. » À suivre Urs von Balthasar, le jeune Newman, bien qu’anglican, formulait en un brillant raccourci l’essentiel des objections qui fondaient la possibilité du complexe antiromain au sein du catholicisme.

11Aux principales composantes de la romanité telles que les conçoit et a voulu sans cesse les dénoncer l’antiromanisme catholique, soit la centralité et le tropisme romains, l’infaillibilité ratione fidei et morum du souverain pontife, ou encore la volonté de mettre un terme à l’anticurialisme inexpiablement récurrent des églises locales, Bruno Neveu a constamment porté la plus grande attention dans son œuvre ; son travail d’historien constitue à plusieurs égards l’anamnèse raffinée du diagnostic porté en 1974 par Urs von Balthasar. Le projet impliquait la mise en application d’une méthode d’interprétation dont les particularités ont été consciemment acceptées, ainsi que l’indique le grand article publié en 1981 :

  • 17  Bruno Neveu, art. cité, p. 387.

« Le fonctionnement interne de la société ecclésiastique, la distinction entre clercs et laïques, les rapports entre le Sacerdoce et l’Empire, l’Église et l’État, tous ces sujets ont fait éclore et proliférer, d’assez répétitive manière souvent, des discussions historiques, juridiques et ecclésiologiques qu’on ne saurait clarifier qu’en référence à des points cardinaux de la théologie, Écriture et Tradition, développement doctrinal et infaillibilité, vérités de foi et vérités de doctrine, conciliarité et excathédralité17. »

12Au moment de franchir le pas et de se lancer dans sa démonstration, Bruno Neveu formulait une interrogation inévitable et profondément significative de ses scrupuleuses hésitations :

  • 18  Ibid., p. 387.

« L’historien a-t-il vocation et compétence pour s’engager dans l’étude critique de ces questions, et enraciner, si l’on ose dire, la végétation dogmatique dans l’humus des faits, comme voulurent s’y essayer, avec une forte dose d’historicisme partisan, les savants germaniques animés par les manifestes d’Ignaz von Döllinger ? Pour cette coexistence entre Histoire et Théologie, il faudra bien des précautions, beaucoup de bonne volonté et de mutuel respect18. »

  • 19  Sur les rapports entre sciences historiques et réflexion théologique, voir l’essai d’Hubert Bost, (...)

13Bruno Neveu reconnaissait sans ambages le caractère antagoniste, ou du moins l’irréductibilité l’une à l’autre des disciplines théologique et historienne19. Il admettait que l’abstraction à quoi s’attachaient les spéculations des docteurs était rétive à l’appréhension historiographique, procédant par induction à partir de justifications autres qu’intellectuelles :

  • 20  Bruno Neveu, art. cité, p. 388.

« Les théologiens n’ont que trop tendance à priver les décisions solennelles prises dans le passé par le magistère de tout contenu objectif, concret, de manière à pouvoir plus aisément manipuler ces réalités doctrinales inconsistantes, transparentes, et à les insérer en toute bonne conscience dans une chaîne dogmatique20. »

14Le théologique tendait naturellement à s’abstraire de l’environnement historique dans lequel il était né et qu’il fallait tenter de reconstituer. Contextualisation qu’il convenait évidemment de différencier par rapport à une démarche polémique soucieuse d’étudier la naissance et le décès des dogmes pour mieux en dénoncer l’absence de pérennité ou encore par rapport à une approche chargée de justifier les conceptions newmaniennes d’une évolution homogène du dogme catholique – ce que Bruno Neveu rappelait en une forte formule, caractéristique de sa vocation historienne :

  • 21 Ibid., p. 388.

« Évitant le Scylla de l’apologétique à gros grains comme le Charybde de l’hypercritique myope, la véritable histoire doit relier les concepts et les systèmes théologiques à l’histoire générale, au donné des faits et des réalités de culture, et non à des principes supérieurs, dogmatiques ou métaphysiques21. »

15La filiation s’affirmait ici explicitement avec l’enseignement dispensé à la Ve section – celle des Sciences religieuses – de l’École Pratique des Hautes Études par Jean Orcibal :

  • 22 Ibid., p. 388.

« Comme l’a récemment rappelé un des éminents spécialistes de ces études sévères, par l’effort de détachement, par l’ascèse des pratiques d’érudition, par la volonté de compréhension sympathique des idées et des personnes, cette recherche historique conserve ou retrouve un caractère religieux et attend dans la lucidité l’illumination d’une connaissance par l’intérieur22. »

  • 23  Voir Jacques Orcibal, « Histoire du catholicisme moderne et contemporain », Problèmes et méthodes (...)
  • 24 Ibid., p. 260.

16Bruno Neveu se référait ici à un article fondamental publié en 1968 par Jean Orcibal et intitulé Histoire du catholicisme moderne et contemporain, soit le libellé de la direction d’études assurée par son auteur23. Jean Orcibal y affirmait la nécessité pour l’historien du religieux de parvenir « à une expérience unitive, Einfühlung ou connaissance par l’intérieur, dont les résultats s’imposeront à des esprits très différents »24. En un temps où triomphaient les travaux des sociologues de la religion et dans un contexte de concurrence accrue avec la VIe section, celle des Sciences sociales, de l’École Pratique des Hautes Études –l’article d’Orcibal paraît en 1968, l’année même où Fernand Braudel obtient du pouvoir gaulliste la création contestée de la Maison des Sciences de l’Homme –, future École des Hautes Études en Sciences Sociales, Jean Orcibal insistait sur l’inaliénable spécificité de son travail :

  • 25 Ibid., p. 255.

« L’histoire du catholicisme est abordée ailleurs des points de vue théologique, philosophique, canonique, politique, social, économique, financier. Si elle veut mériter sa place à la Ve Section et répondre au défi que lui adresse implicitement l’exode de ses anciens adeptes vers la sociologie, elle doit chercher à y être proprement religieuse. C’est à ce centre vital qu’intérieur et extérieur, spiritualité et dogmes, institutions et événements doivent être rapportés25. »

17La métaphore de l’intériorité explicitait indirectement le choix opéré par Jean Orcibal et repris plus tard par Bruno Neveu, celui d’une science historique qui tente de comprendre son objet en lui-même, sans pour autant négliger la matière factuelle qui l’enserre. Au demeurant, Jean Orcibal récusait le bien-fondé d’un éventuel parti pris confessionnel :

  • 26 Ibid., p. 258.

