Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d'ouvrages

Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, Editions de l’Atelier, 2005, 365 p.

Hilaire Multon

Texte intégral

1Cet ouvrage ne s’inscrit pas, loin s’en faut, dans la logique de commémoration qui a envahi la communauté historienne à l’occasion du centenaire de la loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905. Son propos est plus ample, plus ambitieux aussi. Il s’agit de dresser un état des lieux sur le « mouvement catholique » en France, en identifiant les organisations, leurs évolutions, leur implantation et leurs figures cardinales. Dans le cadre d’un plan serré et construit, accordant une place tout aussi importante à la synthèse qu’aux développements monographiques – en fonction des travaux en cours et des avancées historiographiques – on saisit très bien « l’exception française » en matière d’engagement des catholiques dans la vie de la Cité. Présentant les multiples « facettes » (É. Fouilloux) de ce militantisme, l’ouvrage met également en valeur les interactions très fortes entre les formes de l’engagement catholique et les tensions qui traversent le corps social. Dans l’utile synthèse de Denis Pelletier placé en tête de l’ouvrage, ce dernier montre très bien comment s’opère le « feuilletage militant » fait de couches superposées et de générations successives. Identifiant quatre moments dans cette forme de présence catholique en République, il montre bien comment le souci de « défense religieuse » entre parfois en tension avec la primauté accordée au social, jusqu’à déclencher parfois de véritables « crises » – on pense à celle des prêtres-ouvriers en 1954 ou bien à la nouvelle cartographie de l’Action catholique dans la période post-conciliaire, étudiés par Bruno Duriez et Yvon Tranvouez.

2Dans le prolongement des travaux de Marcel Gauchet et de Daniel Hervieu-Léger, l’ouvrage interroge la capacité de l’institution ecclésiale à peser sur le social. Depuis les années 80, la « déprise militante » (Denis Pelletier, p. 44) s’accompagne de la perte de substance du référent républicain dans la société française. Pleinement assimilé dans la République, le militant catholique prend de nouvelles formes, plus morales et plus identitaires, dans un contexte marqué par l’émergence d’une « République de l’intime » (Denis Pelletier) s’intéressant aux questions du vivant et de la procréation. Bien des analyses conduisent à repenser le passage du « rempart des œuvres » à la mise en œuvre de « l’idée républicaine de solidarité » (B. Dumons, p. 143) : à la Providence, certains de ces catholiques investis dans les affaires de la cité préfèrent l’État-Providence ; à la conquête des âmes, la dignité de la Personne et du Citoyen.

3L’ensemble des contributions soulignent bien le transfert qui s’opère, à des rythmes différents et selon des modalités distinctes : qu’il s’agisse de la « sécularisation des œuvres catholiques » dans le domaine sportif (J.P. Augustin) – on pense ici à l’Association de la Jeunesse Auxerroise, aujourd’hui célèbre dans la planète du football, fondée par l’abbé Ernest Deschamps en 1905 – ou bien du rôle de « formation civique pour les militantes féminines catholiques » jouée par l’Union féminine civique et sociale (UFCS), fondée par Andrée Butillard en 1925. C’est là que s’enracine une méthode, que se tissent de solides relations, que se créent des liens féconds et durables entre le monde de la santé, du travail social et le terreau catholique.

4L’ouvrage, dans une visée panoramique, s’intéresse à tout un ensemble de groupes et de réseaux de sociabilité, de l’agriculture au monde ouvrier, en passant par l’enseignement et la presse. Il a également le souci d’apporter une première géopolitique de l’engagement catholique dans le siècle, en pointant les zones de force, mais aussi les « Sibéries rurales », rétives à la sociabilité catholique (la ligne « Mézières-Mont de Marsan » mise en évidence par Etienne Fouilloux, p. 273) et les agglomérations nées de la révolution industrielle. Cette « double France du détachement religieux » – dont le « modèle missionnaire marseillais », étudié par Nathalie Viet-Depaule constitue un exemple achevé – s’oppose terme à terme aux pays de chrétienté, au sein desquelles on distingue les « démocraties cléricales » à l’image du Nord, étudié par Alain-René Michel, marquées par l’autorité du prêtre et les pays de « culture blanche » marqués par l’influence du château à l’image du Morbihan ou de la Vendée. Dans ces terres, le syndicalisme d’inspiration chrétienne ou la démocratie chrétienne sont combattus par les notables et leurs relais politiques, à l’image du Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP) face aux figures du MRP dans les années 1950.

