Navigation – Plan du site
Articles

Pour une approche spatiale de la mission

Jean-Michel Vasquez
p. 59-85

Résumés

Comment mobiliser un soutien à la mission chrétienne qui s’installe dans un pays réputé difficile et dangereux ? Dans le dernier quart du XIXe s., c’est le défi que relève chaque semaine le périodique spécialisé des Missions catholiques, en publiant des lettres et des images envoyées par les missionnaires d’Afrique noire. Leurs cartes ne sont pas une illustration ordinaire : si elles dévoilent un territoire qui cumule tous les signes de l’altérité, elles traduisent surtout par des choix graphiques et toponymiques un discours propre, entièrement dévoué à l’évangélisation. Située sur les marges du monde connu, la mission se voit seule, sans concurrent colonial ; la multiplication des croix latines prouve les progrès de l’apostolat ; la mention de la présence catéchiste témoigne d’un encadrement méthodique et dévoile les stratégies spatiales pour occuper le terrain ; le partage et le découpage en champs d’apostolat permettent enfin à l’Eglise de s’approprier le territoire. Ainsi, les cartes transforment une terre lointaine, ingrate et païenne en un espace chrétien, prometteur et rendu plus proche par le cordon vital qui le relie à l’Europe. Tableaux, schémas et cartes éclairent cette présentation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Spindler, Pour une théologie de l’espace, Cahiers théologiques, Neuchâtel, Delachaux et Niestl (...)

1En 1968, Marc Spindler répondait à des missiologues qui écartaient la conception « spatiale » de l’activité missionnaire au profit d’une vision « historique ». Selon lui, ils voulaient rappeler que la mission étrangère était une composante de l’Eglise, qu’elle appartenait à sa nature. Mais leur position conduisait à exclure radicalement la conception géographique de la mission. Spindler remarquait au contraire que cette approche nourrissait d’importantes observations, valables autant pour la conduite de l’apostolat que pour l’étude historique des missions. Entre autre, elle permettait d’élaborer une stratégie missionnaire à base géographique, à plusieurs échelles, qui tenait compte de la réalité et de la diversité du monde connu. Cette stratégie était « au principe même de la mission organisée »1.

  • 2 Claude Prudhomme, « Cinquante ans d’histoire des missions catholiques en France : l’âge universitai (...)
  • 3 CREDIC : Centre de recherches et d’échanges sur la diffusion et l’inculturation du christianisme.
  • 4 Gilles Routier & Frédéric Laugrand (dir.), L'espace missionnaire : lieu d'innovations et de rencont (...)
  • 5 Dictionnaire œcuménique de missiologie, 100 mots pour la mission, Paris, Cerf, 2001, 389 p.
  • 6 Jean-Michel Vasquez, Une cartographie missionnaire ; l’Afrique, de l’exploration à l’appropriation (...)

2Depuis ces remarques, il faut constater que la composante spatiale, malgré son intérêt, n’a fait l’objet d’aucune étude particulière. Les travaux universitaires ne se sont pas penchés sur le sujet et l’espace de la mission ne renvoie à aucune thèse, mémoire ou rapport2. Si la plupart des monographies consacrées à une mission présentent son cadre géographique avant de développer les stratégies d’apostolat mises en œuvre, aucune n’insiste sur les liens qui les réunissent pour évaluer l’influence qu’exerce le territoire sur les choix d’apostolat. De même, un colloque du CREDIC3 consacré en 2001 au sujet pourtant séduisant de « L’espace missionnaire » ne propose aucune réflexion de fond, se contentant d’envisager plusieurs expériences choisies sur tous les continents sans fournir de synthèse ni même changer d’échelle4. La même année, un Dictionnaire œcuménique de missiologie n’accorde aucune entrée parmi la liste des 100 mots de la mission pour les termes d’« espace », de « territoire » ou encore de « géographie »5. Manifestement, l’espace de la mission n’est pas considéré comme un objet d’étude ; il reste cantonné à un rôle introductif, un simple cadre dans lequel prennent place des acteurs et un scénario qui suscitent beaucoup plus l’intérêt. Pourtant, l’espace de la mission a toujours été au centre des considérations missionnaires6.

  • 7 Trois types d’archives ont été consultés : celles de l’Œuvre de la Propagation de la foi à Lyon ; l (...)

3Cette présente contribution vise à montrer très modestement la pertinence de la composante spatiale pour comprendre la mission. D’une manière générale, cette approche est essentielle, car elle révèle la nature même de la mission. Ensuite, elle permet de rendre compte de perceptions différentes, que partagent les acteurs décisionnels de l’évangélisation : l’administration romaine de la Propagande et les congrégations missionnaires. Enfin, elle se traduit dans la mission par l’adoption d’une stratégie élaborée sur une base spatiale. Comme le sujet reste paradoxalement marginal, il nécessite la consultation de plusieurs sources, à la fois archivées et publiées7.

Une approche essentielle à la mission

  • 8 Les archives de l’Œuvre sont consultables aux Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM), 12 rue Sala (...)

4La mission est avant tout un déplacement, celui du prêtre qui effectue un voyage le plus souvent outremer à la rencontre d’une population qu’il veut évangéliser. Au XIXe siècle, la mission est forcément étrangère et souvent extra-européenne. Si le missionnaire reproduit l’acte premier de l’apôtre Paul qui, en se déplaçant, portait le message du Christ aux autres peuples, sa mission doit dorénavant se dérouler sur un territoire précis, circonscrit, que lui a confié l’autorité romaine. Cet endroit, rappelons-le, est identifié par son nom géographique, et non par celui de ses habitants. Un missionnaire est envoyé en Mongolie et non chez les Ortous, au Gabon et non auprès des Fangs. Cette désignation de la mission est reprise dans tous les documents officiels qu’échangent les missionnaires avec leur congrégation et la Propagande. Elle permet notamment à Rome d’identifier précisément chaque mission, qu’elle classe ensuite administrativement par grande aire géographique puis par continent. Le même classement est adopté par les organisations laïques chargées de réunir des fonds pour financer la mission, comme la Sainte Enfance ou l’Œuvre de la Propagation de la Foi8. Ce classement géographique offre un panorama mondial de l’évangélisation et facilite la direction et l’orchestration de son mouvement général. Ainsi, grâce à des rapports qui leur sont régulièrement adressés, la Propagande comme l’Œuvre peuvent suivre les progrès du christianisme dans le monde entier, ou a contrario repérer les endroits qui lui sont encore interdits.

  • 9 Les sondages effectués par Claude Prudhomme parmi la correspondance de la Congrégation De Propagand (...)
  • 10 Valérien Groffier, Planisphère des croyances religieuses et des missions chrétiennes, 1882, 127 x 9 (...)
  • 11 Voir sur le sujet la liste d’atlas publiés sur les missions entre 1860 et 1950, dans notre contribu (...)

