Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Chiara Povero, Missioni in terra di frontiera. La Controriforma nelle Valli del Pinerolese. Secoli XVI-XVIII, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2006, 421 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1Le protestantisme italien (plus précisément, dans ce cas, savoyard) est très mal connu en France, d’où l’intérêt de ce livre, publication d’une thèse fondée sur d’importants dépouillements d’archives à Pignerol, Turin, Rome, dans de petites communes comme Mentoulles, Fenestrelle, Oulx, Torre Pellice, mais aussi à Grenoble, et sur la lecture d’imprimés dont certains se trouvent à la B.M. de Lyon – car, ne l’oublions pas, la région de Pignerol a été française de 1536 à 1574 et de 1630 à 1697 et la Congrégation de la Propagation de la Foi de Grenoble y a été active ; c’est dire l’intérêt de l’ouvrage pour les chercheurs français.

2L’auteure commence par une vue d’ensemble de l’historiographie des missions, pour mettre en lumière les spécificités de celles qu’elle étudie : essentiellement des missions de controverse, menées par les capucins, les frères mineurs observants et les jésuites, et destinées non à des peuples « superstitieux », mais à des protestants instruits et conscients de leur foi. Pour la Savoie comme pour la France, toutes deux en délicatesse avec Rome, ces missions étaient l’occasion de montrer leur zèle catholique. Pignerol, place forte stratégique au XVIe siècle, devient ainsi de plus en plus un enjeu religieux majeur. L’espace étudié, les trois « vallées vaudoises », comme les nomment les ouvrages protestants, est une région de frontière, où les souverains vont vouloir de plus en plus imposer leur marque politique et religieuse ; mais c’est aussi une zone d’échanges entre populations, et un avant-poste réformé dans les terres catholiques, d’où un soutien constant des pays protestants aux huguenots de ces régions.

3Après l’échec de la reconquête armée, sanctionné par le traité de Cavour du 5 juin 1561, l’heure est aux missions. L’initiative est politique : les ducs Emmanuel-Philibert, puis Charles-Emmanuel 1er sont de fervents catholiques et ils ont besoin du soutien du pape pour leur politique extérieure expansionniste (conquérir Saluces, Genève) mais ils craignent que les protestants ne soutiennent le voisin français. Ils favorisent donc, en collaboration avec le nonce et l’archevêque de Turin, les missions jésuites (avec Possevino), puis capucines, sans oser cependant imposer le catholicisme. Un élan supplémentaire est donné à partir de 1602, avec des instructions de plus en plus précises. Mais l’objectif essentiel, face à l’impossibilité d’éliminer  totalement l’hérésie des vallées alpines, est de les isoler du reste du territoire savoyard. En 1630 la peste, la mort du duc et l’occupation française changent la situation. Certaines régions protestantes reviennent à la France au traité de Cherasco (1631), ce qui permet d’ailleurs aux huguenots de passer plus facilement dans l’un ou l’autre des États en passant les cols alpins, au gré des persécutions. Du côté savoyard, l’offensive catholique devient plus forte sous la régente Christine (1637-1663), une campagne militaire a lieu en 1655, mais la pression internationale, surtout anglaise et hollandaise, oblige à accorder une patente de grâce et un pardon général. Du côté français, les missions se multiplient (mais les missionnaires italiens sont remplacés par des Français), ainsi que les mesures vexatoires. Louis XIV favorise la mission jésuite de Fenestrelle, ainsi que le collège jésuite de Pignerol. La pression culmine en 1685 avec les dragonnades et la révocation de l’édit de Nantes. Le duc Victor-Amédée II interdit lui aussi le protestantisme, en 1686, mais, allié à des pays protestants contre la France, il revient en arrière et publie un édit de tolérance en 1694. Au total, les missions ont peu de succès, en raison des aléas politiques, du caractère montagneux de la région qui entrave les activités des religieux, et de la frontière, qui permet d’échapper facilement aux persécuteurs. Le traité d’Utrecht (1713) redonne toute la région à la Savoie. La situation change alors considérablement. D’une part, les réguliers, notamment les jésuites, s’investissent davantage dans l’éducation et dans l’assistance, collaborant aux initiatives de Victor-Amédée II en la matière et unissant efforts de conversion et exercice de la charité ; d’autre part, l’apostolat auprès des réformés est de plus en plus le fait du clergé séculier, les réguliers se contentant de les aider. Sous Charles-Emmanuel III, la collaboration est très forte entre les pouvoirs civil et religieux ; l’État prend désormais en charge l’éducation des convertis, un Hospice des Catéchumènes est fondé à Pignerol en 1740. Les nouveaux convertis peuvent ainsi être pris en charge à l’abri de leur famille. Aussi importante est la création du diocèse de Pignerol, en 1648, qui consacre la victoire du clergé séculier sur les réguliers.