5L’ouvrage n’oublie pas les grands enjeux de cet engagement. Il aborde la question des liens de la foi et de l’intelligence, à travers la difficile naissance de la « posture universelle de l’intellectuel » (F. Gugelot, p. 95) dans le champ catholique après 1945 par l’entremise du CCIF. Il ne néglige pas non plus les engagements au féminin (Mathilde Dubesset) et la question de la morale conjugale, qui révèlent les fortes tensions opposant les positions du magistère et la « révolution familiale » de la fin du XXe siècle (S. Rousseau, p. 187).

6Si la césure entre certains aspects de la modernité et le discours catholique est pointée par certains auteurs, un grand nombre de contributions soulignent la capacité de mutation de l’engagement catholique dans le siècle : le rôle des anciens de la JAC dans la modernisation agricole (CNJA, FNSEA) est souligné par Edouard Lynch, notamment dans les terres bretonnes ; le rôle des anciens de la CFTC et du groupe « Reconstruction » dans la transformation de la CFTC en CFDT en novembre 1964, malgré les réticences de terres attachées à l’identité confessionnelle, comme l’Alsace ou le Nord. Le rôle de ces militants dans la « deuxième gauche », le ralliement au PS dans les années 70, à travers le groupe « Chrétiens pour le socialisme » et le rôle du courant rocardien, sont également présentés.

7Les catholiques en République couvrent ainsi tout le spectre des positions, ainsi que le souligne Philippe Portier, des « nostalgies monarchistes » aux « contestations socialistes », en passant par les « fidélités popularistes ». En se réinstallant dans les lieux de décision dans la séquence 1930-1960, les militants catholiques ont contribué à une forme de dilution de leur ethos particulier. Ils impriment toutefois une dimension morale et humanitaire identifié notamment par Denis Pelletier dans les luttes des « sans » au cours des dernières décennies, dont nombre d’acteurs sont issus de l’Action catholique ou de mouvements comme La Vie Nouvelle (p. 46).

8Si la tentative de reconquête religieuse a tourné cours, l’influence et le poids de ces femmes et de ces hommes pris dans la tourmente du siècle est très solidement établie. L’œuvre des « militants de souche catholique » dans l’effort de reconstruction des Trente Glorieuses, au service de l’économie comme de l’État – on pense ici à l’exemple de Roger Fauroux, grand commis d’État dont la biographie traduit cette perméabilité - est très lisible. En revanche, il n’est pas possible de parler d’une force homogène du mouvement catholique comme pour la Belgique ou pour l’Italie : la longue opposition de la IIIe République et du « pouvoir clérical », de même que le refus de Rome, maintes fois exprimé, de voir se créer un «débouché politique au catholicisme social » (Fouilloux, p. 316) ont d’une certaine façon fragilisé le terrain français. Le militantisme catholique s’est pour ainsi dire construit dans un creuset hostile, dans une adversité constante, contribuant à une richesse et à une créativité dont l’ouvrage témoigne amplement. Sans prétendre à l’exhaustivité, il couvre un très large spectre permettant de rassembler les travaux conduits depuis plusieurs années par les historiens du religieux et du politique, mais aussi les chercheurs en sciences sociales. Il est à cet égard un instrument de travail extrêmement précieux, très aisé de consultation, ainsi qu’en témoigne la bibliographie présente à la fin du volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hilaire Multon, « Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule, Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, Editions de l’Atelier, 2005, 365 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2009, consulté le 16 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2063

Haut de page

Auteur

Hilaire Multon

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin - Lyon III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org