5La consultation de la correspondance qu’entretient la Propagande et les terres de mission montre sur ce point une certaine inégalité. L’Amérique et l’Asie suscitent plus d’échanges que l’Afrique et l’Océanie. Cette préférence s’explique par l’antériorité de ces missions qui rassemblent au XIXe une bonne partie du personnel missionnaire ce qui génère l’essentiel de la correspondance9. Le cas de l’Afrique dévoile pourtant un paradoxe. Placée en troisième position selon le poids relatif que ses missions entretiennent avec Rome, elle reste l’espace où le christianisme enregistre les progrès territoriaux les plus visibles, notamment dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cette extension spatiale du domaine de la mission caractérise d’ailleurs le renouveau missionnaire amorcé vers 1820-1830, et notamment sur des continents encore inconnus des Européens. Pour en rendre compte à l’échelle mondiale, qui est la plus adaptée, des planisphères puis des atlas proposent une géographie des terres chrétiennes. En 1882, un Planisphère des croyances religieuses réalisé par l’Œuvre de la Propagation de la Foi est un succès10. Il représente la répartition des religions du monde par des couleurs en aplat qui témoignent d’une situation religieuse statique. Et en localisant les missions chrétiennes, le planisphère montre à ses lecteurs que la Croix a pris pied sur l’ensemble des continents du globe, rapprochant l’Eglise de son objectif d’universalité. La cartographie renvoie l’image d’un catholicisme dynamique, qui gagne du terrain et qui étend le domaine chrétien. Des statistiques encourageantes encadrent le planisphère et invitent à la comparaison entre les aires géographiques. Ce genre cartographique vise à encourager les aides apportées à la mission. Par un procédé elliptique, une somme d’argent confiée à l’Œuvre doit se traduire à terme par une nouvelle mission qui étendra la superficie des terres chrétiennes. Dans le même objectif, des atlas se multiplient durant les vingt dernières années du XIXe siècle, au point de composer un genre cartographique particulier11. Pour la première fois, les Atlas rendent compte à l’opinion publique des progrès territoriaux du christianisme.

  • 12 Entre 1886 et 1901, période durant laquelle le découpage est le plus actif, sur un total de 748 con (...)
  • 13 Ainsi, le cardinal Vincenzo Vannutelli est chargé de couvrir l’Afrique centrale et orientale. Il di (...)

6Au XIXe siècle, la mission auprès des Noirs, dans les Antilles et en Afrique, jugée jusque-là inutile ou secondaire, devient le grand objectif d’évangélisation, surtout après les appels lancés par les dirigeants des nouvelles congrégations exclusivement missionnaires : Anne-Marie Javouhey pour les Sœurs de St-Joseph de Cluny, Libermann auprès des Pères du St-Cœur de Marie, Marion-Bresillach pour les Missions Africaines de Lyon. Pour eux, la population noire, parce qu’elle réunit tous les malheurs – au premier rang desquels figure l’esclavage – doit être secourue en priorité. Extirper l’idolâtrie ou combattre l’anthropophagie constituent d’autres arguments pour affirmer la nécessité et la légitimité de la mission en Afrique. Ainsi, même si la correspondance adressée à Rome n’en rend pas compte, l’Afrique occupe une place de choix dans le nouvel élan missionnaire. La Propagande reçoit de nombreux croquis des missions d’Afrique pour lui permettre de statuer sur des modifications territoriales : ériger une mission, en diviser une autre, en limiter une troisième, échanger deux missions... les situations sont nombreuses et c’est à Rome que revient la décision de découpage. Une commission de cardinaux, le congresso, se réunit une cinquantaine de fois par an et prend des délibérations, les Acta. Leur consultation montre que l’Afrique est un sujet souvent abordé à partir du pontificat de Léon XIII12. En progressant, l’évangélisation impose des champs d’apostolat plus restreints et mieux délimités, ce qui provoque des redécoupages. Distants des réalités africaines, les responsables romains doivent donc s’en tenir aux rapports que leur ont adressés les missionnaires et utiliser leurs croquis pour délimiter les missions. Mais Rome cherche à mener une politique cohérente en faisant suivre les modifications d’une région par des cardinaux attitrés13.

  • 14 Dans l’hebdomadaire illustré des Missions catholiques, lancé par l’Œuvre de la Propagation de la fo (...)

7Dans ces conditions, l’intérêt de l’approche spatiale peut s’analyser à partir de l’exemple africain, et notamment à la fin du XIXe siècle. Terre encore largement inconnue des Européens, elle est explorée par des missionnaires et des commerçants qui, placés aux avant-postes du monde connu, précèdent la conquête et la colonisation. Les cartes qu’ils dressent enrichissent le fonds iconographique que réclament les revues des voyages en Europe et alimentent les revues spécialisées sur la mission qui entendent mettre à profit la situation exceptionnelle et inédite que connaissent les missionnaires. Véritables fenêtres ouvertes sur l’Afrique, ces cartes alimentent le goût de l’exotisme auprès du public et assurent le succès des périodiques illustrés14. Elles dévoilent aussi des informations pratiques sur les méthodes d’apostolat. Surtout, à travers elle, il est possible d’envisager plusieurs perceptions de l’espace de mission.

Deux perceptions de l’espace : logique de surface, logique de réseau

8La mission est pour tous ceux restés en Europe un espace pensé, imaginé. Ses représentations cartographiques facilitent son appropriation, au même titre que les statistiques ou la correspondance. Elles permettent d’envisager deux perceptions correspondant aux logiques suivies par les responsables de l’évangélisation : la Propagande et les congrégations missionnaires.

La logique géométrique et théorique de Rome

9Sur un plan théologique, la Terre en tant que création divine appartient originellement à l’Eglise chrétienne. La plantation de la croix vise donc à réaffirmer cette propriété première. Par exemple, la bulle Inter caetera de mai 1493, par laquelle le pape Alexandre VI reconnaît aux souverains d’Europe la propriété sur les terres à découvrir, résume cette prétention. Le traité de Tordesillas, signé un an plus tard entre Espagnols et Portugais avec l’accord pontifical confirme cet acte de propriété. La mission vise donc à rappeler à des populations ignorantes qu’elles vivent sur des terres à l’origine chrétienne. Le rituel de la plantation de la croix joue un rôle fondamental, en affirmant cette propriété et en rendant visible la présence chrétienne. De plus, la mission ne rencontre pas d’obstacle car il faut, selon le mot d’ordre biblique délivré par Mathieu, « prêcher l’Évangile à toute créature ». L’espace à évangéliser englobe donc tous les continents peuplés de la planète, soit l’œkoumène.

10Cette prétention à la propriété chrétienne ainsi que l’objectif d’une évangélisation universelle sont défendus depuis 1622 par la congrégation romaine de Propagande Fide. Elle veille à propager le christianisme sur les terres qui ne disposent pas de la hiérarchie ecclésiastique ordinaire, soit l’ensemble du globe, à l’exception de quelques pays d’Europe, ainsi que l’empire portugais placé sous le régime particulier du padroado. L’objectif d’universalité explique aussi pourquoi la totalité de l’espace terrestre a été partagée en terres de mission qui sont ensuite confiées à des responsables directement désignés par Rome, de sorte qu’aucune portion de territoire n’échappe à sa juridiction. Ainsi, même si de larges parties des continents africains, américains ou océaniens restent encore inconnues, toutes relèvent déjà d’un responsable catholique chargé de les évangéliser. C’est le vicaire apostolique, représentant direct du Pontife dans les terres de mission et interlocuteur obligé auprès des puissances coloniales. Ensuite, à mesure que l’exploration et l’évangélisation progressent, la taille des missions diminue, par division et découpage, mais Rome prend soin d’éviter une terre sans responsable apostolique. L’élan missionnaire qui caractérise le XIXe sièclevoit la mobilisation de nombreuses congrégations que la Propagande cherche à orchestrer dans un but commun d’évangélisation, en évitant les querelles mais activant habilement les compétitions. En répartissant les territoires, la Propagande peut centraliser et diriger l’évangélisation, comme l’explique un Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique en 1912 :

  • 15 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Letouzey, 1912, T.1, entrée « Afrique », p (...)

