Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Autour du programme du CAPES et de l’Agrégation en Histoire Moderne

Les affrontements religieux en Europe du début du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle
Pierre-Jean Souriac

Texte intégral

1La question proposée cette année aux concours aborde un large pan de l’histoire religieuse en voie de renouvellement depuis plusieurs décennies, celui du contact entre altérités religieuses rivales. Le sujet est extrêmement large, puisque si sa chronologie invite à placer au cœur du programme l’apparition de la Réforme, il n’en demeure pas moins que les vieilles hérésies – vaudois ou hussites par exemple – les minorités religieuses – juifs et morisques pour le cas espagnol – les fronts chrétiens traditionnels entre Orient et Occident, mais aussi le contact problématique avec l’Islam sont intégrés au spectre général de la question. De même, la notion d’affrontement se veut problématique par sa polysémie, la violence sanglante jouxtant le bris d’images, la dispute universitaire, le pamphlet, l’invective ou bien d’autres modalités encore d’opposition au nom de sa foi. Sa logique géographique enfin invite elle aussi à de nombreuses comparaisons, anglicans, Frères de Bohème, uniates d’Ukraine ou chrétiens de Transylvanie relevant d’expériences singulières mais toutes affectées par une situation de conflit. Par son ampleur, le sujet s’avère particulièrement difficile à cerner tout en ouvrant une réflexion nécessaire et pertinente, tant sur le plan de l’actualité que sur le plan de l’historiographie, sur les enjeux et moyens des oppositions religieuses.

2Dans ce cadre, plusieurs membres de l’équipe RESEA ont participé à des ouvrages abordant tout ou partie de la question. Ils sont de deux natures, les deux premiers étant des manuels rédigés dans la perspective immédiate des étudiants préparationnaires, les deux derniers relevant d’approches plus précises sur ces affrontements, la guerre de Trente Ans et les guerres de Religion dans le Midi français. Nous les signalons ci-dessous en indiquant la présentation des éditeurs.

Véronique Castagnet, Olivier Christin, Naïma Ghermani, Les affrontements religieux en Europe du début du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et Civilisations » 2008, 276 p.

3Qu'y a-t-il de religieux dans les guerres de religion des XVIe-XVIIe siècles ? Guerres entre chrétiens et non croisades, guerres civiles dans lesquelles la frontière entre amis et ennemis ou entre soldats et simples sujets s'efface, conjonction dramatique d'émeutes urbaines, de révoltes paysannes, de soulèvements contre les nouvelles formes d'exercice du pouvoir et de massacres inouïs plus souvent qu'opérations militaires d'armées en bon ordre, elles brouillent les pistes, déjouent les interprétations trop simples, soulèvent d'innombrables questions. Pour en comprendre l'originalité profonde et le rôle décisif dans la naissance de l'Europe moderne, il faut donc croiser plusieurs analyses : une histoire comparée des guerres dans les différents territoires pour en saisir les spécificités nationales ou confessionnelles ; une étude des différents acteurs et des justifications qu'ils donnent à leur engagement dans la guerre ou dans la paix ; une description minutieuse, enfin, des formes particulières de la violence qui s'observe alors. C'est ce défi que ce livre entend relever en faisant le choix d'une perspective européenne et d'une documentation inédite, car au même titre que l'humanisme et la Renaissance, mais sur un tout autre registre, plus inquiétant, les affrontements religieux des XVIe-XVIIe siècles constituent peut-être le creuset dont est sortie l'Europe moderne.

Pierre-Jean Souriac, René Souriac, Les affrontements religieux en Europe du début du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, Paris, Belin, coll. « CAPES/Agrégation », 2008, 447 p.