« Il est inutile de rappeler qu’il n’y a, dans nos conférences, place pour aucun dogmatisme : pour nous la vérité historique ne se déduira jamais d’un principe supérieur. Nous n’ignorons pas que le refus de toute prise de position en matière théologique fera juger incomplets et même superficiels nos descriptions et classements. Le mal nous paraîtrait plus grand encore si nous ne pouvions prétendre qu’à l’adhésion des partisans de tel ou tel système26. »

  • 27 Ibid., p. 259.
  • 28 Ibid., p. 260.
  • 29 Ibid., p. 259.
  • 30 Ibid., p. 259.
  • 31  Bruno Neveu, art. cité, p. 391.
  • 32  Ibid., p. 391.

18L’approche sympathique ne signifie pas abandon de l’impartialité – la philologie, entendue au sens disciplinaire le plus généreux, une pratique sans concession de l’histoire des textes, et l’ascèse d’une science chronologique irréprochable doivent assister l’historien consciencieux du catholicisme : « Un groupe ou une doctrine ne sont jamais l’incarnation d’un seul principe, mais le résultat de l’interférence de facteurs très divers et parfois opposés. La chronologie est l’épine dorsale de l’histoire des idées27. » Démarche par quoi le savant se dépouille progressivement de notions préconcues, dans un procès qui se pose comme « l’analogue de la voie purgative des mystiques »28. Face à une personnalité religieuse dont on souhaite élucider les opinions, il convient de retrouver les éléments qui sont tributaires d’un milieu, de modèles, des événements ; ensuite, de mettre en lumière les réactions de l’auteur considéré devant ce qui lui était contemporain : « Œuvres et actes seront présentés dans un ordre strictement chronologique de façon à montrer une évolution là où une vue globale n’apercevrait que des contradictions29. » Leçon de méthode en histoire des idées qui rejette une pratique incarnée par la traditionnelle Ideengeschichte germanique. Jean Orcibal l’affirme avec constance : il faut « rappeler à ceux qui portent aux idées un intérêt quelque peu exclusif la nécessité de les replacer dans l’histoire générale »30. D’Orcibal, Bruno Neveu a retenu à l’évidence les principaux impératifs heuristiques ; juste avant d’entrer dans le vif de son sujet, il explicitait, dans l’article de 1981, les origines historiographiques de son approche, évoquant chaleureusement « l’œuvre vaste et profonde de M. Alphonse Dupront et de notre maître, M. Jean Orcibal, qui nous devancèrent l’un et l’autre à l’École française de Rome et dans des recherches qu’ils ont décisivement orientées »31, travaux dont il entendait se servir comme de modèles pour des analyses « qui s’efforceront de suivre de haut et de près à la fois, de l’extérieur et du dedans s’il se peut, la fortune d’une réalité de culture et de foi »32. La phrase contient en substance une démarche que Bruno Neveu va de nouveau faire sienne dans L’erreur et son juge, la somme qu’il fait paraître en 1993. Le deuxième paragraphe de l’introduction est très clair :

  • 33  Bruno Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Napl (...)

« Pour tenter d’apercevoir ce que Maurice Blondel appelait le dedans des faits, on a eu la témérité de s’attaquer à l’un des sujets qui unissent indissolublement histoire et théologie, données factuelles et valeur dogmatique : la saisie de l’erreur théologique et sa censure par l’autorité ecclésiastique compétente, laquelle impose à tout membre de l’Église une adhésion intérieure à son jugement33. »

  • 34  Voir Wilhem Worringer, Abstraktion und Einfühlung. Ein Beitrag zur Stilpsychologie, Munich, 1907, (...)
  • 35  Bruno Neveu, op. cit., p. 13.

19Il s’agit d’expliquer un problème historique à la fois de l’extérieur et de l’intérieur – la référence à Maurice Blondel (1861-1949), l’infatigable chantre de l’immanentisme au temps de la crise moderniste, n’est pas innocente, non plus que celle faite par Jean Orcibal à la notion d’Einfühlung, illustrée par l’esthéticien allemand Wilhelm Worringer (1881-1965) en 1907 et traditionnellement traduite en français par le terme d’empathie, concept qui évoque l’idée d’un désaisissement de soi à travers la contemplation esthétique et d’un processus d’absorption de l’observateur par son objet34. Rien d’étonnant, donc, à ce que Bruno Neveu revienne, dans son avant-propos, sur la dette qu’il a contractée à l’égard des enseignements de Jean Orcibal, dont il décrit les démarches comme « accomplies en dehors de tout a priori dogmatique mais enveloppées par une sympathie méthodologique qui en se purifiant par l’ascèse érudite permet d’accéder dans l’ordre du savoir à une expérience unitive voisine de celle de l’ordre religieux »35. Le passage est éloquent, qui énonce une fois encore le rôle dévolu à des rapports sympathiques au sein d’une approche qui est d’immanence.

Histoire et théologie : un dialogue nécessaire

  • 36  Voir Raoul Manselli, « La storia della Chiesa : disciplina storica o teologica ? Il problema dei r (...)
  • 37  Edwin Iserloh, « Kirchengeschichte : Eine theologische Wissenschaft », ibid., p. 19 : « L’histoire (...)
  • 38  Voir Victor Conzemius, « Kirchengeschichte als nichttheologische Disziplin », ibid., p. 31-48 : «  (...)
  • 39  Walter Kasper, « Kirchengeschichte als historische Theologie », ibid., p. 183 : « L’histoire de l’ (...)

20Dans la délimitation de son domaine d’investigation et dans sa description de la romanité, l’œuvre de Bruno Neveu affronte de manière directe la question de la délicate composition du théologique et de l’historique. À peine plus de cinq mois après la conférence à l’École française de Rome sur le pontificat romain se tenait dans la capitale italienne, du 24 au 27 juin 1981, un colloque consacré aux méthodes en histoire de l’Église – Grundfragen der kirchengeschichtlichen Methode – et dont les actes ont paru quatre ans plus tard dans le Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte. À Raoul Manselli, qui affrontait la Profangeschichte à la theologische Geschichte36, Erwin Iserloh, éminent spécialiste de la Réforme, s’opposait en avançant que l’histoire de l’Église était une theologische Wissenschaft et que « Kirchengeschichte ist Theologie will sagen, dass ihr Gegenstand, das Materialobjekt, ein theologisches ist »37. L’opposition se retrouvait entre Victor Conzemius, qui prônait une pratique de la « Kirchengeschichte als nichttheologische Disziplin »38, et le théologien catholique, futur cardinal, Walter Kasper, pour qui « Kirchengeschichte, verstanden als historische Theologie, ist Theologie der geschichtlichen Wesensverwirklichung der Kirche innerhalb der sich wandelnden geschichtlichen Epochen und Kulturen »39. En 1993, dans l’introduction de L’erreur et son juge, Bruno Neveu note avec un sentiment de satisfaction non dissimulé que

  • 40  Bruno Neveu, op. cit., p. 31.