Rien de plus admirable, en effet, que la discipline observée par les différents ordres catholiques, chacun dans son champ d’évangélisation (...) Alors, aux prêtres du Clergé séculier, aux Franciscains, aux Lazaristes qui, dans les comptoirs européens du littoral et aux alentours, faisaient de leur mieux avec des ressources infinies, se sont adjoints de nombreux auxiliaires de bonne volonté, animés de l’esprit de foi et du prosélytisme le plus ardent ; alors sont, tour à tour, entrés en lice dès 1843 les missions de la société du St-Cœur de Marie, les Jésuites, les Oblats de Marie immaculée (...).
Chacune de ces compagnies a reçu du Saint-Siège la désignation exacte de son terrain d’apostolat, et le voit, par suite des progrès réalisés, partagés en préfecture ou en vicariat, dont l’entrée en scène de nouveaux personnels religieux désireux de collaborer à l’évangélisation de l’Afrique (...) oblige parfois de changer les administrateurs évangéliques ; chacune se montre fidèle et scrupuleuse observatrice des instructions et des ordres du souverain Pontife (...). Cette remarquable unité d’action, cette merveilleuse discipline n’empêchent pas chaque ordre de se comporter, à l’intérieur de son terrain de propagande, avec ses méthodes propres et suivant ses préférences particulières, avec le tempérament national de ses membres15.

  • 16 Voir sur la question Une cartographie missionnaire..., op.cit., chapitre IX : la compétition pour l (...)

11En réalité, la « remarquable unité d’action » masque des contentieux entre les congrégations et avec l’autorité romaine que la Propagande ne parvient pas toujours à régler16.

12Ainsi, selon le système de la commission ou -jus commissionis- le Saint-Siège confie un champ d’apostolat précis à une congrégation missionnaire qui doit l’évangéliser en totalité. Si au départ les limites de la mission ne sont pas clairement identifiées, notamment dans ses confins intérieurs, progressivement, elles font l’objet d’une clarification, le plus souvent à la demande pressante des congrégations qui veulent savoir quelle surface exacte leur a été confiée. Pour éviter les erreurs d’interprétation qui pourraient générer un contentieux entre les congrégations, la Propagande formule toujours la délimitation par un texte qui clôt l’Acta. Le plus souvent, des limites indiscutables comme les lignes astronomiques -parallèles et méridiens- ainsi que des cours d’eau sont choisis pour circonscrire la mission. Enfin, chaque champ d’apostolat est limité par un autre, de telle sorte que tout l’espace est couvert. Ainsi, pour le Provicariat du Tanganyka en 1886 :

  • 17 Décret de la S.C. de la Propagande du 30 décembre 1886, rapporté par Nos missions ; atlas historiqu (...)

Au Nord : la frontière sud du Vicariat du Victoria-Nyanza à cette date.
A l’Est : le cours de la rivière Lukoké jusqu’à la rivière Gombé ; de là une ligne droite rejoignant la pointe nord du lac Nyassa, puis la rive ouest de ce lac jusqu’à la rivière Bikura.
Au Sud : le cours de la rivière Bikura jusqu’à sa source, d’où l’on gagne les bouches du Cbambezi dans le lac Bangweolo, en franchissant les Monts de l’Ubisa (pays des Babisa).
A l’Ouest : le cours de la rivière Chambezi, à partir de ses bouches jusqu’à sa source ; de là la frontière atteint la pointe sud du lac Tanganyka, qu’elle traverse ensuite du sud au nord par son milieu ; elle se confond alors avec la frontière germano-belge jusqu’au lac Alexandra17.

13Ensuite, chaque congrégation est tenue d’évangéliser le mieux possible sa portion de territoire, en rendant compte très régulièrement de ses progrès par des rapports circonstanciés. Des cartes sont régulièrement demandées pour permettre à la Propagande de se représenter précisément chaque mission. Après quelques années et à la demande des congrégations, la Propagande procède à un découpage du champ initial, selon un point de vue zénithal, surfacique et distancé. Se référant aux lettres et recommandations des missionnaires, les cardinaux du congresso redéfinissent l’étendue de la mission, en recherchant toujours son intérêt et en évitant les conflits entre les instituts missionnaires. Ainsi, l’Afrique est découpée en 11 circonscriptions ecclésiastiques en 1846, 44 en 1887, 67 en 1900 et une centaine en 1932, soit un morcellement rapide qui atteste d’un rythme d’évangélisation relativement important par rapport aux autres continents. La taille de la mission, s’étendant initialement sur plusieurs milliers de km2, se réduit progressivement pour atteindre celle du diocèse, c’est-à-dire l’unité territoriale de référence en Europe sur laquelle s’établit la hiérarchie ecclésiastique ordinaire. Cette tendance correspond au mouvement naturel de chaque mission qui doit en définitive se transformer en diocèse. Ainsi, Rome suit de près l’établissement de la hiérarchie, manifeste dès la présence d’une résidence épiscopale et ses stations secondaires. Couplées aux statistiques qui recensent les baptisés, les cartes renseignent donc sur l’état d’avancement de la mission. Mais qu’il soit simple mission, préfecture ou vicariat apostolique, chaque territoire est un diocèse en devenir.

14Pour référencer chaque mission, Rome ne retient que son nom et celui de son vicaire, avec parfois celui des stations qui la composent, soit l’organisation visible et institutionnelle de l’Eglise. Ces informations ne révèlent pas l’état de l’évangélisation en profondeur. Mais elles permettent de classer les missions en donnant une impression d’uniformité. Quel que soit le continent, chaque champ d’apostolat développe une administration identique placée directement sous la même autorité romaine. C’est la présentation qu’adoptent les publications officielles, comme les Missiones Catholicae qui rapportent par des statistiques chaque année les progrès accomplis, ou encore l’Annuaire pontifical catholique : publié à la fin du XIXe siècle, il dresse la liste complète du clergé catholique. Placées dans la continuité de la hiérarchie ordinaire, les missions sont répertoriées par ordre alphabétique de leur nom, auquel est aussitôt associé celui de leur vicaire ; de plus, dépourvue de représentation cartographique, chaque mission se trouve en quelque sorte déterritorialisée et placée sur un strict pied d’égalité l’une par rapport à l’autre, quels que soient sa taille, son nombre d’habitants ou son ancienneté. Rome impose l’image de la mission institutionnelle, qui n’a de sens que lorsqu’on l’ajoute à l’ensemble des champs d’apostolat. Leur somme compose l’état d’une évangélisation mondiale et aussi d’une autorité romaine dont la compétence est universelle. Cette approche, distante et uniformisante masque en quelque sorte l’identité de chaque mission ainsi que le travail accompli par chaque congrégation, dont le nom est d’ailleurs masqué. Rome ne retient que le résultat de l’évangélisation, soit l’installation de la hiérarchie ecclésiastique, en se gardant bien de plébisciter telle ou telle congrégation. Ce choix de représentation se retrouve dans les atlas consacrés aux missions, qui se multiplient à la fin du XIXe siècleau point de constituer un genre cartographique propre : seul le nom permet de distinguer les champs d’apostolat qui font l’objet d’une figuration uniforme et normalisée, alors que celui de la congrégation a disparu. Avec la couverture totale des territoires, le découpage de l’Afrique en mission donne l’image d’un puzzle, aux pièces uniformes, à la fois différentes mais nécessaires pour constituer l’ensemble (voir annexes 1 et 2). Depuis Rome, la mission est vue selon une approche globale, surfacique et distancée.

Annexe 1 : Carte de l’Afrique septentrionale et centrale (1886)

Annexe 1 : Carte de l’Afrique septentrionale et centrale (1886)

Extrait de Valérien Groffier, Atlas des missions catholiques, 1886, Lyon traduction de Werner O., Katholischer Missions-Atlas, Freiburg im Brisgau, Herder, 1884.

