Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Christian Sorrel (éd.), Les carnets de François Molin. Un prêtre dans la tourmente (1792-1802), Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Carnets de vie », 2008 382 p.

Paul Chopelin

Texte intégral

1Il faut remercier Christian Sorrel d’avoir entrepris l’édition intégrale des notes de François Molin, prêtre réfractaire savoyard, actif en Maurienne et dans la basse vallée de l’Arc pendant la Révolution. Conservé au presbytère d’Epierre, avant d’être déposé aux archives diocésaines de Maurienne, ce texte avait déjà été publié en 1868, mais de façon partielle et tronquée. La présente édition reprend l’ensemble du manuscrit, dont seules l’orthographe et la ponctuation ont été modernisées. Né en 1752 à Lanslebourg, François Molin devient curé d’Epierre en 1781. En février 1793, il refuse de rejoindre les rangs de l’Eglise constitutionnelle organisée après la conquête de la Savoie par les troupes de la République. Il décide alors d’émigrer et prend le chemin du Piémont, où il reste pendant deux ans, à Carmagnole, au sud de Turin, puis à Suse. A l’instar de nombreux prêtres émigrés, il rentre dans sa région d’origine au printemps 1795, en profitant de l’ouverture d’une période de tolérance religieuse en France. Il exerce son ministère dans son ancienne paroisse d’Epierre et dans les environs, où il semble plutôt bien accueilli par la population. Il survit ainsi aux phases répressives qui émaillent une période dite de première séparation de l’Eglise et de l’Etat, mais au cours de laquelle les autorités continuent de persécuter les prêtres insermentés. Molin retrouve sa cure sous le Concordat et poursuit son ministère jusqu’à son décès en 1835.

2Pour la période 1793-1799, les notes de l’abbé Molin ne sont pas écrites au jour le jour : il s’agit de souvenirs rédigés a posteriori, probablement à partir de 1798, mais suffisamment tôt pour garder toute leur spontanéité. La précision de certains faits laisse néanmoins supposer qu’il a pu utiliser des notes prises sur le vif à partir de 1793. En revanche, pour la période 1799-1802, qui constitue tout de même la moitié du volume, le texte semble bien être un récit rédigé quotidiennement. L’intérêt documentaire de ce témoignage concerne avant tout la vie religieuse dans la vallée de la Maurienne sous le Directoire et le Consulat. Le manuscrit fournit en effet de précieuses indications sur les villages desservis par Molin, sur ses confrères actifs dans les environs, sur les fidèles et leur sacramentalisation, ainsi que sur l’attitude des autorités locales à l’égard du clergé réfractaire. L’organisation du culte clandestin dans le diocèse de Maurienne apparaît ainsi comme beaucoup plus empirique que celles mises en place dans les diocèses voisins – Tarentaise, Chambéry et Annecy –, calquées sur le modèle « missionnaire » de l’abbé Linsolas dans le diocèse de Lyon.

3En dehors de cet intérêt purement local, les notes de l’abbé Molin contiennent une masse d’informations sur le quotidien des prêtres clandestins, leur mission pastorale et leur rapport à la vie laïque. Les autorisations et les célébrations de mariage préoccupent beaucoup notre curé, dont la plume révèle les tensions entre impératifs religieux, contraintes légales et stratégies familiales. Manger, dormir et se vêtir font également partie des préoccupations concrètes que l’auteur tient à consigner. Comme tous ses confrères, le curé Molin doit s’habiller en civil pour ne pas attirer l’attention des gendarmes (omniprésents dans son récit). Comme le veut la mode masculine de l’époque, il porte les cheveux longs, nattés en « cadenette » au-dessus des oreilles. Très discipliné, il revient de lui-même à une vêture plus orthodoxe lorsqu’il sort de la clandestinité, ce qui n’est pas le cas de tous ses confrères.

4L’abbé Molin est peu disert sur les grands événements qui marquent le contexte religieux de l’époque. Ainsi, il ne dit presque rien sur Pie VI, dont la captivité et la mort à Valence ont pourtant eu un profond retentissement parmi les catholiques français, particulièrement dans le Sud-Est du pays, par le biais des gazettes, ainsi que par la diffusion de récits et d’images du « martyre » pontifical. Peu de mots enfin sur le nouveau régime et la nouvelle administration qui se mettent en place à partir de 1799, si ce n’est pour signaler brièvement l’impuissance du préfet et du sous-préfet face au zèle « anti-réfractaire » des gendarmes (p. 291).

5C. Sorrel a soigneusement annoté le manuscrit de l’abbé Molin, présentant, dans la mesure du possible, chaque personnage rencontré, explicitant certains termes ecclésiastiques « techniques » et, surtout, exposant le contexte politico-religieux local sur lequel Molin ne s’attarde guère. Un index des noms de personnes complète très utilement cet appareil critique. En revanche, l’absence d’index topographique frustrera peut-être les lecteurs mauriennais. Deux cartes permettent de situer les lieux de l’exil (p. 45) et l’espace du ministère clandestin de notre curé (p. 86). Le texte est agrémenté d’une iconographie abondante, proposée par l’éditeur, mais dont l’intérêt est variable. On peut regretter au passage que les deux reproductions du cadastre sarde concernant la vallée de la Maurienne n’aient pas été davantage agrandies (p. 134 et 158). Grâce à Christian Sorrel et à Jacques Bourdon, son éditeur, nous disposons d’un ouvrage non seulement très utile pour l’historien, mais également agréable à feuilleter. Au regard de l’intérêt de ce type de témoignage pour reconstituer la vie de l’Eglise réfractaire sous la Révolution, il n’est qu’à souhaiter que l’exemple de cette publication soit imitée par d’autres éditeurs régionaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Chopelin, « Christian Sorrel (éd.), Les carnets de François Molin. Un prêtre dans la tourmente (1792-1802), Montmélian, La Fontaine de Siloé, coll. « Carnets de vie », 2008 382 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2022

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org