Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 2008

Jérémie Foa Le Tour de la paix. Mission et commissions d’application des édits de pacification sous le règne de Charles IX (1560-1574), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 20 septembre 2008

Jury : Michel Cassan (Université de Limoges), Olivier Christin (Université Lyon 2, directeur), Denis Crouzet (Université de Paris IV-Sorbonne), Barbara Diefendorf (Boston University), Bernard Dompnier (Université de Clermont-Ferrand), Nicolas Le Roux (Université Lyon 2, président du jury)
Pierre-Jean Souriac

Texte intégral

1Étudier les guerres de Religion sous l’angle de la paix vingt ans avant l’établissement de l’Édit de Nantes, tel est l’enjeu souligné comme particulièrement novateur de la thèse de Jérémie Foa soutenue le 20 septembre dernier. Dès l’ouverture de son exposé, ce dernier a posé comme question centrale le poids écrasant d’une discorde religieuse qui affecta la vie provinciale et municipale du royaume au temps de Charles IX, et les nécessaires tentatives de résolution qu’elle généra. Brisant une historiographie vieillie opposant volonté royale de conciliation et pratiques locales de guerre civile, son projet de recherche a visé à identifier le point d’articulation entre nécessités de la vie locale où la discorde se vivait au quotidien, et projets étatiques d’un règne d’harmonie, comme les récents travaux de Denis Crouzet sur Catherine de Médicis l’ont montrés. Cette articulation, ou plus exactement cette « confluence », se voit alors incarnée dans la thèse de Jérémie Foa grâce à la personnalité juridique et sociale des commissaires d’application des paix de religion, essentiellement ceux nommés à la suite de l’Edit de d’Amboise (1563) et de l’Édit de Saint-Germain (1570). Une cinquantaine de personnes en fin de compte, envoyés deux par deux dans les provinces du royaume, un protestant et un catholique, la plupart des juristes, chargés de faire appliquer la lettre de la loi en vertu de commissions aux contours flous mais leur conférant le temps de leur mission un pouvoir extraordinaire. Toujours en mouvement, passant de villes en villages dans les ressorts qui leur avaient été attribués, adaptant leur itinéraire aux contingences locales, ils recevaient requêtes et doléances des membres des deux bords tout en appliquant la loi royale. Ils devaient trouver un accommodement local, socle indispensable à toute expérience de coexistence, en tant qu’envoyés d’un État cherchant à se placer au dessus des passions religieuses.

2En reconnaissant ses dettes à l’égard des recherches en ce domaine de son directeur, Olivier Christin, ainsi que sur le plan conceptuel à la sociologie de Pierre Bourdieu, notamment pour ce qui relève de l’occupation différenciée de l’espace entre protestants et catholiques, Jérémie Foa a souligné lors de la présentation de son travail quatre aspects sur lesquels il espère apporter un éclairage décisif. Le premier concerne l’adéquation entre les ambitions politiques de doulceur ou de paix défendue par Charles IX et la rhétorique aussi bien que les actions des commissaires envoyés en province pour donner corps à cette ligne gouvernementale. Le deuxième apport de ce travail réside dans l’identification de processus de consolidation étatique permis par la paix. En utilisant des exécutants directs dotés de pouvoirs extraordinaires par le seul fait du prince, mais également en se considérant comme neutre et au dessus des partis, l’Etat inventa au fil des guerres les moyens de réaffirmer son autorité dans un royaume menacé par le chaos. Pourtant, dans une société qui suspectait toujours la nouveauté, particulièrement en matière politique, l’usage de tels commissaires était en lui-même contradictoire avec les ambitions monarchiques de retour à l’ordre. Utiliser de tels recours extraordinaires avait de quoi susciter l’animosité, voire l’incompréhension quand ces mêmes envoyés en cas de reprise de la guerre devaient passer du rôle de pacificateurs à celui de défenseurs armés de l’autorité royale et catholique. Les commissaires portaient en eux une contradiction qui put les affaiblir conjoncturellement, mais qui permit tout en construisant un idéal de coexistence confessionnelle de maintenir la logique politique d’un État tout à la fois arbitre et viscéralement catholique.