Annexe 2 : « Africa, Fol. IV » (1913) réduite

15[Image non convertie]

Extrait de Carolus Streit, SVD, Atlas hierarchicus, Freiburg im Brisgau, Herder, 1913.

La logique organique et réaliste des congrégations

16En revanche, l’approche des congrégations est intérieure, plus précise et davantage portée sur le déploiement missionnaire réel. Elle montre qu’un réseau de stations constitue l’armature nécessaire pour l’évangélisation.

  • 18 Henri Maurier, Les missions ; religions et civilisations confrontées à l’universalisme, Paris, Le C (...)
  • 19 Jean Ernoult, Les spiritains au Congo de 1865 à nos jours ; Mémoire spiritaine, études et documents(...)
  • 20 « Carte du Congo, de son embouchure au Stanley-Pool » et « Carte du Congo, du Stanley-Pool à l’Equa (...)

17Chargée d’un champ d’apostolat, la congrégation organise méthodiquement son évangélisation pour éviter de gaspiller ses ressources. En effet, le climat africain a déjà fait des ravages auprès des premiers missionnaires et il s’agit dans la seconde moitié du XIXe siècle de préserver les hommes de cette mortalité ; surtout, les hommes ont reçu une formation spécifique pour la mission et représentent un investissement important, particulièrement pour les jeunes congrégations. Le principe est de maintenir un contact permanent avec eux, quel que soit l’endroit où ils sont envoyés. Ainsi, sur place, après une première installation littorale, les missionnaires projettent une seconde station, en brousse, pour gagner une population jugée moins dévoyée par le commerce colonial. Toutefois, l’isolement reste relatif pour des raisons évidentes de sécurité et de ravitaillement. A partir de là, la mission est pensée comme une campagne militaire : les stations sont reliées entre elles par une ligne de communication ininterrompue visant à acheminer hommes et matériel, depuis l’arrière en Europe, représenté par le siège de la congrégation, jusqu’au front, soit la station la plus éloignée à l’intérieur de la mission. La ligne emprunte de préférence les fleuves et le réseau hydrographique qui constituent les seules voies de pénétration à l’intérieur du continent. Des navires européens ravitaillent en permanence ces stations qui mènent, selon Henri Maurier, pour les plus isolées, une « vie de cordon ombilical »18. La congrégation est consciente que sans lien logistique, la mission est vouée à l’échec. Ainsi, poursuivant l’objectif d’explorer totalement le territoire de la mission pour mieux le contrôler, les missionnaires sont encouragés à sortir de leur station et essaimer de nouvelles fondations de manière à créer un réseau. Au départ, ce réseau est linéaire : il relie les stations disposées le long du fleuve à un intervalle d’un ou plusieurs jours de navigation. C’est par exemple l’œuvre des Spiritains au Congo : les RRPP Carrie et Augouard ont installé une chaîne de stations qui jalonnent le grand fleuve, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oubangui : après Loango sont créés Banane, Mboma, Linzolo, St Paul de la Kassaï et St Roch19, comme le montrent leurs cartes20.

18Cette chaîne peut servir de point de départ pour explorer les alentours, car chaque station reçoit un objectif d’exploration et d’évangélisation. Le même principe est adopté par les spiritains dans d’autres missions d’Afrique comme au Zanguébar en Afrique orientale, ou en Cimbébasie, comme l’explique le RP Antunès en 1894 :

  • 21 Archives OPM, G-44 Cunène, « Lettre du RP Antunès », 15 octobre 1894, G 03361.

Nous avons adopté comme règle de fonder nos missions à très peu de distance les unes des autres, de manière à pouvoir avancer avec plus de sécurité vers l’intérieur (...) Dans toutes nos œuvres, nous comptons en ce moment un nombre d’enfants des deux sexes supérieur à 600. De là, il résulte que dès maintenant nous ouvrons chaque année six à dix ménages chrétiens pouvant sortir de nos missions pour aller au loin en compagnie d’un missionnaire bâtir une nouvelle station. Ainsi, d’ici à deux ans, nous espérons avoir une ligne de missions qui s’étendra sur une parcours de 220 à 250 lieues à l’intérieur c’est-à-dire jusqu’au centre de l’Afrique, entre les deux côtes occidentales et orientales21.

  • 22 L’Acte général de la conférence, adopté le 26 février 1885, envisage d’établir des stations scienti (...)
  • 23 Le voyage de Cameron achève sa traversée de l’Afrique en novembre 1875, donnant lieu à un récit cél (...)
  • 24 Jacques Blandenier, L’essor des missions protestantes, Vol.2 Précis d’histoire des missions, Ed. de (...)
  • 25 Georges Grenfell tente avant 1880 de rallier la mission anglicane d’Alexandre Mac Kay en Ouganda.
  • 26 Le méthodiste Héli Chatelain prévoit de rallier la mission du Zambèze tenue par François Coillard d (...)

19Le plan initial s’inspire sans doute d’un projet plus vaste visant à établir un réseau traversant l’Afrique d’Ouest en Est. Les explorations de Brazza et de Stanley le long du Congo rendent le projet réalisable, comme invite à le faire la conférence de Berlin22, dix ans après l’exploit de Cameron23. De nombreux missionnaires protestants nourrissent l’espoir d’établir une telle ligne de stations : les RRPP Krapf et Rebmann explorent l’intérieur de l’Afrique et projettent de relier les missions anglicanes du Nigeria à celle du Kenya, levant ainsi une digue contre l’Islam24. D’autres entendent relier le Congo à l’Ouganda25, ou plus au Sud le Benguela au Zambèze26. En revanche, parce qu’ils sont limités au territoire que leur a confié la Propagande, les missionnaires catholiques ne peuvent envisager de plan qui le dépasse et doivent s’appliquer à densifier leur présence à partir de la première ligne de stations. Ainsi, le RP Antunès poursuit en 1900 :

  • 27 Archives OPM, G-44 Cunène, « Lettre du RP Antunès », 15 janvier 1901, G 03375.

Le plan d’évangélisation que nous nous étions tracé depuis de longues années consistait à établir une ligne de missions partant du plateau supérieur de Huilla et allant par étapes jusqu’au fleuve Cunène, en suivant la vallée de la rivière Caculovar. Des missions établies sur cette ligne centrale devraient partir des missions à établir sur des lignes latérales pour évangéliser les pays situés à l’Est et à l’Ouest de la ligne moyenne27.

  • 28 Mgr Carrie, vicaire apostolique du Congo l’explique par une carte : « De Loango à l’Ubanghi », in M (...)
  • 29 Une carte manuscrite du « Gabon », établie en 1898 est accompagnée d’une lettre, sans doute du RP A (...)
  • 30 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », établi par le RP Josse (...)
  • 31 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », 1891-1892, G 08027.
  • 32 Le vicariat apostolique du Tanganyka compte actuellement huit stations ou centres de mission. Autou (...)
  • 33 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », de 1904 à 1913.
  • 34 L’Académie leur décerne le prix Audiffred qui récompense habituellement les plus beaux dévouements. (...)

