Navigation – Plan du site
Articles

Acteurs locaux de l’implantation du catholicisme dans le pays Bamiléké au Cameroun

Célestine Colette Fouellefak Kana‑Dongmo

Résumés

Cet article étudie la stratégie des missionnaires français du Sacré-Cœur de Saint-Quentin pour l’évangélisation du pays bamiléké au Cameroun au cours du XXe siècle. Ils s’appuient sur les chefs traditionnels et cherchent à gagner l’estime des populations. Ils sont secondés par des catéchistes indigènes, souvent fondateurs de nouvelles paroisses. La biographie de plusieurs d’entre eux permet de mieux apprécier leur rôle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  M. Tegomo Nuetse, L'implantation de l'église catholique sur les Hauts Plateaux de l'Ouest - Camero (...)
  • 2  Du nom de leur fondateur Vincent Palloti, cette pieuse société de mission a été fondée en Allemagn (...)
  • 3  Jusqu’en 1912 les pays Bamoun (Foumban) relevaient du champ apostolique des Prêtres du Sacré-Cœur (...)
  • 4  La Sacrée Congrégation de la Propagande est depuis le XVIe siècle le vrai patron de l’activité mis (...)
  • 5  R. Crasser, La place de la région du Cameroun dans l’histoire de notre congrégation des prêtres du (...)

1L’Église catholique s’implante au Cameroun avec l’installation des premiers missionnaires à Mariengberg. L’histoire retient que cette évangélisation commence par la côte et se poursuit vers l’intérieur pour atteindre le pays Bamiléké en 19061. C’est à cette date que les pères Pallotins2 arrivent à Dschang. La Préfecture Apostolique de Foumban3 est fondée en 1912. En 1919, la Congrégation de la Propagande4 confirme que la Préfecture Apostolique de l’Adamaoua reste confiée aux prêtres du Sacré-Cœur. Les missionnaires du Sacré-Cœur de Saint-Quentin rejoignent les Pallotins. Le 28 mai 1934 est institué le Vicariat Apostolique de Foumban, et le 14 septembre 1955 est érigé canoniquement le diocèse de Nkongsamba. L’évangélisation du pays Bamiléké se fait sous la houlette des missionnaires français du Sacré-Cœur de Saint-Quentin5. Ces derniers entament d’abord leur action sur le terrain dans un cadre de collaboration et de relations étroites avec les acteurs locaux. Outre les missionnaires, initiateurs et conducteurs de la mission, d’autres acteurs locaux et agents indigènes ont participé à l’œuvre d’évangélisation et de l’implantation de l’Église catholique dans le pays Bamiléké. Nous faisons allusion au catéchiste qui assure au sein des communautés la permanence et la vitalité du message christique. Nous évoquons les chefs indigènes et les notables qui, sans être catéchistes, jouissent de leur autorité pour attirer les populations à la nouvelle religion. Notre article restitue le rôle de cette catégorie dans l’œuvre d’évangélisation du Pays Bamiléké. Quel est le rôle joué par ces acteurs locaux dans l’implantation du catholicisme dans le pays bamiléké ? Nous examinerons d’abord le rôle des autorités traditionnelles et ensuite celui du catéchiste.

La recherche de l’appui des autorités traditionnelles et la quête de la sympathie des populations

2Les missionnaires ont tenté dans le pays bamiléké au Cameroun, où la structure des chefferies traditionnelles est très forte, la stratégie missionnaire bien connue qui consiste à convertir le plus de personnes possible en commençant par le haut, c'est-à-dire par les dirigeants indigènes. L'évangélisation commence par les chefs qui sont par ailleurs auxiliaires de l’administration coloniale. L'administrateur français du Noun, le 27 mai 1936 écrit à son collègue de la ville de Dschang pour attirer son attention :

« Nous avons trouvé en pays Bamiléké une organisation, une hiérarchisation sur laquelle s'appuie notre action administrative. »

3M. Rippert fait ainsi allusion au chef traditionnel, cadre incontournable qui constitue le lien entre l’administration et la population. Les missionnaires souscrivent rapidement à cette analyse et impliquent le chef traditionnel dans l’évangélisation. Ils recherchent l’appui des autorités traditionnelles et la quête de la sympathie des populations. Grâce à leur pouvoir de chef de terre, leur action est beaucoup plus efficace que celle d’un simple catéchiste. Notons cependant que le chef traditionnel se trouve dans une situation fort ambiguë. Il est le gardien des crânes des ancêtres et donc leur représentant. Selon la coutume, il incarne les valeurs traditionnelles. Il doit en même temps servir l’administration coloniale et l’autorité religieuse dont dépendent son prestige et son autorité. Situation qui explique des réticences de la majorité des chefs traditionnels et le fait que très peu se convertissent au catholicisme. Monseigneur Plissonneau rapporte ici deux cas de réticences de chefs traditionnels bamiléké à l’installation d’une mission catholique sur leurs territoires en 1923 :

  • 6  Mgr Plissonneau, Nouvelle du Cameroun, in R.C.J., 1924, numéro 2, p. 13-14.

« Le samedi 17 novembre, je me rends à la mission voisine située dans la tribu de Bandjoun, la plus importante, la plus nombreuse de la subdivision… Mais son chef a contre moi un sérieux grief. Jadis, il avait donné plusieurs femmes à l’un de ses fils préférés devenu aujourd’hui interprète officiel à l’administration à Bana. Or voilà que ce fils bien aimé a mal tourné, il a renvoyé toutes ses femmes à son père ; il a fréquenté le catéchisme très assidûment, pendant deux ans. Et mon crime ? Le voici : j’ai baptisé ce fils chéri, l’autre jour à Bana sous le nom de JOSEPH . »6

  • 7  Fouellefak Kana C.C., Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : (...)

4Il s’agit ici de l’opposition de Fotso II de Bandjoun et de Tayo de Bangou en 1923. Le fils du premier dont il est question ici lui succédera sous le nom de Joseph Kamga et se trouvera très souvent tiraillé entre les exigences de la foi chrétienne (morale chrétienne et notamment mariage monogamique) et de la religion traditionnelle africaine (culte des ancêtres et mariage polygamique). Ces même raisons ont encore été tout récemment évoquées par l’ensemble des chefs traditionnels, baptisés retournés à la religion traditionnelle africaine, que nous avons interviewés dans le cadre de notre thèse de Doctorat7.

