Navigation – Plan du site
Articles

L’adaptation linguistique des Jésuites à Taiwan sous le gouvernement de Chiang Kai-shek : les enjeux politiques et culturels

Tsung-ming Chen

Résumés

A Taiwan, le régime nationaliste veut siniser l’île, japonaise de 1895 à 1945. L’épiscopat accepte cette sinisation. Mais la population parle différents dialectes et les missionnaires jésuites s’adaptent bien à cette diversité linguistique. Sont particulièrement étudiées les publications en hakka et la prédication du P. del Valle en langue atayal. Pour mieux répandre leur message, les jésuites forment des catéchistes non baptisés ; mais, mal payés, ils sont moins nombreux à partir du moment où se produit l’essor économique taiwanais.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Introduite en Chine en 1582, la Compagnie de Jésus fut supprimée par le Pape Clément XIV en 1773 e (...)

1Les missions en Chine constituent une page importante de l’historiographie jésuite. Depuis le vrai début des missions en 1582, les précurseurs jésuites s’adonnèrent à l’adaptation linguistique. Au cours de leurs missions, durant près de quatre siècles1, les Jésuites s’engagèrent de manière active, par le biais de la langue chinoise, à faire se rencontrer la culture occidentale et la culture orientale, que ce soit dans les débats philosophiques ou par les lexicographies. L’arrivée au pouvoir du régime communiste en 1949 et la xénophobie provoquée par la guerre de Corée en 1950 entraînèrent l’expulsion massive des missionnaires.

  • 2  Paul O’Brien, « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolate, From Fr. Paul O’Brien », Provin (...)

2Il serait cependant inexact de croire que cet exode mit un terme aux missions chinoises et que les traditions jésuites aient été pour autant perdues. On peut dater le début de la mission jésuite à Taiwan à partir de l’arrivée, en septembre 1951, de Paul O’Brien chargé de défricher le terrain de mission potentiel à la demande du père général2. Expulsés du continent chinois, ou envoyés directement par leur supérieur de la province mère jésuite en Europe ou en Amérique, les Jésuites arrivent sur l’île dès novembre 1951 pour démarrer leur prédication.

  • 3  Les statistiques se basent sur l’année 1956. Hôtel de ville de Xinzhu, Monographie de la Ville de (...)
  • 4  Lettre de Maurice de Lauzon, s.j. au procureur ( ?), Beipu, 2 février 1954, dactylo, CAJV.

3Les problèmes linguistiques, dus à la composition complexe des groupes ethniques, préoccupent les Jésuites. L’île de Formose est loin d’avoir une unité de langue. Les populations se composent de quatre grands groupes ethniques : les Minnans (majoritaires) et les Hakkas représentent 85,15% de la population totale, plus 12,51% de continentaux, 2,31% d’aborigènes et 0,03% d’étrangers3. La complexité de l’usage des langues tient au nombre d’ethnies et à la géographie de l’île. La hakka se divise en trois branches linguistiques : celle du nord, du centre et du sud. Répartis en dix tribus, les aborigènes parlent une langue différente d’une tribu à l’autre. Mgr. André Vérineux, évêque de Hualian, le constate : « C’est une cacophonie de langues, mais les Formosans se comprennent mieux que les constructeurs lointains de la tour de Babel. »4

  • 5  L’origine de cette Affaire est l’accident mortel d’une contrebandière de tabac provoqué par un pol (...)

4Les groupes ethniques vivent souvent en ghetto : ils occupent des quartiers en ville, ainsi que des communes et des villages en campagne. La répartition géographique des groupes ethniques peut également s’expliquer par une hostilité entre continentaux et Formosans due aux événements historiques depuis l’époque moderne. Au cours des siècles, des conflits éclatèrent à plusieurs reprises entre les peuples minnans et hakkas à l’occasion d’acquisitions de terrains. L’« Affaire du 28 février 1947 »5 provoqua des tensions aiguës entre les continentaux et les Formosans et une répugnance de ces derniers à l’égard de la tyrannie des autorités politiques.

5L’île est alors sur le pied de guerre face à la menace communiste. Le gouvernement nationaliste sous l’autorité du Généralissime Chiang Kai-shek avait imposé l’état de siège, dès mai 1949, afin de contrôler strictement l’ordre social. Ces contraintes renforcées par un contrôle drastique, associent en un lien triangulaire : les Jésuites, l’épiscopat et les autorités nationalistes. Notre étude se propose de mettre en évidence, sous l’aspect relationnel, les influences des autorités ecclésiales et politiques sur le choix et l’usage des langues par les Jésuites à Taiwan, sous le gouvernement de Chiang Kai-shek jusqu’en 1975. Cette étude se compose de six parties. En présentant la situation en arrière-plan sur l’île à cette période, nous serons mieux en mesure de saisir l’importance des langues dans les enjeux, tant pour les dirigeants politiques que pour l’épiscopat. Dans la deuxième partie, nous tenterons d’observer de près l’adaptation linguistique des Jésuites dans leur action individuelle et collective, ainsi que les problèmes qu’ils rencontrent face aux populations. Nous nous pencherons ensuite sur une particularité de l’approche jésuite : le recrutement de catéchistes non convertis. Une réflexion sera faite sur la démarche de leur adaptation linguistique pour explorer le problème central des missions à Taiwan.

6Les langues constituent un outil pour la prédication des missionnaires. Cette étude a pour but de découvrir, sous cet angle, l’impact du contexte social et de l’épiscopat sur l’engagement des Jésuites dans l’implantation de l’Église. Cette découverte concourra à dévoiler la physionomie de cette implantation en mutation, suite aux exigences d’aggiornamento à l’issue de Vatican II. D’ailleurs, les missions jésuites à Xinzhu, au nord-ouest de l’île, font principalement l’objet de notre étude. C’est une région qui regroupe les quatre groupes ethniques, y compris les aborigènes de la tribu atayale.

Les contraintes et les exigences des autorités nationalistes face à la sinisation de Taiwan

7À l’aube de l’installation du gouvernement nationaliste à Taipei, les dirigeants politiques prennent conscience de trois priorités nécessitant une intervention immédiate : la première concerne la culture japonaise léguée par les colonisateurs durant cinquante et un ans (de 1895 à 1945) ; la deuxième prend en compte la menace permanente de la Chine communiste et la troisième est relative à la légitimité d’un régime qui revendique une autorité exclusive sur toute la Chine. Ces trois priorités convergent sur un point clé qui permettra aux dirigeants de Taipei de mettre l’accent sur le fait que Taiwan est rentrée dans le giron de la Chine depuis la capitulation japonaise. Cette prise de position permet au gouvernement de Chiang Kai-shek de justifier la légitimité de son autorité politique aussi bien sur l’île que sur le continent à travers la sinisation de l’île. À cet effet deux champs d’action sont entrepris : l’élaboration de règlements juridiques et la promotion de mouvements culturels. Ces deux champs s’entrecroisent. De ce fait, nous explorerons la sinisation, placée sous les auspices du gouvernement, par le biais de mouvements culturels mis en œuvre, en effet, en fonction des règlements juridiques : Mouvement de la Promotion du mandarin et Mouvement de la Renaissance de la Culture Chinoise (MRCC).

Les enjeux politiques de langues : vision du gouvernement du Guomindang

8Les mouvements culturels prennent de l’importance à Taiwan pour deux raisons principales : en premier lieu, la priorité des autorités taiwanaises est de justifier la guerre anti-communiste pour faire croire au peuple qu’elles agissent en conformité avec la justice. En second lieu, il s’agit de diffuser les valeurs chinoises, en s’appuyant fortement sur les classiques, afin d’assimiler pleinement les Formosans jusqu’à ce qu’ils « se croient chinois ». L’identité chinoise des insulaires taiwanais permettra au gouvernement nationaliste de poursuivre sa politique suprême visant à reconquérir le continent et à sauver les compatriotes souffrant sous la dictature communiste.

