Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2008-2009

Les cultures politiques blanches : France, Espagne, Italie, Portugal (fin XVIIIe s. - début XXe s.)

Ecole Française de Rome, 27 et 28 mars 2009

Troisième et dernière étape d'un projet pluri-annuel ayant associé des chercheurs venus de quatre pays de l'Europe méditerranéenne, ces journées d'études entendent concentrer l'attention sur les lieux de la mémoire blanche et les réseaux de sociabilité, qui constituent autant de poches de résistance face au processus de modernisation politique à l'œuvre au cours d'un long XIXe siècle.

Elles entendent également traduire le poids de l'exil et du volontariat international dans la sédimentation d'une culture forgée dans le souvenir et la nostalgie d'un ordre ancien. Au même titre que le carbonarisme ou l'Internationale socialiste au XIXe siècle, mais selon des logiques d'affiliation et de regroupement social bien distinctes, les courants de la contre-révolution construisent les prémices d'une « internationale blanche » où se mêlent fidélité dynastique, liens nobiliaires et affinités régionales.

Associant jeunes chercheurs et universitaires confirmés, ce programme de recherche aura permis de faire naître un groupe de travail sur les processus de politisation et de socialisation des droites légitimistes ou contre-révolutionnaires au XIXe siècle. Il s'inscrit dans la volonté de promouvoir une histoire sociale, culturelle et religieuse du champ politique, dans la continuité du travail entrepris par Maurice Agulhon pour le courant républicain, patriote et démocratique. La publication issue de ces journées se veut donc une synthèse sur la politisation de ceux qui se présentent comme les ennemis de la Politique et du Suffrage, en étant attentive aux territoires, aux réseaux de fidélité et au conflit de mémoire qui oppose les « Bleus » et les « Blancs » au cours du XIXe siècle.

Institutions partenaires :

Ecole Française de Rome (EFR)

Laboratoire de Recherches Historiques Rhône-Alpes
(LARHRA, UMR 5190)

Organisateurs :

Jean-François Chauvard (EFR)

Bruno Dumons (CNRS-LARHRA)

Hilaire Multon (CCF Turin - LARHRA)

Programme :

La mémoire « blanche »

Bernard Hours (Université Lyon III)

La célébration de la famille de Louis XV et la naissance de l'idéologie contre-révolutionnaire

Hélène Becquet (Université de Cergy-Pontoise)

Une icône de la mémoire blanche, « Madame Royale »

Francisco Javier Caspistegui (Université de Navarre)

Montejura, lieu de mémoire du carlisme

Réseaux de sociabilité

Nicolas Bourguinat (Université Strasbourg II)

Les réseaux insurrectionnels à la fin de l’Empire

Gilles Malandain (Université de Poitiers)

Réseaux ultras et polices parallèles sous la Restauration

Daniel Moulinet (Université Catholique de Lyon)

Les comités catholiques : pour la restauration d’une monarchie chrétienne ?

Christian Sorrel (Université Lyon II)

Les réseaux « blancs » congréganistes

Marzia Andretta (Université de Naples)

Giustino Fortunato, une figure de résistance face aux réformes agraires du Parlement italien.

Cultures d’exil et internationale blanche

Karine Rance (Université de Clermont-Ferrand)

Retours d’exil et cultures politiques contre-révolutionnaires au début du XIXe siècle.

Marie-Cécile Thoral (Université de Grenoble)

Un foyer de culture politique « blanche » : les armées royalistes en exil sous l'Empire

Simon Sarlin (Université Paris VIII)

Volontariat international et guerre civile : le cas des révoltes populaires en Italie méridionale dans les premières années de l'Unité (1860-1863)

Jordi Canal (EHESS, Paris)

Venise et Viareggio, lieux de pèlerinage carliste

Fatima Sa e Melo Ferreira (ISCTE, Lisbonne)

Les exils de Dom Miguel au XIXe siècle

Conclusions

Gilles Pécout (ENS Paris)

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org