Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2008-2009

Réception, adaptation et appropriation : les dynamiques des transferts culturels. Lyon, 20 mars 2009

Organisateurs : Nadine Béligand (matin) et Philippe Bourmaud (après-midi)

Texte intégral

1Cette journée d’étude propose une mise en relation des mécanismes qui président aux transferts culturels dans les sociétés d’origine et dans les sociétés de réception. Les transferts culturels seront abordés en termes de dynamiques d’appropriation et de processus adaptatifs.

  • 1 Claude Lévi-Strauss, L’identité, Paris, PUF, 1977, p. 11.
  • 2 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 14.

2L’emploi du terme « transfert culturel » exprime une mise en relation de deux systèmes autonomes et asymétriques ; ce faisant, il met l’accent sur les processus de réception et de transformation dans les sociétés d’accueil. Les transferts culturels découlent d’un rapport de force entre deux ou plusieurs groupes qui échangent pour s’approprier les biens de l’autre, dans le but de s’affirmer. Les identités culturelles ne sont pas closes et substantielles mais, au contraire, instables, continuellement transformées par les contacts, les conflits et les échanges avec d’autres cultures1. L’identité naît d’une dynamique relationnelle entre soi et l’autre, d’une dialectique de la différence qui permet aux deux entités de négocier des transferts et de se constituer l’une et l’autre. Elle est le fondement de tout projet de l’existence, puisque, selon l’expression de Paul Ricœur : « le soi-même implique l’altérité à un degré si intime que l’un ne se laisse pas penser sans l’autre »2. Dans la pensée comme dans la vie, l’altérité définit un champ interactif qui permet au sujet de se construire.

3L’échange repose sur une certaine réciprocité : donner suscite le devoir de rendre, l’agir provoque le réagir, pour contrer l’action de l’autre ou pour s’y adapter. Les transferts conduisent à des processus de métissages, les objets transférés subissent des recontextualisations culturelles : ils prennent d’autres formes, acquièrent de nouveaux usages et changent de sens. La prise de possession d’objets nouveaux entraîne aussi des reclassements et des redéfinitions des individus et des groupes dans la société.

4Les approches culturalistes se représentent les cultures comme des entités fermées. Nous envisageons au contraire des cultures ouvertes, traversées par des clivages, faites et refaites par des rapports de force internes et externes. C’est parce que les groupes se divisent qu’ils offrent la possibilité de nouvelles alliances et des transferts de savoirs. Aussi faut-il envisager la question de l’identité et de l’altérité sous un double aspect : celui de l’Autre intérieur et du Même extérieur. L’idée centrale est que toute culture est traversée par un certain nombre de clivages qui offrent des possibilités d’accord entre segments de cultures différentes. Chaque culture recèle donc (en elle) un Autre qu’elle projette sur les cultures auxquelles elle est confrontée. Les rapports entre Orient et Occident révèlent que ce ne sont pas des cultures qui se sont dressées les unes contre les autres, mais des segments de ces cultures ; ainsi, les sous-unités sont les actrices du contact culturel.

5Les espaces de contacts sont variés et les trajectoires nombreuses : objets matériels, pratiques, croyances… Parmi les modes de transmission, nous avons retenu les discours, les pratiques missionnaires les savoirs et les sciences, en particulier la médecine.

6La journée sera divisée en deux axes thématiques :

Mission, image et controverse religieuse : Amérique, Afrique et Asie (XVIe-XIXe s.)

7Les missions ont tenu un rôle de médiateur culturel. Les missionnaires avaient l’obligation de convertir à un dogme unitaire, chrétien et monogéniste et ils participèrent activement aux transferts culturels, peut-être plus que tout autre groupe européen. On s’appuiera sur l’utilisation des images chrétiennes en Amérique espagnole pour souligner les ambiguïtés et les contradictions du processus d’évangélisation des Amérindiens. Le mode de réception et de communication fut créateur puisqu’il se déployait dans un contexte hybride et qu’il reposait sur l’improvisation. Dans cette perspective, Nadine Béligand présentera une communication sur la transformation de l’image religieuse au Mexique : après l’idoloclastie, se forge une image composite dont le point d’orgue est l’image baroque, expression d’un art hybride destiné à favoriser une acculturation progressive.

  • 3 Le concept de sociétés fractales est emprunté à Serge Gruzinski. Ce concept est emprunté à la physi (...)

8Dans ces « sociétés fractales »3, les rapports sociaux et les rôles culturels subissent des court-circuitages de toute espèce. Elles surgissent de la juxtaposition brutale de deux sociétés éclatées et se révèlent en une diversité de comportements ethniques et religieux. Dans cette perspective, Nathalie Kouamé présentera une communication sur les controverses théologiques au Japon.

  • 4 « Essai sur le don … », in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 147-261.
  • 5 Goethe, cité par Tzvetan Todorov, « Le croisement des «cultures », Communications, vol. 43, 1986, p (...)