9Ces mouvements culturels recèlent deux aspects fondamentaux : le premier est la diffusion de l’usage du mandarin sous l’impulsion du gouvernement. Les missionnaires ne sont pas exclus de la mise en jeu du pouvoir public. Une langue officielle qui s’impose constitue une des priorités des mesures politiques. Auparavant, les colonisateurs japonais avaient imposé à tous les habitants taiwanais d’apprendre le japonais. Seule la Bible en version japonaise était autorisée en milieu ecclésial. Certes, les pasteurs protestants avaient romanisé la Bible pour leur faciliter le catéchisme, notamment le minnan (ou taiwanais). Cette romanisation aidait à protéger le minnan des influences linguistiques du mandarin. Les aborigènes, tous dépourvus de langue écrite, durent accepter d’apprendre et d’utiliser la langue japonaise, qui deviendra leur langue commune.

  • 6  Concernant les règlements destinés à promouvoir le mandarin, voir Gouvernement de Province de Taiw (...)
  • 7  Le système des signes phonétiques a été mis en œuvre dès 1920.
  • 8  « Étude sur le cas de l’usage de la Bible romanisée par l’Église dans sa tâche d’évangélisation (W (...)

10Selon la vision des dirigeants, la romanisation des dialectes n’est pas conforme au programme officiel de promotion du mandarin justifié par la mise en vigueur de règlements juridiques dès 19496. Instrument de la politique officielle de sinisation, le Mouvement de Promotion de la langue nationale (le mandarin), canalise tous les citoyens vers l’apprentissage du mandarin, seule langue écrite de référence, alors que les autres dialectes ne s’écrivent pas. Une série de mesures administratives préconisées dans les établissements publics, surtout scolaires, impose l’usage du mandarin et exclut les autres dialectes : minnan, hakka et ceux des aborigènes. Toutefois ces obligations ne sont pas accompagnées de menaces de sanctions juridiques. Dans le Mouvement, le gouvernement n’autorise que l’usage des signes phonétiques7 destinés à la prononciation correcte du mandarin8.

11Les autres raisons justifiant la fermeté des autorités dans l’utilisation du mandarin sont liées à la sensibilité politique. Des indépendantistes radicaux qui ont déclaré l’établissement d’un « gouvernement en exil » au Japon prônent l’utilisation de la langue minnan romanisée comme future langue officielle à l’heure de l’indépendance de Taiwan. Une Taiwan indépendante du territoire chinois menace la légitimité et l’autorité du gouvernement de Chiang Kai-shek. Il leur paraît imminent qu’une pareille conduite soit frappée de prohibition.

12Les activités des missionnaires contrarient les autorités. Une circulaire du Commandement de la Sûreté révèle la méfiance des autorités :

  • 9  « Enquête sur le nombre des agents de police croyants (Diaocha yuanjing xingjiao renshu) », Circul (...)

« Il ne manque pas de missionnaires qui diffusent la doctrine chrétienne en langues étrangères. Ces conduites n’enfreignent pas seulement les règlements officiels, mais les groupes cléricaux sont aussi facilement pénétrés et utilisés par les communistes. Si on ne se hâte pas de trouver une solution, cela nuira énormément à la politique anti-communiste et à l’esprit combattant du peuple... Cherchez, de plus, à utiliser les camarades croyants ou les éléments sympathisants croyants pour entrer dans ces organisations et en contrôler l’action.»9

  • 10  « Les précautions lors d’évangélisation dans les régions montagneuses », « Étude sur le cas de l’u (...)
  • 11  L’église Wufeng, La revue spéciale à la mémoire du 25ème anniversaire de l’établissement de l’égli (...)

13L’usage de langues autres que le mandarin dans les activités missionnaires attire l’attention des autorités. Elles s’inquiètent de tout ce qui échappe à leur contrôle et exigent une transparence de toutes les activités religieuses. Selon une instruction gouvernementale décrétée en 1950, les missionnaires, citoyens ou étrangers, qui procèdent à la prédication dans les régions montagneuses doivent maîtriser, de préférence, le mandarin ou, au pire, les dialectes locaux. Les étrangers peuvent communiquer dans leur langue maternelle, mais celle-ci doit être obligatoirement traduite en mandarin ou en dialecte.10 L’objectif de cette instruction vise à exclure au plus vite de ce milieu les langues étrangères, notamment le japonais. Lorsque des Jésuites, comme Gerardo del Valle, commencent leur prédication auprès des aborigènes, ils travaillent en utilisant fréquemment le japonais, en cachette, pour établir des contacts.11 Cependant, cette instruction officielle entraîne immédiatement des difficultés de communication entre les deux parties. Les prêtres s’appuient alors sur les catéchistes et les traducteurs locaux.

  • 12  Ce qui indique le sens de l’ordre moral et les devoirs sociaux.
  • 13  Statut de l’Organisation du Comité exécutif du Mouvement de la Renaissance de la Culture chinoise (...)

14Un deuxième aspect de ce mouvement culturel consiste à siniser l’esprit du peuple taiwanais. La Révolution culturelle en Chine donne aux dirigeants de Taipei l’opportunité de propager l’information affirmant que l’île de Taiwan se présente comme « le dernier terrain où la vraie culture chinoise est parfaitement conservée ». Déclenché en 1967, le Mouvement de la Renaissance de la Culture chinoise (MRCC) renforce, d’une façon globale, les anciens slogans des mouvements culturels précédents. Le programme du MRCC vise à promouvoir la culture chinoise dans les domaines de l’éthique12, de la démocratie et de la science, trois piliers du Triple Démisme13, quintessence de la Constitution de la République. L’endoctrinement du peuple par le gouvernement nationaliste, selon son idéologie politique, s’accentue au fur et à mesure des avancées du MRCC qui s’étend ici et là et pénètre dans toutes les couches sociales, surtout dans les établissements scolaires.

La sinisation poursuivie par l’épiscopat

  • 14  En 1948, on ne compte que dix-sept dominicains espagnols et trois taiwanais. Comité des Archives d (...)
  • 15  F. Mateos, « China Jesuits in East-Asia, Starting from zero, 1949-1957 », p. 273.

15La sinisation de l’Église taiwanaise est bien acceptée par l’épiscopat. Depuis l’arrivée du continent des clercs chinois et étrangers, la direction des affaires ecclésiales leur incombe inévitablement du fait du peu de vocations sacerdotales locales14. Les clercs, comme les dirigeants politiques, ont subi des épreuves sur le continent. Ils soutiennent sans réserve le régime nationaliste. Pour revendiquer la représentation légitime de l’épiscopat taiwanais sur tout le territoire chinois, les évêques conservent toujours le titre épiscopal qui leur a été conféré par Rome dans leur ancienne circonscription ecclésiastique. Ainsi le Cardinal Tian est l’archevêque de Pékin, Mgr. Yü Pin celui de Nankin, et Mgr. André-Jean Vérineux, reste l’évêque de Hualian à Taiwan et de Yingkou sur le continent. Telle est la volonté du Saint-Siège. Dans l’espoir d’un retour sur le continent, Mgr. Riberi ordonne aux évêques exilés de garder leur titre, même s’ils ne peuvent exercer leur juridiction hors de leur mission en Chine15.

