Navigation – Plan du site
Articles

Pour faire l’histoire des Récollets en France (XVIe - XIXe siècles)

Frédéric Meyer
p. 83-99

Résumés

Cet article fait le point sur l’histoire des Récollets en France et les sources disponibles, des débuts en 1533 à leur suppression en 1790 : développement, statuts, spiritualité, apostolat. Une deuxième partie donne la liste des couvents à la fin du XVIIIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Récollets, Sources

Géographie :

France

Chronologie :

XVIe-XIXe siècles
Haut de page

Texte intégral

1Dans le paysage religieux de l’ancien régime, et encore davantage de la France du siècle dernier, les Franciscains récollets restent mal connus et peu d’études universitaires leur ont été consacrées. L’ombre des Capucins, à la définition très (trop) voisine, les écrase aujourd’hui encore dans l’historiographie, comme elle le fit autrefois dans la société.

  • 1 Voir l’article de Clément Schmitt, « Récollets » dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie (...)
  • 2   Sur les Récollets flamands, Clement Schmitt, « la chronique de la fondation de la province saint (...)
  • 3   Saint François, les Franciscains et la Corse, Colloque Bonifacio, 1982, Ajaccio, 1984.

2Les Récollets sont le rameau réformé de l’arbre franciscain au XVIe siècle pour l’ensemble franco-germano-flamand. Stricts observants de la règle de saint-François d’Assise, ils sont issus du mouvement de récollection né dans la péninsule ibérique au XVe siècle et structuré solidement par Pierre d’Alcantara au XVIe siècle1. A côté des Alcantarins ibériques et des Riformati italiens, les Récollets se divisent eux mêmes en deux « nations » ; les Récollets français et les Récollets germano-belges2. On ne traitera ici que des premiers, dans les frontières de la France d’ancien régime, et sans la Corse où l’on ne connaît que des Riformati3.

  • 4 Les statuts généraux de Barcelone pour la famille cismontaine de l’ordre de N.P. Séraphique saint (...)

3Le cadre provincial est le seul à avoir incité à quelques études sur le sujet, que l’on indiquera en seconde partie. En effet, les Récollets jouissaient à l’intérieur de l’Observance franciscaine d’une large autonomie, même si, à la différence des Capucins, ils continuèrent à dépendre de son général. En 1601, Clément VIII étendait aux Récollets les privilèges des Riformati par la bulle Pro Invicti Nobis et plaçait un commissaire général à leur tête. Leur vocation semblait claire : réformer l’ensemble des couvents franciscains. Cette autonomie était encore renforcée par l’originalité de chaque province. Les sources de l’histoire des Récollets sont ainsi à rechercher d’abord dans les anciennes provinces, dans les actuels dépôts publics et privés. Ce n’est que de façon très éphémère, et pour des raisons de conjoncture politique, qu’exista en 1637 et en 1770 une « congrégation nationale des Récollets de France ». Les constitutions, les statuts, les rituels peuvent différer sensiblement d’une province à l’autre, malgré l’inspiration commune des statuts octroyés en 1595 par le général franciscain Bonaventure de Caltagirone et redéfinis par la congrégation de Ségovie en 16214.

  • 5   S. Lemaire, la Commission des Réguliers 1766-1780, Paris, 1926, p. 172.
  • 6   Arch. Nat., Paris, D. XIX Comité ecclésiastique, 12/171.
  • 7   B.M. Avignon, ms 1444 à 1447.
  • 8   P. Moracchini, « le retour des Franciscains en France. Premières tentatives (1816-1839) », colloq (...)
  • 9   Cl. Savart, « Essai de description du tiers-ordre franciscain en France dans la deuxième moitié d (...)

4La fin du XVIIIe siècle permet de saisir avec une précision relative l’importance de l’ordre en France, même si son dynamisme s’est alors bien émoussé. C’est pourquoi on présentera en seconde partie l’état des provinces à cette époque. Il comptait en 1768 2534 religieux, soit plus que les Observants (ou Cordeliers), répartis en 223 couvents et 11 provinces5. La sous série D XIX des Archives nationales propose une « photographie » fiable en 17906, plus sans doute que la liste, pourtant utile parce que détaillée, du f. Vital Guichard, récollet de Villeneuve-lès-Avignon, jointe en 1788 à la chronique des Récollets de Provence de Césaire Cambin (fin XVIIe siècle)7. Les Récollets sont bien un ordre de masse qui mérite d’être mieux connu. La Révolution française, la difficile renaissance de l’ordre en France sous l’impulsion de Riformati depuis Cimiez et Avignon ont accentué l’oubli dans lequel il est tombé8. Seule l’activité de son tiers-ordre au XIXe siècle a fait l’objet de quelques travaux9. En 1897, Léon XIII décidait de les supprimer en opérant la fusion de tous les frères mineurs, tant observants que stricts observants, sous l’appellation de « Franciscains ». Si les archives départementales ont pu récupérer dès la Révolution certains fonds provinciaux, on ne peut que déplorer la perte de nombreux documents, assez rares par exemple dans les actuels couvents franciscains. Ajoutons que les ordres mendiants, à la différence des ordres rentés, laissent traditionnellement peu d’archives, en particulier sur leur temporel. Chose inhabituelle en histoire moderne, les documents sur les Récollets du XVIIe siècle sont souvent plus abondants que sur ceux du siècle des Lumières, indice d’un recul de leur rayonnement. On aura donc intérêt à élargir au maximum la documentation vers l’aspect archéologique ( de nombreux couvents sont encore debout, plus ou moins intacts, convertis en hôpitaux, collèges, hôtels...) et iconographique, en partant du souvenir que l’ordre à pu laissé localement, en particulier dans les petites villes où il aimait s’installer. Écrits des érudits locaux, toponymes (rues, places des Récollets) peuvent apprendre beaucoup.

L’ordre en France

Son évolution

  • 10   Charles Rapine, Histoire générale de l’origine et progrès des Frères mineurs de saint François vu (...)
  • 11   Lucas Wadding, Annales Fratrum Minorum..., Rome, 1625, 32 vol. Réédition Florence, 1934, 25 tomes (...)