« les problèmes que soulève l’articulation de la Théologie et de l’Histoire ont nourri des échanges qui font apparaître, tout comme les prolégomènes aux nouvelles entreprises collectives, l’obligation de respecter l’autonomie mais aussi la complémentarité de disciplines unies par la même exigence de rationalité et d’acribie »40.

  • 41  Sur Hubert Jedin, voir Die Erforschung der Kirchengeschichte. Leben, Werk und Bedeutung von Hubert (...)
  • 42  Voir Hubert Jedin, Geschichte des Konzils von Trient, 4 t. en 5 vol., Fribourg-en-Brisgau, 1949-19 (...)
  • 43  Voir Roger Aubert, Le problème de l’acte de foi. Données traditionnelles et résultats des controve (...)
  • 44  Voir Franco Bolgiani, « Storia, teologia e storiografia ecclesiastica nei due maggiori storici con (...)
  • 45  Bruno Neveu, op. cit., p. 31.
  • 46 Handbuch der Kirchengeschichte, in Hubert Jedin et Konrad Repgen (dir.), Fribourg-Bâle-Vienne, 7 t. (...)
  • 47  Nouvelle histoire de l’Église, Roger Aubert, David Knowles et Ludovicus Jacobus Rogier (dir.), 5 v (...)
  • 48  Voir Giuseppe Alberigo, Lo sviluppo della dottrina sui poteri nella Chiesa universale. Momenti ess (...)
  • 49  Voir Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età (...)
  • 50  Voir Michele Maccarrone, Vicarius Christi. Storia del titolo papale, Rome, 1952.
  • 51  Voir Walter Ullmann, Medieval papalism. The political theories of the medieval canonists, Londres, (...)
  • 52  Voir Ernest H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : A Study in Mediaeval Political Theology, Princ (...)
  • 53  Voir Brian Tierney, Foundations of the Conciliar Theory. The Contribution of the Medieval Canonist (...)
  • 54  Bruno Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In eminenti (...)

21La référence aux deux précurseurs qu’avaient été Hubert Jedin (1900-1980)41, l’auteur d’une monumentale et désormais classique Geschichte des Konzils von Trient42, dont le premier volume paraît en 1949, et Roger Aubert, qui avait publié en 1945 une impressionnante étude consacrée au problème de l’acte de foi dans la théologie catholique43, était évidente – dans une intervention au colloque romain de 1981 sur les méthodes de la Kirchengeschichte, Franco Bolgiani avait d’ailleurs mis en relief le rôle joué par les deux figures de Jedin et de Roger Aubert dans le renouvellement de l’histoire de l’Église44, et à son tour Bruno Neveu leur faisait honneur en 1993 : « L’œuvre d’un Hubert Jedin, celle d’un Roger Aubert, concilient une fidélité scrupuleuse aux exigences sans cesse diversifiées de la science historique et le respect éclairé de l’ordre religieux45. » Les deux savants avaient été initiateurs de projets collectifs, appelés à bouleverser l’historiographie ecclésiastique : Hubert Jedin avait dirigé la publication, entre 1962 et 1979, d’un monumental Handbuch der Kirchengeschichte46 ; quant à Roger Aubert, outre la direction de la Revue d’histoire ecclésiastique à partir de 1952, la prise en charge du Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, et sa collaboration au Handbuch de Jedin, il lançait une Nouvelle histoire de l’Église, parue entre 1963 et 1975 aux éditions du Seuil47. Toujours en 1993, Bruno Neveu déplorait vivement qu’il n’y eût pas davantage de travaux qui entendissent accorder histoire et théologie et qui fussent spécifiquement consacrés à l’époque moderne – il citait quand même, et avec reconnaissance, les études de Giuseppe Alberigo, dont le grand livre sur Lo sviluppo della dottrina sui poteri nella Chiesa universale, paru en 1964, avait fait date48, et celles de Paolo Prodi, auteur d’un ouvrage essentiel sur Il sovrano pontefice (1982)49. Pour le Moyen Âge, en revanche, la provende était plus riche de livres qui adoptaient une démarche comparable à celle dont Bruno Neveu souhaitait user. Étaient notamment mentionnés la grande étude de Michele Maccarrone sur la Storia del titolo papale (1952)50, les travaux de Walter Ullmann, et entre autres son ouvrage classique sur le Medieval papalism (1949)51, le livre fondamental d’Ernst Kantorowicz, The King’s Two Bodies (1957)52, ou encore les apports de Brian Tierney, formulés dans Foundations of the conciliar theory (1955) et plus récemment dans Origins of papal infallibility (1972)53, étude dont Bruno Neveu avait déjà souligné le caractère novateur dans son grand article de 1981 sur le pontificat romain54, relevant l’intérêt de suivre à l’époque moderne, pour mieux comprendre la nature de la papauté posttridentine, la conjonction de la clauis scientiæ et de la clauis potestatis, les deux fondements de la redéfinition de la romanité ecclésiale à partir du donné conciliaire.

22Une approche sympathique, puisque sympathie il y avait, et même il devait y avoir afin d’écarter les présupposés polémiques accumulés par plusieurs siècles d’interprétations incontrôlées, était amenée à recourir aux outils forgés par les théologiens eux-mêmes – en prenant garde à ne pas commettre d’anachronisme. Il n’en demeurait pas moins à l’évidence fructueux d’interroger une situation avec les instruments de ses acteurs. L’introduction de L’erreur et son juge le pose franchement :

  • 55  Id., L’erreur et son juge, op. cit., p. 30.

« Ce serait réduire l’exposé à une description externe que de se priver des éclaircissements historiques et épistémologiques apportés par la vaste littérature théologique et critique du siècle dernier et du présent. Un mécanisme doit être remonté pièce à pièce et remis en état de marche sans introduire de matériaux nouveaux ou se servir de nouveaux instruments – ce qui ne veut pas dire refuser de travailler à la lumière électrique ou de recourir à la radiographie et aux examens de laboratoire55. »

23Revient une fois encore le souci de pénétrer l’intérieur des faits, d’en scruter l’intime nature, de retrouver leur logique interne par une approche compréhensive mais sans indulgence.

  • 56  Sur les conceptions historiographiques duproniennes, consulter L’Europe et son histoire. La vision (...)