5Tientcheu Michel (1886-1965), chef Banka, fait don à l’église du terrain de la paroisse Banka-Bafang en 1924. Il fait baptiser sa mère, ses sœurs et frères, exemples suivis par bon nombre de ces concitoyens. La photo qui suit est très parlante.

Fig. 1 Baptême de la reine-mère Anne Nguekam grâce à son fils et chef supérieur Banka, sa majesté Michel Tientcheu (1886-1965). Sont sur cette photo, de gauche à droite : Jean Mbu Deussi ; Abbé F. Marie Tchamda ; Miafu Yossa (derrière l’abbé) ; So Monkam, (troisième cadet du chef) ; Michel Tientcheu, chef supérieur Banka avec chapeau, appelé « Tien- nkouémo », il est le chef Banka qui fait don du terrain à l’Église en 1924 pour la construction de la chapelle ; la reine mère Anne Nguekam, assise devant le chef ; Raphaël Nintcheu, prince Banka feu catéchiste assassiné en septembre 1959 ; Mambou Djongoue en blanc à l’occasion de son baptême ; le père Ätei en casque, curé de Banka jusqu’à 1950, est celui qui a commencé la construction de l’Èglise de Banka et qui pour la circonstance procède au baptême de la reine mère.

6Le chef supérieur Max Kamwa (1938-1956) de Baham, ancien catéchiste devenu chef traditionnel a su garder quelques traits de son élan de pionnier de l’implantation du règne de Dieu dans son village. Monseigneur Plissonneau nous parle ici de ce chef :

  • 8  Mgr Plissonneau, Nouvelles du Cameroun in R.C.J., 1924, numéro 2, p. 17.

« La sympathie de ce chef me semble acquise à notre œuvre. Il s’engage à construire une chapelle digne de son pays ; il m’invite à en tracer moi-même les dimensions… »8

  • 9  Interview des catéchistes André Kamdoun et Philippe Tchemo (août 2001).

 « À son actif : la multiplication des postes secondaires, son soutien matériel et moral pour la construction de l’église, le financement de la commande des cloches pour cette église. »9

  • 10  Notons que le sanctuaire Saint-Joseph, don de Mr Joseph Kadji Defosso s’inscrit dans la perspectiv (...)

7À Bana, le roi Tafhu Happi II (1925-1980) se fait baptiser sous le prénom de Joseph, sa mère est également baptisée. Il attribue le site de Kathu aux missionnaires pour créer un poste d’évangélisation. C’est là que sera fondée la paroisse Sainte Monique par le père Léon Kamga10.

8Dans l’actuel département de la Ménoua nous pouvons citer des chefs qui accueillent favorablement les premiers missionnaires : le chef Nelo huitième roi de la dynastie Foto (pendu en 1915 par les Allemands) offre gracieusement le terrain de la première mission dans le pays bamiléké. L’installation des pères pallotins dans cette région nous est ainsi relatée par le catéchiste R. Tchankan de l’actuelle mission du Sacré-Cœur de Dschang :

  • 11  R. Tchankam, interview réalisée le 8 juillet 2000. Notons que contrairement aux écrits de J. Griau (...)

« La chefferie Foto était dirigée par le chef Nelo, lorsque les premiers missionnaires, les pères pallotins foulèrent le sol de Dschang. Le chef manifesta une sympathie envers les missionnaires. Il ordonna au sous-chef B. Fossiteuh de donner du terrain aux missionnaires. Ce territoire s’étendait de la rivière Dschang-Water à la lisière du village Tchoualé. La délimitation et le bornage s’en suivront par après. »11

  • 12  A. Zetekouang (animateur paroissial de la paroisse St Laurent de Bafou), V. Tefeguim (ancien catéc (...)

9De même, le chef Fodong Kana I (1890-1928) de la chefferie Bafou autorise l’installation des missionnaires au quartier Fozong et plus tard à Balepouo12.

  • 13  Les catéchistes ont en effet échappé aux portages, aux prestations et corvées auxquels le reste de (...)
  • 14 Ibidem.
  • 15  O. Djoumessi et Nguimezang, Djoumessi Mathias, un exemple de chef traditionnel chrétien, Yaoundé, (...)

10Si les missionnaires s’appuient sur les chefs traditionnels pour implanter la mission, ils cherchent aussi à gagner l’estime des populations et surtout celle des néophytes qu’ils protégent. Ils réussissent à susciter chez leurs sujets des sentiments de confiance et d’admiration qui les attirent vers la mission. La capacité de protection des indigènes que manifestent les missionnaires devient un moyen de conversion au catholicisme13, ce qui permet d’expliquer pourquoi les premiers recrutements de catéchumènes se font surtout parmi les couches sociales les plus défavorisées. Accéder au baptême ou s’inscrire au catéchisme à la mission catholique est un signe d’affranchissement vis-à-vis du chef, des notables du village et du gendarme des forces coloniales14. Le plus intéressant pour les missionnaires est d’avoir des chefs indigènes chrétiens. L’illustration parfaite est celle du chef Mathias Djoumessi (1900-1906) de la chefferie de foréké-Dschang, ancien moniteur catéchiste de son village. Ce dernier est l’exemple du chef traditionnel chrétien. Il est resté marié jusqu’à sa mort à une seule femme. Par l'intermédiaire du chef chrétien, la religion catholique s'infiltre aisément dans toute la chefferie et gagne un nombre considérable d'adeptes. Entre 1927 et 1929, font remarquer O. Djoumessi et A. Nguimzang, une communauté chrétienne se constitue près de la nouvelle chefferie. Celle-ci fut appelée « Chefferie des chrétiens ou chefferie des chercheurs de Dieu ». Il réussit à modifier les coutumes et certaines pratiques rituelles dans sa chefferie15.

11En fin de compte, certains chefs contribuent à la réussite missionnaire dans le pays Bamiléké. Pour la construction d’une chapelle, d’un presbytère, d’une école et centre de santé, les chefs cèdent des parcelles de terrain dont les missionnaires ont besoin. Ils approvisionnent en main d’œuvre et en vivres les chantiers de construction. De même, il faut souvent qu’ils interviennent pour que ces écoles et chapelles se remplissent, autrement dit, ils usent de leur autorité pour convaincre ceux de leurs sujets à envoyer leurs enfants à la mission pour apprendre la catéchèse et pour s’instruire.

  • 16  Ces agents sont nombreux et il est difficile pour nous de les citer individuellement. Citons cepen (...)