5Les débuts de l’histoire des Récollets sont laborieux. Si, dès 1533, une assemblée franciscaine réunie à Paris proposait de créer 3 maisons de récollection en France, l’affaiblissement des Frères mineurs, les troubles de religion après 1562 ne permirent pas l’essor de l’ordre avant la fin du siècle : le premier couvent récollet français viable est créé à Rabastens (Tarn) en 1583 et l’expansion ne date vraiment que de la première moitié du XVIIe siècle. En revanche, les concurrents directs des Récollets que sont les Capucins s’installent à Paris et à Lyon dès 1575. Ce n’est qu’en 1612 que le chapitre général observant de Rome instituait 2 provinces récollettes en France, saint Bernardin au Sud et saint Denys au Nord, destinées à être fractionnées au fur et à mesure de leur croissance, et la custodie saint Antoine du Dauphiné. Un récollet parisien en a raconté les péripéties10. On consultera aussi les Annales du récollet irlandais Lucas Wadding11, à ce sujet.

  • 12   P. Chevallier, « les sources de l’histoire des Récollets et des Tertiaires réguliers français de (...)

6Mais c’est au niveau local que se joue la réussite d’une maison, qu’il s’agisse de la réforme d’un couvent conventuel ou observant, ce qui resta une minorité devant la mauvaise volonté des Cordeliers, ou d’une fondation. Dans les archives départementales (séries H) et municipales (séries BB et GG), le chercheur retrouvera aisément les traces de ces multiples démarches pour obtenir une installation, mettant en jeu les Récollets, les conseils de ville, les évêques, les parlements, le roi et surtout ces élites dévotes à l’action déterminante. Dans les inventaires imprimés, de simples tentatives d’installation qui n’aboutirent pas sont parfois considérées à tord comme réussies. La prudence s’impose. Quelques imprimés, des factums conservés à la B.N. pour les provinces de Bretagne, Paris, Lyon, Avignon évoquent des heurts, des conflits entre les corps constitués favorables ou opposés aux Récollets. Cela va parfois jusqu’à des violences (à Arles, Béziers, La Flèche, Lyon, Valence...). Appuyés par la monarchie d’Henri IV et de Louis XIII, les Récollets français vont se développer dans les limites du royaume de l’époque. Ainsi, malgré plusieurs tentatives, ils échouèrent à s’installer en Franche-Comté ou en Savoie. Lorsque des provinces, où se trouvent des Récollets germano-belges, sont rattachées à la France, ils sont « nationalisés » et restructurés dans un cadre français (Artois en 1668, Lorraine en 1727, Alsace en 1750...) Il y a des Récollets à Lille dès 1610, mais la province de Flandres ne date que de 1750. Ce souci d’organisation dans un cadre gallican, de contrôle, de réforme si nécessaire de la part de la couronne a rassemblé de nombreux documents dans les dépôts parisiens. A la B.N déjà citée, la collection Joly de Fleury par exemple renferme plusieurs pièces sur les Récollets de la province de Lorraine ou de Paris (ms 1592). Les Archives nationales, outre le fonds des récollets parisiens (L959 et S 4354 à 4356), proposent celui de la Commission des Réguliers où l’on peut trouver des renseignements sur l’histoire de chaque province depuis ses origines. On partira de l’article de P. Chevallier sur les Récollets de la fin du XVIIIe siècle12. Les articles essentiels sont cotés 4 AP 56/ 4 AP 57 / G9. 58 à 60. Les A.N. apportent également des informations sur les Récollets parisiens du XIXe siècle en F19/6243 et 6252.

  • 13 Constitutiones Generales Recollectorum Totius Regni Galliae, Paris Lottin/Onfray, 1773.
  • 14   Exemple d’analyse chez Pierre Peano, « les chroniques et les débuts de la réforme des Récollets d (...)
  • 15   Exemple : Hugues Dedieu, « les visiteurs canoniques du couvent des Récollets de Toulouse aux XVII(...)

7L’étude de la vie de chaque province débute par celle de ses statuts et constitutions. Plusieurs éditions ont pu être réalisées qui, du début du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe, esquissent une évolution, en général montrant un renforcement du caractère administratif des règlements. Après la congrégation nationale de Versailles en 1770, des statuts communs à tous les Récollets français sont publiés13, rompant avec la tradition d’autonomie des provinces. Les tables capitulaires des chapitres provinciaux (tous les 3 ans) et des congrégation intermédiaires (annuelles, les années sans chapitre) décrivent l’organisation d’une province, le renouvellement de ses charges. Les séries H des archives départementales du Finistère (23H) ou du Rhône (10H) en conservent. Mais leur formalisme ne permet pas d’entrer dans l’intimité des débats, parfois passionnés, qu’animent les 10-15% de pères qui y participent et décident pour l’ensemble de la province. Les conflits qui peuvent naître sur des amendements aux statuts, la place des frères lais... ne se révèlent, et encore souvent entre les lignes, que dans les chroniques ou les annales que tiennent les frères « chronographes ». Cesaire Cambin pour la Provence, Paul Gregaine de Marcigny pour la province de Lyon, Élie Jacquet pour celle de Bordeaux en ont laissées, mais la plupart du temps sous forme manuscrite14. Rares sont les Récollets à avoir publié des histoires de leur province (cas de Paris ou de Lyon : voir en 2e partie). Les chapitres provinciaux se tiennent la plupart du temps sous la présidence d’un « commissaire-visiteur », un récollet d’une autre province15. Quant aux visites du provincial dans les couvents, elles sont assez peu loquaces, se contentant de reprendre les décisions capitulaires (séries à Aubusson à Lyon dans les archives départementales). On constate néanmoins à Lyon un glissement des soucis pastoraux dominants à un simple contrôle administratif du XVIIe au XVIIIe siècle, analogue à ce que l’on sait de l’évolution des visites épiscopales.

