Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 2008

Jean-Michel Vasquez, Une cartographie missionnaire. L’Afrique de l’exploration à l’appropriation, au nom du Christ et de la science (1870-années 1930), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 2007

Jury : Odile Goerg (Diderot Paris VII), Gilles Palsky, géographe (Paris 1 - Sorbonne), Philippe Delisle (Jean Moulin - Lyon 3), Claude Prudhomme, (Lumière - Lyon 2, directeur)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1Jean-Michel Vasquez a le rare mérite d’avoir imaginé son sujet, de l’avoir délimité, d’avoir défini une méthode qui entend combiner les ressources de la démarche historique et de l’étude des cartes. Après avoir pris le risque d’étudier un objet jusque-là délaissé, le chercheur se trouvait dans l’obligation d’inventer une approche. La première réussite de cette thèse est de démontrer clairement la fécondité de cette entreprise.

2Elle permet en effet de mettre à jour une source, les cartes missionnaires, de constituer un corpus, puis de les comparer avec la documentation collectée en vue de constituer des savoirs scientifiques qui visent aussi l’appropriation du monde aux XIXe-XXe siècles. Jusque-là les travaux universitaires s’étaient surtout intéressés à la constitution du savoir géographique (Hélène Blais par exemple) ou colonial (Emmanuelle Sibeud). La thèse s’attaque à la compréhension d’un autre processus ou d’une autre ambition, celle d’édifier des sciences missionnaires, sur le modèle des sciences séculières et de les mettre au service de la mission.

3Le second apport est d’ordre plus pratique mais non moins important. Il concerne l’exploitation du matériau selon une méthode qui le rend accessible au lecteur. Dès le début de sa recherche M. Vasquez s’est interrogé sur la difficulté particulière soulevée par la référence à un matériau dont le traitement ne peut s’apparenter seulement à celui réservé aux textes. Comment se contenter de références par des notes en bas de page sans permettre au lecteur de voir la carte ou comment imaginer un exercice analogue à la citation, par la sélection d’un extrait, sans donner à voir toute la carte ? La solution qu’il propose sous forme d’accès aux cartes elles-mêmes, à partir des notes, grâce à un CD-rom, a demandé un long et difficile travail. Le lecteur mis en face de l’objet final imagine mal les efforts qu’il a nécessités. Il constitue une innovation féconde et exemplaire.

4Le troisième apport réside dans la capacité à prendre en compte la spécificité de cartes missionnaires qui ne peuvent pas être ramenées à des modèles connus et exploités. J. M. Vasquez a donc introduit un questionnement original sur le statut et l’objectif de ces cartes. S’interrogeant par exemple sur le rapport des cartes avec l’objectif de christianisation visé par les missionnaires, il observe qu’il ne s’agit pas de cartes d’Etat-major à usage missionnaire, puisque les expéditions missionnaires se font, pour l’essentiel, sans carte. Ce ne sont pas davantage des cartes administratives dans la mesure où rien ne prouve qu’elles aient vraiment circulé sur le terrain missionnaire. Ce ne sont pas non plus des cartes à finalité pastorale puisque l’implantation missionnaire se déploie à partir d’une expérience du terrain qui n’a pas besoin de cartes spéciales.

5Ce constat parfaitement argumenté oblige alors à reprendre à partir d’autres hypothèses et d’autres références la légitimité de cartes missionnaires qui ont une utilité marginale… pour la mission. Jean-Michel Vasquez retient plusieurs explications qu’il entend soumettre au débat.

6A son sens, la carte missionnaire ne vise pas à conduire la mission sur le terrain mais elle est nécessaire pour alimenter et légitimer le discours de propagande en faveur des missions. Elle est un attribut nécessaire de la geste missionnaire dans la littérature et les périodiques, et une dimension de l’héroïsation des acteurs. Cette démonstration est surtout l’objet de la première partie qui décrit la mobilisation des fidèles et de leur imaginaire.

7La carte missionnaire, censée mettre sous les yeux du lecteur l’apostolat missionnaire, apporte finalement peu à la connaissance des mécanismes d’implantation du christianisme. La correspondance est une source bien plus féconde pour décrire et comprendre ce qui se passe sur le terrain. Par contre, comme le montre la deuxième partie de la thèse, elle apprend beaucoup à l’historien sur la manière dont le missionnaire se pense dans un espace, le découpe, l’organise, se l’approprie.

8La carte sert ensuite à l’expansion des congrégations religieuses qui sont en compétition pour l’acquisition de territoires nouveaux, attribués par Rome (troisième partie). Elle devient un argument majeur pour obtenir de nouvelles parts de ce qu’on pourrait appeler le « marché missionnaire », et ainsi contribue à conforter l’image de la congrégation, à accroître son prestige (notamment avec les cartes exposées à l’occasion des expositions) et à soutenir sa croissance. Symétriquement, au centre du système missionnaire la carte est un instrument indispensable pour la régulation de la concurrence par l’instance romaine qui est chargée de répartir les territoires et de tracer des frontières.

9Enfin, et c’est sans doute l’essentiel du point de vue de ses concepteurs, la carte missionnaire entend manifester le sens ultime que le catholicisme donne à l’histoire missionnaire, à savoir la christianisation de l’univers. Elle montre les progrès spatiaux de l’apostolat et met en scène la conquête irréversible des peuples sous la conduite de la papauté (quatrième partie). Elle anticipe symboliquement la christianisation de l’univers, annonce et préfigure la réalisation du royaume de Dieu sur terre.

10En définitive, l’information concentrée dans la carte missionnaire n’a peut-être pas pour but principal de nommer, de localiser, d’organiser un espace mais de dire la destination de cet espace : la venue du royaume de Dieu selon une perspective catholique « intégraliste ». Jean-Michel Vasquez engage donc à interpréter la cartographie missionnaire avec une autre logique que celle qui régit la cartographie scientifique. Et cette spécificité le conduit à mieux comprendre son échec relatif. Elle est un peu à la géographie ce que l’histoire sainte est à l’histoire. Peu valorisée par les missionnaires de terrain, mise en avant dans une démarche apologétique ou dans un contexte de controverse, elle vient confirmer l’utilité de la mission mais s’adresse d’abord aux catholiques eux-mêmes. Elle est fondamentalement une catéchèse indirecte destinée à illustrer la catholicisation progressive d’une humanité réunie sous l’autorité du successeur de Pierre, vicaire du Christ. Avec un tel projet, on comprend pourquoi la carte missionnaire n’avait guère de chance d’être durablement prise au sérieux par un monde savant sécularisé. Il faudra attendre le « retour du religieux », réel ou supposé, pour voir à nouveau valoriser ces dernières années la cartographie du fait religieux missionnaire. Et redécouvrir l’impuissance à en rendre compte de manière scientifique sur des cartes.

11Il faut souhaiter que cette recherche originale, riche et stimulante, permette rapidement à son auteur de trouver sa place, à l’articulation de l’histoire et de la géographie, dans les nouveaux chantiers qu’ouvre la jeune génération de chercheurs de la mission et de la colonisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Jean-Michel Vasquez, Une cartographie missionnaire. L’Afrique de l’exploration à l’appropriation, au nom du Christ et de la science (1870-années 1930), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 2007 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1602

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Lumière - Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org