Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Matthieu Muhemu Subao Sitone, Naissance et croissance d’une Eglise locale (1896/97 – 1996 Le cas du diocèse de Butembo-Beni au Congo-Kinshasa (RDC), 577 p., Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2, 26 juillet 2006

Jury : Paul Coulon (Institut catholique de Paris), Jean-Dominique Durand, (Université Jean Moulin - Lyon III), Claude Prudhomme (Université Lumière - Lyon 2, Directeur), Christian Sorrel (Université de Savoie)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Le chercheur, religieux congolais de la congrégation de l’Assomption, a choisi d’étudier l’histoire de la christianisation du diocèse dont il est originaire.

2Paradoxalement la difficulté essentielle résidait peut-être dans sa situation personnelle et les liens étroits qu’il entretenait avec son objet d’étude. Issu lui-même de ces premières générations catholiques congolaises, il a expérimenté dans sa propre vie ce heurt des cultures qui est au centre de sa recherche. Cette confrontation a été interprétée par la littérature missionnaire sur le mode d’un passage progressif et positif du monde de la tradition à celui du catholicisme. Matthieu Sitone a compris la nécessité de sortir de ce cadre préétabli afin de mettre sur un pied d’égalité les deux univers culturels, au lieu de les hiérarchiser, et d’analyser le passage au christianisme comme un processus que le chercheur n’a pas, a priori, à qualifier comme un enrichissement ou un progrès.

3Le premier mérite de ce travail est en effet de procéder à une enquête aussi systématique que possible dans les fonds d’archives civils et ecclésiastiques, en France, et surtout en Belgique et en Italie, sans se limiter à ceux qui étaient le plus facilement accessibles, à savoir ceux de sa congrégation. Cette collecte permet d’offrir au lecteur la première vue d’ensemble de la christianisation d’une région du Congo, mal connue parce que périphérique, avant qu’elle ne se retrouve récemment au cœur des conflits qui touchent la région des Grands lacs. Pour la première fois, on dispose ainsi d’une histoire de la mission en pays Nande qui décrit avec précision l’introduction du christianisme, confirme les liens spécifiques entre mission et colonisation au sein du Congo belge, dégage l’importance de la phase pré-assomptionniste, montre les modalités et les enjeux du passage à l’Église locale au moment de l’indépendance.

4Le plan adopté est le résultat d’un compromis, et comme tel, il a des limites dont le candidat s’est déclaré conscient. L’approche chronologique permet de reconstituer les étapes juridiques de la mission, au risque de gommer les dynamiques à l’œuvre, les accélérations ou les arrêts de la christianisation. Mais la thèse entend surtout insister sur la diversité des acteurs, même si la nature des sources conduit à valoriser les acteurs cléricaux aux dépens des laïcs. Enfin, le lecteur se voit proposer un tableau aussi large que possible d’une société catholique selon le modèle intransigeant cher au père d’Alzon et aux assomptionnistes. La volonté de mettre la foi chrétienne dans la vie de tout l’homme et de tous les hommes se traduit dans un développement remarquable d’institutions et d’œuvres, malgré la modestie des moyens en personnel et en ressources.

5Un tel travail pose évidemment la question centrale de l’acculturation. La thèse nous montre l’écart initial entre deux univers culturels, mais elle insiste aussi sur les rapprochements possibles entre les croyances, les valeurs ou les rituels nande et le catholicisme. Elle tente même de mettre en relation religion du terroir et catéchisme catholique pour pointer les déplacements et les modes de traduction de la tradition dans le langage catholique. L’interprétation proposée reste cependant dominée par un modèle issu de la théologie des « pierres d’attente » qui privilégie les convergences et mériterait discussion.

6On peut aussi regretter la persistance de quelques jugements de valeur sur d’autres croyances ou confessions, ou la vision irénique des rapports entre les congrégations religieuses. Mais on comprend la pudeur de l’Africain dans l’évocation de la violence qui traverse l’histoire coloniale et post-coloniale de sa région, même si la guerre civile récente aurait pu susciter une analyse plus ambitieuse.

7En définitive, cette thèse a l’immense intérêt de poser à travers une étude de cas, et non des discours déconnectés du réel, des questions difficiles dont on peut citer trois exemples.

8La mise à jour du processus de christianisation. M. Sitone le décrit comme un processus irrésistible en dépit de résistances conjoncturelles. Il a abouti à la construction d’une société catholique qui semble faire consensus. Les Nande verraient ainsi dans le catholicisme, un aboutissement et un dépassement de l’univers tribal. Mais l’adhésion au catholicisme apparaît aussi comme un passage obligé pour accéder à la modernité et au progrès matériel apporté par les blancs, notamment à travers l ‘école missionnaire ou les dispensaires. Dès lors, comment faire la part entre les deux attentes, et cela a-t-il un sens de les séparer et de les hiérarchiser ?

9La thèse insiste sur les acteurs cléricaux, en particulier les missionnaires européens. Elle affirme, plus qu’elle ne le démontre, faute de sources, le rôle des « auxiliaires indigènes ». Sans doute conviendra-t-il d’affiner l’analyse de ces autres acteurs, catéchistes ou membres de mouvements, et de leur profil, d’autant qu’ils semblent porteurs d’un véritable prosélytisme de proximité.

10Un tel travail incite à s’interroger sur l’ancrage social du catholicisme au Congo. On peut se demander si ce qui fait sa force ne peut pas devenir sa faiblesse. S’il pallie les carences de l’État et fournit le lien social brisé par la colonisation, il peut se voir, comme ailleurs, contesté, dans le contexte d’un État fort ou d’une sécularisation, pour son emprise, jugée excessive. À bien des égards, la thèse se révèle fondatrice par ses sources, ses apports, ses questions. Elle fournit désormais une base solide pour mener les enquêtes de terrain qui complèteront notre connaissance des modes d’acculturation du catholicisme aux réalités congolaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Matthieu Muhemu Subao Sitone, Naissance et croissance d’une Eglise locale (1896/97 – 1996 Le cas du diocèse de Butembo-Beni au Congo-Kinshasa (RDC), 577 p., Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2, 26 juillet 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2089

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org