4Au cœur d'une Renaissance brillante et prometteuse, et alors que les Grandes Découvertes élargissaient considérablement les horizons européens, la chrétienté occidentale s'est trouvée plongée dans le drame de la déchirure. Le contraste est saisissant entre des images d'une beauté éternelle comme la Joconde ou la chapelle Sixtine, et celles des violences des guerres de religion : contradictions humaines d'une époque qui ne parvient pas à surmonter l'altérité culturelle qui surgit alors sous forme de ruptures théologiques et ecclésiologiques ! Sans doute le poids du religieux est-il aujourd'hui moins prégnant qu'il ne le fut par le passé, tout au moins en Occident ; cependant, l'étude des drames de ces temps anciens, objet de ce livre, conserve un remarquable intérêt pour analyser et comprendre les ressorts profonds des actions humaines. Nous avons cherché à décrypter les origines des affrontements religieux, leurs modalités et leur aboutissement, en essayant de poser, selon les principes de la collection, les principales questions historiographiques, bibliographiques et thématiques par lesquelles se révèle ce pan d'histoire d'un siècle et demi où ont éclaté, dans des rapports de force violents, les interrogations sur le sens de l'humanité, les structures des Églises et sur les consensus culturels et sociaux.

Yves Krumenacker, La guerre de Trente Ans, Paris, Ellipses, coll. « Le monde : une histoire », 2008, 205 p.

5La guerre de Trente ans (1618-1648) est certainement le conflit le plus important qu'ait connu l'époque moderne. Pour l'Allemagne, elle représente un des plus grands cataclysmes de son histoire. Mais c'est aussi une catastrophe considérable pour l'ensemble de l'Europe centrale, constamment touchée par les combats. C'est même l'ensemble de l'Europe qui est concerné, puisque presque tous les pays ont participé à un moment ou à un autre à cette guerre. On peut même parler de première guerre vraiment mondiale, dans la mesure où des batailles ont eu lieu au Brésil ou en Insulinde. Cet ouvrage fait le point des connaissances sur cette question. Il offre un exposé précis du déroulement très complexe des événements, en insistant sur les régions qui sont les moins connues. Mais il veut aussi replacer le conflit dans l'histoire de chaque État et il ne se borne pas à indiquer le déroulement des faits. Il évoque également les questions religieuses, politiques, économiques sous-jacentes au conflit. Il donne un aperçu des nouvelles approches historiques, que ce soit à propos de la révolution militaire, de l'histoire de la diplomatie, de la démographie ou de l'anthropologie historique. Il cherche enfin à ouvrir sur les conséquences de cette guerre, aussi bien sur le plan de l'équilibre européen des puissances que sur celui des mentalités, de l'histoire des religions ou de l'évolution artistique

Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, coll. « Epoques », 2008, 441 p.

6Que sait-on des hommes qui se battaient en France au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle ? Que sait-on des hommes qui commandaient à ces soldats de fortune, du matériel engagé, des soldes ou des lieux de vie et de combats ? Que sait-on de la place occupée par la guerre dans la vie locale des régions françaises alors que catholiques et protestants d'une même ville, d'une même province, faisaient le choix de l'affrontement ? Que sait-on enfin des modalités concrètes d'une déchirure sociale qui menaça un temps de faire tomber le royaume de France dans le chaos ? Pour une des dernières fois peut-être de l'histoire du pays, des civils devinrent soldats sous l'autorité de leur seigneur ou de leurs consuls, des marchands, trésoriers militaires, des maçons, ingénieurs en fortification, chacun mêlant ses propres armes, son propre engagement, au profit d'une cause partisane commune dont l'initiative demeurait aux mains des pouvoirs locaux. Ultime avatar d'une organisation sociale où la violence collective pouvait être canalisée et légitimée par des chefs politiques régionaux, ces conflits vécurent de la capacité trouvée localement à transformer le spasme de l'émeute en système de guerre. Véritable adaptation de la société tout entière, les mécanismes en œuvre révèlent les moyens d'un affrontement civil durable, mécanismes que l'on pourrait assimiler à une forme de militarisation de la société. Tout ceci ne s'acheva pas cependant dans le chaos politique. La guerre engendra un ordre capable d'armer deux factions opposées et de trouver durablement le financement de ce processus. Organiser, armer, financer, trois actions qui devinrent le quotidien d'une société initiant et subissant les manifestations d'un conflit sur son propre lieu de vie. En s'intéressant au Midi toulousain, ce livre cherche à pénétrer au cœur d'un territoire déchiré par les luttes religieuses, écartelé entre des catholiques et des protestants qui ont délibérément transformé leur lieu de vie commun en champ de bataille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jean Souriac, « Autour du programme du CAPES et de l’Agrégation en Histoire Moderne », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1682

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org