Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d'études 2006-2007

La coexistence confessionnelle à l’époque moderne (France et Pays du Refuge)

Journée d’études, 30 septembre 2006 organisée l’équipe RESEA de l’UMR 5190 LARHRA et l’Université du Mans
Yves Krumenacker

Notes de la rédaction

Publication : Didier Boisson et Yves Krumenacker (éd.), La coexistence confessionnelle à l’épreuve. Études sur les relations entre protestants et catholiques dans la France moderne, Coll. Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires, N°9, Lyon, RESEA – LARHRA, UMR 5190, 264 p.

Texte intégral

1Cela commence à devenir une tradition. Tous les deux ans, les modernistes spécialistes de l’histoire du protestantisme se réunissent pour une journée d’études. La première avait eu lieu à Paris en 2002 pour dresser un bilan général et ouvrir des perspectives de recherches. Les actes ont été publiés dans le tome 150/1 (2004) du Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français. La deuxième s’est déroulée au Mans en 2004 sur le thème : refuges et réseaux protestants. En 2006 c’était au tour de Lyon. À chaque fois, il est fait appel aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à de plus confirmés et la dimension internationale de la recherche sur le protestantisme est régulièrement honorée.

2La journée, organisée par Didier Boisson (Université du Maine), Yves Krumenacker (Université Jean Moulin) et Michelle Magdelaine (CNRS) s’est révélée riche. Le déroulement prévu était chronologique. Après une introduction de Myriam Yardeni (Université de Haïfa) qui présentait un bilan des recherches, Denis Crouzet (Paris IV) – malheureusement absent, mais son texte a pu être lu – a montré comment Catherine de Médicis a pu imposer en 1579 la paix de Nérac en intégrant l’émotion dans la négociation, avec un art consommé de la patience, de la dissimulation, de la colère, pour faire apparaître sa fermeté. Pierre-Jean Souriac (Lyon III) a ensuite étudié les places de sûreté prévues par l’édit de Nantes pour montrer que leur rôle militaire était somme toute mineur et qu’elles permettaient une réelle coexistence dans la cité. Nous étions ainsi entraînés vers le XVIIe siècle, illustré tout d’abord par Michelle Magdelaine (CNRS) qui présentait le cas exceptionnel de Sainte-Marie-aux-Mines où coexistaient réformés de langue française et de langue allemande, luthériens, anabaptistes et catholiques ; cette coexistence s’explique en partie par l’implantation ancienne des diverses confessions dans une petite ville, ce qui a permis de se connaître, et par la situation désastreuse de l’Alsace à la suite de la guerre de Trente Ans, imposant de faire affaire avec tous si on veut survivre. Philippe Chareyre (Pau) a ensuite montré, à partir d’exemples méridionaux, ce que les registres des consistoires peuvent nous apprendre sur la coexistence au quotidien, dans la famille, le travail, les loisirs, les relations sociales.

3L’après-midi a permis de prolonger les réflexions sur le XVIIe siècle avec Christian Aubrée (doctorant, Paris IV) qui a présenté le cas très mal connu des protestants parisiens. Les actes notariés montrent qu’ils ont des rapports fréquents avec les catholiques, notamment sur le plan économique, s’occupant quelquefois des affaires de dévots comme le duc de Lévis-Ventadour, fondateur de la Compagnie du Saint-Sacrement. Edwin Bezzina (Université de Terre-Neuve) a ensuite étudié les testaments de la région de Loudun, en Poitou, et a pu montrer une certaine porosité de la frontière confessionnelle dans certaines formules et surtout dans le choix des témoins. Yves Krumenacker (Lyon III) a ensuite proposé, sur le plan de la méthode, de bien différencier les lieux, les temps, les circonstances, pour ne pas parler de coexistence de manière trop générale. Auparavant Chrystel Bernat (EPHE), en analysant les relations entre catholiques et protestants pendant la guerre des Camisards, avait montré que l’absence de conflit, au niveau local, ne signifie pas forcément une bonne entente entre les communautés. Valérie Sottocasa (Toulouse – Le Mirail), enfin, a attiré notre attention sur le rôle de la mémoire : la tournure religieuse que prend la Révolution française en Languedoc s’explique en grande partie par le souvenir, toujours vivant, des guerres de religions.

4Olivier Christin (Lyon 2) a ensuite brillamment conclu cette journée particulièrement riche et qui s’est tenue devant un public attentif d’une quarantaine de personnes. De quoi inciter à prolonger la tradition en organisant une nouvelle journée en 2008…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « La coexistence confessionnelle à l’époque moderne (France et Pays du Refuge) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 17 septembre 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2093

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org