Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Frédéric Scheider, Aliénisme et catholicisme à Lyon au XIXe siècle : les missions de Joseph Arthaud (1813-1883), 3 vol., 894 p., Thèse soutenue à l’Université Jean Moulin – Lyon III

Jury : Philippe Boutry (Paris I, président), Isabelle von Bueltzingsloewen (Lyon 2), Bruno Dumons (CR CNRS, LARHRA), Olivier Faure (Lyon III, directeur), Jacques Hochmann (professeur émérite Lyon I)
Olivier Faure

Texte intégral

1Le titre et l’objet de cette thèse sont au cœur des actuelles options de l’équipe de recherche RESEA qui veut associer l’histoire du religieux et du médical. Son contenu démontre le bien fondé de ce choix et la fécondité du croisement des champs.

2Écrite par un psychiatre devenu totalement historien sans renoncer à sa formation initiale, la thèse réussit le pari difficile d’établir la biographie précise d’un homme discret jusqu’à l’excès tout en montrant combien cet itinéraire dépasse l’individu en question et nous permet de remettre en cause de nombreux a priori.

3Joseph Arthaud est tout à la fois et à parts égales un aliéniste au service d’asile public et un catholique militant fortement engagé dans la société de Saint-Vincent de Paul et la Propagation de la Foi. Tout au long de son existence Joseph Arthaud réussit à se mouvoir parallèlement dans ses deux univers en apparence si opposés sans être placé, sauf à la fin de sa carrière, dans une position intenable et sans jamais mêler les deux versants de son engagement. Sans rien renier de ses croyances religieuses, Arthaud est un médecin plutôt tourné vers l’observation, la physiologie et l’anatomo-pathologie que tenté par le vitalisme et le spiritualisme qui séduisent tant de médecins catholiques. Même dans un domaine aussi sensible que celui des célèbres « possédées de Morzine » Arthaud reste un clinicien peu tenté par les interprétations mystiques et les remèdes de type religieux. Résistant toujours à la tentation de transférer ses croyances dans sa pratique médicale, Joseph Arthaud est bien un individu qui vit en chrétien dans une société qui l’est de moins en moins.

4En se comportant ainsi, Arthaud est loin d’être le seul de ce cas. L’autre mérite de la thèse est en effet de situer le personnage au sein des différents groupes qu’il fréquente. Parmi eux le petit cercle des amis d’Ozanam formé au sein de la classe de philosophie de l’abbé Noirot au Collège royal de Lyon. Noirot est l’un de ces catholiques qui tentent aux lendemains de la Révolution de réconcilier la science et la foi. Le groupe se consolide ensuite en animant les conférences de Saint-Vincent-de-Paul et la propagation de la Foi. Du coup, aux dires de P. Boutry et B. Dumons, la thèse apporte beaucoup à la compréhension de cette frange d’intellectuels catholiques aussi éloignés du catholicisme libéral de Lacordaire que du catholicisme intransigeant. Bref une première génération de catholiques vivant individuellement leur foi dans une société en voie de laïcisation dont ils admettent l’existence.

5L’une des traductions de cette option est pour Arthaud son total investissement au service des plus rejetés, les aliénés. En choisissant cette branche hasardeuse de la médecine, en se vouant au soulagement des pathologies les plus difficilement curables, en côtoyant des confrères plutôt libéraux et anticléricaux, en choisissant de traiter seulement des pauvres dans un asile public, Arthaud vit bien son engagement professionnel comme une mission charitable. Si elles ne sont jamais confondues, carrière professionnelle et conceptions religieuses sont indissociablement liées. En suivant l’aliéniste Arthaud, la thèse permet de relire d’une façon vivante comment ont été vécus par des individus tous les grands débats qui ont traversé l’aliénisme au début du XIXe siècle que ce soit sur les origines de l’aliénation ou sur les thérapeutiques. Plus encore la thèse permet d’étudier de près l’application locale de la loi de 1838 sur l’assistance aux aliénés et de montrer la complexité et la diversité des enjeux qui président à la construction d’un asile d’aliénés en province. La thèse montre aussi que l’asile, comme la prison, a été critiqué dès sa création (en particulier à cause de son encombrement) sans pouvoir jamais être remplacé.

6Servie par une immense érudition et une écriture alerte, cette thèse très riche d’informations multiples ne néglige pas les interprétations plus larges comme dans la conclusion qui propose d’analyser la vie d’Arthaud au travers du triple prisme de la psychanalyse (le mystère de son origine), de la dynamique sacrificielle du catholicisme lyonnais du XIXe et des théories du bouc émissaire. C’est dire les intérêts multiples et l’importance de ce travail dont on espère qu’il donnera bientôt lieu à publication sous une forme plus ramassée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Faure, « Frédéric Scheider, Aliénisme et catholicisme à Lyon au XIXe siècle : les missions de Joseph Arthaud (1813-1883), 3 vol., 894 p., Thèse soutenue à l’Université Jean Moulin – Lyon III », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2087

Haut de page

Auteur

Olivier Faure

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org