12En dehors des chefs traditionnels, il a existé des indigènes, des notables16 dont on ne saurait nier le rôle déterminant dans l’implantation de l’Èglise catholique dans le pays Bamiléké. Les indigènes se retrouvent dans toutes les couches de la population locale : notables, simples habitants devenus chrétiens, ouvriers à la mission, agents de l’administration coloniale… Chacun apporte ce qu’il peut à l’œuvre de diffusion de la nouvelle religion : céder gracieusement des parcelles de terrain à la fondation des stations et postes satellites secondaires. Ils réservent aussi un bon accueil aux missionnaires pendant leurs tournées comme le témoigne ici le R.P. Albert de Bandjoun :

  • 17  R. P. Albert, Lettre publiée in R.C.J., novembre- décembre 1932, p. 20.

« Je pourrais parler de la réception de tel ou tel notable, qui m’offre chèvre, poules, œufs, huile de palme, patates douces, arachides, pipes énormes, sièges perlés,… »17

13Dans la chefferie Bafou par exemple, Pierre Menfo Tegou, Jean Tiofack alias Wamba–Nsia, Grégoire Jiogue, offrent le terrain pour la création de la mission. Certains notables plus déterminés se mettent en permanence au service de tel missionnaire qu’ils accompagnent pendant les tournées, leur servent de domestiques, de cuisiniers, de sacristains, bref leur apportent simplement la preuve de leur attachement. Suivons plutôt ce témoignage du R.P. Lebrun,

  • 18  R. P. Lebrun, Lettre du Cameroun, publiée in R.C.J., 1928, p. 243.

« Le noir, de son côté, s’attache à son missionnaire et ce serait une calomnie de dire qu’il ne le fait que par intérêt. Je n’en veux des preuves que les témoignages de chacun de nous a pu recueillir quand, fiévreux et malade, il n’avait pour le soigner que son petit boy dont l’affliction sincère laissait assez voir quelle place nous pouvons prendre à notre insu dans ces cœurs droits, au contact desquels on se simplifie soi-même en abandonnant le vernis factice de nos civilisations désuètes. »18

14Ces gestes d’attachement et d’encouragement de la part des indigènes aux missionnaires, qui traduisent réellement leur modeste contribution au succès de la mission, dépassent souvent le cadre individuel pour devenir l’expression de l’adhésion de toute une communauté au projet d’évangélisation du missionnaire européen.

15Mentionnons enfin les catéchistes et les catéchumènes qui ont joué un très grand rôle dans l'évangélisation de la région. Ils étaient l'avant-garde de l'évangélisation, la cheville ouvrière de toute l'œuvre missionnaire.

Le catéchiste indigène et son rôle dans l’évangélisation du pays Bamiléké

16Pour seconder le missionnaire dans son apostolat se trouve le catéchiste. Il assure au sein des communautés la permanence et la vitalité du message christique. Quel est le statut que lui accorde le missionnaire en sa qualité d’élément moteur de l’œuvre d’évangélisation du pays bamiléké ?

  • 19  Nous avons fait ce recensement lors des travaux de notre thèse de doctorat, op. cit., p. 226-236.

17Il convient de reconnaître au catéchiste un rôle souvent oublié : celui de fondateur ou de premier défricheur de la plupart des champs apostoliques dans le pays bamiléké. Nous avons pu recenser jusqu’à 433 anciens postes de mission dont 31 sont aujourd’hui devenus des chefs lieux de paroisse fondés par des catéchistes19. Une réalité reconnue à l’époque par beaucoup de missionnaires dont le Préfet Apostolique lui-même :

  • 20  ADP, fonds Cameroun chemise PB/C1-3, rapport de Mgr Plissonneau sur la Préfecture Apostolique de F (...)

« Du 9 au 16 novembre, je reste à Bana. Cette mission secondaire qui a eu toutes les peines du monde à s’installer, est l’œuvre du catéchiste qui la dirige actuellement. Son courage et sa ténacité, son intelligence et sa grande vertu, ont peu à peu triomphé de toutes les difficultés qui s’accumulent contre son œuvre. Ce catéchiste est admirable. Il continue de se dévouer au service de ses frères. »20

18Les catéchistes détiennent en effet des postes satellites situés aux confins des villages disposant chacun ainsi d'une chapelle, d'une école et parfois d'un dispensaire. Ils y dispensent la catéchèse, l'un des moyens institutionnels pour l'évangélisation. Après la formation, les cérémonies de bénédiction et de confirmation sont des occasions de grandes réjouissances populaires. Cette ambiance de fêtes chrétiennes peut se prolonger dans les familles des baptisés, et vu l'engouement de ces populations pour les fêtes, on peut dès lors mesurer l'impact que ces fêtes exercent sur les païens en faveur des conversions.

Fig. 2 Un groupe de catéchistes de la Mission Catholique de Dshang en 1928

19Les formes de dévotion populaire les plus spectaculaires sont les processions de la Fête-Dieu. Elles donnaient lieu à des grands déploiements des adeptes de la nouvelle religion qui ne peuvent laisser les non chrétiens indifférents.

20L'abbé A. Sagne fait remarquer à ce propos :

  • 21  A. Sagne, Cameroun : l'Évangile à la rencontre des chefferies : 1917-1964, Saint-Maurice, Diff. Sa (...)

« La plus courante était le défilé des néophytes habillés de blanc à travers les villages et surtout dans les marchés bondés de vendeurs et d'acheteurs. »21

21Cette dévotion populaire très fréquente dans les chefferies du pays Bamiléké contribue à l'affermissement de la foi de quelques néophytes. Tous ces actes visent les buts suivants : maintenir dans le rang des chrétiens le nombre d'enfants et d'adultes déjà recrutés, attirer les bonnes grâces et gagner de plus en plus la confiance des populations locales. Une fois l'attention du peuple suffisamment attirée, les missionnaires peuvent passer à la vitesse supérieure : l'implantation d'une mission ou d'un poste satellite. Il est incontestable que cette dévotion populaire a contribué en plus à être un moyen d’implantation de la nouvelle religion à l’affermissement de la foi de quelques néophytes.

22Le catéchiste, chrétien fervent et modèle qui se propose de conduire ses frères à la religion chrétienne, est choisi par le missionnaire européen et envoyé dans une mission secondaire. Pilier dans l'encadrement des néophytes, il doit jouer le rôle du représentant du missionnaire dans les villages et quartiers. Plusieurs raisons expliquent sa place capitale auprès du missionnaire. Mgr Paul Bouque résume en ces termes le rôle du catéchiste auxiliaire des missions :

« Le catéchiste est choisi par le missionnaire Européen et est envoyé dans une mission secondaire de brousse. Il veille sur les constructions de la mission : église, maison, école etc. Avec l’aide des chrétiens, il surveille la vie de sa petite chrétienté, dénoue certains problèmes, dirige les exercices de la petite communauté ; prière du dimanche, catéchisme hebdomadaire, il baptise les enfants et les adultes en danger de mort et va assister les mourants.