  • 16   Bullarium franciscanum, Roma, 1617-1844, 19 tomes
  • 17   Voir  tout de même L. Paztor, guida della fonti per la storia dell’america latina, Vatican, 1970 (...)
  • 18   P. Gil Muñoz, registro generale del archivio generale del O.F.M., Roma, 1987, vol. 1 (XVIIe-XIXe (...)
  • 19   N. Kowalsky et J. Metzler, Inventory of the Historical Archives of the Congregation for the Evang (...)

8Les relations avec le pape et avec le général franciscain sont limitées, même si les Récollets ont un agent à Rome depuis 1621. Elles induisent malgré tout une correspondance officielle, nécessaire pour régler une affaire d’ordre spirituel ou disciplinaire. On partira du bullaire franciscain16 et des volumes publiés de la correspondance des nonces en France. L’Archivio Segreto Vaticano se révèle assez décevant pour notre sujet17, de même que les archives de la Curie Générale des Franciscains, à Rome18  . Le volume SA/30 de l’agent français (1658-1785) avec ses 431 folios sans index... est le plus intéressant parmi les archives des Franciscains. Le folio 289 offre un tableau de la province de Paris en 1757 et le 294 de celle de Bordeaux. Également à Rome, le collège S. Isidoro, tenu par des Franciscains irlandais très aimables, possède un état des diverses provinces récollettes en 1661 (ms 2/5). Le voyage à Rome serait de toute façon justifié par la visite à cette mine encore largement inexploitée que sont les archives de la congrégation de la Propagation de la Foi, où les souvenirs des Récollets, et de tant d’autres ordres religieux, abondent dans les volumes des Acta et des S.O.C.G.19

Les Récollets ; leur spiritualité

  • 20 D. Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres (...)

9Le recrutement est pour l’histoire des Récollets la question la moins mal connue. On l’étudiera utilement dans la perspective des travaux de D. Dinet sur les religieux bourguignons et de B. Dompnier sur les Capucins de la province de Lyon20. Ce sujet était celui de Hugues Dedieu pour l’Aquitaine et a été étudié pour la province de Lyon, malgré des lacunes archivistiques. Les inventaires des séries H des archives départementales montrent de belles séries de registres de vêtures, de professions et des catalogues alphabétiques de frères pour les couvents de Marseille (Bouches-du-Rhône), Cuburien (Finistère), Nantes (Loire-Atlantique), La Flèche (Sarthe), Darney (Vosges)... Cette source essentielle permet de raisonner facilement sur la géographie du recrutement (largement provincial et urbain), sur l’âge au noviciat, le temps passé dans l’ordre... En revanche, elle est souvent discrète sur le recrutement social (globalement « bourgeois » avec un glissement de la robe à la marchandise des années 1630 à 1750) et sur l’existence de milieux donnant régulièrement des fils aux Récollets. Un recours aux sources notariales, aux registres paroissiaux, aux travaux des généalogistes s’impose pour reconstituer des « familles dévotes ».

10On notera de près l’évolution des catégories de frères dans le temps, clercs, lais et, originalité récollette, des « tertiaires conventuels », frères à voeux simples devenant au XVIIIe siècle à Lyon plus nombreux que les lais. Les séries G des archives départementales peuvent apporter d’utiles renseignements par les registres d’ordinations (pour reconstituer les carrières cléricales, retrouver un frère, estimer des flux de recrutement) et d’insinuations (pour les annulations de voeux après la profession par exemple). Les nécrologes, quand on a la chance d’en posséder, rendent également de grands services (pour les Récollets parisiens, B.N. ms français 13875). Consulter aussi les archives des bibliothèques des Capucins de Paris (32 rue Boissonade) et des Franciscains de Paris (7 rue Marie-Rose). Une source très riche est constituée par les notices nécrologiques rédigées après la mort d’un frère pour l’édification de la province. Déjà utilisées par des historiens d’autres ordres, elles permettent de dégager une foule de renseignements sur le plan démographique (santé, âge du décès...), spirituel (vocation, modèle de sainteté) ou de l’apostolat, et de décrire une évolution. R. Sauzet les a utilisées pour les Récollets provençaux, moi-même pour les lyonnais. Elles se prêtent assez bien à une analyse quantitative.

11Les Récollets, au nom de la pauvreté, n’exigent pas de don à l’entrée dans l’ordre, mais la pratique du testament du novice à la vêture est générale, et des legs sont souvent prévus. On en trouve dans les séries H des archives départementales, mais l’essentiel est dans les fonds notariés. De manière générale les livres de comptes sont peu nombreux et mal tenus. Quelques uns seulement permettent d’approcher l’alimentation des frères, l’évolution de leurs revenus (recul de la quête, progrès des revenus de l’enclos ou des services paroissiaux) comme à Nantes (A.D. de la Loire Atlantique H334-335), Rouen (A.D. de la Seine Maritime 46H), Bulgnéville (A.D. des Vosges 31 H ½), Avignon (A.D. du Vaucluse, H1 Récollets).

  • 21   Enquête d’Hugues Dedieu, « anciens couvents et monastères franciscains classés ou inscrits monume (...)
  • 22   M.T. Laureille, « le frère Luc (1614-85), récollet, peintre de st François », Bulletin de la soci (...)

12Le cadre de vie des communautés peut être reconstitué par la visite et la photographie de nombreux couvents encore debout, même transformés21. On aura largement intérêt à se rendre sur place, à rechercher la « rue des Récollets » (en général à la périphérie de la vieille cité), à interroger les habitants. L’immensité des enclos, leur aspect massif permettent de repérer facilement les couvents et on comprend l’appétit des municipalités à la fin du XVIIIe siècle pour les récupérer et les transformer en bâtiments publics (en hôpital à Bourg-Saint-Andéol, en caserne à Tulle...). Les archives publiques locales peuvent conserver plans, gravures... permettant de reconstituer un couvent dans la ville. Les inventaires révolutionnaires (série Q des archives départementales) proposent un état des lieux, souvent assez désolant, des couvents à la fin du XVIIIe siècle, décrivent le mobilier, les toiles... qui ont fréquemment disparu. Les églises paroissiales, surtout dans les petites villes, peuvent être dépositaires de peintures, sculptures, autels... provenant du couvent récollet détruit ou transformé. La présence de franciscains entourant le patron de l’ancien couvent (N.D. des anges, le petit Jésus...) sont de bons indices. Quelques récollets furent eux mêmes des artistes comme François de Liège et surtout le frère Luc dans la province de Paris et au Québec22.

