Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Histoire et missions chrétiennes, « Acculturation, syncrétisme, métissage, créolisation ; Amérique, Océanie, XVIe-XIXe » n°5, mars 2008, Paris, éd. Karthala 2008 205 p.

Jean-Michel Vasquez

Texte intégral

1La revue Histoire et missions chrétiennes consacre dans son cinquième numéro un dossier de 120 pages aux notions d’« Acculturation, syncrétisme, métissage et créolisation ». L’idée, née des réflexions du groupe de recherche lyonnais RESEA, aboutit à cinq contributions réunies par l’historien Philippe Delisle. Elles portent sur les exemples américain et océanien, étudiés à l’époque moderne et contemporaine (XVIe-XIXe siècles). Comme l’indique au préalable son rédacteur en chef Paul Coulon, la revue veut dépasser l’alternative simpliste qui ne voit dans l’inculturation que la domination d’une nouvelle culture ou bien la résistance de la tradition. L’inculturation modifie en substance le message religieux, de sorte que chaque religion est finalement syncrétique, c’est-à-dire qu’elle s’adapte en permanence aux hommes pour répondre à leurs demandes, donnant en définitive une foule de situations culturelles différentes. Pour les interpréter, le dossier propose de comparer ces quatre notions et les met en concurrence car elles désignent des situations plus proches qu’opposées. Les auteurs ont recours à l’anthropologie et ses concepts récents comme le « bris-collage » ou la « re-création ». Ainsi, à la lumière des travaux anthropologiques, le dossier promet un regard plus précis sur l’histoire des missions chrétiennes, sans toutefois perdre l’appareil critique qui compare, oppose et relativise les sources et les témoignages, ce qui constitue sans doute son originalité.

2Le Mexique espagnol est à l’honneur. Pierre Ragon rappelle que la tradition historiographique s’est contentée jusqu’à présent de distinguer schématiquement trois tendances : la survivance, le métissage et la christianisation. Pourtant, il faut tenir compte des situations locales extrêmement diverses, puis conclure que la christianisation est une politique de compromis, impliquant tout autant les missionnaires que les Indiens. Les travaux initiateurs de Serge Gruzinski, témoignent par leur renouvellement du dynamisme de la recherche sur la religion mexicaine. Nadine Beligand développe la figure du toro : imposée aux Indiens par l’Espagne coloniale, elle est finalement intégrée à leur panthéon traditionnel au point d’en devenir une figure religieuse fondamentale, la « puissance génésique » qui anime l’axe cosmique, le moteur de leur cosmogonie. L’adoption de l’élevage taurin dans le paysage mexicain comme dans le calendrier des travaux agricoles prouve la réussite de l’intégration.

3Les Antilles font ensuite l’objet d’une contribution de Philippe Delisle qui débute par une mise en garde, que l’on pourrait généraliser ailleurs : l’anémie de la vie chrétienne ne doit pas pousser les historiens à sur-interpréter la situation religieuse du XIXe siècle, notamment à l’aide de concepts anthropologiques séduisants. Selon lui, sans minimiser la culture africaine encore présente chez les esclaves, à l’alternative christianisation/survivance, il est préférable de constater une créolisation, c’est-à-dire l’émergence d’une culture nouvelle, propre aux Antilles, et dont les références sont remodelées en permanence. A la persistance – ou la résistance – culturelle, l’auteur oppose la mobilité et la fluidité, deux caractères de l’identité religieuse antillaise, qui rendent toute classification forcément réductrice et dépassée. Toutefois, cette créolisation est difficile à évaluer car les Antilles francophones n’ont pas connu de culte institutionnalisé, comme ce fut le cas en Haïti.

4Au Canada, Olivier Servais raconte comment le contact des Jésuites a provoqué une crise d’identité chez les Indiens Ojibwas. Vécue individuellement, celle-ci a nécessité un « bricolage » leur permettant de se définir une nouvelle identité qui puisse accorder une place à « l’autre ». A partir des récits de conversion, l’auteur repère les emprunts chrétiens ou les survivances de la tradition. Un très bel exposé explique comment, à l’aide de symboles ambigus, le récit permet finalement à chaque individu d’assimiler le Grand Esprit au Dieu chrétien. Un autre récit sur le voyage de l’âme, plusieurs fois transformé, prouve que chaque communauté se l’approprie et l’interprète comme une conversion réussie ou a contrario une résistance encore active. Olivier Servais oppose finalement deux types de bricolage qui répondent à un même objectif : l’harmonisation des représentations de soi et du monde.

5L’exemple océanien proposé par Claire Laux confirme la diversité des situations, en privilégiant la comparaison des démarches ethnologique et historique. L’auteur constate que le discours missionnaire exagère souvent le succès de la conversion, mais qu’en l’absence de témoignages indigènes, il n’est pas invalidé. Dans une Océanie marquée par la concurrence entre les Eglises chrétiennes, l’acculturation serait plutôt déterminée par la situation de chaque missionnaire : par exemple, les catholiques minoritaires dans les bastions protestants se présentent comme les défenseurs de la culture traditionnelle pour s’opposer à la religion dominante. Une carte localise avec précision les archipels tenus par les catholiques et les protestants dans l’océan Pacifique, permettant d’envisager tous les cas de figure. Comme en Amérique, les populations semblent avoir intégré le christianisme dans leur construction identitaire.

6En multipliant les cas, le dossier atteint son objectif : il prouve que la diversité des situations, qui imposent une analyse à l’échelle locale, rend toute généralisation délicate et qu’un vocabulaire plus approprié est nécessaire pour mieux identifier les différents degrés de l’acculturation. Des illustrations soigneusement choisies montrent parfaitement toute la complexité du sujet. Des photographies attestent de la conversion comme de la résistance, des schémas éclairent sur des représentations religieuses indigènes et plusieurs cartes localisent l’évangélisation. Comme à son habitude, la revue offre aussi d’autres lectures, portant ici sur deux expériences : la première est une scolarisation avortée, menée par la Société des Missions Etrangères de Paris à Sédhiou en Casamance vers 1862 ; la seconde rappelle que près de 950 prêtres français ont répondu à l’appel de l’encyclique Fidei Donum, qui leur enjoignait en 1957 de partir à l’étranger. L’actualité de la recherche évoque la Conférence internationale des Frères Maristes à Suva en août 2007 et un Colloque portant sur les rapports entre colonisation et évangélisation, organisé par le centre Roland Mousnier à la Sorbonne en décembre 2007, avant le compte-rendu des lectures habituelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Histoire et missions chrétiennes, « Acculturation, syncrétisme, métissage, créolisation ; Amérique, Océanie, XVIe-XIXe » n°5, mars 2008, Paris, éd. Karthala 2008 205 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1892

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org