9Le mode de réception façonne aussi une réceptivité particulière, une dextérité de la pratique culturelle, une mobilité du regard et de la perception, une aptitude à combiner les fragments les plus épars. Plus que « donner », « recevoir » ou « rendre », concepts chers à Marcel Mauss4, c’est l’idée de « prendre » qui retiendra notre attention. En ce sens, la dimension linguistique est prise en compte : « La puissance d’une langue ne se manifeste pas par le fait qu’elle rejette ce qui lui est étranger, mais qu’elle se l’incorpore »5. Dans cette perspective Claude Prudhomme présentera une communication sur la délicate question de la traduction, en s’appuyant sur les traductions de textes catholiques en langue ibo (Nigeria, Biafra), traductions élaborées par Carlo Zappa, missionnaire de la Société des Missions Africaines de Lyon en 1889.

Médicalisation et réappropriations contemporaines de la médecine occidentale dans le monde musulman (XIXe-XXe s.)

10L'histoire de l'introduction et de la domination de la médecine occidentale dans les pays du monde musulman à partir du XIXe siècle est propre à éclairer le concept de transfert culturel : à bien des égards, ce n'est que très progressivement, et surtout dans le courant du XXe siècle, que celle-ci se démarque de la médecine arabe, dont elle est l'héritière scientifique et qui se pratique, avec des variations, à travers toute cette aire géographique. Même s'il n'y a eu, à aucun moment de l'histoire, rupture complète des échanges entre l'Occident et le monde musulman sur le plan médical, la médicalisation à l'occidentale de cette dernière région du monde apparaît surtout comme le résultat d'une situation d'hégémonie. Même ainsi, comment a-t-on fait prévaloir un savoir d'origine étrangère sur un savoir autochtone assez similaire ? La coercition légale, par les autorités locales ou par des pouvoirs coloniaux, n'a jamais eu qu'une efficacité limitée. L'appréhension de la différence culturelle à travers la médicalisation nous semble offrir une orientation problématique complémentaire pertinente. Dans cette perspective, Karima Dirèche interviendra sur la question des pathologies enregistrées en hôpital en contexte colonial, soit l’analyse de la construction identitaire et culturelle de ce qui est perçu comme pathologie et agrégé à telle ou telle notion nosographique.

11La médecine n'est pas d'abord une réalité culturelle, mais en vue du soin des malades, elle engage des pratiques, des modes de communication et des codes relationnels forgés dans des contextes particuliers. Dans le monde musulman, la codification rigoureuse des relations sociales affecte notamment les contacts corporels et les relations de genre : comment médecins et personnel soignant recontextualisent-ils alors leur pratique de la clinique pour aller au devant des attentes des patients ? Les modalités de cette recontextualisation dépendent-elles du contexte politique (Etat souverain, territoire colonial, Etat post-colonial), ou encore de l'origine géographique des médecins ? Que signifie, de ce point de vue, l'occidentalité assignée à une certaine forme de médecine ?

12Dans le même temps, la pratique médicale repose sur des rapports fondamentalement asymétriques entre médecin et malade. La réception de la pratique médicale à l'occidentale se ressent de cette asymétrie, qui se superpose à la configuration hégémonique qui a prévalu à l'introduction de la médecine occidentale. Des tendances à la réappropriation de celle-ci se manifestent dans les registres de représentations autochtones qui s'appliquent à elle et aux médecines locales. Quelle importance ont joué dans ce processus le contexte islamique de ces pays et leur situation non coloniale, coloniale ou post-coloniale ? En quoi des réappropriations de ce type, y compris hors de la profession médicale, sont-elles affectées par l'occidentalité et la scientificité attribuées à la médecine aujourd'hui dominante dans le monde musulman ? Claire Fredj évoquera la question des religieuses missionnaires au Maghreb.

Programme

Matin - organisatrice : Nadine Béligand

Claude Prudhomme, Université Lyon 2 – Larhra – UMR 5190

Les traductions de textes catholiques en langue ibo (Nigeria, Biafra) par Carlo Zappa (1859)

Nathalie Kouamé, INALCO

Les controverses théologiques au Japon

Nadine Béligand, Université Lyon 2 – Larhra – UMR 5190

La transformation de l’image religieuse au Mexique (XVIe-XVIIIe siècle)

Après-midi - organisateur : Philippe Bourmaud

Karima Dirèche, Centre Jacques Berque (Rabat) – USR 3136

Soigner les corps, sauver les âmes. Réflexion sur les pratiques missionnaires dans l'Algérie coloniale

Claire Fredj, Paris X – CHISM

Quelle médecine pour quelle population ? Sœurs blanches et hôpitaux indigènes en Algérie

Philippe Bourmaud, Université Lyon 3 – IREMAM

Qu'est-ce qu'un Oriental ? Former et classer les médecins à la fin de l'Empire ottoman

Haut de page

Notes

1 Claude Lévi-Strauss, L’identité, Paris, PUF, 1977, p. 11.

2 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 14.

3 Le concept de sociétés fractales est emprunté à Serge Gruzinski. Ce concept est emprunté à la physique ; il désigne des petits phénomènes irréguliers, complexes, irréductibles à des formes et à des situations simples.

4 « Essai sur le don … », in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 147-261.

5 Goethe, cité par Tzvetan Todorov, « Le croisement des «cultures », Communications, vol. 43, 1986, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Réception, adaptation et appropriation : les dynamiques des transferts culturels. Lyon, 20 mars 2009 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 13 septembre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1562

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org