13Enfin, le destin individuel des frères à partir de 1790, difficile à reconstituer, peut néanmoins l’être par un patient dépouillement des séries Q, L et V des archives départementales. Mais, très âgés à la Révolution, peu connurent la reconstitution de l’ordre au XIXe siècle. Le capucin Apollinaire de Valence s’est essayé à ce travail, mais avec une fiabilité limitée.

14Le choix de la stricte observance franciscaine se caractérise par un souci de vivre une extrême pauvreté et par la place donnée à la récollection (2 h 30 d’oraison mentale par jour au début du XVII e siècle). Les statuts, les chroniques, les notices nécrologiques sont à nouveau à solliciter pour dégager un modèle de sainteté. Au début du XVIIe siècle, la pauvreté est conçue comme une pauvreté physique, visible, reposant sur des mortifications, sainte lorsque le corps ne se corrompt pas après la mort. Puis à la fin du siècle, elle évolue vers une notion plus spirituelle, plus « angélique ». Au XVIIIe siècle, si elle demeure au matériel, elle est de plus en plus subie et non désirée, et synonyme de l’effondrement des revenus. L’idéal est alors à la modération, à une « honnête médiocrité ». Il y a contagion du modèle spirituel de l’Humanisme dévot, mais aussi affadissement. Le temps de récollection diminue pour revenir à 1 h par jour à la fin du XVIIIe siècle, soit le volume des Observants, parallèlement à un progrès du plain chant.

15Deux tests peuvent être facilement effectués : une étude des prénoms de religion choisis par les novices sur les registres de vêtures ; une analyse de l’iconographie des couvents. Pour la province de Lyon, ils révèlent une spiritualité très attaché à l’ordre franciscain, à la vierge Marie et au Christ.

  • 23   Pierre Peano, « St François dans la réforme des Récollets », colloque S. Francisco nella Storia, (...)
  • 24   P. Loupès, « A propos des bibliothèques des couvents franciscains de Bordeaux à la fin de l’ancie (...)

16Les écrits des Récollets sont un autre moyen d’appréhender leur spiritualité. On partira de Lucas Wadding, Scriptores Ordinis Minorum, Rome, ed. 1806 complétée par J. H. Sbaraglia, supplementum et castigatio ad scriptores trium ordinum S. Francisci, Rome, 1908-36, 3 vol., malgré ses lacunes. Consulter aussi le catalogue de l’histoire de France de la B. N., Paris, 1968 (Récollets : Tome 5, p. 41). Pierre Peano a montré le poids des écrits spirituels des Récollets flamands23. Parmi les auteurs français, citons Marc Le Tellier, Ildephonse Cottard, Fulgence Lamothe, Séverin Ruberic au XVIIe siècle, Séraphin de Gautier et Hubert Hayer au XVIIIe. Les inventaires des bibliothèques des couvents réalisés à la Révolution, malgré la prudence nécessaire à avoir devant les aléas de leur composition et l’usage des livres qu’en faisaient les frères, montrent des préoccupations intellectuelles inégales : médiocres à Lyon, Metz, Toulon, fortes à Paris ou Bordeaux24, en fonction sans doute des contextes locaux. Car l’essentiel pour les Récollets résidait dans la possession de livres utiles à leur apostolat.

  • 25   Pierre de Serent « Les frères mineurs en face du Jansénisme. 1607-1754 », Études franciscaines, 1 (...)

17Malgré un anti-jansénisme général chez les Franciscains, peu de Récollets se sont illustrés dans ce combat, à part quelques provençaux25.

L’apostolat

18Ordre actif, les Récollets se définissent également par un apostolat diversifié. Ils assurent, à la différence des Capucins, le service spirituel de plusieurs monastères de Clarisses (Vital Guichard en fournit la liste par province pour 1788), parfois très nombreux : 21 pour la province de st Antoine, 26 pour celle de st André ! Les Récollets peuvent tenir les annales des monastères (parfois encore aux mains des Clarisses) et publient des rituels, des traités adaptés à la stricte observance de la règle de Ste Colette (voir ceux de Florent Boulanger, de Jacques d’Embrun...).

  • 26   Homélies sur les dimanches et fêtes de l’année, Paris, 1624, 2 tomes.

19Prédication et confession tiennent également une place essentielle dans l’apostolat. Les Récollets prêcheraient plutôt une religion affective, l’amour de Dieu que la peur de l’enfer. Mais peu de prédicateurs ont laissé des textes comme l’ont fait les Capucins Nicolas de Dijon ou Yves de Paris. Toute étude provinciale ou nationale commencera par l’établissement d’une liste des auteurs publiés, où il n’est pas toujours facile de repérer qui est récollet. Ignace Le Gault, de la province de Paris, a laissé des homélies26. Cette pastorale de la séduction est en fait une pastorale de la sécurisation. On recherchera donc les ouvrages de direction spirituelle, les livres des confréries et des tiers-ordres, du XVII e  au XIXe siècle : il s’agit d’encadrer les laïcs, mais aussi de les protéger au matériel comme au spirituel, particulièrement les isolés, les veuves, les « métiers mécaniques ». Pourtant l’ordre est peu engagé dans les oeuvres de miséricorde et d’assistance, et les archives hospitalières ne montrent la plupart du temps que des services spirituels. Ce n’est pas là sa vocation. Mais la compassion des Récollets aux souffrances du monde culmine dans leur dévouement (comme de la famille franciscaine en général) pendant les épidémies de peste (à Lyon en 1628 comme à Marseille en 1720). Ils nourrissent les malades et les accompagnent à la mort. Eux mêmes perdent un quart de leur effectif dans la province de Lyon entre 1628 et 1631. Là encore les notices nécrologiques fournissent de précieux renseignements, mais aussi les archives municipales (séries BB et CC). Cette attitude vaut aux Récollets une popularité durable, que l’on peut évaluer par les legs qui leur sont destinés dans les testaments ou par les élections de sépulture dans leurs couvents.