24Parfois décrite en termes presque mystiques, la démarche procédait assurément de l’enseignement dispensé par Jean Orcibal ; elle tirait aussi la leçon d’une méditation profonde et ancienne des études d’Alphonse Dupront (1905-1990)56, historien auquel Bruno Neveu vouait une admiration à la fois lucide et explicite. À plusieurs égards, les travaux de l’auteur de L’erreur et son juge semblent le naturel et indispensable accomplissement des hypothèses duproniennes dans l’ordre des études consacrées au magistère romain. Chacune des deux œuvres, différentes par leurs points de vue et par leurs méthodes, et pourtant proches par le projet qui les anime, a entrepris de penser, selon la plus haute exigence de ses ressources épistémologiques, la romanité ecclésiale sur quoi désirait se fonder le catholicisme. Au moment d’énoncer, dans son grand livre de 1993, une définition du tridentinisme, soit un système théologique et juridique qui

  • 57  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 35.

« a pour principe politique et canonique la centralisation des organes du gouvernement de l’Église universelle entre les mains du souverain pontife, chargé des réformes décidées par le concile de Trente, et pour maxime spirituelle le contrôle scrupuleux de la foi et des mœurs »57,

  • 58  Voir id., « Culture religieuse et aspirations réformistes à la cour d’Innocent XI », Accademie e c (...)
  • 59 Ibid., p. 269, n. 6. Bruno Neveu se réfère explicitement à Aphonse Dupront, « Du concile de Trente  (...)

25Bruno Neveu se réfère nommément à Alphonse Dupront. Dans un article paru en 1979 et consacré au mouvement des idées à la cour du pape Innocent XI58, il notait déjà le profit qu’il avait pu faire des analyses consacrées par Alphonse Dupront au concile de Trente, évoquant une « synthèse magistrale » où ont été « marqués avec exemplaire lucidité les points décisifs »59. Dans son étude fondamentale sur la conjonction des fonctions de juge suprême et de docteur infaillible dans la personne du pontife romain, Bruno Neveu signalait l’influence que les interprétations duproniennes avaient eue sur sa propre réflexion, retenant, entre autres marques significatives du dialogue entamé, l’accord sur la nécessité de promouvoir une historiographie tridentine davantage soucieuse d’éclairer le donné conciliaire par une attention portée aux acquis posttridentins.

26Plus qu’une simple convergence de convictions scientifiques et historiographiques, il y a aussi, entre Bruno Neveu et Alphonse Dupront, une remarquable affinité méthodologique. Évidente, la nécessité, pour eux deux, de ressaisir l’objet historique de l’intérieur. Dans un cours de 1957 sur Europe et Chrétienté dans la seconde moitié du xviie siècle, Alphonse Dupront notait :

  • 60  Alphonse Dupront, Europe et Chrétienté dans la seconde moitié du xviie siècle. 1ère partie, Paris, (...)

« La connaissance historique monte d’une analyse des parties à une connaissance de l’ensemble. Mais cela d’autant plus sûrement que nous nous imposerons la vigilance de faire foisonner les parties et surtout de chercher, en une manière d’ascèse spirituelle impérieuse, non pas le discours, l’image mécanique et morte, le lieu commun de dissimulation, de hâte ou de paresse, mais le sentiment du vécu, la chaleur d’une expérience humaine vivante, l’homme même en son témoignage60. »

  • 61  Id., Les conciles de l’Église moderne et contemporaine, Paris, 1963, p. 5.
  • 62 Ibid., p. 5.
  • 63 Ibid., p. 6.
  • 64  Bruno Neveu, « Alphonse Dupront et l’élection romaine », Cahiers Alphonse Dupront, 4, 1995, p. 2-7

27Le terme ascèse se retrouve sous les plumes de Jean Orcibal et de Bruno Neveu – toujours l’idée d’une inévitable purgation qui puisse permettre à l’historien d’atteindre à l’intime du sujet qu’il étudie. Plus discrète, parce que sous-jacente chez Bruno Neveu, mais essentielle, la conception commune d’une histoire qui est histoire des formes, selon un concept qu’Alphonse Dupront – mais il faut encore le vérifier – a vraisemblablement emprunté à la fois à Émile Durkheim, à Benedetto Croce et à Henri Focillon, dont l’ouvrage classique sur La vie des formes a paru en 1943. Dans un cours de 1963 sur Les conciles de l’Église moderne et contemporaine, Alphonse Dupront a brièvement exposé ce qu’il entendait par forme : « Dans le vocabulaire sociologique, comme dans les perspectives de la Formengeschichte allemande, la forme, c’est essentiellement la définition institutionnelle plus ou moins structurée d’une création sociale qui dure61. » Église et concile, donc, deux formes, qui ont coexisté et dont les aléas de coexistence sont significatifs du retentissement de l’évolution de l’une sur la vie de l’autre. Perspective dans quoi Alphonse Dupront a pu soutenir que Trente avait été « le dernier concile ». Forme est « charge de dynamique humaine »62 ; la forme, enfin, « c’est, dans sa première fraîcheur, la venue à définition, la prise de forme, donc une manifestation de conscience d’un besoin latent »63. À plus d’un titre, L’erreur et son juge peut se lire, selon une optique dupronienne, comme l’étude des corrélations entre trois formes, le souverain pontificat, l’instance censoriale et l’Église, rapports qui forment et déforment la romanité. Ici, sans doute, le plus sûr indice d’une proximité intellectuelle à quoi Bruno Neveu a payé éclatant tribut à diverses reprises. En 1995, revenant sur les premiers travaux qu’Alphonse Dupront avait consacrés à saint Philippe Neri et à son entourage64, Bruno Neveu notait que

  • 65  Ibid., p. 4.

« ces pages de jeunesse témoignent non seulement d’une étonnante précocité dans l’analyse des expressions de la pensée et du sentiment religieux, d’une ouverture d’esprit reposant sur la plus large capacité d’empathie, de compréhension révérente, mais elles contiennent in nuce l’essentiel des réflexions que l’historien devait plus tard consacrer à la romanité moderne, ses institutions, ses sacralités, sa vocation de culture et d’Église »65.

28Pour Bruno Neveu, Alphonse Dupront est surtout historien de la romanitas catholique ; avec lui, sans nul doute, le meilleur exemple d’un savant qui développe une approche empathique, soit de respectueuse compréhension.

Romanité et modernité : l’importance du legs dupronien

  • 66  Voir Alphonse Dupront, « Rome, Ville Éternelle », ibid., p. 8-11, et id., « Romanité », ibid., p. (...)
  • 67 Ibid., p. 8.

29L’idée de romanité, et en particulier de romanité pontificale, ses implications, son incontestable vertu ecclésiale, ont hanté l’œuvre d’Alphonse Dupront, récurrence dont témoignent divers textes restés longtemps inédits66. Pour Alphonse Dupront, revenir aux sources romaines de la modernité était un besoin vital d’anamnèse collective : « Il n’y a peut-être pas, dans notre expérience psychologique d’Européens de la seconde moitié du xxe siècle, de présence qu’il faille plus rendre consciente, aux profondeurs de notre rêve, ou de notre refus, que celle de la Rome papale67. » La romanitas du catholicisme posttridentin s’exprimait par la construction d’une capitale de Chrétienté conçue comme Weltbühne, soit emblème sacral de triomphante centralité :

  • 68 Ibid., p. 9-10.