3Pour cela, et c’est le troisième point de l’exposé de Jérémie Foa, la question d’une modernité politique chère à Max Weber n’a pas lieu d’être posée sous l’angle trop restrictif de la juridicisation des agents de l’État. Ces commissaires étaient-ils de la « graine de fonctionnaire » comme on pourrait trop rapidement le croire ? Par leur désignation et leur ambition de neutralité peut-être. Mais en acceptant une mission essentiellement pragmatique devant s’adapter aux réalités des coutumes et privilèges locaux, aux contextes religieux propres à chaque lieu, aux rapport de force hérités des guerres, les commissaires outrepassaient bien souvent le seul cadre de la loi, ce que leur commission leur permettait. L’efficacité de leur mission était intimement liée à leur compréhension de l’épaisseur politique et historique des cas qu’ils avaient à traiter, et sur ce plan, la personnalité de l’homme l’emportait sur la stricte application du droit. Ni neutre ni intransigeant, ils se devaient de rendre justice sans tenir compte des identités confessionnelles. Ils étaient ainsi porteurs d’une forme de modernité, tout en conservant des modes d’action sociale très traditionnels. Enfin, et c’est le quatrième point sur lequel Jérémie Foa est revenu lors de la soutenance, le commissaire, en étant à la confluence des réalités locales et des ambitions politiques des gouvernants, rend caduc le débat entre les tenants d’une paix imposée par le roi et ceux d’une coexistence inventée par les sujets, « pacification par le haut » et « pacification par le bas ». Cet antagonisme disparaît de lui-même par l’existence de cette fonction de commissaire dont la charge était d’appliquer une politique monarchique tout en devant l’adapter aux situations originales vers lesquelles l’agent du roi était envoyé. En étant doté d’un pouvoir aussi large que flou en matière d’application de la paix, il était autant porteur du droit décidé à la cour que de son adaptation concrète aux exigences de la vie quotidienne. Jérémie Foa se garde cependant d’aller trop loin sur cette voie, rappelant que l’ordre monarchique demeurait, le roi dominant ses sujets, le commissaire à ce titre devant être écouté, et la religion majoritaire, celle du roi, restant la catholique. Malgré tout, dans ce cadre qui était un préalable à toute action politique émanant du roi, les commissaires recevaient, acceptaient, corrigeaient ou autorisaient diverses initiatives locales, engageant un dialogue entre loi royale et vie locale dont ils étaient les seuls censeurs.

4L’ensemble des membres du jury qui s’exprimèrent à tour de rôle, Olivier Christin, Denis Crouzet, Barbara Diefendorf, Michel Cassan, Bernard Dompnier et Nicolas Le Roux, soulignèrent tous l’apport considérable de cette recherche historique. Relevant l’élégance du style, le choix du mot juste et le goût pour les formules de son auteur, ils reconnurent avoir apprécié la lecture de cette analyse malgré sa relative longueur (1200 pages en trois volumes). Les qualités de paléographe de Jérémie Foa furent également soulignées, particulièrement pour bon nombre de textes transcrits en annexes du volume. Enfin, tous reconnurent leur admiration pour ce chercheur itinérant qui visita près de trente dépôts d’archives départementales et soixante-dix dépôts municipaux, conférant à ce travail sinon une exhaustivité, du moins une représentativité documentaire unique et inattaquable. Il en est de même quant à sa maîtrise de l’historiographie ancienne et actuelle tant en langue française, qu’anglaise ou allemande, ainsi que son effort pour élargir sa réflexion vers des modèles issus de la sociologie ou de l’anthropologie.

5Olivier Christin, après avoir fait part de son émotion devant la réalisation de ce travail qu’il accompagne depuis plusieurs années, en a souligné toute l’originalité quant aux relations mises à jour entre la « prosopographie des agents de la monarchie administrative » et une démarche de philosophie politique trop souvent cantonnée à la seule histoire des idées. Ces « petites choses » du quotidien rapportées aux commissaires par les divers requérants, l’inventivité de chaque commissaire face à son terrain d’action s’intègrent à une histoire de l’État monarchique affectée par la fracture religieuse de son royaume. Denis Crouzet est revenu pour sa part sur le refus affirmé par Jérémie Foa d’une paix enchantée, imposée par le haut vers la base, alors qu’au contraire, l’invention locale issue des pratiques elles-mêmes évaluées par les commissaires guida ces efforts de coexistence. Il a souligné également le concept d’égalité que sous-tendaient ces paix de religion. Cette loi s’appliquait à tous sans exception, selon un idéal de Respublica défendu par Michel de L’Hospital, où chaque individu avait un rôle particulier en permanente adaptation, mais soumis à la cohérence d’ensemble. Par ailleurs, Denis Crouzet a souligné le sens du mot « modération » que permet de déceler cette étude, la notion devant être comprise comme une capacité d’indulgence, une capacité de médiation, renvoyant le positionnement de ces commissaires à un certain flou, à une incertitude religieuse qui serait elle-même gage de pacification. Dans cette figuration du commissaire, s’opère alors un mimétisme entre eux et Catherine de Médicis, notamment par une rhétorique de doulceur faisant glisser les adversaires vers la paix. Sur ce point, Denis Crouzet pose d’ailleurs la question de l’héritage culturel et politique médicéen et florentin dans les choix que fit la régente dans la décennie 1560. Enfin, il finit son exposé en tentant de dépasser la seule rhétorique des commissaires. Ces derniers eurent pour mission de reconstruire un royaume catholique où la rhétorique de la douceur comme celle du combat contre les passions n’étaient peut-être que des ruses vers une finalité de son côté demeurée masquée. En prônant un État neutre en termes religieux, les commissaires travaillaient à une resacralisation de l’État, mais sur des bases que les guerres de Religion avaient modifiées sans pour autant remettre en cause son caractère catholique.