16Dans le pays de mission, les missionnaires doivent se mettre à la disposition de l’Évêque local, obligation qui fait suite aux lois ecclésiales et à une convention signée avant le démarrage de la mission. Dépositaire de son territoire, l’Évêque est obligé de les informer des précautions à prendre vis-à-vis des impératifs imposés par les autorités. Dans le nouveau contexte social, au lendemain de l’installation de la hiérarchie ecclésiastique sur l’île, l’archevêque, Mgr. Guo Ruoshi, fait distribuer à tous les clercs un texte sur lequel deux directives sur douze rappellent l’importance de la langue véhiculaire du mandarin dans les missions :

« ... 1. Les missels dont disposent les catéchumènes prêts au baptême sont en version chinoise imprimée par le diocèse ; cette version de langue chinoise ne peut être remplacée ni par le japonais, ni par l’anglais, ni par d’autres langues.

  • 16  Guo, Ruoshi, Mgr., Les indications des précautions à l’attention de tous les clercs du diocèse de (...)

2. Le clergé est obligé de collaborer étroitement avec le gouvernement au Mouvement de la Promotion du mandarin. »16

17La mise en application de la politique du mandarin va à l’encontre de l’usage de dialectes dans les prédications des missionnaires. Les mesures politiques de sinisation provoquent de vives oppositions de la part de l’Église protestante, car beaucoup de croyants ne maîtrisent pas le mandarin, ou sont analphabètes. Avec l’interdiction de la romanisation, le système officiel des signes phonétiques ne résout pas le problème de la langue, car ce système ne confère pas une prononciation juste du minnan. Sous l’étendard de la renaissance de la culture chinoise, rien n’est plus important que la sinisation. Contrairement à l’Église protestante, cette politique ne s’exerce pas en défaveur des activités missionnaires catholiques (hormis celles des dominicains espagnols dans le sud et celles des Maryknoll américains dans le centre de l’île), puisque les clercs chinois et étrangers, y compris les Jésuites, sont venus du continent chinois.

L’adaptation des Jésuites dans l’imbroglio linguistique du mandarin, du minnan et du hakka

  • 17  « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolic Calendar », PN-FEP, 21 : 5, Mai 1977, p. 43.
  • 18  Fernando Mateos, « Main Events of Our History (1949-1999) », Chinese Province News, January 2000, (...)
  • 19  « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolic Calendar », p. 43.
  • 20  Entretien avec Li Jinsheng, s.j., 21 février 2006 à Tainan.

18Les Jésuites des missions chinoises disposent, depuis longtemps, d’une formation linguistique réservée à leurs nouveaux arrivants. Ils ont ouvert une école de langue chinoise à Pékin en 1937, dite « Chabanel Langage Institute »17. Suite à l’expulsion des missionnaires, une école similaire, avec ses équipements, fut ensuite ouverte aux Philippines en 1949, puis dans la ville de Xinzhu en 195718. À partir de 1958, les missionnaires d’autres congrégations y sont admis. Au fur et à mesure que le nombre de nouveaux missionnaires décroît dès les années soixante, l’Institut reçoit les fidèles19. Vers le début de 1970, cet Institut est affilié à l’Université catholique Fujen20.

19En fait, dès les premiers temps de leur installation à Taiwan, les Jésuites prennent très vite conscience de la nécessité d’apprendre les dialectes. Albert Hanrion et Joseph Jaeggy, deux précurseurs français de la mission de Qionglin du district de Xinzhu, en témoignent dans un courrier :

« Quelle affaire ! Pourquoi, dira-t-on, s’installer quasi définitivement ici alors que peut-être les communistes prendront Formose dans quelques mois (ce qui n’est pourtant pas probable) ou que nous aurons la possibilité de retourner en Chine et devrons abandonner ces postes (ce qui est encore moins probable) ? Évidemment, nous ne sommes pas sûrs de l’avenir, mais on a besoin ici de se lancer dans l’apostolat avec l’idée que le travail commencé est une œuvre qui durera. Si l’on ne veut faire que du provisoire, on ne mettra pas tout son cœur à l’ouvrage et les résultats ne pourront être les mêmes. C’est pour cela que le P. Jaeggy et moi nous allons apprendre le hakka.

  • 21  Courrier daté du 6 novembre 1953. Albert Hanrion, « Hsinchu », C-M, janvier 1954, N° 44, p. 18.

C’est environ 14 000 païens qu’il faut convertir : pas un seul chrétien ; tout est à faire. C’est la première fois que l’on voit un prêtre dans ces parages. »21

  • 22  F. Mateos, « China Jesuits in East-Asia, Starting from zero, 1949-1957 », p. 300.
  • 23  Steve Francis, « Une visite à Ch’iunglin », C-M, n° 57, mars 1956, p. 45.
  • 24  Entretien enregistré avec Aquilino Miguélez, s.j. à Zhudong, 21 mars 2004.

20Dans les années cinquante, en dépit de la politique officielle qui impose le mandarin, les adultes de plus de trente ans et les personnes âgées ne maîtrisent que les dialectes ou le japonais. Convaincus de l’importance des dialectes, les Jésuites mettent en place en 1954 une école de langue minnan (à Xinzhu) et une autre de langue hakka (à Guanxi, un bourg dans le district de Xinzhu), adaptées aux missionnaires. Thomas Carroll, expert linguistique, rédige des méthodes22. Les Jésuites suivent régulièrement ces cours de langue, par roulement, pendant un semestre23. La plupart des Jésuites maîtrisent déjà le mandarin, mais l’initiation à la connaissance d’un dialecte doit permettre de développer les premiers contacts avec le peuple, car « la langue maternelle est la langue du cœur »24. Elle permet notamment de pallier les difficultés que rencontrent les personnes qui ne peuvent lire la Bible rédigée seulement en chinois.

  • 25  Il est strictement interdit par le gouvernement taiwanais de correspondre avec qui que ce soit en (...)

21Les Jésuites parlent bien le mandarin grâce aux années de mission sur le continent, et de ce fait, contactent aisément les continentaux. Ces derniers sont psychologiquement vulnérables, car ils sont éloignés de leurs proches et n’en ont pas de nouvelles25. Ces prêtres opèrent donc de nombreuses conversions parmi ce groupe ethnique. Dans la ville de Xinzhu, le minnan est la langue des habitants. Or, la plupart des paroissiens sont des continentaux. Par conséquent les prêtres qui se sont efforcés d’apprendre ces dialectes ne sont pas plus opérants dans leur paroisse : les écoles qui enseignent ces dialectes ne parviennent pas à atteindre leur but. Dans le Mouvement du mandarin, les dialectes ne sont pas pour autant interdits dans le milieu ecclésial. Un palliatif à ce problème est la célébration de deux messes distinctes (également à cause de la langue) pour accueillir séparément les groupes ethniques, notamment les Minnans et les continentaux. James Thornton décrit :

  • 26  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 1st December 1954, Xinzhu, CAJV.

« Il y a un chaos énorme entre les Continentaux et les Formosans locaux. L’antipathie s’enracine tellement que lorsque les Continentaux sont majoritaires à la paroisse, il est pratiquement nécessaire de créer une autre église pour les Taiwanais. »26

22Le même Jésuite revient sur ce problème dans une autre correspondance :

  • 27  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 27 June 1954, Xinzhu, dactylo, CAJV.

« En ce moment, il y a un ressentiment envers les Continentaux. La solution la meilleure consiste à ouvrir un autre centre où Amoy (le minnan) est parlé et où l’autochtone comprend qu’il est le bienvenu à (en) ce lieu. »27

  • 28  Entretien avec M. Xü, Yongda (catéchiste), à Xinzhu, le 6 mai 2002.
  • 29  Entretien enregistré avec M. Peng Chuping et Mme Peng Qiu Laimei, catéchistes, à Zhudong, 24 avril (...)