20Ainsi, dans une seconde étape, au réseau linéaire qui longe ou traverse la mission s’ajoute un second perpendiculaire, qui vise à la quadriller pour l’évangéliser en profondeur. Le même plan s’applique au Congo28 ou au Gabon29. Ces exemples prouvent que les spiritains adoptent finalement des stratégies d’évangélisation communes. Celles-ci bénéficient sans doute de l’impulsion donnée par Mgr Leroy, nouveau supérieur de la congrégation depuis 1896 : il a mis à profit ses propres expériences missionnaires, au Zanguebar et au Gabon et continué l’œuvre d’uniformisation amorcée par le RP Schwindenhammer, qui l’a précédé à la tête de la communauté. La même tendance s’observe pour d’autres congrégations, comme le montrent des sondages effectués parmi les rapports adressés à l’Œuvre de la Propagation de la foi. Ainsi, chez les Missionnaires d’Afrique installés dans les grands Lacs, comme au Tanganyka par exemple : les pères blancs projettent en 1888 de fonder cinq nouvelles stations : « espacées comme elles le sont, c’est la salutaire influence de l’Evangile, rayonnant dans tout le vicariat »30. Trois ans après, le vicaire apostolique Mgr Lechaptois promet d’installer des stations le long du lac pour essaimer la prédication sur une étendue de côte de près de 200 km31. En 1903, l’objectif est atteint32 et en 1904, une nouvelle ligne de postes missionnaires double celle du lac. Ensuite, est fondée chaque année une nouvelle station. En 1912, la mission en compte 1333. Ces démarches attestent bien que l’apostolat a suivi une logique spatiale, plus linéaire chez les spiritains, plus surfacique pour les pères blancs. Leurs résultats attirent l’attention en 1896 de l’Académie des sciences morales et politiques qui leurs accorde conjointement un prix34. Par leur réseau, les missionnaires deviennent les agents de la Civilisation, du Progrès et de la Patrie en Afrique.

21Pour explorer la mission, atteindre ses limites et relier ses points les plus vitaux, chaque congrégation exige que soient tenus en permanence des cartes. Celles-ci deviennent indispensables pour réaliser la dernière étape du plan, celle de l’occupation des interstices : Mgr Corbet, vicaire apostolique de Madagascar-Nord, estime qu’une densification du personnel la rendra possible :

  • 35 Archives OPM, G-89 Madagascar-Nord, « Rapport général des recettes et dépenses », établi par Mgr Co (...)

La mission compte actuellement douze stations où les missionnaires résident à poste fixe. Chaque station a son église et son presbytère, en outre une chapelle au moins. Les trois principales stations sont situées sur la côte. Ce sont Diego-Suarez, Majunga et Nossi-bé. A côté de chacune se trouve un village malgache important et un missionnaire au moins est chargé spécialement de ces indigènes. Dans l’intérieur, les stations où se trouve l’église et où résident les missionnaires sont généralement entourées de beaucoup de villages (...), de vraies paroisses ». Mais « il faudra trois ou quatre missionnaires par station car deux ne sont pas suffisants pour visiter chaque village35.

  • 36 « Madagascar-Central », in Missions catholiques, 1909, p. 293. La carte recense trois résidences pr (...)

22Sans les nommer, le vicaire a nécessairement recours aux catéchistes. Auxiliaires indispensables, ils relaient le missionnaire dans des villages qu’il ne peut visiter suffisamment et maintiennent le souvenir de son passage. Parfois, ils assurent eux-mêmes l’évangélisation dans les villages très éloignés. En augmentant le rayon d’action du missionnaire, ils participent à son objectif final qui est le contrôle complet du territoire. Une carte dressée sur le vicariat apostolique du Madagascar-Central en 1909, semble montrer que les Jésuites y sont parvenus36. Disposant d’un quadrillage complet grâce à un réseau hiérarchisé de stations réparties sur l’ensemble de la mission, les missionnaires couvrent tout l’espace habité, de telle façon qu’aucun village n’échappe à l’emprise catholique (Annexe 3).

Annexe 3 : « Madagascar central » (1909)

Annexe 3 : « Madagascar central » (1909)

Paru dans les Missions catholiques, n° 2089, 1909, p.293

  • 37 Paul Claval, La géographie culturelle, Paris, Nathan, 1995, p. 355. La remarque s’adresse au départ (...)

23Toutefois, dans la plupart des cas, cet objectif est rarement atteint, même après trente ou quarante ans d’apostolat, et de larges portions du territoire échappent encore au déploiement missionnaire. Par exemple, dans le vicariat apostolique du Gabon, érigé en 1863 à partir du vicariat des Deux-Guinées, la présence missionnaire vers 1900 se limite encore à quelques positions littorales et le long des fleuves dans leur partie inférieure ; ainsi, à l’exception des stations isolées de Lastourville et Franceville, il n’y a aucun missionnaire pour les trois quarts du territoire (Annexe 4). En revanche, les congrégations développent systématiquement une approche organique de la mission, avec un arrière en Europe qui fournit homme et matériel, un centre décisionnel sur place qui organise l’évangélisation relayée par des stations secondaires disposées jusque dans les endroits les plus reculés. Chaque station fait partie de l’édifice et assure la continuité de l’information et de la logistique. Plus que la logique romaine, à la fois théorique et distante, celle des congrégations tient compte des données locales et correspond finalement mieux à la réalité du monde moderne. Selon le géographe Paul Claval, celui-ci s’impose comme un monde de réseau dans lequel ne correspondent plus les cadres territoriaux continus37.

Annexe 4 : « Gabon » (1899)

Annexe 4 : « Gabon » (1899)

Carte manuscrite, Fonds Gabon, Archives spiritaines, Chevilly-la-rue

Sur place, l’adoption d’une approche spatiale

La pratique de la tournée apostolique

24Confier un territoire à une congrégation, c’est lui proposer un défi, d’ordre territorial. Sur place, le missionnaire doit penser spatialement la mission, adapter les moyens aux besoins déterminés par l’étendue et le nombre d’habitants. Ceci explique la nécessité d’une attitude gestionnaire à mesure que parviennent les renforts d’Europe. Pour rendre compte de leur utilisation, le missionnaire est tenu de renseigner Rome, sa congrégation et les œuvres financières par des rapports nourris de statistiques et de cartes. Ceux élaborés par la Propagation de la foi obligent le missionnaire à compter pour accorder ses besoins à ses moyens. Il doit mener une campagne apostolique raisonnable, réaliste en poursuivant l’objectif territorial : les excursions, coûteuses, doivent servir à localiser le site d’une nouvelle station, qui sera ensuite reliée au réseau existant, de manière à progresser méthodiquement pour couvrir le territoire de la mission. Des cartes sont ajoutées aux rapports pour rendre compte des nouvelles dispositions, avec une légende explicative qui dévoile le plan élaboré par les missionnaires, comme c’est le cas au Gabon au début du XXe siècle :

  • 38 Archives OPM, G-67 Gabon, « Rapport général des recettes et dépenses », 1904, G 05795. « Carte du v (...)

D’après la carte ci-jointe, vous constaterez que nos efforts se sont portés jusqu’à présent sur la partie la moins peuplée du vicariat. La partie n°1 (crayon bleu) n’a que 600.000 âmes environ, la partie n°2 en a un million et demi ; la partie n°3, huit millions. Missionnaire, puis-je rester sans émotion devant ces nombreuses populations qui peuplent le nord de mon vicariat. J’ai donc supprimé la petite station du Cap Esterias que les stations voisines peuvent desservir assez convenablement pour nous porter sur les frontières de la partie nord restée jusqu’à présent inaccessible38.

