Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Marcel Bernos, Les Sacrements dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles. Pastorale et vécu des fidèles, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence 2007 348 p.

Yves Krumenacker

Texte intégral

1M. Bernos a, tout le long de sa carrière, lu et relu les manuels de confesseurs et les traités de morale de l’époque moderne. Il en a tiré de nombreux articles qui ont fait de lui sans doute un des meilleurs connaisseurs de la morale catholique des XVIIe-XVIIIe siècles. Aussi est-ce une heureuse initiative que d’avoir rassemblé un certain nombre de ces textes (21 au total), souvent difficiles à trouver, dans un recueil consacré à la pratique des sacrements. Regrettons la persistance de quelques coquilles et le fait que l’auteur n’ait pas vraiment réactualisé ces études, dont la plus ancienne date de 1970, à la lumière des travaux récents (au demeurant peu nombreux) sur la morale. Mais ce n’est pas l’essentiel.

2Peut-être le chapitre 1 est-il le plus important : il indique comment utiliser des sources comme les manuels de confession et les recueils de cas de conscience et ce qu’on peut en tirer, en insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas que d’une littérature théorique, mais que très souvent les cas analysés étaient bien réels. Les chapitres suivants ne sont presque que des applications. Ils portent d’abord sur quatre sacrements, la pénitence (le plus développé), le baptême, le mariage et l’extrême-onction (ce dernier étant d’autant plus intéressant qu’il n’est pratiquement jamais étudié). Vient ensuite une intéressante analyse non d’un sacrement, mais d’un sacramental (un rite sacré reconnu par l’Église), le signe de la croix. La dernière partie s’attache à des aspects particuliers, peu connus, de la pastorale sacramentelle : celle des « monstres », de ceux qui souffrent d’une anomalie physique, et des «insensés ». Elle pose aussi la question de l’ivrognerie comme péché et de la justification du jeûne.

3Que retenir, au-delà des cas particuliers évoqués par ces différents articles ? Tout d’abord, une belle leçon de méthode. M. Bernos nous convainc de l’intérêt de ses sources et nous montre par l’exemple comment les utiliser, en évitant les extrapolations qui ont permis à des historiens en mal de spectaculaire de « révéler » le discours de l’Église sur l’argent ou, surtout, la sexualité ! Ensuite, M. Bernos réhabilite la casuistique, qui, loin de servir à tout permettre, est une réflexion sérieuse et pas toujours laxiste sur la possibilité d’adapter les normes morales théoriques à l’infinie diversité des situations concrètes. Il montre des hommes d’Église exigeants, avec évidemment des positions variées, mais aussi très humains : ils n’hésitent pas à entrer dans le détail des cas (et, contrairement à une légende tenace, en français, même s’il s’agit de sexualité, du moins au XVIIe siècle), ils sont réellement soucieux du salut éternel des fidèles. S’ils acceptent évidemment les préjugés de leur temps, ils ne défendent pas moins les femmes contre l’infériorité qu’on leur reconnaît et admettent leur éventuelle répugnance envers l’acte conjugal, nuançant concrètement très notablement le prétendu primat de la procréation dans le mariage ; de même, ils en prennent à leur aise avec la théologie quand ils ferment les yeux sur les baptêmes d’enfants morts-nés, car ils compatissent au chagrin des parents. Ils trouvent des excuses aux ivrognes, ils accommodent comme ils peuvent la règle du jeûne, ils vont le plus loin possible dans l’accès des malades mentaux aux sacrements. Ils sont beaucoup moins obsédés par la sexualité que préoccupés par les questions économiques et la mauvaise utilisation possible de la richesse.

4Marcel Bernos montre bien ainsi l’écart entre des formulations dogmatiques qui évoluent peu (encore que…) et l’application pratique des règles. Il ne s’agit pas de « christianisme populaire », plutôt d’un christianisme institutionnel vécu, ce qui ouvre à l’histoire sociale, à l’anthropologie historique, à l’histoire des mentalités, à partir de sources très classiques mais peu utilisées car réputées indigestes et ennuyeuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Marcel Bernos, Les Sacrements dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles. Pastorale et vécu des fidèles, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence 2007 348 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 26 mars 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1692

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org