Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Pierre Singaravélou (dir.), L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation XIXe-XXe siècle, Paris, Belin, coll. « Mappemonde » 2008 288 p.

Jean-Michel Vasquez

Texte intégral

  • 1 Le colloque « Géographie, colonisation, décolonisation, XVe-XXe », s’est tenu à Talence en mars 199 (...)

1Comment définir la géographie coloniale ? C’est à cet exercice délicat que se sont livrés dix-huit universitaires, historiens et géographes lors d’un colloque organisé à Bordeaux en octobre 2005 et dont les actes ont été réunis par Pierre Singaravélou, sous le titre L’empire des géographes ; géographie, exploration et colonisation, XIXe-XXe siècle. Le sujet avait déjà été abordé partiellement en 19921 : il s’agissait à l’époque de montrer la diversité du rôle joué par la géographie dans la colonisation et la décolonisation, à partir d’études de cas couvrant une vaste période, du XVe au XXe siècle. Douze ans plus tard, les spécialistes décident de porter davantage leur regard sur les conditions dans lesquelles s’élabore le discours géographique plutôt que sur son contenu. Le champ d’étude s’est aussi resserré autour de l’empire français qui, à lui seul, réunit tous les enjeux. Le colloque se veut en quelque sorte une réponse des spécialistes français au courant des Postcolonial Studies, c'est-à-dire la position historiographique anglo-saxonne qui condamne l’implication de la science géographique dans la colonisation. Ils lui reprochent notamment une généralisation abusive, alimentée selon certains par une interprétation exagérée des travaux d’Edward Saïd et lui opposent la richesse de champs disciplinaires propres, dépourvus d’intérêt immédiat comme la géographie médicale, ou franchement distants des considérations coloniales comme les travaux de Pierre Gourou ou Jean Dresch en géographie tropicale.

2La longue préface de Paul Claval débute par un constat : la domination du savoir des sociétés de l’écrit sur le savoir vernaculaire transmis oralement ou gestuellement. Il rappelle ensuite la linéarité qui relie la géographie d’exploration, la géographie coloniale et la géographie tropicale, qu’il nomme aussi géographie de l’altérité, avant de constater simplement que la colonisation modifie les conditions dans lesquelles s’élabore le discours scientifique. Claude Blanckaert va plus loin, affirmant dès l’introduction qu’il faut réhabiliter la notion de géographie coloniale ainsi que de nombreux travaux disqualifiés aujourd’hui par l’étiquette des « savoirs coloniaux » : ceux-ci rivalisent selon lui sans crainte avec des sciences normalisées, notamment dans des disciplines comme la biogéographie ou la géographie médicale. Dans une seconde introduction sous forme d’historiographie critique, Pierre Singaravélou reproche aux Postcolonial Studies de négliger la diversité et la richesse de la géographie coloniale, interdisant la moindre modernité à toute recherche sur les savoirs coloniaux. Pourtant, les travaux d’Hélène Blais sur la topographie, d’Isabelle Surun sur l’exploration, ou encore d’Emanuelle Sibeud sur la science impériale prouvent à eux seuls la vitalité et l’actualité de ce champ d’étude. La longue bibliographie jointe confirme la place prépondérante qu’occupent les travaux les plus récents : près de 60 titres sur 140 sont des publications postérieures à l’an 2000. Et l’auteur de conclure que pour la géographie – comme pour l’anthropologie d’ailleurs – « la décolonisation n’est plus à faire ».

3Quatre thèmes structurent le colloque : le premier promet dès le début richesse et diversité car il porte sur les nombreux lieux de production où se construit le discours géographique. En étudiant les explorations européennes de l’Afrique du XIXe siècle, Isabelle Surun veut contextualiser l’exploration et montrer qu’elle n’est pas la simple marque d’un pré-impérialisme. Elle peut même s’interpréter de différentes manières, selon les modèles qu’adoptent les historiens : diffusionnistes, marxistes ou anglo-saxons (moving metropolis ou Subaltern Studies). Actuellement, l’exploration fait l’objet d’un décentrement, en plaçant les périphéries coloniales au centre du discours géographique jusque-là occupé par la métropole – « l’ailleurs devient l’ici » – ainsi qu’une émancipation : la recherche s’affranchit des axes contraignants fixés par les laboratoires. Daniel Nordman préfère s’interroger sur un moment fondamental qui légitime scientifiquement le savoir géographique : la soutenance de thèse. Celle d’Augustin Bernard, présentée à la Sorbonne en 1895, porte sur un pays qu’il n’a jamais visité, la Nouvelle Calédonie. Le voyage était tellement coûteux que le spécialiste s’en passa, désignant du même coup tout le champ des observations personnelles comme accessoire. C’est bien la question de la géographie de cabinet qui est posée et sa prééminence dans l’élaboration du savoir sur la géographie de terrain, déconsidérée en cette fin de XIXe siècle. Deux contributions mettent en scène les sociétés de géographie, analysées auparavant de l’intérieur par Alfred Fierro et pour leur participation à l’expansion coloniale par Dominique Lejeune : Emmanuelle Sibeud traite de la Société de géographie de l’AOF, une société savante éphémère qui échoue dans son objectif de légitimation que lui a fixé l’administration conquérante. Cette société n’a selon l’auteur jamais été un lieu de production du savoir colonial, soufrant trop souvent d’un découpage et d’une catégorisation des champs scientifiques imposés par la métropole. L’autre société est lyonnaise. Jean-François Klein, spécialiste des réseaux de notables impliqués dans l’expansion, rappelle les liens tissés entre les soyeux réunis autour de la chambre de commerce de la ville, la société savante et d’autres autorités comme l’Œuvre de la Propagation de la foi chargée de financer les missions catholiques. Si la société lyonnaise est conforme aux sociétés du même type qui naissent dans le monde après 1870, elle incarne surtout la rencontre à un niveau municipal de motivations expansionnistes diverses, pilotées notamment par un groupe colonial consulaire. En présentant des figures comme Louis Desgrand, à la fois président de la chambre de commerce de la ville, de sa société de géographie et député, l’auteur donne un visage à une réalité méconnue de la colonisation.