« La Rome papale du xviie siècle est celle de la Contre-Réforme triomphante. Si la rupture de la robe sans couture est consommée, la Chrétienté mouvante, les pays de la Réforme, pays du Nord surtout, définitivement séparés, Rome s’épanouit dans la victoire acquise. Que l’on compare les façades des églises romaines de la Contre-Réforme, en la seconde moitié du xvie siècle, même celle du Gesù dans sa monumentalité doctrinale, avec celles du baroque accompli, la libération est évidente, la détente acquise, la gloire aussi, jusque dans l’intérieur des mêmes lignes68. »

30Triomphe qui est ainsi naturellement marqué du sceau de la maiestas – majestueux, le souverain pontificat veut l’être, à travers une liturgie renouvelée et un décor éclatant qui sont dramaturgies de puissance et d’accomplissement d’une unité enfin ressaisie :

  • 69 Ibid., p. 10.

« Une papauté qui bâtit et consacre Saint-Pierre, chef-église de la catholicité moderne, qui dresse devant les grandes basiliques romaines l’obélisque surmonté de la croix, qui accepte et qui paie cette possession souveraine de l’espace de majesté qu’est la Colonnade du Bernin, devant Saint-Pierre de Rome, est une puissance sûre de son triomphe69. »

31Pour devenir critère d’appartenance ecclésiale, la romanité devait être ancrée dans une réalité spatiale, mais aussi de foi – ancrage qui est œuvre de modernité confessionnelle, mais aussi politique et ecclésiologique. L’architecture romaine d’après Trente, le baroque, signifie, en son génie autochtone, la liberté reconquise après l’angoisse du schisme, la continuité historique rétablie malgré la rupture de la Réforme :

  • 70 Ibid., p. 10.

« La plus totale des créations issues de la Renaissance, cette grande fiction de l’indépendance moderne, c’est la Rome moderne dans la réalité mythique de la Ville Éternelle. Ville sainte, Rome, dans l’expérience religieuse de l’Occident moderne ? À peine, comme un souvenir d’autres plénitudes. Mais Ville Éternelle, c’est-à-dire lieu unique, où il y a tant d’histoire, un passé si constamment mêlé au présent que Rome impose comme de soi la certitude physique de l’éternel70. »

32La saturation cultuelle de Rome, la densité de sa sacralité, répondaient aux nouveaux besoins de la récente catholicité, chargée d’assumer les missions d’unité de l’ancienne Chrétienté médiévale, disparue dans la tourmente de la confessionalisation protestante :

  • 71 Ibid., p. 13.

« Rome garde l’élection de la continuité. Donnée qu’aucune critique ne peut atteindre. Qu’elle procède ou non de Pierre mort, cette tradition d’investiture a trouvé sa consécration dans la durée : nous sommes à la limite de la toute-puissance humaine, donc dans un ordre d’éternel. Aucune imposture possible : toute incrimination en ce sens est fausse. La gloire romaine est une vérité, celle d’avoir gardé. C’est la seule continuité vraie de notre monde occidental71. »

33Chez Alphonse Dupront, Bruno Neveu a pu trouver, voire retrouver, nombre de ses convictions historiographiques ; la méthode, d’évidente sympathie, permettait d’accéder à une reconstitution fidèle de la romanité.

  • 72  Bruno Neveu, art. cité, p. 5.
  • 73 Ibid., p. 5.

34Les interprétations duproniennes relatives au donné romain sont constamment restées à l’esprit de l’auteur de L’erreur et son juge. En 1995, Bruno Neveu rappelait que la question du souverain pontificat était centrale dans la réflexion menée par Alphonse Dupront : « Ce mystère de la Rome catholique, la pensée agile et subtile d’Alphonse Dupront a toujours eu l’ambition de le cerner, d’en tenter l’analyse spectrale. Radiographie conduite par un désir aigu de comprendre, qui prend pour objet les composantes si variées de la papauté72. » Car il s’agissait bien pour Alphonse Dupront, à en croire Bruno Neveu, d’entamer « l’exploration de tous et de chacun des aspects de la romanité »73. Rapprochant explicitement les conclusions duproniennes des travaux d’Yves Congar, Bruno Neveu y voyait confirmation de ses propres préoccupations, à l’origine de la rédaction de L’erreur et son juge. Il louait

  • 74 Ibid., p. 6.

« la justesse et la profondeur des intuitions d’Alphonse Dupront, lorsqu’il évoque en des raccourcis saisissants les nécessités internes qui ont conduit l’Église catholique à constituer plus visiblement le pontificat romain en autorité de savoir, épistémique, et en autorité de pouvoir, déontique, comme arbitre du combat doctrinal, chargé de détecter et de condamner l’erreur comme de définir le dogme orthodoxe et de désigner la doctrine commune »74

  • 75  Sur Yves Congar, voir Cardinal Yves Congar (1904-1995). Actes du colloque de Rome, 3-4 juin 1996, (...)
  • 76  Voir Yves Congar, Église et papauté. Regards historiques, Paris, 1994.
  • 77  Voir Bruno Neveu, « L’érudition ecclésiastique du XVIIe siècle et la nostalgie de l’Antiquité chré (...)
  • 78  Voir Yves Congar, La Tradition et les traditions. I. Essai historique (Le Signe), Paris, 1960, et (...)

35Il s’agit là du résumé fidèle de la problématique abordée dans la grande somme de 1993. La référence à Yves Congar (1904-1995) était très significative75 ; de lui, Bruno Neveu citait notamment le recueil d’articles intitulé Église et papauté76. En 1981, dans une étude consacrée à la nostalgie de l’Antiquité chrétienne dans l’érudition ecclésiastique du xviie siècle77, Bruno Neveu mentionnait avec respect les travaux du P. Congar sur la Tradition78 – une fois de plus revenait la question de la romanitas :

  • 79  Bruno Neveu, art. cité, p. 341.

« On passe insensiblement, aux temps modernes, de la Tradition entendue comme transmission de la doctrine à la Tradition comme contenu de cette transmission, comme enseignement du magistère. Le magistère est formé par les Pères, les conciles et les papes. Ces derniers, dans la vision propre à la romanité, qui a triomphé partiellement avec l’application romaine des décrets du concile de Trente, concentrent sur la chaire pontificale du successeur de saint Pierre la plénitude de l’enseignement oraculaire des vérités non écrites présentes depuis le début dans le cœur de l’Église79. »

  • 80  Voir Yves Congar, « Romanité et catholicité. Histoire de la conjonction changeante de deux dimensi (...)
  • 81  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 16.

