Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2008-2009

Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord

Colloque international Lyon 27-29 Septembre 2007.
Caroline Chopelin-Blanc
p. 169-172

Texte intégral

1Ce colloque, qui s’est tenu à l’Université Lyon 3, les 27, 28 et 29 septembre 2007, visait à souligner la multiplicité des liens qu’impliquèrent les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord à l’époque moderne. Ces rapports se déclinent bien sûr sur les modes confessionnel et théologique, mais aussi sur les modes militaire, politique, diplomatique, artistique, littéraire et tout simplement humain. Des réseaux de différentes natures se tissent ainsi entre ces deux espaces géographiques.

2La première demi-journée s’ouvre sur une approche politico-militaire. Monique Weiss met en lumière l’existence de réseaux transnationaux entre la France et les Pays-Bas, à l’origine d’une véritable « internationale Calviniste », difficilement identifiable parce que définie comme une nébuleuse de relations, très actives, tissées entre des intellectuels, des marchands et des émigrés. Optant pour une perspective plus resserrée, Thomas Nicklas compare le Traité d’union de Nîmes (1575) et la Pacification de Gand (1576) : ces textes expriment une même volonté de vivre ensemble en dépit des divisions religieuses, et surtout montrent la mise en place d’une rhétorique identique axée sur la « patrie », cheval de bataille commun dans le contexte de la centralisation monarchique entreprise dans la France des Valois et dans l’Espagne de Philippe II. Hugues Daussy choisit le point de vue biographique en détaillant le rôle joué par Louis de Nassau au sein du parti huguenot. Il pointe trois étapes essentielles : en 1569-1570, une aide exclusivement militaire ; de 1570 à 1572, une fonction surtout politique et diplomatique (participation aux négociations de la paix de 1570 et discussion pour obtenir le soutien militaire de Charles IX en faveur de ses coreligionnaires des Pays-Bas) ; de la Saint-Barthélemy à sa mort en 1574, un rôle diplomatique, sur l’initiative, cette fois, de Charles IX. Fabrice Charton clôt cette matinée par l’étude des médailles « scandaleuses » de Louis XIV, produites par des artistes des Pays-Bas qui détournent, voire inversent le message initialement gravé, souvent religieux. Cet affrontement numismatique illustre les tensions qui opposent la France et les Pays-Bas dans la deuxième moitié du XVIIe siècle.

3La deuxième demi-journée est consacrée au thème « protestantisme et identité confessionnelle ». Claire Martin débute par l’évocation de l’ambassade de Benjamin Aubery du Maurier aux Provinces-Unies entre 1613 et 1624. Rythmée par trois phases (1613-1617 : le temps de la confiance renforcée ; 1618-1622 : le temps de la suspicion, marqué par une crise qui, sans rompre les liens diplomatiques, suspend l’alliance politique et militaire ; 1622-1624 : le temps de l’alliance réactivée, face à l’ennemi commun, l’Espagne), cette ambassade montre la continuité diplomatique de la France face aux Provinces-Unies d’Henri IV à Louis XIV, l’amorce de la sécularisation des relations internationales, et la possibilité pour un huguenot de concilier son appartenance confessionnelle et sa loyauté monarchique. A travers l’étude de journaux de voyage publiés par des catholiques et des protestants suite à un séjour aux Provinces-Unies, Andreas Nijenhuis met en lumière la construction des identités confessionnelles, tant individuelles que collectives. Après avoir analysé la perception qu’ont les voyageurs de la pratique de leur culte par leurs coreligionnaires hollandais, il s’intéresse à la manière dont ces mêmes voyageurs appréhendent la coexistence des différentes religions. Judith Becker se transporte à Londres pour pointer l’influence de l’église hollandaise de Londres, plus précisément de l’ordre ecclésiastique de John a Lasco, sur l’église française de Londres et plus largement en France dans les années 1560-1580, grâce à une transmission écrite mais aussi orale. Revenant aux Provinces-Unies, Hubert Bost montre, à partir de l’analyse des délibérations du consistoire de l’Eglise wallonne de Rotterdam, comment l’Eglise du Refuge de la fin du XVIIe siècle (1681-1706) prête son aide, tant doctrinale, pastorale que diaconale, à ses coreligionnaires français qui ont fait le choix de ne pas fuir. Clôturant cette première journée, Pauline Duley-Haour étudie, grâce à la correspondance d’Antoine Court, l’institutionnalisation progressive du soutien apporté par les Provinces-Unies au sein du Refuge : à partir de 1735, un fonds permet de financer la formation des futurs pasteurs et l’achat de livres de dévotion. Le lendemain, toujours autour du thème « protestantisme et identité confessionnelle », Gwenaëlle Lieppe analyse le soutien apporté aux protestants français du XVIIIe siècle par les pasteurs de la chapelle de l’ambassade parisienne des Provinces-Unies : un soutien surtout spirituel, parfois politique (en faveur des prisonniers pour fait de religion), qui s’accompagne toutefois de polémiques ecclésiologiques et idéologiques avec les Eglises locales. Yves Krumenacker, quant à lui, étudie l’influence des églises de la Barrière sur les communautés protestantes de la moitié nord de la France, particulièrement de Picardie, du Cambraisis et de Champagne, où les autorités du XVIIIe siècle toléraient que les protestants de ces régions assistassent aux offices dans les villes de la Barrière.