25Pour renseigner les rapports, le vicaire apostolique a besoin des chiffres de toutes les stations. Pour cela, il accomplit une tournée apostolique, soit un voyage qui lui fait parcourir sa mission en visitant les stations les plus importantes. Effectué au départ à sa nomination dans le vicariat, ce voyage devient une obligation. Il donne parfois lieu à une carte sur laquelle est porté l’itinéraire. Souvent, il cherche à visiter ses positions les plus éloignées, car visiter les confins, c’est affirmer que le territoire de la mission est sous contrôle. Mais faute de temps, il délaisse son centre, d’ailleurs plus accessible. Dans ce cas-là, la carte sert donc de preuve de l’évangélisation auprès de l’autorité romaine. Elle peut être utilisée pour contrer les réclamations territoriales d’une mission voisine, qui estime qu’une portion du territoire lui échappe ou qui revendique un espace plus vaste. Les nombreux contentieux révélés par les Acta pris par la Propagande sur l’Afrique entre 1880 et 1900 prouvent que la concurrence ne provient pas seulement des protestants et chaque congrégation doit préserver sa mission de ses voisines. Ainsi, à l’issue de cette visite périphérique, le responsable peut additionner ses informations pour dresser un bilan statistique et spatial de la campagne apostolique écoulée.

  • 39 Quelques clichés de missionnaires pris dans leur résidence dévoilent à l’arrière-plan leur présence

26La carte localise les points forts et les faiblesses de la mission. Elle permet de projeter une stratégie. Chaque station reçoit ensuite des objectifs territoriaux pour occuper ses environs. Sans doute, il faut imaginer qu’une grande carte murale figurait à l’intérieur de la maison des missionnaires, sur laquelle étaient portés les résultats d’exploration ainsi que les objectifs à atteindre39. La carte s’impose comme le support d’une stratégie spatiale méthodique.

L’élaboration de plans d’évangélisation

  • 40 Trois cartes paraissent dans les Missions catholiques : « Quanhama et Ovampo », 1880, p.405 ; « Oka (...)
  • 41 Mémoire sur les missions des noirs en général et sur celle de la Guinée en particulier, présenté le (...)

27Le défi territorial impose des choix et nécessite des plans, pour rendre l’apostolat le plus efficace possible. S’inspirant du modèle élaboré par les jésuites en Chine au XVIIe siècle, les spiritains ont par exemple cherché à rallier les élites. Le RP Duparquet par exemple, lors de ses explorations en Cimbébasie, prend l’habitude de localiser les chefs locaux, rois ou simples chefs de village40. Mais les spiritains ont aussi développé un plan plus personnel, initialement élaboré par Libermann vers 1845 : centré sur l’instruction, il prévoit la formation rapide d’un clergé indigène pour mieux « répandre parmi les peuples les connaissances utiles à la vie »41. De plus, des enfants seront rachetés et sauvés de l’esclavage pour peupler des villages chrétiens. La méthode est exposée en 1884 par le RP Leroy :

  • 42 RP Le Roy, « A travers le Zanguebar », in Missions catholiques, n°762, 11 janvier 1884, p. 17.

Autant que les ressources de la mission peuvent le permettre, ces malheureux sont ramassés, rachetés, rassemblés dans nos maisons. Sous la direction des Frères, ils apprennent à lire, à écrire, à chanter, à prier, à travailler. On en fait des forgerons, des charpentiers, des menuisiers, des maçons, des jardiniers, des agriculteurs, des hommes enfin capables de faire donner à la terre ce qu’il leur faut pour s’assurer une existence libre et aisée.
Et lorsque, ainsi élevés, ces enfants sont devenus des hommes, le missionnaire prend quinze ou vingt d’entre eux et s’en va chercher dans l’intérieur une tribu amie, un sol fertile, un canton salubre et peuplé. On s’établit là, on défriche la forêt, on construit des cases, et, lorsque tout est prêt, les jeunes hommes dont l’ardeur a déjà transformé un coin de cette terre, reviennent à la côte chercher leurs fiancées. Ils n’ont rien, mais ils ne sont point pauvres ; car ils savent travailler, et, comme aux premiers jours du monde, ils ont la terre devant eux.
Crescite et multiplicamini. – Peu à peu, sous l’œil du missionnaire, le village chrétien prospère et grandit ; des relations s’établissent avec les indigènes, des échanges se font, des soins sont donnés aux malades, de petits cadeaux font naître ou entretiennent l’amitié ; en quelque temps, ces noirs, voyant que leurs semblables n’ont rien perdu à s’attacher au blanc, s’approchent à leur tour du missionnaire.42

  • 43 Les responsables reconnaissent une difficulté majeure : l’excessive dépendance de ces communautés à (...)

28Le dispositif se développe à partir de la station de Bagamoyo, qui fonctionne comme « une ruche ». Trois ans plus tard, le RP Leroy note qu’« à mesure qu’un autre essaim s’apprête à partir, il faut chercher plus loin, toujours plus loin ». En 1894, le Zanguebar-Sud compte 11 stations et chacune fixe de nouveaux villages chrétiens. Ce mode de propagation semble convenir pour les missions d’Afrique orientale, notamment auprès de populations déstructurées par l’esclavage. Mais il semble difficile à reproduire ailleurs43. Les lettres qu’adressent les missionnaires d’Afrique dans les années 1880 et 1890 prouvent qu’une réflexion s’est engagée sur les stratégies pour améliorer l’apostolat. S’inspirant des principes des fondateurs, ils testent sur place plusieurs méthodes, reprises, quand elles réussissent, par les centres de formation et les séminaires qui les érigent en modèle. Progressivement, la mission qui paraissait immense et inconnue, s’impose comme un espace circonscrit, qu’il faut tenir et évangéliser complètement. Plans et modèles alimentent le courant de réflexion qu’est la missiologie et que plébiscite la Propagande dans les années 1920.

La modélisation du plan

29En 1926, le RP Streit, OMI, responsable de la documentation à la Propagande et principal organisateur de l’exposition vaticane des missions, signe une brochure sur la mission. Traduite en plusieurs langues, elle est élaborée à partir de l’exposition qui a donné une large publicité aux stratégies missionnaires menées sur le terrain. Parmi les nombreux documents graphiques figure le croquis d’une station, établi à partir de la mission des Capucins au Chili au début du XXe siècle. Le croquis montre un dispositif hiérarchisé de stations qui vise à couvrir tout l’espace. Dépourvu de nom géographique, le croquis permet d’élever l’exemple au rang de modèle d’évangélisation, imitable sur n’importe quel continent (Annexe 5). La généralisation se poursuit dans le texte qui l’accompagne :

  • 44 Robert Streit, OMI, Les missions catholiques ; statistiques et graphiques des missions catholiques (...)

C’est par les stations de mission que l’on peut mesurer les progrès de l’activité missionnaire : la ligne avancée qui marque la progression des stations indique aussi la marche en avant de l’armée missionnaire. La fondation d’une station signifie la prise de possession stable d’un pays : c’est prendre pied chez un peuple, et y commencer une action méthodique (...)
Les stations expriment aussi la véritable valeur et la situation des Missions. Cependant il faut moins les compter que les peser, car ce n’est pas leur nombre, mais leur état qui est significatif et décisif pour l’œuvre missionnaire. On doit les étudier non pas dans les chiffres des statistiques mais sur les cartes géographiques, et c’est dans la distribution et la place des stations que se découvre la stratégie des chefs de la mission. Les stations sont les nœuds du grand filet de la Mission, elles forment le contour de son organisation, l’ossature de son plan, le terrain où l’Eglise naissante prend racine44.