23Les Jésuites mettent en œuvre ce qu’ils projettent. D’après un croyant d’une paroisse jésuite, les curés organisent les messes en deux groupes : en langues minnan et hakka à l’église du Sacré Cœur dans la rue Ximen à Xinzhu, au cours des années cinquante et soixante28. Selon un couple hakka baptisé en 1956, si on les compare avec l’antipathie manifeste qui règne dans la société, les relations entre tous les groupes ethniques dans le cadre de l’Église sont relativement paisibles29.

  • 30  Ce constat est avancé en fonction des archives et des entretiens acquis. Le même constat est parta (...)

24Par contre, au point de vue des langues, il paraît évident que les Jésuites s’adaptent mieux que le clergé chinois, puisque l’on ne trouve aucun clerc chinois continental qui apprend volontairement les dialectes30. Parmi les Jésuites, les étrangers font souvent preuve d’une plus forte motivation pour apprendre les dialectes que les Chinois ; les premiers pratiquent immédiatement la nouvelle langue qu’ils ont apprise. Cette inadaptation à la langue peut s’expliquer par une mentalité différente des missionnaires et des Chinois. Chargés de diffuser la foi chrétienne à l’étranger, les missionnaires sont susceptibles de mieux s’adapter à de nouveaux territoires que les Chinois continentaux. Les Jésuites étrangers quant à eux, acceptent volontiers de s’initier aux dialectes, comme en témoigne J. Thornton face au projet de retour sur le continent envisagé par le gouvernement et la direction jésuite :

  • 31  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 27 June 1954, Xinzhu, dactylo, CAJV.

« Inutile de dire que c’est un moment enthousiasmant pour apprendre une nouvelle langue. Combien de chance aurons-nous de la pratiquer ? Les journaux du matin entretiennent notre désir de savoir ce qui arrivera le jour d’après. Mais moi, la Chine et Yangchow (Yangzhou) ne sont plus mes préoccupations, sinon, on ne pourrait plus rien faire. Je commence à penser que je pourrai passer le reste de mes jours ici sans me soucier de ce que disent les titres à la une de la presse. »31

  • 32  L’ouvrage de Cheung Ka-hing, Let your heart be bold, op. cit., p. 33-41, analyse bien la mentalité (...)

25Quelle est la position des Jésuites chinois quant à un retour éventuel sur le continent ? Soutiennent-ils sans réserve, ou croient-ils, comme le font les clercs chinois, les slogans politiques des autorités nationalistes ? Dépourvus d’archives en cette matière portant sur un aspect psychologique délicat, nous ne pouvons nous étendre sur ce point. Cependant, on pourrait, sur ce point, développer l’idée que les Jésuites chinois, comme les autres continentaux, ont la nostalgie de la Chine : les slogans politiques font croire, sans cesse, à un retour sur le continent, ce qui peut les rendre indécis vis-à-vis de leur implantation à Taiwan32.

  • 33  David C.E Liao, The Unresponsive : Resistant or Neglected ? The Hakka Chinese in Taiwan illustrate (...)
  • 34  « Formose : Nouvelle traduction des Évangiles en formosan », Fides, Roma, 15 novembre 1967.

26Suite à l’interdiction des autorités de laisser circuler la Bible romanisée, les Jésuites perdent un outil linguistique qui leur aurait permis d’enseigner l’évangile dans une langue précise et compréhensible par les Hakkas et les Minnans33. Néanmoins en 1967 est publiée une traduction des Quatre Évangiles en minnan romanisé, fruit d’une collaboration entre les prêtres américains de la Congrégation de Maryknoll de Taizhong et les experts protestants34.

  • 35  « Au sujet de l’interdiction de l’usage de romanisation dans l’évangélisation (Guanyu jinyong luom (...)
  • 36  « Au sujet de l’interdiction de l’usage de romanisation dans l’évangélisation », Tome : 172-1/1928 (...)

27Pourquoi cette attitude contradictoire ? Derrière la « tolérance » des autorités nationalistes se cache en effet un imbroglio politique vis-à-vis des interventions américaines. Les religieux et les religieuses de Maryknoll apprennent le minnan pour diffuser la foi chrétienne auprès du peuple minnan ; ils maintiennent de bons rapports avec les Églises protestantes taiwanaises, qui sont d’origines américaine et anglaise. La fermeté des autorités taiwanaises à l’égard de la promotion du mandarin a provoqué le mécontentement des Églises protestantes (surtout presbytériennes) aux États-Unis35. Le gouvernement taiwanais s’inquiète de son prestige et de son image sur le plan international suite aux critiques acharnées des protestants étrangers36.

Le rôle des catéchistes non baptisés : traducteurs et assistants des prêtres

28Malgré les cours de langues, le problème des langues s’avère comme étant le plus épineux lors de l’installation des Jésuites. Un grand nombre de catéchistes non baptisés sont recrutés dans des secteurs de missions vierges de toute prédication catholique. Les catéchistes, considérés comme les porte-parole des prêtres, se présentent dans les différentes localisations de la mission ; leur rôle est d’autant plus important pour les habitants dans certaines zones étendues et montagneuses que le prêtre n’est pas en mesure de les visiter fréquemment. Les moyens de transport sont peu pratiques et les autorités en limitent l’accès pour des raisons militaires. La présence des catéchistes favorise efficacement la diffusion de la croyance religieuse.

  • 37  « Hsinpu », BW, 2 : 6, March 1954, p. 10.

29La nécessité de mettre en place une formation systématique pour les catéchistes apparaît rapidement. Dès 1954, des Jésuites du district de Xinzhu ouvrent des formations de catéchistes de courte durée. Les prêtres promettent aux filles qu’elles seront institutrices dans les jardins d’enfants ou assistantes des religieuses dans le secteur de la mission. Les jeunes filles étant issues de familles aisées, les prêtres espèrent qu’elles exerceront une influence sur leurs proches attachés à la religion traditionnelle37.

  • 38  « Kuanhsi », BW, 2 : 8, May 1954, p. 16.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

30À Guanxi, une autre méthode de prédication est mise en place par les Jésuites québécois. Le projet est d’entrer en contact avec le plus grand nombre d’habitants possible et de diffuser largement le catholicisme : dans ce but, des catéchistes non chrétiens sont formés en espérant, qu’un jour, ils se convertiront38. Ces prêtres parviennent à trouver douze jeunes gens issus de familles aisées, venus de localités différentes, qui les renseignent sur le mode de vie des populations, et sur la progression du catholicisme dans leur région39. Les prêtres rassemblent les catéchistes une fois par semaine pour s’assurer que l’instruction religieuse qu’ils dispensent est sur la bonne voie et pour la renouveler40. Les prêtres, auprès des aborigènes dans les montagnes, adoptent la même approche que leurs confrères de Guanxi. Il en découle que la foi catholique se répand rapidement dans ces régions.

  • 41  Diocèse de Jiayi (édi), True Love last forever (Rang ai yongyuan nianqing), Jiayi : l’auteur est S (...)
  • 42  Entretien enregistré avec Mme Wu Fumei, ancienne catéchiste de Jaschko et directrice de Catholic H (...)

31Dans le district de Jiayi, un autre secteur de mission dans le sud de Taiwan, les catéchistes jouent un rôle complexe. En effet, Les catéchistes, non baptisées, formées par les Jésuites, sont à la fois infirmières, institutrices, traductrices et assistantes de deux prêtres hongrois qui, médecins, créent deux dispensaires41. Elles travaillent dans les dispensaires pendant la journée et donnent des cours de catéchisme, le soir, aux familles situées dans des villages voisins42. Ces catéchistes ont aussi des fonctions de traductrices, d’institutrices (seulement pour les filles) et d’assistantes de service médical.

