Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Les Semaines Sociales de France, 1904-2004, sous la direction de Jean-Dominique Durand, Éditions Parole et Silence, 2006, 486 p

Jacques Gadille

Texte intégral

1Comme l’écrit Michel Camdessus, actuel Président des Semaines  sociales, dans sa préface, l’extraordinaire succès de la session, dite du centenaire, à Lille en septembre 1904, puis, à quelques semaines de là, le colloque international de Lyon sur leur histoire forment un ensemble. En effet, le succès de leur reprise en 1987, après une interruption de 14 ans est inséparable de la prise de conscience historique de leur identité, sur une durée séculaire, exceptionnelle pour une simple association de laïcs.

2Après un prologue par les autorités religieuses et civiles, qui ont reconnu l’influence persistante des Semaines au sein de l’Église et de l’État, Denis Pelletier, dans une ample introduction très informée des travaux les plus récents sur l’histoire du catholicisme en France au XXe siècle, montre une évolution du « modèle pédagogique de présence dans cité » qu’elles ont représenté dans la première décennie, (p. 24), pour recourir ensuite aux « sciences de l’homme, prises dans leur conception citoyenne » dans les deux après-guerres (p.33).

3L’ouvrage se répartit logiquement en cinq sections : la chronologie, que rythment quatre moments : la naissance jusqu’à 1914, par Mme Boyer-Bastier qui a consacré à son sujet une importante thèse de doctorat ; les trois reprises, de 1919 et 1945, par Brigitte Waché et 1987 par Corinne Valasik, – cette dernière ayant été précédée par une période de sérieuses tensions internes (1962-1977), présentée par Claire Toupin-Guyot. La deuxième section s’intéresse aux acteurs, – présidents et secrétaires généraux (Christian Ponson), professeurs (Étienne Fouilloux), à la Commission générale (Laurent Ducerf), enfin à la participation des femmes, de 1904 à 1973 (Bruno Dumons), mais qui se retrouve, avec la moitié des inscrits à la Semaine Sociale de 2001 (p. 104). La troisième section analyse les relations avec les autorités, romaine (Jean-Dominique Durand), diocésaine (Christian Sorrel) et avec la presse (Jean-Pierre Chantin et Daniel Moulinet). Les deux dernières sections présentent les grandes thématiques : – problèmes coloniaux (Anne-Claire Légaut), économiques (Bernard Laurent), politiques (Régis Ladous), de santé (Isabelle von Bueltzingsloewen), enfin de guerre et paix (Corinne Bonafoux), – et, d’autre part, la diffusion du modèle des Semaines Sociales hors de France, à commencer par la Belgique (Emiel Lamberts, qui introduit magistralement l’ensemble de cette dernière section), l’Allemagne (Marie-Emmanuelle Reytier), la Suisse romande (Francis Python), l’Italie (Maurilio Guasco), l’Espagne (Pablo Pérez-Lopez), et enfin l’Amérique latine (Olivier Compagnon) et le Canada (1920-1959) par Bernard Delpal.

4Soit une impressionnante série de larges éventails, tant géographiquement que par leur contenu, – ce que relèvent Émile Poulat et Jean-Dominique Durand, dans leurs conclusions respectives : « Une triple aventure militante, intellectuelle, spirituelle », écrit le premier ; une association devenue « institution », conduite par des laïcs et exerçant une influence certaine dans l’Église et les États, observe le second, qui distingue cinq domaines de l’intervention des Semaines :

  • Un souci d’ouvrir des voies nouvelles dans la gestion et la gouvernance sociales.

  • Un croisement interdisciplinaire de toutes les sciences de l’homme.

  • Une aptitude à diffuser, à transmettre les valeurs.

  • Une réhabilitation du politique, dans une perspective personnaliste.

5La constitution de réseaux internationaux, de plus en plus sensible lors des dernières sessions, celles qui ont suivi la reprise de 1987, et, en particulier les plus récentes, en 1997, 2001, 2003 et 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Gadille, « Les Semaines Sociales de France, 1904-2004, sous la direction de Jean-Dominique Durand, Éditions Parole et Silence, 2006, 486 p », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2068

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org