4Le second thème intéresse les usages politiques et militaires de la géographie en situation coloniale. L’exemple marocain présenté par Mustapha Chouiki est le modèle-type d’une géographie de service, entièrement dévouée à la colonisation. En niant l’unité du Maroc, elle le maintient dans sa diversité et légitime du coup l’œuvre coloniale. Mais ce choix la rend incapable de produire un savoir suffisamment crédible, à l’exception de quelques scientifiques parmi lesquels compte Jean Dresch ou Fernand Joly, considérés d’ailleurs comme des fausses notes dans le concert du savoir géographique. Cette position que l’auteur résume par le « flou identitaire » ne lui rapportera qu’une reconnaissance politique. Cela signifie donc qu’entre le service et la science, il n’y a pas d’aménagement possible ! La contribution d’Hélène Blais est nécessaire car elle traite de la délicate construction cartographique, support et langage du géographe. À partir des cartes d’État-major de l’Algérie, l’auteur invite à considérer une situation originale au moment où s’écrit le discours géographique : comment cartographier un espace en cours d’exploration et rendre compte de nouvelles réalités humaines notamment ? Le résultat est décevant : les topographes du Dépôt de la guerre font peu d’innovations, préférant plaquer des éléments européens sur l’espace algérien pour le rendre plus compréhensible. La cartographie coloniale reste « un des lieux où la science et les ambitions impériales se rencontrent » ; elle participe à l’invention des territoires coloniaux. La contribution de Philippe Boulanger revêt un caractère particulier en traitant de la place occupée par les espaces coloniaux dans la géographie militaire française de 1871 à 1939. Longtemps secondaire, cette place a connu un léger essor, quand les Français prennent conscience de leur empire mais ce processus reste lui-même limité comme l’ont montré Charles Robert Ageron et Raoul Girardet. Le lecteur pourra regretter l’absence de distinction entre l’Armée française et la Marine : si la première est restée focalisée sur les menaces allemandes en Europe, la seconde s’est pleinement engagée dans toutes les expéditions outre-mer, dévoilant une nouvelle option géopolitique. Et quand il aborde la Marine, l’auteur cite la stratégie de l’Amiral Castex sans rappeler qu’une Jeune Ecole l’a précédée au XIXe ; c’est pourtant elle qui a révolutionné la stratégie maritime en proposant une conception plus moderne du combat naval, et insufflé du dynamisme parmi les troupes. Avec la politique forestière de Lyautey au Maroc, Jean Yves Puyo atteint très habilement deux objectifs : il présente un usage politico-militaire de la biogéographie à partir d’une œuvre complètement ignorée du maréchal Lyautey, malgré son succès. Du coup, révélant cette absence dans l’historiographie, l’auteur pose la question de l’étendue de la géographie coloniale. Que couvre-t-elle aujourd’hui ? Doit-on s’en tenir seulement à ce qui est écrit aujourd’hui ? L’interrogation en appelle d’autres et la communication se transforme habilement en mise en garde : les historiens doivent rester curieux et vigilants en ne considérant jamais un champ d’investigation historique définitivement clos.

  • 2 L’auteur signale notamment les travaux initiateurs de Joël Bonnemaison. Identités en mutation dans (...)

5Le thème suivant aborde les géographies littéraire et vernaculaire et leur manière de produire du savoir. Jean-François Staszak emmène le lecteur à la section coloniale de l’exposition universelle de 1889, là où Paul Gauguin aurait contracté son désir de Tahiti. La démarche est originale : elle recense toutes les sources d’informations qu’un voyageur peut consulter à propos de la Polynésie. La synthèse montre que toutes les publications sont dérivées d’une source commune, pas toujours scientifique, et qu’elles composent un circuit discursif qui conforte les stéréotypes, auquel participeront aussi les tableaux du peintre. Claire Laux, spécialiste de l’Océanie, rappelle les traits fondamentaux de sa géographie : l’insularité, la présence première des missionnaires, une terre où se confrontent deux visions, colonialiste et « naturiste ». En définitive, c’est bien une géographie propre à l’Océanie qui est construite, correspondant aux deux phases repérées par Olivier Dollfus en 1992 : la première liée à la colonisation repère et décrit ; la seconde plus scientifique s’attache à la compréhension. Aujourd’hui, l’Océanie est devenue un terrain d’étude de la géographie culturelle2. L’exposé de Matthieu Letourneux invite à adopter une lecture critique, pour décrypter dans les romans de voyages les signes de la distance, du danger, de l’altérité. Visiblement, tous reproduisent un schéma actanciel qui répète le combat infini de la civilisation sur la sauvagerie : l’espace quotidien et l’espace exotique, l’homme blanc et l’étranger, l’ici et l’ailleurs, encore.