  • 43  Entretien enregistré avec Mme Wu Fumei, baptisée en 1956, ancienne catéchiste et directrice de Cat (...)

32Les catéchistes, salariés, suivent régulièrement le catéchuménat et font aussi des prédications de prêtres. D’après nos interviews auprès des catéchistes de cette époque, leur rémunération est de deux cents NT (New Taiwan) dollars mensuels dans les années 1955-1960, soit une rémunération équivalente, ou un peu plus élevée, que celle des ouvriers43. Ce petit salaire permet à ceux qui viennent d’entrer dans la vie professionnelle après leurs études (ou sont dans l’attente du service militaire) de mener une vie modeste. Mais cette période est transitoire et les catéchistes abandonnent cette fonction lorsqu’ils trouvent un véritable emploi.

La prédication auprès des aborigènes : initiative personnelle de Gerardo del Valle

33Concernant la langue des aborigènes, l’atayal, il nous faut explorer les expériences du P. Gerardo del Valle de la mission de Wufeng. Avant d’être envoyé auprès des aborigènes, il avait appris le japonais. Au cours des premières années de sa mission, par l’intermédiaire de catéchistes, G. del Valle communique avec les aborigènes en japonais, parfois en mandarin. Après Vatican II, il dit la messe en mandarin et non plus en latin. Il demande alors l’opinion des paroissiens sur ce changement. Ils lui répondent :

  • 44  G del Valle, « Memorias de un Misionero : Veinte años con los aborigines de Wufeng », p. 35.

« Auparavant, lorsque le prêtre utilisait le latin, langue du Christ, à la messe, nous ne comprenions rien, mais le Christ comprenait bien. Maintenant, nous ne comprenons pas la messe en mandarin et le Christ non plus ! »44

  • 45  Entretien enregistré avec Gerardo del Valle, s.j., à Wufeng, 18 mars 2004.

34Pour s’insérer, de façon plus profonde, dans la vie des habitants, il apprend la langue atayal auprès de ses catéchistes. À l’usage des futurs missionnaires qui travailleront pour les Atayals, le prêtre compile une méthode de grammaire dans cette langue, expliquée en anglais. Cette méthode voit le jour sous le titre Handbook of Atayal, publié en juillet 196345.

  • 46  Le prêtre nous a montré le missel qu’il a traduit du latin en atayal. Entretien enregistré avec Ge (...)
  • 47  Entretien enregistré avec Mme Zhang Delan, 18 mars 2004.

35Comme les aborigènes âgés parlent leur langue maternelle et le japonais, Gerardo del Valle est obligé de précipiter les étapes d’adaptation linguistique. Entre 1968 et 1971, il s’applique, en collaboration avec un catéchiste, à traduire des passages de lectures liturgiques et les Évangiles (Volumes Années A, B et C) en atayal. Lors de la messe, l’atayal et le mandarin sont utilisés : des chants et des récitations des passages bibliques sont en atayal, l’eucharistie est célébrée en mandarin46. La tâche de traduction a pour objectif d’enraciner la foi catholique dans la mentalité des nouveaux baptisés. Un deuxième avantage dû à la romanisation de la langue atayal est la conservation de cette langue en voie de disparition. Lors de sa mission au cours des décennies, G. del Valle remarque qu’il existe, dans cette langue non écrite, des nuances d’un village à un autre47.

  • 48  Entretien enregistré avec Mme Zhang Delan, 16 février 2006.

36Cette adaptation linguistique de la liturgie en atayal romanisé pourrait sembler aller à l’encontre de la politique officielle de la promotion du mandarin. D’après Mme Zhang, catéchiste de longue date auprès du prêtre, les autorités civiles ne l’ont jamais empêchée. Leur tolérance peut s’expliquer par deux raisons : en premier lieu, la politique de l’État doit être mise en œuvre à l’école, non à l’église48. Sa visée est de supprimer tous les impacts de culture japonaise sur l’île. Aussi longtemps que le missionnaire n’utilise pas le japonais dans son action, le contrôle et la surveillance des autorités locales sont moins rigides et moins rigoureux. De plus, G. del Valle romanise le missel en vue d’un usage interne au culte, le travail de traduction n’est d’ailleurs pas publié.

  • 49  Entretien avec Mme Zhang Delan, catéchiste de Gerardo del Valle, à Wufeng, 16 février 2006.

37En second lieu, le Jésuite maintient de bonnes relations avec les autorités locales. Pour se rapprocher des personnalités, dont certaines sont originaires du secteur, le prêtre leur offre parfois des secours matériels ou les invite à des dîners. En 1961, le prêtre baptise le directeur du poste de police local. Il en est de même pour le directeur de la succursale locale du Guomindang. Bien que leurs successeurs ne se soient pas convertis, le prêtre garde des relations cordiales avec eux49.

  • 50  Entretien enregistré avec M. Guan Jinsheng (Piling-Wupar), catéchiste atayal, Jianshi, 8 mai 2002.
  • 51  Li, Ao, « Documents confidentiels du Bureau de la Sûreté : recueil des affaires d’espions communis (...)

38L’attitude favorable ou défavorable à l’égard de l’action missionnaire dépend, dans une large mesure, des autorités locales. Selon M. Guan Jinsheng, les policiers interdisent l’usage de la langue atayal entre les missionnaires et les aborigènes lors des activités religieuses dans le territoire de Jianshi, territoire voisin de Wufeng50. Les autorités ont tendance à contrôler strictement l’ordre social dans les régions montagneuses, suite à une rébellion des aborigènes saisiats en 195151.

  • 52  « Elaboration d’un projet de loi concernant un arrêté d’écriture phonétique (Niding pinying wenzi (...)

39En définitive, les dirigeants taiwanais décident de mettre en œuvre la politique du mandarin en excluant la circulation de publications romanisées.52 Beaucoup de nouveaux convertis ne parlent que les dialectes et ont donc de la difficulté pour comprendre les publications rédigées dans une autre langue que leur langue maternelle. La parution de la traduction des quatre Évangiles se heurte à l’attitude défavorable du gouvernement, et ne peut pas circuler largement parmi les convertis. Sous l’étendard du Mouvement de la Renaissance de la Culture chinoise, les prélats envisagent le chantier de la sinisation de l’Église taiwanaise. Passifs devant la « déviation » de leur programme, ils découragent également la romanisation de l’Évangile.

L’adaptation linguistique des Jésuites aboutit-elle à l’objectif de l’implantation d’une Église locale ?

40L’implantation de l’Église consiste à établir une communauté locale des chrétiens qui expriment spontanément leur foi, selon leurs rites propres et leurs expériences de vie quotidienne. Il s’agit d’un processus continu d’interprétation et de réexpression de la foi chrétienne. Il en résulte que les préliminaires s’appuient principalement sur la traduction de la langue étrangère en langue locale. L’emploi de cette langue locale fait naître une alliance entre la doctrine chrétienne et l’autochtone, croyant ou non-croyant.

  • 53  « Kuanhsi », BW, 6 : 4, April 1957, p. 7.
  • 54  « Kuanhsi », BW, 6 : 4, April 1957, p. 7.