4 L’auteure s’intéresse ensuite aux méthodes missionnaires. L’importance de l’éducation se manifeste par l’accent mis sur la prédication, simple mais fondée sur une bonne culture théologique, ce qui est nécessaire dans des vallées où les protestants connaissent bien leur Bible. Si la prédication est moins baroque que dans l’Italie du Sud, on n’en fait pas moins appel aux prodiges, aussi bien dans les campagnes qu’en ville. Mais, dès le début du XVIIe siècle, il s’agit plus de confirmer les fidèles dans la foi catholique que de chercher vraiment à convertir les protestants. Peut-être est-ce davantage le rôle de la catéchèse. L’importance des livres dans la diffusion des idées réformées est très tôt reconnue et les missionnaires cherchent à s’en emparer. Des catéchismes sont publiés pour contrecarrer l’influence de la doctrine de Calvin. L’auteure s’attarde sur celui du capucin Maurizio della Morra, qui insiste sur les aspects extérieurs du culte qui différencient catholiques et protestants ; mais elle note aussi la multiplicité des textes utilisés dans les vallées et les difficultés d’assurer correctement le catéchisme avant le XVIIIe siècle, faute de personnel suffisant en quantité et en qualité. La controverse, écrite et orale, semble en revanche très importante ; plus ou moins savante, elle se rapproche de la propagande dans les récits de conversion. Plusieurs controverses publiques peuvent être retracées ; c’est notamment le cas en 1560 avec Possevino, en 1598 avec le capucin Ribotti, en 1602 avec le jésuite Marchesi, en 1637 avec le frère mineur observant Placido Corso, etc. : disputes savantes, mauvaise foi et attaques personnelles caractérisent ces cérémonies où l’éloquence baroque est importante et qui sont ensuite mises par écrit. Mais, à partir de 1670, la controverse disparaît, remplacée par les efforts d’éducation religieuse.

5L’auteure peut ainsi conclure, dans un dernier chapitre, sur les différentes stratégies de conversion, correspondant aux différents sens du terme (abjuration ou passage à une piété plus profonde) et aux différents protagonistes (hérétiques, catéchumènes, catholiques). La « persuasion douce » est employée à l’égard de ces derniers mais, pour les « réformés obstinés » on n’hésite pas à recourir à la persécution physique, morale et psychologique. Le recours à l’argent (la « caisse des conversions ») est également utilisé. Les missionnaires s’adaptent aux réalités locales, marquées par le protestantisme et l’importance des livres. Une de leurs tâches essentielles est le rétablissement de la paix, dans les villages comme dans les familles, d’où l’importance de la confession (pour laquelle les missionnaires ont des pouvoirs extraordinaires) et de l’instruction religieuse. Comme partout ailleurs les jésuites se différencient des capucins et des frères mineurs observants par une plus grande culture ; mais ces derniers sont admirés pour leur comportement exemplaire.

6Le bilan final est mitigé. Concernant les protestants, ils sont réduits au silence grâce à l’Inquisition dans la vallée de Susa ; mais ailleurs, ils continuent à résister clandestinement, et ce même après la mise en place, au milieu du XVIIIe siècle, d’écoles nombreuses et de paroisses desservies par des prêtres bien formés. De nouvelles formes de dévotion sont diffusées, comme le Rosaire, le Saint-Sacrement, la Sainte-Famille, mais elles ne survivent guère à la disparition des missions.

7Au total, ce livre confirme bien des choses que l’on savait déjà sur les missions intérieures, mais à partir de l’exemple particulier d’une région de montagne, d’une région frontière, marquée par le protestantisme. Cela lui donne un grand intérêt. En annexe sont édités un certain nombre de textes ; on trouve également une table des controverses tenues de 1448 à 1679, des graphiques, des cartes et de belles illustrations en couleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Chiara Povero, Missioni in terra di frontiera. La Controriforma nelle Valli del Pinerolese. Secoli XVI-XVIII, Roma, Istituto Storico dei Cappuccini, 2006, 421 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 17 mai 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2073

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org