36Chez Yves Congar, comme chez Alphonse Dupront, Bruno Neveu a trouvé une attention extrême à ce qui était vecteur de romanitas en même temps qu’il admirait la sûre capacité à manier concomitamment histoire et théologie. Dans L’erreur et son juge, référence laudative est significativement faite à « une étude historique et théologique sur Romanité et catholicité80, thème que la double et profonde compétence du R. P. Congar était seule en mesure d’embrasser »81. Encore une fois, la science du théologien devait assister celle de l’historien – Bruno Neveu déplorait d’ailleurs la réticence des uns et des autres à s’associer, reconnaissant pourtant

  • 82  Ibid., p. 16-17.

« la vitalité d’un ordre de recherches souvent tenu pour marginal en raison de sa transdisciplinarité et de la répugnance générale des institutions universitaires à encourager des travaux qui ne relèvent pas d’une spécialité homogène et ne reprennent pas les thèmes en vogue »82.

  • 83  Id., « Alphonse Dupront et l’élection romaine », art. cité, p. 6.

37Dans son article de 1995, Bruno Neveu repassait, en un retour historiographique très éclairant, d’Yves Congar à Alphonse Dupront83, achevant son hommage par la mise en relief d’un motif omniprésent dans les écrits duproniens :

  • 84  Ibid., p. 7.

« Ce que la primauté confiée à la cathedra Petri pourrait avoir d’intransigeante rigueur, dans sa latinité juridique, tire de l’Église de Rome, de son enracinement multiséculaire, mesure et sérénité. Alphonse Dupront, sensible depuis son séjour farnésien à la grâce de l’élection romaine, a su capter d’une oreille très juste la note de romanité qui résonne depuis les origines dans le concert de la catholicité84. »

  • 85  Voir Bruno Neveu, « Naissance de la modernité : l’Europe, les Églises », L’Europe et son histoire. (...)
  • 86  Ibid., p. 80.
  • 87  Voir Alphonse Dupront, « De l’Église aux Temps modernes », Revue d’Histoire ecclésiastique, 66, 19 (...)
  • 88 Ibid., p. 305.

38Dans une contribution au colloque de 1996 consacré à Alphonse Dupront85, Bruno Neveu relevait une fois de plus chez l’auteur du Mythe de croisade une démarche attentative aux formes : « Le christianisme offrait avec son long Moyen Âge matière singulièrement riche à l’auscultation des besoins, des états de conscience, des formes institutionnelles propres à une société de religion, capable de sécréter des expressions aussi originales que la croisade, la papauté transnationale, les universités, les ordres mendiants, la spiritualité christique et mariale86. » Plus loin, Bruno Neveu notait que « les métamorphoses des formes » avaient été objet de prédilection pour Alphonse Dupront, et nulles plus que celles de la romanité. Dans un article de 1971 intitulé provocatoirement De l’Église aux Temps modernes87, Alphonse Dupront soutenait que « l’absolutisme romain donne l’équilibre d’un centre et ce centre grandit à travers les Temps modernes comme une figure complète de l’unité »88. Des interprétations duproniennes, Bruno Neveu a probablement tiré une partie de sa conception de la romanitas, pour laquelle il ne voit qu’une uia historica de démonstration – ainsi qu’il l’écrit en commentant de près la conclusion d’Alphonse Dupront :

  • 89  Bruno Neveu, art. cité, p. 92.

« N’est-ce pas ici la définition de la note de romanité que nombre de théologiens proposent pour l’Église, au même titre que l’unité, la sainteté, la catholicité, l’apostolicité ? L’ecclésiologie devra un jour interroger sur ce point l’expérience de l’historien89. »

39La dette était ici clairement avouée, mais il restait à l’expliciter davantage que Bruno Neveu n’a souhaité le faire dans ses publications, dans la mesure où, pour lui, l’évidence n’avait pas à être expliquée.

  • 90  L’Europe et son histoire. La vision d’Alphonse Dupront, op. cit., p. XVIII et p. 106.
  • 91  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 19.

40Constamment sous-tendue par une volonté fondamentale de parvenir à une saisie historique du phénomène de la romanitas, l’œuvre de Bruno Neveu participe, dans son champ, d’un moment historiographique particulier, celui où commence à travailler pleinement l’effet des grandes études joignant histoire et théologie qui ont été publiées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Nébuleuse d’ouvrages dont la parenté de moyens est indéniable, mais dont les motivations heuristiques sont encore à retrouver – peut-être dans une perplexité face aux pouvoirs de nature charismatique, sans doute aussi dans une fascination pour un instant crucial dans l’histoire de la papauté, soit les pontificats de Pie XII et de Jean XXIII. Si nourri qu’il fût de travaux aussi divers que ceux de Michele Maccarrone, de Giuseppe Alberigo, de Brian Tierney, d’Yves Congar, ou encore de Walter Ullmann, Bruno Neveu n’en était pas moins étroitement, voire filialement, lié à une tradition historiographique française, incarnée par les deux figures de Jean Orcibal et d’Alphonse Dupront, si différentes mais si proches par l’accent que chacun des deux savants a voulu mettre sur la dimension nécessairement sympathique du rapport de l’historien avec son objet. Lors du colloque de 1996, le terme d’empathie surgit spontanément, mais irrésistiblement, sous les plumes de Pierre Chaunu et d’Yves-Marie Bercé pour caractériser l’art d’historien de Dupront90 – le mot est sans doute exagéré si on le rapporte à Bruno Neveu, mais il reste chez lui d’indiscutables échos de la posture historiographique dupronienne, notamment « le désir de comprendre de l’intérieur »91. Au demeurant, chacun des trois auteurs, Orcibal, Dupront, Neveu, a reconnu à quel point le séjour italien en tant que membre de l’École française de Rome avait été primordial pour leur compréhension de la romanité. Bruno Neveu en avait souligné la déterminante importance pour Dupront dans son article de 1995 ; en 1993, lui-même avait affirmé dans l’avant-propos de L’erreur et son juge :

  • 92  Ibid., p. 13-14.

« On ne croit pas inutile la connaissance personnelle de la romanité pontificale acquise par un séjour de près de dix ans dans la Ville immortelle : peut-être cette expérience romaine aura-t-elle permis de rectifier la vision déformée qui reste celle de beaucoup d’auteurs contemporains. Se placer au cœur de l’Église universelle est sans doute la meilleure position pour suivre le déroulement des débats doctrinaux que le siège apostolique a dû trancher92. »

41Romain de dilection, Bruno Neveu l’a été plus qu’aucun autre historien français – sympathie de culture et de foi par où s’est élaborée une des lectures historiographiques les plus exigeantes de la romanité ecclésiale.