Annexe 5 : La station, centre du modèle d’évangélisation (1926)

Annexe 5 : La station, centre du modèle d’évangélisation (1926)

Extrait de Streit Robert, OMI, Les missions catholiques : statistiques et graphiques des missions catholiques d’après l’exposition missionnaire vaticane, Paris, Desclée de Brouwer et Cnie, 1928, p. 79

30À la mission sans doute jugée trop vaste et trop assimilée à l’institution est préférée la station. Elle est devenue la base pour conduire l’évangélisation, dont le déroulement est plus rationnel et moins providentiel. La missiologie la place au centre de son modèle. Chaque station est évaluée selon sa capacité à rayonner, à partir de cartes géographiques : comme le répète André Rétif, le nombre des stations compte moins que leur poids dans l’espace. La propagation doit alors s’effectuer selon une logique géométrique et non plus arithmétique, ainsi que l’indiquent les distances sur le croquis. La même année, l’encyclique Rerum ecclesiae confirme les nouvelles dispositions :

  • 45 Rerum Ecclesiae, p. 80, rapporté par André RETIF, Introduction à la doctrine pontificale des missio (...)

Vous aurez donc à cœur de répartir votre personnel de telle manière qu’aucune partie de votre territoire ne reste en dehors de la prédication de l’Evangile, ou soit réservée pour plus tard. Allez plus loin toujours, avançant par étapes, établissant les vôtres dans un lieu choisi pour devenir le centre de nombreuses stations plus petites que vous confierez à un catéchiste au moins et que vous doterez d’un lieu de culte. De leur résidence les missionnaires rayonneront sans cesse à travers ces stations pour y accomplir à date fixe leur ministère et pour les surveiller45.

31La Propagande se range donc aux expériences de terrain. Elle intègre aussi la nécessité du recours aux catéchistes, à des fins de contrôle ou de surveillance, une pratique que les congrégations ont déjà expérimentée depuis longtemps. Le tout constitue un modèle que l’autorité romaine s’empresse de diffuser pour conseiller les missions qui ne parviennent pas à se développer suffisamment.

  • 46 Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie, « Dieu change de réseau », in Atlas des rel (...)

32Théorisée, modélisée, la conception géographique de la mission est reconnue par la missiologie dans la mesure où elle contribue à améliorer l’évangélisation. Si elle a généré auprès des décideurs des approches différentes, surfacique pour Rome et organique pour les congrégations, elle marque en définitive la victoire du réseau sur la surface. Aujourd’hui plus que jamais, en raison de la mobilité des hommes, la cartographie des religions relève du tour de force et le mélange des croyances rend toute représentation spatiale caricaturale et erronée. Comme le note un récent Atlas des religions, « la géographie religieuse est, plus que jamais, une géographie de réseaux et non de blocs ou de stocks »46. L’approche spatiale de la mission et par extension de la religion s’impose comme une nécessité.

Haut de page

Notes

1 Marc Spindler, Pour une théologie de l’espace, Cahiers théologiques, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1968, 65 p.

2 Claude Prudhomme, « Cinquante ans d’histoire des missions catholiques en France : l’âge universitaire », Histoire et missions chrétiennes, n°1, mars 2007, p. 11-30.

3 CREDIC : Centre de recherches et d’échanges sur la diffusion et l’inculturation du christianisme.

4 Gilles Routier & Frédéric Laugrand (dir.), L'espace missionnaire : lieu d'innovations et de rencontres interculturelles : actes du colloque de l'Association francophone œcuménique de missiologie, du CREDIC et du Centre Vincent Lebbe, Québec, Canada, 23-27 août 2001, 437 p.

5 Dictionnaire œcuménique de missiologie, 100 mots pour la mission, Paris, Cerf, 2001, 389 p.

6 Jean-Michel Vasquez, Une cartographie missionnaire ; l’Afrique, de l’exploration à l’appropriation au nom du Christ et de la science (1870-années 1930), Thèse de doctorat d’histoire, Université Lyon 2, décembre 2007, en cours de publication. Consultable sur le site demeter.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/2007/vasquez_jm.

7 Trois types d’archives ont été consultés : celles de l’Œuvre de la Propagation de la foi à Lyon ; les archives de la Congrégation du St-Esprit à Chevilly-la-Rue ; les archives de la Propagande à Rome. Parmi les publications, la revue illustrée des Missions catholiques, ainsi que des atlas spécialisés sur le fait missionnaire.

8 Les archives de l’Œuvre sont consultables aux Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM), 12 rue Sala à Lyon. A titre indicatif, le Conseil de Lyon dispose de près de 60.000 pièces : lettres des missions d’Europe (fonds D), d’Asie (E), d’Amérique (F), d’Afrique (G) et d’Océanie (H).

9 Les sondages effectués par Claude Prudhomme parmi la correspondance de la Congrégation De Propagande Fide durant le pontificat de Léon XIII donnent les résultats suivants : en 1889, l’Océanie reçoit 4 % des lettres, l’Afrique 6 %, l’Asie 19 % et l’Amérique 27 %. in Claude Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous le pontificat de Léon XIII (1878-1903) : centralisation romaine et défis culturels, Thèse pour le doctorat es lettres, décembre 1989, Université Lyon III, publiée par l’Ecole française de Rome, graphiques pp. 53 et 59.

10 Valérien Groffier, Planisphère des croyances religieuses et des missions chrétiennes, 1882, 127 x 97 cm, Wuhrer, Monrocq. Réédité en 1890. Le document reçoit le 14 décembre 1888 un remerciement de Léon XIII qui l’associe aux efforts de la Propagation de la foi.

11 Voir sur le sujet la liste d’atlas publiés sur les missions entre 1860 et 1950, dans notre contribution, Une cartographie missionnaire..., op. cit., annexe 18.

12 Entre 1886 et 1901, période durant laquelle le découpage est le plus actif, sur un total de 748 congressi, près de 88 se sont tenus sur l’Afrique. Le continent noir arrive en seconde position après l’Asie et rivalise avec les Etats-Unis. Chaque année, la proportion est sensiblement identique. Archives historiques de la Propagande. Archivio storico delle evangelizzazione dei Popoli, Urbaniana, Roma ; Acta de 1886 à 1901.

13 Ainsi, le cardinal Vincenzo Vannutelli est chargé de couvrir l’Afrique centrale et orientale. Il dirige la commission sur le Sahara en juin 1893, l’Afrique centrale en décembre de la même année, le Haut-Nil en juin 1894, les grands lacs en juillet 1895 ; en 1897, il s’agit du Nyassa en janvier, puis du Zanguebar méridional en juin. Et c’est encore Vannutelli qui accorde chaque modification apportée à la mission du Sahara, en juin 1893, juillet 1896, mai et juillet 1901. Cf. Claude PRUDHOMME, Stratégie missionnaire..., op. cit., p. 134.

14 Dans l’hebdomadaire illustré des Missions catholiques, lancé par l’Œuvre de la Propagation de la foi en 1868, sur un corpus total de 470 cartes publiées entre 1872 et 1940, 250 portent sur l’Afrique, dont 230 pour sa partie subsaharienne. Et sur près de 72 volumes annuels, 8 seulement n’offrent pas de représentation du continent noir.

15 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, Letouzey, 1912, T.1, entrée « Afrique », p. 869.

16 Voir sur la question Une cartographie missionnaire..., op.cit., chapitre IX : la compétition pour le territoire : la rivalité au Congo (1878-1888).

17 Décret de la S.C. de la Propagande du 30 décembre 1886, rapporté par Nos missions ; atlas historique, S des Missionnaires d’Afrique Pères blancs, Maison Carrée, 1931, planche 12.

18 Henri Maurier, Les missions ; religions et civilisations confrontées à l’universalisme, Paris, Le Cerf, 1993, p. 182.

19 Jean Ernoult, Les spiritains au Congo de 1865 à nos jours ; Mémoire spiritaine, études et documents, Paris, 1995, 461 p.