20Les tournées de missions peuvent être reconstituées à partir des zones de quêtes définies pour chaque maison par le provincial. Les prédications de carême ou d’avent dans une paroisse, régulièrement, laissent des traces dans ses comptes, de même que le vicariat régulier, qui se développe au XVIIIe siècle. L’apostolat récollet est d’abord celui de la familiarité. Au XVIIIe siècle, il se diversifie timidement vers l’enseignement : les Récollets tiennent des petites écoles en Alsace et des collèges à Dax, Ste Foy-La-Grande, Tourcoing, Cassel, Estaires...

  • 27   Hyacinthe Le Febvre, histoire chronologique de la province des Récollets de Paris sous le titre d (...)

21Le souci de promouvoir un sentiment de sécurité se retrouve dans les services d’aumôniers aux armées qu’ils exercent (mais sans monopole) depuis le siège de La Rochelle (1628), d’où leur présence fréquente dans les villes de garnison (dans la citadelle à Montpellier, Strasbourg, Pignerol, Brouage...). Les archives provinciales sont à compléter par celles des armées de terre et de mer. Mais les fonds du service historique de Vincennes, par exemple, évoquent « des Récollets » dans les campagnes de Louis XIII en Piémont ou de Louis XIV en Hollande sans préciser leur origine et se prêtent davantage à une étude globale sur leur action dans le cadre militaire. Le récollet parisien Hyacinthe Le Febvre décrit un règlement applicable aux armées27.

  • 28   Le grand voyage du pays des Hurons situé en l’Amérique, Paris, Sonnius, 1632.
  • 29   Description de la Louisiane nouvellement découverte au Sud-Ouest de la Nouvelle France, Paris, 16 (...)
  • 30 Nouvelle relation de la Gaspésie qui contient les moeurs et la religion des sauvages gaspésiens, p (...)
  • 31   C. Thery, « un Jésuite et un Récollet parmi les femmes : Paul Le Jeune et Gabriel Sagard chez les (...)
  • 32   Partir de L. Codignola, Guide des documents relatifs à l’Amérique du Nord française et anglaise d (...)

22Dans la première moitié du XVIIe siècle, alors que leur modèle est le plus original, les Récollets français ont pris une part active à l’évangélisation de l’Amérique et aux missions du Levant. Quatre récollets (dont le père Gabriel Sagard28) débarquent au Canada avec Champlain en 1615. Mais ils doivent quitter la Nouvelle-France en 1629 lors de la prise de Québec par les anglais, où ils ne peuvent revenir qu’en 1670... après les Jésuites. Trois frères accompagnent Cavelier de La Salle en Illinois de 1678 à 1680 : parmi eux, Louis Hennepin29, qui avait participé comme aumônier au siège de Maastricht (1673), et qui appartenait à la province d’Artois, comme Chrétien Leclercq30 qui visita les Micmacs. De nombreux ouvrages ont été publiés et réédités. Peu ont été étudiés31. Chaque province peut avoir conservé des relations de voyage. Les archives départementales du Finistère proposent un beau dossier sur les missions d’Amérique, de la Grenade, d’Egypte, de Terre Sainte et de l’île Bourbon (23 H 1/16). Les archives du ministère des affaires étrangères (au Quai d’Orsay à Paris ou à Nantes) évoquent souvent les Récollets dans les « mémoires et documents » (Paris) comme dans les papiers des consulats (Nantes), qui restent à fouiller. Enfin, à Rome, les archives de Propaganda Fide sont ici encore indispensables32. Les Récollets ont assuré d’autres missions : ceux de la province de Paris à Tripoli de Libye de 1642 à 1688 ; ceux de Flandres à Smyrne en 1680. Mais, malgré les appels de la monarchie comme du général franciscain, ils se sont montrés peu empressés au Levant dans le cadre de la custodie franciscaine de Terre Sainte. Un récollet de la province de Lyon, Clement de Semur, est décapité au Caire en 1703 pour avoir embrassé puis renié l’Islam. Néanmoins, c’est aux Récollets de France que fut remis la custodie après la fusion nationale des Conventuels et des Observants en 1771.

  • 33   « la place des Frères mineurs dans la littérature de controverse entre catholiques et protestants (...)

23Leur présence sur des « fronts de catholicité » en France (Cévennes, Dauphiné...) s’explique par un souci des Récollets de déployer un apostolat particulier vers les protestants. Sur 96 auteurs franciscains français de controverse au XVIIe siècle, les Récollets en comptent 18 dont Charles Jouye, Seraphin de La Croix, Gilles Chaissy qui accompagna Henriette de France en Angleterre. On trouvera leurs œuvres dans l’étude de Hugues Dedieu33. Il serait intéressant d’étudier le style de cet apostolat, les arguments utilisés pour combattre « l’hérésie ». Propaganda Fide conserve des comptes-rendus de missions et des listes de convertis (exemples pour les Cévennes et le Languedoc au milieu du XVII e siècle : SOCG/200/Gallia). Un temps, vers 1630-60, des Récollets purent jouer à côté de leurs missions aux armées, outre-mer, ou contre les protestants, un rôle d’agent de la monarchie gallicane et catholique, peut-être même d’espions.


* * * *

24Le chantier est vaste. L’image des récollets est celle, double, d’un ordre à la fois dynamique et frileux. Recrutant massivement, populaire, déployant un apostolat lourd, il est pourtant desservi par des sources d’ampleur inégale et qui surtout se tarissent après 1680. Cela révèle une crise grave, lorsque le modèle récollet perd de son originalité devant le succès d’autres ordres (Capucins, Jésuites) ou du clergé séculier rénové. Seuls des travaux ambitieux, à l’échelle provinciale ou nationale, permettront d’éclairer ce paradoxe.