  • 22  Lettre SE Mgr. Paul Bouque à sa grandeur Mgr. A Draogo, secrétaire du conseil supérieur de la prop (...)

Mais son rôle principal est celui d’instruire les catéchumènes. chaque jour, il doit les réunir et leur expliquer une page du catéchisme…»22

23Parmi tous les partenaires des missionnaires dans l’évangélisation du pays bamiléké, le catéchiste mérite d’être considéré comme ceux dont l’action aura été capitale dans l’expansion de la mission. Les stations secondaires et postes satellites ont pour pilier fondamental le catéchiste avec, autour, une chapelle et une école. C’est dans cette chapelle que deux fois par jour il enseigne le catéchisme et les prières. Véritable moteur de l’évangélisation du fait de sa proximité avec les populations, le catéchiste déploie des méthodes conquérantes et attractives pour séduire et amener les enfants, les adultes à se convertir au catholicisme.

24Le catéchiste Victor Tefemguim en fournit un témoignage patent :

  • 23  V. Tefemguim, entretien du 12 novembre 2000.

« C'est lorsque j'ai vu les premiers catéchistes bien habillés, bien nourris, entretenant de bons rapports avec les missionnaires que naît en moi cette vocation de catéchiste. »23

25Outre son habillement, le catéchiste se fait distinguer par son comportement social. Le cas du catéchiste Jean Tiba mérite d’être souligné ici :

  • 24  Synthèse des enquêtes réalisées à la Mission du Sacré-Cœur de Dschang et particulièrement aux memb (...)

« Il traite son épouse Marie Djoukeu avec beaucoup d’affection et n’hésite pas quand elle est fatiguée ou surchargée, de faire lui-même la cuisine. Tous les soirs, on prie chez lui avant de se coucher, les dimanches, il réveille ses enfants de bonne heure et leur donne de l’argent pour la quête. Il a trois plantations et de nombreux employés. Il cultive le café, le piment, la banane, l’arachide, le raphia… C’est des travaux champêtres qu’il fait vivre sa famille. Il ne touche pas son salaire de catéchiste. Il le laisse à la mission pour aider les prêtres. Quand il perd un parent, il se maîtrise et demande aux siens qui sombrent dans les pleurs d’essuyer les larmes et de prier plutôt pour le repos de son âme. Il est tellement attaché à la doctrine chrétienne qu’il a horreur de tout ce qui, dans la tradition, pervertit l’homme… »24

26De cette synthèse nous retenons certains critères qui caractérisent le catéchiste : respect du conjoint, fidélité aux sacrements, honnêteté, ponctualité, assiduité à la messe et aux cérémonies religieuses. Autant de critères qui attirent à l’église. Par ailleurs il est très dévoué dans les tâches d'encadrement et de formation de nouveaux convertis.

27Bernard Djeutcheu, chrétien et ancien instituteur à la paroisse Banka-Bafang, souligne de manière pittoresque quelle fut l’influence de son oncle catéchiste sur son cas : il nous confie que son oncle eut sur lui, pour utiliser ses propres termes, l’effet du « propidou » (antibiotique très réactif sur le corps humain à l’époque). Il ajoute :

  • 25  B. Djentcheu, entretien du 17 août 2002 à Banka-Bafang.

« L’attitude de mon oncle suscita en moi cet engouement d’aller à l’église et devenir plus tard chrétien. Cet oncle me conduisait à la mission dès mon jeune âge. J’y appris à lire et à écrire… Aujourd’hui je ne regrette rien, le soir au crépuscule de ma vie je regarde là-haut au ciel, j’observe des nuages et je me dis l’évangélisation, la civilisation introduite par les missionnaires ont été bienfaisantes pour nous. »25

28Un autre témoignage vient de Dschang d’Ernest Mbefo, catéchiste à Baletet par Bafou :

  • 26  E. Mbefo, interview réalisée en août 2000 à Bafou.

« Le catéchiste était respecté par tous : les chrétiens, les catéchumènes, les autorités traditionnelles. Il jouissait de la protection de la mission, c’est-à-dire du prêtre missionnaire, pendant les palabres qui pouvaient intervenir dans le village. Faire de nouveaux baptisés était un honneur pour eux. Par ailleurs ils recevaient une petite rémunération mensuelle de 50 francs. C’est pour ces raisons que je fus flatté et plus tard recruté comme catéchiste. »26

29C'est ici qu'il faut souligner l'importance des moniteurs catéchistes envoyés comme apôtres dans les villages pour préparer les indigènes aux baptêmes. Les premiers missionnaires vont sélectionner parmi les premiers chrétiens, les catéchistes les plus brillants, les plus dévoués, ceux capables de témoigner par leur vie autant que par leur enseignement. Voici les noms de quelques-uns :

  • Boniface Dongkack qui tient sa célébrité dans la composition des premiers cantiques en langue Dschang.

    • 27  Toutes les informations sur la vie de Jean Tiba proviennent de nos enquêtes réalisées à la Mission (...)

    Jean Tiba (1900-1963)27 fut longtemps grand catéchiste de la Mission Centrale de Dschang. Passons brièvement en revue sa vie et son œuvre :

Fig. 3 Jean Tiba (1900-1963) le grand catéchiste de la mission catholique du Sacré-Cœur de Dshang

30Jean Tiba est né vers 1900 à Douala, d’un père Bamiléké et d’une mère Douala, morte après l’accouchement. Ce dernier est reçu et élevé par les sœurs pallotines. À l’âge de la majorité, il rejoint son père à Dschang où il devient catéchiste à la Mission Catholique. Par son zèle et son dynamisme, il attire très tôt l’attention des pères pallotins qui le nomment catéchiste principal. Il a marqué des générations de chrétiens de sa paroisse par son sens d'organisation des examens d'admission aux sacrements et surtout par son désintéressement pour tout ce qui peut freiner l'élan humain vers Dieu. L’histoire qui valut la décision de ne plus porter les chaussures en dit long. Suivons plutôt :

  • 28  Cette version est de Lemegne, La Mission du Sacré–Cœur de Dschang : 1910-1990, Mémoire présenté en (...)

