Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Samuel Odier, La fin de l’asile d’aliénés dans le Rhône et l’Isère à partir de l’exemple du Vinatier et de Saint-Egrève (1930-1955), Lyon III, 3 vol., 655 p., Thèse soutenue à l’Université Jean Moulin – Lyon III le 16 février 2006

Jury : Eric Baratay (Lyon III, président), Isabelle von Bueltzingsloewen (Lyon 2), Jacqueline Carroy (directrice d’études EHESS), Olivier Faure (Lyon III, directeur) Didier Nourrisson (IUFM Lyon)
Olivier Faure

Texte intégral

1La thèse de Samuel Odier est très représentative de l’intérêt suscité chez les étudiants depuis quelques années par l’histoire sociale de la psychiatrie. Au sein du sympathique et dynamique petit groupe d’étudiants lyonnais travaillant sur ce thème, Samuel Odier a été pionnier puisqu’il a soutenu voici un peu plus de dix ans, sous la direction de Françoise Thébaud, un mémoire de maîtrise consacré aux conditions matérielles d’internement des aliénés à l’hôpital psychiatrique du département de l’Isère faisant une large part à la famine asilaire des années 1939-1945. Après la thèse de Max Lafont mais avant que le sort des aliénés pendant la seconde guerre mondiale ne devienne le sujet d’une polémique virulente, Samuel Odier avait déjà décrit, documents en mains et sans polémique inutile le calvaire des pensionnaires des asiles psychiatriques.

2Pour sa thèse, Samuel Odier a choisi de replacer cet événement tragique dans une période plus longue. En effet, par certains côtés, la tragédie de la guerre est indissociable du sort déjà difficile fait aux aliénés internés dans les périodes antérieures. En aval, il faut aussi admettre que cet événement traumatique a joué un rôle considérable dans les transformations postérieures de la psychiatrie et même que la brutale chute des effectifs internés a permis, au moment même ou beaucoup mouraient de faim, d’offrir aux survivants d’autres perspectives qu’un internement à vie. Dire cela c’est signaler la difficulté à traiter ce dossier délicat. Rédigeant sa thèse en même temps que montait la polémique sur les responsabilités de la tragédie, Samuel Odier a parfois eu du mal, et on le comprend, à s’abstraire du débat. Il n’empêche que la thèse offre des éléments de compréhension essentiels.

3Nourrie d’archives inédites retraçant le quotidien des malades dans deux établissements importants de la région (Lyon et Grenoble), Samuel Odier pointe bien et décrit en détail les conséquences de l’encombrement permanent et croissant que subissent les asiles dans l’entre-deux-guerres. Il montre combien celui-ci rend inefficace le traitement moral et augmente les durées de séjour qui à leur tour contribuent à l’encombrement. Face à celui-ci, les pouvoirs publics, et en particulier les conseils généraux à qui incombe la gestion des asiles, confrontés aux difficultés financières de l’entre-deux-guerres, renâclent à investir en faveur d’une population difficilement curable et socialement peu réadaptable. Sans être du tout extrémistes, nombre d’hommes politiques suggèrent et disent parfois qu’il y a mieux à faire que de dépenser inutilement des sommes qui seraient mieux utilisées en faveur de populations socialement plus utiles comme les enfants. En tenant ce discours, les politiques ne font que reprendre les déplorations médicales sur le grand nombre de « non valeurs sociales », de déchets sociaux qui encombreraient les sanatoriums et beaucoup d’autres institutions. À lire ces multiples discours, tant nationaux que locaux, que nous transmet S. Odier on comprend mieux qu’une partie des responsables, sans nourrir de volonté exterminatrice, aient été largement indifférents au sort des aliénés pendant l’Occupation. L’indifférence fut à elle seule meurtrière. Dans ce contexte, les aliénistes (comme on appelait encore les psychiatres) furent tentés, sur le modèle de ce qui faisait en matière de lutte contre les maladies contagieuses (tuberculose), de délaisser les asiles pour privilégier le dépistage précoce des troubles mentaux et promouvoir l’hygiène mentale. Si l’on peut voir dans ce mouvement le précurseur de la psychiatrie de secteur et de la déshospitalisation, il n’est pas sûr que, sur le moment, ce mouvement n’ait pas contribué à accélérer le délaissement des asiles.

4Tout en montrant que des changements profonds s’amorcent sous le régime de Vichy (intégration au réseau hospitalier, expérimentation des traitements de choc), S. Odier confirme que le rythme s’accélère aux lendemains de la Libération. Dans cette période, il remet à sa juste place la révolution des neuroleptiques que beaucoup ont décrit comme le moteur essentiel voire unique de la « Révolution psychiatrique ». Il montre concrètement, à partir de ces deux établissements que le succès de ces nouveaux traitements s’explique largement parce qu’ils surviennent dans un contexte de profonds bouleversements qui touchent le personnel, les locaux et même la façon de concevoir la maladie mentale. Dans cette période d’expérimentation tous azimuths, largement inspirée par le souci de rompre à tout prix avec l’aliénisme ancien qui a conduit au drame, les nouveaux traitements ont été d’emblée mis en œuvre par des médecins qui y voyaient un moyen de plus de sortir de l’asile traditionnel.

5Appuyée sur les réalités du quotidien plus que sur les discours généraux, cette thèse vient heureusement combler une lacune de l’historiographie, jusque là plutôt tournée vers la période de fondation de l’aliénisme et les développements contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Faure, « Samuel Odier, La fin de l’asile d’aliénés dans le Rhône et l’Isère à partir de l’exemple du Vinatier et de Saint-Egrève (1930-1955), Lyon III, 3 vol., 655 p., Thèse soutenue à l’Université Jean Moulin – Lyon III le 16 février 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2085

Haut de page

Auteur

Olivier Faure

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org