Haut de page

Notes

1  Sur Jean Orcibal, voir Jacques Le Brun, « Jean Orcibal, 1913-1991 », in Jean Orcibal, Études d’histoire et de littérature religieuses, XVIe-XVIIIe siècles, éd. Jacques Le Brun et Jean Lesaulnier, Paris, 1997, p. 7-21.

2  Pour une présentation générale de l’œuvre de Bruno Neveu, voir Jean-Louis Quantin, « De l’histoire de l’érudition ecclésiastique à l’histoire de l’orthodoxie religieuse : Bruno Neveu et le catholicisme », Papes, princes et savants dans l’Europe moderne. Mélanges à la mémoire de Bruno Neveu, éd. Jean-Louis Quantin et Jean-Claude Waquet, Genève, 2007, p. 1-21. Sur la notion de romanité, voir Yves Congar, « Romanité et catholicité. Histoire de la conjonction changeante de deux dimensions de l’Église », Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, lxxi/1, 1987, p. 161-190. Consulter aussi Sylvio De Franceschi, « Approches de la romanité ecclésiale du concile de Trente au Syllabus. L’idée romaine dans la définition de l’Église : parcours d’une interrogation critique », in Hilaire Multon et Christian Sorrel, (éd.), L’idée de Rome : pouvoirs, représentations, conflits. Actes de la XIIe Université d’été d’histoire religieuse, Rome, 10-15 juillet 2003, Chambéry, 2006, p. 47-65.

3  Voir Bruno Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In eminenti (1643) à la Bulle Auctorem fidei (1794) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, XCIII/1, 1981, p. 215-275, repris dans id., Érudition et religion aux xviie et xviiie siècles, préf. Marc Fumaroli, Paris, 1994, p. 385-450.

4 Ibid., p. 385.

5  Cité ibid., p. 385.

6 Ibid., p. 386.

7 Ibid., p. 386-387.

8 Ibid., p. 387.

9  Ibid., p. 387.

10  Voir Hans Urs von Balthasar, Der antirömische Affekt, Fribourg-en-Brisgau, 1974, Le complexe antiromain, trad. française, Paris, 1998.

11 Ibid., p. 27.

12 Ibid., p. 13-24.

13  Ibid., p. 35-36.

14  Cité ibid., p. 36.

15  Cité ibid., p. 36.

16  Cité ibid., p. 37.

17  Bruno Neveu, art. cité, p. 387.

18  Ibid., p. 387.

19  Sur les rapports entre sciences historiques et réflexion théologique, voir l’essai d’Hubert Bost, Théologie et histoire. Au croisement des discours, Paris-Genève, 1999.

20  Bruno Neveu, art. cité, p. 388.

21 Ibid., p. 388.

22 Ibid., p. 388.

23  Voir Jacques Orcibal, « Histoire du catholicisme moderne et contemporain », Problèmes et méthodes d’histoire des religions. Mélanges publiés par la Section des Sciences religieuses à l’occasion du centenaire de l’École Pratique des Hautes Études, Paris, 1968, p. 251-260, repris dans id., Études d’histoire et de littérature religieuses, op. cit., p. 23-32.

24 Ibid., p. 260.

25 Ibid., p. 255.

26 Ibid., p. 258.

27 Ibid., p. 259.

28 Ibid., p. 260.

29 Ibid., p. 259.

30 Ibid., p. 259.

31  Bruno Neveu, art. cité, p. 391.

32  Ibid., p. 391.

33  Bruno Neveu, L’erreur et son juge. Remarques sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, 1993, p. 19.

34  Voir Wilhem Worringer, Abstraktion und Einfühlung. Ein Beitrag zur Stilpsychologie, Munich, 1907, Abstraction et Einfühlung. Contribution à la psychologie du style, trad. française E. Martineau, préf. D. Vallier, Paris, 1978.

35  Bruno Neveu, op. cit., p. 13.

36  Voir Raoul Manselli, « La storia della Chiesa : disciplina storica o teologica ? Il problema dei rapporti tra la gerarchia e i fedeli », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 80, 1985, p. 96-119.

37  Edwin Iserloh, « Kirchengeschichte : Eine theologische Wissenschaft », ibid., p. 19 : « L’histoire de l’Église est théologie veut dire que sa substance, son objet matériel, sont théologiques. »

38  Voir Victor Conzemius, « Kirchengeschichte als nichttheologische Disziplin », ibid., p. 31-48 : « … l’histoire de l’Église comme une discipline non théologique. »

39  Walter Kasper, « Kirchengeschichte als historische Theologie », ibid., p. 183 : « L’histoire de l’Église, comprise comme théologie historique, est théologie de la réalisation historique de l’Église au sein d’époques et de cultures qui se transforment. »

40  Bruno Neveu, op. cit., p. 31.

41  Sur Hubert Jedin, voir Die Erforschung der Kirchengeschichte. Leben, Werk und Bedeutung von Hubert Jedin (1900-1980), éd. H. Smolinsky, Munster, 2001, en particulier Giuseppe Alberigo, « Hubert Jedin als Geschichtsschreiber, 1900-1980 », p. 1943. Consulter aussi K. Ganzer, « Hubert Jedin e il concilio di Trento », Cristianesimo nella storia, XXII/2, 2001, p. 339-354, et Giuseppe Alberigo, « Hubert Jedin storiografo, 1900-1980 », ibid., p. 315-338.

42  Voir Hubert Jedin, Geschichte des Konzils von Trient, 4 t. en 5 vol., Fribourg-en-Brisgau, 1949-1975.

43  Voir Roger Aubert, Le problème de l’acte de foi. Données traditionnelles et résultats des controverses récentes, Louvain, 1945.

44  Voir Franco Bolgiani, « Storia, teologia e storiografia ecclesiastica nei due maggiori storici contemporanei della Chiesa : Hubert Jedin e Roger Aubert », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 80, 1985, p. 70-91.

45  Bruno Neveu, op. cit., p. 31.

46 Handbuch der Kirchengeschichte, in Hubert Jedin et Konrad Repgen (dir.), Fribourg-Bâle-Vienne, 7 t. en 10 vol., 1962-1979.

47  Nouvelle histoire de l’Église, Roger Aubert, David Knowles et Ludovicus Jacobus Rogier (dir.), 5 vol., Paris, 1963-1975.