« Un dimanche de l’année 1923, Jean Tiba s’habille pour aller à la messe. Au moment de porter ses chaussures, dénouer et renouer ses lacets lui prennent tellement du temps qu’il arrive en retard. Devant cette situation et conscient du fait que c’est à cause des chaussures qu’il a accusé ce retard, il s’écria : normalement, je dois arriver à l’Èglise très tôt pour attendre et accueillir le christ. Mais voici qu’à cause des chaussures, j’y suis arrivé en retard et c’est mon seigneur que je devrais recevoir qui m’a reçu. Quel sacrilège !!! Comme il en est ainsi, à partir d’aujourd’hui, je ne porterai plus les chaussures … »28

31Notons que cette décision de l’ouvrier apostolique n’est pas un vain engagement, car il y reste fidèle jusqu’à sa mort. Jean Tiba, grand catéchiste, assure l’intérim après le départ des pères pallotins de la Mission Centrale de Dschang, et coordonne les activités de tous les catéchistes du Diocèse de Nkongsamba.

32Maurice Kengne célèbre ainsi l’œuvre de cet ouvrier apostolique :

  • 29  M. Kengne, ibidem.

« À la suite de la première guerre mondiale qui s’acheva par l’expulsion des Allemands du Cameroun, les Pallotins lui confièrent la mission de Dschang avant de partir. À cet effet, il s’installa et assura convenablement l’intérim jusqu’à l’arrivée des Pères du Saint-esprit qui furent très tôt relayés par les Pères du Sacré-Cœur. Sous le ministère des Prêtres du Sacré-Cœur, c’est toujours Jean Tiba qui coordonnait les activités de tous les catéchistes du diocèse de Nkongsamba. »29

  • 30  Archive Départementale de Dschang, Rapport du chef de subdivision, 1955.

33Au nom du Pape Pie XII, le cardinal Lienart lui décerne une médaille en 1948. Le 19 mars, il reçoit également de Mgr Lefebvre, Nonce Apostolique de Dakar, une décoration du pontife30. Outre cette fonction de catéchiste, il est nommé assesseur au tribunal coutumier de Dschang dans les années 1950. Il meurt en 1963 des suites de maladie, laissant plusieurs enfants de l’union entre lui et Marie Djoukeng.

34Mathias Djoumessi, baptisé le 15 août 1921, devint catéchiste dans la chefferie Foréké-Dschang. Voici ce que Mgr Plissonneau écrit de lui en mars 1925 :

  • 31  G. Le Bayon, op. cit., p. 57.

« Mathias Djoumessi est un fils du chef de Dschang. Il est catéchiste et moniteur des petits à la mission de Dschang. Il a 80 élèves à lui seul. C'est un excellent jeune homme que nous avons récemment marié et qui nous rend de grands services. Un de ses petits frères nommé Boniface est aspirant au petit séminaire. Mathias gagne 25 Francs par mois. Il mérite le double mais... »31

Fig. 4 M. Djoumessi Mathias (1900-1966) : chef traditionnel chrétien.

35M. Djoumessi poursuivit avec foi et acharnement son travail de catéchiste-moniteur jusqu'au jour où il accède au trône de la chefferie Foréké-Dschang. Fervent croyant et meneur d'hommes, il parvint à constituer une communauté chrétienne autour de la chefferie, puis fait construire des chapelles et écoles dans le village pour évangéliser et instruire son peuple. Exaltant le rôle de ce chef traditionnel chrétien dans la christianisation de la chefferie Foréké-Dschang, O. Djoumessi Dongmo et A. Nguimzang ont pu écrire :

  • 32  O. Djoumessi Dongmo et A. Nguimzang, Djoumessi Mathias (1900-1966) un exemple de chef traditionnel (...)

 « Le chef lui-même vivait parmi eux, en toute simplicité, partageant avec eux le fruit de son travail. Il exigeait en retour que chacun mène une vie chrétienne exemplaire : prière matinale quotidienne à la grande Mission Sacré-Cœur, messes dominicales régulières, pratiques sacramentelles, soumission aux commandements de Dieu et de l'église. Bien que peu nombreux, ces chrétiens doivent aider le chef par leurs prières à diffuser le christianisme dans le village... »32

36Le développement de la Mission de Banka se fait également sous l’action des catéchistes dont nous mentionnons ici l’action des plus illustres.

Le catéchiste Joseph Ytembe

37Il est envoyé en 1912 par le chef Banka, à Dschang où il reçoit sa formation chrétienne. Une fois rentré de Dschang, il se met au service de l’Église comme catéchiste à Banka où il enseigne le catéchisme et entraîne de nombreux néophytes à la Mission. Il se retire ensuite dans son quartier, fonde dans sa concession un poste de doctrine qui se développe, se transforme en une grande école qui porte son nom : l’école St Joseph de Nguenak dans la paroisse St Luc de Bafang. Il aide le père Paul Gontier à écrire le catéchisme en langue fée-fée.

Le catéchiste Victor Nemaleu en service à Banka de 1929 jusqu’à sa mort.

38Il est auteur d’un livre, Pharmacopée bamiléké. À partir de 1939, il collabore avec le séminariste Alphonse Tchandjou (enseignant et maître des chants à Banka, ex-séminariste) pour traduire en fée-fée beaucoup de cantiques français et douala que Mgr François Marie Tchamda accueille dans son Missel des fidèles en 1953.

Le catéchiste Benoît Koloko

39Il consacre une grande partie de sa vie au service de l’Èglise. Avec les frères du Sacré-Cœur de Jésus, il assume les travaux manuels. C’est sous son contrôle que se fait l’extraction des pierres (carrières de New-Town) et de la fabrication des briques en terre cuite (chantier au fond de la vallée de la Mission catholique de Banka). Ce sont ces pierres et briques qui ont servi à la construction de la plupart de nos bâtiments : église, écoles, hôpital, presbytère.

Raphaël Nitcheu, prince Banka.

  • 33  Enquête réalisée à Banka auprès du catéchiste Pascal Nguemaleu, le 17 août 2002.

40Il est chef catéchiste de la zone pastorale de Banka. Orateur d’un talent très apprécié, puis réputé pour l’interprétation des homélies, des sermons, il est celui qui draine la majorité des chrétiens à la Mission de Banka. Son zèle lui vaut son assassinat le 6 septembre 1959 près du cimetière de la Mission à son retour de la prière. On lui reproche la traduction de la Lettre des vicaires apostoliques de 195533.