41Trois livres en hakka publiés en 1955 et en 1957 par une maison d’édition jésuite, Guangqi, s’adressent aux prêtres : « Catechism », « Confessional Form » et « Quaedam circa baptismum »53. Le « Catechism » dresse un plan général de l’instruction de néophytes. Le « Confessional Form » emploie des expressions concises pour le sacrement de confession. Le « Quaedam circa baptismum », explique les rites aux catéchumènes, en caractères chinois et en dialecte romanisé, apprend aux prêtres à poser correctement des questions et à y répondre au cours de la cérémonie du baptême54.

  • 55  C’est Léonard Lévesque.
  • 56  « Shih Kuang Tzu », BW, 7 : 5, May 1958, p. 3.

42L’usage du hakka favorise l’intégration des Jésuites dans le milieu hakka. Au début de 1958, une pièce de théâtre écrite en français par un Jésuite québécois55 est ensuite traduite en chinois. Cette pièce, présentée en hakka, est mise en scène par des catéchistes d’une paroisse de Xinzhu et connaît un grand succès. Le scénario exprime les difficultés des individus à l’égard du catholicisme et provoque des discussions autour des problèmes évoqués. Huit représentations sont données dans tout le district de Xinzhu. Des Jésuites remarquent de nouveaux arrivants dans leur église après la représentation théâtrale56.

  • 57  « Chutung », BW, 3 : 8, May 1955, p. 4.

43L’usage de la langue permet de rapprocher la vie des prêtres de celle des habitants. En avril 1955, les Jésuites de Zhudong programment l’« Heure catholique », émission diffusée par des haut-parleurs installés sur la tour de l’église et aux fenêtres d’une résidence de prêtres au centre ville. Le programme comporte de la musique et des reportages en hakka traitant de questions sociales et religieuses57. L’implantation des églises pourra être assurée par une forte intégration dans les quartiers. Programmées par les Jésuites et les fidèles, ces émissions ont pour objectif de diffuser les préoccupations de l’Église, dans un langage compréhensible par la population, et ayant trait à des problèmes sociaux.

44L’adaptation linguistique des Jésuites se faisant systématiquement en fonction des besoins locaux, on peut se demander si une telle approche est conforme aux directives données par la direction jésuite de Taiwan, en tant que politique générale, ou bien si elle est une initiative personnelle des missionnaires.

45Avec la création de l’école Chabanel et des écoles de dialectes, nous constatons que la direction jésuite élabore une politique générale qui exige que chaque missionnaire, par roulement, connaisse un ou des dialectes et des traditionss taiwanaises. Cependant ce n’est qu’un aspect de la question.

46Aux yeux des Jésuites, Taiwan est alors le dernier territoire chinois, puisque peu d’espoir peut être mis dans un retour sur le continent. La connaissance de dialectes devient indispensable pour démarrer la prédication à partir de zéro.

47Sur le plan de la structure hiérarchique de la Compagnie de Jésus, le supérieur sélectionne ses subalternes pour les envoyer en terrains de missions selon leurs capacités. Leur volonté personnelle peut être un facteur fondamental dans la prise de décision du supérieur.

  • 58  Entretien avec Mme Zhang Delan, catéchiste de Gerardo del Valle, à Wufeng, 16 février 2006.

48C’est le cas de Gerardo del Valle. Il fait preuve d’une forte motivation pour effectuer une prédication auprès des aborigènes : il avait pris l’initiative d’apprendre le japonais, et au bout de plusieurs années, l’atayal, afin de faire se rencontrer, en profondeur, le catholicisme et la culture atayale. Par le biais de la traduction linguistique, cette rencontre permet au prêtre de découvrir des liens terminologiques, entre autres, entre le concept du Dieu chrétien et celui du Dieu atayal58. Cette découverte concourt à permettre aux Atayals de vénérer ce « Dieu chrétien » en gardant certaines coutumes traditionnelles, sans « se culpabiliser », ni de s’éloigner de leur « Dieu atayal ».

49Par l’intermédiaire de catéchistes non baptisés, une certaine liaison entre la doctrine catholique et les autres religions peut être établie. Cette liaison s’appuie fortement sur la capacité et la compréhension des catéchistes individuels vis-à-vis de la doctrine catholique. Ceux-ci utilisent un vocabulaire et un langage compréhensibles propres à leur culture pour transmettre le message chrétien à leurs compatriotes. La démarche d’un tel recrutement dans la campagne et les montagnes permet effectivement une diffusion étendue du catholicisme et concourt à provoquer un essor du nombre de conversions.

  • 59  Par exemple, la personnalité et la conduite des catéchistes font souvent sujet de critiques. Ceux (...)

50Cependant, l’instabilité de la situation59 des catéchistes non baptisés (ou baptisés depuis peu) fragilise le système de communication extérieure sur laquelle les Jésuites s’appuient largement pour entrer en contact avec les non croyants dans les activités de prédication. À partir du moment où l’économie taiwanaise prend son essor dès les années soixante, les jeunes sont plus attirés par les postes mieux payés que ceux de catéchistes. Les prêtres perdent ainsi de bons assistants.

  • 60  Committee on History of the Presbyterian Church of Formosa, A Centennial History of the Presbyteri (...)
  • 61  Ibid, p. 42-60.

51L’objectif des Jésuites, en recrutant ces catéchistes, est de trouver un interprète indigène ou leur « alter ego », en vue de la prédication. On peut se demander si les Jésuites n’estiment pas qu’il est plus efficace et plus économique pour eux de susciter des vocations sacerdotales locales ? L’exemple de l’Église presbytérienne canadienne à Taiwan peut éclairer cette réflexion. Ayant démarré sa prédication dès 1872 sur Taipei, au nord de l’île, le pasteur George Leslie Mackay estima que le climat taiwanais ne convenait pas aux Occidentaux. Il décida de former des pasteurs indigènes sur place pour pérenniser le protestantisme60. Il créa un institut de théologie pour former des convertis pratiquants qui plus tard relayeraient la tâche pastorale. Grâce aux efforts de ses successeurs missionnaires et des indigènes, au cours de quelques décennies, une communauté protestante locale, prise en charge par des pasteurs locaux, grandit progressivement en un demi-siècle61.

  • 62  Il y a encore trois Chinois qui entrent dans la Compagnie en 1958. Nous ne savons pas s’ils sont i (...)

52Or, entre 1951 à 1975, on ne compte que sept Chinois (continentaux et formosans de Taiwan) consacrés prêtres jésuites et enregistrés dans les catalogues jésuites.62 Le problème central du sacerdoce local réside dans le peu de vocations des Formosans de souche chinoise (Minnans et Hakkas). Cela tient au fait que les prêtres continentaux ont des difficultés à entrer en contact avec les populations de ces deux groupes ethniques, en raison des langues et du clivage ethnique issu des événements politiques. Il s’ensuit que les Jésuites engrangent peu de résultats auprès de la majorité des populations, tant sur l’échelle régionale que nationale.

Conclusion : point de rencontre entre les autorités, l’épiscopat et les Jésuites autour de la question linguistique

53Selon la conclusion de Vatican II, le rôle des évêques devient décisif dans l’orientation de l’ensemble de l’Église locale. Les Jésuites sont obligés de se soumettre à la juridiction de l’épiscopat pour tout ce qui concerne l’organisation de l’ensemble de l’Église, notamment la liturgie. La hiérarchie ecclésiastique, sous la direction de Mgr. Yü Pin, décide de restituer l’ancien « Rite du Ciel » et « Rite de l’hommage rendu aux ancêtres » en fonction de l’exigence de l’aggiornamento et de la revendication de l’identité chinoise. En référence aux sources classiques chinoises, le langage et le vocabulaire des textes rituels apparaissent soigneusement travaillés. Mis en place sous l’élan du MRCC, le renouveau liturgique ne tient compte que des aspects chinois en écartant les éléments culturels minnan, hakka ainsi que ceux propres aux aborigènes. En fait, ces derniers n’ont pas la même façon d’accomplir le rite des défunts. L’épiscopat l’impose aux paroisses des aborigènes. À partir de là le renouveau liturgique est orienté vers la sinisation.