48  Voir Giuseppe Alberigo, Lo sviluppo della dottrina sui poteri nella Chiesa universale. Momenti essenziali tra il XVI e il XIX secolo, Rome, 1964.

49  Voir Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Bologne, 1982.

50  Voir Michele Maccarrone, Vicarius Christi. Storia del titolo papale, Rome, 1952.

51  Voir Walter Ullmann, Medieval papalism. The political theories of the medieval canonists, Londres, 1949. Sur Ullmann, voir Francis Oakley, « Celestial Hierarchies revisited : Ullmann’s vision of Medieval Politics », Past and Present, 60, 1973, p. 3-48, repris dans id., Politics and Eternity. Studies in the History of Medieval and Early-Modern Political Thought, Leyde-Boston-Cologne, 1999, p. 25-72.

52  Voir Ernest H. Kantorowicz, The King’s Two Bodies : A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, 1957, Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, trad. française, Paris, 1989.

53  Voir Brian Tierney, Foundations of the Conciliar Theory. The Contribution of the Medieval Canonists from Gratian to the Great Schism, Cambridge, 1955, et id., Origins of Papal Infallibility 1150-1350. À Study of the Concepts of Infallibility, Sovereignty and Tradition in the Middle Ages, Leyde, 1972. Sur Tierney, voir Francis Oakley, « Verius est licet difficilius : Tierney’s Foundations of the Conciliar Theory after forty years », Nicholas of Cusa on Christ and the Church, éd. G. Christianson et T. M. Izbicki, Leyde, 1996, p. 15-34, repris dans id., Politics and Eternity, op. cit., p. 73-95.

54  Bruno Neveu, « Juge suprême et docteur infaillible : le pontificat romain de la Bulle In eminenti (1643) à la Bulle Auctorem fidei (1794) », art. cité, p. 447, n. 21.

55  Id., L’erreur et son juge, op. cit., p. 30.

56  Sur les conceptions historiographiques duproniennes, consulter L’Europe et son histoire. La vision d’Alphonse Dupront, Journées d’études organisées par la Société des Amis d’Alphonse Dupront avec le concours du Centre Robert Schuman de l’Institut universitaire européen (Florence, 26-28 septembre 1996), François Crouzet et François Furet (dir.), préf. Piere Chaunu, Paris, 1998. Voir aussi « Présence d’Alphonse Dupront », Le débat, 99, 1998, p. 33-92, notamment Dominique Julia, « L’historien et le pouvoir des clés », p. 34-52, Étienne Broglin, « Le désir et l’ordre », p. 53-66, et Denis Crouzet, « L’étrange génie du Mythe de croisade », p. 85-92.

57  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 35.

58  Voir id., « Culture religieuse et aspirations réformistes à la cour d’Innocent XI », Accademie e cultura. Aspetti storici tra Sei e Settecento, Florence, 1979, p. 1-38, repris dans id., Érudition et religion, op. cit., p. 235-276.

59 Ibid., p. 269, n. 6. Bruno Neveu se réfère explicitement à Aphonse Dupront, « Du concile de Trente : réflexions autour d’un ive centenaire », Revue historique, ccvi/4, 1951, p. 262-280, et à id., « Discours de clôture », Il concilio di Trento e la riforma tridentina. Atti del convegno storico internazionale. Trento. 2-6 settembre 1963, 2 vol., Vicence, 1965, p. 525-539. Il ne mentionne pas id., « Le concile de Trente », Le concile et les conciles. Contribution à l’histoire de la vie conciliaire de l’Église, Paris-Chevetogne, 1960, p. 195-243.

60  Alphonse Dupront, Europe et Chrétienté dans la seconde moitié du xviie siècle. 1ère partie, Paris, 1957, p. 6.

61  Id., Les conciles de l’Église moderne et contemporaine, Paris, 1963, p. 5.

62 Ibid., p. 5.

63 Ibid., p. 6.

64  Bruno Neveu, « Alphonse Dupront et l’élection romaine », Cahiers Alphonse Dupront, 4, 1995, p. 2-7.

65  Ibid., p. 4.

66  Voir Alphonse Dupront, « Rome, Ville Éternelle », ibid., p. 8-11, et id., « Romanité », ibid., p. 12-13.

67 Ibid., p. 8.

68 Ibid., p. 9-10.

69 Ibid., p. 10.

70 Ibid., p. 10.

71 Ibid., p. 13.

72  Bruno Neveu, art. cité, p. 5.

73 Ibid., p. 5.

74 Ibid., p. 6.

75  Sur Yves Congar, voir Cardinal Yves Congar (1904-1995). Actes du colloque de Rome, 3-4 juin 1996, André Vauchez (dir.), Paris, 1999.

76  Voir Yves Congar, Église et papauté. Regards historiques, Paris, 1994.

77  Voir Bruno Neveu, « L’érudition ecclésiastique du XVIIe siècle et la nostalgie de l’Antiquité chrétienne », Religion and Humanism, Studies in Church History, 17, Oxford, 1981, p. 195-225, repris dans id., Érudition et religion, op. cit., p. 333-363.

78  Voir Yves Congar, La Tradition et les traditions. I. Essai historique (Le Signe), Paris, 1960, et id., La Tradition et les traditions. II. Essai théologique, Paris, 1963.

79  Bruno Neveu, art. cité, p. 341.

80  Voir Yves Congar, « Romanité et catholicité. Histoire de la conjonction changeante de deux dimensions de l’Église », Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques, LXXI/1, 1987, p. 161-190.

81  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 16.

82  Ibid., p. 16-17.

83  Id., « Alphonse Dupront et l’élection romaine », art. cité, p. 6.

84  Ibid., p. 7.

85  Voir Bruno Neveu, « Naissance de la modernité : l’Europe, les Églises », L’Europe et son histoire. La vision d’Alphonse Dupront, op. cit., p. 79-99.

86  Ibid., p. 80.

87  Voir Alphonse Dupront, « De l’Église aux Temps modernes », Revue d’Histoire ecclésiastique, 66, 1971, p. 418-448, repris dans id., Genèses des Temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, Philippe Boutry et Dominique Julia (éd.), Paris, 2001, p. 283-305.

88 Ibid., p. 305.

89  Bruno Neveu, art. cité, p. 92.

90  L’Europe et son histoire. La vision d’Alphonse Dupront, op. cit., p. XVIII et p. 106.

91  Bruno Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 19.

92  Ibid., p. 13-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvio Hermann De Franceschi, « Bruno Neveu et la romanité », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 14 octobre 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/215 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.215

Haut de page

Auteur

Sylvio Hermann De Franceschi

RESEA, LARHRA-UMR 5190, École Pratique des Hautes Études, 4e section

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org