  • 34  On désigne ces années de troubles parce que liées aux luttes pour les indépendances au Cameroun (1 (...)

41Nous insistons sur cette figure de proue : le catéchiste Aloys Tapiemene (1913-1960) est des plus célèbres ; après une vie déjà hautement édifiante il témoigne héroïquement de sa foi en Jésus Christ jusqu’au sacrifice suprême, son assassinat par les maquisards, pour avoir refusé d’intégrer le maquis34. Nous donnons quelques détails édifiants de la vie de cet ouvrier apostolique.

42Aidé par Paul Metsamo, premier catéchiste de Bangang, il est baptisé en août 1922 à la Mission Centrale de Dschang. Nommé catéchiste en 1930, son activité pastorale est très intense et fructueuse. Parlant de son œuvre dans l’implantation du catholicisme en pays Bamiléké Emmanuel Manfouo écrit :

  • 35  E. Manfouo, op. cit., p. 11.

« Comme catéchiste principal du centre, Tapiemene se levait toujours très tôt le matin, s’apprêtait assez rapidement pour sonner à 5h30. Dès lors, il commençait la prière en attendant les autres chrétiens ; cette prière du matin était suivie de la doctrine chrétienne qu’il menait avec foi et détermination ; à 15h, il sonnait de nouveau pour les autres séances de prière. »35

  • 36  Abbé Tchamda, Un vrai martyr de la foi chrétienne, novembre 1968, p. 7, ronéotypé.

43Il est reconnu dans tout ce groupement qu’Aloys préside avec zèle et conviction des assemblées de prière en l’absence du prêtre, qu’il conduit les chrétiens de Bangang à Dschang où se trouve le prêtre. Une fois à Dschang, les fidèles se confessent et prennent part à la célébration eucharistique avant de retourner joyeux à Bangang. Aloys a le tact nécessaire pour stimuler la conversion des non chrétiens et pour l’approfondissement de la foi des chrétiens. Comme une poule rassemblant ses poussins et veillant jalousement sur eux, il suit minutieusement la vie des chrétiens de son secteur. Ses cahiers de recensement, renchérit l’Abbé Tchamda, « étaient les plus détaillés et précis de toutes les familles chrétiennes, nous permettant de voir sa préoccupation à bien connaître ses brebis. »36

44Il ne se soucie pas des chrétiens du centre, son ambition étant de gagner tout le village et les villages voisins au Christ. C’est pourquoi il crée de nombreux postes satellites qui font de nos jours la fierté de l’église catholique de Bangang : Bangang II, Bamelio, Batsingla, Bangou, Balekouet, Badachio. Dans ce même souci de gagner le plus d’âmes possible, il change le site du poste central pour un endroit qu’il trouve mieux situé parce que devant contribuer non seulement à l’évangélisation de Bangang, mais aussi des villages voisins que sont Bafou et Baleveng. À ce propos nos informateurs de la région nous livrent ceci :

  • 37  Témoignage de Momo Kembou Serge, Dountsop Augustin recueilli à Bangang le 28 août 2002.

« Vu la situation frontalière du quartier Balekouet (frontière Bafou-baleveng-Bangang), Aloys y transféra la mission en 1931 estimant recevoir les chrétiens de tous les coins, mais l’éloignement de la mission ne permet pas à tous les chrétiens de participer aux prières. Ainsi en 1936, avec le soutien de son chef supérieur Efenzi Fofie et l’aide du catéchiste moniteur Tchinda Benoît, il ramena la mission à son emplacement actuel. »37

45Aloys ne s’intéresse pas seulement au développement spirituel et moral des hommes. Il s’occupe également du développement intégral de l’homme. Bien qu’analphabète, il reconnaît la valeur de l’instruction. C’est pourquoi il œuvre largement pour la création des écoles et la création d’un centre de santé à Bangang.

46Il entreprend en 1956 de rudes négociations avec l’appui de son chef Efenzi auprès de Mgr. Bouque alors évêque du diocèse de Nkongsamba en vue de la création d’une paroisse et d’un centre de santé à Bangang. Cette demande est agréée en août 1956 par la création de la paroisse de Bangang et par l’envoi du père Léonard Vanzyl comme premier curé. Pour nos interlocuteurs, l’arrivée du prêtre à Bangang fut l’occasion d’un nouveau départ. Les habitants du village sentent comme un souffle nouveau et s’engagent plus que par le passé à la suite du Christ. Aloys quant à lui se donne le devoir de lui rendre la vie plus facile en entretenant des relations d’amitié sincères et honnêtes envers leur prêtre. Grâce à son assistance, à sa présence attentive et surtout aux informations qu’il lui fournit au fil des jours, ce prêtre eut des éléments nécessaires à la découverte, à son intégration et à la prise en charge effective de son nouveau champ pastoral. D’un cœur simple et joyeux, notre catéchiste l’accompagne dans ses multiples tournées. Il joue chaque fois qu’il en était besoin le rôle d’interprète, de courroie de transmission entre les fidèles et les prêtres. Avec l’assistance d’Aloys, le père Léonard dès son arrivée s’emploie entre autres à développer les structures matérielles de la paroisse :

  • 38 Ibidem.

« Hommes de plan et soucieux de l’agrandissement de la paroisse, ils vont d’abord construire le presbytère, continuer d’autres œuvres de la paroisse ; écoles, église, dispensaires. »38

  • 39  Ces statistiques sont relevées dans les archives de la paroisse de Bangang et c’est effectivement (...)

47Pour la construction du dispensaire, il engage auprès de sa majesté Efenzi des démarches en vue d’obtenir une portion de terre nécessaire à la construction d’un centre de santé. Sa requête est agréée et une portion domaniale d’une superficie de 20 hectares est accordée à la mission catholique pour la réalisation de ce projet39.

  • 40  Casimir Fossa, entretien du 28 août 2002 à Bangang.

48À l’instar du pasteur suprême, et dans le respect de la ligne pastorale tracée par les prêtres responsables de la paroisse, Aloys se fait ouvert, disponible, respectueux, accueillant. Et sans aucune distinction, toute personne, petits, grands, riches et pauvres trouvent auprès de lui encouragement et réconfort. En ceci il a longtemps séduit les populations de Bangang qui s’engagent pour la catéchèse et deviennent chrétiens40.

