Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Yves Krumenacker (dir.) Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots » 2008 461 p.

Alain Joblin

Texte intégral

1Ce dictionnaire publié aux éditions Honoré Champion regroupe les notices de 664 pasteurs qui ont exercé leur ministère dans la France du XVIIIe siècle, exactement de 1685 à 1802, période de clandestinité pour l’Eglise réformée de France après la Révocation de l’Edit de Nantes de 1685. Douze auteurs ont apporté leur contribution à l’entreprise : Odette Autrand, Didier Boisson, Céline Borello, Philippe Chareyre, Olivier Cogne, Luc Daireaux, Gabriel Ferrandez, Gwenaëlle Lieppe, Michelle Magdelaine, Hugues Marsat, Françoise Moreil et Christian Wolff.

2L’élaboration de cette étude n’était pas une démarche évidente étant donné la faiblesse du corpus documentaire, clandestinité oblige… La complexité de la recherche résidait également dans la difficulté à distinguer les pasteurs des simples prédicants. Le résultat est néanmoins là sous la forme d’un ouvrage de 461 pages au contenu dense et à l’utilisation facile. Les auteurs établirent, pour arriver à ce résultat, des fiches nominatives dressant le portrait du pasteur étudié en six points : état civil ; études et formations ; carrière pastorale ; liste des œuvres produites ; informations diverses. Une sixième rubrique fait l’état des sources utilisées pour dresser la notice de chaque pasteur.

3Au-delà de l’aspect prosopographique de l’ouvrage, la série permet de tirer quelques conclusions dessinant, dans la mesure du possible, le portrait du monde pastoral clandestin français du XVIIIe siècle :
- tout d’abord, une périodisation précise permet de constater que le nombre des consécrations de nouveaux pasteurs ne fit qu’augmenter à partir de 1729 : c’était la conséquence de l’ouverture par Antoine Court d’un séminaire à Lausanne pour former spécialement des pasteurs destinés au Désert ;
- les ¾ de ces pasteurs étaient issus du Bas-Languedoc avec une nette prédominance des Cévennes dont les bourgs et les villages devinrent de véritables pépinières pastorales. Ce particularisme géographique explique la naissance à cette époque de l’image d’un protestantisme français essentiellement méridional ;
autre changement notable par rapport aux XVIe et XVIIe siècles : le corps pastoral était à cette époque urbain, noble et bourgeois alors que les pasteurs du XVIIIe siècle venaient pour la plupart d’entre eux du monde rural, conséquence logique du poids d’une clandestinité imposant la tenue de cultes « des haies » ou du Désert ;
- quatrième observation : si les pasteurs du XVIIe siècle se caractérisèrent par leurs solides qualités intellectuelles (il fallait former des polémistes capable de contrer l’offensive catholique post-tridentine), la formation des pasteurs du Désert semble avoir été plus « rudimentaire » : il s’agissait de former des hommes de foi, d’action et de terrain plus que des hommes de culture et de sociabilité ;
- dernière remarque : certains de ces pasteurs surent tout de même se montrer sensibles au piétisme annonçant le Réveil du XIXe siècle.

4Cette étude montre donc, qu’à travers le monde pastoral du XVIIIe siècle, s’annonçait le protestantisme français du XIXe siècle.

5Les auteurs ont tenu, par ailleurs, à prolonger leur série documentaire par des annexes : classement des pasteurs par province, liste générale des pasteurs étudiés, index des surnoms. Plusieurs cartes sont aussi les bien venues mais peut-être aurait-il fallu, à ce sujet, en affiner un peu plus la présentation et les légendes. On trouvera enfin une copieuse bibliographie de plus de 500 références. Un dictionnaire qui est donc un très bon outil de travail. Mais ce n’est pas seulement cela : c’est aussi l’occasion de découvrir et de suivre des destinés individuelles qui donnent à l’ouvrage une dimension humaines et non pas seulement technique. On retrouve ainsi des têtes connues (les Rabaut, Antoine Court, Jeanbon-Saint-André, Benjamin Frossard, auteur d’un plaidoyer pour l’abolition de l’esclavage, etc…) mais aussi des moins connues à l’exemple d’André Encontre, qui vécut maritalement avec une catholique et exerça son ministère en Bas-Languedoc.

6Un ouvrage donc essentiel à tout point de vue portant sur une période de l’histoire du protestantisme français mal connue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Joblin, « Yves Krumenacker (dir.) Dictionnaire des pasteurs dans la France du XVIIIe siècle Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots » 2008 461 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 26 février 2009, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/2002

Haut de page

Auteur

Alain Joblin

Université d’Artois. Arras

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org