Haut de page

Annexe

Les provinces

On voudrait ici faciliter les recherches à venir en indiquant la liste des couvents des onze provinces récollettes du royaume à la fin du XVIIIe siècle, ainsi que quelques sources et travaux particuliers. Mais même une simple liste des maisons fait problème. Celle établie par L. Lecestre à partir des papiers de la Commission des Réguliers (avant les suppressions éventuelles)34 ne correspond pas toujours à celle de Vital Guichard en 1788. La première compte 223 maisons, la seconde 227. La différence peut provenir de lieux de missions, de chapelles que les provinces peuvent posséder sans en avoir fait des couvents et qu’elles ne déclarent pas à la Commission, comme Beaumont-les Pertuis pour la province de Provence et Pierrelatte pour celle de Lyon. Mais il y a des omissions étonnantes chez Lecestre comme le couvent d’Avignon... dans la province d’Avignon ! Les cartes d’H. Lemaitre35 pour l’Est de la France sont utiles, mais comportent plusieurs erreurs. Plusieurs couvents ont pu disparaître avant le XVIIIe siècle. Il faut tenir compte aussi des réalités locales : le couvent de Clermont-Ferrand est à Montferrand, celui de Charleville-Mézières à Mézières. Pour plusieurs provinces, certaines localisations sont douteuses. Seules des études précises permettront d’établir des cartes très fiables.

Pour chaque province, nous donnons son titre officiel, sa capitale et son année de fondation. L’* signifie une maison signalée uniquement par Vital Guichard.

1 - Saint-Bernardin (Avignon) 1612

  • Aimargues

  • Aix

  • Apt

  • Aramon

  • Arles

  • Avignon*

  • Bagnols Sur Ceze

  • Beziers

  • Bollene

  • Bonnieux*

  • Carpentras

  • Clermont l’Herault

  • Cuers

  • Digne

  • Eyguieres

  • Forcalquier

  • Gignac

  • Hyères

  • Lodève

  • Marseillan

  • Marseille

  • Mazan

  • Montfavet*

  • Montpellier

  • Montpellier-Citadelle

  • Nîmes

  • Notre Dame Des Anges À Lurs

  • (commune d’Oraison)

  • Pernes-Les-Fontaines

  • Roquemaure

  • Saint Aries Près Bollene* (« Hospice » ?)

  • Saint Chinian

  • Saint Pons

  • Sommières

  • Toulon

  • Vachères

  • (commune de Reillanne)

  • Villeneuve-Les-Avignon

Travaux :
Pierre Peano, « Les chapitres et les ministres provinciaux des Récollets de Saint-Bernardin en France (1612-1781) », A.F.H. 66 (1973), p. 405-447
R. Sauzet, « la vocation religieuse d’après les chroniques des Récollets de Provence (1602-1676) », La vocation religieuse et sacerdotale en France XVIIe - XIXe siècles, Angers, 1979, p. 19‑26

2 - Saint-Denys (Paris) 1612

  • Arc-En-Barrois

  • Chalons-Sur-Marne

  • Charleville-Mezieres

  • Chateauvillain

  • Chamont-En-Vexin

  • Clamecy

  • Corbeil

  • Gisors

  • La Charité-sur-Loire

  • Melun

  • Metz

  • Montargis

  • + 3 missions au Canada*

  • (Quebec, Montreal, Trois Rivieres)

  • Montereau

  • Nemours

  • Nevers

  • Paris

  • Rouen

  • Saint-Denis

  • Saint Germain-En-Laye

  • Sainte Marguerite sur Duclair

  • Sarrelouis*

  • (en Allemagne, mais française jusqu’en 1815)

  • Sezanne

  • Verdun

  • Versailles

  • Vitry-Le-Francois

Sources et travaux :
Hyacinthe Le Febvre, op. cit.
J.P. Willesme, « Les Récollets Du Faubourg Saint Martin (ou Saint Laurent à Paris) », Cahiers de La Rotonde, N° 15, 1994, p. 21-55

3 - Immaculée-Conception (Bordeaux) 1614

  • Archiac

  • Bergerac

  • Bordeaux

  • Bourg-Sur-Gironde

  • Brouage

  • Cognac

  • Confolens

  • Creon

  • Gueret

  • Jarnac

  • La Rochelle

  • Lauzun

  • Le Blanc

  • Le Dorat

  • Lembeye

  • Libourne

  • Limeuil

  • Limoges

  • Marennes

  • Mirambeau

  • Montmorillon

  • Nay Bourdettes

  • Perigueux

  • Pons

  • Royan

  • Saint Jean de Luz et Ciboure

  • Saint Junien

  • Saint Leonard De Noblat

  • Saint Pierre D’oleron

  • Saint Valerie

  • (commune de Limoges)

  • Saint Yrieix Sous Aixe

  • Sainte Foy-La-Grande

  • Saintes

  • Thiviers

Travaux :
Hugues Dedieu, « le recrutement des novices franciscains d’Aquitaine (Cordeliers et Récollets) au XVIIIe s. », Annales du Midi, T. 100, n° 181, janvier-mars 1988, p. 35-62 (carte p. 38).

4 - Sainte Marie Madeleine (Orléans) 1619

  • Ainay-Le-Chateau

  • Angers

  • Beaufort

  • Blois* (« Hospice sans communauté »)

  • Chambiers (commune de Durtal)

  • Chateau-Du-Loir

  • Chateau-Renaud

  • Doue-La-Fontaine

  • Fougeres

  • La Balmette

  • La Ferte Bernard

  • La Flêche

  • Le Lude

  • Nantes

  • Orléans

  • Saint Malo

  • Saint Servan-Sur-Mer (Près Saint Malo)

  • Saumur

  • Tours

  • Vatan

  • Vitre

Travaux :
Ubald d’Alencon, « le nécrologe des Récollets de Chateau-du-loir », Annales fléchoises, T. III, 1904, p. 103-110 ; 218-227 ; 300-308.