6Barbara Diefendorf pour sa part a rappelé qu’en 2004, un article de Jérémie Foa publié dans French History avait reçu le prix Nancy Roelker, pour le meilleur article en langue anglaise sur l’histoire de France : « Making Peace : The Commissions for enforcing the Pacification Edicts in the Reign of Charles IX (1560-1574) ». Conformément à ce qu’elle avait pressenti alors, les travaux sur les commissaires de paix invitent selon elle à revoir le règne de Charles IX. Les paix de religion, malgré leur échec, ne restèrent pas lettre morte grâce à des agents du roi conviés à inventer une adéquation entre projet de coexistence et acceptation de l’autre, conviés également à négocier en permanence face à tous les mécontentements. Michel Cassan de son côté est revenu sur le profil des commissaires et leurs travaux. Des hommes relevant d’un certain nombre de contraintes, indépendants de la haute noblesse et des officiers de justice, relevant d’une noblesse seconde, des juristes expérimentés proches du souverain, auxquels il était demandé d’être des « diplomates de l’intérieur ». Suivre les commissaires revient alors à suivre des actions ciblées sur le « croissant huguenot », dans un perpétuel souci de circulation, liant l’exercice du pouvoir à la nécessaire mobilité des hommes du roi. Cela revient aussi à écouter et lire les propos de ces hommes de pouvoir dont la réussite passait par la persuasion et le talent oratoire, en concurrence avec des discours plus intransigeants produits par les Églises. Michel Cassan a souligné également que par l’action des commissaires appliquant la loi royale, le protestantisme se limitait à n’être qu’une « religion seconde », renvoyée dans les faubourgs, au culte limité, souffrant d’un déficit de ritualisation lors des pacifications qui pourtant leur permettaient bien souvent de renter chez eux.

7Bernard Dompnier, après avoir souligné tout le sérieux de Jérémie Foa dans son présent travail ainsi que dans sa fonction d’enseignant à l’Université Blaise Pascal, s’est fait critique sur quelques points. Le premier, d’ordre formel, s’est porté sur la lacune de la thèse pour ce qui relevait de la cartographie pourtant nécessaire à un tel travail. Sur le fond, la question du retour des reliques a également retenu son attention, le flou affectant semble-t-il aussi bien les textes officiels que les développements de l’analyse. Sur l’éloignement des lieux de culte imposé aux protestants, et donc l’éloignement des lieux de baptême par rapport aux lieux de naissance, Bernard Dompnier a nuancé ce que la thèse soulignait comme des inquiétudes protestantes, leur conception du premier sacrement divergeant de celle des catholiques par une assimilation à un acte d’intégration à la communauté de foi. Lors des réponses, Jérémie Foa a précisé qu’il s’agissait pourtant d’une préoccupation exprimée par les communautés de manière récurrente. Nicolas Le Roux est intervenu en dernier et a souligné l’importance de la thèse qu’il avait à juger ce jour. Une « micro-histoire de l’Etat » selon lui, grâce à une étude cumulative de cas locaux sur des décisions prises à la cour, dessine les contours d’une histoire nouvelle, peu connue car éclipsée par les récentes commémorations de l’Édit de Nantes. Préparer la paix, mettre en relation commissaires royaux porteurs de la loi et communautés locales divisées par leur foi, assurer le retour à l’ordre par le solde de la guerre et enfin prendre acte de l’évolution des institutions régionales suite aux conflits et au passage des commissaires, tel fut l’enjeu de leur travail que l’enquête de Jérémie Foa révèle avec efficacité et pertinence.

8Pour toutes ces raisons, le jury a déclaré à l’unanimité Jérémie Foa digne du titre de docteur en histoire, avec une mention très honorable, complétée par les félicitations du jury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jean Souriac, « Jérémie Foa Le Tour de la paix. Mission et commissions d’application des édits de pacification sous le règne de Charles IX (1560-1574), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 20 septembre 2008 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1612

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org