6Le dernier thème traite plus rapidement du passage de la géographie coloniale à la géographie tropicale, sans toutefois développer les contenus scientifiques déjà abordés par le colloque de 1992. Colette Zytnicki explique comment se sont affrontés les Vidaliens et les tenants de la géographie coloniale sur un plan institutionnel et éditorial selon le point de vue bordelais. A la différence de Paris, le changement s’est fait dans la douceur, en conformité avec le lobby colonial municipal. La géographie enseignée à Bordeaux doit être considérée selon l’auteur comme une vraie géographie scientifique, héritière de la géographie coloniale et utilitariste mais affranchie de sa mission impériale. En revanche, l’exposé de Pierre Guillaume sur la figure du médecin colonial, trop bref, ne suffit pas à évaluer son rôle dans la production géographique. Le thème de la géographie médicale est survolé et le lecteur ne peut apprécier ce que Claude Blanckaert présentait en préface comme l’un des rares champs d’étude de la science coloniale. La contribution suivante ne traite pas non plus de géographie tropicale, mais elle apporte une mise au point pratique sur la géographie anglophone. C’est une critique supplémentaire des Postcolonial Studies par Daniel Clayton, qui prouve néanmoins à quel point elles marquent l’historiographie anglo-saxonne et ses travaux depuis 1980. Stérile et limitée, l’approche post-colonialiste ne permet pas de comprendre comment opérait le colonialisme. De même qu’il regrette l’absence d’archives du côté des colonisés, ou encore le choix des géographes quand ils se limitent à un espace, se refusant à toute généralisation et répétant finalement la stratégie du colonisateur qui régionalise et divise. En revanche, les Postcolonial Studies présentent un intérêt : celui de remettre en cause les géographies en les enjoignant de produire un discours plus critique et détaché du pouvoir. Yves Lacoste clôt ce panorama de la géographie coloniale par quelques remarques. Lui aussi estime qu’il faut la réhabiliter, reprenant l’exemple – non traité ici – de l’apport de la médecine, « l’un des investissements intellectuels les plus utiles pour l’avenir des peuples du Tiers Monde ». Cette mise en perspective finale est nécessaire car elle seule aborde le sujet de la postérité de la géographie coloniale. Le géographe invite simplement à changer de point de vue : délaisser les débats européens sur la nature de la science en milieu colonial pour apprécier son intérêt auprès des populations directement concernées. Toutefois, les colonisés ne sont pas les oubliés car le colloque rappelons-le portait sur les conditions d’élaboration du discours. En proposant de préférer l’intérêt social à sa nature politique, Yves Lacoste ouvre de nouveaux champs de recherche à la géographie coloniale.

7En regardant sereinement son passé, la géographie en France ne connaît pas de rupture depuis le XIXe siècle et admet l’héritage de la période expansionniste. La géographie coloniale n’est donc pas rejetée ni réduite à un champ de recherche disqualifié. Elle annonce plutôt des travaux nombreux et fructueux, prouvant une fois de plus la belle complémentarité entre historiens et géographes sur l’histoire de la géographie. Ce colloque n’est pas une simple réponse aux Postcolonial Studies qui somment les spécialistes d’Occident de prendre position ; il annonce un vrai programme et des axes de recherche renouvelés, riches et divers comme l’annonçait Pierre Singaravélou. Le lecteur pourra seulement regretter la place restreinte occupée par le discours cartographique, pourtant essentiel dans l’écriture des savoirs géographiques. De même, le reportage et le documentaire filmés ne font l’objet d’aucune référence. Enfin, il notera le faible nombre d’illustrations dans l’ouvrage ; les seules images portent exclusivement sur la contribution de Jean-François Staszak et le Tahiti de Gauguin ; mais elles sont rajoutées au texte, sans référence ni commentaire, renseignant peu sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Le colloque « Géographie, colonisation, décolonisation, XVe-XXe », s’est tenu à Talence en mars 1992, organisé par le Centre d’Etude de Géographie tropicale. Les actes ont été publiés : Géographie des colonisations, XVe-XXe siècle, Paris, L’harmattan, 1994, 420 p.

2 L’auteur signale notamment les travaux initiateurs de Joël Bonnemaison. Identités en mutation dans le Pacifique à l’aube du troisième millénaire. Hommage à Joël Bonnemaison, 1940-1997, Actes du colloque tenu à Talence, mai 1997, Bordeaux, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Pierre Singaravélou (dir.), L’empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation XIXe-XXe siècle, Paris, Belin, coll. « Mappemonde » 2008 288 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1882

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org