5 - Saint François (Lyon) 1620

  • Ambert

  • Annonay

  • Ardes-sur-Couze

  • Bourg-Saint-Andeol

  • Briancon

  • Cluny

  • Condrieu

  • Grenoble

  • Grenoble (Hospice)

  • La Cote-Saint-Andre

  • Largentiere

  • La Tour du Pin

  • Le Bourg d’Oisans

  • Lyon

  • Lyon
    (Hospice des clarisses jusqu’en 1750)

  • Marcigny

  • Maringues

  • Montbrison

  • Montelimar

  • Montferrand

  • Nyons

  • Pignerol
    (en Italie mais française jusqu’en 1696 ; couvent détruit en 1669)

  • Privas

  • Romans

  • Saint Amant-Tallende

  • Saint Eynard-En-Chartreuse

  • Saint Genis-Laval

  • Saint Germain-Laval

  • Saint Marcellin

  • Tournus

  • Valence

Sources et travaux :
Juvenal de Lyon, Historica descriptio conventuum Fratrum Minorum Recollectorum provinciae S. Francisci in Gallia, Avignon, Jacques Duperier, 1678.
F. Meyer, Les Récollets de la province st-François de Lyon aux XVIIe - XVIIIe siècles, thèse de doctorat d’histoire (nouveau régime), Lyon II s.d. J. P. Gutton, 1995 (à paraître St Etienne, Cercor, 1996). Carte p. 90.

6 - Bretagne (Cuburien) vers 1620 ?

  • Bernon (commune de Sarzeau)

  • Chatelaudren

  • Cuburien

  • Landerneau

  • Lesneven

  • L’Isle-Verte (à Brehat)

  • Pontivy

  • Port-Louis

  • Sainte Catherine De Blavet

  • (commune de Riantec)

  • Sainte Marie Des Anges À Landeda

  • Treguier

Travaux : - M. Courtecuisse, Table capitulaire des Frères mineurs de l’observance et des Récollets de Bretagne. 1476-1780, Paris, 1930.
G. Minois, les religieux en Bretagne sous l’ancien régime, Rennes, 1989.

7 - Saint Sacrement (Toulouse) 1635

  • Argentat

  • Aubusson

  • Beauville

  • Brive

  • Caussade

  • Fleurance

  • Gondin

  • Jegun

  • Laroque des Arcs

  • (près de Cahors)

  • Moissac

  • Montpazier

  • Murat

  • Saint Cere

  • Salers

  • Sarlat

  • Toulouse

  • Tulle

  • Ussel

  • Verdun-Sur-Garonne

Travaux : Hugues Dedieu, art. cité.

8 - Saint Antoine (Artois) 1668

  • Arras

  • Bapaume

  • Bethune

  • ? Bierne (près de Bergues)

  • (pour « Le Biez » ?)

  • Cambrai

  • Cateau-Cambresis

  • Cassel

  • Dunkerque

  • Gravelines

  • Hesdin

  • Lens

  • Pernes

  • Renty

  • Saint Omer

  • ? Valentin (Vieil Hesdin, Le Parcq ?)

Source : Hyacinthe Le Febvre, op. cit.
(sur la naissance de la province, détachée de celle de Paris).

9 - Saint Nicolas (Lorraine) 1727

  • Apremont

  • Bulgneville (Contrexeville)

  • Conflans (Jarny)

  • Darney

  • Domblain (Wassy)

  • Gondrecourt-Le-Chateau

  • Liffol-Le-Grand

  • Longwy

  • Mirecourt

Travaux :
Clément Schmitt, « la province des Récollets de Saint Nicolas de Lorraine d’après les papiers de la Commission des Réguliers », A.F.H. 78 (1985), p. 451-480
et « la bibliothèque des Récollets de Metz au moment de la suppression (1790) », Cahiers lorrains, n° 1, mars 1992, p. 47-64.

10 - Saint Pierre d’Alcantara (Alsace) 1750

  • Bischenberg

  • Ehl

  • Hermolsheim

  • Kaysersberg

  • Luppach

  • Neuwiller

  • Rouffach

  • Saverne

  • Schauenberg

  • Selestat

  • Strasbourg

  • Strasbourg-Citadelle

Travaux : C. Muller, « le dynamisme des Récollets en Alsace au XVIIIe siècle », Archives de l’Eglise d’Alsace, XLVII, 1988, p. 277-343.

11 - Saint André (Flandres) 1750 ?

  • Avesnes

  • ? Barbancon

  • Bavay

  • Bouchain

  • Comines

  • Estaires

  • Givet

  • Hondschoote

  • Le Quesnoy

  • Lille

  • ? Mormal (près Noyelles sur Sambre ?)

  • Pottes (en Belgique)

  • ? Rosembois

  • Tourcoing

  • Valenciennes

  • + Douai (couvent de Récollets Irlandais)

Travaux : A. Lottin, Lille, citadelle de la Contre-Réforme (1598-1668), Dunkerque, 1984.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Clément Schmitt, « Récollets » dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, T.XVIII, Paris, 1977, p. 869-870 et celui de Pierre Peano, « Recolletti » dans le Dizionario di Perfezione, T.VII, Roma, 1983, col. 1307-1322.

2   Sur les Récollets flamands, Clement Schmitt, « la chronique de la fondation de la province saint Joseph des Récollets dans le Comté de Flandres », Archivum Franciscanum Historicum 62 (1969), p. 267-356 et 579-628.

3   Saint François, les Franciscains et la Corse, Colloque Bonifacio, 1982, Ajaccio, 1984.

4 Les statuts généraux de Barcelone pour la famille cismontaine de l’ordre de N.P. Séraphique saint François, reçus et approuvés en la congrégation générale tenue à Ségovie l’an 1621 sous le Rme P. Bénin de Gênes pour toute la dite famille, édition Rouen, Machuel, 1663 pour les Récollets de Paris.
Voir aussi E. Wagner, Historica Constitutionarum generalium O.F.M., Roma, 1954.