54Un autre courant de l’orientation de l’Église est initié par les curés jésuites des paroisses. En collaboration étroite avec les paroissiens, les prêtres, eux-mêmes, composent des fragments du renouveau liturgique en puisant des éléments dans la culture locale et les dialectes. C’est une tentative qui se limite à une région et aux paroissiens. Ce type d’effort manque en effet du soutien de l’épiscopat qui privilégie la sinisation et la promotion du mandarin devant les contraintes imposées par les autorités et l’idéologie politique. Faute de soutien épiscopal, le fruit et l’ingéniosité de cette initiative ne pouvaient qu’être éphémères et peu connus.

  • 63  En 1968, une réforme importante d’éducation nationale a lieu dans le but de prolonger l’éducation (...)
  • 64  Nous ne négligeons point les personnes âgées qui restent indifférentes à ce changement social.

55Suite aux réformes du système d’éducation nationale63 et suite à l’élévation du niveau d’éducation de la population à partir du milieu des années 60, la connaissance des dialectes perd peu à peu de son importance, car les jeunes parlent tous le mandarin64. La vulgarisation de cette langue facilite-t-elle la prédication des Jésuites ?

56Les réformes éducatives, mises en œuvres par le gouvernement nationaliste, ont pour but d’instiller l’esprit scientifique, positiviste et l’idéologie politique dans la mentalité des élèves. Il faut nous demander si les Jésuites ont la capacité de s’opposer à ces réformes qui sont, en quelque sorte, la manifestation de l’autorité et du prestige du gouvernement de Chiang Kai-shek. D’ailleurs, ils n’ont pas trouvé de bonne solution face aux changements de mentalité du peuple dus aux mutations sociales. Ils manquent de successeurs indigènes comprenant mieux la culture locale et les besoins spirituels des habitants face à cette société en pleine mutation. Le problème des langues d’autrefois se transforme désormais en problème de langage spirituel de nos jours.

Haut de page

Notes

1  Introduite en Chine en 1582, la Compagnie de Jésus fut supprimée par le Pape Clément XIV en 1773 et rétablie en 1814. Les Jésuites revinrent en Chine en 1842.

2  Paul O’Brien, « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolate, From Fr. Paul O’Brien », Province News – Far East Province (PN-FEP), 21 :5, May 1977, p. 7 ; Fernando Mateos, s.j., « China Jesuits in East-Asia, Starting from zero, 1949-1957 », travail non publié, Taipei : Chinese Province of Society of Jesus, 1995, p. 253.

3  Les statistiques se basent sur l’année 1956. Hôtel de ville de Xinzhu, Monographie de la Ville de Xinzhu, Volume II, Les habitants (Xinzhushi zhi, II, Zhumin zhi), Xinzhu : cf. l’auteur, décembre 1997, p. 438, 440 et 454.

4  Lettre de Maurice de Lauzon, s.j. au procureur ( ?), Beipu, 2 février 1954, dactylo, CAJV.

5  L’origine de cette Affaire est l’accident mortel d’une contrebandière de tabac provoqué par un policier. Cet accident entraîne des grèves et des manifestations partout sur l’île contre le gouvernement de Guomindang. Chiang Kai-shek envoie une troupe pour réprimer les émeutes. Cette opération suscite de nombreux homicides entre les Formosans et les continentaux. Nombreuses sont les élites disparues sous l’ordre des autorités. Il n’existe aucun chiffre exact indiquant le nombre de victimes, mais probablement plus de dix mille. Lire Liu, Yüjia, Analyse des archives sur l’histoire de Taiwan (Taiwanshi wenxian xilun), Taipei : Editions hongyie wenhua shiyie, oct 2003, p. 329-340.

6  Concernant les règlements destinés à promouvoir le mandarin, voir Gouvernement de Province de Taiwan, « Éducation », Recueil de règlements juridiques spécifiques dans la Province de Taiwan (Taiwan sheng danxing faguei huibian), Vol. 5, Taipei : cf. l’auteur, octobre 1953, p. 1.

7  Le système des signes phonétiques a été mis en œuvre dès 1920.

8  « Étude sur le cas de l’usage de la Bible romanisée par l’Église dans sa tâche d’évangélisation (Wei jiaohui shiyong luomazi shengjing chuanjiao yi an hanqing chazhao bing an yanyi) », courrier officiel du MI au ME, N° Tai (46) neijing 124362, 28 octobre 1957, Volume : MAE, Dossiers divers sur les religions (1) (Zongjiao zajuan), Tome : 172-1 / 1928, AHT.

9  « Enquête sur le nombre des agents de police croyants (Diaocha yuanjing xingjiao renshu) », Circulaire du Commandement de la Sûreté de la Province de Taiwan à la Station de police du District Taizhong, secret, 30 juillet 1955, Volume : Station de police du district de Taizhong (Taizhongxian jingchajü), Tome : 487/007, AHT.

10  « Les précautions lors d’évangélisation dans les régions montagneuses », « Étude sur le cas de l’usage de la Bible romanisée par l’Église dans sa tâche d’évangélisation (Wei jiaohui shiyong luomazi shengjing chuanjiao yi an hanqing chazhao bing an yanyi) », courrier officiel du MI au ME, 28 octobre 1957, Volume : MAE, Dossiers divers sur les religions (Zongjiao zajuan), (I) Tome : 172-1 / 1928, AHT.

11  L’église Wufeng, La revue spéciale à la mémoire du 25ème anniversaire de l’établissement de l’église Wufeng (Wufeng Tianzhutang kaijiao 25 zhounian tekan), Xinzhu : cf. l’auteur, 26 mars 1980, p. 1.

12  Ce qui indique le sens de l’ordre moral et les devoirs sociaux.

13  Statut de l’Organisation du Comité exécutif du Mouvement de la Renaissance de la Culture chinoise (MRCC) (Zhonghua wenhua fuxing yundong tueixing weiyuanhui zuzhi zhangcheng), stipulé le 28 juillet 1967, Recueil des règlements de droit sur la culture (wenhua faguei huibian, Volume 2), mai 1983, p. 1341.

14  En 1948, on ne compte que dix-sept dominicains espagnols et trois taiwanais. Comité des Archives de la Province de Taiwan (Taiwansheng wenxianhui), Histoire générale de la Province de Taiwan (Taiwansheng tongzhi), Volume I : 2, Population et religion (Renminzhi zongjiao pian), Nantou (Taiwan) : l’auteur, 30 juin 1971, p. 96-98.

15  F. Mateos, « China Jesuits in East-Asia, Starting from zero, 1949-1957 », p. 273.

16  Guo, Ruoshi, Mgr., Les indications des précautions à l’attention de tous les clercs du diocèse de Taipei, 7 mars 1954, polycopie, collections privées de Chen T-M.

17  « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolic Calendar », PN-FEP, 21 : 5, Mai 1977, p. 43.

18  Fernando Mateos, « Main Events of Our History (1949-1999) », Chinese Province News, January 2000, p. 29.

19  « Twenty-five years on the Jesuit Taiwan Apostolic Calendar », p. 43.

