Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Marie-Claude Flageat Les Jésuites français dans la Grande Guerre. Témoins, victimes, héros, apôtres Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France, 31 » 2008 603 p.

Daniel Moulinet

Texte intégral

1C’est au prix d’un travail considérable, mené notamment dans les archives françaises de la Compagnie de Jésus à Vanves, que l’auteur a pu réaliser cette synthèse sur les membres de l’Assistance française de la Compagnie de Jésus pendant la Grande Guerre. Elle a consulté, non seulement des correspondances, mais aussi des journaux de guerre et de nombreux bulletins ronéotypés ou imprimés, sans oublier le dossier personnel de nombreux jésuites.

2Elle brosse d’abord la physionomie des acteurs de cette histoire : ils sont 3087, soit 18,3% de l’ensemble des jésuites, répartis en quatre provinces (Champagne, Paris, Lyon, Toulouse), scolastiques, prêtres et frères coadjuteurs. Ils ont subi les mesures anti-congréganistes mais sont restés attachés à la mère-patrie et reviennent de leur exil étranger pour s’engager. Tout en portant un jugement sévère sur la IIIe République, ils espèrent en un redressement moral de la France et ces patriotes convaincus attendent que la France redevienne la « fille aînée de l’Église ». 870 religieux sont mobilisés, dont 163 ne reviendront pas, soit une proportion de 18,7%, intermédiaire entre celle du clergé séculier (13,2%) et celle des instituteurs (22,6%). 45% d’entre eux recevront une décoration, ce qui est largement au-dessus de la moyenne.

3Jetés dans la guerre, ils en découvrent l’horreur, notamment la vie dans les tranchées, les bombardements et le voisinage incessant avec la mort. Ils vivent avec des Français qui sont parfois loin de leur milieu d’origine et de leur foi ; les préjugés tombent de part et d’autre et les soldats les traitent le plus souvent avec déférence. Eux perçoivent fortement leur responsabilité de porter, par leur attitude exemplaire, un témoignage de courage et de dévouement. Par ailleurs, la rencontre, sur le terrain, du protestantisme et de l’islam est une expérience nouvelle, vécue diversement.

4Leur vision des événements reflète le discours traditionnel de l’Église : la guerre, œuvre des hommes, est permise par Dieu pour ramener les nations à leurs devoirs, la souffrance peut être réparatrice et rédemptrice. Pour eux-mêmes, ils s’en remettent aussi à la Providence divine, dans un esprit d’offrande de leur vie pour les autres. Ils sont témoins, chez leurs camarades, de leur fond de croyance, qui conduit au port de médailles, aux dévotions envers Jeanne d’Arc ou Thérèse de Lisieux, à une plus grande pratique religieuse ; ils se réjouissent des conversions qui surviennent. Ceux d’entre eux qui sont aumôniers veulent dépasser l’image traditionnelle de la visite aux blessés et de la prière pour les mourants ; ils visitent les troupes, et restent souvent à leurs côtés durant l’assaut. Ils encouragent la dévotion au Sacré-Cœur, se dépensent pour assurer les offices lors des fêtes de Pâques et de Noël, distribuent des lectures édifiantes et en rédigent eux-mêmes. Ils organisent aussi parfois les loisirs sur le modèle des activités du patronage (football…). Pour eux, ils gardent, autant que faire se peut, les exigences de la vie religieuse, y compris lecture et étude.

5Bien que l’Assistance de France soit touchée dans son fonctionnement, à la fois en métropole, notamment du fait des bâtiments occupés ou détruits, et dans les missions, la correspondance et les bulletins de guerre leur permettent de maintenir des liens forts entre eux. Lorsqu’ils sont confrontés aux prisonniers allemands, leur discours patriotique se tempère de charité.

6Leurs espoirs pour la période d’après-guerre ne sont qu’à moitié exaucés : si une partie de la méfiance envers les prêtres et religieux est tombée, le regain du laïcisme sous Herriot ravive les alarmes, mais débouche sur une mobilisation des catholiques ; au niveau international, si la paix s’installe, elle n’est pas fondée sur la référence à Dieu et la papauté est exclue de la Société des Nations.

7L’effort de synthèse qu’a mené l’auteur par rapport à l’abondance de ses sources a peut-être son revers, qui conduit à gommer les aspérités en donnant une image assez « lisse » de ces religieux. Cependant certains des problèmes qui se sont posés sont bien évoqués, comme leurs réactions devant le meurtre de l’adversaire (p. 249-252), mais d’autres pourraient déboucher sur des développements, comme, par exemple, l’aide que leur pratique de l’ascèse a pu leur apporter face aux privations et aux souffrances de la vie militaire, les conséquences de ces « messes du front » sur le « mouvement liturgique » dans l’entre-deux-guerres ou la difficile réinsertion de certains jésuites dans une vie religieuse qui n’avait peut-être que peu évolué et pouvait leur paraître éloignée des réalités humaines qu’ils avaient côtoyées durant quatre ans (p. 480). Ceci étant, on ne peut que souscrire au vœu qu’exprime Jean-Marie Mayeur dans la préface, de voir ce livre, dont on apprécie constamment le sérieux, au fil des pages (voir par exemple p. 386 note 1), en susciter de semblables pour d’autres congrégations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Moulinet, « Marie-Claude Flageat Les Jésuites français dans la Grande Guerre. Témoins, victimes, héros, apôtres Paris, Le Cerf, coll. « Histoire religieuse de la France, 31 » 2008 603 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 26 février 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1862

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org