Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Flavien Nkay Malu : La croix et la chèvre : les missionnaires de Scheut et les Jésuites chez les Ding Orientaux de la République Démocratique du Congo, 1885-1933, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 29 juin 2006

Jury : Philippe Delisle (Université Jean Moulin Lyon III), Isidore Ndaywel (Université de Kinshasa), Claude Prudhomme (Université Lumière Lyon 2, Directeur), Christian Sorrel (Université de Savoie)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Flavien Nkay Malu, après une formation en anthropologie et en histoire, a bénéficié d’une bourse du C.I.E.F. pour préparer une thèse d’Histoire consacrée à la christianisation des Ding au Congo – Kinshasa (Kasaï). Son travail étudie l’histoire de la rencontre du christianisme avec cette communauté congolaise, de la fin du XIXe siècle au début du XXe à travers trois parties La première porte sur l’histoire de la pénétration coloniale dans cette région de l’État indépendant du Congo. Aux « explorateurs », succède l’occupation missionnaire, des Scheutistes d’abord, des Jésuites ensuite, avant la relève des Oblats de Marie Immaculée qui ont eu la charge, en définitive, de ce territoire ecclésiastique.

2La deuxième partie étudie l’action missionnaire, à partir des postes de mission créés : Pangu, où les Scheutistes s’étaient implantés et Ipamu, qui fut fondée par les Jésuites. L’« action missionnaire » s’exerce non seulement par des œuvres d’évangélisation (instruction religieuse, fêtes liturgiques, sacrements), mais aussi par l’éducation et l’étude du milieu et de la population. Avec un personnel missionnaire qui se diversifie (Pères, Frères et Sœurs), on est introduit dans le monde des contacts avec les communautés villageoises.

3La troisième partie, décrivant le milieu, les institutions traditionnelles et la culture locale, démontre combien la rencontre, entre missionnaires et Ding orientaux, s’est réalisée sur fond des « malentendus », mais de malentendus productifs. Certaines méthodes du christianisme qui ont fait l’objet d’appropriation de la part des autochtones, étaient utilisées comme simples matériaux dans la construction des pratiques culturelles locales ; d’autres éléments n’ont pu être « apprivoisés », au cours de la période étudiée, parce qu’en situation conflictuelle avec les cultures préexistantes. Le dernier chapitre s’efforce de collecter dans la « mémoire indigène » des éléments de ce regard croisé, confirmant ce climat de malentendu.

4L’étude éclaire avec beaucoup de finesse sur les éléments de cette christianisation (catholique) pionnière. Pour l’auteur, elle a été une œuvre courageuse, qui a eu à affronter nombre de difficultés (épidémies, concurrence protestante, contexte politique difficile), mais elle s’interprète aussi comme espace de rencontre et de conflit, où les barrières culturelles et linguistiques ont conduit à des malentendus réciproques.

5Le travail s’impose par sa volonté de comprendre, en associant la démarche de l’anthropologue de terrain et celle de l’historien plongé dans les archives. Il manifeste un regard lucide, critique, parfois teinté d’ironie, plus souvent d’un humour qui permet de dire la violence de certaines situations sans tomber dans le règlement de compte. Attentif aux hommes, soucieux de les replacer dans leur contexte, évitant les jugements à l’emporte-pièce, Flavien Nkay Malu donne un remarquable exemple de la manière dont l’historien peut concilier ses propres engagements, y compris, dans son cas, comme prêtre catholique, et les exigences critiques de la démarche scientifique. Sa thèse témoigne que l’histoire africaine par les Africains a désormais trouvé un point d’équilibre.

6Dès le titre, clin d’œil à l’ouvrage d’Éric de Rosny, le candidat met en évidence ce qui est au cœur de son étude, la rencontre conflictuelle et finalement productrice, entre deux cultures et deux religions. Rompant avec le plan habituel des thèses consacrées à l’histoire du christianisme en Afrique, Flavien Nkay Malu ne commence pas par un tableau ethnologique des Ding mais se place au contraire d’emblée du point de vue des missionnaires et des colonisateurs. Il analyse avec précision, grâce à l’exploitation d’archives belges, congréganistes ou romaines, les conditions et les formes prises par la mission catholique dans les populations Ding. Cela lui permet de donner une grande cohérence à un récit qui démonte, parfois avec minutie, comment les missionnaires blancs s’installent, s’organisent, s’adaptent, mais aussi comment ils voient et interprètent la société autochtone, et comment finalement ils élaborent, introduisent et imposent un système de représentations et une nouvelle catégorie ethnique. Venu de l’extérieur, source de conflits et de résistance, de malentendus et de concurrences, le christianisme est néanmoins devenu progressivement la religion majoritaire. Pour comprendre cette appropriation par les populations de la religion importée, la thèse choisit ensuite de se placer délibérément du côté des destinataires. Sans chercher dans les traditions les « pierres d’attente » qu’ont voulu y voir certains missionnaires, il repère les points d’accrochage, les modes d’articulation ou de juxtaposition entre culture ancienne et nouvelle. Finalement il met en évidence, de manière concrète, le processus par lequel le catholicisme devient une donnée autochtone, articule reproduction du modèle et affirmation identitaire par la différenciation.

7Évitant de qualifier moralement ou théologiquement cette christianisation assumée, Flavien Nkay Malu montre remarquablement comment le rapport des Ding au catholicisme mêle de manière inextricable pragmatisme et conviction profonde, ou comment la frontière entre les appartenances reste incertaine et ne cesse de se déplacer. Au bout du compte, la résolution des conflits de rites et de croyances semble s’effectuer de manière pratique par la conciliation des rites, comme en témoignent notamment les funérailles. À leur manière, les populations Ding devenues catholiques ont dépassé les oppositions entre paganisme et christianisme, héritages et nouvelle culture, pour préserver les fils qui les relient à leur histoire, en somme pour concilier la fidélité à la croix et à la chèvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Flavien Nkay Malu : La croix et la chèvre : les missionnaires de Scheut et les Jésuites chez les Ding Orientaux de la République Démocratique du Congo, 1885-1933, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 29 juin 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2083

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org