49Ainsi chaque fois que l’on a des contacts avec la vieille chrétienté de cette paroisse, elle témoigne de la profondeur et de la pertinence de la vie qu’il menait ainsi que de l’enseignement qu’il procurait. C’est de la fidélité de cette noble et exaltante tâche qu’il subit le supplice de la torture et de la fusillade en 1960 pendant les années douloureuses du « maquis » en pays Bamiléké.

50Nous disons à la suite de cet exemple qu’Aloys Tapiemene peut être classé parmi ces hommes qui ont consacré leur vie à l’évangélisation en pays Bamiléké. Ce qu’il faut relever sur le catéchiste indigène, c’est qu’ils se sont véritablement présentés dans le pays Bamiléké comme les auxiliaires les plus précieux du missionnaire.

51L’expansion du catholicisme dans le pays bamiléké a été ainsi l’œuvre de plusieurs catégories d’intervenants. Elle n’a pas été l’affaire des seuls missionnaires européens. Nous avons pu distinguer les chefs traditionnels, leurs notables et les catéchistes, auxiliaires indigènes qui ont contribué à l’évangélisation du pays bamiléké. La question que nous nous posons en fin d’analyse est celle de savoir où situer l’action des acteurs locaux ? Sont-ils évangélisateurs ou civilisateurs ? Disons tout simplement que ces derniers qui se voient objet de grande sollicitude des missionnaires n’ont ni droit à la parole ni à la participation des décisions les concernant. Pour ces acteurs « grands enfants » encore primitifs, victime du « paganisme grossier » et prisonniers des superstitions et croyances erronées, les missionnaires décident toujours à leur place et sans leur avis des remèdes jugés efficaces contre leurs maux humains, moraux, spirituels et culturels. La conversion est perçue du côté des missionnaires comme le passage d’un état de misère morale et matérielle qui est celui du paganisme ancestral à un état supérieur et meilleur, d’autant plus humain et plus juste qu’il est présenté comme basé sur la révélation divine et sur les valeurs occidentales. Ainsi, évangéliser et civiliser sont les deux concepts qui expriment l’action menée par les missionnaires, deux termes qui expriment le double message : le message évangélique de Jésus-Christ et le message de civilisation de l’Occident. La conséquence, c’est que l’évangélisation du pays bamiléké se fait sous fond d’occidentalisation. Le bilan de la première évangélisation semble très mitigé et la seconde se veut plus attentive aux valeurs des peuples à évangéliser. Enraciner la foi dans le milieu culturel des peuples à évangéliser, tel est désormais le leitmotiv de l’Église catholique. Ce processus, qui s’amorce avec le Concile Vatican II (1962-1965), est consacré par l’Exhortation Apostolique Post-Synodale, Ecclesia in Africa en 1995.

Haut de page

Notes

1  M. Tegomo Nuetse, L'implantation de l'église catholique sur les Hauts Plateaux de l'Ouest - Cameroun. 2ème mémoire de Licence, Université Catholique de Louvain, 1992, p. 32-33.

2  Du nom de leur fondateur Vincent Palloti, cette pieuse société de mission a été fondée en Allemagne. Les pères pallotins étaient installés en Limbourg, région des Pays Bas voisine de l'Allemagne.

3  Jusqu’en 1912 les pays Bamoun (Foumban) relevaient du champ apostolique des Prêtres du Sacré-Cœur de Saint-Quentin.

4  La Sacrée Congrégation de la Propagande est depuis le XVIe siècle le vrai patron de l’activité missionnaire. C’est en fonction de ses besoins qu’on confie telle ou telle partie du territoire africain à une congrégation missionnaire. Il faut lire à ce sujet les analyses de R. Cornevin in Histoire de l’Afrique ; l’Afrique pré coloniale du tournant du XVIe siècle au tournant du XIXe siècle, Paris, Payot, p. 448.

5  R. Crasser, La place de la région du Cameroun dans l’histoire de notre congrégation des prêtres du Cameroun, Mt St. Jean, Bafoussam – Cameroun, 1990, p. 2. L’auteur de cet ouvrage nous fait savoir que la congrégation des prêtres du Sacré-Cœur était fondée par le père Dehon né le 14 mars 1843 et ordonné prêtre en 1868. Cette dévotion s'est développée dès le moyen âge tout au long du Rhin à partir de la vénération de la Sainte-Lance avec laquelle aurait été percée la côte du Christ.

6  Mgr Plissonneau, Nouvelle du Cameroun, in R.C.J., 1924, numéro 2, p. 13-14.

7  Fouellefak Kana C.C., Le christianisme occidental à l’épreuve des valeurs religieuses africaines : le cas du Catholicisme en pays bamiléké au Cameroun (1906-1995), thèse de Doctorat, Université Lumière Lyon 2, 2005.

8  Mgr Plissonneau, Nouvelles du Cameroun in R.C.J., 1924, numéro 2, p. 17.

9  Interview des catéchistes André Kamdoun et Philippe Tchemo (août 2001).

10  Notons que le sanctuaire Saint-Joseph, don de Mr Joseph Kadji Defosso s’inscrit dans la perspective de l’enracinement de l’église catholique à Bana.

11  R. Tchankam, interview réalisée le 8 juillet 2000. Notons que contrairement aux écrits de J. Griaud, Ils ont implanté l’Èglise…, op cit., p. 67, selon lequel le terrain avait été acheté, nos enquêtes sur le terrain ont révélé que le terrain avait été gracieusement offert par le sous-chef Fossiteu sous les ordres du chef Nelo. Le bornage définitif est établi le 7 juillet 1988 suivant la lettre numéro 000054/R.2-28 MINUH 8po 40 du 4 janvier 1988 de M. le chef de service des domaines de l’Ouest.

12  A. Zetekouang (animateur paroissial de la paroisse St Laurent de Bafou), V. Tefeguim (ancien catéchiste retraité à Balepouo), J. Tiogo (Catéchiste à Bakaho), interview collective réalisée le 26 novembre 2000 à Bafou.

13  Les catéchistes ont en effet échappé aux portages, aux prestations et corvées auxquels le reste des populations était soumis. Un arrêté du commissaire de la République Française Bonnecarrère a accordé des avantages aux catéchistes : lire à cet effet la circulaire numéro 10 du 25 octobre 1916, ANC, APA 10559/H et circulaire numéro 28 du 5 juin 1917, ANC/APA 10559/D. De même un arrêté du 19 novembre 1932 fait remise d’impôt aux catéchistes indigènes, in JOC, numéro 306, 15 février 1933.