5   S. Lemaire, la Commission des Réguliers 1766-1780, Paris, 1926, p. 172.

6   Arch. Nat., Paris, D. XIX Comité ecclésiastique, 12/171.

7   B.M. Avignon, ms 1444 à 1447.

8   P. Moracchini, « le retour des Franciscains en France. Premières tentatives (1816-1839) », colloque Lacordaire et la liberté  des ordres religieux, Paris, 1991, p. 217-235.

9   Cl. Savart, « Essai de description du tiers-ordre franciscain en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle », A. Vauchez, Mouvements franciscains et société française XIIe-XXe siècles, Paris, 1984, p. 164-180.

10   Charles Rapine, Histoire générale de l’origine et progrès des Frères mineurs de saint François vulgairement appelés... Récollets, Réformés ou Déchaux, Paris, Sonnius, 1631.

11   Lucas Wadding, Annales Fratrum Minorum..., Rome, 1625, 32 vol. Réédition Florence, 1934, 25 tomes continués par Chiappini, Florence, 1933-48 et B. Pandzic, Rome 1941-64, 5 tomes.

Traduction française par Sylvestre Castet, Toulouse, Colomiez et Posuez, 1680-83, 8 vol. ; puis par François HAROLD, 1731, 16 vol. Et 1740-1886.

12   P. Chevallier, « les sources de l’histoire des Récollets et des Tertiaires réguliers français de 1766 à 1789 », Études franciscaines, juillet 1959 T. IX n° 22 p. 35-55 (TOR) et janvier 1960, T. X n° 23 p. 163-187 (Récollets).

13 Constitutiones Generales Recollectorum Totius Regni Galliae, Paris Lottin/Onfray, 1773.

14   Exemple d’analyse chez Pierre Peano, « les chroniques et les débuts de la réforme des Récollets de la province de Provence », A.F.H. 65 (1972), p. 157-224.

15   Exemple : Hugues Dedieu, « les visiteurs canoniques du couvent des Récollets de Toulouse aux XVIIe - XVIIIe s. (1649-1743) », A.F.H. 69 (1976), p. 44-46.

16   Bullarium franciscanum, Roma, 1617-1844, 19 tomes

17   Voir  tout de même L. Paztor, guida della fonti per la storia dell’america latina, Vatican, 1970 (à l’utilité plus large que ne l’entend son titre).

18   P. Gil Muñoz, registro generale del archivio generale del O.F.M., Roma, 1987, vol. 1 (XVIIe-XIXe s) (dactylographié).

19   N. Kowalsky et J. Metzler, Inventory of the Historical Archives of the Congregation for the Evangelization of Peoples or « De Propaganda Fide », Roma, 1988.

20 D. Dinet, Vocation et fidélité. Le recrutement des réguliers dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (XVIIe-XVIIe s), Paris, 1988 ; et B. Dompnier, Enquête au pays des frères des anges. Les Capucins de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe s, Saint Etienne, 1993.

21   Enquête d’Hugues Dedieu, « anciens couvents et monastères franciscains classés ou inscrits monuments historiques en 1989 », A.F.H. (1991) fasc.1-2, p. 298 et fasc. 3-4, p. 580.

22   M.T. Laureille, « le frère Luc (1614-85), récollet, peintre de st François », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 1982 (1984), p. 49-57.

23   Pierre Peano, « St François dans la réforme des Récollets », colloque S. Francisco nella Storia, Rome, 1983, p. 55-85.

24   P. Loupès, « A propos des bibliothèques des couvents franciscains de Bordeaux à la fin de l’ancien régime », Revue française d’histoire du livre, 1986, n° 53, p. 547.- 555

25   Pierre de Serent « Les frères mineurs en face du Jansénisme. 1607-1754 », Études franciscaines, 1951, p. 213-228 et 321-322.

26   Homélies sur les dimanches et fêtes de l’année, Paris, 1624, 2 tomes.

27   Hyacinthe Le Febvre, histoire chronologique de la province des Récollets de Paris sous le titre de st Denys en France depuis 1612 qu’elle fut érigée jusqu’en l’année 1676, Paris, D. Thierry, 1677, p. 147-148.

28   Le grand voyage du pays des Hurons situé en l’Amérique, Paris, Sonnius, 1632.

29   Description de la Louisiane nouvellement découverte au Sud-Ouest de la Nouvelle France, Paris, 1683.

30 Nouvelle relation de la Gaspésie qui contient les moeurs et la religion des sauvages gaspésiens, porte-croix, adorateurs du soleil, Paris, Auray, 1691.

31   C. Thery, « un Jésuite et un Récollet parmi les femmes : Paul Le Jeune et Gabriel Sagard chez les sauvages du Canada », les Jésuites parmi les hommes aux XVIeet XVIIe siècles, colloque Clermont-Ferrand (1985), 1987, p.105-113

32   Partir de L. Codignola, Guide des documents relatifs à l’Amérique du Nord française et anglaise dans les archives de la Sacra Congregatio de Propaganda Fide à Rome 1622-1799, Ottawa, 1991.

33   « la place des Frères mineurs dans la littérature de controverse entre catholiques et protestants en France au XVII e siècle (d’après un répertoire bibliographique récent) (= L. Desgraves), A.F.H., 1987, fasc. 1-2, p. 79-121.

34  L. Lecestre, Abbayes, prieurés et couvents d’hommes en France. Liste générale d’après les papiers de la Commission des Réguliers en 1768, Paris, 1902, p. 99-106.

35  H. Lemaitre, « Géographie historique des établissements de l’ordre de saint François », Revue d’Histoire franciscaine,
3 (1926) p. 524-528
4 (1927) p. 459-460
5 (1929) p. 306-313

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Meyer, « Pour faire l’histoire des Récollets en France (XVIe - XIXe siècles) », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 83-99.

Référence électronique

Frédéric Meyer, « Pour faire l’histoire des Récollets en France (XVIe - XIXe siècles) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 08 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/162 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.162

Haut de page

Auteur

Frédéric Meyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org