Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2008-2009

Journée Bremond

4 juin 2008
Étienne Fouilloux

Texte intégral

1L’équipe RESEA, l’équipe de réédition de l’Histoire littéraire du sentiment religieux et la Bibliothèque municipale de Lyon, soutenues par les Éditions Jérôme Millon, le Centre d’anthropologie religieuse européenne (EHESS), les Facultés jésuites du Centre Sèvres, le Centre Gabriel Naudé (ENSSIB) et la Société des Amis de la Bibliothèque des Fontaines, se sont associées pour marquer avec quelque solennité l’initiative hardie des Éditions Jérôme Millon : une réédition à caractère scientifique du grand œuvre de l’abbé Henri Bremond (5 volumes dont un de tables, index et annexes, Grenoble, 2006). Cette manifestation, organisée par Étienne Fouilloux, Bernard Hours et François Trémolières, prenait place dans le processus de valorisation du fonds jésuite des Fontaines, désormais abrité par la Bibliothèque municipale de Lyon. Henri Bremond a été jésuite jusqu’à son « départ » de la Compagnie en 1904.

2Pour ne pas faire double emploi avec l’abondante littérature bremondienne, la journée s’était donnée un but modeste : essayer de cerner le genre littéraire de l’Histoire littéraire : ni histoire, au sens des historiens, ni littérature, car abondamment fondée sur les sources d’époque.

3La matinée a posé nettement la question : en quoi la manière d’écrire de Bremond permet-elle de définir ce genre littéraire ? François Marxer (équipe de rédaction) est ainsi parti à la recherche de la subjectivité de l’auteur qui affleure bien souvent dans son travail, tout en introduisant un troisième terme lourd de sens : métaphysique. Dominique Varry (ENSSIB), pour sa part, s’est penché sur les manuscrits conservés à Aix-en-Provence, pour y décrypter les tics d’écriture et les remords de Bremond. Laurent Thirouin (Lyon 2), a comparé le Port-Royal de Bremond à celui de Sainte-Beuve : parti pour détruire le mythe en partie érigé par son prédécesseur, Bremond converge pourtant avec celui-ci sur quelques points non négligeables. Enfin, François Trémolières (équipe de rédaction) a tenté de faire la part, délicate à saisir, entre amour des lettres et désir de Dieu chez l’abbé Bremond.

4L’après-midi était consacrée à quelques aspects de la réception de cet objet historico-littéraire mal identifié. Jacques Prévotat (Lille III), a restitué celle de l’Action française, qui concerne d’ailleurs moins l’Histoire littéraire que Bremond lui-même : d’abord proche de Maurras, puis de plus en plus éloigné. Christian Sorrel (RESEA), a décrit l’éventail des attitudes à propos de Bremond dans le milieu littéraire français lors de son élection à l’Académie en 1923, sur le fauteuil de Mgr Duchesne. Et Dominique Salin (Centre Sèvres) a montré que le sinistre abbé Cénabre, dans L’imposture de Georges Bernanos, n’était pas vraiment Henri Bremond, tout en lui empruntant nombre de traits. Enfin, Bernard Hours (RESEA) a souligné le peu d’intérêt des historiens de métier pour une œuvre qui dédaignait les archives au bénéfice exclusif des sources imprimées ; et ceci malgré des affinités patentes entre les derniers tomes de l’Histoire littéraire et l’histoire des mentalités selon Lucien Febvre.

5Rassemblés par François Trémolières, les actes de cette journée, dédiée au pionnier des études bremondiennes que fut le professeur de Strasbourg Émile Goichot, doivent être publiés par les Éditions Jérôme Millon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Journée Bremond », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1542

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org