20  Entretien avec Li Jinsheng, s.j., 21 février 2006 à Tainan.

21  Courrier daté du 6 novembre 1953. Albert Hanrion, « Hsinchu », C-M, janvier 1954, N° 44, p. 18.

22  F. Mateos, « China Jesuits in East-Asia, Starting from zero, 1949-1957 », p. 300.

23  Steve Francis, « Une visite à Ch’iunglin », C-M, n° 57, mars 1956, p. 45.

24  Entretien enregistré avec Aquilino Miguélez, s.j. à Zhudong, 21 mars 2004.

25  Il est strictement interdit par le gouvernement taiwanais de correspondre avec qui que ce soit en Chine continentale.

26  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 1st December 1954, Xinzhu, CAJV.

27  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 27 June 1954, Xinzhu, dactylo, CAJV.

28  Entretien avec M. Xü, Yongda (catéchiste), à Xinzhu, le 6 mai 2002.

29  Entretien enregistré avec M. Peng Chuping et Mme Peng Qiu Laimei, catéchistes, à Zhudong, 24 avril 2002.

30  Ce constat est avancé en fonction des archives et des entretiens acquis. Le même constat est partagé avec Cheung Ka-hing, Let your heart be bold – a Reflection Paper on Church–Workers and National Security in Taiwan, Hong Kong : Center for the Progress of Peoples, 1989, p. 33-41.

31  Lettre en anglais de James Thornton, s.j. à J. de Leffe, 27 June 1954, Xinzhu, dactylo, CAJV.

32  L’ouvrage de Cheung Ka-hing, Let your heart be bold, op. cit., p. 33-41, analyse bien la mentalité des clergs chinois.

33  David C.E Liao, The Unresponsive : Resistant or Neglected ? The Hakka Chinese in Taiwan illustrate a common missions problem, Chicago : Moody press, 1972.p. 60-61.

34  « Formose : Nouvelle traduction des Évangiles en formosan », Fides, Roma, 15 novembre 1967.

35  « Au sujet de l’interdiction de l’usage de romanisation dans l’évangélisation (Guanyu jinyong luoma pinying chuanjiao shi) », télégramme de l’Ambassade taiwanaise de Washington au MAE, n° 395, 22 novembre 1957, Vol. MAE, Dossiers divers sur les religions (Zongjiao zajuan), (I), Tome : 172-1/1928, AHT.

36  « Au sujet de l’interdiction de l’usage de romanisation dans l’évangélisation », Tome : 172-1/1928, AHT ; « Remettre à la décision l’affaire de la romanisation de la Bible et des imprimés (Wei luomazi shengjing ji shukan chuli shi baoqing heshiyiou) », Document officiel du ME au Yuan exécutif, N° Tai (58) shezi 12039, 24 juin 1969, Volume : MAE, Solutions du problème de la romanisation de la Bible et des imprimés (Luomazi shengjing ji shukan chuli banfa), Tome : 172-3 / 5679, AHT.

37  « Hsinpu », BW, 2 : 6, March 1954, p. 10.

38  « Kuanhsi », BW, 2 : 8, May 1954, p. 16.

39 Ibid.

40 Ibid.

41  Diocèse de Jiayi (édi), True Love last forever (Rang ai yongyuan nianqing), Jiayi : l’auteur est Sacred Heart Home for Severely Retarded Youth (Shengxin jiaoyiang yuan), avril 2002, p. 95.

42  Entretien enregistré avec Mme Wu Fumei, ancienne catéchiste de Jaschko et directrice de Catholic Hua Kuang Social Welfare Foundation, Guanxi, 6 mai 2002, et 15 février 2006.

43  Entretien enregistré avec Mme Wu Fumei, baptisée en 1956, ancienne catéchiste et directrice de Catholic Hua Kuang Social Welfare Foundation, Guanxi, 6 mai 2002. Les NT$ 200 équivalent à environ US$ 8,07. En 1956, le revenu annuel moyen était à NT$ 3 296 (équivalent à US$ 133). Les chiffres sont issus de : Bureau d’Information du Gouvernement de Province de Taiwan, La rétrospective et la perspective du développement économique (Jingji fazhan de huigu yü zhanwang), Taizhong : c.f. l’auteur, octobre 1995, p. 598.

44  G del Valle, « Memorias de un Misionero : Veinte años con los aborigines de Wufeng », p. 35.

45  Entretien enregistré avec Gerardo del Valle, s.j., à Wufeng, 18 mars 2004.

46  Le prêtre nous a montré le missel qu’il a traduit du latin en atayal. Entretien enregistré avec Gerardo del Valle, s.j., à Wufeng, 18 mars 2004 ; Entretien enregistré avec Mme Zhang Delan, 18 mars 2004.

47  Entretien enregistré avec Mme Zhang Delan, 18 mars 2004.

48  Entretien enregistré avec Mme Zhang Delan, 16 février 2006.

49  Entretien avec Mme Zhang Delan, catéchiste de Gerardo del Valle, à Wufeng, 16 février 2006.

50  Entretien enregistré avec M. Guan Jinsheng (Piling-Wupar), catéchiste atayal, Jianshi, 8 mai 2002.

51  Li, Ao, « Documents confidentiels du Bureau de la Sûreté : recueil des affaires d’espions communistes jusqu’à présent (volume 1) (Anquan ju jimi wenjian : linian banli feidie an huibian, 1) », Taipei : Editions Li Ao, 1991, p. 148-151.

52  « Elaboration d’un projet de loi concernant un arrêté d’écriture phonétique (Niding pinying wenzi chuli banfa caoan qing chazhao you) », Volume : MAE, Activités ecclésiales (Jiaohui huodong), (3), 172-3 / 4145-1, AHT.

53  « Kuanhsi », BW, 6 : 4, April 1957, p. 7.

54  « Kuanhsi », BW, 6 : 4, April 1957, p. 7.

55  C’est Léonard Lévesque.

56  « Shih Kuang Tzu », BW, 7 : 5, May 1958, p. 3.

57  « Chutung », BW, 3 : 8, May 1955, p. 4.

58  Entretien avec Mme Zhang Delan, catéchiste de Gerardo del Valle, à Wufeng, 16 février 2006.

59  Par exemple, la personnalité et la conduite des catéchistes font souvent sujet de critiques. Ceux de qualité qui sont à la hauteur de leur charge font défaut à cause de la nature temporaire et précaire du poste de catéchiste (la retraite et la sécurité sociale moins assurée). Voir Tsung-ming Chen, Les Jésuites à Taiwan de 1951 à 1975, Thèse de doctorat en histoire de l’Université Lyon 2, soutenue le 19 décembre 2006, p. 180-181.

60  Committee on History of the Presbyterian Church of Formosa, A Centennial History of the Presbyterian Church of Formosa (Taiwan jidu zhanglao jiaohui bainian shi), Tainan : Presbyterian Church of Formosa, juin 1965, p. 58.

61  Ibid, p. 42-60.

62  Il y a encore trois Chinois qui entrent dans la Compagnie en 1958. Nous ne savons pas s’ils sont issus de Taiwan. Nous ne connaissons pas non plus le nombre exact de défroqués. Voir la thèse de Chen, Tsung-ming, p. 165.

63  En 1968, une réforme importante d’éducation nationale a lieu dans le but de prolonger l’éducation obligatoire jusqu’à l’âge de 15 ans des adolescents (au niveau d’école secondaire).

64  Nous ne négligeons point les personnes âgées qui restent indifférentes à ce changement social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tsung-ming Chen, « L’adaptation linguistique des Jésuites à Taiwan sous le gouvernement de Chiang Kai-shek : les enjeux politiques et culturels », Chrétiens et sociétés [En ligne], 14 | 2007, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/195 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.195

Haut de page

Auteur

Tsung-ming Chen

LARHRA UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org