20 « Carte du Congo, de son embouchure au Stanley-Pool » et « Carte du Congo, du Stanley-Pool à l’Equateur », parues dans les Missions catholiques, respectivement en 1882 et 1886.

21 Archives OPM, G-44 Cunène, « Lettre du RP Antunès », 15 octobre 1894, G 03361.

22 L’Acte général de la conférence, adopté le 26 février 1885, envisage d’établir des stations scientifiques internationales le long du fleuve ; Henri BRUNSCHWIG, Le partage de l’Afrique noire, Paris, Flammarion, 1971, 186 p.

23 Le voyage de Cameron achève sa traversée de l’Afrique en novembre 1875, donnant lieu à un récit célèbre : Verney Lovett Cameron, A travers l’Afrique ; voyage de Zanzibar à Benguela, traduit de l’anglais, Paris, Hachette, 1878.

24 Jacques Blandenier, L’essor des missions protestantes, Vol.2 Précis d’histoire des missions, Ed. de l’institut biblique de Nogent, 2003, p.415, p. 457.

25 Georges Grenfell tente avant 1880 de rallier la mission anglicane d’Alexandre Mac Kay en Ouganda.

26 Le méthodiste Héli Chatelain prévoit de rallier la mission du Zambèze tenue par François Coillard depuis 1884. Mais il renonce en 1907, après dix années passées en Angola.

27 Archives OPM, G-44 Cunène, « Lettre du RP Antunès », 15 janvier 1901, G 03375.

28 Mgr Carrie, vicaire apostolique du Congo l’explique par une carte : « De Loango à l’Ubanghi », in Mission catholiques, 1888, p. 344. Elle montre un tournant majeur dans la conduite de la mission : pour l’évangéliser, les stations rivées au fleuve pourraient servir de point de départ. Cette carte traduit donc le changement opéré dans l’apostolat au Congo français : à une pénétration linéaire et fluviale le long du Congo succède une autre, terrestre, en direction du Nord.

29 Une carte manuscrite du « Gabon », établie en 1898 est accompagnée d’une lettre, sans doute du RP Adam, responsable du vicariat depuis 1894. « Le plan d’évangélisation (...) relatif à cette partie du vicariat que j’ai conçu et que je lèguerai à mon successeur, est de garnir de missions la rive droite de la Ngounié. Chaque mission riveraine deviendra un centre de pénétration, par voie de terre, vers le nord, c’est-à-dire vers l’Ogooué », OPM, G-67 Gabon, G 05774 et G 05775.

30 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », établi par le RP Josset, 2 juillet 1888, G 08016.

31 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », 1891-1892, G 08027.

32 Le vicariat apostolique du Tanganyka compte actuellement huit stations ou centres de mission. Autour de ces stations à une distance d’une ou de deux journées de marche sont établis des postes secondaires. Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », 1903, G 08050.

33 Archives OPM, G-119 Tanganyka, « Rapport général des recettes et dépenses », de 1904 à 1913.

34 L’Académie leur décerne le prix Audiffred qui récompense habituellement les plus beaux dévouements. L’œuvre de chaque congrégation est présentée chronologiquement : « si les Pères du St-Esprit sont les glorieux vétérans de ces milices, on a eu raison de dire que les Pères Blancs en sont la jeune garde ». Aux seconds est reconnu le succès en Afrique équatoriale et de ses 17 stations réparties dans six missions ; aux premiers revient la gloire d’avoir fondé une chaîne de stations. Celles-ci sont présentées comme les étapes de la pénétration en Afrique, de St-Joseph de Linzolo en 1883 à 28 km de Brazzaville jusqu’à la Ste-Famille à Yokoma à 2900 km de la côte en 1895. Ceux-ci ont abordé l’Afrique par l’océan Atlantique et les grands fleuves, ceux-là ont bénéficié d’un port d’attache dans la région méditerranéenne. Enfin, les spiritains, à l’image – largement répandue – d’Augouard, s’activent au centre du cannibalisme le plus effrené, tandis que les pères blancs limitent l’influence du protestantisme et des Anglais qui installent le chemin de fer.

35 Archives OPM, G-89 Madagascar-Nord, « Rapport général des recettes et dépenses », établi par Mgr Corbet, G 06536. Le rapport précédent comptait 52 villages régulièrement visités par 28 prêtres, G 06535.

36 « Madagascar-Central », in Missions catholiques, 1909, p. 293. La carte recense trois résidences principales : Faratsiho, Betafo, Antsirabé, une trentaine de chapelles importantes et 130 autres secondaires, la plupart nommées.

37 Paul Claval, La géographie culturelle, Paris, Nathan, 1995, p. 355. La remarque s’adresse au départ aux politiques culturelles qui ne seraient plus, au XXIe siècle, en adéquation avec les cadres territoriaux, mais elle peut être généralisée.

38 Archives OPM, G-67 Gabon, « Rapport général des recettes et dépenses », 1904, G 05795. « Carte du vicariat apostolique du Gabon », 1903, G 05794.

39 Quelques clichés de missionnaires pris dans leur résidence dévoilent à l’arrière-plan leur présence.

40 Trois cartes paraissent dans les Missions catholiques : « Quanhama et Ovampo », 1880, p.405 ; « Okavango », 1880, p.451 ; « Ovampo », 1881, p. 475.

41 Mémoire sur les missions des noirs en général et sur celle de la Guinée en particulier, présenté le 15 août 1846 à la Propagande.

42 RP Le Roy, « A travers le Zanguebar », in Missions catholiques, n°762, 11 janvier 1884, p. 17.

43 Les responsables reconnaissent une difficulté majeure : l’excessive dépendance de ces communautés à l’égard de la mission ; les chrétiens restent ensemble au lieu de s’installer n’importe où ; rapporté par Henri, KOREN Les spiritains, trois siècles d’histoire religieuse, Paris, Beauchesne, 1982, p. 519.

44 Robert Streit, OMI, Les missions catholiques ; statistiques et graphiques des missions catholiques d’après l’exposition missionnaire vaticane, Paris, Desclée de Brouwer, 1928, p. 79.

45 Rerum Ecclesiae, p. 80, rapporté par André RETIF, Introduction à la doctrine pontificale des missions, Paris, Seuil, 1953, p. 73-83.

46 Jean-Pierre Denis, directeur de la rédaction de La Vie, « Dieu change de réseau », in Atlas des religions, 2007, 194 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1 : Carte de l’Afrique septentrionale et centrale (1886)
Crédits Extrait de Valérien Groffier, Atlas des missions catholiques, 1886, Lyon traduction de Werner O., Katholischer Missions-Atlas, Freiburg im Brisgau, Herder, 1884.
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/1362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Annexe 3 : « Madagascar central » (1909)
Crédits Paru dans les Missions catholiques, n° 2089, 1909, p.293
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/1362/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Annexe 4 : « Gabon » (1899)
Crédits Carte manuscrite, Fonds Gabon, Archives spiritaines, Chevilly-la-rue
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/1362/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Annexe 5 : La station, centre du modèle d’évangélisation (1926)
Crédits Extrait de Streit Robert, OMI, Les missions catholiques : statistiques et graphiques des missions catholiques d’après l’exposition missionnaire vaticane, Paris, Desclée de Brouwer et Cnie, 1928, p. 79
URL http://chretienssocietes.revues.org/docannexe/image/1362/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Vasquez, « Pour une approche spatiale de la mission », Chrétiens et sociétés, 15 | 2008, 59-85.

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Pour une approche spatiale de la mission », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 13 septembre 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://chretienssocietes.revues.org/1362 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.1362

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • Les cahiers de Revues.org