4Le reste de la matinée a pour thème le jansénisme, comme point de rencontre entre la France et les Pays-Bas. Christine Gouzy analyse d’abord l’influence du graveur français exilé Bernard Picart et de son atelier amstellodamois sur les gravures jansénistes parisiennes dans le premier tiers du XVIIIe siècle, et souligne notamment la précocité des attaques jansénistes dans la bataille de gravures menée contre les jésuites. Angela Berlis et Dick Schoon montrent, pour leur part, la continuité, la diversité et la fécondité des échanges entre les théologiens catholiques de France et des Pays-Bas du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles. Juliette Guilbaud enchaîne par un aspect plus pratique : le rôle décisif joué par les professionnels du livre (éditeurs, imprimeurs et libraires) dans la circulation des imprimés jansénistes entre la France et les Provinces-Unies. Pour clore cette matinée, Dale Van Kley, partant de l’exemple du conseil provincial d’Utrecht en 1763, montre comment les idées primitivistes que l’Eglise d’Utrecht a diffusées ont été bien accueillies à la fois par les jansénistes et les milieux catholiques réformés, clercs et laïcs, et ont partiellement inspiré la rédaction de la Constitution civile du clergé en 1791.

5L’après-midi est consacré au thème des « chemins de traverse », c’est à dire aux espaces périphériques des deux aires étudiées. Françoise Moreil ouvre la session par l’étude des échanges religieux intenses entre la Principauté d’Orange et les Pays-Bas dans les années 1630-1650 : la principauté constitue alors une enclave de dimension « internationale » et une zone de tolérance bi-confessionnelle, qui profite aux églises calvinistes. Etudiant toujours le même micro-territoire, Amanda Eurich s’intéresse ensuite aux difficultés, religieuses et politiques, de la restauration de la souveraineté hollandaise dans la principauté après l’invasion française des années 1660-1665. Changeant d’aire géographique, Natalia Muchnik détaille les relations, à la fois de contrôle et d’indépendance, tissées entre la diaspora amstellodamoise et les groupements judéo-ibériques de France au XVIIe siècle. Transportant l’auditoire de l’autre côté de l’Atlantique, Gérard Lafleur évoque l’influence hollandaise dans la colonisation des Antilles françaises au XVIIe siècle : les colons protestants étant nombreux et faisant de la contrebande avec les Hollandais, dont certains s’installent même sur les côtes antillaises françaises, de véritables communautés réformées s’organisent dans le deuxième tiers du XVIIe siècle. Jean-Pierre Duteil termine par l’évocation de la présence hollandaise en Indonésie, à travers les relations des missionnaires français aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces missionnaires, jouant le rôle d’espions, révélaient à Colbert la stratégie de la Compagnie hollandaise des Indes (VOC) et renseignent l’historien sur les différences confessionnelles et plus largement les pratiques coloniales au XVIIIe siècle. En clôture de cette riche journée, un concert est donné par l’ensemble vocal de l’Ouest de Lyon, qui alterne psaumes de la Réforme et motets de la Contre-Réforme.

6La dernière demi-journée, consacrée aux « figures littéraires », débute par l’intervention de Luc Daireaux au sujet de Samuel Bochart (1599-1667). Après un bref rappel biographique (milieu social, parcours professionnel, principales œuvres), il examine les liens entretenus par l’érudit avec les Provinces-Unies surtout par le biais de relations, de voyages d’étude ou de séjours ponctuels, puis, à partir des relations épistolaires de S. Bochart, il reconstitue les réseaux, notamment normands, dans lesquels l’érudit s’est inséré. Pierre Bonnet enchaîne par l’analyse de la pensée théologico-politique de Jurieu, à partir de deux de ses ouvrages, l’Examen du livre sur la réunion du christianisme (1670) et le Tableau du socianisme (1690), et montre plus particulièrement que la date de 1685 consacre moins une rupture qu’une étape d’approfondissement dans sa réflexion. Antony McKenna s’intéresse quant à lui au contexte politique de la bataille entre Bayle et Jurieu, et démonte la vision habituellement admise d’une opposition frontale entre les deux auteurs. Plus précisément, il pointe et, s’appuyant sur le contexte politique, explique les contradictions inhérentes à la pensée de Bayle, présenté depuis les philosophes du XVIIIe siècle, comme un « rationaliste » infaillible.

7En conclusion de ce colloque, Y. Krumenacker et O. Christin soulignent la richesse et la fécondité des interventions et des échanges de ces deux jours et demi, et invitent les chercheurs à approfondir les pistes de recherche lancées par les différents intervenants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chopelin-Blanc, « Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord », Chrétiens et sociétés, 15 | 2008, 169-172.

Référence électronique

Caroline Chopelin-Blanc, « Les relations religieuses entre la France et les Pays-Bas du Nord », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 30 janvier 2009, consulté le 23 juin 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1522

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org