Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Hervé Essono Mezui, Église catholique, vie politique et démocratisation au Gabon (1945-1995), sous la direction de Claude Prudhomme, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon(en ligne sur le site de Lyon 2)

Jury : Hélène d’Almeida-Topor (Paris I-Sorbonne), Colette Dubois (Université Aix-Marseille I), Claude Prudhomme, (Université Lumière–Lyon 2, Directeur).
Claude Prudhomme

Texte intégral

1La recherche menée par Hervé Essono, étudiant gabonais, est inséparable des nombreux débats qui ont entouré et entourent l’histoire politique et religieuse de son pays. Elle n’en reste pas moins commandée par une démarche critique et scientifique qui refuse tout jugement a priori. Si le chercheur a ainsi utilisé sa connaissance de l’intérieur de certains aspects du catholicisme gabonais, il ne s’est pas laissé enfermer dans un débat stérile sur le bilan positif ou négatif de l’action missionnaire.

2Formellement la présentation montre comment l’outil informatique permet l’introduction dans le texte de nombreux documents : iconographie, tableaux, cartes. Le plan, chronologique, suit les grandes étapes de l’évolution politique et religieuse. Il met en évidence l’importance des années 1969 (instauration du parti unique) et 1990 (amorce de démocratisation), années cruciales aussi bien pour la vie politique que celle de l’Église catholique. Il comporte en amont un important chapitre préliminaire qui peut sembler un peu long mais qu’a rendu nécessaire l’absence de tout travail universitaire sur la mission catholique avant 1945.

3Le premier mérite de cette thèse est de s’attaquer à une histoire jusqu’ici négligée, celle du catholicisme gabonais, alors que la majorité de la population gabonaise est aujourd’hui chrétienne, essentiellement catholique. L’examen du processus de christianisation décrit par Hervé Essono permet d’en dégager les lignes de forces, mais aussi les limites, voire les contradictions. Mise en parallèle avec l’évolution politique, notamment la marche à l’indépendance et la construction de l’État nation, l’histoire du catholicisme apparaît en effet sous plusieurs visages. Elle est d’abord étroitement liée à la colonisation même si la mission poursuit son propre but, à savoir la plantation d’une Église autochtone. La jeune Église gabonaise cherche ensuite à profiter de l’indépendance pour exercer une influence directe sur les textes et les hommes qui fondent la jeune République, avec l’espoir de construire une société chrétienne africaine. Enfin elle passe d’une réserve prudente et ambiguë, face à un régime devenu personnel et autoritaire, à une position plus critique à partir de la Conférence nationale. Au total le christianisme introduit à l’époque coloniale s’est bien naturalisé, ce qui ne veut pas dire reproduit à l’identique, mais qu’il est devenu une composante de la société gabonaise, y compris en tant qu’enjeu de pouvoir, susceptible de manipulations en tous sens.

4Le premier objectif de ce travail était de décrire et reconstituer avec soin, de manière argumentée et nuancée, une histoire mal connue. Le chercheur y parvient grâce à des sources variées, au Gabon et en France, sources écrites, mais aussi orales, parfois iconographiques. Le très grand nombre de notes en bas de page témoigne de l’importance de la documentation qui a été rassemblée. Dans cette abondance on peut cependant regretter que la part des femmes, religieuses ou laïques, soit restreinte, faute de sources suffisantes ou accessibles.

5La place accordée au récit n’élimine pas la volonté d’interpréter et de comprendre. Désireux de mettre au clair les rapports au Gabon entre le politique et la religion, Hervé Essono propose quatre fils directeurs. Le premier insiste sur l’importance de la longue durée. Il met en évidence une constante imbrication qui mêle dès l’origine complicité et compétition, et trahit la volonté réciproque d’instrumentalisation.

6Le second défend le point de vue selon lequel le catholicisme a été un acteur majeur, une « force vive » dans la construction nationale. Indirectement, sans l’avoir voulu, il a préparé l’indépendance à l’époque missionnaire par le développement d’un réseau scolaire, la formation des futures élites, un discours modernisateur. Directement il agit par ses interventions publiques ou, récemment, par l’entrée en politique de prêtres dissidents. Mais l’ambition d’une collaboration modérément critique semble bien la position dominante. Elle conduit parfois à un silence qui semble l’acceptation d’un ordre bien peu démocratique, ou suggère que l’autorité ecclésiastique s’accommode de son impuissance à agir sur le cours des choses. En 1990 le tournant de la Conférence nationale fait au contraire pencher du côté d’une collaboration critique.

7Le troisième fil directeur, explicité dans la conclusion générale, pose la difficile question de la laïcité en Afrique subsaharienne. L’auteur critique le transfert artificiel du modèle français, au moins dans le droit, car le principe de la laïcité est constamment contredit par la pratique politique qui fait un usage constant du religieux. Il plaide donc en faveur d’une reconnaissance par l’État du rôle que les religions jouent dans la société gabonaise. Son argumentation convainc quand elle établit le constat d’une faillite de la démocratie faute d’avoir su faire adhérer à un socle commun de valeurs sans lequel elle ne peut pas fonctionner. Reste à savoir si les religions sont capables, par delà leurs différences et la concurrence qui les oppose, de fournir ce recours moral et de lutter efficacement contre la corruption ou l’arbitraire.

8Un quatrième fil directeur traverse la thèse. Le chercheur s’interroge sur l’enracinement de ce catholicisme statistiquement majoritaire. Il montre clairement les limites de la gabonisation dans une Église qui peine à dégager un clergé autochtone et exerce une faible influence en matière de morale privée et publique. Il souligne l’écart qui subsiste entre culture héritée et christianisme, écart qui favorise les cultes tournés vers les ancêtres (Bwiti). Il constate aussi la médiocrité de la formation des fidèles et leur désintérêt persistant pour l’engagement politique.

9Au total par l’information inédite qu’elle rassemble, par les pistes qu’elle dégage, par son effort pour interpréter une histoire complexe, par les questions stimulantes et délicates qu’elle pose, cette thèse s’avère une contribution importante aussi bien d’un point de vue scientifique que civique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Hervé Essono Mezui, Église catholique, vie politique et démocratisation au Gabon (1945-1995), sous la direction de Claude Prudhomme, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon(en ligne sur le site de Lyon 2) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2079

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org