14 Ibidem.

15  O. Djoumessi et Nguimezang, Djoumessi Mathias, un exemple de chef traditionnel chrétien, Yaoundé, édition SOPECAM, p. 34.

16  Ces agents sont nombreux et il est difficile pour nous de les citer individuellement. Citons cependant ce décret du 7 mai 1946 de Charles De Gaulle fixant le statut de ces notables dits évolués in J.O.C., 15 juin 1945, p. 406-407 : « On y lit par exemple que pour être un notable évolué, il faut avoir plus de 18 ans, être originaire du territoire ou résidant depuis dix ans, posséder un travail, avoir un casier judiciaire vierge ou être agent de l’administration… »

17  R. P. Albert, Lettre publiée in R.C.J., novembre- décembre 1932, p. 20.

18  R. P. Lebrun, Lettre du Cameroun, publiée in R.C.J., 1928, p. 243.

19  Nous avons fait ce recensement lors des travaux de notre thèse de doctorat, op. cit., p. 226-236.

20  ADP, fonds Cameroun chemise PB/C1-3, rapport de Mgr Plissonneau sur la Préfecture Apostolique de Foumban pour 1923-1924.

21  A. Sagne, Cameroun : l'Évangile à la rencontre des chefferies : 1917-1964, Saint-Maurice, Diff. Saint-Augustin, 1997, p. 124.

22  Lettre SE Mgr. Paul Bouque à sa grandeur Mgr. A Draogo, secrétaire du conseil supérieur de la propagande de la foi à Rome, Mbanga, le 23 janvier 1931. Archives du diocèse de Nkongsamba.

23  V. Tefemguim, entretien du 12 novembre 2000.

24  Synthèse des enquêtes réalisées à la Mission du Sacré-Cœur de Dschang et particulièrement aux membres de la famille de Jean Tiba.

25  B. Djentcheu, entretien du 17 août 2002 à Banka-Bafang.

26  E. Mbefo, interview réalisée en août 2000 à Bafou.

27  Toutes les informations sur la vie de Jean Tiba proviennent de nos enquêtes réalisées à la Mission du Sacré-Cœur et de l’article de Maurice Kengne, « Témoins et témoignages sur la foi chrétienne » in Le purgatoire, journal diocésain de Montlignon, no 01, avril-mai-juin, Bafoussa, 2001, p 2-3.

28  Cette version est de Lemegne, La Mission du Sacré–Cœur de Dschang : 1910-1990, Mémoire présenté en vue de l’obtention du DIPES II, Ecole Normale Supérieure, Yaoundé, 2003, p. 44.

29  M. Kengne, ibidem.

30  Archive Départementale de Dschang, Rapport du chef de subdivision, 1955.

31  G. Le Bayon, op. cit., p. 57.

32  O. Djoumessi Dongmo et A. Nguimzang, Djoumessi Mathias (1900-1966) un exemple de chef traditionnel chrétien, éd. SOPECAM, 1991, p. 33.

33  Enquête réalisée à Banka auprès du catéchiste Pascal Nguemaleu, le 17 août 2002.

34  On désigne ces années de troubles parce que liées aux luttes pour les indépendances au Cameroun (1950-1970). Parmi les partis politiques, l’UPC (Union des Populations du Cameroun) et sa branche de Kumze en pays Bamiléké étant de tendance communiste vont subir des sévices qui se soldent le 13 juillet 1955 par sa suspension. On parlera ça et là de terrorisme, de vandalisme, des règlements de compte, de terreurs et d’assassinats en pays Bamiléké. Le clergé et son entourage, soupçonnés d’être de connivence avec le colonisateur n’en seront pas exempts. Des prêtres, des religieux et religieuses seront pour certains bastonnés, d’autres assassinés ou tout simplement disparus. Aloys Tapiemene serait l’un des martyrs. Lire à ce sujet les analyses d’Emmanuel Manfouo, « Aloys Tapiemene, fidèle jusqu’au martyr » In Collection Vivre et Témoigner, Douala, 1997.

35  E. Manfouo, op. cit., p. 11.

36  Abbé Tchamda, Un vrai martyr de la foi chrétienne, novembre 1968, p. 7, ronéotypé.

37  Témoignage de Momo Kembou Serge, Dountsop Augustin recueilli à Bangang le 28 août 2002.

38 Ibidem.

39  Ces statistiques sont relevées dans les archives de la paroisse de Bangang et c’est effectivement sur cette portion de terre qu’est situé l’actuel Centre de santé de Bangang, construit depuis 1962 et dont la gestion a été confiée à la fondation Ad Lucem.

40  Casimir Fossa, entretien du 28 août 2002 à Bangang.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Baptême de la reine-mère Anne Nguekam grâce à son fils et chef supérieur Banka, sa majesté Michel Tientcheu (1886-1965). Sont sur cette photo, de gauche à droite : Jean Mbu Deussi ; Abbé F. Marie Tchamda ; Miafu Yossa (derrière l’abbé) ; So Monkam, (troisième cadet du chef) ; Michel Tientcheu, chef supérieur Banka avec chapeau, appelé « Tien- nkouémo », il est le chef Banka qui fait don du terrain à l’Église en 1924 pour la construction de la chapelle ; la reine mère Anne Nguekam, assise devant le chef ; Raphaël Nintcheu, prince Banka feu catéchiste assassiné en septembre 1959 ; Mambou Djongoue en blanc à l’occasion de son baptême ; le père Ätei en casque, curé de Banka jusqu’à 1950, est celui qui a commencé la construction de l’Èglise de Banka et qui pour la circonstance procède au baptême de la reine mère.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 2 Un groupe de catéchistes de la Mission Catholique de Dshang en 1928
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Légende Fig. 3 Jean Tiba (1900-1963) le grand catéchiste de la mission catholique du Sacré-Cœur de Dshang
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Légende Fig. 4 M. Djoumessi Mathias (1900-1966) : chef traditionnel chrétien.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende Le catéchiste Joseph Ytembe
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Le catéchiste Victor Nemaleu en service à Banka de 1929 jusqu’à sa mort.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Le catéchiste Benoît Koloko
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Raphaël Nitcheu, prince Banka.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/2145/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célestine Colette Fouellefak Kana‑Dongmo, « Acteurs locaux de l’implantation du catholicisme dans le pays Bamiléké au Cameroun », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2145 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2145

Haut de page

Auteur

Célestine Colette Fouellefak Kana‑Dongmo

Université de Dschang (Cameroun)
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Département d’histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org